REVUE DES MARCHÉS. Reconnaître les risques. Évaluation des inquiétudes relatives à la Chine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REVUE DES MARCHÉS. Reconnaître les risques. Évaluation des inquiétudes relatives à la Chine"

Transcription

1 17 JANVIER 2016 REVUE DES MARCHÉS Daniel E. Chornous, CFA Chef des placements Eric Lascelles Économiste en chef Sarah Riopelle, CFA Vice-présidente et première gestionnaire de portefeuille Les hauts dirigeants de nos équipes des placements se sont réunis fréquemment au cours du dernier mois puisque le rendement des actions, en particulier, s est avéré pire que prévu dans nos perspectives de base. Si les médias s intéressent surtout aux fluctuations du S&P 500 et de l indice Dow Jones des valeurs industrielles, les Canadiens ne devraient pas s étonner de constater qu une grande partie des marchés mondiaux ont connu un repli encore plus considérable et se trouvent déjà en territoire «baissier» (qui se définit par un repli de plus de 20 %). Des indices fortement pondérés dans les secteurs des ressources, comme l indice TSX et ceux de nombreux marchés émergents, ont présenté les pires rendements depuis l été 2014, et au cours de la dernière semaine, les indices américains à petite et moyenne capitalisation ont franchi le seuil du marché baissier. Reconnaître les risques On s inquiète naturellement que cette faiblesse des marchés boursiers se traduise par un repli prochain de l économie mondiale. Eric Lascelles, notre économiste en chef, a maintes fois présenté une longue liste d obstacles crédibles au cycle économique, notamment les risques géopolitiques, les tendances à la baisse des indices du secteur manufacturier partout dans le monde (particulièrement dans les économies émergentes), les bénéfices anémiques des sociétés, la faiblesse des prix des marchandises et une variété de points chauds relatifs à la dette. Avec l intensification de la correction du marché, les inquiétudes concernant la conjoncture macroéconomique et ses répercussions sur les rendements à venir des actifs à risque se sont également exacerbées. Évaluation des inquiétudes relatives à la Chine Au sommet de la liste des inquiétudes se retrouvent la récente dépréciation de la devise chinoise, l effondrement du marché des actions du pays et la possibilité que ces problèmes indiquent des perspectives plutôt sombres pour l économie chinoise. Cette situation importe pour les investisseurs partout dans le monde puisque les marchés émergents ont généré près des trois quarts de la croissance mondiale depuis la crise financière. À notre avis, il est de plus en plus clair que la décélération du PIB chinois se fait à un rythme conforme à nos prévisions en deçà de la moyenne, mais la menace d un atterrissage brutal de l économie chinoise (c.-à-d., une croissance intérieure de moins de 4 %) semble toujours peu probable. Les indicateurs immobiliers résidentiels s améliorent actuellement, un fait qui est passé inaperçu en raison de l effondrement du marché boursier chinois. De fait, un important baromètre de la croissance interne et des conditions du crédit est maintenant en voie de redressement. L effondrement du marché des actions chinois, bien qu il ait des répercussions, doit être vu dans le contexte des données fondamentales uniques de ce marché. Les actions chinoises de catégorie A, qui sont presque entièrement détenues par des investisseurs chinois, ont bondi depuis la fin de 2014 jusqu au milieu de 2015 une remontée qui peut être décrite comme une pure spéculation. Ces actions continentales se négocient selon une plus-value d environ 40 % par rapport aux actions identiques de catégorie H de Hong Kong qui ne sont pas fongibles et qui sont négociées autant par des investisseurs locaux que mondiaux. Pour atténuer davantage ces craintes, notons que la valeur des

2 actions continentales de la Chine demeure environ 50 % plus élevée qu elle ne l était au milieu de 2014 et que la taille du marché des actions chinois est encore très petite par rapport à l ensemble de l économie. Par conséquent, le recul du marché national devrait être relativement limité et les répercussions directes sur les marchés internationaux pratiquement inexistantes. Le taux de change de la devise chinoise par rapport au dollar américain a considérablement fléchi depuis août 2015 lorsque des modifications importantes ont été apportées au fonctionnement de cette devise. Cette modification a créé beaucoup d appréhension sur le marché. Si une dévaluation plus marquée de la devise n est pas impossible étant donné les sorties de capitaux considérables et le problème de compétitivité de la Chine, nous croyons toujours que tout autre recul sera modeste. En effet, en le comparant à un panier de devises plutôt qu au dollar américain uniquement, le renminbi chinois a peu fluctué au cours de la dernière année. Le gouvernement chinois se porte toujours à la défense de sa devise et dispose de plusieurs munitions pour le faire. En d autres mots, toute l agitation entourant la devise chinoise n est pas parvenue à bouleverser de façon considérable l équilibre concurrentiel mondial. Nous continuons de croire que la décélération de la croissance du PIB chinois est attribuable à plusieurs facteurs, notamment la croissance inférieure du crédit, le recul de la compétitivité et la transition structurelle d une économie axée sur la fabrication et les exportations vers une économie plus mature fondée sur les services et la consommation. Les effets secondaires potentiels de l effondrement du marché des actions de catégorie A sont évidents (c.-à-d., le degré auquel un repli des marchés intérieurs pourrait convertir un atterrissage en douceur de l économie en un atterrissage brutal), mais il n y a là aucune preuve d un atterrissage brusque pour la Chine. Baisse des prix du pétrole Aucun Canadien ne peut avoir ignoré le brutal effondrement des prix du pétrole brut. Bien que l on s attendait initialement à une situation de courte durée étant donné le déséquilibre modéré de l offre et de la demande, la réponse timide des producteurs a intensifié les préoccupations et accentué la glissade. Bien entendu, de faibles prix sont essentiels au rééquilibrage du marché et, par conséquent, la dernière baisse des prix devrait accélérer ce rééquilibrage. La demande de pétrole augmente de belle façon et des dépenses de près de 300 milliards de dollars au sein du secteur du pétrole ont été reportées ou annulées en raison de l épuisement des liquidités du secteur. Le défi repose sur le fait que plusieurs membres de l OPEP continuent d augmenter leur production. L Iran prévoit d ailleurs produire davantage de pétrole en Cette situation retarde le retour à l équilibre sur le marché du pétrole, sans toutefois l interrompre. Les prix du pétrole devraient graduellement se redresser. Entre-temps, les producteurs de pétrole devront tenir compte de leur capacité à rembourser leurs dettes et à verser des dividendes, ainsi que de la véritable valeur de leurs réserves. Annonce de la Fed La divergence entre les politiques monétaires en cours actuellement était prévue, mais constitue néanmoins un défi important sur les marchés. La Réserve fédérale américaine (Fed) a augmenté les taux d intérêt pour la première fois en neuf ans, tandis que l Europe, le Japon, le Canada et plusieurs pays émergents continuent d assouplir leur politique monétaire. Cette déviation a contribué à la montée en flèche du dollar américain et à la pression à la baisse sur les bénéfices des sociétés et le secteur manufacturier aux États-Unis. Dans le cas des actions, il n est pas rare que les marchés entament au moins quelques périodes de correction lorsque la Fed approche d un cycle de resserrement et qu elle le met en œuvre. Cela dit, seulement la moitié des cycles de politique remontant à la Deuxième Guerre mondiale ont entraîné des marchés baissiers. Ces épisodes ont tous été causés par un resserrement prolongé, alors que la Fed faisait face à la menace d une inflation trop élevée, et non par une hausse unique de taux ou une succession de légers changements prévisibles. En principe, une seule hausse des taux par la Fed ne fait que réduire de quelques dixièmes de point de pourcentage la croissance aux États-Unis et, jusqu à maintenant, n est pas parvenue à augmenter de façon importante les coûts d emprunt à long terme. De plus, les membres de la Fed ont signalé une forte sensibilité à la situation sur les marchés financiers, nous laissant croire qu il est peu probable que la banque centrale maintienne sa tendance haussière si l interprétation du marché demeure pessimiste. 2 Revue des marchés 17 janvier 2016

