Monopoles des constructeurs sur les pièces de carrosserie. Un privilège chèrement payé par les consommateurs français!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monopoles des constructeurs sur les pièces de carrosserie. Un privilège chèrement payé par les consommateurs français!"

Transcription

1 Monopoles des constructeurs sur les pièces de carrosserie Un privilège chèrement payé par les consommateurs français!

2 INTRODUCTION Le marché français des pièces détachées de carrosserie est structuré autour de monopoles de marques. Chaque constructeur décide quel produit sera vendu et dans quelles conditions, ce qui signifie que les constructeurs maîtrisent la production (même lorsqu elle est déléguée) comme la vente. Par exemple, Renault décide qui peut produire une aile de Twingo, mais aussi qui peut la vendre et dans quelles conditions (prix, rabais autorisés, etc.). Par conséquent, non seulement les consommateurs n ont pas l opportunité de bénéficier de vrais prix de marché (déterminés dans un environnement concurrentiel), mais ils se voient dans l impossibilité de choisir le type de pièces à installer dans leurs véhicules (produites par le constructeur ou par un producteur alternatif). Dans un certain nombre de pays européens, comme la Belgique ou l Espagne (voir la figure 5, p. 11), les choses sont différentes, les consommateurs ont la possibilité d utiliser des pièces beaucoup moins chères, ce qui leur permet de réduire leurs dépenses en matière automobile. L objectif de ce travail est de montrer qu une libéralisation du marché automobile permettrait au consommateur qui choisirait d utiliser des pièces alternatives de faire d importantes économies, de manière directe lorsqu il achète lui-même ces pièces moins cher, et de manière plus indirecte via une baisse de sa prime d assurance. Pour démontrer le gain potentiel pour le consommateur d une ouverture du marché français aux pièces alternatives, nous avons réalisé une comparaison des prix constructeurs et des prix pratiqués par des entreprises indépendantes sur un panier de pièces de carrosserie dans différents pays ayant libéralisé leur marché. Les résultats sont éloquents puisque, pour certains véhicules, l écart de prix peut atteindre 54,4 % (Peugeot 307). Cette étude, couplée avec celles menées notamment par la FEDA (Fédération des Syndicats de la Distribution Automobile), le SRA 1 (Sécurité et réparation automobile), le CEA (Comité européen des assurances), la DGCCRF et la Commission européenne, démontre la nécessité d une libéralisation du marché des pièces de carrosserie. 1. Le SRA est une association loi 1901 qui regroupe la FFSA (Fédération française des sociétés d assurances) et le GEMA (Groupement des entreprises mutuelles d assurances). Le SRA est chargé de réaliser des études techniques et statistiques afin de mieux maîtriser le prix de revient de l assurance automobile (Source : 1

3 Libéralisation du marché des pièces de carrosserie : quels enjeux pour le consommateur? En France, sur le segment des pièces visibles, les constructeurs bénéficient en réalité de deux types de monopoles : un monopole sur la production, puisque seules les pièces sorties de leurs usines ou de celles de leurs partenaires sont disponibles sur le marché, et un monopole sur le marché de détail, puisqu ils maîtrisent les réseaux qui distribuent ces éléments. Cette puissance des constructeurs a un important impact sur les consommateurs, qui sont pénalisés de manière directe lorsqu ils réalisent eux-mêmes l achat de ce type de composants, mais aussi de manière indirecte, puisque ces prix influent significativement la construction des primes d assurance. 1 La place de l automobile dans la consommation des ménages Selon l Insee, en 2008, environ 83 % des ménages sont motorisés, 46,5 % sont bimotorisés et 5,3 % sont trimotorisés et plus 2. Ce taux de pénétration, assez élevé, explique la place prépondérante de l automobile dans les dépenses des ménages français. En effet, sur la période , ces derniers ont consacré en moyenne 12,3 % de leur budget à cette dernière. Il est intéressant de noter que si la dépense globale est assez stable entre les deux périodes analysées par l Insee (voir la figure 1), un poste augmente : celui des pièces détachées et accessoires. L Insee souligne que, d une manière générale, les prix des activités relatives à l entretien, la réparation et l achat de pièces détachées et accessoires continuent d augmenter ces dernières années pour atteindre 37 % des dépenses des ménages consacrées à l automobile en Cette évolution ne se voit pas dans le tableau (figure 1) pour les activités autres que les pièces détachées, car dans le même temps, les volumes consommés sont en diminution constante. Cependant, «les coûts de réparation augmentent fortement : depuis 1998, les prix de l entretien et de la réparation des véhicules (hors achats de pièces détachées et accessoires) ont augmenté d environ 35 %, soit presque 2,5 fois plus que l inflation. La hausse est d en moyenne 5 points par an depuis ». Le prix des pièces détachées connaît également une croissance continue. Cette évolution, parce que particulièrement importante, est, malgré la baisse de la consommation en volume, visible dans les statistiques. Elle est plus visible encore lorsque l on s intéresse à la carrosserie. En effet, le segment des pièces de carrosserie étant caractérisé, en France, par une structure monopolistique tant au niveau de la production que de la distribution, les prix de ces éléments ont tendance à croître plus vite. Cette évolution a été mise en évidence par diverses études menées notamment par la FEDA, le SRA 4, le CEA et la Commission européenne. 2. Source : 3. Source : 4. Le SRA est une association loi 1901 qui regroupe la FFSA (Fédération française des sociétés d assurances) et le GEMA (Groupement des entreprises mutuelles d assurances). Le SRA est chargé de réaliser des études techniques et statistiques afin de mieux maîtriser le prix de revient de l assurance automobile (Source : 2

4 Figure 1. La part de l automobile dans le budget des ménages Source : Insee. 2 - Les coûts du monopole pour le consommateur Le coût direct pour le consommateur se décline en réalité sous deux formes. Tout d abord, les prix des pièces constructeurs qui, faute de concurrence, ne sont pas des prix de marché. Puis l impossibilité pour le consommateur de choisir un élément provenant d un autre producteur, comme c est le cas dans d autres pays d Europe, comme la Belgique, l Allemagne ou l Espagne. Pièces captives, l envolée des prix Le monopole des constructeurs sur la distribution des pièces détachées visibles leur permet de piloter les prix. Ce pouvoir autorise de très fortes variations sur des pièces et des modèles spécifiques. Par exemple, la FEDA, dans une enquête de prix, révèle qu entre janvier 2008 et septembre 2009, les prix de certains composants ont augmenté jusqu à 349,33 % (voir l annexe 1). Le même type d enquête a permis à la FEDA de mettre en évidence une augmentation des prix entre décembre 2006 et avril 2008 allant jusqu à 515,15 % (voir l annexe 2). Pourtant, il ne s agissait pas de pièces complexes, ni de véhicules de niche (en l occurrence il était question d un garde-boue plastique avant d une Renault Twingo). La FEDA n est pas le seul organisme à faire ce type de constat. Le SRA publie chaque trimestre 5 un document comportant un certain nombre d indicateurs statistiques, dont l évolution du prix d un panier de pièces automobiles. Ce panier est un bon indicateur dans la mesure où, mis à part le radiateur, il ne contient que des pièces de carrosserie. Cet indicateur met en exergue, depuis 2003, une augmentation continue des tarifs des pièces de carrosserie, au-delà de l augmentation générale du niveau des prix (voir la figure 2). Cette augmentation a atteint un record de 6,1 % en 2007, alors que l inflation n était que de 1,50 %. En 2007, pour Citroën, l augmentation allait jusqu à 13,5 %. Pour 2010, le SRA annonce une augmentation des prix de 3,7 %, alors que l inflation a été pour 2010 de 1,4 % 6. Le champion de la hausse reste Citroën, avec 4,82 %. On note que PSA, avec 4,66 %, arrive en 3 e position, derrière Honda et ses 4,72 % de hausse. 5. Le SRA utilise les prix catalogue des constructeurs. 6. Source : %2078.pdf 3

5 Figure 2. L évolution des pièces de rechange et du niveau général des prix 7,00% 6,00% 6,10% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 4,20% 3,40% 2,40% 2,10% 1,90% 2,10% 2,10% 1,70% 1,80% 1,60% 1,50% 4,60% 4,20% 2,80% 0,00% ,10% Variation des prix des pièces Inflation Source : UFC-Que choisir avec chiffres SRA et Insee. Une augmentation ponctuelle des prix due, par exemple, à l augmentation des prix des matières premières pourrait paraître justifiée. Mais il semble évident que nous ne sommes pas dans ce cas, dans la mesure où nous avons une tendance haussière depuis plus d une décennie et que les tarifs ne s ajustent pas à la baisse lorsqu il y a un reflux des prix des matières premières. Par conséquent, la cause de cette inflation semble bien plus trouver son origine dans une carence de la concurrence que dans des phénomènes externes au secteur. La DGCCRF fait un constat similaire pour le secteur de la réparation dans son ensemble : «L inflation constatée en 2010 ne semble pas être conjoncturelle, ces éléments de prix augmentant de manière récurrente au-dessus de l inflation moyenne. Ainsi, depuis 2007, l augmentation de prix annuelle moyenne s est établie à respectivement 3,6%, 3,6% et 4,6% pour les pièces détachées, la main d œuvre carrosserie et le coût de la peinture» 7. Cette hypothèse est validée par le contraste existant entre la part de la vente de pièces détachées dans le chiffre d affaires global des constructeurs et la part des pièces détachées dans la rentabilité des constructeurs. Par exemple, pour Renault, alors que la vente de pièces automobiles représente 13,21 % du chiffre d affaires, elle compose 31 % de la rentabilité du constructeur. 7 L évolution des cotisations d assurance automobile et habitation (p.28, 21 janvier 2011). rap-hausse-tarifs-assurance.pdf 4

6 Figure 3. La contribution de la vente de pièces détachées au CA et à la rentabilité des constructeurs Source : Auto Infos n 1282 décembre 2009 De manière générale, tous les constructeurs ne semblent pas avoir la même politique (voir la figure 3). Ceci peut, notamment, s expliquer par la localisation géographique de leurs principaux marchés. En effet, on peut supposer que pour des raisons de cohérence dans leur politique de prix, les constructeurs dont la demande se situe plus particulièrement dans des pays où il n existe de monopole ni sur la production, ni sur la vente de pièces de carrosserie (par exemple les constructeurs allemands 8 ) auront tendance à une plus grande discipline même dans les pays où les prix peuvent être maîtrisés (comme la France). 8. L Allemagne est un cas particulier, puisque la réglementation permet une protection des dessins et modèles, c est-à-dire d exercer un pouvoir de monopole. Mais les constructeurs n utilisent pas cette possibilité. 5

7 Figure 4. Le taux de croissance du prix des pièces de rechange par constructeur Source : SRA, Augmentation du coût de la réparation, quel impact pour le consommateur? Le consommateur se sent en général peu concerné par le prix des pièces de carrosserie, car il achète rarement ces pièces. En effet, la facture est habituellement réglée par les assureurs lorsqu ils prennent en charge les réparations consécutives à un accident. Pourtant, le consommateur paie indirectement cette inflation sur les pièces détachées dans le tarif de sa police d assurance. Et selon le SRA, au deuxième trimestre 2010, les pièces détachées représentaient 47,3 % du coût total de la réparation automobile (la charge la plus lourde) 9. Par conséquent, une augmentation du prix des pièces automobiles ne peut pas être sans effet sur les primes d assurance. 9. Le coût de la main-d œuvre compte pour 42,4 % et les frais restants sont relatifs à l administratif (expert, frais de dossiers, etc.). 6

8 Contexte réglementaire européen Pendant très longtemps, le secteur automobile a été relativement épargné par la réglementation «antitrust» européenne. En effet, comme d autres secteurs, il a fait l objet de règlements spécifiques, appelés règlements d exemption, lui permettant de s affranchir des règles de concurrence établies par les articles 81 et (initialement 85 et 86) du traité instituant la Communauté européenne. Il est, par exemple, possible pour les constructeurs d établir des accords assez restrictifs avec leurs partenaires (politique de vente, de prix, etc.), accords qui pourraient, dans le cadre des articles cités, être considérés comme de la collusion ou de l entente. Cette exemption est accordée en échange du respect d un certain nombre de conditions. Cependant, les premiers règlements d exemption (le premier est le 123/85 du 12 décembre 1985) ont prévu des conditions trop peu contraignantes, permettant aux constructeurs de bénéficier d un certain pouvoir sur différents marchés, notamment la distribution automobile et la rechange. Il était, par exemple, possible pour les constructeurs de pratiquer de la distribution sélective, c est-à-dire de choisir qui était autorisé à vendre et à réparer leurs véhicules, et cela avec des conditions spécifiques très restrictives pour les partenaires sélectionnés. Il leur était également possible d empêcher leurs partenaires (réseaux de distributeurs et/ou garages agréés) de vendre des pièces détachées produites par des indépendants, ou même d empêcher leurs fournisseurs de pièces détachées (équipementiers, sous-traitants, etc.) de vendre à des réparateurs ou à des détaillants indépendants. Concernant les pièces de rechange, le règlement 1475/95 qui reconduit le règlement 123/85 arrivé à échéance (il fut mis en place pour 10 ans), prévoyait notamment (article 3) qu un distributeur devait s engager à ne pas fabriquer des produits concurrents aux produits qu il était contractuellement autorisé par les constructeurs à vendre. Mais aussi «de ne pas vendre des pièces de rechange qui sont concurrentes des produits contractuels et n en atteignent pas le niveau de qualité, ni d en utiliser pour la réparation ou l entretien de produits contractuels ou de produits correspondants» (article 3, alinéa 5). Pour résumer, «le règlement 1475/95, en fait, créait un lien très rigide entre les fabricants et les distributeurs (revendeurs franchisés), sous la forme d un système de distribution sélective et exclusive. Sous un tel système, les fabricants sélectionnent leurs distributeurs selon des critères particuliers, les organisent en réseaux qui excluent toutes les entreprises ne répondant pas à ces critères 11». En 2002, consciente que les versions précédentes des règlements d exemption autorisent trop de dérives anticoncurrentielles, la Commission européenne avec le règlement (CE) n o 1400/2002 va imposer des règles plus strictes 12 permettant d aller plus loin dans la libéralisation du secteur, notamment dans le domaine de la rechange. De plus, lorsque le règlement 1400/2002 est arrivé à échéance, la réglementation a significativement évolué. Un certain nombre d activités de l automobile ne bénéficient plus d un règlement spécifique. Elles retombent dans le cadre général des articles 81 et 82. D autres activités sont encadrées par un règlement d exemption général 13 (qui ne s applique donc pas spécifiquement à l automobile) et certaines par un règlement spécifique à l automobile. Ce dernier cible particulièrement le marché de l après-vente. Malheureusement, le marché de la pièce de carrosserie ne bénéficie pas de ces différentes avancées réglementaires. La production et la distribution d éléments «visibles» sont soumises à une contrainte supplémentaire : le respect de la propriété intellectuelle (la protection des dessins et modèles). Par conséquent, un règlement spécifique est nécessaire, règlement qui peine à venir. 10. Voir l annexe Car Distribution in Europe Between Vertical Agreements and Customer Satisfaction, Leonardo Buzzavo and Giuseppe Volpato, Cockeas Research Network, Berlin meeting, novembre 2001, p. 6, traduit par nous. 12. La Commission annonce sans ambiguïté la nécessité d un règlement plus dur : «Cette expérience permet de conclure que des règles plus strictes que celles qui sont prévues dans le règlement (CE) no 2790/1999 de la Commission du 22 décembre 1999 concernant l application de l article 81, paragraphe 3, du traité à des catégories d accords verticaux et de pratiques concertées (4) sont nécessaires dans ce secteur». 13. Règlement (UE) n o 330/2010 de la commission du 20 avril 2010 concernant l application de l article 101, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l Union européenne à des catégories d accords verticaux et de pratiques concertées. 7

9 1- Production et vente de pièces de rechange : la marche vers la concurrence Le règlement 1400/2002 : un texte de rupture Les règlements d exemption ont, jusqu à 2002, pour l essentiel porté sur la problématique de la distribution automobile. Le règlement de 2002 (arrivé à échéance en mai 2010) accordait une place de choix à la distribution des pièces détachées. L objectif du texte était in fine l émergence de réseaux de distribution multimarques sans contraintes géographiques, mais aussi la préservation des acteurs indépendants du marché de l entretien, de la réparation et de la rechange (pièces détachées). Le règlement 1400/2002 permettait une libéralisation du marché de la pièce de rechange. Pour atteindre cet objectif, il renversait totalement certains principes posés par le règlement 1475/95. En effet, comme le précisait l alinéa k de l article 4, l exemption n était pas valable lorsque un accord visait à «la restriction de la capacité d un distributeur ou d un réparateur agréé d obtenir d une entreprise tierce de son choix des pièces de rechange d origine ou des pièces de rechange de qualité équivalente et de les utiliser pour la réparation ou l entretien de véhicules automobiles, sans préjudice de la faculté d un fournisseur de véhicules automobiles neufs d imposer l utilisation de pièces de rechange d origine fournies par lui pour les réparations sous garantie, pour le service gratuit et lors du rappel des véhicules». Le règlement 1400/2002 permettait, dès lors, une libéralisation du marché de la pièce de rechange. Ce qui signifiait que le consommateur pouvait non seulement acheter des pièces de rechange hors du réseau des constructeurs, mais aussi choisir pour son véhicule des pièces produites par leurs fournisseurs (et donc portant le logo de ces derniers et non celui du constructeur) ou par des entreprises totalement indépendantes (c est-à-dire sans liens commerciaux avec les constructeurs). Pour organiser ce marché et le rendre transparent pour le consommateur, le texte organisait ces différents types de pièces en deux catégories : «pièces de rechange d origine» : des pièces de rechange de la même qualité que celles utilisées lors du montage d un véhicule automobile, produites selon les spécifications et les normes de production fournies par le constructeur automobile. Étaient donc incluses les pièces de rechange fabriquées sur des chaînes de production autres que celles utilisées pour les pièces intégrant le processus de production d un véhicule. En effet, il était présumé que, sauf preuve du contraire, des composants étaient des pièces de rechange d origine si le fabricant des pièces certifiait qu ils étaient de même qualité que les composants utilisés pour le montage du véhicule en question, et qu ils avaient été fabriqués selon les spécifications et les normes de production du constructeur automobile ; «pièces de rechange de qualité équivalente» : exclusivement des pièces de rechange fabriquées par des entreprises capables de certifier que leur qualité était équivalente à celle des composants qui avaient été utilisés pour le montage des véhicules automobiles en question. Par conséquent, l appellation «pièce de rechange d origine» n est plus, depuis ce règlement, liée à l entreprise qui produit le composant, mais bien à ses caractéristiques (c est un type de normalisation). Et il devient possible de vendre sous cette appellation des biens produits sur d autres chaînes d assemblage et avec des techniques différentes si ceux-ci sont de qualité équivalente aux pièces montées sur les automobiles en usine. Ces dispositions s appliquaient (le texte est arrivé à échéance) de la même manière aux pièces de rechange visibles (carrosserie) dans les pays où ce marché est libéralisé. Les textes en vigueur Le règlement 1400/2002 est arrivé à échéance en mai Suite à ce dernier, la réglementation a évolué dans deux directions distinctes. Tout d abord, un certain nombre d activités sont tombées dans un cadre plus général, soit les articles 81 et 82 du traité européen soit le règlement d exemption générale 330/2010. Puis d autres sont désormais encadrées par un règlement d exemption spécifique à l automobile, le 461/2010 et certaines lignes directrices, soit le texte (2010/C 138/5) du 28 mai

10 Ces dernières font évoluer la définition relative à ce qu il est convenu d appeler «pièces ou équipements de qualité équivalente». Cette dernière devient plus large, et donc permet potentiellement une plus grande concurrence, mais aussi plus floue. «Les pièces doivent être d une qualité suffisamment élevée pour que leur emploi ne porte pas atteinte à la réputation du réseau agréé en question.» (2010/C 138/5, alinéa ) L ensemble de ces nouvelles dispositions accorde une attention toute particulière aux marchés de l après-vente et de la rechange. La commission déclare même dans un communiqué que «l objectif principal du nouveau cadre réglementaire concernant la concurrence dans le secteur automobile, adopté en mai et entré en vigueur depuis le mois dernier, est d introduire davantage de concurrence sur le marché de l après-vente 15». Cette volonté se retrouve dans les lignes directrices (2010/C 138/5, paragraphe 18) : «L un des objectifs de la Commission en ce qui concerne la politique de concurrence dans le secteur automobile consiste à protéger l accès des fabricants de pièces de rechange aux marchés de l aprèsvente automobile, garantissant ainsi que des pièces de rechange de marques concurrentes soient accessibles de manière permanente aux réparateurs, qu ils soient indépendants ou agréés, et aux grossistes.» Cette démarche semble s appuyer sur un constat amer de la Commission 16 : si, jusqu à présent, l évolution réglementaire donne des résultats sur la distribution d automobiles neuves, le résultat est bien plus mitigé quant à la réparation et à la rechange. La Commission notait en juin 2010 que les prix des services de réparation et d entretien ainsi que des pièces détachées ont continué de progresser à un rythme bien supérieur à celui de l inflation (respectivement de +1,5 % et 0,7 % en termes réels). Avec ce texte, la commission fait évoluer la législation vers un encadrement plus sévère des accords verticaux. D une part, une grande partie des activités automobiles ne sont plus protégées par un système d exemption et, d autre part, lorsque l exemption est applicable, elle l est dans des conditions empêchant certains comportements anticoncurrentiels (pour des exemples, voir l encadré 1). Encadré 1. Exemple de conditions pour l applicabilité de l exemption (lignes directrices 2010/C 138/05) - Paragraphe 21 : Est considéré comme incompatible avec l exemption «le fait qu un accord entre un fournisseur de composants et un acheteur qui incorpore ces composants vise à empêcher ou à limiter la faculté du fournisseur de vendre ses composants à des utilisateurs finals, à des réparateurs indépendants ou à d autres prestataires de services qui n ont pas été désignés par l acheteur pour la réparation ou l entretien de ses biens». - Paragraphe 22 : Est considérée comme incompatible avec l exemption «la limitation de la vente de pièces de rechange pour véhicules automobiles par les membres d un système de distribution sélective à des réparateurs indépendants». - Paragraphe 23 : Est considérée comme incompatible avec l exemption : «toute restriction directe ou indirecte convenue entre un fournisseur de pièces de rechange, d outils de réparation, d équipements de diagnostic ou d autres équipements, et un constructeur automobile, ayant pour objet de limiter la faculté du fournisseur de vendre ces produits à des distributeurs et des réparateurs agréés et/ou indépendants». 14. Cette disposition s applique également aux pièces de carrosserie dans les pays où il est possible d avoir accès à des pièces alternatives. 16. Source : language=en&guilanguage=en. 9

11 2. Pièces de carrosserie, un cas bien plus complexe La production et la vente de pièces de carrosserie sont contraintes par les législations nationales sur la protection des modèles et dessins. Pour être précis, dans certains pays de l Union européenne, la protection des œuvres de l esprit s étend jusqu à la reproduction d éléments de carrosserie. En l occurrence, il devient non seulement impossible pour un distributeur indépendant de vendre des pièces de carrosserie produites par les constructeurs (ou leurs partenaires), mais aussi pour un industriel de produire ce type de pièce pour le marché de la rechange. La Commission européenne ne néglige pas cette problématique, mais est empêchée par certains États ayant des préoccupations très spécifiques (comme protéger les constructeurs nationaux). Elle relatera d ailleurs cette difficulté, dans la proposition de directive de 2004, lors de la mise en place de la directive de 1998 sur les dessins et modèles. «Lorsque la directive 98/71/CE sur la protection juridique des dessins ou modèles a été adoptée, il n avait pas été possible d harmoniser le régime de protection pour le marché des pièces détachées. Aucun accord n avait été conclu sur le rôle de la protection des modèles ou dessins pour les pièces de rechange must match destinées à des produits complexes 17.» N étant pas parvenue en 1998, dans sa première tentative d harmonisation des législations nationales, à imposer une libéralisation du marché, la Commission proposera en 2004 une nouvelle directive pour atteindre cet objectif. Cependant, bien que cette dernière fût votée par le Parlement européen, elle ne peut être appliquée, car elle est bloquée par le Conseil des ministres européens. La directive de 1998 sur les dessins et modèles, un premier pas trop timide En 1998, le Parlement européen a voté une directive (98/71/CE) pour tenter d homogénéiser les réglementations nationales et d assainir le contexte concurrentiel. Cet objectif est clairement annoncé dans les considérants du texte : «(2) Considérant que la disparité des protections juridiques des dessins ou modèles offertes par les législations des États membres a une incidence directe sur l établissement et le fonctionnement du marché intérieur pour les produits incorporant des dessins ou modèles ; que cette disparité peut fausser le jeu de la concurrence sur le marché intérieur ; «(3) Considérant qu il est donc nécessaire, pour le bon fonctionnement du marché intérieur, de rapprocher les législations des États membres relatives à la protection des dessins ou modèles.» Cependant, le texte de 1998 n a pas pour objectif de libéraliser le marché des pièces de carrosserie. Il laisse la liberté aux États membres de garder leur législation en l état. L objet du règlement est essentiellement un alignement des procédures et des droits conférés par l enregistrement d un modèle ou d un dessin. Néanmoins, on peut noter un apport qui marque un tournant dans l orientation de la politique européenne sur les dessins et modèles, puisque l article 14 prévoit que les États membres ne peuvent modifier leur législation que pour aller dans le sens de la libéralisation (ce qu a fait, par exemple, la Grande-Bretagne). «Les États membres maintiennent en vigueur leurs dispositions juridiques existantes relatives à l utilisation du dessin ou modèle d une pièce utilisée dans le but de permettre la réparation d un produit complexe en vue de lui rendre son apparence initiale et n introduisent des modifications à ces dispositions que si l objectif en est de libéraliser le marché de ces pièces.» 17. Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil modifiant la directive 98/71/CE sur la protection juridique des dessins ou modèles (2004/0203), présentée par la Commission, 14 septembre

12 L adoption de la proposition de directive de 2004 : l impossible mission En , la Commission européenne propose d aller au-delà d une harmonisation et d ouvrir totalement le marché pour les «pièces utilisées dans le but de permettre la réparation d un produit complexe en vue de lui rendre son apparence initiale» (2004/0203, p. 4). Pour résumer ce que propose la Commission, c est une «clause de réparation» semblable à celle prévue au règlement (CE) n o 6/2002 du 12 décembre 2001 relatif aux dessins et modèles communautaire : «une protection au titre de dessin ou modèle communautaire n existe pas à l égard d un dessin ou modèle qui constitue une pièce d un produit complexe qui est utilisée au sens de l article 19, paragraphe 1, dans le but de permettre la réparation de ce produit complexe en vue de lui rendre son apparence initiale» (article 110, paragraphe 1). Cette proposition de directive (voir l encadré 2) a été votée par le Parlement européen le 12 décembre Malheureusement, le texte n a pas été plus loin, car le Conseil des ministres européens refuse de se prononcer sur le texte (de le mettre à l agenda), notamment sous la pression de la France qui fait toujours blocage. Par conséquent, il est peu probable, à court terme, que la situation se débloque en Europe et qu à nouveau des pays historiquement protecteurs (voir la figure 1) fassent le choix de la libéralisation. Figure 5. La carte de la situation réglementaire en Europe (250 millions d automobilistes potentiellement captifs en Europe) La Pologne a adopté la clause de réparation en 2007 Source : ECAR Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil modifiant la directive 98/71/CE sur la protection juridique des dessins ou modèles (2004/0203), présentée par la Commission, 14 septembre

Etude : Libération du marché des pièces de carrosserie : Quels gains pour le consommateur?

Etude : Libération du marché des pièces de carrosserie : Quels gains pour le consommateur? Etude : Libération du marché des pièces de carrosserie : Quels gains pour le consommateur? I. Synthèse I.1. Résumé du dossier Le marché français des pièces détachées de carrosserie est structuré autour

Plus en détail

Libéralisation du marché des pièces de carrosserie : quel gain pour le consommateur?

Libéralisation du marché des pièces de carrosserie : quel gain pour le consommateur? Libéralisation du marché des pièces de carrosserie : quel gain pour le consommateur? Sommaire I. Introduction... 4 II. Libéralisation du marché des pièces de carrosserie : quels enjeux pour le consommateur?...

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

LA LIBÉRALISATION DES PIÈCES DÉTACHÉES DE CARROSSERIE :

LA LIBÉRALISATION DES PIÈCES DÉTACHÉES DE CARROSSERIE : septembre 2011 LA LIBÉRALISATION DES PIÈCES DÉTACHÉES DE CARROSSERIE : une nécessité pour le pouvoir d achat des consommateurs, une opportunité pour les fournisseurs de l industrie automobile PRÉAMBULE

Plus en détail

FIGIEFA. Le nouveau Règlement Automobile d Exemption par Catégorie (REC) 1400/2002/CE

FIGIEFA. Le nouveau Règlement Automobile d Exemption par Catégorie (REC) 1400/2002/CE FIGIEFA FEDERATION INTERNATIONALE DES GROSSISTES, IMPORTATEURS & EXPORTATEURS EN FOURNITURES AUTOMOBILES INTERNATIONAL FEDERATION OF AUTOMOTIVE AFTERMARKET DISTRIBUTORS Le nouveau Règlement Automobile

Plus en détail

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 461/2010 DE LA COMMISSION du 27 mai 2010 concernant l application de l article 101, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE COMMISSION EUROPÉENNE QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE 27 août 2012 Depuis l adoption du nouveau règlement d exemption

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

FLASH TRIMESTRIEL D'INFORMATIONS n 83 - avril 2012

FLASH TRIMESTRIEL D'INFORMATIONS n 83 - avril 2012 FLASH TRIMESTRIEL D'INFORMATIONS n 83 - avril 2012 Sécurité et Réparation Automobiles Chaque trimestre, SRA met à votre disposition des éléments statistiques pour évaluer au plus près les coûts de la réparation

Plus en détail

Décision n 10-DCC-174 du 25 novembre 2010 relative à la prise de contrôle d actifs de la société Renault Retail Group par la société NDK

Décision n 10-DCC-174 du 25 novembre 2010 relative à la prise de contrôle d actifs de la société Renault Retail Group par la société NDK RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-174 du 25 novembre 2010 relative à la prise de contrôle d actifs de la société Renault Retail Group par la société NDK L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009 Faits marquants semestrielle VP + VUL (S1 2008 S2 2009) o Europe 30 pays : + 0,2 point de part de marché (6,3 %

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Les mandataires auto, grands gagnants de la reprise du marché automobile en Europe

Les mandataires auto, grands gagnants de la reprise du marché automobile en Europe Les mandataires auto, grands gagnants de la reprise du marché automobile en Europe Pour acheter leur voiture neuve, les consommateurs se tournent vers les mandataires automobiles Selon les chiffres publiés

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

REPÈRES TRIMESTRIELS n 90 - janvier 2014

REPÈRES TRIMESTRIELS n 90 - janvier 2014 REPÈRES TRIMESTRIELS n 90 - janvier 2014 Chaque trimestre, SRA met à votre disposition des éléments statistiques pour évaluer au plus près les coûts de la réparation automobile. En plus de ces informations,

Plus en détail

Plan financier automatisé : Utilisation

Plan financier automatisé : Utilisation Plan financier automatisé : Utilisation 1. Introduction Le plan financier d Excel vous permet d encoder des données afin qu elles soient traitées et mises en forme pour donner un plan financier abouti

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque;

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque; Description des tâches à réaliser pour l'étude de l'impact, sur toutes les parties intéressées, des futurs scénarios législatifs possibles en matière de distribution de véhicules automobiles 1. PROBLEMES

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 203/30 1.8.2002 RÈGLEMENT (CE) N o 1400/2002 DE LA COMMISSION du 31 juillet 2002 concernant l application de l article 81, paragraphe 3, du traité à des catégories d accords verticaux et de pratiques

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile FICHES THÉMATIQUES Le commerce et la réparation automobile 2.1 Commerce, entretien et réparation automobile Le commerce de véhicules automobiles compte près de 24 entreprises en 4. Plus de 68 % des entreprises

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Les indices customisés

Les indices customisés Les indices customisés d IEM Finance Indices boursiers, l expertise spécialisée d IEM Finance 2 Les indices boursiers sont au cœur de l innovation financière car ils sont une synthèse d informations multiples.

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113. Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113. Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113 Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE Communication de M. Pierre Forgues sur la proposition

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION INTERNATIONAL CONFEDERATION OF INSPECTION AND CERTIFICATION ORGANISATIONS LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION QUI SOMMES NOUS ET QUE FAISONS NOUS? CEOC international est

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

2 nd semestre. Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque. En partenariat avec

2 nd semestre. Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque. En partenariat avec 2 nd semestre 2014 Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque En partenariat avec Note de synthèse 1 +33 6 87 70 31 12 1. Cadre général L étude D3 Parcours est réalisée

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1018125L PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

II Dans quel cadre, ces accords? Dans quel but sont ils conclus? Le problème des entreprises bénéficiant d une forte puissance de marché.

II Dans quel cadre, ces accords? Dans quel but sont ils conclus? Le problème des entreprises bénéficiant d une forte puissance de marché. Les accords de licence Introduction Les droits de propriété industrielle sont des «droits réels». Les contrats gérant ces droits sont donc basés sur les principes du droit des obligations. Si l on se réfère

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

PARTS DE MARCHÉ DES MARQUES DISTRIBUÉES (immatriculations de

PARTS DE MARCHÉ DES MARQUES DISTRIBUÉES (immatriculations de bonnes performances commerciales au second semestre grâce à l introduction en cours d année de nouveaux modèles et à la pénétration de nouveaux segments ventes quasi stables, la croissance du second semestre

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax.

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax. Conditions générales R.C. Exploitation GARAGE 1. Définitions Client: personne morale et/ou physique achetant ou utilisant POWERCONCEPT. Consommateur: particulier achetant des Produits pour son usage privé.

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1501409A Intitulé du texte : - Arrêté relatif à la rémunération du plan épargne-logement et à la commission de gestion du prêt d épargne-logement

Plus en détail

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164 DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 modifiant la directive 91/440/CEE du Conseil relative au développement

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/2010/143 Distr. générale 4 août 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 juillet 2010 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la structure des tarifs d utilisation des réseaux publics d électricité 1. Contexte

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Vague 8 Principaux enseignements Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au 13 septembre 2014 auprès d un

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

L ETUDE DE MARCHE. 5. Analyse d un indicateur : la part de marché

L ETUDE DE MARCHE. 5. Analyse d un indicateur : la part de marché L ETUDE DE MARCHE 1. Définition du marché 2. Analyse de la demande 3. Analyse de l offre 4. Analyse de l environnement 5. Analyse d un indicateur : la part de marché 1. Définition du marché le marché Il

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière?

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Dans le secteur de la téléphonie mobile, les frontières européennes ne sont pas encore

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail