Avec l arrivée sur les marchés mondiaux de 50 millions de nouveaux véhicules à moteur par an, le parc mondial total pourrait atteindre 1 milliard d

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avec l arrivée sur les marchés mondiaux de 50 millions de nouveaux véhicules à moteur par an, le parc mondial total pourrait atteindre 1 milliard d"

Transcription

1 Avec l arrivée sur les marchés mondiaux de 50 millions de nouveaux véhicules à moteur par an, le parc mondial total pourrait atteindre 1 milliard d ici douze à quinze ans.

2 Des technologies douces pour les 11 transports routiers Avec l augmentation rapide du nombre de véhicules routiers partout dans le monde, la pollution due à la circulation automobile est devenue pour les dirigeants l un des problèmes environnementaux les plus urgents. L OCDE a souligné le rôle primordial des technologies douces dans toute «stratégie globale de maîtrise des émissions». Il s agit notamment des technologies qui diminuent la consommation de carburant et les émissions de gaz d échappement, mais aussi de toute une gamme de carburants de substitution et de nouveaux types de voitures, par exemple les voitures électriques. Grâce aux progrès technologiques considérables accomplis dans le domaine des transports, les voitures neuves sont aujourd hui 90 % plus propres qu il y a vingtcinq ans. Mais il est clair qu il reste beaucoup à faire, notamment face à l augmentation rapide de la circulation routière dans le monde, pour produire des véhicules qui polluent moins et consomment moins. Il faut agir sur plusieurs fronts : économies de carburant, lutte contre la pollution et emploi de carburants de substitution. Les technologies douces ont un rôle important à jouer dans ce domaine. On peut les regrouper en trois grandes catégories répondant à ces trois priorités : les convertisseurs catalytiques et autres dispositifs qui réduisent ou transforment en émissions moins nocives voire non nocives les polluants rejetés par les moteurs à essence ou les moteurs diesel ; les technologies qui réduisent la consommation de carburant et ainsi diminuent les quantités de polluants rejetées par les véhicules ; des technologies plus révolutionnaires utilisant des carburants non polluants comme l électricité, l hydrogène et l énergie solaire. Les technologies des deux premiers groupes sont déjà sur le marché, mais leur perfectionnement exige encore d importants efforts de recherche et développement. Les autres en sont au stade expérimental. Technologies permettant de réduire la consommation de carburant Il y a deux moyens de réduire les émissions des véhicules : employer des technologies de lutte contre la pollution qui agissent directement sur les quantités d émissions ; ou réduire la consommation de carburant, puisque consommer moins signifie aussi polluer moins. Plusieurs technologies sont actuellement employées ou mises au point pour atteindre ces deux objectifs. Elles sont présentées ci-après. Le fait de diminuer le poids de la carrosserie et la traînée réduit les besoins énergétiques du moteur, donc la consommation de carburant. Les formes aérodynamiques permettent des gains de consommation, tandis que les matériaux composites polymères et les matériaux réticulaires, en réduisant le poids des véhicules, diminuent aussi la consommation. Un véhicule équipé d un moteur haute puissance à compresseur ou d un turbocompresseur, associant un système électronique d injection et de régulation à un système de transmission variable à commande électronique, consomme moins de carburant tout en développant une grande puissance moteur. On peut réduire la consommation en réduisant la taille des moteurs, et compenser la perte de puissance correspondante en leur adjoignant un turbocompresseur ou toute autre technologie semblable. Les systèmes à soupapes variables, qui modifient le nombre de soupapes utilisées par cylindre, permettent d augmenter la puissance du moteur en réduisant sa taille. La séparation de l oxygène est un autre moyen pour réduire la taille des moteurs sans perte de puissance. Les moteurs deux temps font l objet d importants efforts de développement chez 193

3 UNE VISION CLAIRE Bridas Corporation est une compagnie du secteur énergétique en plein essor, qui dispose d importants actifs en Argentine, en Amérique du Sud, en Amérique du Nord et en Asie centrale, de réserves certifiées de 1,53 milliard de barils équivalent pétrole et de réserves non certifiées de 3,7 milliards de barils équivalent pétrole, et qui participe à la production d électricité, ainsi qu au transport et à la distribution d hydrocarbures. Avec 140 milliards de mètres cubes de gaz naturel en Amérique du Sud et 580 milliards de mètres cubes en Asie centrale, la compagnie est très bien placée pour répondre à la demande future de ces régions. Bridas a réagi rapidement aux tendances du marché mondial. Nous avons investi massivement en Asie centrale et avons été l une des premières compagnies occidentales à nous implanter au Turkménistan. En 1997, pour exploiter les débouchés du marché latinoaméricain de l énergie, nous avons créé, en association avec Amoco, une compagnie baptisée Pan American Energy, actuellement la deuxième plus grande compagnie d Argentine. Politiques Bridas apporte un soutien inconditionnel à l objectif de développement durable et au travail du Programme des Nations Unies pour l environnement. Son but est de réduire à zéro tous les accidents corporels, les maladies professionnelles et la contamination de l environnement, et de créer un environnement de travail contribuant au bien-être de ses salariés, ainsi qu à leur épanouissement professionnel et personnel. Nous avons adopté un Code de conduite pour la santé, la sécurité et l environnement qui constitue l un des piliers de notre stratégie d entreprise ; nous sommes, en effet, convaincus qu améliorer la sécurité et protéger l environnement contribue au bien-être des individus et au développement durable de l entreprise. Des sessions d information du personnel sont régulièrement organisées pour réduire les risques. Nous avons également mis en place : un programme pour la qualité totale, et pour l amélioration et la révision permanentes de tous nos procédés. L adoption de nouvelles technologies est un aspect majeur des efforts de la compagnie pour progresser continuellement ; un système de gestion de la santé, de la sécurité et de l environnement, conforme à ISO et BS 8800, qui s étend à l ensemble de la compagnie. Bridas exploite des gisements de gaz et de pétrole dans des régions très variées et fragiles qui exigent chacune des procédures différentes. Notre stratégie de protection de l environnement, dans ces régions, prend la forme de programmes complets de régénération et de prévention. Prévention Le but est de prévenir, dans la mesure du possible, tout impact négatif sur l environnement. Tout ce que fait la compagnie au niveau de chaque gisement est contrôlé une fois par an et tout nouveau projet donne lieu à une évaluation des impacts sur l environnement. Les résultats de ce processus de contrôle servent de base au plan annuel d amélioration de la sécurité, de la santé et des performances environnementales dans l ensemble de la compagnie. Ce plan est révisé tous les trois mois. Chaque région possède son propre plan de gestion des déchets pour traiter cette question en fonction des caractéristiques locales et pour réduire les volumes de déchets par réutilisation, récupération et recyclage. Régénération Bridas a hérité de terres qui ont été contaminées par ceux qui les exploitaient. A ce jour, la compagnie a investi quelque 12 millions de dollars dans des programmes de régénération, par exemple pour nettoyer plus de fosses contenant du pétrole et des fluides de forage et pour planter des arbres dans quelque 150 anciennes fosses. L objectif de la compagnie est de réduire les quantités de ppm d hydrocarbures à des niveaux inférieurs à ceux habituellement prescrits par les règlements, afin de permettre la remise en exploitation des terres après régénération. Pour améliorer l environnement des gisements de Keimir, au Turkménistan, nous avons notamment récupéré environ m 3 de pétrole brut et de boues de forage entreposés dans des fosses, et nettoyé de nombreuses zones polluées par les hydrocarbures. La compagnie s efforce aussi d améliorer les méthodes d élimination de l eau de gisement et du gaz brûlé à la torche. Aujourd hui, 96 % de cette eau sont réinjectés dans les gisements, l objectif étant d atteindre 100 % à la mi Pour réduire les émissions de CO2, comme il a été demandé au Sommet de Rio, les volumes de gaz libérés dans l atmosphère ou brûlés à la torche ont été ramenés à 0,4 % de la production totale journalière.

4 Mission Bridas pense que le développement durable devrait provoquer des effets en cascade dans l environnement. C est pourquoi nous demandons à tous nos soustraitants et fournisseurs de respecter les prescriptions de notre système de gestion de l environnement, ce qui d une part leur permet d améliorer le niveau et la qualité de leurs services, et d autre part encourage les échanges de savoir-faire et de bonnes pratiques. C est une condition indispensable pour traiter avec Bridas. Bridas travaille également en étroite collaboration avec les populations locales, par exemple en organisant des sessions de formation et des réunions d information, ou en produisant de la documentation à l intention des collectivités locales et des écoles, afin de sensibiliser plus largement le public aux questions de protection de l environnement. Nous avons planté des arbres et du gazon en Patagonie (Argentine) et au Turkménistan où, compte tenu du climat quasi désertique, la régénération naturelle de la végétation est très difficile. Gisement de Lindero Atravesado, lac Marimenuco, Neuquén Bridas et son personnel ont une vision claire et une mission. Ils pensent que l industrie énergétique mondiale ne pourra être compétitive que si elle intègre, dans ses stratégies de croissance économique continue, la préservation et l entretien des ressources naturelles de manière à préserver les besoins des générations futures, tout en satisfaisant aux besoins des générations actuelles. Nous sommes déterminés à agir activement dans ce sens. BRIDAS CORPORATION Abbott Building, Main Street (P.O. Box 3186) Road Town Tortola, Iles Vierges britanniques Tél. : (1-809) Fax : (1-809) Usine de San Sebastián, Terre de Feu Adresses postales : Bridas House 90 Putney Bridge Road London SW18 1HR Royaume-Uni Tél. : (44-181) Fax : (44-181) / Greenway Plaza, Suite 618 Houston, Texas Etats-Unis Tél. : (1-713) Fax : (1-713) /9703 Av. Leandro N. Alem Buenos Aires Argentine Tél. : (54-1) Fax : (54-1) Usine de traitement du gaz, Luján de Cuyo, Mendoza

5 ENCADRE 11.1 Le principal défi Selon l OCDE et l Agence internationale de l énergie (AIE), la réduction de la pollution de l air dans le secteur des transports, en particulier celui des transports routiers, «constitue probablement le plus grand défi de tous les secteurs consommateurs d énergie». Quelques chiffres aideront à comprendre pourquoi : Il y a dans le monde entre 500 et 700 millions de véhicules à moteur sur les routes et, à raison de 50 millions de véhicules neufs mis sur le marché chaque année, ce chiffre pourrait atteindre 1 milliard d ici douze ou quinze ans. Au cours de sa vie, une voiture parcourt en moyenne km, consomme plus de litres d essence et plus de 200 litres d huile, rejette plus de 35 tonnes de polluants. Le parc automobile mondial produit 10 billions de mètres cubes de gaz d échappement par an, ce qui place les véhicules à moteur en tête des sources d émissions de polluants majeurs tels que le monoxyde de carbone, les oxydes d azote et les composés organiques volatils, loin devant l industrie, et en fait la principale cause de l aggravation de la pollution de l air, en particulier dans les zones urbaines. Les véhicules routiers contribuent en outre largement aux émissions de gaz carbonique d origine anthropique : environ 30 % des émissions résultant de l usage du pétrole, et près de 15 % des émissions mondiales résultant de l usage de tous les combustibles fossiles, y compris le charbon. Il n est donc pas étonnant que l industrie automobile ait été considérée par les législateurs et les groupes de défense de l environnement comme la cible numéro un et que les perfectionnements technologiques destinés à rendre les véhicules plus «propres» soient devenus une priorité pour les constructeurs automobiles. les constructeurs et pourraient apparaître massivement sur le marché aux environs de Ils ont une puissance utile et un couple par unité de cylindrée plus grands que les moteurs quatre temps classiques ; ce qui permettrait d obtenir des moteurs plus petits, de réduire le frottement et les pertes de chaleur du fluide de refroidissement, donc la consommation de carburant (mais ils ont l inconvénient de rejeter d importants volumes d hydrocarbures et de fumées). Des efforts considérables sont consacrés à la mise au point de moteurs diesel à faible dégagement de chaleur, ou adiabatiques, qui permettraient de supprimer le système de refroidissement, ainsi que les pertes de puissance et les problèmes de fiabilité qui lui sont propres. En captant, grâce à des techniques de turbocompression, le surplus d énergie fourni par les gaz d échappement du moteur non refroidi, on améliorerait du même coup la consommation de carburant. La combustion de mélanges pauvres a été explorée dans le but de réduire la consommation de carburant et la production d oxydes d azote. La combustion se produit en présence de grandes quantités d air, l augmentation du rapport air-carburant améliorant la combustion du carburant et son efficacité. Mais à grande vitesse ou avec de lourdes charges, les gaz d échappement contiennent trop d oxygène pour que les modèles actuels de convertisseurs catalytiques à trois voies puissent retenir les émissions d oxydes d azote qui, de ce fait, augmentent brutalement ; cette technologie ne sera donc valable que pour les petits véhicules à moteur. Un constructeur automobile japonais affirme cependant avoir mis au point un moteur à mélange pauvre qui réduirait de 90 % les émissions d oxyde d azote. L injection directe a longtemps donné des résultats médiocres en termes de réduction des émissions. Mais les choses ont changé grâce aux progrès récemment accomplis dans les technologies de lutte contre les émissions et les véhicules équipés d une injection directe peuvent afficher des gains de consommation jusqu à 10 % supérieurs à ceux des moteurs à injection indirecte, voire plus si l on ajoute un dispositif de contrôle électronique de l injection. L Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) fait remarquer que, si la crise du pétrole des années 1970 a déclenché une activité fébrile de développement en vue de réduire la consommation des véhicules, cet élan a été coupé par la chute des prix du pétrole dans les années Si bien que «nombre des améliorations de la consommation attendues pour ces dix dernières années n ont pas été apportées». Mais l OCDE est convaincue que les dernières technologies de réduction de la consommation, actuellement en cours de production, prêtes pour la production ou à l essai sur des prototypes, devraient offrir des avantages «extrêmement importants». Selon une étude, des combinaisons de ces options techniques pourraient améliorer de 55 % la consommation des voitures par rapport aux véhicules de

6 Technologies de réduction des émissions Plusieurs technologies permettent de réduire les émissions ; elles sont présentées ci-après. Les dispositifs de réduction des émissions internes au moteur qui, souvent, diminuent aussi la consommation de carburant, sont notamment les systèmes ultramodernes de gestion du rapport air/carburant tels que l injection, le réglage électronique de l allumage, les starters de nouvelle génération et les systèmes de transmission perfectionnés. Certains améliorent aussi les conditions de combustion et réduisent donc la production de gaz d échappement. Les techniques de traitement des gaz d échappement, telles que les convertisseurs catalytiques, sont utilisées depuis longtemps aux Etats-Unis, mais sont relativement récentes en Europe et ailleurs. Les convertisseurs catalytiques, qui contiennent des composés au platine ou autres matières, sont installés en amont du tuyau d échappement pour réduire les émissions de monoxyde de carbone, d oxydes d azote et d hydrocarbures non brûlés. Selon les experts, cette technologie devrait continuer à s améliorer, notamment pour accepter des carburants différents et fonctionner avec des capteurs, des commandes d injection et des dispositifs de commande du moteur. Mais ces améliorations coûteront cher. La Banque mondiale estime qu un convertisseur catalytique peut augmenter les coûts de 4 cents par litre. Pour les moteurs diesel, les dispositifs récemment mis au point pour extraire les particules (principaux polluants), les oxydes d azote et le soufre sont eux aussi onéreux. Selon les calculs de la Banque mondiale, la commercialisation de carburants plus propres et de systèmes de réduction des émissions coûterait, sur vingt ans, 10 milliards de dollars par an (0,2 % du PIB) d ici à l an 2000, et 35 milliards de dollars par an (0,5% du PIB) d ici à Et même en utilisant les technologies les plus sophistiquées de réduction des émissions disponibles dès maintenant ou prochainement, les véhicules à essence resteront pour une large part responsables de la pollution de l air. Il est donc indispensable de réduire les émissions générées par la combustion de l essence, en améliorant la qualité du carburant. Les compagnies pétrolières investissent des ENCADRE 11.2 Une meilleure gestion de la circulation est également vitale Le problème de la pollution imputable aux véhicules automobiles ne saurait être résolu par de simples améliorations techniques des véhicules proprement dits. Une étude de l OCDE dans huit pays montre que les technologies seront à l origine d environ un tiers des améliorations nécessaires, le reste résultant de mesures de gestion du côté de la demande et de «changements des comportements culturels». Les technologies logistiques suscitent un intérêt grandissant pour gérer le déplacement des véhicules ; on espère, en effet, en tirer des avantages considérables à un moindre coût, notamment dans le secteur du fret. milliards de dollars pour produire de l essence à moindre taux d émissions et ces efforts ont porté leurs fruits. La commercialisation de l essence sans plomb (dans laquelle on a supprimé l oxyde de plomb autrefois employé pour améliorer les performances des moteurs) fut une révolution technologique. L utilisation de l essence sans plomb avec les convertisseurs catalytiques a été aussi un changement capital du point de vue de la maîtrise des émissions. La nouvelle formulation de l essence contient moins de produits chimiques problématiques. Une société finlandaise a lancé une nouvelle qualité d essence contenant plus d oxygène et moins de composés aromatiques, qui réduirait les émissions de 20 %. Bien que les technologies de maîtrise des émissions aident à résoudre les problèmes au niveau du tuyau d échappement, c est probablement dans les carburants de substitution ou l adoption d autres solutions énergétiques que réside la véritable solution. Carburants de substitution à base de carbone Le méthanol, produit à partir du gaz naturel, du pétrole brut, du charbon, de la biomasse ligneuse et de déchets organiques, semble avoir deux avantages par rapport à l essence, en termes de qualité de l air : un moindre potentiel de formation d ozone et un rejet minimal de benzène et d autres hydrocarbures aromatiques polycycliques. Le méthanol pur ne produit que 197

7 Parvenir au développement durable est sans doute l une des tâches les plus difficiles, urgentes et prometteuses qui nous reviennent. Elle exige de notre part à tous un engagement, des actions, des partenariats, et parfois le sacrifice de nos modes de vie traditionnels et de nos intérêts personnels Mostafa Tolba Président de la Commission du développement durable de faibles quantités d oxyde de soufre. Mais les véhicules roulant au méthanol rejettent du formaldéhyde, qui est un produit toxique et probablement cancérigène ; l Agence des Etats- Unis pour la protection de l environnement (EPA) estime toutefois qu une augmentation des risques de cancer dus au formaldéhyde serait largement compensée par une forte réduction des risques de cancer dus aux émissions de buta-1,3 diène. L usage du méthanol est encouragé dans certaines régions fortement polluées des Etats- Unis (en particulier le bassin de Los Angeles) et de Scandinavie, où il peut être produit à partir de la biomasse. Aux Etats-Unis, une campagne a été menée pour stimuler l utilisation du méthanol dans les véhicules à carburants mixtes (mélanges essence-méthanol) et un constructeur automobile américain a mis au point une voiture à moteur hybride, qui roule aussi bien au méthanol qu à l essence. L éthanol, semblable au méthanol mais beaucoup plus propre et moins toxique, peut être produit à partir de cultures telles que la canne à sucre ou les céréales. Mais sa production coûte plus cher, exige des récoltes abondantes et consomme beaucoup d énergie. Il génère plus d oxyde d azote que le méthanol, beaucoup moins cependant que les moteurs diesel. L éthanol a un indice d octane élevé ; c est la raison pour laquelle il est surtout utilisé en mélange avec l essence, notamment au Brésil et aux Etats-Unis. Alors que 90 % environ des voitures fabriquées depuis dix ans au Brésil roulent à l éthanol, le Gouvernement a supprimé les subventions pour l éthanol produit à partir de la canne à sucre. Du coup, les prix du carburant ont monté et le parc roulant à l éthanol a chuté de 4,5 à 4,2 millions de véhicules. Les pouvoirs publics veulent en effet soutenir le programme de carburant à base d alcool, par exemple en imposant une teneur en alcool de l essence de 22 % minimum. Ils étudient également le moyen de promouvoir l instauration dans le pays d un «parc vert», en encourageant les autobus, les taxis et autres véhicules de transports en commun à opter pour des carburants à plus forte teneur en alcool. Le gasohol (mélange composé à 90 % d essence et 10 % d éthanol) a représenté en 1991 environ 6 % de la consommation de carburant des véhicules américains. Mélangé avec l essence, l éthanol contribue à la formation du smog photochimique et peut aussi produire beaucoup plus d aldéhyde acétique que les véhicules à essence, même si le risque de cancer associé à l aldéhyde acétique est nettement moindre que celui associé au buta-1,3 diène. Produire de l éthanol à partir de céréales exige de vastes étendues de terre : aux Etats- Unis, approvisionner une voiture en éthanol pur pendant une année exigerait neuf fois plus de terres cultivées qu il n en faut pour nourrir un citoyen moyen. De plus, cultiver des terres sans relâche plusieurs années de suite provoque une grave érosion des sols. En juin 1994, l EPA a pourtant choisi de privilégier les carburants à base d éthanol, de préférence aux carburants à base de méthanol, en annonçant que 30 % des additifs utilisés dans son nouveau programme d essence plus propre devraient provenir d une source renouvelable. Les Etats-Unis ont lancé un programme prévoyant chaque année la production d environ 2 millions de tonnes d éthanol à partir du maïs, mais son coût élevé a 198

8 exigé une aide énorme de la part des pouvoirs publics. En septembre 1992, le Gouvernement a décidé d autoriser, à partir de 1995, l usage de l éthanol pour reformuler l essence dans neuf des villes américaines les plus touchées par le smog. Des subventions publiques rendraient l éthanol compétitif par rapport au méthanol (l éthanol non subventionné est vendu trois fois plus cher). Les huiles végétales, qui pourraient servir de carburant pour les moteurs diesel, peuvent être produites à partir du colza, des graines de tournesol, de la noix de coco ou du soja. Il est peu probable qu elles puissent être utilisées seules et seront plutôt mélangées au gazole. Si leurs mérites et leur efficacité en tant que carburant sont indéniables, elles posent d autres problèmes. L Agence allemande pour la protection de l environnement s est notamment aperçue que leur production avait l inconvénient de générer d importantes émissions de dioxyde d azote et que, à l instar de l éthanol, des questions de protection des sols étaient également en jeu. Les objections sont encore plus sérieuses, quand il s agit de cultiver des plantes spécialement destinées à produire de l énergie à partir de la biomasse ; or, des plantations spécialisées seraient effectivement nécessaires pour produire des carburants à une échelle suffisamment large pour en faire une alternative réaliste. Malgré tout, entre et tonnes de gazole biologique ont été produites en 1994 en Allemagne, ce qui représente une part certes modeste mais en progression constante de la consommation totale de carburants pour moteurs diesel dans ce pays (environ 20 millions de tonnes par an). Le Gouvernement fédéral a exempté le gazole biologique de la taxe sur les carburants afin de le rendre plus attractif pour le consommateur, et le nombre de stations-service qui vendent ce carburant ne cesse d augmenter. Il a été calculé que la production allemande de gazole biologique pourrait atteindre 2 millions de tonnes par an d ici à Un rapport des ministres de l Agriculture (au niveau national et à celui des Länder) indique que, par rapport au gazole normal, le gazole biologique permet des réductions des émissions de gaz carbonique pouvant atteindre 65 %, qu il produit moins de suie, de monoxyde de carbone et d hydrocarbures non brûlés, et enfin qu il est biodégradable. Mais l Institut des ressources mondiales (WRI) objecte que, dans de nombreuses régions du monde, la culture de plantes énergétiques pour les véhicules automobiles pourrait faire concurrence à la production de produits alimentaires, tandis que le changement climatique risque de soumettre la production agricole à de fortes contraintes. Les véhicules à gaz Le gaz naturel peut être utilisé comme carburant, soit comprimé dans des bouteilles comme le gaz naturel comprimé, soit sous forme de gaz naturel liquéfié (bien que cette forme soit rarement considérée, car elle est plus chère et de manipulation plus délicate). Entre et un million de véhicules en circulation dans le monde, principalement en Italie, en Nouvelle- Zélande, en ex-union soviétique, en Argentine et au Canada, utilisent du gaz naturel comprimé qui dégage beaucoup moins de dioxyde et de monoxyde de carbone que l essence ou le méthanol, à peu près la même quantité voire un peu plus d oxyde d azote et pratiquement pas de benzène, de fumée ou d oxyde de soufre. A la suite d études ayant montré que des véhicules au gaz naturel dégageraient 96 % de pollution en moins que les véhicules classiques, les autorités de la ville de Mexico, dont l air est le plus pollué du monde, ont ordonné que taxis soient convertis au gaz naturel. Deux obstacles majeurs s opposent à la généralisation des véhicules à gaz : la taille des bouteilles de gaz, en particulier dans les voitures, et l absence de réseau de ravitaillement. Ces problèmes de distribution et d autonomie limitée des véhicules, ajoutés aux risques de fuite de méthane en cours de transport, de distribution et d utilisation, devront être surmontés si l on veut développer l usage des véhicules à gaz. Ceux-ci trouvent pourtant de plus en plus de partisans dans un certain nombre de pays, notamment aux Etats-Unis, où un constructeur automobile étranger estime qu elles représenteront 5 % de ses ventes dans les cinq ans à venir, et au Japon, où les collectivités locales utilisent des véhicules à gaz pour le ramassage des ordures ménagères ainsi que pour les lignes d autobus urbains, et où 600 stations de ravitaillement devraient être ouvertes d ici à l an 2000 dans le but de porter à le nombre de véhicules à gaz en circulation. Le gaz de pétrole liquéfié, mélange principalement composé de butane et de propane, est un sous-produit du raffinage du pétrole et du traitement du gaz naturel. C est le carburant de 199

9 GREEN OASIS : UN LEADER DE LA RECUPERATION ET DE LA REUTILISATION DES HUILES USAGEES Green Oasis Environmental, Inc. est une jeune entreprise en plein essor et soucieuse de la collectivité. Son procédé breveté de conversion des huiles moteurs usagées en combustible propre pour moteurs diesel est une contribution de plus au règlement de bon nombre des problèmes de pollution que connaît notre monde. Les huiles automobiles et industrielles usagées représentent, au niveau mondial, 5,2 milliards de gallons par an. Leur usage comme combustible de qualité médiocre pour brûleurs le seul que l on connaisse actuellement ne fait qu ajouter à la pollution générée par la mise en décharge inconsidérée d une partie de leurs résidus ; il faut, en effet, une technologie extrêmement coûteuse pour épurer de manière satisfaisante les émissions produites par ce combustible. Or bien souvent cette précaution n est pas prise, soit par impossibilité de se procurer la technologie, soit à cause de son coût élevé d utilisation. Green Oasis a trouvé une solution, qui est aussi une incitation économique pour les entreprises ou particuliers à investir dans leur propre avenir. Elle permet d utiliser ce qui est habituellement considéré comme un résidu sans intérêt, et d en faire un produit intéressant et vendable. C est d ailleurs cette importance du facteur économique qui a valu au procédé le nom de «EnviroEconomics System». L installation utilise une méthode qui combine distillation et craquage thermique et qui consiste à faire chauffer les huiles dans une atmosphère dépourvue d oxygène. Cent gallons d huiles usagées ainsi traitées produisent environ 70 gallons de combustible diesel n 2 et 20 gallons de mazout n 5 à haut pouvoir calorifique. Les 10 gallons restants produisent des fractions légères qui sont récupérées pour alimenter le procédé de conversion. L installation est de taille compacte et peut être pilotée par une seule personne. Son système de régulation commandée par ordinateur permet une flexibilité maximale et n exige pas un niveau de qualification très élevé de la part de l opérateur. Le procédé commence à être connu à l étranger et la firme est en pleine expansion aux Etats-Unis. Récemment contrôlé par des agences locales et nationales, le système a été déclaré non polluant. La technologie EnviroEconomics a propulsé Green Oasis en tête de l industrie pétrolière et en a fait le fer de lance des efforts déployés aux Etats-Unis et ailleurs pour atténuer ce réel problème d environnement que posent les huiles usagées. Pour de plus amples renseignements sur l entreprise et son système de traitement, s adresser à : P. Woessner Mél : Fax :

10 substitution le plus facile à trouver ; selon les estimations, il serait d ailleurs utilisé par quatre millions de véhicules, principalement aux Etats- Unis, aux Pays-Bas, en Italie, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Canada, mais aussi en Asie où il représente environ un tiers de la consommation mondiale. Le Canada, la France, l Italie, l Australie, le Japon et les Pays-Bas encouragent l emploi de ce carburant au moyen de subventions et/ou de taxes moins élevées. Le gaz de pétrole liquéfié permet l utilisation de mélanges pauvres, ce qui augmente le rendement en réduisant les émissions. Sa combustion produit moins de gaz à effet de serre autres que le gaz carbonique et, avec des moteurs à allumage par étincelle, des émissions pratiquement nulles de particules, très peu de monoxyde de carbone et peu d hydrocarbures. Mais son approvisionnement et sa distribution dépendent étroitement de la production de pétrole et de gaz naturel, ce qui limite son potentiel en tant qu alternative aux carburants classiques. On retrouve également le problème du manque d infrastructures de ravitaillement. Le gaz de pétrole liquéfié est sans doute plus spécialement adapté aux véhicules du type autobus urbains et camions de livraison circulant dans des régions où la pollution est particulièrement critique. Efficacité Les carburants de remplacement sont généralement préconisés pour réduire la dépendance à l égard du pétrole et la pollution de l air à l échelle locale. Si leur contribution à la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre était établie, elle constituerait un argument supplémentaire de poids en leur faveur. Or les avis divergent sur ce point. Une étude réalisée en 1993 par l Agence internationale de l énergie (AIE) montre qu il est techniquement possible de réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre grâce aux carburants de substitution. Le problème est que ce potentiel technique ne sera vraisemblablement pas atteint dans un proche avenir. De plus, pendant environ une vingtaine d années encore, la plupart des carburants (à l exception du gaz de pétrole liquéfié, du gaz naturel comprimé et du gazole) seront sans doute plus chers à produire que l essence. L AIE a par ailleurs constaté que les voitures qui roulent au gaz de pétrole liquéfié, au gaz naturel comprimé ou au gazole peuvent, sur l ensemble de leur cycle de vie, produire des émissions de gaz à effet de serre de % moins élevées que les voitures à essence. Un rapport, produit en 1996 par AEA Technology pour le Gouvernement britannique, montre que le gaz de pétrole liquéfié produit de faibles émissions (notamment d oxydes d azote, d hydrocarbures et de particules) ; que le gaz naturel comprimé permet de réduire considérablement la plupart des polluants ; et que les carburants à base d alcool ont de faibles émissions nettes de gaz carbonique, les autres émissions étant par contre du même ordre qu avec les carburants classiques. D autres études adoptent un point de vue différent. Le WRI reconnaît que les mélanges pour essence à base de méthanol et d éthanol peuvent réduire les émissions de monoxyde de carbone, mais il estime qu ils ne ralentiraient pas nécessairement le réchauffement de la planète et que l adoption du gaz naturel comprimé aurait un impact limité dans ce domaine. «Pour réduire les émissions de gaz carbonique, les options basées sur les combustibles fossiles ne sont pas la solution. Employer la biomasse comme produit de base pour produire de l alcool serait une aide, mais est-il possible et faisable de produire par ce moyen de grandes quantités de combustibles à base de carbone sur une base durable?» Coût d utilisation L étude de l AIE aboutit à une autre conclusion intéressante : les voitures roulant au gaz de pétrole liquéfié, au gaz naturel comprimé ou au gazole sont, dans certains cas, moins chères à l usage. L Agence a calculé le prix de revient des voitures aux Etats-Unis et en France. Aux Etats- Unis, il ressort que, si peu de conducteurs trouvent les voitures diesel moins chères à l usage que les voitures à essence, les voitures au gaz naturel comprimé devraient revenir moins cher au conducteur moyen que les modèles classiques à essence. Mais elles risquent aussi d être cantonnées dans l immédiat à certains créneaux spécialisés. L une des raisons en est le coût. En France, par exemple, une voiture au gaz naturel comprimé peut actuellement revenir plus cher qu une voiture à essence. Du point de vue strictement financier, l AIE conclut que le potentiel économique des voitures au gaz naturel comprimé est important dans les deux pays. Mais leur autonomie limitée, le temps de remplissage des réservoirs et le manque de stations de ravitaillement jouent fortement 201

11 contre cette option. Et si le problème de l autonomie est réglé en augmentant la capacité de stockage du carburant, le coût des voitures au gaz naturel risque fort de dépasser celui des voitures à essence à cause de la taille des réservoirs de carburant. Des véhicules à émissions nulles Si les divers carburants de substitution à base de carbone présentent trop d inconvénients pour constituer des solutions idéales de remplacement de l essence, quelles sont les autres possibilités? Les véhicules à émissions nulles, qu il s agisse des voitures à hydrogène ou des voitures électriques (ou une combinaison des deux), suscitent dans ce domaine un intérêt et des espoirs croissants. L hydrogène est une alternative séduisante parce que, mises à part les émissions d oxyde d azote, il est pratiquement non polluant, ne contenant ni carbone, ni soufre, ni autre matière polluante. En remplaçant le moteur à combustion interne par une pile à combustible, on éliminerait pratiquement toute émission d oxyde d azote. Par contre, le stockage pose un problème et il reste des questions de sécurité à résoudre avant que ce carburant soit accepté par le public. En outre, sa faible densité énergétique oblige à construire des moteurs plus gros. Autre problème : si l hydrogène proprement dit pollue peu et ne contribue pas au réchauffement de la planète, ce n est pas le cas de sa production : l électrolyse consomme en effet beaucoup d énergie et transfère en fait la pollution du tuyau d échappement à la cheminée d usine. Des programmes de recherche et développement concernant les véhicules à hydrogène sont en cours en Allemagne, aux Etats-Unis et au Japon. L Institut japonais de technologie Musashi a, par exemple, mis au point plusieurs véhicules dont une petite voiture équipée d un moteur deux temps fonctionnant à l hydrogène liquide. Plusieurs grands constructeurs automobiles ont des véhicules à hydrogène en cours d essai. Un constructeur japonais est en train de mettre au point une voiture à hydrogène qui ne rejetterait que de la vapeur d eau, en convertissant un moteur à essence rotatif en moteur à hydrogène. Un constructeur allemand propose plusieurs de ses modèles haut de gamme en version hydrogène grâce au stockage cryogénique (à très basse température) du carburant. L avènement des moteurs automobiles à hydrogène pourrait faire suite à l arrivée de l hydrogène dans les centrales électriques comme source d énergie mais, à moins que des règlements imposant des véhicules à émissions nulles dans certaines régions ne soient adoptés, la commercialisation de l hydrogène sera probablement freinée à court terme, en raison de son coût. Les véhicules électriques Au tout début du siècle, il y avait plus de voitures électriques que de voitures à essence en circulation. Les voitures électriques suscitent actuellement un extraordinaire regain d intérêt, auquel la législation californienne relative aux véhicules à émissions nulles (voir le chapitre 5) n est peut-être pas étrangère. Leurs partisans soutiennent qu elles permettraient de réduire considérablement la pollution urbaine et les émissions de gaz à effet de serre au cours des dix prochaines années. Elles pourraient également poser les fondements d un système de transport non polluant, à condition toutefois que l électricité qu elles consomment soit produite sans polluer, sinon la pollution serait seulement transférée à un stade antérieur. Mais les véhicules électriques ont certains inconvénients : leur autonomie est extrêmement limitée et il faut jusqu à six heures pour les recharger ; le principal frein à leur développement a été jusqu à présent l absence de batteries légères, compactes, durables et peu onéreuses. Les véhicules électriques actuellement sur le marché utilisent des batteries au plomb, vendues dans le commerce et rechargeables à partir d une simple prise murale. Les autres solutions sont notamment les batteries au nickelcadmium, au ferronickel, au sodium-soufre, au sodium-nickel-chlorure, au nickel-métalhydrure, au nickel-hydrogène et au lithiumpolymère. Une entreprise israélienne a mis au point une batterie zinc-air ayant une densité énergétique dix fois supérieure à celle des accumulateurs au plomb. Les services postaux allemands les ont testées et envisagent de convertir 80 % de leur parc de véhicules. La Californie utilise des fourgonnettes électriques pour la distribution du courrier, et des autobus électriques sont en circulation dans certaines villes américaines, britanniques, suisses et italiennes. Des ultracondensateurs capables de stocker d importantes quantités d électricité et de se charger/décharger rapide- 202

12 Un regain d intérêt pour les véhicules électriques et la généralisation de leur emploi devraient contribuer à réduire la pollution urbaine. 203

13 ment, ainsi que des volants stockant l énergie dans un rotor rapide sont en cours de développement, comme alternative aux batteries. Les piles à combustible La véritable percée, dans le domaine des véhicules électriques, viendra sans doute des piles à combustible : il s agit de minigénérateurs d électricité qui convertissent l énergie chimique en électricité, avec un taux élevé de rendement et sans pollution. C est une technologie connue depuis longtemps et qui a fait ses preuves : des questions de coût et de performances moyennes ont entravé son évolution, mais des progrès récents dans ces deux domaines devraient ouvrir de nouvelles perspectives. Les piles à membrane échangeuse de protons semblent les plus prometteuses pour l usage automobile. Aux Etats-Unis, le développement des piles à combustible est au cœur même du Partenariat pour une nouvelle génération de véhicules (Partnership for a New Generation of Vehicles) instauré entre le Gouvernement et les trois principaux constructeurs automobiles. Le premier véhicule alimenté par une pile à combustible a été lancé sur le marché américain à la fin de l année 1995 ; son autonomie est de 72,5 km et sa vitesse maximale de 25 km/h. Il est destiné au transport du fret et à la maintenance au sol dans les aéroports. Un constructeur allemand a annoncé la mise au point de la première voiture au monde alimentée par une pile à combustible et fonctionnant comme une voiture classique, ainsi que la mise en vente, dès 2006, de modèles de série équipés de piles à combustible à hydrogène. Les progrès accomplis dans ce domaine auront une incidence directe sur la viabilité technique et commerciale des véhicules à hydrogène. Le véhicule idéal à émissions nulles est en effet un véhicule électrique alimenté par des piles à combustible à hydrogène. Des véhicules électriques hybrides sont également en cours de développement : l électricité est complétée par d autres sources d énergie, notamment un moteur auxiliaire à essence. Ces véhicules ont une plus grande autonomie que les véhicules entièrement électriques et polluent beaucoup moins que les voitures équivalentes à moteur à explosion. Mais ils rejettent des polluants atmosphériques (et pour cette raison n entrent pas dans la catégorie des véhicules à émissions nulles, tels que définis par la législation californienne). Des autobus hybrides expérimentaux, équipés d un moteur diesel alimentant un générateur électrique, sont à l essai dans les rues de Munich, tandis qu un constructeur européen a sorti un véhicule hybride à turbine à gaz, doté d une autonomie de 50 km et fonctionnant avec plusieurs batteries. Il faut encore citer l «hypervoiture», vivement défendue par Amory Lovins, du Rocky Mountain Institute aux Etats-Unis. Le moteur classique est ici remplacé par un système de propulsion hybride ultraléger et ultra-efficace, composé de petits moteurs électriques qui mettent les roues en mouvement et qui sont alimentés par un petit générateur électrique à gaz. Grâce au poids réduit du moteur et à l emploi de plastiques composites ultramodernes, le véhicule pèse entre 25 et 33 % moins lourd que les voitures standard actuelles. Lovins affirme que ce véhicule peut faire 65 km par litre et possède une autonomie de 975 km. Un avenir prometteur Tous les grands constructeurs automobiles du monde investissent actuellement dans le développement de véhicules électriques. Il y a une intense activité dans ce domaine depuis deux ou trois ans, notamment avec le lancement commercial de plusieurs modèles, et les progrès technologiques ont été rapides. Tout laisse donc supposer que les véhicules électriques ont un bel avenir devant eux. Reste à savoir jusqu à quel point. Selon certaines prévisions, il pourrait y avoir un million de véhicules électriques en circulation dans le monde aux environs de l an 2000 ; ce chiffre pourrait atteindre 1,8 million ( aux Etats-Unis, en Europe et au Japon) vers D autres estimations jugent ces prévisions optimistes. L Agence allemande pour la protection de l environnement estime qu une voiture électrique coûte entre et dollars de plus qu un modèle classique à essence et que le passage à la voiture électrique «n est tout simplement pas rentable». Elle pense en effet, à l instar d autres experts, que les technologies qui permettent des émissions extrêmement réduites sont des valeurs plus sûres que les voitures électriques. Mais l Organisation mondiale de la santé estime que «nous devons prévoir dès maintenant la fabrication de 204

14 ENCADRE 11.3 Défis posés par les transports dans les pays en développement Les pays en développement connaissent déjà de graves problèmes dus à la circulation des voitures et des camions, notamment des problèmes de pollution de l air ; or, leur industrialisation accélérée et la progression des revenus qui en résulte, en mettant toujours plus de véhicules sur les routes, ne feront qu accentuer le phénomène. En 1993, par exemple, les pays asiatiques détenaient environ 23 % des véhicules vendus dans le monde ; vers l an 2000, ce pourcentage devrait passer à 29 % des prévisions de ventes, estimées à 57 millions d unités. On a calculé que les transports routiers contribuent pour 14 % aux émissions mondiales de gaz carbonique et que, sur ces 14 %, 30 % reviennent aux pays en développement, chiffre qui devrait atteindre 35 % vers la fin du siècle. En matière de consommation de carburant et d émissions, la situation est particulièrement alarmante dans de nombreux pays en développement, où la durée de vie moyenne des véhicules et, partant, la proportion de véhicules anciens peuvent être très grandes, et où il y a un afflux permanent de véhicules d occasion en provenance des pays industrialisés. L entretien des véhicules est souvent insuffisant et la qualité du carburant médiocre, ce qui se traduit par des émissions et une consommation importantes. De ce fait, les émissions par véhicule sont généralement plus élevées dans les pays en développement que dans les économies industrialisées, notamment les émissions de plomb, d oxydes de soufre et de particules. L une des causes en est la forte teneur en plomb du carburant : adopter l essence sans plomb coûte relativement cher et seuls quelques-uns des pays ayant les revenus les plus élevés ont pu se le permettre. Par ailleurs, les véhicules anciens, mal entretenus, sont plus polluants et rarement équipés de dispositifs de réduction des émissions ; le nombre important de véhicules à deux temps qui rejettent beaucoup d hydrocarbures et de fumée est un autre facteur d aggravation. Les économies en développement et en transition ont aussi leurs constructeurs automobiles qui assuraient environ 10 % de la production mondiale de voitures en La plupart des véhicules sont produits par des coentreprises associant des constructeurs de la zone OCDE, mais plusieurs pays, dont l Inde et la Chine, ont des constructeurs nationaux qui fabriquent sans intervention étrangère des véhicules dont la consommation dépasse nettement les normes OCDE. Peu d entre eux possèdent d ailleurs les capacités en électronique ou en fabrication de matériaux requises pour appliquer les techniques actuelles. Dans la mesure où les revenus des régions rurales devraient croître lentement, l accès aux transports automobiles ne devrait pas beaucoup progresser. La progression la plus importante a été observée dans les zones urbaines et elle devrait s y poursuivre. Dans certaines villes, le taux de motorisation a dépassé le taux d accroissement de la population et risque d augmenter encore plus si les constructeurs de pays comme la Chine se mettent à exporter massivement des véhicules moins chers. Relever ce défi suppose un transfert de technologies visant à : améliorer la qualité des carburants ; utiliser des moteurs plus efficaces, dotés de dispositifs de réduction des émissions ; améliorer les normes d entretien ; faire adopter des versions améliorées de transport automobile à faible coût/faible puissance, spécialement étudiées pour consommer peu et polluer peu. Quelles sont les perspectives? La nécessité d exporter vers les pays développés a fait beaucoup progresser le niveau de consommation de carburant et les caractéristiques d émission des véhicules fabriqués par certains constructeurs automobiles de pays en développement ; certaines entreprises de la République de Corée, de Taiwan et de Malaisie produisent aujourd hui des véhicules conformes aux normes américaines, japonaises et européennes. Pour le moment, elles cherchent surtout à vendre dans les pays développés, mais elles finiront tôt ou tard par se tourner aussi vers les économies en développement. La demande de véhicules adaptés aux pays en développement devrait parallèlement augmenter. Les constructeurs automobiles de ces pays seront sans doute les mieux placés pour attaquer ce marché. La question est de savoir s ils intégreront des technologies douces dans les véhicules qu ils fabriqueront. véhicules utilisant des sources d énergie renouvelables, et si nous n investissons pas dans la recherche et le développement pour améliorer la technologie des véhicules électriques, nous irons droit à la catastrophe lorsque les carburants fossiles seront épuisés». Abaisser le coût des voitures électriques (probablement le facteur dissuasif numéro un pour le consommateur) est une priorité pour les constructeurs automobiles. Les problèmes d autonomie pourraient n être qu un inconvénient mineur, puisque plus de 80 % des déplacements en Europe sont de moins de 15 km, tandis que la distance totale parcourue par toutes les voitures d un foyer américain moyen est de 66 km par jour. Il y aurait donc un marché potentiel pour les véhicules électriques, celui des déplacements en ville, là où la pollution due aux véhicules est 205

15 EGPC œuvrer réellement pour l environnement Les perspectives énergétiques de l Egypte n ont jamais été aussi prometteuses : la production de pétrole et de gaz se poursuit à un rythme accéléré et de nouvelles réserves sont en passe d être explorées et exploitées. Mais tout ceci rend les mesures de protection de l environnement encore plus impératives. Sous la houlette de l Egyptian General Petroleum Corporation (EGPC), le secteur pétrolier a pour cette raison entrepris une vaste campagne de réformes majeures. Ces mesures portent notamment sur : la suppression du plomb tétraéthyle dans l essence ; l installation d unités d hydrodésulfuration des produits pétroliers ; la mise en place d unités d isomérisation pour augmenter l indice d octane ; l installation d unités de récupération des huiles ; l installation d une unité de production de soufre pour réduire la pollution ; la construction d un complexe d hydrocraquage pour améliorer la qualité des produits et transformer l huile lourde en produits plus légers ; l installation d une unité de distillation des résidus pétroliers ; l installation de systèmes d assainissement des eaux usées biologiques et industrielles ; la création de quatre centres de lutte contre la pollution, dotés des équipements les plus modernes ; l emploi de logiciels de simulation pour étudier les fuites de pétrole dans le golfe de Suez, la mer Rouge et la Méditerranée ; la collaboration avec d autres organismes sur les questions de déchets gazeux, liquides et solides ; la réalisation de cartes et de bases de données environnementales pour tous les sites ; la mise en place de programmes de protection de l environnement à l intention des salariés ; le remplacement du mazout par le gaz dans les centrales thermiques ; l utilisation du gaz naturel au lieu de l essence pour la propulsion de différents types de véhicules. Si l énergie est importante pour l Egypte, l environnement l est tout autant. EGPC s emploie à concilier les deux. The Egyptian General Petroleum Corporation Palestine Street part 4 Maadi Gedida New Maadi Egypte Tél : /

16 précisément la plus forte. Si peu d experts s attendent à ce que les véhicules à essence soient massivement remplacés, même à moyen terme, par des véhicules à émissions nulles, il est indéniable que ces derniers joueront un rôle dans la réorganisation future des modes de voyage et de transport dans le monde et qu ils apporteront une contribution majeure au règlement des problèmes de qualité de l air et de pollution. Mais, pour le moment, si l on en croit les prédictions les plus optimistes, les véhicules classiques devraient dominer pendant encore dix à quinze ans. Comme le souligne l OCDE, les améliorations technologiques des véhicules ne résolvent qu une partie du problème : des mesures de gestion et de régulation de la circulation s imposent également et il faut réduire le nombre de voitures et de camions sur les routes. Une solution consiste à transporter voyageurs et marchandises par chemin de fer. Non seulement le train est moins polluant que les véhicules routiers, mais tout recul du trafic routier au profit du trafic ferroviaire permettrait d atténuer les problèmes d embouteillages et de pollution de l air, problèmes qui ne cessent de s aggraver, en particulier dans les grandes zones urbaines. En attendant, les transports restent un problème environnemental majeur, pas seulement à cause des véhicules routiers : l impact des avions sur l environnement (par exemple leurs émissions d oxyde d azote) cause de plus en plus d inquiétudes. Les constructeurs ont beau améliorer constamment les moteurs et la consommation de carburant, l effet de ces avancées technologiques est, comme pour les transports routiers, annulé par l augmentation du trafic aérien. Il a été suggéré d instaurer une taxe sur les avions. Les transports maritimes suscitent eux aussi des préoccupations et les chantiers navals subissent des pressions pour fabriquer dans l avenir des navires moins polluants pour les mers. La progression inexorable des transports routiers reste toutefois la principale menace et les nouvelles technologies devraient jouer un rôle majeur dans ce domaine. Comme l a déclaré l OCDE : «La réduction de la consommation de carburant jouera un rôle important, voire déterminant, dans le cadre d une stratégie plus vaste de réduction de la pollution imputable aux véhicules. En attendant que des options plus durables, telles que les carburants de substitution, soient faisables à grande échelle, réduire la consommation spécifique des véhicules classiques semble être, pour réduire les émissions de gaz carbonique dues aux transports, le moyen provoquant le moins de perturbations. Dans le cadre d une stratégie plus générale de réduction de la demande de carburants fossiles, des améliorations constantes de la consommation des véhicules classiques permettraient de gagner du temps et de mettre progressivement en place des mesures plus radicales, tout en encourageant la mise au point de technologies en prévision du développement de véhicules utilisant des sources d énergie de substitution.» Sources Automotive Environment Analyst, divers numéros, Financial Times. Energy and Environmental Technologies to Respond to Global Climate Change Concerns, 1994, AIE/OCDE. Managing the Transition to a Sustainable Transportation System, Francis E. K. Britton, EcoPlan International. La Pollution des véhicules à moteur : Stratégies de réduction au-delà de 2010, 1995, OCDE. Promotion of Environmentally Sound Technology: the Low-Consumption/Low-Emission Automobile, Gérard Dorin, printemps 1992, bulletin ATLAS. Rapport 1992 sur le développement dans le monde : Développement et environnement, Banque mondiale. Taming the Beast: A Survey of Living with the Car, juillet 1996, The Economist. The Endless Road: A Survey of the Car Industry, octobre 1992, The Economist. The Keys to the Car: Electric and Hydrogen Vehicles for the 21st Century, 1994, James J. MacKenzie, World Resources Institute. The Resurgence of Electric Vehicles, novembre 1996, Scientific American. Transport and the Environment, Industry and Environment, janvier-juin 1993, PNUE IE. Transportation and Energy: Strategies for a Sustainable Transportation System, 1995, American Council for an Energy-Efficient Economy. World Motor Industry, enquête, mars 1996, Financial Times. 207

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Présenté par : Dino Mili Vice-président, Développement des affaires Enerkem Mots clés : Éthanol de seconde génération Gaz à effet

Plus en détail

Pétrole: matière première et produits. Union Pétrolière

Pétrole: matière première et produits. Union Pétrolière Pétrole: matière première et produits Union Pétrolière Une matière première précieuse Le pétrole brut ne procure pas seulement de l essence. Nous utilisons chaque jour l un ou l autre de ses nombreux dérivés,

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Réduction des émissions de gaz d échappement

Réduction des émissions de gaz d échappement Réduction des émissions de gaz d échappement - Développements en vue de satisfaire aux critères Phase IIIB/Niveau 4 Interim (Stage IIIB / Tier 4 Interim) concernant les rejets dans les gaz d échappement

Plus en détail

Energies, motorisations et effet de serre

Energies, motorisations et effet de serre Energies, motorisations et effet de serre Historique de l' Effet de Serre Les gaz concernés (Gaz à Effet de Serre) Effets des émissions de GES sur le climat Pouvoir de réchauffement des gaz Emissions de

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

Fiche technique. Les oxydes d azote (NO x ) à la loupe. mercredi, 17. septembre 2008

Fiche technique. Les oxydes d azote (NO x ) à la loupe. mercredi, 17. septembre 2008 Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l'environnement OFEV Division Protection de l'air et RNI Fiche technique mercredi, 17.

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Exercice 2009-2010 Sa Majesté la Reine du chef du Canada représentée par le président du Conseil du Trésor, 2010 N o de catalogue

Plus en détail

Perspectives d utilisation des carburants propres en Tunisie

Perspectives d utilisation des carburants propres en Tunisie Perspectives d utilisation des carburants propres en Tunisie Marzouki Abderrazak Direction Générale de l environnement et de la Qualité Vie Ministère de l Agriculture et de l Environnement Tunisie Atelier

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

Plus il y aura de piles à combustible fabriquées plus les prix baisseront et plus la technologie deviendra mature.

Plus il y aura de piles à combustible fabriquées plus les prix baisseront et plus la technologie deviendra mature. L'utilisation dans les moyens de transport : Les voitures fonctionnent déjà en partie à l'hydrogène, en effet le pétrole et le gaz sont des hydrocarbures composés d'hydrogène et de carbone, il faut «simplement»

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

Une technologie d avenir. Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR

Une technologie d avenir. Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR Une technologie d avenir Moteurs diesel Volvo équipés de la technologie SCR Faibles émissions. Faible consommation. Haute fiabilité. Au cours des années à venir, l Union européenne prévoit d introduire

Plus en détail

Le plaisir de vivre, le plaisir de rouler Testez maintenant les nouvelles propulsions

Le plaisir de vivre, le plaisir de rouler Testez maintenant les nouvelles propulsions Le partenaire officiel de votre marque est à même de vous informer Vous souhaitez savoir quel modèle WE CARE répond le mieux à vos besoins? Ou bien vous avez envie, par exemple, de jeter un coup d œil

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/2012/33 Distr. générale 29 décembre 2011 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum

Plus en détail

L HYDROGENE, ENERGIE D AVENIR OU UTOPIE?

L HYDROGENE, ENERGIE D AVENIR OU UTOPIE? L HYDROGENE, ENERGIE D AVENIR OU UTOPIE? L hydrogène : un combustible fascinant l hydrogène comme combustible a quelque chose de fascinant élément chimique le plus abondant de l univers le plus léger le

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

LE TRANSPORT DURABLE CHEZ IVECO

LE TRANSPORT DURABLE CHEZ IVECO Iveco S.p.A. Via Puglia, 35 10156 Torino - Italie www.iveco.com Publication : IST.081404 Novembre 2008 Document et photos non contractuels. Les données sont fournies à titre indicatif et sans engagement

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES SUR LA LEGISLATION DES CARBURANTS PROPRES

ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES SUR LA LEGISLATION DES CARBURANTS PROPRES 15 juin 2007 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES SUR LA LEGISLATION DES CARBURANTS PROPRES David Desforges, Avocat Associé, Gide Loyrette Nouel LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE CARBURANT GAZ NATUREL AGRION -

Plus en détail

Éléments importants de la promotion et de la politique de l économie d énergie et de la réduction des émissions des transports portuaires de Shanghai

Éléments importants de la promotion et de la politique de l économie d énergie et de la réduction des émissions des transports portuaires de Shanghai Éléments importants de la promotion et de la politique de l économie d énergie et de la réduction des émissions des transports portuaires de Shanghai SHI Yong, directeur du Centre de Recherche du Transport

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

Les émissions du trafic routier en Belgique 1990-2030

Les émissions du trafic routier en Belgique 1990-2030 TRANSPORT & MOBILITY LEUVEN VITAL DECOSTERSTRAAT 67A BUS 1 3 LEUVEN BELGIË http://www.tmleuven.be TEL +32 (16) 31.77.3 FAX +32 (16) 31.77.39 Transport & Mobility Leuven is een gezamenlijke onderneming

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l Energie Emissions Fugitives 1. Quel est le facteur le plus important pour déterminer la quantité d émissions de méthane provenant

Plus en détail

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Julien GALINEAU Air Lorraine 30/04/2012 1 Contexte et objectif du présent rapport... 2 2 Méthode de détermination des consommations de

Plus en détail

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE PLAN: I. L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE 1) Production du pétrole 2) Consommation du pétrole

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

ENERGIE OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT

ENERGIE OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT 1 sur 8 ENERGIE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT Sites utilisés pour cette recherche: Panorama des différentes sources d'énergie Répartition

Plus en détail

Matériel de soutien au sol (GSE) et réduction des émissions

Matériel de soutien au sol (GSE) et réduction des émissions Matériel de soutien au sol (GSE) et réduction des émissions Teresa Ehman - Air Canada pour Valerie Jones - American Airlines Groupe d experts des Opérations aériennes Partie 2 Montréal, les 20 et 21 septembre

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Objectifs : Introduction. 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7

Objectifs : Introduction. 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7 Les carburants Objectifs : L élève devra être capable de : Définir la composition des carburants usuels (essence, gazole et GPL) ; Pour les carburants usuels,

Plus en détail

Conseil économique et social. Communication de l expert de l Organisation internationale des constructeurs d automobiles*

Conseil économique et social. Communication de l expert de l Organisation internationale des constructeurs d automobiles* Nations Unies onseil économique et social EE/TRANS/WP.29/GRPE/2015/6 Distr. général 4 novembre 2014 Français Original: anglais ommission économique pour l Europe omité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

Les technologies énergétiques fossiles

Les technologies énergétiques fossiles Les technologies énergétiques fossiles Les combustibles fossiles les plus couramment utilisés dans le monde pour produire de l électricité sont le charbon et le gaz. Le pétrole est toujours utilisé quand

Plus en détail

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke BIOMASSE Marcel Lacroix Université de Sherbrooke LA BIOMASSE 1. Matière animale ou végétale qui peut être convertie en énergie. 2. Pendant la presque totalité de l histoire humaine, la biomasse a été la

Plus en détail

Volume 12, n o 2, octobre 1998

Volume 12, n o 2, octobre 1998 Volume 12, n o 2, octobre 1998 L engagement de Kyoto Sur le plan environnemental, notre siècle prend fin sur de graves inquiétudes. Face à la dégradation de la qualité de l air, il devient de plus en plus

Plus en détail

RESPONSABILITES FACE AUX POLLUTIONS ATMOSPHERIQUES

RESPONSABILITES FACE AUX POLLUTIONS ATMOSPHERIQUES Laurie Delahaye / Mélissa Cadenas 3 C RESPONSABILITES FACE AUX POLLUTIONS ATMOSPHERIQUES La pollution de l'air a un impact négatif sur la santé, les végétaux, les écosystèmes et les bâtiments : les effets

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

Exercice d entraînement

Exercice d entraînement Exercice d entraînement En cas de difficulté, ne restez pas bloqué. Gérez votre temps. Plus de 5 min sur une question, c est du temps perdu et un stress qui s installe et qui vous fera perdre des moyens

Plus en détail

Chapitre 6 : Transport

Chapitre 6 : Transport Chapitre 6 : Transport Avec environ 16 millions d habitants et près de 1 000 nouveaux véhicules immatriculés chaque jour, la ville de Beijing doit étudier très attentivement les problèmes de transport

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 TITRE ABRÉGÉ 1. Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports

Plus en détail

Pour un monde allant vert

Pour un monde allant vert Pour un monde allant vert L augmentation des émissions de CO 2 issues des transports représente désormais quasiment 30 % du total des émissions dans l UE. Avec une croissance explosive des transports routier

Plus en détail

Votre Revue de Presse Du 11 / 07 /2014 N 203. www.conect.org.tn

Votre Revue de Presse Du 11 / 07 /2014 N 203. www.conect.org.tn conect Votre Revue de Presse Du 11 / 07 / By N 203 Suivez nos actualités www.conect.org.tn technique.conect@hexabyte.tn // technique@conect.org.tn tel : +216 71231 402 // Fax : +216 71231059 11 Vendredi

Plus en détail

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina À propos de ce projet Comment les gouvernements fédéral

Plus en détail

Propulsions alternatives

Propulsions alternatives Propulsions alternatives Huit formes de propulsion alternative existent aujourd hui à côté des moteurs à essence et au diesel classiques. Nous les passons en revue ici avec à chaque fois une définition,

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Les perspectives du GNV dans le monde, en Europe et en France

Les perspectives du GNV dans le monde, en Europe et en France Les perspectives du GNV dans le monde, en Europe et en France En raison de sa disponibilité et de ses avantages pour l environnement, le Gaz Naturel Véhicules (GNV) est apparu très tôt, dans de nombreux

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Diagramme de Clapeyron (ou diagramme P-v) P : Pression V : Volume Diagramme entropique (ou diagramme T-S) T : Température S : Entropie

Plus en détail

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE Le matériau de construction le plus utilisé au monde Dès 1990, l industrie cimentière

Plus en détail

ADDITIFS CARBURANT ESSENCE & DIESEL, A QUOI SERVENT-ILS?

ADDITIFS CARBURANT ESSENCE & DIESEL, A QUOI SERVENT-ILS? POURQUOI UTILISER UN ADDITIF CARBURANT ESSENCE OU DIESEL? ADDITIFS CARBURANT ESSENCE & DIESEL, A QUOI SERVENT-ILS? Le carburant, principale source d encrassement du moteur La combustion incompléte du carburant

Plus en détail

Nos arguments en faveur du bioéthanol

Nos arguments en faveur du bioéthanol Nos arguments en faveur du bioéthanol France Betteraves Passion Céréales SNPAA Le 13 novembre 2007 P 1 / 10 Fiche ENERGIE EN BREF Une part raisonnable de 10 % dans le bouquet énergétique Le bilan énergétique

Plus en détail

Activité documentaire

Activité documentaire TSTi2D TSTL Thème Transport Mise en mouvement Activité documentaire La voiture électrique sauvera-t-elle la planète? Fiche ressource THÈME du programme : Transport Sous thème : Mise en mouvement Type d

Plus en détail

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique.

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique. ompléter la définition. Un accumulateur c est : Une pile électrique rechargeable, qui accumule de l énergie... sous forme... pour la restituer sous forme de... On dit que l hydrogène est un énergétique.

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Hybride Propane Le carburant avec la technologie verte associé à la puissance de l épargne

Hybride Propane Le carburant avec la technologie verte associé à la puissance de l épargne Laissez nous vous aider à économiser des milliers de dollars Hybride Propane Le carburant avec la technologie verte associé à la puissance de l épargne Le Groupe Freno, la référence depuis 1959 Pourquoi

Plus en détail

Electriques, hybrides ou à hydrogène?

Electriques, hybrides ou à hydrogène? Electriques, hybrides ou à hydrogène? Mercredi 20 avril 2011, de 9h30 à 10h45 Dans un contexte français où un fort accent est mis sur le véhicule électrique et ses défis, il est important d'envisager l'ensemble

Plus en détail

Colruyt (DATS 24) goes for CNG Natural Power

Colruyt (DATS 24) goes for CNG Natural Power Colruyt (DATS 24) goes for CNG Natural Power Le Groupe Colruyt est bien connu pour ses grandes surfaces commerciales du même nom que l on voit en Belgique, en France et au Luxembourg. Mais il ne faut pas

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Antoine LEPAGE, Institut Supérieur de l Environnement

Antoine LEPAGE, Institut Supérieur de l Environnement Par quels moyens une entreprise de transport routier de marchandises peut-elle prendre en compte au quotidien de ses activités la problématique des Gaz à Effet de Serre? Mémoire soutenu le : 16 novembre

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

A QUOI SERT LE POT CATALYTIQUE?

A QUOI SERT LE POT CATALYTIQUE? 1 A QUOI SERT LE POT CATALYTIQUE? Le principe du catalyseur a été mis au point par les constructeurs automobiles dans le souci de mieux respecter l'environnement et afin de répondre aux normes internationales

Plus en détail

TPE Du Groupe 9. Prince Nicolas Reine-Adélaïde Stessie Ly Sia Adeline. 1ère Scientifique 2 - Lycé e Félix Éboué

TPE Du Groupe 9. Prince Nicolas Reine-Adélaïde Stessie Ly Sia Adeline. 1ère Scientifique 2 - Lycé e Félix Éboué TPE Du Groupe 9 Prince Nicolas Reine-Adélaïde Stessie Ly Sia Adeline Savant et sciences, hier et aujourd hui. 2 Les voitures propres. Problématique : Peut-on créer une voiture qui pollue moins? Voiture

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des camions légers au Canada pour les années de modèles 2011-2016

Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des camions légers au Canada pour les années de modèles 2011-2016 Document informel No. WP.29-153 153-1313 (153ème WP.29, 8-11 mars 2011, agenda item 6.) Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des camions légers au Canada pour

Plus en détail

Une station GNV àcouzon au Mont d Or

Une station GNV àcouzon au Mont d Or Une station GNV àcouzon au Mont d Or Gaz Naturel pour Véhicules Liliane Besson Elue et déléguée suppléante au SIGERLy MOBILITE URBAINE DURABLE Devant nous Elus(es), se dresse un immense défi : Nos villes,

Plus en détail

Développer les véhicules propres

Développer les véhicules propres Développer les véhicules propres Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

- Consommation moyenne de 2,9 kg/100 km de gaz naturel, émissions de CO 2 de 79 g/km

- Consommation moyenne de 2,9 kg/100 km de gaz naturel, émissions de CO 2 de 79 g/km Press info 26 décembre 2012 V12/51F La nouvelle eco up! - Consommation moyenne de 2,9 kg/100 km de gaz naturel, émissions de CO 2 de 79 g/km - La nouvelle eco up! parcourt 100 km pour 3 euros Volkswagen

Plus en détail

Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets

Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets Introduction Investi depuis de nombreuses années dans la réduction de l impact environnemental de ses activités, le groupe SPhere développe

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/CP/2004/4 26 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES Dixième session Buenos Aires, 6-17 décembre

Plus en détail

F. BATTIN-LECLERC LRGP-NANCY

F. BATTIN-LECLERC LRGP-NANCY VERS DE NOUVEAUX TYPES DE MOTEURS ET DE CARBURANTS AUTOMOBILES F. BATTIN-LECLERC LRGP-NANCY 1. INTRODUCTION Problèmes environnementaux Chemical & Engineering News, 5 novembre 2012 Réchauffement climatique

Plus en détail

«APPLICATION DE LA DIR

«APPLICATION DE LA DIR «APPLICATION DE LA DIR PPLICATION DE LA DIRECTIVE «SOUFRE» AU 1ER JANVIER 2015 : QUEL IMPACT ECONOMIQUE? QUELLES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES? DOSSIER DE PRESSE Du 18 juin 2014 Contact presse : Agence Rivacom

Plus en détail

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde N 9 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les marchés de production et de consommation

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

incitations financières véhicules 2011

incitations financières véhicules 2011 A B C D E F G A B C D E F G PROFITEZ DU BONUS ECOLOGIQUE A PROFITEZ DU BONUS ECOLOGIQUE A Des véhicules plus sobres et moins polluants : incitations financières véhicules 2011 PROFITEZ DU BONUS ECOLOGIQUE

Plus en détail

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique Commentaire (photos de la centrale électrique Schwarze Pumpe au sud de Berlin) Lorsque la centrale électrique Schwarze Pumpe

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

Du SmartWay à la route intelligente électrifiée. Note prospective : recherche de partenaires pour la mobilité de demain

Du SmartWay à la route intelligente électrifiée. Note prospective : recherche de partenaires pour la mobilité de demain Du SmartWay à la route intelligente électrifiée Note prospective : recherche de partenaires pour la mobilité de demain Réf. CN 901 BS CB DM Lausanne, le 29 0ctobre 2003 La route intelligente électrifiée

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS François JEGER La comparaison des composantes de la demande de transport par mode entre les quinze pays de l Union européenne fait apparaître certains

Plus en détail

MONDIAL DE L AUTOMOBILE 2008 :

MONDIAL DE L AUTOMOBILE 2008 : MONDIAL DE L AUTOMOBILE 2008 : TOTALGAZ ET LE GPL CARBURANT DOSSIER DE PRESSE Contacts Presse Agence Profile Presse Muriel Droin - Marion Chanson Tél : 01 56 26 72 00 mdroin@profilepr.fr mchanson@profilepr.fr

Plus en détail

Le bioéthanol. Le bioéthanol

Le bioéthanol. Le bioéthanol Le bioéthanol Le bioéthanol À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! www.bioethanolcarburant.com Dossier de presse FÉVRIER 2015 Le bioéthanol en quelques mots De l énergie végétale

Plus en détail

La dépendance pétrolière et l'énergie dans les transports routiers Travaux de l'inrets

La dépendance pétrolière et l'énergie dans les transports routiers Travaux de l'inrets INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE SUR LES TRANSPORTS ET LEUR SECURITE LABORATOIRE TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DOSSIER INRETS-LTE, JPR, 21/09/2000 La dépendance pétrolière et l'énergie dans les transports

Plus en détail

Nous examinerons, tout d abord, les caractéristiques

Nous examinerons, tout d abord, les caractéristiques LES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES Énergie et mobilité durable Les besoins de mobilité actuels conduisent les individus à se tourner vers des transports à la fois rapides et individuels. Ainsi, l automobile assure,

Plus en détail

Vers une mobilité bas carbone: Réduire les émissions de la route

Vers une mobilité bas carbone: Réduire les émissions de la route Vers une mobilité bas carbone: Réduire les émissions de la route Rémi Russo, Virginie Boutueil Chaire Economie du Climat FLM 7 Octobre 2011 Plan d intervention I - Changement climatique et transport(s)

Plus en détail