3 Revue des marchés Examen des préoccupations relatives à la croissance L indice des directeurs d achats (PMI) un important indicateur avancé et étroitement surveillé de l économie s est affaibli dans la plupart des régions depuis le printemps et l été Fait intéressant, la faiblesse surprenante de l indice de l industrie manufacturière ISM des États-Unis ces derniers mois est venue incontestablement alimenter la correction des marchés boursiers mondiaux étant donné les craintes voulant que la plus importante économie sur la planète semble perdre de la vitesse. Il est important ici de faire certaines précisions. D abord, l indice de l industrie manufacturière ISM représente le rythme d un peu moins du cinquième du PIB des États-Unis une tranche de l économie qui semble la plus exposée à la hausse du dollar américain et à la faiblesse relative des devises étrangères. Le secteur des services, qui constitue près des trois quarts du PIB américain, semble toujours solide. Deux jours après la publication des résultats de l indice de l industrie manufacturière ISM des États-Unis, l indice de l industrie non manufacturière des États-Unis affichait un repli modeste à 55,3 un niveau conforme à une croissance économique intérieure normale. Le dernier livre beige de la Réserve fédérale des États-Unis présente une constatation similaire. De plus, si une croissance relativement vigoureuse ne semble depuis un certain temps que le seul fait des États- Unis et du Royaume-Uni, la zone euro commence à montrer des signes d amélioration intéressants. La dépréciation des devises et l assouplissement audacieux de la politique monétaire produisent des résultats. Malgré les difficultés qui persistent, notamment en ce qui a trait à l immigration et au terrorisme, la confiance et la croissance du crédit des entreprises et des consommateurs demeurent raisonnablement vigoureuses, ce qui suggère un meilleur climat pour l économie et un nouvel élan pour la croissance mondiale au fil de l année. Les signes du marché du crédit Les écarts de crédit ont rétréci depuis l été dernier. Ceux-ci peuvent être utiles pour prévoir la direction des marchés boursiers puisqu ils servent de baromètre pour la prise de risque. Le secteur des titres à rendement élevé, en particulier, est très sensible aux menaces qui pèsent sur les bénéfices et les bilans. À première vue, la forte hausse des écarts des titres à rendement élevé pourrait sembler causer des inquiétudes importantes et être de toute Figure 1 : Indice principal d oblig. amér. à rendement élevé II BofAML Écart corrigé en fonction des clauses optionnelles liées aux obligations d État (ajusté) Points de base (pb) Moy. à long terme : 580 pb 500 Dernier relevé 300 obl. rend. élevé (hors énergie) : 660 déc mai 2014 oct mars 2015 août 2015 janv Indice rend. élevé Obl. rend. élevé (énergie) Obl. rend. élevé (hors énergie) Sources : BofAML, RBC GMA Dernier relevé obl. rend. élevé (énergie) : Moy. à long terme Dernier relevé, indice rend. élevé : 757 évidence incompatible avec notre scénario de référence pour l économie. De la même façon, les bénéfices de l indice TSX et de l indice S&P 500 ont atteint leur point culminant à la fin de Dans l ensemble, l année 2015 et le début de 2016 ont été le théâtre d un important retour de l aversion pour le risque et d un contexte beaucoup plus difficile pour les bénéfices. Quelle est l importance de ce signe et comment devrionsnous y répondre? L efficacité passée des écarts de taux et des bénéfices à titre d indicateur des développements à moyen terme de l économie et des marchés des capitaux suggère que l importance de leur état actuel ne peut être ignorée ou réduite. Un important élargissement des écarts et une chute des bénéfices ne se trouvaient pas au centre des attentes, notamment les nôtres, et nos positions actuelles dans ce contexte doivent faire l objet d une révision. Heureusement, la qualité de ces signes défavorables est, à notre avis, compromise par leur manque de profondeur. Plus précisément, près de 40 % de l expansion des écarts de taux est attribuable à la composante énergie de l indice qui représente moins du sixième des secteurs qui le compose. La forte dégringolade des prix du pétrole brut a compromis les états des résultats et les bilans des sociétés énergétiques, et leurs primes de risque ont été rajustées en conséquence. La Figure 1 illustre la variation des écarts de crédit des titres à rendement élevé aux États-Unis et signale la divergence entre le secteur de l énergie et le reste de l indice. La dévastation subie par le secteur de l énergie contraste fortement avec le reste de l indice dont les écarts sont revenus légèrement au-dessus de la normale à long terme après avoir connu un rétrécissement inhabituel. 3

4 De même, notre analyse des bénéfices des composantes de l indice S&P indique que l ensemble du recul des bénéfices en 2015 et de ce que nous prévoyons maintenant pour 2016 est attribuable au choc des marchandises et à la poussée positive du dollar américain. Chaque baisse de 5 $ du prix du pétrole retranche 1 $ au bénéfice par action des sociétés du S&P 500, et chaque appréciation de 10 % de la valeur du billet vert par rapport aux devises principales diminue de 3 $ le bénéfice par action. Anciens risques et nouveaux risques Il est normal que, seulement sept ans après la crise financière mondiale, le parallèle soit fait avec la chute actuelle des cours des actions. La similarité la plus évidente est probablement l effondrement de 56 % de qui avait commencé naturellement par des baisses de 10 %, 15 % et 20 %. Toutefois, aucun des facteurs ayant entraîné la crise financière mondiale et un marché baissier dévastateur pour les actions n a été observé dans le contexte actuel. Précisément, l éclatement de la bulle immobilière aux États-Unis a eu des conséquences majeures en raison de son incidence sur le marché hypothécaire le plus important au monde, ce qui s est par la suite répercuté sur les plus importantes banques en raison d une mauvaise compréhension des modes de contagion. Les défis d aujourd hui ne devraient pas avoir tout à fait la même incidence, et les banques ont depuis grandement amélioré leurs fonds propres et leurs liquidités. Cela dit, nous devons surveiller de nouvelles vulnérabilités. L incapacité de l économie mondiale à retrouver son rythme de croisière et de l inflation à atteindre des niveaux optimaux a miné la confiance des investisseurs. La possibilité mathématique d une récession ou d une déflation est demeurée une menace plausible tout au long de ce cycle économique et pourrait maintenant s intensifier légèrement à mesure que le cycle économique progressera. Les changements en matière de structure du marché et de réforme réglementaire ont réduit les liquidités une conséquence involontaire des réformes depuis la crise financière mondiale. Les marchés peu liquides sont vulnérables aux fluctuations de façon disproportionnée par rapport au changement fondamental. Nous ne pouvons nier la présence d éléments propices à un déclin encore plus dramatique des marchés boursiers et des marchés du crédit. Toutefois, nous croyons que les risques liés à la croissance sont raisonnablement bien compris et reflétés dans les cours du marché. En effet, les valorisations sur la plupart des marchés boursiers varient maintenant de légèrement en-dessous du point d équilibre (actions de sociétés américaines à grande capitalisation) à attrayants par rapport à la juste valeur (Canada, Royaume-Uni, Europe, marchés émergents). Notre composante mondiale en matière de valorisations boursières a terminé à 21,6 % endessous du point d équilibre vendredi soir ces données ne sont pas sans précédent, mais il s agit clairement d un niveau de valorisation peu habituel, ce qui nous donne le sentiment que toute baisse subséquente sera freinée par les fluctuations de valorisations déjà enregistrées et, plus important encore, augmentera le potentiel de rendements à long terme à l avenir (Figure 2). De plus, les actifs à risque, comme les actions, ont continué d offrir des rendements beaucoup plus élevés que la plupart des produits à revenu fixe (Figure 3). En conclusion Bien que nous reconnaissons et comprenons l importance de l érosion des données fondamentales et l augmentation des risques depuis le début de 2015, nous continuons de croire qu en 2016 la croissance du PIB sera généralement faible mais soutenue, que l inflation commencera à reprendre et que les bénéfices des sociétés seront suffisamment solides pour faire tendre les cours des actions vers la juste valeur. Au fil de 2016, les principaux indicateurs de ce progrès ou du manque de progrès seront les écarts de taux, les bénéfices, l étendue du marché boursier et les indicateurs économiques avancés. Nous continuerons bien sûr à surveiller de près ces signaux. 4 Revue des marchés 17 janvier 2016

5 Revue des marchés Figure 2 : Indice mondial composé actions Indices des marchés des actions et équilibre % au-dessus/en dessous de la juste valeur Source : RBC GMA Dernier relevé : -21,6 % Figure 3 : Rendements en revenu des actions par rapp. à ceux des titres à revenu fixe Rend. en dividendes par rapp. au rend. en revenu des oblig. d État à 10 ans (12 derniers mois) % 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 2,34 2,03 3,58 1,15 1,87 Nota : Les données sont en date du 15 janvier Les indices boursiers utilisés pour les É.-U., le Canada, le Japon, le R.-U. et l Europe sont le S&P 500, l indice composé S&P/TSX, le Nikkei, le FTSE 100 et le STOXX 600, respectivement. L obligation allemande a servi d étalon pour le rendement en revenu des obligations européennes. Sources : Bloomberg, RBC GMA 0,22 4,56 1,66 3,78 0,54 0,0 É.-U. Canada Japon R.-U. Europe Rend. en div. soc. indice boursier Rend. en rev. oblig. d'état à 10 ans 5

6 Revue des marchés Le présent rapport a été préparé par RBC Gestion mondiale d actifs Inc. (RBC GMA Inc.) à titre d information seulement et ne doit pas être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit préalable de RBC GMA Inc. Aux États-Unis, ce rapport est fourni par RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., un conseiller en placement agréé par le gouvernement fédéral et fondé en En Europe et au Moyen-Orient, ce rapport est fourni par RBC Global Asset Management (UK) Limited, qui est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. RBC Gestion mondiale d actifs (RBC GMA), division de gestion d actifs de la Banque Royale du Canada (RBC), regroupe RBC Gestion mondiale d actifs Inc., RBC Global Asset Management (U.S.) Inc., RBC Global Asset Management (UK) Limited, RBC Alternative Asset Management Inc. et BlueBay Asset Management LLP, qui sont des entités juridiques distinctes et affiliées. Le présent rapport n a pas pour objectif de fournir des conseils juridiques, comptables, fiscaux, financiers, liés aux placements ou autres, et ne doit pas servir de fondement à de tels conseils. RBC GMA prend des mesures raisonnables pour fournir des renseignements à jour, exacts et fiables, et croit qu ils le sont au moment de leur impression. En raison de la possibilité que surviennent une erreur humaine ou mécanique ainsi que d autres facteurs, notamment des inexactitudes techniques et des erreurs ou omissions typographiques, RBC GMA décline toute responsabilité à l égard des erreurs ou des omissions que pourrait contenir le présent document. RBC GMA se réserve le droit, à tout moment et sans préavis, de corriger ou de modifier les renseignements, ou de cesser de les publier. Tout renseignement prospectif sur les placements ou l économie contenu dans le présent rapport a été obtenu par RBC GMA auprès de plusieurs sources. Les renseignements obtenus de tiers sont jugés fiables, mais ni RBC GMA ni ses sociétés affiliées ni aucune autre personne n en garantit explicitement ou implicitement l exactitude, l intégralité ou la pertinence. RBC GMA et ses sociétés affiliées n assument pas la responsabilité des erreurs ou omissions. Les opinions et les estimations que renferme ce document représentent notre jugement à la date indiquée et peuvent être modifiées sans préavis ; elles sont fournies de bonne foi, mais n impliquent aucune responsabilité légale. Dans la mesure autorisée par la loi, ni RBC GMA ni ses sociétés affiliées ni aucune autre personne n assument une responsabilité quelconque à l égard de toute perte découlant directement ou indirectement de l utilisation des renseignements prospectifs que contient ce document. Les taux d intérêt et les conditions du marché peuvent changer. Note sur les énoncés prospectifs Le présent rapport peut contenir des déclarations prospectives au sujet des rendements futurs, stratégies ou perspectives, ainsi que sur les mesures qui pourraient être prises. L emploi des modes conditionnel ou futur et des termes «pouvoir», «se pouvoir», «devoir», «s attendre à», «soupçonner», «prévoir», «croire», «planifier», «anticiper», «évaluer», «avoir l intention de», «objectif» ou d expressions similaires permet de repérer les déclarations prospectives. Les déclarations prospectives ne garantissent pas le rendement futur. Les déclarations prospectives comportent des incertitudes et des risques inhérents quant aux facteurs économiques généraux, de sorte qu il se peut que les prédictions, les prévisions, les projections et les autres déclarations prospectives ne se réalisent pas. Nous vous recommandons de ne pas vous fier indûment à ces déclarations, puisqu un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent considérablement de ceux qui sont mentionnés, explicitement ou implicitement, dans les déclarations prospectives. Ces facteurs comprennent notamment les facteurs généraux d ordre économique et politique ou liés au marché du Canada, des États-Unis et du monde entier, les taux d intérêt et les taux de change, les marchés mondiaux des actions et des capitaux, la concurrence, les évolutions technologiques, les changements législatifs et réglementaires, les décisions judiciaires et administratives, les actions en justice et les catastrophes. La liste de facteurs essentiels ci-dessus, qui peut avoir une incidence sur les résultats futurs, n est pas exhaustive. Avant de prendre une décision de placement, nous vous invitons à prendre en compte attentivement ces facteurs et les autres facteurs pertinents. Toutes les opinions contenues dans les déclarations prospectives sont sujettes à changement sans préavis et sont fournies de bonne foi, mais sans responsabilité légale. / MC Marque(s) de commerce de la Banque Royale du Canada, utilisée(s) sous licence. RBC Gestion mondiale d actifs Inc Market Update - Jan FR. 01/21/2016

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Animatrice : Jennifer McClelland, CFA Vice-présidente et première gestionnaire de portefeuille, Actions canadiennes

Plus en détail

Plani-marché. Vous protéger, vous enrichir. Coup d'œil sur les marchés. Le marché boursier canadien franchit une importante étape

Plani-marché. Vous protéger, vous enrichir. Coup d'œil sur les marchés. Le marché boursier canadien franchit une importante étape Coup d'œil sur les marchés Le marché boursier canadien franchit une importante étape Le principal indice boursier canadien a enfin atteint un nouveau sommet, clôturant à 15 019 le 18 juin 2014. Le sommet

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012 L Industrielle Alliance déclare ses résultats financiers pour le deuxième trimestre La rentabilité et le ratio de solvabilité atteignent les meilleures indications La croissance des affaires se maintient

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines Octobre 2014 Points saillants Titres à revenu fixe canadiens et américains Les marchés des titres à revenu fixe nord-américains ont inscrit de solides rendements au troisième trimestre de 2014, soutenus

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Commentaire mensuel sur les marchés

Commentaire mensuel sur les marchés Commentaire mensuel sur les marchés Perturbations, inquiétude et confusion sur les marchés Une gestion méthodique est essentielle pour garder son calme et maintenir le cap L intérêt d une méthode de gestion

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Le FMI prévoit une amélioration de la croissance mondiale de 3,3 % cette année à 3,8 % en 2015 alimentée

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

La Financière Sun Life annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2009 et de l exercice 2009

La Financière Sun Life annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2009 et de l exercice 2009 La Financière Sun Life annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2009 et de l exercice 2009 Note à l intention des rédacteurs : Tous les montants sont en dollars canadiens, sauf indication contraire.

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL LES PERFORMANCES L année 2013 va sans doute s achever par une performance boursière de l indice CAC 40 d environ 17,90% après un plus haut à 4356,28 pts et

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Billets de dépôt opportunité mondiale

Billets de dépôt opportunité mondiale Capital protégé à 100 % Billets de dépôt opportunité mondiale www.openskycapital.com SÉRIE 1 ÉCHÉANT LE 6 AOÛT 2013 Faits saillants Accès simple et transparent aux marchés boursiers mondiaux Aucune exposition

Plus en détail

La puissance des dividendes

La puissance des dividendes La puissance Investir dans des sociétés mondiales qui versent Les dividendes : solides, constants et prévisibles Rien n est garanti, n est-ce pas? revenu Les modes dans le domaine des placements passent

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS Portefeuille de revenu Pour la période terminée le 30 juin 2015 Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada La promotion de la prospérité économique et financière du Canada Exposé présenté devant la Chambre de commerce de Lévis Lévis (Québec) Le 8 février 2010 Pierre Duguay Sous-gouverneur Mandat Aux termes

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard

La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard des taux de détail Juin www.desjardins.com/economie juin La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard FAITS SAILLANTS Les économies nord-américaines semblent avoir faibli au printemps, mais

Plus en détail

Assurance vie universelle Perspecta

Assurance vie universelle Perspecta Assurance vie universelle Perspecta Comptes de placement Gestion active Compte canadiennes Oct. 992 Fonds canadiennes Générer un revenu courant relativement élevé tout en préservant le capital Le fonds

Plus en détail

Risques de contagion en provenance des marchés émergents

Risques de contagion en provenance des marchés émergents DIRECTION ECONOMIC DES RESEARCH ETUDES DEPARTMENT ECONOMIQUES Risques de contagion en provenance des marchés émergents Comme le souligne le FMI, dans la dernière édition du Rapport sur la stabilité financière

Plus en détail

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE MARCHÉS RECHERCHE ÉCONOMIQUE décembre N 99 La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de -9 Nous pensons que la prochaine crise sur les marchés financiers

Plus en détail

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs.

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Les portefeuilles choix sélect RBC se conforment en tout temps à la tolérance au risque et aux objectifs de placement

Plus en détail

Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Un moment historique La bulle des actifs prescrits Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Foire aux questions Troisième trimestre de 2008

Foire aux questions Troisième trimestre de 2008 Foire aux questions Troisième trimestre de 2008 1. On entend dire que la Banque CIBC pourrait procéder à une nouvelle émission d actions. Êtes-vous à l aise avec la position de la Banque à l égard des

Plus en détail

Revue de l année 2015

Revue de l année 2015 Revue de l année Revue de l année Marchés mondiaux INDICES BOURSIERS 31 15 31 14 % VAR. ÀCJ CAN : S&P/TSX 13 010 14 632-11,1 % É.-U. : INDU 17 425 17 823-2,2 % É.-U. : SPX 2 044 2 059-0,7 % Nasdaq : CCMP

Plus en détail

RBC Marchés des Capitaux

RBC Marchés des Capitaux Le 8 décembre 205 RBC Marchés des Capitaux TITRES LIÉS À DES TITRES DE PARTICIPATION ET À DES TITRES D EMPRUNT SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC ET RECHERCHE RBCMC Titres RBC liés à une répartition stratégique

Plus en détail

en Inde possibilités Tirer parti des d investissement LA PLUS FORTE CROISSANCE ÉCONOMIQUE NOUVEAU GOUVERNEMENT MAJORITAIRE OUVERT AUX INVESTISSEMENTS

en Inde possibilités Tirer parti des d investissement LA PLUS FORTE CROISSANCE ÉCONOMIQUE NOUVEAU GOUVERNEMENT MAJORITAIRE OUVERT AUX INVESTISSEMENTS Tirer parti des possibilités L Authorité en matière de marchés émergents d investissement en Inde Classe moyenne très instruite Plus de 8 fois la population totale du Canada Dividende démographique Âge

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 L honorable Céline Hervieux-Payette, c.p. Sénateur Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 Nécessité d'une action nationale Préparé par : David E. Hamilton 9/15/2015

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

Commentaires mensuels des marchés 6 janvier 2014

Commentaires mensuels des marchés 6 janvier 2014 MACDOUGALL, MACDOUGALL & MACTIER INC. Service aux investisseurs depuis 1849 COMMENTAIRES MENSUELS DES MARCHÉS RECHERCHE FINANCIÈRE JANVIER 2014 Revue du mois d août 2007 Revue du mois de décembre 2013

Plus en détail

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

La Corporation Financière Power annonce ses résultats financiers du premier trimestre de 2013 et ses dividendes

La Corporation Financière Power annonce ses résultats financiers du premier trimestre de 2013 et ses dividendes POUR PUBLICATION IMMÉDIATE COMMUNIQUÉ Les lecteurs sont priés de se reporter aux sections intitulées «Mesures financières non conformes aux IFRS» et «Déclarations prospectives» à la fin du présent communiqué.

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Bâle III aura une incidence sur la gestion de portefeuille. L accord-cadre de Bâle III. plémentaire et des normes de liquidité additionnelles.

Bâle III aura une incidence sur la gestion de portefeuille. L accord-cadre de Bâle III. plémentaire et des normes de liquidité additionnelles. Bâle III aura une incidence sur la gestion de portefeuille L accord-cadre de Bâle III La mise en œuvre des nouvelles règles de Bâle III, qui définissent les normes applicables aux banques en matière de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES FNB CANADIENS DE BMO

TABLEAU DE BORD DES FNB CANADIENS DE BMO Sommaire mensuel Tableau de bord des FNB canadiens : Les entrées de fonds ont atteint de nouveaux sommets dans le secteur en 2015 DMalgré une conjoncture de marché difficile en 2015, la demande à l égard

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période terminée le 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période terminée le 30 juin 2010 Férique logo _b.eps Fonds Férique logo fax.eps Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période terminée le 30 juin 2010 Fonds FÉRIQUE Le présent rapport intermédiaire de

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Rapport aux actionnaires

Rapport aux actionnaires Rapport aux actionnaires Banque Royale du Canada Premier trimestre de 2012 La Banque Royale du Canada déclare ses résultats pour le premier trimestre de 2012 Sauf indication contraire, tous les montants

Plus en détail

CC&L Core Income and Growth Fund. Rapport de la direction sur le rendement du fonds. Pour l exercice clos le 31 décembre 2014

CC&L Core Income and Growth Fund. Rapport de la direction sur le rendement du fonds. Pour l exercice clos le 31 décembre 2014 CC&L Core Income and Growth Fund Rapport de la direction sur le rendement du fonds Pour l exercice clos le 31 décembre 2014 Le présent rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds contient

Plus en détail

L économie canadienne à l approche de l an 2000

L économie canadienne à l approche de l an 2000 Allocution prononcée par Gordon Thiessen gouverneur de la Banque du Canada devant la Chambre de commerce de Regina Regina (Saskatchewan) le 23 septembre 1999 L économie canadienne à l approche de l an

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

L immobilier sans briques ni mortier

L immobilier sans briques ni mortier L immobilier sans briques ni mortier Lorsqu ils entreprennent de constituer leur patrimoine, de nombreux Canadiens se demandent s ils ne devraient pas investir dans des biens immobiliers autres que leur

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 19 avril 2010 N 1 LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE Le Centre Sud a publié un rapport qui analyse les faiblesses et les

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds équilibrés Fonds de revenu mensuel TD Fonds de revenu équilibré TD Fonds de revenu mensuel diversifié TD Fonds de croissance équilibré TD Fonds de revenu de dividendes

Plus en détail

Communiqué de presse LUNETTERIE NEW LOOK INC. ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL

Communiqué de presse LUNETTERIE NEW LOOK INC. ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL Communiqué de presse ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL Montréal, Québec, 6 mai 2015 : Lunetterie New Look Inc. (TSX: BCI) («New Look»)

Plus en détail

Mais pas la fin des turbulences

Mais pas la fin des turbulences Point conjoncturel d avril d 2009 Le creux de la récession r semble proche Mais pas la fin des turbulences Conférence de presse Wavre, le 22 avril 2009 1 Point conjoncturel avril 2009 Messages-cl clé Wallonie

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail