Section : GÉNIE ÉLECTRIQUE L'ATELIER DE SOUDAGE D'UN GRAND CONSTRUCTEUR AUTOMOBILE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Section : GÉNIE ÉLECTRIQUE L'ATELIER DE SOUDAGE D'UN GRAND CONSTRUCTEUR AUTOMOBILE"

Transcription

1 AGRÉGATION SESSION 2010 CONCOURS INTERNE Section : GÉNIE ÉLECTRIQUE Option B : ÉLECTROTECHNIQUE ET ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE ÉTUDE D UN SYSTÈME INDUSTRIEL DUREE : 8 HEURES, COEFFICIENT : 1 Calculatrice autorisée (conformément à la circulaire n du 16 novembre 1999) Aucun document n'est autorisé L'ATELIER DE SOUDAGE D'UN GRAND CONSTRUCTEUR AUTOMOBILE Ce sujet comporte 3 dossiers distincts : Dossier de présentation, texte du sujet avec le travail demandé Documents réponses DR Documents techniques (DTA à DTE) 27 pages 4 pages 40 pages le sujet se décompose en cinq parties indépendantes: - A- l'étude du soudage par points - B- l'étude du circuit électrique des soudeuses - C- l'étude du système de serrage des pinces - D- alimentation en énergie d'une partie de l'atelier tôlerie - E- communication Une lecture préalable et complète du sujet est indispensable. Il sera tenu compte de la cohérence avec laquelle les candidats traiteront chaque partie, le jury préférant une réflexion d ensemble de la partie abordée à un éparpillement des réponses. Les candidats sont invités à numéroter chaque page de leur copie et à indiquer clairement le numéro de la question traitée. Les candidats sont priés de rédiger les différentes parties du problème sur feuilles séparées et clairement repérées. Chaque question est identifiée par une police gras et repérée par un numéro. Il leur est rappelé qu ils doivent utiliser les notations propres au sujet, présenter clairement les calculs et dégager ou encadrer tous les résultats. Tout résultat incorrectement exprimé ne sera pas pris en compte. En outre les correcteurs leur sauront gré d écrire lisiblement et de soigner la qualité de leur copie. Il sera tenu compte de la qualité de rédaction, en particulier pour les réponses aux questions ne nécessitant pas de calcul. Le correcteur attend des phrases complètes respectant la syntaxe de la langue française. Pour la présentation des applications numériques, il est rappelé que lors du passage d une forme littérale à son application numérique, il est recommandé aux candidats de procéder comme suit : - après avoir rappelé la relation littérale, chaque grandeur est remplacée par sa valeur numérique en respectant la position qu elle avait dans la relation puis le résultat numérique est donné sans calculs intermédiaires et sans omettre son unité. Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie. Page 1 sur 26

2 PRESENTATION DU CONTEXTE ET DE LA PROBLEMATIQUE Un grand constructeur automobile fabrique dans une de ses usines un modèle de voiture très répandu suivant le processus suivant La chaîne de production, très automatisée permet de fabriquer une voiture en 30h La cadence de production est de 2400 véhicules par jour. La flexibilité de cette chaîne de production permet la fabrication de plus de 250 variantes de ce véhicule en fonction des options qu'a choisies le client. Page 2 sur 26

3 Nous nous intéressons plus particulièrement à l'atelier de tôlerie. L'atelier de tôlerie a une superficie de m². Il reçoit les différentes tôles issues de l'atelier d'emboutissage et les assemble par soudage pour constituer la caisse de la voiture et les différents accessoires tels que les portes, les coffres, etc L'assemblage terminé est contrôlé en fin de chaîne avant d'être expédié vers l'atelier de peinture personnes y travaillent en 3 équipes. Capacité de production : 2400 caisses par jour. Nombre moyen de pièces de tôlerie par caisse : 400. Taux d automatisation : 98%. 830 robots assurent la manutention et l assemblage des unités et de la caisse. Quelques 800 soudeuses par points installées tout le long de la chaîne réalisent plus de 4000 points de soudure par caisse. Ces soudeuses sont, pour la plupart, embarquées sur un robot et réalisent les points de soudure sur la caisse, c'est le robot qui positionne la soudeuse pour chaque point de soudure Les autres, fixes, réalisent les points de soudure sur les petites pièces que leur présentent des robots de manutention. Cet atelier est alimenté en énergie par trois réseaux 20 kv différents: - un réseau spécial pour les soudeuses - un réseau spécial pour les robots et les automatismes - un réseau d'éclairage - l'ensemble étant issu du réseau 90 kv propre à l'usine. Page 3 sur 26

4 L'échauffement produit par les soudeuses est important ; un réseau hydraulique (en circuit fermé) spécifique à cet atelier fournit à chaque soudeuse l'eau déminéralisée nécessaire à son refroidissement. Cette eau est stockée dans une bâche. Le refroidissement de cette eau est assuré par une tour d'évaporation. Le débit global maximum de ce réseau hydraulique est de 10 m 3 / min, il assure la fourniture d'eau froide à 20. L'eau récupérée en sortie d'atelier est à une température d'environ 30 C. Problématiques abordées dans ce sujet Fabriqué depuis 13 ans dans cette usine (compte tenu des évolutions successives), ce modèle de voiture arrive à son terme. Les services techniques (travaux neufs, développement et maintenance) préparent la fabrication d'un nouveau type de véhicule sur cette même chaîne. Ceci entraîne des modifications importantes du processus de fabrication et de l'outillage. Pour l'atelier de tôlerie, des modifications sont à prévoir au niveau - des supports de pièces (mécanique) - des programmes des robots (trajectoire) - des réglages de soudeuses existantes - de l'installation de nouvelles soudeuses par points - des infrastructures telles que l'alimentation en énergie. Or depuis 10 ans la technologie a évoluée et les enjeux économiques ont été modifiés. Il est donc intéressant de partir d'un état des lieux existant, d'étudier les nouvelles solutions que proposent les constructeurs pour établir des critères de choix économiques judicieux. Page 4 sur 26

5 PARTIE A: GENERALITES SUR LE SOUDAGE PAR POINTS Choisir une solution technologique répondant à un cahier des charges nécessite de connaître le procédé de fabrication mis en jeu ainsi que les paramètres influents. Dans cet objectif, cette partie étudie plus particulièrement comment se fait un point de soudure et comment certains paramètres influent sur la qualité d'un point de soudure. Se référer au dossier technique DTA. Remarque préliminaire: le modèle considéré est un modèle très simplifié dans lequel on ne tiendra pas compte - des échanges thermiques avec l'extérieur (durée très faible) - des non linéarités des caractéristiques des composants électriques (en particulier avec la température et l'état de la matière) - des échanges d'énergies interactifs - la dispersion des lignes de courant dans le métal. A-I- Fusion des tôles sous les électrodes : A partir des propriétés géométriques du volume concerné et des propriétés des matériaux donnés dans le dossier technique A-I-1. Donner l expression de la résistance électrique que présentent les tôles au passage du courant: Rt1+ Rt2 en fonction des paramètres électriques et géométriques de l ensemble «tôles+électrodes» On appellera le diamètre de l'électrode d et l'épaisseur d'une tôle e A-I-2. Courbe de réglage Ieff = f(dt) La quantité de chaleur (Q en J) nécessaire pour porter un matériau à sa température de fusion est fonction de ses paramètres physiques Q = m.[ c Tfusion Tambiante + Qf Où.( ) ] - m est la masse en kg - c est la chaleur massique en J/kg/ C - Qf est la chaleur latente de fusion (sans échange thermique avec l'extérieur) cette quantité de chaleur est apportée par effet Joule - Etablir la relation Ieff = f(dt,s) Où - Ieff est l'intensité efficace du courant qui passe dans les tôles - Dt est la durée de passage du courant qui permet d'atteindre la fusion des tôles - S est la section de la surface de contact de l'électrode. Page 5 sur 26

6 AN: tracer cette courbe pour Dt variant de 100 ms à 500 ms On prendra - une électrode de diamètre d = 6 mm - une épaisseur de tôle e = 1 mm - T ambiante = 40 C - r = 14 mw.cm pour tenir compte de la variation importante de la température pendant l échauffement Pour la suite, les paramètres de soudage sont les suivants: - épaisseur totale de tôles à souder: 2 mm - Ieff = 10 ka - t= 400 ms - Fs (effort de serrage) = 240 dan Comportement de la zone de contact tôle tôle. Justifier sans calcul les affirmations suivantes. A-I-3. La résistance de contact Rc3 a une valeur importante par rapport à la résistance des tôles. A-I-4. La fusion commence toujours dans cette zone. A-I-5. La résistance de contact décroît très vite et la durée de cette phase est très courte (en pratique inférieure à 20 ms). A-I-6. Il faut appliquer un effort de serrage déterminé (ni trop fort ni trop faible) sur les tôles. Comportement de la zone de contact électrode - tôle Justifier sans calcul les affirmations suivantes. A-I-7. Les résistances de contact Rc1 et Rc2 ont une valeur faible par rapport à Rc3 A-I-8. En cours de soudage, la température superficielle peut atteindre quelques 600 C, la structure de l'électrode en cuiv re va se modifier au fur et à mesure des soudures qu'elle réalise: - la surface de contact va augmenter - la résistivité va augmenter à cause de la présence du zinc à la surface des tôles à souder. Préciser les incidences de ces phénomènes sur la qualité des points de soudure et sur la durée de vie des électrodes. Tension entre électrodes: A-I-9. Calculer la valeur efficace de la tension à appliquer entre les électrodes pour réaliser un point de soudure en supposant que les tôles ne sont que résistives. Page 6 sur 26

7 La qualité du point de soudure: En pratique, une certaine tolérance de réglage des 3 paramètres (Ieff, Dt et effort de serrage) est possible. A-I-10. Remplir le tableau du document réponse DR1 en indiquant les effets indésirables observés lorsqu on s écarte trop des réglages optimaux. A-II- Procédé A partir du chronogramme (cf DTA fig 4 et page 3) détaillant les différentes phases du procédé, construire un Grafcet de macrodescription. A-III- Le refroidissement en soudage par résistance A-III-1 Justifier la présence de deux circuits de refroidissement par soudeuse (cf DTA fig 8). A-III-2 Calculer la puissance évacuée par l'eau de refroidissement pour chaque soudeuse (cf DTA page 6 ) On prendra c (chaleur massique de l'eau) = 4180 J / kg / C. A-III-3 En déduire la puissance totale dissipée par l ensemble des soudeuses de l'atelier de soudage (cf présentation du contexte et de la problématique). Page 7 sur 26

8 PARTIE B: LE CIRCUIT DE PUISSANCE DE LA SOUDEUSE Valider une nouvelle solution technologique nécessite : - la maîtrise du principe de fonctionnement - La connaissance des critères de performances d une solution existante afin d établir une comparaison des deux solutions. Cette partie permettra de valider la structure de la soudeuse par points dite «1000 Hz». Se référer aux dossiers techniques DTB1 et DTB2. PARTIE B1: ETUDE DU MODULATEUR D'ENERGIE DE LA SOUDEUSE "50 HZ": PRESENTATION La structure matérielle d une soudeuse «50 Hz» est donnée figure 1 du DTB1. Cette structure est fiable et éprouvée par l entreprise dans ses différents ateliers. Elle constitue actuellement la majorité des équipements de soudage. Pour la soudeuse étudiée, cette structure comprend : -l alimentation électrique : 400 V prise entre 2 phases -le modulateur d énergie (F1) : gradateur monophasé à thyristors -le transformateur de soudage (F2) : valeurs efficaces de *la tension primaire nominale U 1n = 400 V *la tension secondaire à vide U 20 = 13,5 V *l intensité du courant secondaire en régime permanent I 2np = 7,4 ka *l intensité du courant secondaire ponctuellement admissible lors des essais électrodes serrées I 2 cc = 23 ka -les électrodes (F3): électrode fixe électrode mobile -la commande programmable de soudage «CPS» (F4) ; elle gère le réglage des intensités de soudage les cycles de soudage l effort de serrage les informations de contrôle et de surveillance des défauts la communication avec le robot. Page 8 sur 26

9 ETUDE L objectif de l étude est : B1-I - d identifier et de caractériser les constituants de la chaîne de puissance à partir d essais sur site B1-II - de vérifier les performances de la soudeuse B1-III - d identifier la pollution harmonique engendrée par l atelier de soudage. B1-I MODELISATION de l ensemble «TRANSFORMATEUR + ELECTRODES» cf DTB1 La modélisation du circuit électrique s effectue à partir de relevés lors -d un essai à vide sous tension primaire nominale -d'un essai en court circuit (pinces serrées sans tôles). Les résultats des essais sont consignés dans le DTB1 B1-I-a. Déterminer Z s, module de l impédance du modèle équivalent de la soudeuse représenté figure 2 du DTB1 B1-I-b. En déduire Z p, module de l impédance du modèle équivalent de la soudeuse représenté figure 3 du DTB1 B1-I-c. On désigne par : y : l angle de retard à l amorçage des thyristors référencé par rapport aux passages par 0 de la tension d alimentation u 1 (t) f : l argument de l impédance Z p - Montrer que l expression du courant primaire i 1 (t) peut se mettre sous la forme : Rp ψ t Lp ω i 1 ( t) = Ae + ( B( sin( ωt ϕ) )) dans l intervalle ψ π ψ t + ω ω - Exprimer A et B en fonction de U 1m, Z p, yet B1-I-d. Exprimer en fonction de R p et Z p B1-I-e. En déduire la valeur de ψ pour laquelle la conduction des thyristors devient continue. A l aide du DTB1 ( commande programmable de soudage) B1-I-f. Relever En déduire les valeurs de R p et L p w à 50 Hz B1-I-g. Relever la valeur maximale de ψ Justifier la nécessité de cette butée vis-à-vis du courant de maintien ( Ith hold ) des thyristors. Page 9 sur 26

10 B1-II VERIFICATION DES PERFORMANCES DE SOUDAGE DONNEES Le circuit étudié est représenté figure 4 du DTB1. Pour la suite du problème, on prendra les valeurs suivantes -la résistance équivalente ramenée au primaire de l ensemble «transformateur+électrodes» R p vaut 0,5 W -la réactance équivalente ramenée au primaire de l ensemble «transformateur+électrodes» L p w vaut 0,2 W à 50 Hz -la résistance moyenne totale des tôles vue du secondaire R to vaut 265 mw -la réactance des tôles est négligeable -le cycle de soudage type est représenté figure 5 du DTB1 -la variation relative à la valeur efficace nominale de la tension primaire U 1n est limitée à + / -10% B1-II-a. Calculer R pt et L pt w à 50 Hz, respectivement résistance et inductance totales ramenées au primaire du transformateur B1-II-b. En déduire : - Z pt, module de l impédance totale ramenée au primaire -, argument de Z pt B1-II-c. L expression de i 1 (t) établie en B1-I-b- peut aussi s écrire : Rpt ψ ( t ) Lpt ω i = 1 ( t) C. sin( ωt ϕ) sin( ψ ϕ). e Les allures de i 1 (ωt) et u T (ωt) sont représentées figure 6 du DTB1. On désigne par θ 1 l angle correspondant à l extinction du courant i 1. Montrer que la valeur de θ 1 est régie par la relation : sin( θ θ1 tgϕ 1 ϕ) = sin( ψ e ϕ)e ψ tgϕ B1-II-d. Etablir l expression de U T, valeur efficace de la tension primaire du transformateur en fonction de : -U 1 valeur efficace de la tension d alimentation réseau -θ 1 -ψ B1-II-e. A l aide de la figure 7 du DTB1, déterminer la plage de réglage de ψ permettant d atteindre la valeur efficace du courant de soudage de 12 ka quelque soit U 1 B1-II-f. Déterminer l'évolution de cette plage de réglage en tenant compte de la loi de compensation d usure des électrodes (cf DTB1). B1-II-g. Le cycle de soudage décrit figure 5 du DTB1 prévoit 15 alternances maximum pour 1 point de soudure. Page 10 sur 26

11 Vérifier que les conditions de fonctionnement imposées par ce cycle n entraînent pas un échauffement excessif du transformateur (cf DTB1). B1-II-h. A l aide du DTB1 - calculer le facteur de marche FM de la soudeuse ; - vérifier que l intensité du courant équivalent thermique I th est inférieure à la valeur nominale du courant secondaire I 2np du transformateur. * Le temps de repos correspond au rodage et à l évacuation des pièces entre 2 cycles de 300 points : il est en moyenne de 30 s. * On négligera l effet de la compensation d usure d électrodes. B1-III GENERATION D HARMONIQUES DE COURANT Le service «distribution électrique» de l atelier de soudage veut identifier, par type de soudeuse, la pollution harmonique engendrée en cours de fonctionnement. L ensemble «soudeuse+transformateur+tôles» est modélisé par le schéma de la figure 8 du DTB1. La figure 9 du DTB1 représente l évolution de la valeur efficace du fondamental et des premiers harmoniques de la tension primaire du transformateur u T. Pour la suite du problème, on prendra les valeurs suivantes : -la consigne de courant de soudage Ic est de 12 ka (on ne tient pas compte de la compensation d usure des électrodes) ; dans ce cas, l angle ψ a une plage de variation de [60, 90 ] -la résistance équivalente ramenée au primaire de l ensemble «transformateur+électrodes+tôles» R pt vaut 0,75 W -la réactance équivalente ramenée au primaire de l ensemble «transformateur+électrodes» L pt w vaut 0,2 W à 50 Hz. La valeur efficace des harmoniques de tension est proportionnelle à celle de la tension d alimentation U 1 L étude est limitée aux harmoniques jusqu au rang 9. Rappel : l angle ψ varie avec les fluctuations du réseau. B1-III-a. - Déterminer les valeurs du fondamental et des harmoniques de tension de la tension u T relatifs à la valeur efficace de la tension U 1 =400 V et appelés F%, H3%, H5%, H7% et H9% pour les valeurs de ψ suivantes : 60, 70, 80 et Reporter les valeurs dans le document réponse DR2 Page 11 sur 26

12 B1-III-b. - En déduire, pour la valeur de ψ égale à 80 (valeur efficace U V) et pour une valeur efficace du courant I 1 de 405 A, les valeurs du fondamental et des harmoniques de courant appelés IF, IH3, IH5, IH7 et IH9. - Reporter les valeurs dans le document réponse DR3. - Tracer le spectre harmonique de courant. B1-III-c. Calculer pour ψ= 80, le taux de distorsion harmonique TDHI% relat if à la valeur efficace I IH3 + IH5 + IH7 + IH9 on rappelle que TDHI% = 100. I1 B1-III-d. Les dispositions constructives prises par l entreprise pour - réduire les harmoniques renvoyés au réseau - relever le facteur de puissance global d une ligne de soudage Sont : l alimentation 400 V des soudeuses entre phases la répartition équilibrée des soudeuses d une ligne de production sur les 3 phases une compensation globale par batterie de condensateurs au secondaire du transformateur d alimentation HTA/BTA. - Justifier ces dispositions. Page 12 sur 26

13 PARTIE B2: ETUDE DU MODULATEUR D'ENERGIE DE LA SOUDEUSE «1000Hz» (PARTIE PEDAGOGIQUE) Introduction : L évolution technologique des soudeuses dans la gamme de puissance utilisée dans l entreprise (50 100kVA) tend à développer les structures de soudeuse dite «1000 Hz». Le principe de fonctionnement et les avantages liés à l utilisation de ces soudeuses sont développés dans le dossier technique DTB2. Travail demandé : A partir de ces documents et à l aide des extraits du référentiel du BTS Electrotechnique, développer une séquence pédagogique, comportant au moins 2 séances (essais de systèmes et génie électrique) et permettant de : - démontrer la pertinence des arguments développés par les concepteurs des soudeuses 1000 Hz - mettre en évidence les avancées technologiques réalisées - cerner les limites actuelles de la mise en œuvre des soudeuses 1000 Hz. Les points suivants seront abordés dans le développement de la séquence pédagogique : - concept(s) abordé(s) et niveau taxonomique visé - activités concernées (génie électrique, essais de systèmes) - stratégie pédagogique: situation de la séquence dans une progression cohérente - durée des séances composant la séquence - nature des activités (cours / synthèse, TP, TD) - zones d'activités, matériels et équipements utilisés - coordination des séances si plusieurs activités - évaluations (préciser les items évalués) Page 13 sur 26

14 PARTIE C: SYSTEME DE SERRAGE DES ELECTRODES Valider une nouvelle solution technologique nécessite : - la maîtrise du principe de fonctionnement - la connaissance des critères de performances d une solution existante Cette partie conduira à améliorer le système de serrage des électrodes: Se référer aux dossiers techniques DTC1 et DTC2 PARTIE C1: MOTORISATION PAR VERIN - le déplacement est assuré par un vérin double effet à commande TOR par électro-distributeur monostable 5/2 - l'effort de serrage est réglé par la pression - la valeur de la pression est contrôlée par une vanne proportionnelle (commande 0-10V, échelle de pression 0-10 bars) La figure 1 du DTC1 représente la fonction de transfert P = f (u c ) avec : -P : pression de sortie du régulateur en bars -u c : tension de commande issue de la CPS. L effort de serrage F peut varier de 130 à 525 dan selon les séquences de soudage. L effort de soudage moyen vaut 400 dan. L effort de serrage maximum est de 640 dan pour 10 bars. C1-I A l aide du DTC1, déterminer le diamètre et la section du piston du vérin. C1-II Déterminer : - le taux de charge moyen du vérin: Tcm en % - le taux de charge maximum du vérin TcM en % - la valeur maximale de la tension de commande du régulateur UcM. On rappelle que: Effort moyen Tcm % =.100 Effort max imum disponible Effort max imum TcM % =.100 Effort max imum disponible C1-III C1-IV C1-V - Construire la fonction de transfert de l'effort de serrage en fonction de la tension de commande Fs = f(u c ) pour la plage de réglage ( bars). - En déduire l incertitude maximale Fs en dan liée au réglage de Fs. Etablir le schéma de raccordement pneumatique du régulateur, de l électrodistributeur et du vérin. Proposer une solution technique industrielle qui permet d'atteindre la précision requise (5%) sur toute la plage de fonctionnement. Page 14 sur 26

15 PARTIE C2: MOTORISATION PAR MOTEUR ELECTRIQUE Cette partie permet à l'utilisateur de choisir les options de l'équipement proposées par le constructeur en fonction de ses besoins. Ce moteur est du type synchrone autopiloté d'indice de protection IP55 refroidi à l'eau C2-I Le cycle de fonctionnement. Compléter le chronogramme du document réponse DR4 (vitesse, accélération et effort de serrage) (loi de vitesse en trapèze pendant les déplacements, l'accélération et la décélération ont les mêmes valeurs absolues). C2-II Les caractéristiques du mouvement de la pince. C2-II-a Calculer la longueur L du déplacement de l'électrode (cf DTC2 fig. 3). Pour la suite des calculs, on prendra L=200mm. C2-II-b Calculer l'accélération et la vitesse de croisière de l'électrode pour respecter le cycle de fonctionnement imposé. C2-III Les caractéristiques mécaniques du moteur. (cf DTC2 II) On négligera les pertes mécaniques par frottement Le moment d'inertie équivalent à l'ensemble des pièces en mouvement ramené sur l'arbre du moteur (rotor compris) Jeq est estimé à kg.m². C2-III-a Définir les grandeurs qui permettront de choisir le moteur parmi les deux propositions du constructeur. C2-III-b Donner les expressions littérales des grandeurs définies dans la question précédente. Calculer les valeurs numériques correspondantes. En déduire le moteur le mieux adapté. C2-IV Les caractéristiques du codeur de position La position finale de l'électrode mobile doit être précise (+ / - 0,2 mm) Cette précision est définie par le codeur de position placé sur le rotor du moteur. 1. Choisir le codeur parmi les 2 propositions du constructeur (cf DTC2 II). 2. En déduire la fréquence maxi des impulsions. C2-V Solution adoptée par le constructeur de la soudeuse. Pour la suite du problème, on admettra que c'est le moteur B qui est choisi. C2-V-a Le moteur. Recenser les avantages de ce type de moteur dans cette application. Page 15 sur 26

16 C2-V-b La structure du variateur de vitesse: circuit de puissance. Le variateur de vitesse alimente le moteur en tension triphasé de type MLI, il permet la récupération de l'énergie lors du freinage sur le réseau d'alimentation et un fonctionnement à facteur de puissance unitaire côté réseau. - Donner un exemple de structure de ce circuit depuis le réseau triphasé 400V jusqu'aux enroulements du moteur. C2-V-c La structure du variateur de vitesse: circuit de contrôle Le document réponse DR5 présente le schéma fonctionnel de l'ensemble moteur - variateur du point de vue "commande". Remarque: le système d'autopilotage n'est pas détaillé sur ce schéma. C2-V-c-1 Autopilotage: - Préciser la fonction du resolver C2-V-c-2 Régulation du courant: - Localiser par un trait de couleur la boucle de régulation du courant sur DR5. - Indiquer le type d'action du régulateur. - Préciser la valeur de la limitation de courant qu'il faut programmer dans cette application pour un couple max de 10 Nm. C2-V-c-3 Régulation de la vitesse: - Identifier sur DR5 la boucle de régulation de vitesse. - Indiquer le type d'action du régulateur. - Indiquer les variables de réglage affectées à ce régulateur et le rôle de chacune d'elles. - Identifier le capteur de vitesse. - Préciser la nature du signal de sortie de ce capteur. - Préciser la variable de limitation de vitesse. C2-V-c-4 Régulation de la position: - Identifier sur DR5 la boucle de régulation de position. - Indiquer le type d'action du régulateur. - Identifier le capteur de position. - Que se passe-t-il si le gain Kp est trop grand? - Que se passe-t-il si le gain Kp est trop petit? Peut-on admettre un dépassement de la réponse à un échelon de consigne? Justifier la réponse. C2-V-c-5 Régulation de l'effort de serrage: solution économique On utilise la propriété qu'a le couple moteur d'être proportionnel à l'intensité absorbée par le moteur pour un moteur synchrone à aimants permanents commandé à Y=0 (i sd =0), la relation est : C = Kt. i = 3. p. φ i sq v sq Page 16 sur 26

17 avec p: nombre de paire de pôles Φ v : flux rotorique - Identifier sur le DR5 ce qui fera office de boucle de régulation de l'effort de serrage. - Indiquer ce qui correspond au signal de mesure de l'effort de serrage. - Où doit-on appliquer le signal de consigne d'effort (quand la soudeuse fonctionne en phase serrage)? - Après avoir rappelé la définition de la robustesse d'un asservissement, préciser d'où peuvent provenir les dérives des paramètres. C2-V-c-6 Régulation de l'effort de serrage: solution plus précise Pour améliorer les performances (précision et robustesse), on ajoute un capteur de force pièzo-électrique délivrant un signal dont la fréquence est proportionnelle à la force mesurée. - Préciser les endroits où ce capteur peut être installé. - Compléter DR5 en intégrant cette solution. C2-V-c-7 Coefficients de mise à l'échelle "utilisateur": cf figure 4 DTC2 Pour faciliter le réglage du variateur, les paramètres à fournir sont exprimées en grandeurs "utilisateur", à savoir: -l'épaisseur totale de tôles ept en mm -la vitesse maxi de déplacement de l'électrode Vmax en mm / s - Exprimer les variables POS et VIT en fonction de L, ept et Vmax - En déduire les facteurs d'échelle pour le déplacement (Ks = Ns / Ds en impulsions / mm) pour la vitesse (Kv = Nv / Dv en impulsions / s) Remarque : Ni et Di sont des nombres entiers. Page 17 sur 26

18 PARTIE D: L'ALIMENTATION DE L'ATELIER DE SOUDAGE EN ENERGIE ELECTRIQUE: L extension d une installation nécessite de définir les potentialités du réseau d alimentation électrique existant. Cette partie permet de vérifier s'il est possible, d'ajouter sur un tronçon d'alimentation, les 30 soudeuses "1000 Hz" nécessaires à la nouvelle chaîne de fabrication. Se référer au dossier technique DTD D-1. LE POSTE DE LIVRAISON HTB Caractéristiques de l'installation: (cf DTD fig1). D-1-1. Justifier la présence de deux arrivées 90 kv. D-1-2. Calculer et commenter la valeur du facteur de puissance de l'arrivée 1. D-1-3. Les transformateurs sont munis d'un régleur en charge, préciser son rôle. D-2. EFFET D'UNE PERTURBATION Un enregistreur branché en permanence sur le réseau 90 kv surveille les tensions et contrôle la qualité de la tension conformément au contrat signé avec EDF. Dès qu'un défaut dépassant les limites est détecté, il est enregistré. Le 31 mars 2008, un déséquilibre de tension est apparu pendant 9 périodes soit 180ms (voir cf fig 2 et 3 du DTD). D-2-1. Déterminer les composantes symétriques de tension simple produites pendant ce défaut. D-2-2. En déduire les composantes directe et inverse des tensions composées Ud et Ui. Exprimer les en pourcentage de la valeur efficace de la tension composée normale. D-2-3. En déduire l'impact qu'a eu ce défaut sur le fonctionnement - des moteurs de l'usine - de l'éclairage - des automatismes. D-3. LE RESEAU BTA SOUDURE L'étude est limitée à une portion du réseau: le tronçon "soudure caisse" (cf fig 6 du DTD) - Dans un premier temps, on étudie le comportement de ce tronçon avec les soudeuses déjà installées d'un point de vue: - puissance moyenne installée Page 18 sur 26

19 - facteur de puissance - chute de tension - réserve de puissance disponible. - Dans un deuxième temps, on étudie le comportement qu'aurait ce tronçon avec les nouvelles soudeuses installées. ANALYSE DE LA SITUATION EXISTANTE Ce tronçon alimente 84 soudeuses "50 Hz", chaque soudeuse est connectée aux canalis grâce à un boîtier de connexion et un câble (II + PE) de longueur 5m et de section 50 mm². En réalité: - les branchements sont répartis sur toute la longueur du tronçon - les différentes soudeuses (monophasées) sont réparties sur les trois phases pour équilibrage - toutes les soudeuses ne fonctionnent pas avec les mêmes réglages (tôles d'épaisseur différente) - les soudeuses fonctionnent de manière non synchronisée complètement aléatoire. Pour faciliter l'étude, on admettra que: - les 84 soudeuses monophasées se comportent comme 28 soudeuses triphasées équivalentes - les 28 soudeuses fonctionnent de manière aléatoire - 2 groupes de 14 soudeuses triphasées équivalentes sont branchées aux deux points du tronçon (M et M') les plus défavorables d'un point de vue impédance - toutes les soudeuses ont les mêmes caractéristiques moyennes suivantes Caractéristiques de la soudeuse "50Hz" monophasée moyenne équivalente U1n Valeur Tension primaire nominale 400 V efficace U20 Valeur Tension secondaire à vide 13,5 V efficace I2np Valeur Courant permanent de soudage (au 4,44 ka efficace secondaire) pour un facteur de marche a = 10% a Facteur de marche donnant le 10% fonctionnement nominal (15 périodes toutes les 3s) Sn Puissance apparente nominale 60 kva I2max Valeur Courant maximum de soudage (au 13,8 ka efficace secondaire) Smax Puissance apparente maximale 186 kva cos f Facteur de puissance 0,8 D-3-1. Caractéristiques d'une soudeuse triphasée équivalente Déterminer les caractéristiques moyennes S3n, I31n, I31max, S3max et cos f d'une soudeuse triphasée équivalente Page 19 sur 26

20 où - S3n est la puissance apparente nominale - I3np est le courant permanent de soudage (en ligne) pour un facteur de marche a de 10% - I3max est le courant maximum de soudage (en ligne) - S3max est la puissance apparente maximale - cos f: facteur de puissance. D-3-2. Puissance moyenne totale installée La puissance moyenne consommée par l'ensemble des soudeuses n'est pas la somme des puissances unitaires des soudeuses car elles ne fonctionnent pas toutes en même temps. - déterminer pour ce tronçon, la puissance moyenne totale que représente l'ensemble des soudeuses triphasées équivalentes Smoyeq (voir VII du DTD) Pour la suite des calculs, on prendra Smoyeq = 1800 kva et cos f = 0,8. D-3-3. Le facteur de puissance. Chaque transformateur est associé à une compensation fixe de facteur de puissance de 5 batteries de condensateurs 50 kvar 410V (cf fig 6 et 7 du DTD). - vérifier que l'énergie réactive fournie par cette batterie de condensateurs est suffisante pour ramener le cos f de l'ensemble à 0,92 - Justifier le fait que la compensation de cos f soit fixe bien que le fonctionnement des soudeuses varie fortement. - Justifier l'emploi d'inductances montées en série avec ces condensateurs. D-3-4. Schéma équivalent du tronçon étudié. - Déterminer la position des deux points M et M'. - Montrer que le tronçon étudié peut se représenter par le schéma équivalent des figures 7 et 7bis du DTD. - Déterminer les impédances du réseau équivalent. D-3-5. Chute de tension maximale en cours de soudage: Pour la suite des calculs on prendra le schéma équivalent suivant, on considérera - que toutes les soudeuses sont alimentées en un même point du tronçon (P2) - que le schéma équivalent du réseau est le suivant: Page 20 sur 26

21 R en mω X en mω Ztr 0,735 4,253 Zcan 0,105 0,035 Zc 0,0341 0,114 La chute de tension est la somme de 3 chutes de tension: - dans le transformateur (Ztr) - dans la canalis (Zcan) - dans le câble de la soudeuse (Zc) Si la tension d'alimentation d'une soudeuse devient inférieure à Un 10% (soit 360V), son fonctionnement est incorrect: le point de soudure est mauvais. Cette chute de tension dépend du nombre de soudeuses fonctionnant simultanément. Pour faciliter les calculs, on admettra que: - les chutes de tension dans le canalis et dans le transformateur dépendent du nombre de soudeuses fonctionnant simultanément. - I1 est la somme de 2 courants: le courant absorbé par les soudeuses et le courant absorbé par la batterie de condensateurs. - le pire des cas se produit dans les conditions suivantes: le courant de soudage est maximum (13.8kA) Nous allons calculer la chute de tension que provoque p soudeuses fonctionnant simultanément: D-3-5-a Donner la relation qui permet de déterminer la chute de tension " UP1" au point P1 en fonction du nombre de soudeuses "p" en fonctionnement simultané des impédances de la partie concernée du courant maximum absorbé par les soudeuses équivalentes: I3max du facteur de puissance des soudeuses équivalentes : cos f du courant réactif produit par les condensateurs: Ic D-3-5-b Donner la relation qui permet de déterminer la chute de tension totale " UP2" au point P2 en fonction Page 21 sur 26

22 du nombre de soudeuses "p" en fonctionnement simultané des impédances de la partie concernée du courant maximum des soudeuses équivalentes: I3max du facteur de puissance des soudeuses équivalentes : cos f du courant réactif produit par les condensateurs: Ic D-3-5-c Donner la relation qui permet de déterminer la chute de tension totale "DUP3" au point P3 (aux bornes d'une soudeuse monophasée). D-3-5-d Exprimer la relation qui donne la tension U3 aux bornes d'une soudeuse monophasé en fonction de "p" ( on prendra U10 = 410V) DUP3 est de la forme ap+b - Déterminer a et b - Tracer la courbe d'évolution de la tension U3=f(p).. D-3-5-e Quelle probabilité a-t-on d'avoir des mauvais points de soudure à cause d'une tension trop faible (cf VII.b du DTD)? On rappelle que le nombre total de soudeuses équivalentes est de 28 D-3-5-f De quelle réserve de puissance dispose-t-on sur ce tronçon? D-3-6. AJOUT DES 30 SOUDEUSES "1000 Hz" Caractéristiques moyennes des soudeuses triphasées "1000 Hz" à ajouter V1n Valeur efficace Tension primaire nominale 400 V I1np a Facteur de marche donnant le fonctionnement nominal (15 périodes toutes les 3s) 45 A 10% S3n Puissance apparente nominale 28,8 kva I1max 140 A S3max Puissance apparente maximale 90 kva cos Facteur de puissance 0,98 Il faut vérifier qu'avec ces 30 nouvelles soudeuses: - le tronçon "soudure caisse" n'est pas en surcharge - le facteur de puissance reste correct - la probabilité d'avoir de mauvais points de soudure à cause d une tension d'alimentation inférieure à 360V ne dépasse pas 5 pour Pour bénéficier de l'étude précédente faite avec des soudeuses triphasées équivalentes, on considère que, d'un point de vue puissance, 6 soudeuses "1000 Hz" vont se comporter comme une soudeuse "50 Hz" triphasée équivalente. 30 soudeuses "1000 Hz" sont donc équivalentes à 5 soudeuses "50 Hz" D-3-6-a Que devient la puissance moyenne installée? Page 22 sur 26

23 D-3-6-b Que devient le facteur de puissance? D-3-6-c En déduire la probabilité d'avoir un point de soudure défectueux à cause d'un nombre trop grand de soudeuses fonctionnant simultanément (cf VII.b du DTD). D-3-6-d Conclusion: Peut-on ajouter les 30 soudeuses "1000 Hz"? Page 23 sur 26

24 PARTIE E : LA COMMUNICATION DANS L ATELIER DE SOUDAGE L installation d un réseau de communication nécessite - La définition de son architecture intégrant nouvelle et ancienne installation - Le paramétrage des composants Se référer au dossier technique DTE La problématique est la suivante: Profitant des travaux de rénovation, le service «informatique industrielle» a décidé d'installer un réseau de communication de type ETHERNET TCP/IP industriel à 2 niveaux: - Niveau îlot de production - Niveau atelier soudage Caractéristiques : On considère que l installation est décomposée en 80 îlots comportant chacun 10 robots soudeurs (soit 800 robots soudeurs au total). au niveau de chaque îlot (gestion des automatismes): liste des équipements ayant besoin de communiquer ensemble: - 10 cellules de soudage composées d un robot et d une soudeuse - 1 automate de gestion des périphériques de l îlot - 1 pupitre de dialogue local à accès contrôlé de paramétrage local fonctionnalités: - la communication entre le robot et sa soudeuse (liaison de type RS485 avec protocole INTERBUS) est éprouvée et reconduite. - Les robots communiquent avec le niveau supérieur grâce à une liaison de même type. - L automate et le pupitre de dialogue disposent d un module de communication ETHERNET TCP/IP MODBUS. - Les adresses locales seront de la forme i.n où i est le numéro d îlot et n est le numéro de station (avec n 0) - La bande passante sera 100 Mbits/s pour permettre un débit suffisant notamment pour les échanges d informations entre les robots et l API distance maximale entre éléments: - 50 mètres au niveau atelier (gestion des données): liste des équipements ayant besoin de communiquer ensemble: Page 24 sur 26

25 - 80 îlots de production - un serveur contenant les bases de données suivantes (recettes) o tableaux de configuration des robots soudeurs épaisseurs des tôles séquencement des points de soudure succession des points de soudure o les programmes de fonctionnement robots (trajectoires) soudeuses positions géographiques des éléments annexes (rodeuses, changeurs d électrodes) o centralisation des données pour traçabilité - un 2 e serveur en redondance contenant une image (rafraîchie cycliquement) du premier - deux superviseurs (à accès contrôlé) contenant : o les pages écran de contrôle o les consignes de production o les données rafraîchies par le serveur - un superviseur chargé du contrôle du réseau (SNMP) - un PC équipé o d une carte GSM permettant l envoi de SMS aux techniciens de maintenance (20 numéros disponibles) o d un logiciel de gestion des défauts fonctionnalités: - le réseau est redondant de type ETHERNET TCP/IP industriel de bande passante 100 Mbits/s - les adresses locales seront de la forme j où j est le numéro du point d accès distance entre éléments: - l informatique de gestion est centralisée dans une salle de contrôle - les îlots de production sont répartis dans l atelier sur une distance d environ 1000 m Page 25 sur 26

26 Questionnement : E-1. Communication entre le robot et sa soudeuse La figure 1 du DTE montre la communication entre le séquenceur d un robot et la CPS de la soudeuse associée. E-1-1. Définir les expressions : liaison RS 485 liaison point à point protocole INTERBUS. E-1-2. A partir des données fournies dans le dossier technique DTE, caractériser la liaison RS 485 en indiquant : sa nature son type son type de transmission. E-2. Communication entre le robot et sa soudeuse E-2-1. Sur le document réponse DR 6 : - proposer un schéma architectural de l ensemble du réseau répondant aux caractéristiques demandées - préciser la nature des média utilisés. E-2-2. Lister les matériels de connexion nécessaires. E Définir l adresse exacte de l îlot 5 au niveau du réseau d atelier et le masque correspondant. - Définir l adresse exacte du robot 8 de l îlot 3 et le masque correspondant. Page 26 sur 26

27 DOSSIER TECHNIQUE DTA: LE SOUDAGE PAR POINTS I- Principe En construction automobile, l'assemblage de deux ou plusieurs tôles se fait le plus souvent par soudage électrique par points (cf fig 1 et 2) Cette technique consiste à - presser les deux tôles à souder entre deux électrodes à l'endroit où doit être réalisée la soudure - puis faire passer un courant électrique intense entre ces deux électrodes pendant un certain temps, ce qui provoque la fusion du métal des deux tôles - puis maintenir l'effort pendant le refroidissement. le point de soudure est alors terminé la formation du point de soudure nécessite donc de produire un effort mécanique (force Fs) et une énergie électrique suffisante pour produire la fusion du métal Fs Electrodes Ieff, Dt Pièces à assembler Fs Fig 1: principe du soudage par point ZAT ZF ZF : noyau fondu ZAT : zone affectée thermiquement e Tôle 1 Tôle 2 e d ZAT Fig 2: détail d'un point de soudure ZF Tôle 1 Tôle 2 Un point de soudure de bonne qualité est caractérisé par - une liaison intime des deux tôles créée dans la zone de fusion (ZF) - une zone voisine affectée thermiquement (ZAT) - un état de surface correct - pas d'écrasement - pas de perforation ni de surcharge de matière 1 / 40

28 II- Modélisation et étude Rt1 Rt2 Rc1 Rc3 Rc2 Rc1: résistance de contact électrode tôle 1 Rt1: résistance de la tôle 1 Rc3: résistance de contact tôle tôle Rt2: résistance de la tôle 2 Rc2: résistance de contact de l électrode tôle2 Le courant électrique passe dans un tube de métal. Fig 3: modélisation de l'espace traversé par le courant de soudage Les valeurs des résistances varient suivant - l'épaisseur des tôles - la nature des matériaux - l'état de surface - l'effort de serrage - la température Exemple considéré: Les données suivantes sont des valeurs moyennes qui ne tiennent pas compte des variations de température ni de structure de la matière mais qui suffisent pour la compréhension des phénomènes macroscopiques - tôles - électrodes: o composition: acier recouvert de zinc o composition: cuivre o épaisseur de la tôle: 1 mm o diamètre utile: 6 mm o épaisseur du revêtement: 3 microns o surface de contact: plane - effort de soudage maximum: 650 dan - résistances de contacts: o Rc1 = Rc2 = 20 µω o Rc3 = 200 µω matériau Fer Cuivre Zinc laiton Cu+Zn Résistivité à 20 C µω.cm ρ Température de fusion C Tfusion Température de C Tvap 906 vaporisation Chaleur massique J/ C/kg c 470 Chaleur latente de fusion J/kg Qfusion 272 Masse volumique Kg/m 3 ϖ / 40

29 III- Procédé Réaliser un point de soudure sur des tôles d'épaisseur inférieure à 2 mm nécessite de respecter un cycle de soudage qui comporte 5 phases (cf figure 4) - Accostage - Serrage - Soudage - Forgeage - Temps mort Pour des tôles plus épaisses, 2 phases supplémentaires sont nécessaires: - Préchauffage (avant le serrage) - Recuit (après le forgeage). ACCOSTAGE Fermeture des électrodes: superposition des 2 pièces à souder SERRAGE Etablissement de l'effort de serrage Fs L effort de serrage a pour objectifs: 1- Vaincre la rigidité des pièces et les défauts d accostage (assurer un contact convenable entre les pièces). 2- Assurer un bon contact électrique entre les électrodes et les tôles ( localisation du passage du courant), 3- Maintenir le contact entre les tôles durant les phases de fusion et de solidification. SOUDAGE Etablissement d'un courant de valeur efficace Ieff pendant un temps t: Développement de l'effet joule et création noyau fondu FORGEAGE Refroidissement L'effort de serrage est maintenu, il permet d'avoir une bonne compacité du noyau. IV- Fonctionnalités d'une soudeuse par points: Une soudeuse par points doit donc - se déplacer pour souder les tôles de forme complexe : c'est le robot sur lequel elle est installée qui la déplace au bon endroit - produire un effort de serrage des électrodes constant - produire un courant de valeur efficace constante pendant une durée déterminée constante - respecter un cycle de soudage programmé : ce cycle de soudage commence quand la soudeuse reçoit une information du robot: "autorisation de soudage" (quand le robot a fini de positionner la soudeuse). Quand le cycle de soudage est terminé, la soudeuse renvoie au robot un compte rendu indiquant - la fin de l'exécution - les paramètres du point de soudure exécuté (pour traçabilité) - l'état de la soudeuse : 3 / 40

30 identité du défaut si défaut demande de rodage des électrodes demande de changement des électrodes Position Autorisation de soudage Fin de soudage t t Effort de serrage t Intensité efficace Attente Accostage Serrage Soudage Forgeage Retour en position d attente t V F F F V Ieff, Dt V F F Fig 4: détail du procédé de soudage par point F V 4 / 40

31 V- Approche structurelle: la soudeuse cf figure 5 La soudeuse par points est constituée d'un ensemble de 2 électrodes montées à l'extrémité de bras de pince, l'un fixe, l'autre articulé. Un moteur (pneumatique ou électrique) associé à une chaîne cinématique de transformation de mouvement assure le déplacement de l'électrode mobile et produit l'effort de serrage. Un transformateur associé à un modulateur d'énergie produit le courant de soudage élevé sous faible tension. Un système de refroidissement à eau maintient l'ensemble à une température de fonctionnement raisonnable Moteur de serrage 5 Bras de pince inférieur 2 transformateur 6 Axe fixe autour duquel pivote le bras articulé 3 Bras de pince mobile 7 Articulation 4 Electrodes 8 Articulation Fig 5: présentation structurelle de la soudeuse à pinces VI- Approche structurelle: l'ensemble soudeuse - robot Fig 6: présentation structurelle de l'ensemble robot + soudeuse 5 / 40

32 VII- Schéma fonctionnel de raccordement puissance de l'ensemble pince - robot Soudeuse Robot Réseau 400V tri SOUDEUSES Réseau 400V tri ROBOT et AUTOMATISMES Rodeuse Changeur d électrode Armoire de commande robot Armoire de commande soudeuse Fig 7: raccordement électrique des sous ensembles VIII- Le transformateur d'alimentation de la soudeuse Le transformateur cuirassé fournit le courant de soudage. Le primaire est en fil émaillé, le secondaire est constitué de tube en cuivre, le transformateur est imprégné de résine époxy. Une protection thermique est assurée par deux thermostats à contacts libres de potentiel normalement fermés intégrés au circuit primaire et secondaire. IX- la modulation de l'énergie de soudage L'alimentation du transformateur de soudage est réalisée avec un modulateur d'énergie qui permet de régler le courant de soudage pendant un temps déterminé. X- Le système de serrage ds pinces de la soudeuse Il est constitué d'un système à 3 points d'articulation, Le moteur peut être un vérin pneumatique ou un moteur électrique avec vis sans fin. XI- Le refroidissement de la soudeuse (cf figure 8) Le refroidissement est assuré par la circulation d'eau dans les parties sujettes à l'échauffement. Il est décomposé en deux circuits. Une centrale d'alimentation fournit une eau déminéralisée à toutes les soudeuses de l'atelier à une pression de 4 bars et à une température de 20 C, elle est évacuée à une température d'environ 30 C par un réseau collec teur vers une station de refroidissement et de recyclage. Le débit est d'environ 12 l / min pour chaque soudeuse 6 / 40

33 Fig 8: Circuit de refroidissement de la soudeuse XII- Contrôle-commande de la soudeuse Un automate programmable (microcontrôleur) dédié à la commande de la soudeuse - commande le modulateur d'énergie - gère la valeur efficace du courant de soudage - fixe la durée du soudage - gère le déplacement de l'électrode mobile - gère la force de serrage. Il assure également la fonction de gestion des défauts XIII- Interface homme machine de la soudeuse Un pupitre de contrôle permet de : - configurer la soudeuse - lire les paramètres - lire les signalisations de défaut en "local" - faire une commande locale d'essai, ce qui facilite les opérations de dépannage. 7 / 40

34 Fiche de poste: Elaboré par le service «qualité soudure» pour chaque robot soudeur, elle précise - les programmes que peut réaliser la soudeuse (séquences) - les différents points de soudure à faire (n de p oint) - les coordonnées X,Y et Z du point de soudure par rapport à la position initiale du robot (position absolue). Cette fiche sert à programmer les automates de la soudeuse et du robot. Nom du poste de soudage BR_770N4 FICHE DE PARAMETRAGE SOUDAGE tolérances N Séquence Effort de serrage Epaisseur totale à souder I soudage en dan en mm en ka durée de soudage en périodes durée de maintien en périodes +/- 25 dan -0/+0.2 +/- 300A +/ (rodage) 130 8, (rodage) 130 8, ,7 11, ,7 11, ,9 11, ,5 13, ,0 13, Paramètres de rodage: Fréquence: tous les 300 points de soudure N de séquence de rodage: 29 Paramètres de changement d'électrodes: tous les 1200 points Paramètres de compensation d'usure: correction linéaire de la consigne d'intensité de soudage: de 100% de la consigne initiale au premier point à 110% pour le 300 point Durée du cycle de soudage : 3s Cadence: 20 points de soudure par minute Durée maxi de soudage: 15 périodes de 20 ms Durée maxi du maintien: 30 périodes 8 / 40

35 DOSSIER TECHNIQUE DTB: LE CIRCUIT DE PUISSANCE PARTIE B1: LA SOUDEUSE "50Hz" Figure 1 : SCHEMA STRUCTUREL D UNE SOUDEUSE 50 Hz Alimentation F1 F2 F3 OU Contrôle du courant de soudage F4 Mesure du courant de soudage CPS Contrôle de l effort de serrage Figure 2 : SCHEMA EQUIVALENT D UNE SOUDEUSE 50 Hz Essai électrodes serrées à l effort nominal, en court-circuit, impédance vue du secondaire i V 50 Hz R s L s Z s R s : résistance équivalente vue du secondaire du transformateur + résistance des électrodes L s : inductance équivalente vue du secondaire du transformateur + inductance des électrodes (inductance des tôles nulle) 9 / 40

36 Figure 3 : SCHEMA EQUIVALENT D UNE SOUDEUSE 50 Hz impédance ramenée au primaire i 1 R p u 1 (t)= U 1m sin(w t) L p Z p R p : résistance ramenée au primaire du transformateur, des électrodes L p : inductance ramenée au primaire du transformateur et des électrodes RESULTATS DES ESSAIS d IDENTIFICATION 1 er essai: essai à vide Valeur efficace de la tension primaire U 1 Valeur efficace de la tension secondaire à vide 400 V 13,5 V 2 e essai : essai en court circuit pinces serrées Conditions d'essai - U 1 = 400 V - Pleine conduction des thyristors Valeur efficace du courant secondaire I 2 réglé 23 ka 10 / 40

37 COMMANDE PROGRAMMABLE DE SOUDAGE 1-Choix du mode de contrôle du courant 11-Fonctionnement à taux de conduction constant (ou %) L angle Y de retard à l amorçage des thyristors est imposé par la CPS: il varie entre f, valeur minimale dépendant de l installation et théoriquement 180 correspondant à la conduction nulle. Les butées de réglage permises par la CPS sont : Valeur maximale de l'angle: 153 (8,5 ms). Valeur minimale de l'angle : ϕ Cette programmation se fait en % de la valeur maximale du courant de soudage. Un essai «électrodes serrées» sous tension nominale de la soudeuse étudiée a permis d obtenir la courbe %Imax = f(y) suivante : %Imax psi en 12-Fonctionnement à intensité constante L angle Y est adapté pour obtenir et maintenir une intensité programmée par l utilisateur afin de garantir une qualité de soudure constante indépendamment des fluctuations de tension du réseau ou de l impédance de la soudeuse (état des électrodes, échauffement des circuits, état de surface des tôles ). 11 / 40

38 Figure 4: SCHEMA EQUIVALENT D UNE SOUDEUSE 50 Hz en présence de tôles u 1 (t)= U 1m sin(w t) Tôles à souder I soudage T = 3 s Figure 5 : CYCLE DE SOUDAGE TYPE Valeur efficace du courant de soudage réglée à Is = 12 ka t on = 0,3 s t 20 soudures par minute maximum Figure 6 : ALLURES de u T (ωt) et i 1 (ωt) u T i 1 u T i 1 ωt ψ Θ 1 12 / 40

39 Figure 7 : EVOLUTION RELATIVE à U 1 de U T 1 U T /U 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 Y Figure 8 : SCHEMA EQUIVALENT de l ensemble «TRANSFORMATEUR+ELECTRODES+TOLES» i 1 R pt u 1 (t)= U 1m sin(w t) u T L pt Z pt R pt : résistance ramenée au primaire du transformateur, des électrodes et des tôles L pt : inductance ramenée au primaire du transformateur et des électrodes et des tôles 13 / 40

40 COMPENSATION d USURE Lorsque des électrodes travaillent, leurs caractéristiques se dégradent suivant deux processus principaux : - modification de la géométrie. - modification des caractéristiques du matériau de l'électrode. Pour conserver une qualité de soudure constante, il faut donc: - garder une densité de courant constante dans l électrode - décaper périodiquement l électrode par rodage - changer l électrode usée. Loi de compensation d'usure : La CPS permet de programmer la loi suivante fonction du nombre de points de soudure réalisés par l'électrode : Ic1 = Ic0 (1+ 0.1*n/300) Où - Ic1 est la consigne corrigée - Ic0 est la consigne initiale - n : le nombre de points de soudure Rodage : Les rodages d'électrode ont lieu tous les 300 points de soudure. Le robot positionne la soudeuse sur une fraiseuse qui usine la partie superficielle des électrodes afin de supprimer la couche de métal polluée Après chaque rodage, la valeur n est remise à zéro. Changement d électrodes : Il a lieu tous les 3 rodages par opération manuelle ce qui provoque un arrêt de production et une mise en position "repli" de la soudeuse par le robot 14 / 40

41 FACTEUR DE MARCHE et INTENSITE EQUIVALENTE THERMIQUE Le facteur de marche de la soudeuse FM est donné par la relation suivante : Somme des temps de passage du courant de soudage FM = Durée totaledu cycle Temps de cycle: base de temps à choisir suivant le procédé de fabrication: - machine assurant une production régulière de longue durée (1000 pièces/heure par ex.) : temps de cycle = 3000 périodes secteur. - machine assurant une production discontinue avec des périodes de travail et des périodes de repos pour le transport des pièces (ex : pince montée sur un robot.) : temps de cycle = temps s'écoulant entre deux "départs de cycle" pièce. Le contrôle du facteur de marche par la CPS consiste à vérifier que le courant permanent maximum que la soudeuse peut supporter n'est pas dépassé. Principe de calcul du courant permanent (ou thermique) Ith Après chaque point de soudure, la CPS calcule le facteur de marche établi sur les dernières 60 secondes de fonctionnement de la soudeuse en appliquant la formule suivante: Ith = I S 1t S1 + I S2t S2 + K+ I Snt Sn 60 Où - I S1, I S2..I Sn intensités efficaces moyennes mesurées au cours des n points effectués pendant les 60 dernières secondes (en ka). - t S1, t S2 t Sn temps de soudage réalisés à chacun des n points effectués pendant les 60 dernières secondes (en s). Ensuite la CPS compare la valeur calculée à la limite thermique programmée et génère un défaut s'il y a dépassement. 15 / 40

42 Figure 9 : EVOLUTION de la VALEUR EFFICACE du FONDAMENTAL et des HARMONIQUES H3, H5, H7 et H9 DE LA TENSION u T en fonction de Y Les courbes sont tracées pour une tension d alimentation du gradateur de valeur efficace 400V 400 Valeur efficace en V Fondamental U F Harmonique 3 U H Harmonique 5 U H Harmonique 7 U H Harmonique 9 U H Y / 40

43 PARTIE B2 : Soudage Moyenne Fréquence 1000 Hz 1. STRUCTURE GENERALE DES SOUDEUSES 1000 Hz 1.1. Sérigraphie face avant 1.2. Schéma de principe du convertisseur (inverter) 17 / 40

44 1.3. Schéma de principe de l ensemble «transformateur-redresseur secondaire» 1 à n diodes suivant le courant de soudage U V PE 2. AVANTAGES DE LA MOYENNE FREQUENCE 2.1. Avantages liés au redressement secondaire (courant continu) - Suppression de la composante inductive de l'impédance du circuit secondaire - Le courant de soudage n'est plus limité par la taille de la fenêtre de soudage. Le corps de pince devient beaucoup plus capacitaire Avantages liés au transformateur 1000 Hz - Gain de poids lié au transformateur au-delà d une puissance apparente de 40 kva - Applications directes : * pince à grand débattement (soudage plancher...) * limitation du poids de la pince et de la taille du robot Avantages liés à l'alimentation par le réseau triphasé - L'onduleur 50/1000 Hz alimentant le transformateur est branché directement sur le réseau triphasé d'où : * un meilleur équilibrage de la charge du réseau * un redimensionnement plus faible des câbles et organes de protection (contacteurs, disjoncteurs...) 18 / 40

45 - Faible déphasage courant-tension permettant une faible consommation d'énergie réactive 2.4. Avantages liés à la haute fréquence - L effet selfique de la boucle secondaire permet de lisser l allure du courant de soudage. - L absence de pics de courant évite la formation de micro-arcs électriques entre les électrodes et les tôles et réduit les interférences électromagnétiques avec le métal en fusion. Ceci a pour conséquences : * d'éviter la destruction du revêtement à la surface des points soudés * d'augmenter la durée de vie des électrodes * de limiter les risques de projection de matière lors de la formation du noyau - La fréquence de 1000 Hz permet une montée en courant très rapide contrairement à une solution 50 Hz redressée. Aussi, la technologie de soudage moyenne fréquence redressée permet la réalisation de points d'assemblage de haute qualité à un coût économiquement rentable (soudage de bossage, points de sécurité, points d'aspect...) 19 / 40

46 -A puissance de soudage équivalente, un courant continu permet d'abaisser le domaine de soudabilité en diminuant soit la valeur de courant nominal nécessaire soit la durée du temps de soudage. 20 / 40

47 EXTRAITS DU REFERENTIEL DU BTS ELECTROTECHNIQUE 1-Compétences mobilisées dans les tâches professionnelles T1.3 Concevoir des solutions techniques et des processus de fabrication dans le respect du cahier des charges et des contraintes imposées par le procédé Données Indicateurs de performance Cahier des charges fonctionnel Contraintes techniques et technologiques Données techniques des fournisseurs Normes et réglementations à respecter Résultats et historiques de production Dossier technique de l installation Rapport d incident Compétences mises en oeuvre C02 : Choisir une solution technique C03 : Analyser une solution technique C07 : Argumenter sur la solution technique retenue C08 : Concevoir une solution technique Compétences mises en oeuvre C01 : Analyser un dossier C02 : Choisir une solution technique C03 : Analyser une solution technique C07 : Argumenter sur la solution technique retenue C14 : Analyser les causes de dysfonctionnement 2-Récapitulatif des différentes compétences C01 C02 C03 C04 C05 C06 C07 C08 C09 C10 C11 C12 C13 C14 C15 C16 C17 Analyser un dossier Choisir une solution technique Analyser une solution technique Rédiger un document de synthèse Déterminer les ressources et les contraintes Respecter une procédure Argumenter sur la solution technique retenue Concevoir une solution technique Élaborer les dossiers techniques Réaliser les représentations graphiques nécessaires Estimer les coûts prévisionnels Concevoir une procédure Appliquer les normes Analyser les causes de disfonctionnement Estimer les délais de réalisation Élaborer un support de formation Mettre en oeuvre des moyens de mesurage La solution technique conçue et retenue est conforme au cahier des charges fonctionnel L argumentation présentée est recevable Les dossiers d étude fournis sont complets et correctement rédigés T2.4 Proposer des améliorations de procédé et d organisation Données Indicateurs de performance Les causes de dysfonctionnement sont répertoriées La solution technique proposée permet d améliorer la sécurité et les performances L argumentation présentée est recevable C18 Interpréter des indicateurs, des résultats de mesure et d'essais C19 Identifier les paramètres de réglage C20 C21 C22 C23 C24 Régler les paramètres Réaliser un ouvrage, un équipement ou un produit Déterminer les différentes tâches Planifier les tâches Suivre la réalisation C25 Analyser un planning C26 Contrôler la conformité d'un produit C27 C28 C29 C30 C31 C32 C33 Estimer les délais d'approvisionnement Communiquer de façon adaptée à la situation Exercer une responsabilité hiérarchique Ordonnancer des opérations de maintenance Intervenir sur une installation Interpréter la demande du client Animer une réunion 21 / 40

48 3-Niveaux taxonomiques Niveau 1 : niveau de l'information Le candidat a reçu une information minimale sur le concept abordé et il sait, de manière globale, de quoi il s'agit. Il peut donc par exemple identifier, reconnaître, citer, éventuellement désigner un élément, un composant au sein d'un système, citer une méthode de travail ou d'organisation, citer globalement le rôle et la fonction du concept appréhendé. Niveau 2 : niveau de l'expression Ce niveau est relatif à l'acquisition des moyens d'expression et de communication en utilisant le langage de la discipline. Il s'agit à ce niveau de maîtriser un savoir relatif à l'expression orale (discours, réponses orales, explications) et écrite (textes, croquis, schémas, représentations graphiques et symboliques en vigueur). Le candidat doit être capable de justifier l'objet de l'étude en expliquant par exemple un fonctionnement, une structure, une méthodologie, etc. Ce niveau englobe le précédent. Niveau 3 : niveau de la maîtrise d'outils Cette maîtrise porte sur la mise en oeuvre de techniques, d'outils, de règles et de principes en vue d'un résultat à atteindre. C'est le niveau d'acquisition de savoir-faire cognitifs (méthode, stratégie). Ce niveau permet donc de simuler, de mettre en oeuvre un équipement, de réaliser des représentations, de faire un choix argumenté, etc. Ce niveau englobe, de fait, les deux niveaux précédents. Niveau 4 : niveau de la maîtrise méthodologique Ce niveau vise à poser puis à résoudre les problèmes dans un contexte global industriel. Il correspond à une maîtrise totale de la mise en oeuvre d'une démarche en vue d'un but à atteindre. Il intègre des compétences élargies, une autonomie minimale et le respect des règles de fonctionnement de type industriel (respect des normes, de procédures garantissant la qualité des produits et des services). Ce niveau englobe, de fait, les trois niveaux précédents. 22 / 40

49 4-Contenus d enseignement en génie électrique 1 La conversion de l énergie électrique dans les applications : 1.1 L entraînement électrique : Couplage d une charge à une source par rapport à la charge (réversibilité) ou par rapport à l environnement16 ; Outils méthodologiques associés à l étude d une chaîne cinématique. 1.2 Les différents types d actionneurs électromécaniques : Actionneurs électromécaniques dédiés au déplacement de produit ; Actionneurs électromécaniques dédiés à la transformation de produit. 1.3 Les différents types de récepteurs en électrothermie : Différents procédés de conversion de l'énergie électrique en électrothermie. 1.4 Les différents types de récepteurs en électrochimie : Différents procédés de conversion en électrochimie. 1.5 La chaîne de commande des moteurs : Différents principes et choix des matériels : Représentations graphiques utilisées dans le domaine de la conversion d énergie électrique Logiciel de conception assisté par ordinateur (C.A.O.) pour les représentations graphiques normalisées des installations de motorisation ; Appareillage des départs moteurs selon les normes en vigueur (coordination type 1 & 2) Appareillage des départs moteurs progressifs (électromécaniques et électroniques) ; Appareillage de variation de vitesse Réalisation des équipements Règles de conception et réalisation des armoires électriques de commande de machine automatisée selon les règles de l'art et les normes en vigueur 1.6 La régulation industrielle et les fonctions spéciales : Différents principes de régulation Constituants d'un procédé de régulation Boucle de régulation Boucle de régulation d un procédé Outils adaptés pour programmer une application de régulation Paramètres d'une boucle de régulation 1.7 La sécurité machine et la mise en conformité : Mise en sécurité des machines en accord avec la réglementation en vigueur Normes régissant la sécurité des machines Démarche de réception d une machine neuve ou reconditionnée vis à vis de la réglementation Constituants de sécurité 23 / 40

50 2 La production, le transport et la distribution de l énergie électrique : 2.1 Les différentes sources d énergie et leurs exploitations dans les applications électriques : Production de l'énergie électrique : Principales sources de production de l'énergie (nucléaire, hydraulique et fossile) ; Principes et matériels mis en oeuvre dans les autres sources d énergie électrique (nouvelles énergies renouvelables) ; Classement des différentes sources de production en fonction de leurs applications Transport de l'énergie électrique : Architectures des réseaux de transport et d'interconnexion ; Caractéristiques de l'appareillage HT ; Normes relatives aux équipements mis en oeuvre Distribution de l'énergie électrique : Vision globale d une installation électrique et de son environnement ; Matériels permettant de générer des économies d'énergie et d optimiser les investissements (HTA et BT) ; Définition graphique d une architecture de réseau d'alimentation (HTA et BT) ; Dimensionnement, par les calculs et les outils logiciels, des différents éléments qui composent une installation électrique (transformateurs, appareils, câbles ) ; Contrôle des modifications d'une installation électrique (compensation réactif normal, ) en toute sécurité ; Normes NFC et UTE ; Sources de remplacement (groupes électrogènes, onduleurs, ) et équipements assurant la disponibilité de l'énergie électrique en toute sécurité ; Représentations graphiques utilisées dans le domaine de la distribution électrique ; Maîtrise d un logiciel de CAO pour les représentations graphiques normalisées des installations électriques. 2.2 La qualité de l'énergie électrique en environnement perturbé : Connaissance des protections contre la foudre, conformément aux normes régissant la basse tension : Éléments qui contribuent à la sûreté des installations ; Dimensionnement des sources de remplacement (ASI, ADI17 ) ; Protections contre la foudre nécessaires à la bonne marche d'une l'installation ; Architecture des protections contre la foudre d'une installation ; Normes et réglementations La compatibilité électromagnétique : faire coexister courants forts et courants faibles Mise en évidence des phénomènes CEM au travers d'expériences simples ; Exigences normatives de la directive CEM ; Effets des perturbations sur une installation électrique ; Modifications nécessaires sur une installation électrique pour éliminer les perturbations dans le domaine de la CEM Compréhension et minimisation des harmoniques Observation par des manipulations des perturbations dues aux harmoniques et leurs effets sur les équipements, analyser les relevés de mesure ; Dysfonctionnements d'une installation électrique dus à la présence de perturbations harmoniques ; Modifications nécessaires à une installation électrique pour minimiser les perturbations harmoniques Détermination et mise en oeuvre d une compensation d'énergie réactive en milieu perturbé Choix des condensateurs adéquats permettant de réduire la facture énergétique sur une installation, en milieu perturbé ; Choix de la protection des condensateurs contre les phénomènes harmoniques pour éviter leur surcharge. 24 / 40

51 5-Horaires de formation Horaire de 1ére année Horaire de 2ème année 1. Culture générale et expression 2. Langue vivante étrangère : anglais Heures /Semaine a + b + c Heures /Année Heures /Semaine a + b + c Heures /Année 3. Mathématiques Construction des structures matérielles appliquée à l électrotechnique Sciences appliquées Essais de systèmes Génie électrique Suivi du stage ouvrier 9. Suivi du stage de technicien Total Langue vivante facultative (autre que l anglais) a : cours en division entière, b : travaux dirigés, c : travaux pratiques d atelier Pour les travaux pratiques d atelier, des groupes sont constitués dès lors que l effectif de la division est supérieur à 15 élèves. L'horaire annuel est donné à titre indicatif. 2 semaines semaines / 40

52 DOSSIER TECHNIQUE DTC PARTIE C1: SYSTEME DE SERRAGE PAR VERIN PNEUMATIQUE CARACTERISTIQUES des VERINS de SERRAGE Longueur de course : 63 mm Diamètre vérin Section piston Efforts dynamiques développés en sortie de tige en fonction de la pression d alimentation (dan) (mm) (cm 2 ) 2 bars 4 bars 6 bars 8 bars 10 bars Figure 1 : FONCTION de TRANSFERT du REGULATEUR de PRESSION à COMMANDE PROPORTIONNELLE La CPS dispose d'une sortie analogique 0-10 V permettant de commander une vanne de régulation de pression proportionnelle délivrant une pression comprise entre 0 et la pression réseau nominale (10 bars), pour un signal de commande compris entre 0 et 10 V. La non-linéarité maximale est de +/- 10 % pour u c = 5 V P 10 bars 0 Non linéarité et non reproductibilité 10V Tension de commande u c issue de la CPC L évolution de la non linéarité en fonction de la tension de commande est la suivante : u c (V) NL (%) / 40

53 PARTIE C2: SYSTEME DE SERRAGE PAR MOTEUR DE SERRAGE ELECTRIQUE Fig 1: DETAIL MOTORISATION Caractéristiques de la vis sans fin: diamètre primitif: 20 mm, pas de la vis: 5 mm Palier arrière et codeur incrémental 9 Vis sans fin de serrage Rotor creux fileté du moteur Stator du moteur de serrage 8 71 I- Fonctionnalités FIG 2: SOUDEUSE EN POSITION FERMEE: DIMENSIONS UTILES D2: distance articulation - axe des électrodes LU: longueur utile HU: hauteur utile HU LU D1 D2 LU HU D2 D1 Effort maxi électrode: Fel daN 27 / 40

54 Fig 3: SOUDEUSE EN POSITION OUVERTE: X L 30 II- Le moteur de serrage Moteur A Moteur B Moteur synchrone triphasé à aimants permanents samarium cobalt collés autopiloté Les valeurs nominales sont définies pour un facteur de marche de 100% Tension nominale (en V) Vitesse nominale (en tr/min) Couple nominal (en Nm) Intensité nominale (en A) Intensité maximale admissible 5*In 5*In Intensité maximale admissible (facteur de 2.5*In 2.5*In marche 30%) Constante de couple (Kt) (en Nm/A) Constante de FEM (en V pour 1000 tr/min) Résistance stator (en Ω) Constante de temps thermique (en min) 2 2 Inertie du rotor (en kg.m²) Débit d'eau dans le circuit de refroidissement 4 4 (en l/min) Classe d'isolement H (180 C) H (180 C) Thermostat de sécurité 150 C +/- 5 C 150 C +/- 5 C Capteur de position rotorique resolver resolver Capteur de déplacement de la vis I II Codeur incrémental / 40

55 III- Les coefficients de mise à l'échelle Coefficient de la chaîne d action Ks Longueur L en mm Epaisseur totale de tôles à souder ept en mm FS Consigne de position POS en nombre d impulsions Coefficient de la chaîne d action Kv Vitesse d approche Vmax en mm/s Fig 4 FV Consigne de vitesse VIT en nombre d impulsions / s 29 / 40

56 PARTIE D: L'ALIMENTATION EN ENERGIE DE L'USINE EN GENERAL ET DE L'ATELIER DE SOUDAGE EN PARTICULIER: I- Principe L'alimentation de l'usine est assurée par EDF grâce à deux lignes 90 kv Le poste de livraison HTB comporte trois transformateurs 90 kv / 20 kv Le poste de répartition HTA assure l'alimentation des différents ateliers de l'usine par 9 boucles 20 kv alimentées par les postes K1 et K2 II- LE POSTE DE LIVRAISON HTB POSTE HT Ligne 90 kv GAVRELLE 1 Ligne 90 kv GAVRELLE KV A 15.7 MW 5.3 Mvar 92.3 KV A 17.5 MW 5.3 Mvar D1 D2 SSB1 POSTE 90KV SSB2 DTR1 DTR2 DTR3 TR C 24.4 C Position régleur 9 Position régleur 1 Position régleur 10 TR C TR kv A 14.0 MW A kv 0.0 A 0.0 MW 20.1 kv 0.0 A 0.0 MW A kv A 16.0 MW A2A A2B POSTE K2-RAME 1 S2 POSTE K2-RAME 2 Fig 1: synoptique du poste de livraison HTB 30 / 40

57 III- LA PERTURBATION DU 31/03/ /03/2008,07:05:57 VA GAV2 Vmax=90435V Vmax=75362V VB GAV2 Vmax=86662V VC GAV2 Vmax=32031V Fig 2 : enregistrement de la perturbation du 31/03/2008 Les tensions VA, VB et VC sont les tension simples. Les valeurs Vmax sont les valeurs crête mesurées pendant le défaut. Vmax = V est la valeur crête avant et après le défaut. Les pointeurs verticaux indiquent respectivement le début et la fin du défaut (pointillés) et une période (traits fins). 31 / 40

58 Une graduation égale Fig 3 : zoom d'une période (traits fins) IV- LE POSTE DE REPARTITION HTA POSTE K2 RAME kv A 14.0 MW TR1 A kv 0.0 A 0.0 MW TR2 A2A Reserve TSA Vers RAME kv 0.0 A 0.0 kw 20.0 kv A kw 20.0 kv 54.1 A kw 20.0 kv A kw 20.0 kv 62.4 A kw 20.0 kv 49.7 A kw 20.0 kv 38.5 A kw 20.0 kv 28.6 A kw Vers CELLULE 8 Poste K2 RAME 2 Vers poste 3B Vers poste 2G Vers poste 5C Vers poste 1AB Vers poste P3 Vers poste 1H Vers poste 1K Fig 4: schéma de la moitié du poste K2, rame 1 32 / 40

59 POSTE K2 RAME 2 A2B TR kv 0.0 A 0.0 MW A2A TR kv A 16.0 MW Vers RAME TSA2 Reserve Vers CELLULE 8 Poste K2 RAME kv A kw 20.1 kv 70.1 A kw 20.1 kv A kw 20.1 kv 3.2 A kw 20.1 kv 76.6 A kw 20.1 kv 14.9 A kw 20.1 kv 5.7 A kw 20.1 kv 0.0 A 0.0 kw Vers poste 1V Vers poste 2K Vers poste 1C Vers poste J2 Vers poste E Vers poste 1T Vers poste Cd2 Fig 5: schéma de la moitié du poste K2, rame 2 V- LES POSTES DE DISTRIBUTION HTB DE L'ATELIER DE SOUDAGE L'alimentation de l'ensemble de l'atelier de soudage (postes 3B et 1C) est répartie en 3 réseaux BTB indépendants: - un réseau soudure - un réseau force motrice - un réseau éclairage. VI- LE RESEAU BTA DE SOUDAGE Le réseau de soudage est constitué de 6 tronçons indépendants alimentés par 8 transformateurs 20 kv / 410 V 1200 kva. Chaque transformateur est associé à une compensation de cos φ par 5 batteries de condensateurs 50 kvar 410 V. Les tronçons sont réalisés en CANALIS (TRI + PE) KTA 2500A ou KTA 3200A suivant la longueur du tronçon, le nombre de soudeuses branchées et leur puissance nominale. Chaque soudeuse est alimentée en monophasé à partir d'un connecteur de CANALIS avec fusible type am, d'un câble de section 50 mm² de longueur 10 m, un disjoncteur NS250 en tête du "coffret puissance soudeuse". PLAN DU TRONCON "SOUDURE CAISSE" DE SOUDAGE ET DETAIL D'UN DEPART SOUDEUSE Ce tronçon alimente 84 soudeuses monophasées 33 / 40

60 Fig 6 : plan du tronçon de réseau de soudage à étudier Valeur des résistances et réactances du circuit Résistance équivalente Réactance équivalente réseau HTB (vue côté BT) 0,060 mω 0,560 mω Transfo 1250 kva 1,410 mω 7,946 mω Canalis KTA ,021 mω / mètre 0,007 mω / mètre Câble d'alimentation des soudeuses II+PE 50 mm² longueur 5m 0,341 mω 0,114 mω 34 / 40

61 Fig 7: schéma unifilaire du tronçon "soudure caisse" Fig 7 bis: schéma unifilaire équivalent VII- CALCULS RELATIFS AU FONCTIONNEMENT NON SIMULTANE DE N SOUDEUSES BRANCHEES SUR UN MEME RESEAU D'ALIMENTATION (extraits de la norme A82002) a. Estimation de la puissance moyenne équivalente consommée par l'ensemble des soudeuses A partir des lois de probabilité de fonctionnement simultané de n soudeuses, la puissance moyenne équivalente de toutes les soudeuses connectées au même endroit du tronçon est donnée par la relation de Wolff S 3moyeq = S3max. n. a( 1 + ( n 1). a). où - "S3moyeq" est la puissance apparente moyenne équivalente à n soudeuses triphasées équivalentes - "a" est le facteur de marche maximum - "S3max" la puissance apparente maximale d'une soudeuse triphasée équivalente 35 / 40

62 b. Calcul de la probabilité de voir fonctionner p soudeuses simultanément. - Les n soudeuses ont un facteur de marche a - leur fonctionnement n'est pas synchronisé - le nombre de soudeuses fonctionnant simultanément est complètement aléatoire et suit la loi de probabilité binomiale suivante: n! p a ( a) ( n pr =.. 1 p) p!. n p! ( ) Ce qui donne pour n = 28 et a = 10% p (nombre de soudeuses fonctionnant pr probabilité que cela simultanément) arrive 0 5,23E ,63E ,44E ,35E ,63E ,71E ,71E ,30E ,78E ,33E ,97E ,58E ,64E ,71E ,18E ,52E ,59E ,74E ,58E ,68E ,34E ,66E ,00E ,80E ,34E ,39E ,06E ,52E ,00E-28 0,300 0,250 0,200 0,150 0,100 0,050 probabilité p probabilité de fonctionnement simultané nombre de soudeuses p fonctionnant simultanément 0, Ce qui signifie que par exemple, la probabilité de voir fonctionner 5 machines en même temps n'est que de / 40

63 Ce qui donne pour n = 33 et a = 10% p (nombre de soudeuses fonctionnant pr probabilité que cela simultanément) arrive 0 3,09E ,13E ,01E ,31E ,93E ,24E ,44E ,76E ,97E ,08E ,20E ,91E ,88E ,97E ,11E ,56E ,95E ,16E ,14E ,87E ,46E ,00E ,07E ,23E ,49E ,98E ,04E ,89E ,40E-23 0,250 0,200 0,150 0,100 0,050 probabilité p probabilité de fonctionnement simultané nombre de soudeuses p fonctionnant simultanément 0, / 40

64 DOSSIER TECHNIQUE DTE : LA COMMUNICATION DANS L ATELIER DE SOUDAGE Liaison vers le niveau supérieur Liaison RS 485 point à point avec circuits d émission et de réception distincts Protocole INTERBUS Connecteur XR Connecteur SEQUENCEUR ROBOT CPS PARTIE OPERATIVE ROBOT PARTIE OPERATIVE SOUDEUSE Figure 1 38 / 40

65 REPETEUR (repeater) CONCENTRATEUR (hub) Réseaux : produits de connexion Segment Permet l extension d un réseau par segments Il amplifie et rétablit le même type de signal Exemple = répéteur RS485 Segment 2 Permet l extension d un réseau en étoile Il amplifie et rétablit le même type de signal sur tous les ports SWITCH CONVERTISSEUR (transceiver) Permet l extension d un réseau en étoile Il amplifie et rétablit le même type de signal sur un seul port. Exemple = Switch Ethernet (Permet de diminuer le nombre de collisions) Permet l extension d un réseau par segments de nature différentes. Segment 1 Segment 2 Exemple = convertisseur RS232/RS485 PONT (bridge) 2 2 Permet de relier 2 réseaux utilisant le même protocole mais des couches basses différentes 1 1 Exemple = Bridge Modbus RS485 / Modbus Ethernet TCP-IP Réseau 1 Réseau 2 ROUTEUR (router) 3 3 Permet de relier 2 réseaux de même nature Exemple = Routeur Ethernet TCP-IP PASSERELLE (gateway) Réseau Réseau 2 Permet de relier 2 réseaux de nature différente Exemple = Passerelle FIPIO / Modbus Réseau 1 Réseau 2 39 / 40

66 Communication : définition des caractéristiques d une transmission NATURE *série *parallèle TYPE *simplex *half duplex *full duplex TYPE DE TRANSMISSION SERIE *synchrone *asynchrone MEDIUM *paires torsadées *câble coaxial *fibre optique TYPE DE CONNEXION *point à point *multipoint TOPOLOGIE (liaison, bus, *maillage réseau) *bus *anneau *étoile *arbre STANDARD liaisons «série» *RS232 *RS422 *RS485 RESEAU ETHERNET TCP IP MODBUS Topologie : Libre Bus, étoile, arbre, ou anneau Distance maximum : Débit : Fonction du médium et du débit Minimum : 200 m en 100 base TX Maximum : m en 10 base F 10 Mbits/s Mbits/s Nbre max équipements : Fonction du médium Minimum : 30 par segment sur 10 base 2 Maximum : 1024 sur 10 base T ou 10 base F Ethernet est disponible sur trois types de médium : Nom Description Débit Long. maxi Nbre max stations/segment Câble 10 base 5 Thick Ethernet 10 Mb/s 500 m 100 coaxial 10 base 2 Thin Ethernet 10 Mb/s 185 m 30 Paire torsadée blindée 10 base T 100 base TX Twisted pair Twisted pair cat Mb/s 100 Mb/s 100 m 100 m 1024??? Fibre 10 base F 2 fibres 10 Mb/s 2000 m 1024 optique 100 base FX 2 fibres 100 Mb/s 2000 m??? 40 / 40

67 Documents réponse.doc Page 1 sur 4 DR 1 t et effort de serrage corrects Ieff trop important Ieff trop faible Ieff et effort de serrage corrects t trop important t trop faible Ieff et t corrects: un effort de serrage trop important un effort de serrage trop faible DR 2 U1 = 400 V F% H3% H5% H7% H9% Y = 60 Y = 70 Y = 80 Y = 90 DR 3 I1 = 405 A IF IH3 IH5 IH7 IH9 Y = 80 Page 1 sur 4

68 Documents réponse.doc Page 2 sur 4 DR 4 Durées maximales pour respecter le cycle de soudage ;Tc = 3s T1 = T3 = T5 = T7 = 0.1s T2 = T6 = 0.1s T4 = 0.9s Page 2 sur 4

69 Documents réponse.doc Page 3 sur 4 DR 5 Générateur de profil Valeur de consigne vitese supplémentaire Limitation de saut Action directe sur la vitesse Ctrl_Kfp Valeur de consigne en mode régulation de vitesse Filtre de référence régulateur Sel_1 de vitesse Régulateur de vitesse Valeur de consigne en mode régulation de courant _consi_extt Sel_2 Consignes et validation profil Ctrl_TAUrefp Ctrl_Kpp Ctrl_nmax Ctrl_TAUrefn Ctrl_Kpn ctrl_ktn Ctrl_Imax Filtre valeur de référence de courant Régulateur de courant Ampli de puissance Ctrl_TAUrefi Id,iq Vitesse Position Analyse du codeur Valeur réelle position vitesse M 3 R C Codeur Resolver Page 3 sur 4

70 Documents réponse.doc Page 4 sur 4 Document réponse n 6 Réseau de communication ETHERNET de l atelier de soudage Gestion des défauts Serveur 1 Serveur 2 (redondance) Supervision 1 de l atelier Supervision 2 de l atelier Gestion réseau Téléphone portable des techniciens de maintenance Réseau GSM envoi de SMS Réseau de classe ETHERNET industriel redondant100 Mbits/s Au niveau de l atelier soudage Automate programmable gestion de la chaîne de production 80 ilôts de production Réseau de classe C ETHERNET 100 Mbits/s au niveau de l îlot de production Automate programmable gestion des périphériques de l îlot Cellule Robot + soudeuse ILOT i Cellule Robot + soudeuse Pupitre de dialogue local Automate programmable gestion des périphériques de l îlot Cellule Robot + soudeuse ILOT i+1 Cellule Robot + soudeuse Pupitre de dialogue local Page 4 sur 4

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT INTRODUCTION Les pinces ampèremétriques sont destinées à étendre les capacités de mesure des multimètres, appareils de mesure de puissance, oscilloscopes,

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

APPAREILS DE CONTRÔLE ET ACCESSOIRES EN SOUDAGE PAR RESISTANCE. www.sdservice.fr

APPAREILS DE CONTRÔLE ET ACCESSOIRES EN SOUDAGE PAR RESISTANCE. www.sdservice.fr APPAREILS DE CONTRÔLE ET ACCESSOIRES EN SOUDAGE PAR RESISTANCE Fax : 08.21.48.17.56 INSTRUMENTS DE CONTRÔLE DYNAMOMÈTRE HYDRAULIQUE (600-1000 - 1600 dan) Le Dynamomètre Hydraulique Tecna permet une mesure

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle Série 77 - Relais statiques modulaires 5A Caractéristiques 77.01.x.xxx.8050 77.01.x.xxx.8051 Relais statiques modulaires, Sortie 1NO 5A Largeur 17.5mm Sortie AC Isolation entre entrée et sortie 5kV (1.2/

Plus en détail

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale Système ASC unitaire triphasé 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec Protection de première qualité est un système ASC triphasé de taille moyenne qui offre une protection électrique remarquable pour

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

Cahier Technique N 7 Définition des Réducteurs de Mesure

Cahier Technique N 7 Définition des Réducteurs de Mesure Page 1 sur 14 Cahier Technique N 7 Définition des Réducteurs de Mesure Page 2 sur 14 AVANT PROPOS... 3 DIMENSIONNEMENT DE TRANSFORMATEURS DE TENSION (TT)... 4 ENROULEMENT SECONDAIRE MESURE & COMPTAGE...

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

La compensation de l énergie réactive

La compensation de l énergie réactive S N 16 - Novembre 2006 p.1 Présentation p.2 L énergie réactive : définitions et rappels essentiels p.4 La compensation de l énergie réactive p.5 L approche fonctionnelle p.6 La problématique de l énergie

Plus en détail

0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N

0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N Série 55 - Relais industriels 7-10 A Caractéristiques 55.12 55.13 55.14 Relais pour usage général avec 2, 3 ou 4 contacts Montage sur circuit imprimé 55.12-2 contacts 10 A 55.13-3 contacts 10 A 55.14-4

Plus en détail

Distribution Basse Tension

Distribution Basse Tension Distribution Basse Tension Structure d une installation de distribution de l énergie électrique. Choix des protections électriques d une installation. Choix de canalisations électriques. Objectifs : justifier

Plus en détail

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE Nom.. Prénom.. Monte charge de cuisine Réalisation /0 Mise en service /0 Dépannage /0 PRESENTATION DU MONTE CHARGE M ~ S0 (Atu) S (appel pour monter) S (descente) H (descendez les déchets S.V.P.!) Sh Salle

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

LA MESURE INDUSTRIELLE

LA MESURE INDUSTRIELLE E02 LA MESURE INDUSTRIELLE 20 Heures Technicien responsable de la maintenance Approfondir les techniques de mesure; Prendre en compte l aspect métrologie. Connaître les limites et les facteurs d influences

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

ALPES TECHNOLOGIES Notice d installation des batteries de condensateurs ALPISTATIC équipées du régulateur ALPTEC 11ST

ALPES TECHNOLOGIES Notice d installation des batteries de condensateurs ALPISTATIC équipées du régulateur ALPTEC 11ST Notice d installation des batteries de condensateurs ALPISTATIC équipées du régulateur ALPTEC 11ST Protection - raccordements Mise en service Maintenance Réf : 2007-ST-01 Page 1 SOMMAIRE I - PROTECTION

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

Types VIS et CRE. A.07.370f. Conformité aux normes. Utilisations. Avantages

Types VIS et CRE. A.07.370f. Conformité aux normes. Utilisations. Avantages Fig. 1 RCC Commandés par Transistor IGBT à Onde Sinusoïdale Pure Types VIS et CRE Conformité aux normes FAA: AC 150/5345-10 (édition en cours), L-828, L-829 (sauf courant d entrée) OACI: Manuel de Conception

Plus en détail

Varset Direct. Batteries fixes de condensateurs basse tension Coffrets et armoires. Notice d utilisation. Armoire A2

Varset Direct. Batteries fixes de condensateurs basse tension Coffrets et armoires. Notice d utilisation. Armoire A2 Varset Direct Batteries fixes de condensateurs basse tension Coffrets et armoires Notice d utilisation Coffret C1 Coffret C2 Armoire A2 Réception DB110591 Présentation Varset Direct est une batterie fixe

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES INSULAIRES RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE CONTRÔLES DES PERFORMANCES AVANT LA MISE EN EXPLOITATION DEFINITIVE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE RACCORDÉES EN HTB DANS LES

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Guide d application technique Correction du Facteur de Puissance. Solution en Compensation Facteur de puissance

Guide d application technique Correction du Facteur de Puissance. Solution en Compensation Facteur de puissance Guide d application technique Correction du Facteur de Puissance Solution en Compensation Facteur de puissance Solutions complètes dans la régulation de la Qualité de l onde Note : 4.1.2 Banques

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Capteurs facteur 1. ... avec portée identique pour les aciers et les métaux nonferreux

Capteurs facteur 1. ... avec portée identique pour les aciers et les métaux nonferreux Capteurs facteur 1... avec portée identique pour les aciers et les métaux ferreux Capteurs M8, M12, M18 s n 1,5, 3, 5, 8, 12 mm Format Montage nominale s n de travail s a M8 1 1, 0...1,2 mm M8 1 1, 0...1,2

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

PROTECTION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION RACCORDEES AU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION BT

PROTECTION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION RACCORDEES AU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION BT PROTECTION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION RACCORDEES AU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION BT 1. Généralités... 3 1.1. Objet de la protection de découplage... 3 1.2. Approbation et vérification par le Distributeur

Plus en détail

4.4. Ventilateurs à filtre. Les atouts. Montage rapide. Polyvalence et fonctionnalité

4.4. Ventilateurs à filtre. Les atouts. Montage rapide. Polyvalence et fonctionnalité Les atouts L'utilisation de ventilateurs à filtre est une méthode extrêmement économique pour évacuer d'importantes quantités de chaleur en dehors des armoires électriques. Deux conditions fondamentales

Plus en détail

Références pour la commande

Références pour la commande avec fonction de détection de défaillance G3PC Détecte les dysfonctionnements des relais statiques utilisés pour la régulation de température des éléments chauffants et émet simultanément des signaux d'alarme.

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro

Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro Transmission sûre de l énergie Transmission sûre de l énergie Les machines mobiles sont tributaires d'une alimentation fiable en énergie. Les lignes d'alimentation

Plus en détail

Sauter Components 7146205002 04

Sauter Components 7146205002 04 46.205/1 RDT 711: Régulateur ventilation/climatisation avec fonctionnalités étendues Votre avantage pour plus d efficacité énergétique Libre refroidissement par l extérieur avec des paramètres réglables.

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

RACCORDEMENT D UNE PRODUCTION DECENTRALISEE EN HTA ETUDE DE LA PROTECTION DE DECOUPLAGE

RACCORDEMENT D UNE PRODUCTION DECENTRALISEE EN HTA ETUDE DE LA PROTECTION DE DECOUPLAGE Référentiel technique RACCORDEMENT D UNE PRODUCTION DECENTRALISEE EN HTA ETUDE DE LA PROTECTION DE DECOUPLAGE HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication V1.1 Création 28 février

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

ABB i-bus KNX KNX Centrale d alarme, MS GM/A 8.1, 2CDG110150R0011

ABB i-bus KNX KNX Centrale d alarme, MS GM/A 8.1, 2CDG110150R0011 Caractéristiques techniques 2CDC513071D0301 ABB i-bus KNX Description du produit La KNX centrale d alarme sert à la gestion d un maximum de 5 zones logiques avec un maximum de 344 groupes de détecteurs,

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Régulateur de process universel econtrol

Régulateur de process universel econtrol Régulateur de process universel Le type 8611 peut être connecté à Régulation en continue, 2 points, 3 points et Tout/Rien Ratio control function Entrées de capteurs (,, fréquence, Pt100) Contrôle de vannes

Plus en détail

KROHNE 12/2003 7.02278.91.00. GR Notice de montage et d utilisation TTP 200/300/400

KROHNE 12/2003 7.02278.91.00. GR Notice de montage et d utilisation TTP 200/300/400 KROHNE 12/2003 7.02278.91.00 GR Notice de montage et d utilisation TTP 200/300/400 Sous réserve de modifications pour raisons techniques. Débitmètres à sections variables Débitmètres Vortex Contrôleurs

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Par Jim Spitaels Livre blanc n 43 Révision n 2 Résumé de l étude Les besoins en puissance des centres de

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques 8/FR www.caleffi.com Groupes de transfert pour installations solaires Copyright Caleffi Séries 8 9 MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE Fonction Avertissements Gamme de produits Caractéristiques

Plus en détail

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE MAKING MODERN LIVING POSSIBLE Fiche technique Thermostate, Type KP Les thermostats de type KP sont des commutateurs électriques unipolaires dont le fonctionnement est lié à la température (SPDT). Un thermostat

Plus en détail

1 Schneider Electric Services

1 Schneider Electric Services S ce Prestations de Services Schneider Electric S ce Schneider Electric Services guide de choix page S ce 2 accompagnement produits et équipements page S ce 4 accompagnement parcs et réseaux page S ce

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

LE CIRCUIT DE CHARGE

LE CIRCUIT DE CHARGE MAINTENANCE AUTOMOBILE 1 LE CIRCUIT DE CHARGE PROBLÈME POSÉ Les véhicules automobiles modernes sont maintenant équipés de circuits électriques et électroniques aussi variés que nombreux. Il est donc nécessaire

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Session 2007 Étude des systèmes techniques industriels Durée : 6 heures coefficient : 8 AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

Plus en détail

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE ENREGISTREUR DE TEMPERATURE Jean-Pierre MANDON 2005 www.pictec.org Cet enregistreur de température a été réalisé dans le cadre de la construction d'un chauffe eau solaire. Il me permet d'enregistrer les

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA 1. DONNEES TECHNIQUES 1.1 GENERALITES Utilisation en service réduit

Plus en détail

UMG 20CM. UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM. Analyse d harmoniques RCM. Gestion d alarmes.

UMG 20CM. UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM. Analyse d harmoniques RCM. Gestion d alarmes. RCM Analyse d harmoniques Gestion d alarmes 02 Logiciel d analyse GridVis 20 entrées courant UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM Interface / Communikation

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique LES RELAIS STATIQUES (SOLID STATE RELAY : SSR) Princ ipe électronique Les relais statiques sont des contacteurs qui se ferment électroniquement, par une simple commande en appliquant une tension continue

Plus en détail

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000 DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite La gamme des gradateurs Compulite est conçue autour des technologies les plus récentes et les plus évoluées que ces 20 dernières années ont vu apparaître.

Plus en détail

Fronius IG. Onduleurs centraux PV POWERING YOUR FUTURE

Fronius IG. Onduleurs centraux PV POWERING YOUR FUTURE Fronius IG Onduleurs centraux PV POWERING YOUR FUTURE GÉNIAL! AVOIR SA PROPRE CENTRALE SOLAIRE La technique photovoltaïque a le vent en poupe! La nature s'en réjouit, les bilans énergétiques aussi. La

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Solutions pour la mesure. de courant et d énergie

Solutions pour la mesure. de courant et d énergie Solutions pour la mesure de courant et d énergie Mesure et analyse de signal Solutions WAGO pour la surveillance et l économie d énergie Boucles de mesure Rogowski, série 855 pour la mesure non intrusive

Plus en détail

n 159 onduleurs et harmoniques (cas des charges non linéaires) photographie Jean Noël Fiorina

n 159 onduleurs et harmoniques (cas des charges non linéaires) photographie Jean Noël Fiorina n 159 photographie onduleurs et harmoniques (cas des charges non linéaires) Jean Noël Fiorina Entré chez Merlin Gerin en 1968 comme agent technique de laboratoire au département ACS - Alimentations Convertisseurs

Plus en détail

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER 28 janvier 2007 Table des matières 1 Synthèse des convertisseurs

Plus en détail

NPIH800 GENERATION & RESEAUX. PROTECTION de COURANT TERRE

NPIH800 GENERATION & RESEAUX. PROTECTION de COURANT TERRE GENERATION & RESEAUX PROTECTION de COURANT TERRE NPIH800 assure la protection à maximum de courant terre des réseaux électriques de moyenne et haute tension. Ce relais multifonction surveille les défauts

Plus en détail

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE Au service de l'eau F 57600 FORBACH Fax 03 87 88 18 59 E-Mail : contact@isma.fr DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE www.isma.fr SOMMAIRE Pages 1. GÉNÉRALITÉS...

Plus en détail

Transmetteur de température analogique Pour capteurs Pt100, configurable sur PC, version montage en tête Type T24.10

Transmetteur de température analogique Pour capteurs Pt100, configurable sur PC, version montage en tête Type T24.10 Mesure électrique de température Transmetteur de température analogique Pour capteurs Pt100, configurable sur PC, version montage en tête Type T24.10 Fiche technique WIKA TE 24.01 pour plus d'agréments,

Plus en détail

Les résistances de point neutre

Les résistances de point neutre Les résistances de point neutre Lorsque l on souhaite limiter fortement le courant dans le neutre du réseau, on utilise une résistance de point neutre. Les risques de résonance parallèle ou série sont

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Régulateurs numériques compacts TROVIS 6411, 6441

Régulateurs numériques compacts TROVIS 6411, 6441 Régulateurs numériques compacts TROVIS 6411, 6441 pour montage encastré (dimensions face avant 72 x 144 mm), ou sous forme de module embrochable 19". Application Régulateurs à microprocesseur avec software

Plus en détail

Version MOVITRANS 04/2004. Description 1121 3027 / FR

Version MOVITRANS 04/2004. Description 1121 3027 / FR MOVITRANS Version 04/2004 Description 1121 3027 / FR SEW-USOCOME 1 Introduction... 4 1.1 Qu est-ce-que le MOVITRANS?... 4 1.2 Domaines d utilisation du MOVITRANS... 4 1.3 Principe de fonctionnement...

Plus en détail

Centrale de surveillance ALS 04

Centrale de surveillance ALS 04 Centrale de surveillance ALS 04 Notice d'installation et d'utilisation Version 1.0 - B 6 rue Alory 35740 Pacé France Tel : +33 (0) 2 99 60 16 55 Fax : +33 (0) 2 99 60 22 29 www.sodalec.fr - 1 - Notice

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Industrielles pour l Ingénieur Centre d Intérêt 5 : ALIMENTER en énergie RADIOS FREEPLAY : Génération d'énergie électrique pour une radio sans piles dans les pays en voie de développement COURS

Plus en détail

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens Automate d'éclairage de cage d'escaliers rail DIN N de commande : 0821 00 Module à impulsion N de commande : 0336 00 Manuel d utilisation 1 Consignes de sécurité L'intégration et le montage d'appareillages

Plus en détail

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT CHAUFFAGE PRODUCTION ECS POMPES À CHALEUR HAUTE TEMPÉRATURE PRODUCTION EAU CHAUDE SANITAIRE PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT/ECS Pompes à Chaleur Haute Température et production d Eau

Plus en détail

NOUVELLE RT 2012. économies. (durables) visibles directement sur internet. MESURE, COMPTAGE & AFFICHAGE i COMMUNICANTS

NOUVELLE RT 2012. économies. (durables) visibles directement sur internet. MESURE, COMPTAGE & AFFICHAGE i COMMUNICANTS NOUVELLE RT 0 économies (durables) visibles directement sur internet MESURE, COMPTAGE & AFFICHAGE i COMMUNICANTS Mesurer, compter, afficher, le premier pas vers l économie durable Mesure, comptage & affichage

Plus en détail

Relais de contrôle Surveillance de charge triphasée Types DWB01, PWB01

Relais de contrôle Surveillance de charge triphasée Types DWB01, PWB01 Relais de contrôle Surveillance de charge triphasée Types DWB0, PWB0 DWB0 Description du produit Les relais DWB0 et PWB0 sont des relais précis conçus pour contrôler le facteur de puissance efficace vraie

Plus en détail

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes Alarme et sécurité Sous Epreuve E12 Travaux pratiques scientifiques sur systèmes 1 ACADEMIE DE REIMS Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques C.C.F. de Mathématiques et Sciences Physiques

Plus en détail

ORGANISATION MODULAIRE C.A.P. PROELEC

ORGANISATION MODULAIRE C.A.P. PROELEC ORGANISATION MODULAIRE C.A.P. PROELEC Rapport réalisé avec le soutien du fonds social européen (FSE) DAFCO Formation continue Académie de Reims 2010 ORGANISATION MATÉRIELLE Mesureurs : - voltmètre, - pince

Plus en détail