V3 Pam/0812: Dernière impression le 25/03/ :00:00

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "V3 Pam/0812: Dernière impression le 25/03/2014 10:00:00"

Transcription

1 V3 Pam/0812: Dernière impression le 25/03/ :00:00 Secteur Automobile Haut-Normand Dernier trimestre 2008

2 Sommaire I. LE SECTEUR AUTOMOBILE PROPREMENT DIT... 4 I.1. DONNÉES GÉNÉRALES SUR LE MARCHÉ MONDIAL... 4 I.2. DONNÉES GÉNÉRALES SUR L INDUSTRIE NATIONALE... 6 I.3. L IMPACT EN RÉGION... 9 II. FOCUS SUR L INDUSTRIE AUTOMOBILE EN RÉGION II.1. QUELS SECTEURS SONT CONCERNÉS? II.2. LA REPRÉSENTATIVITÉ RÉGIONALE II.3. LES RESSOURCES HUMAINES ET L IMPACT SUR L EMPLOI II.4. LA RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE EN RÉGION III. LES PRINCIPAUX ENJEUX III.1. LA PRODUCTIVITÉ III.2. EVOLUTION DES COMPÉTENCES III.3. EVOLUTIONS DES VÉHICULES III.4. PRÉSERVATION DE L ENVIRONNEMENT IV. STRUCTURATION DE LA "FILIÈRE" AUTOMOBILE EN RÉGION IV.1. CONSTAT GÉNÉRAL IV.2. QUID D UNE STRUCTURATION PAR LES INDUSTRIELS? IV.3. QUID D UNE DÉCLINAISON D UNE STRUCTURE NATIONALE? IV.4. QUEL RÔLE JOUÉ PAR LE PÔLE DE COMPÉTITIVITÉ MOV EO? V. LES PISTES DE SOLUTIONS V.1. RAPPEL DES DEMANDES DES ENTREPRISES V.2. APPEL À LA PUISSANCE PUBLIQUE V.3. DÉVELOPPEMENT DE LA TECHNOLOGIE ET PRINCIPALEMENT VERS DES VÉHICULES VERTS V.4. LE DÉVELOPPEMENT DU BAS-COÛT V.5. LA STRATÉGIE DE SPÉCIALISATION V.6. L ANTICIPATION DE LA MUTATION ÉCONOMIQUE V.7. LE REGROUPEMENT DE COMPÉTENCES VI. SUIVIS DE SITUATIONS RÉGIONALES (HORS CONSTRUCTEUR) VI a ) Mai : 27 : Bosch Réduction d effectif b ) Mai : : Faurécia Réduction d effectif c ) Mai : 76 : LEAR Difficultés chroniques d ) Juillet : 27 : Sofrastoc Développement e ) Mai : 27 : Minenesota Rubber Réduction d effectif f ) Décembre : 27 : Cadence Innovation Fermeture ou Rachat g ) Décembre : 76 : Aérazur Cessation d activité automobile VI h ) Février : 76 : Wagon Automotive - Restructuration i ) Juin : 27 : Metzeler Automotive Rachat et réduction d effectif VI a ) Janvier : 27 : Mottaz Fermeture b ) Mars : 76 : Brace Automotive Création c ) Mars : 76 : Lenoir Investissement d ) Mars : 76 : Fonderie Aluminium de Cléon - Rachat e ) Mars : 76 : GDX Automotive Fermeture f ) Avril : : MTT Moteur Test Développement g ) Mai : 27 : Bosch Restructuration h ) Mai : 76 : EMT Composants Restructuration i ) Septembre : 27 : Tyco Electronics - Fermeture j ) Septembre : 76 : CERTAM Développement k ) Octobre : 76 : Sonas Automotive (Ex Wagon Automotive) Chômage partiel l ) Novembre : 27 : Sealynx (Ex Metzeler) - Chômage partiel m ) Novembre : 76 : Plastic Omnium - Chômage partiel n ) Novembre : 76 : Johnson Controls - Fermeture / 40

3 o ) Novembre : 76 : Timken France SAS : Chômage partiel VII. ETAT DE L ART DES ÉTUDES SUPPORTS VIII. BIBLIOGRAPHIE IX. SOURCES DES DONNÉES / 40

4 I. Le secteur Automobile proprement dit I.1. Données générales sur le marché mondial L industrie automobile mondiale traverse une crise sévère. Même si cette industrie a déjà traversé le premier choc pétrolier, puis le deuxième, elle a aussi connu un déclin en particulier en Europe en A chaque fois, les marchés ont plongé ainsi que la production. La clientèle s est détournée des gros modèles pour s orienter vers des véhicules plus économiques. Mais une fois le marasme surmonté, les consommateurs ont repris globalement leurs habitudes automobiles antérieures. Par ailleurs, on assiste depuis 1995 à un fort mouvement de concentration des constructeurs au niveau mondial (Renault/Nissan, Daimler/Chrysler). Ces rapprochements sont liés à la nécessité d être présents sur de nombreux marchés, dans un contexte de forte concurrence. Ces rapprochements permettent également d atteindre la taille critique nécessaire dans un marché mondial qui a fortement crû. Ce mouvement de concentration est également observé chez les équipementiers et les réseaux de distribution. De plus, la concurrence s est intensifiée chez les constructeurs. Cette concurrence a des répercussions sur leur compétitivité, les constructeurs devant de manière constante proposer un meilleur produit (notamment mieux équipé) à un prix constant. Cette politique oblige les fournisseurs, et au premier chef les équipementiers et les entreprises de rang 2 (i.e. les sous traitants des fournisseurs des constructeurs), à faire des efforts considérables en matière de réduction des coûts, d autant que la concurrence internationale (avec en particulier les LCC) s accroît de jour en jour. Le marché américain s est notamment orienté dans les années quatre-vingt-dix vers les gros 4*4 et pick-ups. Toutefois, ces crises n ont pas été sans bouleversements technologiques. Le Diesel, quasi-inexistant dans les années soixante-dix, a pris son essor pour aboutir à 55% du marché Européen aujourd hui. Les principaux pays producteurs en 2007 en millions de véhicules : Canada : 2,59 Etats-Unis : 10,78 Brésil : 2,97 Allemagne : 6,2 Royaume Unis : 1,75 France : 3 Espagne : 2,9 Afrique du Sud : 0,5 Russie : 1,66 Chine 8,9 Inde : 2,3 Japon 11,6 Corée du sud 4,1 Les marchés s effondrent. Ils ont reculé en octobre, de 40% en Espagne, 32% aux Etats- Unis, 19% en Italie, 13 % au Japon, 8% en Allemagne et 7,3% en France. En conséquence la production plonge. Les constructeurs européens, américains ainsi que japonais, multiplient les mesures de chomage partiel. 4 / 40

5 De ce fait les prévisions de résultats sont revues en forte baisse. Toyota revoit de 60 % à la baisse ses prévisions de résultats, PSA vise désormais une marge de 3,5% Les constructeurs américains, en manque de trésorerie, demandent une aide d urgence des pouvoirs publics à Washington. Les Allemands réclament des mesures de soutien au marché comme des «primes à la casse». En attendant, les ventes de véhicules plongent et le chômage technique s étend dans les usines. La production chute notamment en France. Les perspectives financières du secteur sont de plus en plus alarmantes. L Acea (Association des Constructeurs Européens) souhaiterait 40 milliards d euros de crédits. Général Motors ancien numéro un de l automobile a perdu 4,2 milliards de dollars au troisième trimestre Le groupe des trois («Big Three») de l industrie Automobile de Détroit a demandé une aide votée en septembre dernier par le Congrès américains de 25 milliards de Dollars. Cette somme paraît cependant dérisoire comparée aux pertes actuelles et pourrait être doublée, elle est conditionnée à des développement innovants. Il y a de gros risques de faillite à cours terme d un, voire de plusieurs constructeurs américains. Le constructeur automobile Nissan va réduire davantage sa production au Japon. Cette décision concerne les véhicules de grande taille et de luxe destinés à l'exportation vers les Etats-Unis et l'europe. Quant au constructeur automobile Renault, il va réduire d'environ 25% sa production mondiale au 4ème trimestre. Même DACIA, marque du Groupe Renault, va arrêter sa production temporairement en Roumanie entre novembre et décembre. Le secteur de l'automobile en Europe est sinistré. Le constat est fait que les marchés à potentiels sont plutôt à l'est ou en Amérique du SUD. Il n'y a aucun marché en Europe pour le Haut-de Gamme des entreprises nationales. Le marché national est donc en récession alors que les grands groupes enregistrent à l'international des chiffres records. Exemple Renault se développe au niveau mondial avec le rachat de différentes entreprises (Russie, Inde ) alors qu'il compte supprimer plus de 4000 emplois en France (Idem pour PSA). Seul Citroën, parmi tous les constructeurs Européens, a vu ses parts de marchés progresser en Europe en Le contexte de très forte concurrence internationale, marqué par un phénomène de concentration des constructeurs, contraint ce secteur à évoluer rapidement en matière de gains de productivité, d évolution des compétences, de technicité des véhicules liée au recours à l électronique embarquée ou aux impératifs en matière de sécurité et de protection de l environnement. Dans une récente interview accordée à l Usine Nouvelle, Louis Schweitzer, Président du Mondial de l Automobile et du conseil d administration de Renault, apportait son analyse sur l évolution du secteur de l automobile. Il dégageait alors plusieurs tendances. Dans un contexte marqué par la crise, sa première réflexion porte sur le record d affluence observé lors du Salon de l Automobile, ainsi que les nombreux contacts commerciaux pris par les constructeurs à cette occasion. Premiers impactés par cette note positive : les créneaux «haut de gamme» et «low cost». En effet, si le premier est faiblement touché par la conjoncture, le dernier connaît lui aussi un attrait grandissant de la part des consommateurs. Selon Louis Schweitzer, cette tendance viendra concurrencer le marché du véhicule d occasion puisque pour des niveaux de prix semblables, les voitures «low cost» répondront davantage aux exigences techniques que leurs consœurs de seconde main. En 5 / 40

6 témoignent des cahiers de charges fortement axés sur les questions de sécurité et de respect de l environnement ou encore la possibilité de bénéficier de garanties étendues à 3 ans, comme le propose la firme au losange. Deuxième fait saillant : la montée en puissance des pays émergents face au recul des ventes en Europe occidentale. Cette tendance pousse les entreprises à raisonner en marchés et non plus en produits. Concrètement, il s agit de rapprocher ou conserver les sites de construction des territoires que l on a pour cibles afin de mieux répondre aux besoins de leurs consommateurs. Il y a de plus en plus d intérêt à fabriquer une automobile près des lieux de vente. Un troisième point vient plus particulièrement souligner les faiblesses du secteur automobile américain. Selon Louis Schweitzer, les pierres d achoppement sont de trois types. La première, structurelle, repose sur une main d œuvre américaine deux à trois plus coûteuse qu au Japon. La deuxième, financière, prend sa source dans le leasing, mode d acquisition de véhicule impactée par la crise bancaire. Enfin, le dernier obstacle provient de la non prise en compte de la hausse du carburant dans la construction des véhicules d outre atlantique. Pour finir, le président du Salon de l Automobile est revenu sur l avance prise par la France sur la concurrence américaine, notamment en matière de développement durable grâce au Grenelle de l environnement. Pourtant un léger espoir subsiste en effet les principaux acteurs s accordent à pronostiquer un doublement de du parc mondial dans les quelques décennies à venir. Mais il reste qu il existe aujourd hui trop d acteurs sur le marché, la concentration va s imposer même s il n est pas possible de prévoir quand et de façon précise qui, il est clair que, par exemple, le Groupe PSA ne pourra pas resté isolé et qu un rapprochement avec Fiat pourrait voir le jour. De même Chrysler, et General Motors, en difficultés, pourraient trouver repreneurs ou partenaires. En terme de marché, celui des flottes reste important, car contrairement à celui des particuliers, il est globalement stable. De ce fait, les constructeurs et les loueurs s intéressent, au delà des quelques multinationales, de plus en plus au marché des PME- TPE. Enfin, il ne faut pas s alarmer outre mesure sur les impacts de la crise financière car, si elle freine l achat des véhicules, en contre partie, elle développe les activités de maintenance des véhicules (après-vente) qui pourrait voir ses prix de prestations évoluer fortement à la hausse. Ces bénéfices reviendront alors pour partie et de manière indirecte aux constructeurs et équipementiers, qui développent leurs offres, mais seront donc toujours prélevés à la source du citoyen. De plus, il faut rappeler que 8 garages sur 10 en France achètent plus de 41 % de leurs pièces ailleurs que dans leur propre enseigne. Le gage, de marque et de qualité, n est plus forcément lié à l enseigne. I.2. Données générales sur l industrie nationale De 1995 à 1998, l emploi dans l automobile française a diminué de 4 %. Cette tendance a été un peu plus marquée dans la région (- 7,2 %) et elle s est prolongée jusqu en 1999 où elle a atteint un point bas. Entre 2000 et 2005, le secteur est à nouveau porteur d emplois, suivant en cela le mouvement national. Néanmoins, cette reprise n est pas suffisamment forte pour retrouver le niveau d emploi salarié de Globalement, ce sont près de 820 emplois qui ont disparu. 6 / 40

7 Depuis 2005, le secteur traverse une crise en région, comme au niveau national, en raison en particulier des LCC (Low Cost Country). Cette situation entraîne des restructurations en chaîne dans la région, tant chez les donneurs d ordre que chez les PME. D autre part, la réactivité demandée par les constructeurs à leurs fournisseurs trouve sa concrétisation dans le «juste-à-temps» qui peut aboutir, dans certains cas, à la concentration géographique (cf. Parc Industriel Fournisseurs à Sandouville). Ce phénomène global de concentration s accompagne d une évolution des cœurs de métiers, les relations «constructeurs-équipementiers» et «constructeurs-distributeurs» évoluant fortement. Ainsi, les constructeurs abandonnent progressivement leur rôle d assembleur, pour devenir des concepteurs de voitures en se limitant à l assemblage final et aux tests. De fait, on assiste à un transfert partiel des coûts d études et de recherche et développement, et à la nécessité pour les équipementiers de fournir des modules ou systèmes complets (ou «fonctions»). Les constructeurs s impliquent plus fortement en souhaitant maîtriser la distribution et la relation avec le client final : on assiste à la montée en puissance de l e-business et des nouveaux canaux de distribution (internet, ) La production automobile plonge en France. Le nombre de véhicules fabriqués par les constructeurs tricolores dans l hexagone a perdu 8% sur les neuf premiers mois de l année pour arriver à 1,77 millions d unités. La production des seules voitures particulières a chuté de 10,3% à 1,47 millions. Les volumes des usines nationales de PSA ont reculé de 3,2 % pour 1 million d unités alors que ceux de Renault ont reculé de 22,7 % à à peine plus de 461 mille exemplaires. Dans le même temps, les deux constructeurs ont accéléré la cadence à l étranger. Ils ont assemblé 12,3 % de véhicules en plus sur les neuf premier mois de l année approchant ainsi les trois millions de véhicules. PSA a vu sa croissance atteindre 3,7 % et celle de Renault 16,7 %. Les filiales roumaine Dacia et Renault Samsung ont progressée à elles seules de 25,6 % et 19,7 % respectivement. Désormais Renault ne fabrique plus que 28 % de ses voitures en France contre 44% pour PSA. Pour comparaison en 2004 les deux constructeurs fabriquaient encore globalement 2,89 millions d unités en France. L an dernier ils redescendaient à 2,17 à peine et la prévision à fin d année 2008 ferait passer sous la barre des 2 millions de véhicules. A cette chute structurelle s ajoute une baisse conjoncturelle liée à la crise financière. PSA et Renault ont ainsi annoncé une chute de 20 % de leur production en Europe, essentiellement en France, sur le dernier trimestre Compte tenu des difficultés du secteur industriel automobile, une charte nationale de coopération pour le soutien et l'accompagnement des entreprises du secteur automobile et de leurs salariés a été signée le 3 juillet dernier entre l'état, les principaux acteurs du secteur industriel, le conseil national des professions de l'automobile, les organisations syndicales et les représentants des équipementiers automobiles. 7 / 40

8 L'objectif est d'accompagner les entreprises sur les points suivants : Veille, alerte et anticipation économique et sociale, Meilleure appréciation des besoins en termes d'emplois et de compétences, Attractivité, recrutement et intégration durable de salariés dans le secteur, Maintien, évolution et reconversion de salariés tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du secteur automobile, dans le souci d'éviter les ruptures et de faciliter les transitions professionnelles." Ce plan est doté de 150 millions d'euros par l'état sur les trois années à venir. Malgré ceci l automne au niveau national a été catastrophique. Les sous-traitants de l'automobile font grise mine. Après Renault qui accuse le coup de ventes décevantes pour ses modèles produits dans l'hexagone, PSA Peugeot Citroën annonce à son tour vouloir baisser la production de 20 à 30% au quatrième trimestre. L'inflation des prix des matières premières avait déjà fragilisé les fondations des équipementiers. Voilà que la crise financière accroît encore les tensions. Des heures difficiles se profilent à l'horizon. Et déjà, le mois d'octobre donne le ton. La filiale française du fournisseur italien Ranger, qui fabrique des pièces en plastiques et emploie 442 personnes à Theillay (Loir-et-Cher), a ainsi déposé le bilan à la fin octobre. Le site va poursuivre ses activités pendant six mois. Au-delà, faute de repreneurs, le flou est complet. Inergy, qui fabrique des réservoirs de voitures, va, lui, fermer deux de ses cinq sites hexagonaux à Nucourt (Val d'oise) et Aulnay-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le plan social prévoit aussi la suppression de 125 postes. Le cas de Molex contrarie les élus de la région Midi-Pyrénées. L'équipementier américain, qui a annoncé la fermeture de son usine de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), est accusé par ses employés d'avoir «pillé» les brevets du site, après l'avoir repris en Et ceci, afin de mieux délocaliser les activités du site vers la Slovaquie. L'usine doit fermer ses portes en juin AB Industries, installé dans la zone industrielle de Limay-Porcheville, dans les Yvelines, fermera lui ses portes d'ici la fin de l'année. 64 des 75 salariés du site spécialisé dans la fabrication d'attaches de ceintures et de rampes de sièges seront ainsi licenciés ou mis en retraite forcée. Le groupe paie sa politique de production, à 70% tournée vers PSA et Renault. Le groupe allemand Arques est également touché dans l'hexagone. Avant de déposer le bilan dans la dernière semaine d'octobre, sa filiale Eurostyle Valenplast, avait en effet prévu un plan social comprenant la suppression de 106 postes en France, dont 80 sur le seul site du Poinçonnet (Indre). Le site de Mahle à Persan est quant à lui en sursis. Selon une information rapportée par l'usine Nouvelle, une partie de la production de l'usine du Val d'oise serait délocalisée sur le site de l'équipementier allemand à Seboncourt (Aisne) et une autre partie dans une unité autrichienne du groupe. La liste des entreprises ayant recours au chômage partiel est elle aussi inquiétante. Sonas Automotive va ainsi interrompre la production de trois de ses sites hexagonaux de 14 à 22 jours d'ici le 31 décembre prochain. Sont concernés par ce plan social : Beaucourt (Territoire de Belfort), Saint-Nicolas-D'Aliermont (Seine-Maritime) et La Souterraine (Creuse), qui 8 / 40

9 comptent respectivement 180, 120 et 385 employés. Le groupe spécialisé dans les activités d'emboutissage compte lui aussi Renault et PSA parmi ses principaux clients. L'équipementier Cooper Standard, confronté à une importante chute de ses activités, va fermer son usine de Vitré trois semaines d'ici la fin de l'année. Bridgestone a annoncé vouloir «geler» la production de son usine de Béthune (Pas-de- Calais), pendant 21 jours d'ici à la fin de l'année. Le groupe a été pris à contre-pied par la crise financière: en octobre 2007, il avait en effet annoncé un important plan d'expansion des capacités de production dans cette même usine. Plan aujourd'hui suspendu jusqu'à nouvel ordre. Continental, l'un des principaux employeurs de la ville de Rambouillet (Yvelines) va supprimer 382 postes. Les premiers licenciements devraient intervenir lors du second trimestre Ils s'étaleront jusqu'à la fin L'équipementier a décidé de délocaliser son unité de production d'autoradios en Tunisie, «pour faire face à une concurrence de plus en plus rude», a-t-il expliqué dans un communiqué. Le géant de l'aciérie ArcelorMittal pâtit comme les autres de la crise économique. Dans le cadre d'un vaste plan de restructuration au niveau européen, il va fermer de la mi-novembre jusqu'à fin janvier un haut fourneau sur deux à Fos-sur-Mer -près de Marseille - son deuxième site français avec employés. Le site de Florange (Moselle) qui compte salariés, sera également concerné du 2 ou 3 décembre jusqu'au 6 janvier prochain. A Laval (Mayenne), Valeo réagit à la mauvaise conjoncture. Il se sépare de 130 postes sur son site. La totalité du personnel remercié est intérimaire. Utilisés comme variables d'ajustement selon l'état de santé économique de l'entreprise, ces derniers jouent leur rôle de «fusibles» dans la vague de suppressions d'emplois effective depuis début octobre. Delphi a supprimé les 200 emplois d'intérim sur les 400 postes que compte son site de Blois (Loir et Cher). L'autre moitié des salariés sera par ailleurs priée de rester chez elle dans le courant du mois de décembre. Cette liste des entreprises concernées par les plans sociaux depuis le début du mois de novembre n'est pas exhaustive. Ainsi, en Bretagne, Polymères Barre Thomas et Faurecia tanguent dangereusement. Des suppressions de postes sont à prévoir. En Rhône-Alpes, Electrifil, Bosch, Rencast et JTEKT imposent des mesures de chômage partiel dans leurs usines. De même pour Auto Châssis International et Hutchinson, dans la Sarthe. Enfin, en Lorraine et Haute-Normandie, Sealynx (joints d'étanchéité), Edscha (charnières, fermetures), Fonderie Lorraine (boîtes de vitesses), Lemförder (rotules) vont également subir le même sort en novembre et décembre. Selon son calendrier divulgué début octobre, la Fiev annonçait que le secteur des équipements automobiles allait passer de salariés en activité à la fin 2007 à environ en décembre prochain. Au vu des évènements de ces dernières semaines et de la promptitude avec laquelle la crise s'est transposée sur l'économie réelle, ses calculs devront être sans doute revus à la baisse. Un sondage effectué par le Conseil National des Professions de l Automobile révèle que 69,3% des entreprises du secteur ont déjà dû reporter ou réévaluer leurs investissements. I.3. L impact en région Le secteur automobile, proprement dit (affecté directement et à 100 % au secteur automobile d'après le code NAF), représente en région en 2007 : 64 établissements pour / 40

10 salariés. Soit, en terme statistique, la perte d'un seul site entre 2006 et 2007 mais pour un équivalent de plus de mille emplois. Le poids de l automobile dans l industrie haut-normande est plus d une fois et demie supérieur au poids de l automobile française dans l industrie nationale. L importance de ce secteur se retrouve aussi dans le niveau des investissements qui y sont réalisés. En 2003, la région Haute-Normandie était au sixième rang pour les investissements (213 millions d euros) dans le secteur, l Alsace étant la première région destinatrice de fonds (478 millions d euros). Le secteur représente aussi 19,9% des exportations régionales en 2004, le port du Havre étant le 1er port français pour les entrées et sorties de véhicules. La production automobile française se concentre pour 80% dans un rayon de 300 km autour de Rouen. L industrie régionale se caractérise par la présence d'un grand constructeur, Renault, et un tissu dense d'équipementiers et sous-traitants dans tous les domaines d'activités : le travail des métaux (Garçonnet Frères, Bronze Alu, ), l électricité-électronique (Sagem, Legrand ), les plastiques, caoutchouc, composites (SEALYNX, Automotive Profile Systems, ), le textile, la chimie, le verre (Sommer Industries, Holophane), les éléments de sécurité (Autoliv France,.). Depuis 2006, on constate des difficultés sur la Région avec une nette accélération en 2008 des fermetures, mises en redressement judiciaire, difficultés temporaires avec des jours chômés de plus en plus nombreux (C.F. : 0 Il est désormais évident que les sous-traitants de capacités doivent nouer des alliances afin de conquérir de nouveaux marchés et même d éviter de perdre ceux acquis. En effet, les donneurs d ordres demandent de plus en plus des fournitures «clés en main» de sous-équipements complets (offre globale). Des stratégies d alliance de tous ordres doivent s effectuer afin d augmenter la visibilité des l industriel local : Stratégie d achat, stratégie d offre globale, stratégies technologiques A titre d exemple, voire d exemplarité, le Comité Régional Haut-Normand de MOV EO a également été, avec ses partenaires régionaux (Etat et Région), à l origine de la création d un GIE dénommé EVEREST TEAM regroupant six structures (3 PME et 3 CRITT) qui est positionné sur la chaîne de valeur de mise au point GMP (Groupe MotoPropulseur), développant ainsi un emploi direct à la création et avec une volonté de ramener des marchés inaccessibles auparavant, entre autres des marchés exogènes, ceux-ci à terme devant être générateurs d emplois. Le développement de l activité du GIE pourrait également être à l origine de nouveaux investissements matériels importants sur le site du Madrillet afin de lui permettre de consolider son offre et son positionnement. Cet exemple doit être une force pour le territoire en terme de compétence, d image et donc d attractivité à terme. Suivis de situations Régionales ). Sans compter les difficultés du grand donneur d'ordres régional Renault : RENAULT SANDOUVILLE : Les représentants du groupe RENAULT avaient attiré l attention des pouvoirs publics sur le devenir du site de Sandouville et sur l importance des projets d investissements nécessaires pour maintenir et conforter le positionnement de cet établissement. La volonté du Groupe Renault de pérenniser le site reste posée. Il n y a, pour le moment, aucune activité certaine prévue sur le site à partir de 2012 (arrêt de la Laguna et de l Espace), même si la Direction du Groupe annonce une volonté d y apporter un nouveau véhicule. Concernant le projet de véhicule électrique, il serait loin d être validé et ne pourrait entrer en fabrication qu à partir de 2013/2015 et sur Flyns. Les 10 / 40

11 équipementiers automobiles ne sont d ailleurs pas consultés aujourd hui sur de nouveaux modèles. La baisse de production de Renault menacerait 500 emplois chez les soustraitants de 1 er rang. Concernant le plan de revitalisation de Sandouville, une convention cadre devraient être négociée au niveau national avec des déclinaisons locales. Pour ce site, il faudrait se poser la question de l utilité d injecter des fonds dans l entreprise alors qu il semblerait peut-être plus rentable de revoir les infrastructures afin de réduire les coûts logistiques d embarquement et de débarquement de véhicules. RENAULT AUBEVOYE : Le Centre d Essai à Aubevoye dépend du technocentre recherche et développement de Renault situé à Guyancourt. Ce site est en développement continu depuis de nombreuses années avec des investissements technologiques importants tout en respectant, dans les nouvelles implantations, l environnement du site. Le plan triennal d investissement prévoit pour un investissement de 19,5 M basé sur la réduction des émissions polluantes, les techniques anti-corrosion, la sécurité active avec une nouvelle aire d évolution Le site regroupe plus de 1000 salariés y compris les sous-traitants. Aucune création d emploi n est prévue suite au programme d investissement. RENAULT DIEPPE : Le marché du véhicule sportif est en croissance constante et Renault en fait un axe important de son développement ultérieur au niveau de l image. La stratégie d Alpine est de maintenir sur le site une fabrication de véhicules de petite série (activités prototypes, négoce de pièces de compétition). Un nouveau projet «ambitieux» est à l étude et pour laquelle la décision interviendra au niveau du groupe en janvier L entreprise compte 344 salariés sur le site, avec une moyenne d âge de 45 ans. Alpine souhaite s engager sur un programme de création de 47 emplois en CDI sur les 2 prochaines années. RENAULT CLEON : Le site de Cléon spécialisé dans la production de moteurs et de boîtes de vitesses distribue plus de pièces à destination des assembliers du groupe Renault à 75% mais également pour Nissan, Suzuki et Opel. Cet établissement a fait l objet d une intervention de la Région à hauteur de 4 M en juin 2004 pour le précédent projet M1D et la création de 450 emplois ainsi qu à des interventions au titre de l action collective performance énergétique et d un plan de formation (respectivement en 2003 et en 2004). En mars 2006 l effectif était de emplois. La direction du site établit les effectifs actuels à collaborateurs. Le site de Cléon travaille aujourd hui pour obtenir l accord de production et d assemblage du nouveau moteur R9M, plus performant en matière de CO2 et de consommation avec un objectif de production de organes d ici 2011, de sur une seconde tranche à fin Cette nouvelle production permettrait de se substituer aux arrêts programmés de la production d autres moteurs tels que les F9. Le non-renouvellement de gamme impliquerait à l horizon 2011 une diminution prévisible des effectifs. Evolution de l emploi en Région sur les 4 dernières années alors que le nombre d entreprises oscille entre 63 et 64 : 11 / 40

12 Hommes Femmes Total Avec sur l Eure une progression d un établissement de 2006 à 2007 pour arriver à 13 établissements pour salariés, alors que pour la Seine-Maritime nous observons une baisse du nombre d établissements de 53 à 51 pour un effectif global de salariés. 12 / 40

13 II. Focus sur l industrie Automobile en région II.1. Quels secteurs sont concernés? Il est très difficile de cerner la filière automobile en particulier quand on aborde le plan de la sous-traitance régionale. La définition au sens Insee du terme «Secteur Automobile» n inclue que les entreprises dont le pourcentage de chiffre d affaires est à 100 % dans le secteur Automobile. L objet de la monographie actuelle s étend, compte tenu du tissu en région, à la sous-traitance Métallurgique et Mécanique. Cependant il faudra qualifier la mission et si elle doit s'étendre aux secteurs de : service à l'industrie spécialisé, Électronique, matériaux plastiques, caoutchouc, Textile, matériaux composites, Carburants et Énergies, Lubrifiants...? L industrie automobile comprend deux sous-secteurs : la construction automobile et la fabrication d équipements. Le premier sous-secteur réunit la construction de voitures particulières, de véhicules utilitaires et industriels, de caravanes et remorques de tourisme et la carrosserie. La fabrication d équipements automobiles spécifiques concerne les équipements mécaniques, les équipements moteurs, du châssis et de la carrosserie. Elle ne comprend pas les équipements électriques et électroniques non spécifiques. L activité en Haute-Normandie est plus particulièrement orientée vers la construction automobile qui représente 80,5 % des effectifs régionaux (Données DRIRE 2007). II.2. La représentativité régionale La sous-traitance régionale est principalement une sous-traitance capacitaire, elle subit donc directement la crise actuelle du fait de la réduction par les donneurs d'ordres et le recentrage sur leur propre capacité (fermetures en journées chômées de Flin, de Sandouvile, de Dieppe... réductions des budgets de R&D 2009 de Renault de l ordre de 25%...). En terme de données aucune étude fiable et complète n'a été effectuée depuis des années, les chiffres régionaux sont donc évasifs ou incomplets et repris de principe sans être cependant qualifiés et consolidés. Rien que dans l'étude Mov'eo on compte plus de 350 entreprises sur les thématiques du pôle en région HN dont 110 ont été audités car potentiellement ayant des possibilités d'innovations, cependant sur ces 350 entreprises certaines ne travaillent pas du tout pour l automobile. Un chiffre de l ordre de 300 entreprises travaillant en sous-traitance indirecte semble cohérent auquel il faut donc ajouter les 64 entreprises travaillant exclusivement sur le secteur. On note également la présence d'entreprises qui se spécialisent dans des métiers d'avenir tels la sécurité automobile ou l'électronique embarquée. Avec sept établissements, la place de Renault dans le tissu régional est tout à fait prépondérante: le site de Sandouville fabrique des véhicules haut de gamme, l usine de Cléon est spécialisée dans la fabrication des boites de vitesse et moteurs, pour Renault, Nissan, mais aussi d autres constructeurs. Le premier moteur de l Alliance Renault / Nissan est d ailleurs fabriqué à Cléon depuis le début de l année La firme au losange dispose 13 / 40

14 également d une implantation à Dieppe (Pour les véhicules «sports») et à Grand-Couronne pour l exportation de pièces détachées (CKD Completely Knocked Down). Dans l Eure, Renault a installé à Aubevoye un centre technique de recherche et développement, spécialisé dans l étude des interférences et de problèmes de compatibilité électromagnétique, également centre d essais de véhicules, cependant ce site n est pas juridiquement autonome et est rattaché à l établissement de Guyancourt. A Saint-André-del Eure, Sofrastock gère les stocks de consommables, tandis que la Somac à Verneuil-sur- Avre assure la conception de véhicules spéciaux pour particuliers. Des équipementiers sont également présents dans la région, tels que Autoliv France à Gournay-en-Bray qui fabrique des airbags ou Bosch Braking Systems spécialisée dans les systèmes de freinage. 14 / 40

15 Le secteur de la mécanique représentant une part importante des sous traitants du secteur automobile est en crise, du fait des équipements dans les entreprises assez peu performants, des coûts élevés des matières premières (et dont l augmentation continue) et des prix sans cesse en diminution du fait des politiques de réduction des coûts des achats chez les donneurs d ordres, La filière est en effet touchée par de nombreux problèmes, dont voici une liste non exhaustive : Les problèmes de trésorerie sont nombreux, en particulier en raison des délais de paiement qui se sont allongés dans les dernières années. Le gouvernement a ainsi proposé de réduire à 60 jours les délais de paiement des fournisseurs, Les ressources humaines, en terme de formation, d anticipation des besoins en personnel, en compétences, les départs à la retraite à prévoir, etc, sont des aspects qui ne sont pas pris en compte par les dirigeants de PME qui les considèrent comme accessoires, La prise de recul du dirigeant de PME est insuffisante, en raison du fait qu il est souvent «homme à tout faire» ou tout du moins «homme clé» de l entreprise. Cela veut dire qu il assume souvent les fonctions de dirigeant, mais aussi de commercial, de directeur technique, etc, ce qui l empêche de définir ou concevoir une stratégie de développement. En conséquence, il se retrouve le plus souvent dans un environnement contraint plutôt que choisi, Les donneurs d ordres imposent des baisses de prix, du fait de leurs propres situations tendues, et cherchent à obtenir des baisses de coûts en permanence, en reportant une partie sur leurs fournisseurs, Beaucoup de produits fabriqués par les entreprises régionales présentent une valeur ajoutée très faible : il s agit souvent d une sous traitance de capacité. De plus, cette production peut représenter souvent une part très importante du chiffre d affaires de ces entreprises, ce qui les rend d autant plus fragiles, Les PME régionales sont très peu diversifiées, problématique aggravée par la situation du secteur aéronautique qui traverse des difficultés liées aux retards d Airbus alors que l aéronautique était la voie de diversification naturelle pour une entreprise de l automobile (pour celles qui avaient diversifié leur activité), La faible attractivité de la filière automobile vis à vis des jeunes, ce qui associé au faible intérêt des dirigeants pour la GPEC fait craindre des problèmes d adéquation des compétences et des personnes aux besoins des entreprises, Le peu d innovation dans les PME régionales, qui sont plus souvent des PME de sous traitance de capacité que des PME de co-conception avec les donneurs d ordres, La taille des PME en général et du secteur automobile en particulier, qui de plus connaissent peu leur environnement concurrentiel, ce qui les contraint à rester seuls face aux donneurs d ordre, alors qu elles pourraient se regrouper avec une autre entreprise locale afin de proposer une offre plus intégrée à leurs clients, et en parallèle diminuer le risque pris par ces derniers du fait d une plus grande envergure de l entreprise, Les sites de Renault ne sont plus caractérisés par le type de véhicule produit (sites spécialisés dans la production de véhicules haut de gamme comme Sandouville, ou de petits véhicules, etc ) : ils sont dorénavant en concurrence intra groupe lors de l affectation d un nouveau véhicule, ce qui a naturellement tendance à délocaliser les productions de nouveaux véhicules, et par la même fragiliser l ensemble des acteurs régionaux concernés, Certaines entreprises ont des fonds de pension anglo-saxons dans leur capital, ce qui entraîne une gestion à très court terme, avec un résultat sur investissement attendu très rapidement. La conséquence en est une absence de stratégie à moyen et long terme, un 15 / 40

16 vieillissement du matériel, et une gestion qui ne favorise pas l ancrage industriel. De plus, la politique actuelle de certains fonds de pension tient à faire remonter les capitaux au niveau du pays du fonds (les USA le plus souvent) pour procéder ensuite à une vente des actifs aux meilleurs prix, le cas échéant en segmentant l entreprise. Plusieurs entreprises sont dans cette situation actuellement au niveau de la région (ex : Cadence Innovation), Les syndicats jouent actuellement à la «politique du pire», en refusant de se confronter à la réalité et en refusant tout accord pouvant remettre en cause ce qui est considéré comme un acquis social, alors que cela pourrait remettre l entreprise sur les rails et lui permettre de faire face à la concurrence le plus souvent étrangère. Cette situation met en grande difficulté des sites qui perdent des marchés ou qui ne trouvent pas repreneur car ceux ci ne souhaitent pas racheter une entreprise où les relations sociales seront trop difficiles à gérer. La Fonderie Alluminium de Cléon était, jusqu à sa reprise par le Groupe Renault, un exemple criant de cette situation, Certains dirigeants d entreprises se plaignent fréquemment d une réglementation française beaucoup plus lourde que celle de nombreux pays concurrents, y compris au niveau européen. Cela vient augmenter le différentiel de compétitivité et d attractivité entre la France et ces pays, qui sont déjà fort favorisés par le coût de main d œuvre et le temps de travail. L inspection du travail et l inspection des installations classées sont donc vécues comme une contrainte très forte supplémentaire sur le dos des entreprises faussant la concurrence. II.3. Les ressources humaines et l impact sur l emploi En terme d'emplois il est classiquement évalué de l'ordre de 13 à emplois indirects gérés principalement par ces sous-traitants capacitaires. 16 / 40

17 En Haute-Normandie comme à l échelle nationale, 72% des salariés de l industrie automobile sont des ouvriers ou des employés. Cependant, la structure des emplois dans la région diffère sensiblement de celle observée au niveau national.. Par exemple, la part des ouvriers non qualifiés est trois fois plus importante dans la région qu en moyenne nationale alors que celle des cadres est deux fois plus faible. Il en résulte des taux d encadrement et de qualification bien plus bas que dans l industrie automobile française. Il faut néanmoins constater que la part des techniciens est nettement plus forte qu en moyenne. Cette situation s explique par la part prépondérante de la production dans la région. Il y a peu de centres de recherche importants en Haute Normandie dans le domaine de l automobile (les laboratoires du Madrillet représentent environ 400 personnes). L encadrement est donc composé majoritairement d ETAM (Employés, Techniciens, Agents de maîtrise). 17 / 40

18 Répartition de l'emploi salarié selon la qualification Haute-Normandie France hors Ile-de-France France Cadre et chef d'entreprise 5,9 8,2 13,6 Profession intermédiaire 2,2 3,1 4,5 Technicien 16,0 11,7 13,2 Contremaître et agent de maîtrise 4,0 4,3 3,8 Employé 2,6 2,7 3,0 Ouvrier qualifié 24,2 53,7 47,4 Ouvrier non qualifié 45,1 16,3 14,5 Unité : % Source : INSEE- DADS au 31 décembre 2003 Répartition de l'emploi salarié Sous-secteur Emploi Part des femmes Haute- France Haute- France Normandie Normandie Construction automobile 80,5 67,2 8,8 13,5 Fabrication d'équipements automobiles 19,5 32,8 43,3 22,5 Ensemble du secteur 100,0 100,0 15,5 16,5 Unité : % Source :INSEE- DADS au 31/12/2003 Part d'effectifs salariés établissements par tranche d'effectif salariés moins de de 20 à 49 de 50 à 99 de 100 à 199 de 200 à salariés 20 salariés salariés salariés salariés salariés et plus Haute-Normandie 1,6 3,0 0,9 3,9 10,4 80,2 France 3,2 3,4 2,7 4,8 13,6 72,2 Unité : % de salariés Source: INSEE SIRENE au 1er janvier / 40

19 Par contre, les salaires perçus dans la région sont en moyenne un peu plus élevés quelle que soit la qualification. Ces niveaux de rémunération peuvent s expliquer en partie par le fait que la population des salariés est relativement âgée : sept salariés sur dix ont plus de 40 ans, près d un sur trois a plus de 50 ans. Salaires médians nets annuels en 2003 Sous-secteur Cadres Professions Employés Ouvriers intermédiaires Haute- France Haute- France Haute- France Haute- France Normandie Normandie Normandie Normandie Construction automobile Fabrication d'équipements automobiles Ensemble Unité : euro Le secteur de l automobile offre une large gamme de savoir-faire liée aux nombreuses exigences techniques et scientifiques du secteur. Ce réseau de compétences, de recherche et d innovation, s appuie notamment sur les établissements de recherche présents sur le technopôle du Madrillet, axé autour des thématiques de l énergétique et de la propulsion. Ce technopôle dispose de compétences multiples dans les domaines de la recherche, de l industrie et de la formation : on y trouve des laboratoires comme le CRIHAN (Centre de ressources informatiques de Haute- Normandie) spécialisé dans la modélisation et la simulation, le CORIA (Complexe interprofessionnel en aérothermochimie), le CERTAM (Centre d études et de recherche technologique en aérothermique et moteurs) tournés vers la combustion et les moteurs, le CEVAA (Centre d essais vibro-acoustique pour l automobile), l INSA, spécialisée dans l usinage à grande vitesse et enfin l ESIGELEC-IRSEEM, tournée vers l électronique embarquée. Autour de ce secteur de l industrie automobile, gravitent de nombreux sous-traitants dans les métiers de la mécanique, de la plasturgie, du textile Le nombre total d emplois dans cette filière peut être estimé à en Haute-Normandie. Tous les métiers de l'automobile, de la conception aux essais et de l'assemblage à la distribution, sont présents en région. Suite à l'étude DRIRE en 2007 sur les besoins des PME de la sous-traitance Automobile plus de 20 % de celles sondées ne souhaitaient plus être référencées comme sous-traitant automobile et s'étaient, ou cherchaient à se, diversifier. II.4. La répartition géographique en région Les activités sont principalement localisées dans la zone de Rouen pour la construction mais aussi dans les domaines de la mécanique et du travail des métaux (Masselin, Bosch, ). Dans la zone du Havre, le Parc Industriel Fournisseurs (PIF) de Sandouville, constitué autour de l usine Renault sur m², alimente les chaînes de production en flux tendus. Ce parc accueille les fournisseurs de Renault comme Faurecia (sièges, tapis de sols),, IGA : Garnitures de pavillons de toits, Sommer-Allibert (planches de bord, consoles, tapis, panneaux de portes), Lear Automotive (panneaux, câblages), Solvay Automotive (montage 19 / 40

20 de réservoirs de carburant) et à proximité de ce parc, Plastic Omnium (boucliers avant et arrière) et Lebranchu (emboutissage, pièces de tôlerie). A Dieppe, l activité est plus orientée vers la sous-traitance de 1er rang dans les domaines de la mécanique, de l électronique, de la plasturgie (Rieter Automotive, Gevelot Extrusion). Enfin dans l Eure, on note parmi les principaux sites : Bronze Alu (fonderie d aluminium), Sommer Industries (insonorisation d habitacles), Autoliv, 20 / 40

[L INDUSTRIE AUTOMOBILE

[L INDUSTRIE AUTOMOBILE CCIR 2011 Fotolia.com LA CCIR VOUS INFORME SYNTHÈSE [L INDUSTRIE AUTOMOBILE EN HAUTE-NORMANDIE Contexte économique mondial, comparaison nationale et pistes de développement ] Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC

L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC Dans le cadre du séminaire «Stratégies d internationalisation» animé par Mr SAADI Rapport de synthèse au sujet de L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC Réalisée par : Houda EL HOUARI 1 Samia HAFSI Participantes

Plus en détail

Automobile : L Europe en panne dans un monde qui roule

Automobile : L Europe en panne dans un monde qui roule Automobile : L Europe en panne dans un monde qui roule Ludovic Subran Chef Economiste et Directeur de la Recherche Yann Lacroix Responsable des Etudes Sectorielles Paris, le 21 septembre 2012 Plan 1 2

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

- 1 - Continental lance la première grappe automobile en France

- 1 - Continental lance la première grappe automobile en France - 1 - Communiqué de presse Continental lance la première grappe automobile en France Continental initie la première action collective de l industrie automobile française en collaboration avec AUTOMOTECH

Plus en détail

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC 1. Un cadre sectoriel prometteur 4 2. Principaux indicateurs 4 3. Chiffres clés du secteur 5 3.1. Une

Plus en détail

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, propose à la presse chaque trimestre un point de conjoncture sur

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir Apparue en Lorraine en tant qu'industrie de reconversion, à la suite du déclin des industries minières et sidérurgiques, l'industrie automobile est aujourd'hui fortement ancrée en région et représente

Plus en détail

L actualité de la Métallurgie Mai 2013

L actualité de la Métallurgie Mai 2013 Secteurs L actualité de la Métallurgie Mai 2013 Des points forts, mais une filière bridée par les «sous performances» de RENAULT et PSA Expertise Conseil Formation Le point de vue de notre Expert Jean-Louis

Plus en détail

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière automobile, à Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE CIACT du 2 février 2009 «Plan de relance de l économie» - B - SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE ECONOMIQUE ET A L EMPLOI Enveloppes du plan de relance de l économie : 600 M pour le financement des PME

Plus en détail

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Avec l aimable autorisation de Fusions & Acquisitions Magazine

Plus en détail

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne.

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Préambule : L accompagnement des mutations économiques est

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Plan de développement de l industrie Automobile au Maroc. Turin, 28 octobre 2015. Plan d accélération industrielle 2014-2020

Plan de développement de l industrie Automobile au Maroc. Turin, 28 octobre 2015. Plan d accélération industrielle 2014-2020 Plan de développement de l industrie Automobile au Maroc Turin, 28 octobre 2015 Plan d accélération industrielle 2014-2020 1 Agenda 1. Plan d accélération industrielle 2014-2020 2. Structuration de la

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Observatoire du design en Rhône-Alpes

Observatoire du design en Rhône-Alpes Observatoire du design en Rhône-Alpes 2013 2014 Le codesign La région Rhône-Alpes, deuxième région française pour la concentration de designers et d entreprises utilisatrices de design, a structuré depuis

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

NOTE. Les points clés du portrait de territoire 2012 de la ZTEF

NOTE. Les points clés du portrait de territoire 2012 de la ZTEF NOTE STRATEGIQUE 2013 2013 ZTEF Bugey Plaine de l Ain Côtière Document validé par le Comité stratégique du X-12-2012 Le comité stratégique de territoire de la ZTEF Bugey Plaine de l Ain Côtière s est engagé

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères?

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? MAI 2012 Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? Chunxia Zhu, Manager «Réussir sur les marchés chinois implique au préalable d en maîtriser tant les ressorts économiques

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

Stratégie Internationale des Entreprises : C A S L E X U S. P r é s e n t é p a r : M E D E L A M I N E E T IS M A IL B O U Z E K R A O U I

Stratégie Internationale des Entreprises : C A S L E X U S. P r é s e n t é p a r : M E D E L A M I N E E T IS M A IL B O U Z E K R A O U I CAS LEXUS Stratégie Internationale des Entreprises : C A S L E X U S P r é s e n t é p a r : M E D E L A M I N E E T IS M A IL B O U Z E K R A O U I PLAN : I. Présentation de la Maison Mère : Toyota I.

Plus en détail

Les mesures du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi

Les mesures du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi Mayenne Services Publics La lettre thématique Les mesures du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi Les dispositifs et instruments financiers Le crédit d impôt pour la compétitivité

Plus en détail

LA FILIÈRE AUTOMOBILE EN PICARDIE

LA FILIÈRE AUTOMOBILE EN PICARDIE PRÉFÈTE DE LA RÉGION PICARDIE LA FILIÈRE AUTOMOBILE EN PICARDIE La Picardie est la treizième région automobile Française. En effet, elle ne présente aucun site constructeur, contrairement aux grandes régions

Plus en détail

Baromètre industriel québécois Un portrait inédit du secteur manufacturier québécois

Baromètre industriel québécois Un portrait inédit du secteur manufacturier québécois Baromètre industriel québécois Un portrait inédit du secteur manufacturier québécois Une initiative de Introduction Sous-Traitance industrielle Québec (STIQ) Fondée en 1987, STIQ est une association d

Plus en détail

OUTIL D AIDE À LA DÉCISION INDUSTRIE AUTOMOBILE. OAD Mai 2011

OUTIL D AIDE À LA DÉCISION INDUSTRIE AUTOMOBILE. OAD Mai 2011 OUTIL D AIDE À LA DÉCISION INDUSTRIE AUTOMOBILE OAD Mai 211 AUTOMOBILE Constructeurs 13 établissements 913 salariés (Source DADS INSEE 28) Equipementiers de rang 2 et + Eléments métalliques, Composants

Plus en détail

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux Les chiffres clés de la région Ile-de-France (au 31/12/2010) : - PIB : 572 milliards d euros (30% du PIB national) - Nombre d emplois industriels

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Rapport : PROFILA Diagnostic stratégique

Rapport : PROFILA Diagnostic stratégique 2010 Rapport : PROFILA Diagnostic stratégique Eric Montana PROFILA 30/07/2010 CADRE DE REFERENCE... 3 Mission... 3 Actionnariat... 3 Les règles du jeu... 3 Chaîne de valeur... 4 PRODUITS & MARCHES... 5

Plus en détail

Cyril GUIMBAUD Romain CHALINDAR RENAULT

Cyril GUIMBAUD Romain CHALINDAR RENAULT Cyril GUIMBAUD Romain CHALINDAR RENAULT CA PLP 2005-2006 SOMMAIRE 1. L historique et facteurs d évolutions de Renault... 3 1.1. Historique... 3 1.2. Facteurs d évolution... 4 2. Les objectifs stratégiques

Plus en détail

Le nombre de véhicules légers vendus dans le monde en 2013 a dépassé les 82 millions.

Le nombre de véhicules légers vendus dans le monde en 2013 a dépassé les 82 millions. 003-10 Avant-propos_Avant-propos 14/05/14 09:41 Page3 Avant-propos Pascal FAURE* L automobile: un enjeu considérable pour la France, tant en ce qui concerne les entreprises que l intérêt public Le nombre

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Retour sur l Atelier Logistique GALIA du 21 septembre 2010

Retour sur l Atelier Logistique GALIA du 21 septembre 2010 Dossier du mois Octobre 2010 Retour sur l Atelier Logistique GALIA du 21 septembre 2010 GALIA a décidé d organiser un atelier logistique cette année après une absence en 2009. Les derniers ateliers logistiques

Plus en détail

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation La passion de l'excellence Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation Comités et séminaires RTI Phase : Initiation - Détection 1 Projets Objectif Faciliter les échanges entre les membres de NAE

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009 Faits marquants semestrielle VP + VUL (S1 2008 S2 2009) o Europe 30 pays : + 0,2 point de part de marché (6,3 %

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 Charte Automobile 2008 et Charte Automobile 2012-2015 Les principales

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen Session 2013 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers CORRIGÉ CORNILLEAU 1. Identifiez, parmi les sources documentaires

Plus en détail

SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE

SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE PRODUCTIVITÉ RESPONSABLE ENVIRONNEMENT AUTOMOBILES SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE PAR MARK CARDWELL PHOTOS ATLAS COPCO/ISTOCKPHOTO/GEELY Àl heure où les économies mondiales se relèvent de la

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique.

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Document approuvé par le Conseil d administration Mobilité électrique Canada 1 Mars 2014 Le

Plus en détail

4.1. Panorama du commerce et de la réparation auto-moto

4.1. Panorama du commerce et de la réparation auto-moto 4.1 Panorama du commerce et de la réparation auto-moto L ensemble du commerce et de la réparation d automobiles et de motocycles comprend 75 entreprises en 28 et 365 en équivalents-temps plein. Le taux

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Observatoire de l impact de la crise japonaise sur l industrie électronique

Observatoire de l impact de la crise japonaise sur l industrie électronique Observatoire de l impact de la crise japonaise sur l industrie électronique Fiche thématique n 1 : AUTOMOBILE Version du 14 avril 2011 17 rue de l Amiral Hamelin 75116 PARIS Tel : 33(1) 45 05 70 13 fax

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Connaissance de l intérim et de ses évolutions

Connaissance de l intérim et de ses évolutions Maison de l'emploi du DEveloppement de la Formation et de l'insertion du Pays de Redon et Vilaine O b s e r v a t o i r e Connaissance de l intérim et de ses évolutions 2009 - Bretagne Sud MEDEFI - 7,

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

CREATEURS D EMPLOIS. des pays émergents emboîtent désormais le pas.

CREATEURS D EMPLOIS. des pays émergents emboîtent désormais le pas. LES investissements étrangers MAI 0 CREATEURS D EMPLOIS EN RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE Les entreprises étrangères implantées en région Centre-Val de Loire sont des acteurs dynamiques de l économie régionale.

Plus en détail

UN CHIFFRE D AFFAIRES ANNUEL DE 900,5 M

UN CHIFFRE D AFFAIRES ANNUEL DE 900,5 M COMMUNIQUE DE PRESSE - 7 JUIN 2012 FAIVELEY TRANSPORT : RESULTATS ANNUELS 2011/12 Gennevilliers, le 7 juin 2012, Normes IFRS, en millions d euros 31/03/2012 31/03/2011 % Chiffre d affaires 900,5 913,9-1,5%

Plus en détail

MONOGRAPHIE SECTORIELLE / UWE 2O15

MONOGRAPHIE SECTORIELLE / UWE 2O15 La Wallonie est une terre de verriers. On y dénombre 6 sites dotés de fours de production et une douzaine de sites de transformation. Les produits sont généralement classés en trois grandes catégories

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Plateforme de compétitivité industrielle

Plateforme de compétitivité industrielle Plateforme de compétitivité industrielle SOMMAIRE MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL CORPORATE GRANDE PLATEFORME INDUSTRIELLE ZONES D'ACTIVITES COMPLEXE PORTUAIRE TANGER MED MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Tanger Free

Plus en détail

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT Des gisements de progrès Avril 2011 LES CONSTATS Les PME auvergnates n exportent pas assez : 2% des entreprises contre 3% au niveau national à l origine que d un tiers

Plus en détail

RENAULT EN RUSSIE : UNE STRATÉGIE CLAIRE, LES MOYENS DE SES AMBITIONS ET DÉJÀ DES RÉSULTATS

RENAULT EN RUSSIE : UNE STRATÉGIE CLAIRE, LES MOYENS DE SES AMBITIONS ET DÉJÀ DES RÉSULTATS COMMUNIQUE DE PRESSE Urdorf, 21 juillet 2011 RENAULT EN RUSSIE : UNE STRATÉGIE CLAIRE, LES MOYENS DE SES AMBITIONS ET DÉJÀ DES RÉSULTATS Convaincu du potentiel du marché russe, Renault en a fait une des

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

La filière de l électronique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l électronique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation La filière de l électronique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mai 2014 (à partir de l étude validée en mars 2014) CONTEXTE Caractérisée par une mondialisation des activités et

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE

COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE AUTOMOBILE... 6 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE AUTOMOBILE...

Plus en détail

TENDANCES REGIONALES PICARDIE

TENDANCES REGIONALES PICARDIE TENDANCES REGIONALES PICARDIE OCTOBRE 2007 Picardie Tendances régionales OCTOBRE 2007 Page 1 sur 7 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : SEPTEMBRE 2007 INDUSTRIE Poids des effectifs

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Février 2015 AluQuébec : vision, mission et objectifs Mission Favoriser la synergie et l arrimage entre

Plus en détail

LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE

LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE Automobile Club de France, mardi 9 juin 2009 09/06/09 Une évolution majeure de la relation clients-fournisseurs dans la filière automobile française

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Résultats Annuels 2013

Résultats Annuels 2013 Résultats Annuels 2013 Technical perfection, automotive passion SOMMAIRE Chiffres clés 1 1 Commentaires sur l activité et les résultats 3 1.1 Activité 4 1.2 Résultats 7 1.3 Structure financière et endettement

Plus en détail

L apport de l analyse textuelle à la statistique d entreprise :

L apport de l analyse textuelle à la statistique d entreprise : L apport de l analyse textuelle à la statistique d entreprise : L exploitation de 10 ans de visites d entreprises par les DIRECCTE Nicolas CAVALLO JMS 2015 SESSION 3 : ANALYSE DES DONNÉES 1 er avril 2015

Plus en détail

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS Cahier des charges 1 Appel à projets L amélioration des perspectives de croissance et de compétitivité de l économie marocaine passe, notamment, par le soutien à l innovation

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés)

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) 14.18 Prises de commandes en hausse de 25 % à 9,1 milliards d euros Chiffre d affaires de 6,3 milliards d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) Marge opérationnelle

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

N 239 15 au 21 octobre 2014

N 239 15 au 21 octobre 2014 N 239 15 au 21 octobre 2014 HAUSSE DU CHIFFRE D AFFAIRES DES EQUIPEMENTIERS AU 1 ER SEMESTRE 2014 - D après les derniers chiffres communiqués par la FIEV (Fédération des industries des Equipements pour

Plus en détail

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2%

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2% Communiqué de presse Le 15 février 2008 Presse/Investor Relations Jacques Anckaert T +32 56 23 05 72 Rapport d activités au quatrième trimestre 2007 Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse La société NrGaïa reprend l usine française de son concurrent suisse Isofloc NrGaïa, société vosgienne spécialisée dans la production de ouate de cellulose pour l isolation des bâtiments,

Plus en détail

Caravane des partenariats

Caravane des partenariats Lorsque humanisme et efficacité se rencontrent! Caravane des partenariats Contexte, enjeux et typologie des partenariats associations - entreprises Lille, 04 juin 2012 Le RAMEAU Association loi 1901, déclarée

Plus en détail

[L INDUSTRIE AUTOMOBILE

[L INDUSTRIE AUTOMOBILE CCIR 2011 Fotolia.com LA CCIR VOUS INFORME [L INDUSTRIE AUTOMOBILE EN HAUTE-NORMANDIE Contexte économique mondial, comparaison nationale et pistes de développement ] Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile FICHES THÉMATIQUES Le commerce et la réparation automobile 2.1 Commerce, entretien et réparation automobile Le commerce de véhicules automobiles compte près de 24 entreprises en 4. Plus de 68 % des entreprises

Plus en détail

Salaires 2010, les stigmates de la crise et le bout du tunnel?

Salaires 2010, les stigmates de la crise et le bout du tunnel? Communiqué de presse 8 ème édition du Baromètre Expectra des salaires des cadres Salaires 2010, les stigmates de la crise et le bout du tunnel? Paris, le 20 mai 2010 Expectra, premier réseau spécialisé

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail