UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O."

Transcription

1 UE Planète Terre Julie Perrot - U.B.O. Grands Processus Géodynamiques I - Frontières Divergentes Modèles de rifting Rift Continental Dorsale Océanique II - Frontières Convergentes Subduction Collision III - Frontières en décrochement Faille transformante Faille decrochante p. 1

2 La Divergence p. 2

3 Étapes de la divergence Amorce d un rift continental Dilatation de la matière chaude bombement de la lithosphère Forces de Tension Fracturation de la lithosphère et amorce la divergence Magma s infiltrent dans les fissures Volcanisme continental ex: Vallée du Rio Grande, USA Rift continental Si le mouvement de divergence se poursuit étirement de la lithosphère avec effondrement en escalier ce qui produit une vallée appelée RIFT CONTINENTAL Volcans et épanchement de laves le long des fractures ex: le rift-est Africain p. 3

4 Étapes de la divergence Dorsale océanique Plancher océanique Marge passive Premier plancher océanique Poursuite de l étirement le rift s enfonce sous le niveau de la mer l eau envahit la vallée Séparation de la lithosphère continentale et éloignement progressif Volcanisme sous-marin création d un plancher océanique basaltique: croûte océanique, de part et d autre d une dorsale embryonnaire Ex: la Mer Rouge Océan de type Atlantique Poursuite de la divergence étalement des fonds océaniques Dorsales bien individualisées, plaines abyssales (5000m de fond) et plateaux continentaux correspondant la marge de croûte continentale (marge passive) p. 4

5 Modèles de Rifting km amincissement symètrique amincissement disymètrique Amincissement symétrique Même taux d amincissement dans les 3 niveaux: Croûte supérieur cassante (faille normales), croûte inférieure ductile et manteau lithosphérique ductile Asthénosphère remonte sous la partie axiale du rift Amincissement dissymètrique Remontée de l asthénosphère décalée latéralement Failles normales dissymètriques dans la croûte supérieure Une grande zone de cisaillement ductile traverse toute la croûte continentale et peut-être même la lithosphère p. 5

6 Origine du Rifting Zones de rift initiées le long d hétérogénéités structurales ou thermiques qui affaiblissent localement la lithosphère (rift Baïkal: zone hétérogène entre plateforme Sibérienne et chaîne de montagne Sayan) Rifting actif Panache a un rôle moteur: provoque réchauffement de la base de la lithosphère, le bombement, l étirement et, éventuellement, la rupture au niveau du rift Rôle clé des panaches mantelliques dans la fracturation de la lithosphère continentale Rifting passif Forces extensives appliquées aux limites de la lithosphère qui entraînent son amincissement et la remontée de l asthénosphère (Fossé Rhénan) p. 6

7 Dorsale Océanique Bombements de fonds marins de grandes amplitudes mise en évidence en 1850 lors de la pose de câbles télégraphiques km de chaînes interconnectées sous la mer culminant en moyenne à 2500 m et 1000 à 3000 km de large Activité sismique, tectonique, volcanique et hydrothermale 21 km 3 /an de roches produites (volcanique et plutonique) contre 5.6 km 3 /an dans les zones de subduction et 3.4 km 3 p. 7 /an à l intérieur des plaques continen-

8 Dorsale Océanique: vitesse Dorsale rapide: entre 8 et 16 cm/an Dorsale Est-Pacifique (E.P.R.) au large du Chili (3 S) Dorsale lente à ultra-lente: entre 3 et 0.5 cm/an Dorsale Medio-Atlantique (M.A.R.) et Sud-ouest Indienne Dorsale intermédiaire: autour de 6 cm/an Dorsale du Chili Cas particuliers: Dorsale dans bassins Arrière-Arc et l Islande p. 8

9 Signature Bathymétrique ^ ile d arc insulaire marge active fosse m bombement 5000m plaine abyssale plateau continentale pente continentale (talus) vallée axiale glacis 2500m mont 200m sous marin 3000m 4000m 4000m 5000m dorsale plaine abyssale marge passive Profondeur moyenne 3800 m 3 grandes provinces: - les marges entre 200 et 600 m (actives et passives) - les plaines abyssales, profondeur moyenne 5000 m - les dorsales, profondeur moyenne 2500 m - Les reliefs localisés: mont sous-marin (volcan) p. 9

10 Dorsales: Bathymétrie 3 Ma Dorsale rapide Ma Dorsale intermèdiaire Ma Z.V.A. Z.T.A. Dorsale lente Corrélation entre vitesse et profil bathymétrique Failles normales crées et parallèles à l axe, puis transportées en évoluant plus ou moins de part et d autre Morphologie contrôlée par cycle tectono-volcanique: processus magmatiques intermittents et extension liée à la divergence continu p. 10

11 Dorsale lente: Bathymétrie 15 Ma Z.T.A. Z.V.A. Dorsale lente Vallée axiale de 10 à 20 km de large profonde de 1 à 2 km Vallée bordée par des murs présentants des marches Gradins de failles normales à regard interne (pendage vers l axe de la Vallée) Zone Tectonique Active (Z.T.A.) pouvant aller jusqu à 30 km de large Zone Volcanique Active (Z.V.A.) occupée par des volcans isolés et champs de lave très fissurés p. 11

12 Dorsale rapide: Bathymétrie 3 Ma Z.V.A. Z.T.A. Dorsale rapide Axe lisse avec dôme régulier en forme de U ou de V retournè très aplati Forme du dôme liée à la production magmatique Plus le dôme est large, plus la zone est à forte production magmatique Z.T.A. très réduite Pas de polarité des failles normales horsts et grabens de largeur kilométrique p. 12

13 Dorsale rapide et lente Dorsale rapide Dorsale lente p. 13

14 Dorsale rapide et lente Dorsale rapide: - caractéristique principale: topographie en Dôme lisse - caractéristiques secondaires: coulées de lave, fossés et grabens Dorsale lente: - caractéristique principale: vallée axiale - caractéristiques secondaires: volcans isolés et failles bordières p. 14

15 Création de la croûte océanique - Observations: Nautile (sous-marin) et R.O.V (robot) Création de croûte océanique à partir de magma issu de la fusion d un faible volume de manteau remontant à l axe p. 15

16 Dorsale rapide et lente Profondeur (km) Température ( C) solidus A gradient adiabatique B 20% de liquide début de fusion partiellé liquidus 15% 50% Fusion partielle des péridotites du manteau qui remonte à la surface Remontée adiabatique (= sans échange de chaleur) car la vitesse est relativement rapide Premier liquide à partir de 100 à 60 km de profondeur Taux de fusion Maximum entre 10 et 20 % MORB de composition homogène pour éléments majeurs en revanche diversité pour les éléments traces et isotopes due aux mécanismes d échanges, de fractionnement et de contamination p. 16

17 Segmentation des dorsales Segmentation de 1er ordre: Les Zones de Fracture - Décalage de plusieurs 100 aines km des dorsales par les failles transformantes, partie active des zones de fracture (sismicité), au delà, la zone de fracture est une structure inactive Segmentation de 2nd ordre: zone de fracture mineure ou OSC - Zones de fracture de 50 à 100 km - OSC (Overlapping Spreading Center): recouvrement latéral de 2 zones axiales des dorsales rapides, structure moins active du point de vue magmatiques notions de segments entre les dicontinuités de 2nd ordre Cette segmentation traduit la répartition des sources mantellique de fusion partielle sous l axe des dorsales p. 17

18 Segmentation des dorsales Les Zones de Fracture: Vallée large de quelques kilomètres dont le fond se situe en moyenne 2000 m plus bas que les épaules bordières OSC et discontinuités mineures: - moins profond que Z.F., haut topographiques entre les dicontinuités au centre du segment Plusieurs échelles de segments entre zones de fracture et entre discontinuités de 2nd ordre Variation de la profondeur des discontinuités en fonction de l activité magamatique des dorsales p. 18

19 Hydrothermalisme Développement de colonies animales sans photosynthèse au niveau des sorties de fluides très chauds Chimiobactéries produisant soufre et sulfate source hydrothermale = site de la synthèse de composés organiques qui donnèrent naissance aux 1ers organismes? Constructions minérales par précipitaion autour des Fumeurs (450 C), présence d oxydes polymétalliques Hydrothermalisme = principal flux sortant de magnésium pour l océan Dorsale = lieu de dégazage du manteau Circulation hydorthermale conduit au lessivage et à l altération des basaltes L eau de mer jouerait ainsi le role fondamental d échangeur thermique et géochimique entre le manteau et l écorce p. 19

20 La Convergence p. 20

21 Un type de convergence: Subduction Subduction entre 2 plaques océaniques La plus dense généralement la plus vieille s enfonce sous l autre Une lithosphère moins dense (d=3.2) et moins chaude s enfonce dans une asthénosphère plus dense (d=3.3) et plus chaude Phénomène de fusion partielle, le magma résultant moins dense remonte à la surface et une partie est expulsé à la surface Arc insulaire volcanique sur plancher océanique ex: Tonga, Kouriles et Aléoutiennes. L arc des Antilles p. 21

22 Un type de convergence: Subduction Subduction entre une plaque continentale et l autre océanique La plaque océanique plus dense s enfonce sous la plaque continentale De même, on a une fusion partielle de lithosphère océanique, le magma remonté à la surface Chaîne de volcans sur les continents. ex: Chaînes des Cascades (EU) avec le Mont St. Helens, la cordillère des Andes p. 22

23 La convergence continue: Collision Fermeture de l espace océanique: Au fur et à mesure de la convergence, le matériel sédimentaire qui se trouve sur les fonds océaniques et transporté vient se concentrer au niveau de la zone de subduction pour former un prisme d accrétion. Les 2 plaques continentales entrent en collision: Le moteur du déplacement n est pas assez fort pour enfoncer l une des 2 plaques dans l asthénosphère à cause de la trop faible densité de la lithosphère continentale tout le matériel sédimentaire se soulève pour former une montagne où les roches sont plissées et faillées. Collision: soudure entre 2 plaques continentales pour n en former qu une ex: Toutes les grandes chaînes de montagnes plissées. exemple récent:l Himalaya, soudure de p. 23 l Inde

24 Subduction: Morpho-structure W km Ride d Aves Moho Bassin de Grenade bassin arrière arc Petites Antilles arc volcanique actif Moho Bassin de Tobago bassin avant arc croute ^ océanique manteau supérieur Prisme d accrétion de la barbade km Océan E Atlantique La fosse océanique: profondeur moyenne 8000 m avec un mur externe (côté océan) à faible pente et un mur interne toujours plus escarpé Le prisme d accrétion: constitué de sédiments, déformés et accumulés en écailles chevauchante dû à la convergence, en avant du domaine avant-arc. L arc volcanique: volcans actifs sur lae bord de la plaque chevauchante, à quelque centaines de km de la fosse. Le bassin arrière-arc: présent au-delà de l arc insulaire avec croûte continentale amaincie ou croûte océanique (anomalie magnétique) Le bombement externe: à l approche de la zone de subduction le plancher océanique présente un bombement de quelques centaines de mètres de hau- p. 24

25 Subduction: Morpho-structure Subduction de la plaque Amèrique du Sud sous la plaque caraïbe Formation de l arc des Petites Antilles Prisme d accrétion de la Barbade développé car couverture sédimentaire de la plaque qui entre en subduction est trop épaisse pour être "avalée" en totalité p. 25

26 Subduction: distribution des séismes 0 Arc volcanique 400 km séismes superficielles fosse km LITHOSPHERE ASTHENOSPERE LITHOSPHERE PLOGEANTE ASTHENOSPERE zone simique interplaque zone simique intraplaque séismes intermèdiaires Alignement de séisme = Plan de Wadati-Benioff Sismicité superficielle (moins de 50 km) essentiellement dans la plaque sup. Sismicité interplaque liée à l activité tectonique et sismicité intraplaque au sein de la plaque inférieure ou supérieure Séismes intermédiaires et profonds en arrière de la fosse à partir de 200 km. Plus de séismes après 700km de profondeur ce qui ne veut pas dire que les plaques ne continue pas de s enfoncer (tomographie) p. 26

27 Subduction: distribution des séismes Positionnement de la plaque plongeante est donnée par la bande de sismicité sur la carte. Évolution des profondeurs des séismes indique le sens de son pendage et sa p. 27 valeur.

28 Subduction: pendage de plaque km Plan de bénioff vertical (les Mariannes) et plan de Bénioff horizontal (Chili) Pérou chili central Corrélation entre âge de la lithosphère plongeante et pendage du plan de bénioff profondeur Nouvelles Hébrides (Vanuatu) Mariannes nord Chili on a un pendage fort dans le cas de lithosphère plongeante agée exception: exemple les Nouvelles Hébrides 700 km Le pendage peut varier le long de la zone de subduction (Amèrique du Sud) p. 28

29 Subduction: pendage subduction spontanée: lithosphère agée s enfonce dans le manteau sous l effet de son poids (Mariannes) subduction forcée: il arrive que la lithosphère soit jeune et que son poids ne suffit pas à expliquer son enfoncement Nécessite d autres forces ( Chili) p. 29

30 Subduction: température Flux de chaleur élevé liè à l activité volcanique Réchauffement de la plaque plongeante au fur et à mesure de son enfoncement p. 30

31 Frontières en décrochement p. 31

32 Frontières en décrochement Ce sont des grandes fractures qui affectent toute l épaisseur de la lithosphère Elles permettent: - d accommoder les différences de vitesse de déplacement ou même des mouvements opposés entre plaques - de faire le relais entre les limites divergentes et convergentes Elle se trouvent le plus souvent dans la lithosphère océanique failles transformantes mais également sur les continents failles décrochantes p. 32

33 Faille décrochante: San Andreas Faille de San Andreas: Assure le relais du mouvement entre la limite divergente de la dorsale du Pacifique-Est, la limite convergente des plaques Juan de Fuca/Amérique du Nord et la limite divergente de la dorsale de Juan de Fuca Elle constitue la limite entre 3 plaques: Juan de Fuca, Amérique du Nord et Pacifique Traversent à la fois la lithosphère océanique et la lithosphère continentale ex: faille Nord-Anatolienne p. 33

34 Faille transformante: topographie axe de la dorsale bassin nodal lignes de crete ^ des collines abyssales vallée transformante mur sud de la zone de fracture mur nord de la zone de fracture traces de la faille active principale partie inactive de la zone de fracture bassin nodal axe de la dorsale Une vallée de 5km de large, bordée par deux murs plus ou moins marqués Faille active marquée par de petites rides Intersection avec l axe de la dorsale se caractérise plus ou moins par un bassin profond, le bassin nodal. Dans le cas d une dorsale rapide, il n y pas de mur car pas de grande différence d âge entre les 2 lithosphères et la vallée est plus large (20km) p. 34

35 Faille transformante: active et inactive partie active de la zone de fracture axe de la dorsale axe de la dorsale relief de l intersection effet de la subsidence thermique Longueur active de la faille=longueur du décalage des axes Partie active de la faille transformante car mouvement de part et d autre de la faille, d où sismicité associée à ces déplacements En dehors des axes, la plaque se déplace à la même vitesse de part et d autre de la zone de fracture Partie active pouvant atteindre 900 km (Romanche),mais généralement de 160 à 300 km. Les reliefs aux intersections seront marqués des décalages plus importants si la différence d âge entre les lithosphères est grande. p. 35

36 La géodynamique terrestre La Terre est une grande machine thermodynamique, dont l expression en surface se fait au travers des dorsales, des zones de subdcution et autres objets géodynamiques Le moteur: la convection mantellique Le cycle de la coûte océanique: fusion partielle du manteau, expansion des matériaux au niveau des dorsales océaniques, élargissement progressif de l océan, destruction de la lithosphère océanique par enfoncement de cette lithosphère dans les zones de subduction et recyclage dans le manteau. p. 36

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE Hiver 2013 Jean-Claude Mareschal PK7612 tel: 6864 mareschal.jean-claude@uqam.ca L utilisation d ordinateurs portatifs ou de téléphones cellulaires n est pas autorisée

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

Les points chauds et la convection du manteau terrestre

Les points chauds et la convection du manteau terrestre Les points chauds et la convection du manteau terrestre Sommaire 1. LOCALISATION DE QUELQUES STRUCTURES NON EXPLIQUÉES PAR LA THÉORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES 2. FORMULATION DE LA THÉORIE DES POINTS

Plus en détail

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

L océan, un Eldorado pour les ressources du futur?

L océan, un Eldorado pour les ressources du futur? Les ressources minérales du futur sont-elles au fond des mers? «Il existe au fond des mers des mines de zinc, de fer, d argent, d or, dont l exploitation serait très certainement praticable.» Jules Verne

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Séquence 4 De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Sommaire 1. Dérive des continents : la naissance de l idée 2. L interprétation actuelle des différences d

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante)

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) EnSciTerre, Cycles de conférences de l OSUC Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) E. Bourdon Sommaire - Qu est-ce qu un réservoir géothermal

Plus en détail

L'énergie de la Terre

L'énergie de la Terre GEOTHERMIE : L'énergie de la Terre Groupe BRGM CFG SERVICES Groupe BRGM 1 La géothermie : 1- qu est-ce-que c est? 2- comment ça marche? 3- à quoi ça sert? 4- ses avantages et ses inconvénients 5- la géothermie

Plus en détail

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d autres astres!) avec un assemblage de photographies aériennes

Plus en détail

Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire

Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises Rapport intermédiaire BRGM/RP-55376-FR Mai 2007 Mots clés : zonage, séismes,

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Marc Fournier Institut des Sciences de la Terre de Paris (istep) marc.fournier@upmc.fr Géothermal : dont la température est due à un séjour en profondeur

Plus en détail

Un volcanisme de point chaud: l île de Ténérife (Canaries). Thierry de Gouvenain novembre 2013.

Un volcanisme de point chaud: l île de Ténérife (Canaries). Thierry de Gouvenain novembre 2013. Un volcanisme de point chaud: l île de Ténérife (Canaries). Thierry de Gouvenain novembre 2013. 1 Localisation géographique. C est là! 2 Sommaire. 1 Le contexte géologique. 11 Les Canaries, volcanisme

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 Partie I) TP de cartographie, la carte de France au 1/1000000 Voir le cours de l année dernière avec Jérôme. Partie II) TP de

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ÉPREUVE DU MERCREDI 24 JUIN 2015 Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice

Plus en détail

Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture

Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture Rifting Oligocène en Languedoc: Un modèle d extension de couverture Michel Séranne, Géosciences Montpellier A. Benedicto, E. Sanchis, P.Labaume, M.Séguret «Tectonique récente de la Provence- Rôle des couches

Plus en détail

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1.

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1. Séquence 1 Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale Objectifs Cette séquence permettra de caractériser la croûte continentale du point de vue

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 4 e

Sciences de la vie et de la Terre 4 e Sciences de la vie et de la Terre 4 e Livret de corrigés Rédaction Benjamon Tello Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 LA MATIÈRE ET L ÉNERGIE /page 5/ Le mouvement Position initiale Position finale Déplacement 280 m 0 m - 280 m 25 m 525 m 500 m 125 m 150 m 25 m 200 m 125 m - 75 m 175 m 75

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE www.es-geothermie.fr www.es-groupe.fr LA GÉOTHERMIE EN ALSACE GÉOTHERMIE PROFONDE, L HISTOIRE 2 LA GÉOTHERMIE EN ALSACE Il y a les nuages, il y a la pluie. Et il y a cette petite goutte d eau qui tombe

Plus en détail

Le tsunami de Sumatra

Le tsunami de Sumatra Direction de la communication Service Information-médias Le tsunami de Sumatra CEA 31-33, rue de la Fédération 75752 Paris cedex 15 - Tél. 01 40 56 10 00 Sommaire - Séismes et tsunamis - Qu a-t-on appris

Plus en détail

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné l: CLER Propositions géothermie - SRCAE Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie La géothermie, un potentiel insoupçonné Association CLER 2-Bât-B rue Jules Ferry 93100 Montreuil Tél : 01 55

Plus en détail

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013)

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Rapport intermédiaire Opération a : synthèse sur les risques dus aux séismes, inondations, mouvements de terrain et tempêtes définitions et mécanismes

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES SESSION 2008 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES Sud-Est Durée de l épreuve : 4h. Le sujet se compose de quatre exercices notés sur dix points chacun. Il comporte de nombreux documents mais leur exploitation et

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Modélisation analogique de la convection

Modélisation analogique de la convection Modélisation analogique de la convection Problème : «Le transfert de chaleur de la profondeur vers la surface se produit selon deux mécanismes : la convection et la conduction. Le transfert par convection

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX Philippe Pasquier, ing., Ph.D. Département des génies civil, géologique et des mines Polytechnique Montréal Plan de la conférence Généralités Géothermie de

Plus en détail

LA PARTIE EXTERNE DE LA TERRE EST FORMÉE DE PLAQUES DONT LES MOUVEMENTS PERMANENTS TRANSFORMENT LA SURFACE DU GLOBE.

LA PARTIE EXTERNE DE LA TERRE EST FORMÉE DE PLAQUES DONT LES MOUVEMENTS PERMANENTS TRANSFORMENT LA SURFACE DU GLOBE. LA PARTIE EXTERNE DE LA TERRE EST FORMÉE DE PLAQUES DONT LES MOUVEMENTS PERMANENTS TRANSFORMENT LA SURFACE DU GLOBE. 3 - La partie externe de la Terre est formée de plaques mobiles 4 - Les mouvements des

Plus en détail

Les isotopes dans l'exploration de l'énergie géothermique

Les isotopes dans l'exploration de l'énergie géothermique Les isotopes dans l'exploration de l'énergie géothermique par E. Barbier, M. Fanelli et R. Gonfiantini* La publication de cet article sur l'énergie géothermique étonnera peu-être de nombreux lecteurs du

Plus en détail

Document d information sur le risque sismique à destination des médias

Document d information sur le risque sismique à destination des médias Document d information sur le risque sismique à destination des médias Rapport final BRGM/RP -55012-FR Décembre 2006 Document d information sur le risque sismique à destination des médias Rapport final

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Le sondeur monofaisceau :

Le sondeur monofaisceau : Le sondeur monofaisceau : Un sondeur monofaisceau classique (de type sondeur de navigation par exemple), émet un signal acoustique vers le fond et analyse l écho retour. L instant de détection se traduit

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

rencontre du non-lineaire 2002 1

rencontre du non-lineaire 2002 1 rencontre du non-lineaire 2002 1 Intermittence des instabilités petite échelle dans la convection de Rayleigh-Bénard forcée par un écoulement cisaillant V. Vidal, C. Crambes et A. Davaille Laboratoire

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée

AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée Pour aborder ce travail, les élèves doivent avoir acquis au minimum le test N 3 départemental Possibilité de travailler

Plus en détail

Séquence 5. Sommaire. Corrigés des activités Séquence 5 SN12. Cned - Académie en ligne

Séquence 5. Sommaire. Corrigés des activités Séquence 5 SN12. Cned - Académie en ligne Séquence 5 Sommaire Correction des activités du chapitre 1 Correction des activités du chapitre 2 Correction des activités du chapitre 3 Correction des exercices Corrigés des activités Séquence 5 SN12

Plus en détail

LEVÉS SISMIQUE RÉFLEXION UTILITÉ CRITIQUE POUR LA CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE PLAN DE LA PRÉSENTATION

LEVÉS SISMIQUE RÉFLEXION UTILITÉ CRITIQUE POUR LA CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE PLAN DE LA PRÉSENTATION LEVÉS SISMIQUE RÉFLEXION UTILITÉ CRITIQUE POUR LA CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE Secteur des sciences de la Terre Commission Géologique du Canada Bureaux de Québec et Atlantique PLAN DE LA PRÉSENTATION Historique

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification chapitre page 7 Index CHAPITRE 7 CATÉGORIES DES DÉFAUTS 7.1 Abrasion 7.2 Cloque 7.3 Canal de fuite 7.4 Joint comprimé (ou séparation des couches dans la zone de scellage) 7.5 Joint contaminé 7.6 Joint

Plus en détail

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Cours de géologie de l environnement Prof. A. Parriaux La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Table des matières - Bases géologiques de la géothermie - Principaux

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Desclefs pour comprendre l océan : les traceurs chimiques et isotopiques. Catherine Jeandel Des clés pour comprendre l océan :

Desclefs pour comprendre l océan : les traceurs chimiques et isotopiques. Catherine Jeandel Des clés pour comprendre l océan : Desclefs pour comprendre l océan : les traceurs chimiques et isotopiques 1 Un cycle de la matière qui conditionne la chimie des océans et le climat La Terre, notre planète bleue (Figure 1), est constituée

Plus en détail

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant "La Réserve" Le Bureau des Douanes

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant La Réserve Le Bureau des Douanes DES STRUCTURES SPÉCIALES En plus des types de bâtiments standard tels que ceux dont il est débattu dans les sections précédentes de ce chapitre, il y avait un certain nombre de constructions spéciales

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

Sciences de la vie et de la terre

Sciences de la vie et de la terre Sciences de la vie et de la terre Terminale S Corrigés des exercices Rédaction : Sylvie Bouton Michel Aguelon Marie-Laure Gueuné Yannick Gaudin Coordination : Yannick Gaudin Ce cours est la propriété du

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

IFFO-RME. Informations. Si la France est un pays de. LLa terre a tremblé le 21 novembre 2004 en Guadeloupe et aux Saintes, www.iffo-rme.

IFFO-RME. Informations. Si la France est un pays de. LLa terre a tremblé le 21 novembre 2004 en Guadeloupe et aux Saintes, www.iffo-rme. 4 Informations Brèves L y était En partenariat avec l, l association Prévention 2000 organise une grande commémoration de la crue de la Loire de 1856 sous la forme d une rencontre francophone des «Ambassadeurs

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Communication graphique

Communication graphique Introduction générale Partie I. La projection parallèle 1. Le dessin multivue 2. La méthode de Monge 3. L axonométrie 4. Courbes de Bézier 5. La projection cotée (topographie) Projection cotée Méthode

Plus en détail

Louis Dreyfus Armateurs. Un armateur innovant

Louis Dreyfus Armateurs. Un armateur innovant Louis Dreyfus Armateurs Un armateur innovant diversifié et VRACS SECS & LOGISTIQUE SERVICES INDUSTRIELS OFFSHORE LIGNES REGULIERES marine présent dans le monde entier. Présent dans 15 pays, sur tous les

Plus en détail

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Révision A du 25/02/11 Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Sommaire : I) Introduction Page 1 II) La formation des opérateurs Page 1 III) Les conditions d exploitation 1) La constitution des charges

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DES SCIENCES D ORSAY THESE

UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DES SCIENCES D ORSAY THESE Orsay N d ordre : 85 47 UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DES SCIENCES D ORSAY THESE présentée pour obtenir le titre de : DOCTEUR EN SCIENCES, spécialité SCIENCES DE LA TERRE par ALBAN DURIEZ ORIGINE ET

Plus en détail

Caractéristiques générales des systèmes et des régions géothermiques de Madagascar

Caractéristiques générales des systèmes et des régions géothermiques de Madagascar Caractéristiques générales des systèmes et des régions géothermiques de Madagascar Lala Andrianaivo Ecole Supérieure Polytechnique, Université d Antananarivo, BP 1500, Antananarivo 101, Madagascar andrianaivo@univ-antananarivo.mg

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

BÂCHE FERMETURE TERRASSE TOIT DE TERRASSE DÉTAILS TECHNIQUES

BÂCHE FERMETURE TERRASSE TOIT DE TERRASSE DÉTAILS TECHNIQUES I - Description : Les toits de terrasses sont des bâches spécialement conçues pour couvrir le toit d une terrasse ouverte. Toile PVC assemblée par soudure, renforts périphériques par ourlets. Avantages

Plus en détail

Tome Évolution phénoménologique du stockage géologique

Tome Évolution phénoménologique du stockage géologique Collection Les Rapports Tome Évolution phénoménologique du stockage géologique Juin 2005 Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs Sommaire Sommaire Sommaire...3 Table des illustrations...6

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

Construire bioclimatique

Construire bioclimatique Définitions 1 L architecture est un mode de conception qui consiste à trouver le meilleur équilibre entre un bâtiment, le climat environnant et le confort de l habitant. Une construction est un bâtiment

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

Bouillante. A propos de Bouillante. Il y avait 7 556 Bouillantais et Bouillantaises dans la commune en 2008

Bouillante. A propos de Bouillante. Il y avait 7 556 Bouillantais et Bouillantaises dans la commune en 2008 Bouillante Cette commune aux multiples fontaines d eau bouillantes se situe en Basse Terre, au centre de la côte sous le vent. Commune rurale, elle a vu s y développer la culture de la canne à sucre mais

Plus en détail

PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE

PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE Les petits détails qui font toute la différence Par Christian Lemay, ing. Consultants Lemay & Choinière inc. Mars 2015 Contenu de la conférence 1. Planification à la ferme

Plus en détail

Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes

Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes 23-25 janvier de 2013 Couches principaux d une toiture-terrasse traditionnelle

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

D une école à l autre

D une école à l autre Liaison piétonne couverte, Coire (CH) D une école à l autre Maître d ouvrage Service des constructions du Canton des Grisons, Coire Architectes Esch Sintzel Architekten, Zurich Ingénieurs Dr. Lüchinger

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un tsunami?

Qu'est-ce qu'un tsunami? 17/09/2015 - Par C.I.I.T. Qu'est-ce qu'un tsunami? Le phénomène que nous appelons "Tsunami" est une série de vagues de période extrêmement longue se propageant à travers l'océan, générées par des mouvements

Plus en détail

Variabilité dans les remplissages de vallées incisées: les exemples des vallées des Pertuis Charentais

Variabilité dans les remplissages de vallées incisées: les exemples des vallées des Pertuis Charentais Réunion spécialisée SGF-ASF Géosciences Marines Les incisions et dépôts de la marge atlantique française depuis le Néogène : état des lieux Variabilité dans les remplissages de vallées incisées: les exemples

Plus en détail