#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11"

Transcription

1

2

3 #295 production audiovisuelle aidée sommaire &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5 &02 la fiction...11 &03 le documentaire...21 &04 l animation...31 &05 le...37 &06 le magazine...47 &07 les diffuseurs...51 &08 l audience de la télévision en &09 les producteurs de programmes aidés par le CNC...65 & 10 la production audiovisuelle française à l international en

4

5 01 les tendances de la production audiovisuelle aidée en 2004 rappel méthodologique Les résultats présentés dans ce numéro des Dossiers de CNC info ne concernent que les œuvres qui ont obtenu un soutien financier du CNC en Ces données peuvent donc être différentes des statistiques publiées par les chaînes ou par d autres organismes ; elles sont toutefois homogènes depuis la création du compte de soutien audiovisuel et permettent de disposer de séries annuelles cohérentes. Les analyses suivantes portent exclusivement sur la production aidée dans l année, genre par genre. Les aides à la préparation et les compléments de subventions sur des œuvres en cours de production et aidées sur des exercices antérieurs sont mentionnés séparément.

6 &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée en 2004 fiction ,1% documentaire ,5% animation ,7% ,4% magazine ,3% total ,2% > VOLUME (HEURES) fiction 580, , , , , ,7 % documentaire 319, , , , , ,3 % animation 185, , , , , ,0 % 40, , , , , ,3 % magazine 18, , , , , ,5 % total 1 143, , , , , ,4 % > DEVIS (ME) fiction 74, , , , , ,8 % documentaire 60, , , , , ,6 % animation 24, , , , , ,7 % 7, , , , , ,5 % magazine 2, , , , , ,0 % total 168, , , , , ,2 % > COSIP * (ME) * aides à la production uniquement fiction 350, , , , , ,2 % documentaire 143, , , , , ,9 % animation 34, , , , , ,7 % 12, , , , , ,4 % magazine 11, , , , , ,0 % total 552, , , , , ,8 % > APPORT DES DIFFUSEURS (ME) En 2004, le COSIP a aidé heures de programmes, soit 130 heures de moins (- 3,2 %) qu en Cette baisse est en grande partie imputable au recul du documentaire (-210 heures) et du magazine (-90 heures), en partie compensée par la hausse de la fiction (+ 54 heures) et de l animation (+ 122 heures). Le total des devis des œuvres aidées progresse de 8,4 % et atteint 1 236,6 M E. Les engagements du COSIP (aides à la production uniquement) s élèvent à 185,8 M E, en hausse de 9,2 % par rapport à Les diffuseurs ont investi 638,7 M E dans des œuvres aidées par le COSIP, soit une hausse de 10,8% par rapport à % de leurs investissements sont dédiés à la fiction. En moyenne, les diffuseurs financent 51,7 % du devis des œuvres aidées. Les apports étrangers diminuent de 13,0 % par rapport à 2003 et atteignent 125,1 M E. La baisse concerne tous les genres sauf l animation (+ 12,2 %). la fiction : augmentation du volume et diversification des formats Après plusieurs années de stagnation, le volume horaire de fiction aidé par le COSIP augmente (+ 8,1 %) pour atteindre son plus haut niveau depuis 1996 : 721 heures en 2004, contre 667 en Les devis sont également en hausse de 4,7 % et s élèvent à 625,3 M E. En raison de la diversification des formats vers des programmes plus courts, produits sous la forme de séries, et plus exclusivement à destination de l avant soirée. Le coût horaire moyen poursuit sa baisse amorcée en 2003 et s élève à 867,3 K E. Les diffuseurs financent mieux la fiction (+ 9,2 %) et augmentent leur taux de participation (66,5 % des devis en 2004, 63,7 % en 2003). Le montant du COSIP alloué à la fiction progresse de 4,8% et s élève à 73,4 M E, soit 11,7 % des devis. le documentaire : moins d heures, mieux financées Pour la deuxième année consécutive, le documentaire voit son volume horaire aidé baisser, passant de heures en 2003 à heures en 2004 (- 8,5 %). Les devis restent stables à hauteur de 332,5 M E. Le coût horaire moyen du documentaire progresse pour la première fois depuis 2001 et atteint 147,6 K E contre 135,2 K E en Les apports des diffuseurs dans le documentaire augmentent de 3,9 % et atteignent 144,5 M E. En 2004, l apport horaire du COSIP progresse de 11 % et s élève à E au lieu de E en La part du COSIP dans le financement du documentaire est stable et couvre 19,7 % (19,3 % en 2003) des devis. l animation : augmentation des heures, des devis et des financements En 2004, le volume d animation produit augmente de manière significative pour atteindre 330 heures de programmes (+ 58,7 %). Cette évolution traduit un effet de rattrapage lié au caractère cyclique de la production d animation, en phase haute en 2004 notamment pour France 3. Le coût horaire continue de baisser à 588,5 KE. Les devis augmentent de manière significative à 194,2 M E (+ 51,0 %). Le nombre de coproductions est en augmentation avec une part croissante des financements français. Avec 47,4 M E investis dans la production, les diffuseurs continuent de mieux financer les programmes d animation (24,4 % des devis, contre 21,5 % en 2003). Le montant des aides accordées par le COSIP est en hausse à 28,7 M E ; il couvre 14,8 % des devis (14,2 % en 2003). le : stabilisation du volume Pour la première fois depuis 1996, le volume de spectacle vivant se stabilise (433 heures en 2004, contre 439 heures en 2003). L apport horaire des diffuseurs progresse (+ 12,4%). Les devis progressent plus lentement à hauteur de 67,1 ME (+3,3%). Le coût horaire progresse légèrement à hauteur de 155,1 K E. Le montant du COSIP distribué augmente pour atteindre 16 M E, en hausse de 5,5 %. Il couvre 23,8 % des devis, contre 23,4 % en dossier juillet page 6

7 LES CHIFFRES CLÉS DE LA PRODUCTION AIDÉE autres 23,2 % 8,6 % magazine 1,2 % animation 15,5 % fiction 66, , , , , ,2 % documentaire 21, , , , , ,1 % animation 81, , , , , ,2 % 9, , , , , ,7% magazine 0, , , , , NS total 179, , , , , ,0 % > APPORT ÉTRANGERS (ME) fiction 44, , , , , ,0% documentaire 13, , , , , ,6% animation 64, , , , , ,5% , , , ,8% magazine 0, , , , , NS total 122, , , , , ,5% > COPRODUCTIONS ÉTRANGÈRES (ME) apports étrangers 10,1 % COSIP 15,0 % diffuseurs 51,6 % > RÉPARTITION DES FINANCEMENTS EN 2004 animation 15,7 % documentaire 26,9 % 5,4 % magazine 1,4 % documentaire 35,2 % fiction 50,6 % fiction 39,5 % > RÉPARTITION DU COSIP * DISTRIBUÉ EN 2004 * aides à la préparation uniquement fiction 22, , , , , ,9 % documentaire 8, , , , , ,4 % animation 17, , , , , ,8 % , , , ,5 % magazine 0, , , , , NS total 48, , , , , ,5 % fiction 18,4 % > RÉPARTITION DES DEVIS EN 2004 magazine 3,3 % animation 1,6 % 7,4 % > PRÉVENTES À L ÉTRANGER (ME) fiction 3, , , , , ,6 % documentaire 1, , , , , NS animation 8, , , , , ,7 % magazine 4,8 % 11,0 % documentaire 57,4 % documentaire 22,6 % fiction 65,1 % total 12, , , , , ,5 % > APPORTS DES SOFICA (ME) animation 8,4 % > RÉPARTITION DES HEURES EN 2004 > RÉPARTITION DES APPORTS DES DIFFUSEURS EN 2004 dossier juillet page 7

8 &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée en fiction 81, , , , ,3 documentaire 28, , , , ,1 animation 67, , , , ,4 8, , , , ,0 magazine 2, , , , ,2 total 187, , , , ,0 > COSIP (ME)* A* aides à la production + aides à la préparation + compléments ventilés sur les exercices précédents LE FINANCEMENT PAR LE COSIP Le montant total du COSIP en 2004 s élève à 192,0 M E (aide à la production + aide à la préparation + compléments ventilés sur les exercices précédents), A dont 185,8 M E au titre de l aide à la production seule et 4,3 M E au titre de l aide à la préparation et au développement. En 2004, la fiction bénéficie toujours de la plus importante part du COSIP (39,2 % du montant alloué), suivie par le documentaire (35,5 %), l animation (15,8 %) et le (8,3 %). La répartition entre les genres évolue légèrement en 2004, la part du documentaire et de la fiction diminuant au profit de celle de l animation. les aides à la production Les aides à la production atteignent 185,8 ME, soit 9,2 % de plus par rapport à Elles représentent 96,8 % de l ensemble du COSIP distribué en Au total, tous genres confondus, ces aides représentent en moyenne 15 % des devis. Les aides à la production se répartissent en aides sélectives, automatiques et avances. 31,7 ME sont versés au titre de l'aide sélective (22,8 M E en 2003), soit 17,1 % des aides à la production, Bcontre 13,4 % en La fiction bénéficie de 13,8 ME, soit 43,5 % de l ensemble des aides sélectives à la production. En 2003, le documentaire était le principal bénéficiaire de ces aides sélectives avec 9 ME, soit 39,5% du total. Les aides automatiques reculent légèrement (- 2,5 %) pour atteindre 121,3 M E (124,0 M E en 2003), soit 65,3 % des aides à la production (73,1 % en 2003). Le documentaire capte désormais la majeure partie de ces aides (39,1 % du total, contre 39,6 % en 2003), suivi par la fiction (37,7 % en 2004 et 44,1 % en 2003) et l animation (15,0 % en 2004 contre 8,5 % en 2003). Les avances progressent de 43,2 %. Elles atteignent 32,8 M E. Elles représentent 17,7 % du montant du COSIP, contre 13,5 % en La fiction capte 41,5 % des avances et le documentaire 26,5 %. les aides à la préparation et au développement En 2004, les aides à la préparation et au développement concernent 315 projets pour un montant de 4,3 ME, soit une baisse de 21,8 % par rapport à Les aides à la préparation représentent 2,2 % de l ensemble du COSIP versé en L aide automatique représente 3,8 M E, soit 88,3 % de l ensemble des aides à la préparation, contre E pour le sélectif. Pour la première fois, les Caides à la préparation sont majoritairement accordées au documentaire. En 2004, ce genre draine 2,3 M E pour 230 projets, soit un apport moyen proche de E par projet (26 000E en 2003). Même si la proportion augmente par rapport à 2003, les producteurs utilisent encore peu la possibilité qui leur est offerte de réinvestir jusqu à 30 % de leur compte automatique en aide au développement. Les aides automatiques atteignent 96,9 % de l ensemble des aides à la préparation allouées au documentaire, contre 91,9 % en Les aides à la préparation pour la fiction diminuent de 26,9 % : 1,8 M E en 2004, contre 2,4 M E en Le nombre de projets concernés est passé de 94 en 2003 à 74 en L apport moyen par œuvre diminue de 7,2 %. Il s élève à E ( E en 2003). Les aides automatiques représentent 79,7% des apports, contre 76,6 % en dossier juillet page 8

9 ME % COSIP/devis (%) fiction 73, , ,7 documentaire 65, , ,7 animation 28, , ,8 16, , ,8 magazine 2, , ,8 total 185, , , > LES AIDES À LA PRODUCTION EN 2004 B aides sélectives 17,1 % avances 17,6 % fiction documentaire animation _ _ total > NOMBRE D ŒUVRES BÉNÉFICIAIRES D UNE AIDE À LA PRÉPARATION ET AU DÉVELOPPEMENT C aides automatiques 65,3 % aides sélectives aides automatiques avances fiction 13, , ,6 documentaire 9, , ,7 animation 4, , ,5 2, , ,0 magazine 2, , _ total 31, , ,8 > LES AIDES À LA PRODUCTION EN 2004 (ME) B > LES AIDES À LA PRODUCTION EN 2004 B fiction 1 478, , , , ,1 documentaire 869, , , , ,6 animation 640, , , , ,9 _ , , , _ total 2 988, , , , ,6 > AIDE À LA PRÉPARATION ET AU DÉVELOPPEMENT (KE) C dossier juillet page 9

DONNÉES GÉNÉRALES FINANCEMENT DE L ANIMATION. davantage de programmes, toujours mieux financés par les chaînes et le COSIP

DONNÉES GÉNÉRALES FINANCEMENT DE L ANIMATION. davantage de programmes, toujours mieux financés par les chaînes et le COSIP 04 l animation &04 l animation 400 350 300 250 200 150 100 50 0 114 nombre de dossiers aidés 58........................55........................55........................45........................55 nombre

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

les études du CNC avril 2014

les études du CNC avril 2014 les études du CNC avril 2014 la production audiovisuelle aidée en 2013 Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création numérique et la Direction des études,

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Aide aux nouvelles technologies en production (audiovisuel)

Aide aux nouvelles technologies en production (audiovisuel) Aide aux nouvelles technologies en production (audiovisuel) Producteurs Informations générales Nom de la mesure Acronyme Code Mesure nationale/mesure communautaire NTP 3.2.31 Nationale Filière concernée

Plus en détail

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010 genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010 Sommaire En bref....................................................................................... 1 Commentaires complémentaires...................................................................

Plus en détail

MIDI-PYRÉNÉES - RÈGLEMENTS 2014

MIDI-PYRÉNÉES - RÈGLEMENTS 2014 MIDI-PYRÉNÉES - RÈGLEMENTS 2014 Le dispositif d aide à la création audiovisuelle est en cours de modification, merci de prendre contact avec la Région Midi-Pyrénées afin de prendre connaissance des nouveaux

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

Fonds de soutien audiovisuel Plaquette de présentation générale

Fonds de soutien audiovisuel Plaquette de présentation générale Fonds de soutien audiovisuel Plaquette de présentation générale Pour connaître les règles juridiques de l attribution des aides du CNC consulter le Règlement Général des Aides du CNC Livre III : http://www.cnc.fr/web/fr/reglement-generaldes-aides-financieres-du-cnc

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

le marché du documentaire en 2011

le marché du documentaire en 2011 les études du CNC juin 2012 le marché du documentaire en 2011 télévision et cinéma, production, diffusion, audience Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

ACCUEIL DE TOURNAGES MIDI-PYRÉNÉES - 193

ACCUEIL DE TOURNAGES MIDI-PYRÉNÉES - 193 CINEMA AUDIOVISUEL LM CM DOC F-TV ANIM MMEDIA RÉGION MIDI-PYRÉNÉES VOTRE INTERLOCUTEUR Conseil régional de Midi-Pyrénées Benoît CARON film@cr-mip.fr Service des industries culturelles - International 22,

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole

Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole Les récents travaux de recherche nationaux et européens sur le sujet du financement des transports publics à moyen et long

Plus en détail

Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014

Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014 Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014 Globalement le projet de budget 2010 présente à l ordinaire des recettes pour un montant de 87.764.757 et des dépenses

Plus en détail

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES Les surfaces Le nombre d exploitations légumières, 3 86 en 1, est en diminution comme l ensemble des exploitations agricoles. Cette baisse a davantage concerné les plus petites

Plus en détail

le marché du documentaire en 2012

le marché du documentaire en 2012 les études du CNC juin 2013 le marché du documentaire en 2012 télévision et cinéma, production, diffusion, audience Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2014 AIDE À LA CRÉATION ET A LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Le fonds d aides à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle vise - en pleine

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants N 43 Avril 1 Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants Le RSI gère les régimes invalidité-décès des artisans et commerçants. L assurance invalidité permet de couvrir

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 Aide à la réécriture et au développement Objectifs L'aide à la réécriture et au développement est mise en place : - pour permettre la professionnalisation du secteur du cinéma

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

03 l exportation des films et des programmes audiovisuels français

03 l exportation des films et des programmes audiovisuels français Le Printemps de Mélie de Pierre-Luc Granjon. Office national du Canada / Folimage. Solomon Kane de Michael J. Basset. Metropolitan FilmExport. 03 l exportation des films et des programmes audiovisuels

Plus en détail

Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006

Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006 Direction de la musique de la danse du théâtre et des spectacles Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006 REPERES DMDTS N 5 - février 2009 Conception et réalisation

Plus en détail

Points forts L EMPLOI SE STABILISE EN 2014 BILAN EMPLOI 2014. De la Polynésie française

Points forts L EMPLOI SE STABILISE EN 2014 BILAN EMPLOI 2014. De la Polynésie française Points forts 09 BILAN L SE STABILISE EN INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Les effectifs salariés déclarés à la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) ont progressé de 430 emplois en, soit

Plus en détail

Analyse du taux moyen de location des films

Analyse du taux moyen de location des films Analyse du taux moyen de location des films octobre 2009 Objectifs et méthodologie Le Centre national du cinéma et de l image animée (CNC) a réalisé une étude sur le taux moyen de location des films. Cette

Plus en détail

3 décembre 2010 Projet initié par:

3 décembre 2010 Projet initié par: Profil de l industrie Secteur de l animation au Québec 3 décembre 21 Projet initié par: Contributeurs majeurs: Partenaires : L analyse du secteur de l animation au Québec se structure autour de 3 facteurs

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

LA SITUATION FINANCIÈRE

LA SITUATION FINANCIÈRE DES MUTUELLES EN 2014 1/5 ce qu il faut retenir du rapport 2015 de la Drees Éclairage proposé par la Direction de la santé et la Direction des entreprises et organismes mutualistes de la Mutualité Française

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2009

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2009 genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2009 Sommaire En bref....................................................................................... 1 Commentaires complémentaires...................................................................

Plus en détail

Droit d Auteur. La formation idéale existe, nous l avons inventée!

Droit d Auteur. La formation idéale existe, nous l avons inventée! Droit d Auteur Ellipse Formation La formation idéale existe, nous l avons inventée! Sommaire Qui sommes-nous? O1 Ellipse s engage O3 La gestion d une entreprise culturelle O7 La musique de film 08 La propriété

Plus en détail

Indice genevois des prix de la construction

Indice genevois des prix de la construction RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE DÉPARTEMENT DES FINANCES genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2006 : + 2,1 % en six mois Hausse des prix après deux baisses semestrielles successives

Plus en détail

Sommaire. Edito. Taux de change : I- La France. Prochains salons organisés par FrenchTimber :

Sommaire. Edito. Taux de change : I- La France. Prochains salons organisés par FrenchTimber : Septembre 2013 N 68 Sommaire I- La France a) Export de grumes de chêne p 2 b) Export de sciages de chêne p 3 c) Export de grumes de hêtre p 4 d) Export de sciages de hêtre p 5 e) Export grumes de résineux

Plus en détail

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES (1 er janvier 2015) Depuis 1991 et la création du Centre Européen

Plus en détail

SCINTILIUM. Choisissez la bonne étoile pour vos placements! ASSURANCE VIE. creditfoncier.fr

SCINTILIUM. Choisissez la bonne étoile pour vos placements! ASSURANCE VIE. creditfoncier.fr SCINTILIUM Choisissez la bonne étoile pour vos placements! creditfoncier.fr ASSURANCE VIE NOTRE SOLUTION Un placement qui évolue avec vos besoins > Des options de gestion pour piloter automatiquement votre

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Aide à la coproduction franco-canadienne

Aide à la coproduction franco-canadienne Producteurs Informations générales Nom de la mesure Acronyme Code Mesure nationale/mesure communautaire - 2.2.7 Nationale Filière concernée Stade de la filière concernée Catégorie de bénéficiaires Cinéma

Plus en détail

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 Etudes Publication de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi de L activité des services à la personne 10 millions

Plus en détail

Rapport sur l état de la collectivité 2013

Rapport sur l état de la collectivité 2013 Document de présentation aux membres du CTP intercommunal et du CHS 1/13 SOMMAIRE Rapport sur l état de la collectivité 2013 1 Rappel de la réglementation... 1 2 Objectif de ce rapport... 2 3 Les collectivités

Plus en détail

Enquête Quantitative Professionnalisation 2012

Enquête Quantitative Professionnalisation 2012 Enquête Quantitative 2012 RÉSULTATS CONSOLIDÉS RÉSULTATS CONSOLIDÉS Sommaire... page 1 Synthèse & Tendances... page 7 Ensemble des OPCA, inclus intérimaires & intermittents... page 15 OPCA Professionnels,

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté Juillet 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 371 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

les études du CNC avril 2013

les études du CNC avril 2013 les études du CNC avril 2013 la diffusion de la fiction à la télévision en Centre national du cinéma de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784

Plus en détail

BILAN 2011 DES SOFICA

BILAN 2011 DES SOFICA BILAN 2011 DES SOFICA 1. Bilan général des SOFICA agréées en 2010 : collecte 2010 et investissements 2011 Fin 2010, dix SOFICA ont été agréées par le Ministère du Budget (DGFIP). L enveloppe totale qui

Plus en détail

Points forts UN RETOUR DE CROISSANCE BILAN TOURISME 2011. De la Polynésie française

Points forts UN RETOUR DE CROISSANCE BILAN TOURISME 2011. De la Polynésie française Points forts 2 BILAN TOURISME 211 UN RETOUR DE CROISSANCE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Après un premier semestre encourageant et un second plus morose, les arrivées touristiques

Plus en détail

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2015

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2015 Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques L Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques porte sur les appels de l année 2014. S.O.S Amitié France Contacts : S.O.S Amitié Paris Ile-de-France

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail rapport d analyse FORMASTAT 2007 Analyse quantitative de l activité de formation des entreprises bénéficiaires de l aide financière de l État en matière de formation professionnelle continue en 2007 I

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ

BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ SYNTHÈSE SYNTHESE DU BILAN SOCIAL 2015 Définition Le Bilan social de la branche Mutualité constitue la source d information statistique reconnue par les partenaires

Plus en détail

SYNTHÈSE. Note méthodologique. Édition 2008

SYNTHÈSE. Note méthodologique. Édition 2008 Enquête annuelle PANEL 100 Édition 2008 SYNTHÈSE Note méthodologique Pour la huitième année consécutive, l Observatoire Paritaire des Industries de la Communication Graphique et du Multimédia publie les

Plus en détail

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française Thème 1. Les ménages en question Note 1 : Toutes les informations nécessaires à ce TD sont disponibles gratuitement sur le site de l INED. Note 2 :

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

Communiqué de presse. Chiffre d affaires du troisième trimestre. Perspectives 2012. Nanterre, le 23 octobre 2012

Communiqué de presse. Chiffre d affaires du troisième trimestre. Perspectives 2012. Nanterre, le 23 octobre 2012 Nanterre, le 23 octobre 2012 Hausse de 7,9% du chiffre d affaires consolidé au 3 ème trimestre. Fort ralentissement de la production automobile en Europe attendu au 4 ème trimestre Chiffre d affaires du

Plus en détail

Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008

Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008 Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008 Cet article se propose de donner les premiers chiffres de l enquête barométrique de M@rsouin auprès des foyers bretons (par bretons

Plus en détail

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG 1. Eléments statistiques 1.1. réussite par UE en 2014 et 2015 Le taux de réussite par UE est repris dans les tableaux ci-après pour 2014 et 2015. En moyenne

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONCERTATION SUR LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE

CONCLUSIONS DE LA CONCERTATION SUR LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE CONCLUSIONS DE LA CONCERTATION SUR LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE www.csa.fr CONCLUSIONS DE LA CONCERTATION SUR LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE D octobre 2015 à janvier 2016, le a publié sur son site plusieurs

Plus en détail

mai 2015 les principaux chiffres du cinéma en 2014

mai 2015 les principaux chiffres du cinéma en 2014 mai 205 les principaux chiffres du cinéma en 204 Fréquentation des salles : 208,97 millions 203 204 évolution entrées (millions) recettes (M ) recette/entrée ( ) entrées films français (millions) 2 entrées

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 7 2ème semestre Juillet-Décembre Le contexte économique général Après un début d année plus austère, s est doucement redressé au cours du second semestre avec des indicateurs de plus en plus favorables

Plus en détail

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Communiqué États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Chiffres clés de la en 2009 Exportations : 10,15 millions de bouteilles (soit 846 milliers de caisses) pour

Plus en détail

Daniel DRAGUET. Depuis lors, les Agences Locales pour l Emploi n ont plus connu de changements importants.

Daniel DRAGUET. Depuis lors, les Agences Locales pour l Emploi n ont plus connu de changements importants. Le 23 mai 2008. Evolution du nombre de chômeurs occupés dans le cadre des Agences Locales pour l Emploi - ALE (Source : Rapport annuel de l Office National de l Emploi ONEM- 2007) Daniel DRAGUET Introduction

Plus en détail

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet.

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet. Le PERP Le Plan d épargne retraite populaire (Perp) a pour objectif de permettre la mise en place d une épargne de long terme, par capitalisation en vue de la retraite. Ce dispositif, ouvert à tous, est

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses JANVIER 2014 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LA VAE EN 2012 DANS LES MINISTÈRES CERTIFICATEURS Plus de 250 000 personnes

Plus en détail

Les pratiques en amateur

Les pratiques en amateur Direction générale de la création artistique Les pratiques en amateur Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique - Année 2008» Laurent Babé REPERES

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Dépenses d aide sociale départementale en 2013 : une hausse soutenue par le RSA

Dépenses d aide sociale départementale en 2013 : une hausse soutenue par le RSA ét udes et résultats N 905 février 2015 Dépenses d aide sociale départementale en 2013 : une hausse soutenue par le RSA En 2013, les dépenses nettes d aide sociale des conseils généraux s élèvent à 33,9

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Bureau de l'observation économique des transports fluviaux

Plus en détail

PROJET - CONFIDENTIEL

PROJET - CONFIDENTIEL Avenant n 1 à l accord du 6 juillet 2009 pour le réaménagement de la chronologie des médias Article 1 Avant le paragraphe 1.1, il est inséré une phrase ainsi rédigée : «Les délais d exploitation prévus

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats 2006 1. Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par

Plus en détail

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS > Les synthèses de FranceAgriMer Avril 2015 numéro VINS / 27 OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 30 30 00 / Fax : +33 1 73 30

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Note de conjoncture n 28

Note de conjoncture n 28 Mars 2014 L'Observatoire Economique et Social Note de conjoncture n 28 Volet 2 : Santé et accidents du travail Fin octobre 2013, les remboursements de soins de ville et des cliniques privées sont en repli,

Plus en détail

Rapport d orientation budgétaire 2015 ROB 2015. Mairie de Cannes. Conseil municipal. Lundi 19 janvier 2015

Rapport d orientation budgétaire 2015 ROB 2015. Mairie de Cannes. Conseil municipal. Lundi 19 janvier 2015 Rapport d orientation budgétaire 2015 Mairie de Cannes ROB 2015 Conseil municipal Lundi 19 janvier 2015 1 Débat d orientation budgétaire 2015 4 grands axes La conjoncture économique internationale et nationale

Plus en détail

LE COMPTE DE SOUTIEN A L INDUSTRIE DES PROGRAMMES AUDIOVISUELS (COSIP)

LE COMPTE DE SOUTIEN A L INDUSTRIE DES PROGRAMMES AUDIOVISUELS (COSIP) LE COMPTE DE SOUTIEN A L INDUSTRIE DES PROGRAMMES AUDIOVISUELS (COSIP) PLAQUETTE DE PRESENTATION Direction de l audiovisuel Service du soutien à l industrie des programmes 3, rue Boissière. 75116 Paris

Plus en détail

Etude. 4 ème baromètre de l innovation en management. Enquête réalisée auprès de 301 DRH Juillet 2002. Contact : Denis Pennel Tél : 01 56 99 10 17

Etude. 4 ème baromètre de l innovation en management. Enquête réalisée auprès de 301 DRH Juillet 2002. Contact : Denis Pennel Tél : 01 56 99 10 17 Etude 4 ème baromètre de l innovation en management Enquête réalisée auprès de 301 DRH Juillet 2002 Contact : Denis Pennel Tél : 01 56 99 10 17 Sommaire Principaux résultats... 3 Méthodologie de l enquête...

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 o Au 30 septembre 2007, revenus en hausse de 19 %, à 8,2 milliards contre 6,9 milliards pour les neuf premiers mois de 2006, reflétant l intégration des activités

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail