Maintenir les contraintes d'intégrité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maintenir les contraintes d'intégrité"

Transcription

1 Maintenir les contraintes d'intégrité

2 Contraintes d'intégrité Plusieurs possibilités pour les maintenir: Dans les définitions des tables Triggers Utilisation de vues et des contraintes sur les vues With check option Read only 2

3 Dans les définitions des tables : rappel contrainte-col: contraintes sur une colonne NOT NULL UNIQUE PRIMARY KEY REFERENCES nom_table [(nom-col)] [action] CHECK (condition) contrainte-table: contraintes sur une table UNIQUE (nom-col)* PRIMARY KEY (nom-col)* FOREIGN KEY (nom-col)* REFERENCES nom_table [(nom-col)*] [action] CHECK (condition) 3

4 Triggers

5 Trigger Concept de base de données active Exécuter une opération suite à un changement survenu dans la base de données: DML sur des éléments de la BD DDL sur la BD Événements d administration: logon, démarrage BD, Permet de Maintenir les contraintes d'intégrité Calculer des valeurs dérivées Maintenir des données répliquées et des vues complexes matérialisées etc 5

6 Evénement Condition - Action Un trigger est activé par un événement Insertion, suppression ou modification sur une table Si le trigger est activé, une condition est évaluée Prédicat qui doit retourner vrai Si la condition est vraie, l'action est exécutée Insertion, suppression ou modification de la base de données (Bloc PL-SQL contenant: des ordres SQL et/ou des appels à des procédures stockées écrites en PL-SQL ou en JAVA) 6

7 Exemple CREATE TRIGGER MAJ_Pays AFTER UPDATE OF population ON Pays FOR EACH ROW WHEN (new.surface > 0) UPDATE Pays_stat SET pop_avg = population/surface WHERE nom = :new.nom; END; condition Événement action 7

8 Exécution d'un trigger Avant, après ou au lieu de l'événement AFTER BEFORE INSTEAD OF AFTER/BEFORE: tables INSTEAD OF: vues (utile pour les vues qui ne peuvent pas être mises à jour) Événement: INSERT ON nom-table DELETE ON nom-table UPDATE [OF noms-d'attributs] ON nom-table Invocation de l'événement une fois par table ou pour tous les tuples affectés [FOR EACH ROW] 8

9 Exemple CREATE OR REPLACE TRIGGER Log_salary_increase AFTER UPDATE ON Emp_tab FOR EACH ROW WHEN (new.sal > 1000) INSERT INTO Emp_log (Emp_id, Log_date, New_salary, Action) VALUES (:new.empno, SYSDATE, :new.sal, 'NEW SAL'); END; UPDATE Emp_tab SET Sal = Sal WHERE Deptno = 20; Si 5 employés dans département 20, alors le trigger est déclenché 5 fois CREATE OR REPLACE TRIGGER Log_emp_update AFTER UPDATE ON Emp_tab INSERT INTO Emp_log (Log_date, Action) VALUES (SYSDATE, 'Emp_tab COMMISSIONSCHANGED'); END; UPDATE Emp_tab SET Sal = Sal WHERE Deptno = 20; Quelque soit le nb d'employés dans département 20, le trigger est déclenché 1 fois 9

10 Références aux valeurs modifiées CREATE TRIGGER MAJ_Log AFTER UPDATE ON Pays FOR EACH ROW WHEN (new.surface <> old.surface) INSERT INTO Pays_log (nom, libellé) VALUES (:new.nom, 'surface_changée'); END; / 10

11 Syntaxe des triggers (SQL 1999) Syntaxe: CREATE [OR REPLACE] TRIGGER nom-du-trigger BEFORE AFTER INSTEAD OF INSERT DELETE UPDATE [OF noms-d'attributs] ON nom-table [FOR EACH ROW] [WHEN (condition)] <bloc PL-SQL ou appel à procédure stockée écrite en PL-SQL ou en Java> 11

12 PL-SQL PL-SQL: extension procédurale du langage SQL PL-SQL: déclaration de variables typées, traitements itératifs, traitements conditionnels, gestion des erreurs. Utilisé pour écrire des méthodes (fonctions et procédures) des types objet, triggers, packages, procédures et fonctions stockées dans Oracle. 12

13 Structure d'un bloc PL-SQL DECLARE Déclaration des variables, constantes, curseurs, exceptions Corps du bloc: -ordres SQL -commandes procédurales -traitement des curseurs - EXCEPTION Gestion des erreurs END; / 13

14 Contenu d'un bloc PL-SQL un bloc PL-SQL peut contenir: toute instruction du LMD (SELECT, INSERT, UPDATE, DELETE) Les commandes de gestion des transactions (COMMIT, ROLLBACK (TO), SAVEPOINT) tout prédicat utilisable dans SQL les sections DECLARE et EXCEPTION sont optionnelles chaque instruction se termine par ";" Les blocs peuvent être imbriqués les sous-blocs ont la même structure que les blocs 14

15 Blocs imbriqués DECLARE DECLARE EXCEPTION END EXCEPTION DECLARE EXCEPTION END END; / Des sous-blocs peuvent être définis dans le corps du bloc et dans la partie exception Les variables sont locales au bloc dans lequel elles sont déclarées 15

16 Portée et visibilité des variables DECLARE A CHAR; B REAL; /* A (CHAR) B (REAL) */ DECLARE A INTEGER; C REAL;. END; DECLARE D CHAR; END; * A (CHAR) B (REAL) * END; /* A (INTEGER) B, C (REAL) */ /* A, D (CHAR) B (REAL) */ - si dans un bloc, une variable du même nom que la variable GLOBALE existe c'est la variable LOCALE qui s'impose - un bloc ne peut utiliser les variables d'un autre bloc de même niveau 16

17 Déclaration de variables

18 Déclaration de variables Variables déclarées dans la section DECLARE Variables peuvent avoir: n'importe quel type SQL: char, date, number, 18

19 Types 19

20 Déclaration de variables Syntaxe : nom_variable type_variable [NOT NULL] [:=val_init] [ DEFAULT val_defaut]; Exemple: nom VARCHAR2(30); pi REAL := ; radius REAL := 1; area REAL := pi * radius**2; blood_type CHAR DEFAULT O ; acct_id INTEGER(4) NOT NULL := 9999; num_client VARCHAR2(5) NOT NULL DEFAULT 'AJ235' 20

21 Déclaration de constantes Analogue à la déclaration de variables Ajout du mot-clé CONSTANT Exemple: Pi CONSTANT NUMBER := ; 21

22 Déclaration de types dynamiques %type permet d'associer à une variable le type d'une autre variable, d'une constante ou d'une colonne de table Intérêt: permet de ne pas avoir à modifier les programmes si on modifie le type d'une colonne Exemple: DECLARE credit REAL(7,2); debit credit%type; 22

23 Type dynamique %type Référence à une colonne d'une table Exemple: On a dans la BD, la table : EMPLOYE (empno NUMBER, ) On peut écrire un programme PL-SQL déclarant: DECLARE numéro Employé.empno%type --- la variable numéro a comme domaine de valeur NUMBER 23

24 Déclaration de "Record" Un record permet de définir des types composites (tuple): DECLARE TYPE DeptRec IS RECORD (dept_id dept.deptno%type, dept_name VARCHAR2(14), dept_loc VARCHAR2(13)); dpt DeptRec; dpt.dept_id 24

25 Type dynamique %rowtype %rowtype permet d'associer à une variable un type composite correspondant : à un tuple d'une table 25

26 Exemple On a dans la BD une table: EMPLOYE (empno NUMBER, nom VARCHAR2(30), sal NUMBER) Code PL-SQL: DECLARE emp_rec Employé%ROWTYPE;... emp_rec.empno emp_rec.nom 26

27 Affectation de valeurs soit par l'opérateur d'affectation := DECLARE salaire NUMBER; salaire := 2000; soit par un ordre select DECLARE salaire NUMBER; select sal INTO salaire from Employé where nom='dupont'; Attention dans cet exemple le select ne doit ramener qu'un tuple!!! 27

28 Exceptions

29 Exceptions C'est un mécanisme permettant de dérouter l'exécution normale du bloc vers la section exception le déroutement est soit: implicite dans le cas d'erreur Oracle explicite dans le cas d'erreurs définies par utilisateurs 29

30 Fonctionnement Lorsqu'une exception est détectée, il y a: arrêt de l'exécution du bloc branchement sur la section exception parcours des clauses when jusqu'à la bonne exécution des instructions associées Une fois le traitement de l'erreur terminé, c'est le bloc suivant qui est effectué 30

31 Fonctionnement DECLARE DECLARE DECLARE END; ERREUR!!!! EXCEPTION END; ERREUR!!!! si l exception n est pas traitée END; ERREUR!!!! EXCEPTION si l'exception est traitée SORTIE EN ERREUR DU BLOC SORTIE EN ERREUR DU BLOC SORTIE NORMALE DU BLOC 31

32 Fonctionnement DECLARE DECLARE DECLARE EXCEPTION END; ERREUR!!!! si l'exception est traitée instruction i EXCEPTION END; SORTIE NORMALE DU BLOC DECLARE ERREUR!!!! EXCEPTION si l'exception n est pas traitée END; instruction i EXCEPTION si l'exception est traitée END; propagation de l'erreur SORTIE NORMALE DU BLOC 32

33 Exceptions: 2 types Exceptions définies par oracle Nommées par oracle ex: TOO_MANY_ROWS, NO_DATA_FOUND... Se déclenchent automatiquement Nécessité de prévoir la prise en compte de l'erreur dans la section EXCEPTION Exceptions définies par l'utilisateur Nommées par l'utilisateur Sont soit déclenchées par une instruction du programme soit automatiquement (PRAGMA EXCEPTION_INIT) Nécessité de prévoir la prise en compte de l'erreur dans la section EXCEPTION 33

34 Définition d'une exception utilisateur Déclaration d'une variable de type exception dans la section DECLARE nom_exception EXCEPTION Définition du traitement associé WHEN nom_exception THEN trt Déclenchement: Soit associer à cette erreur un code oracle, elle sera levée automatiquement: PRAGMA EXCEPTION_INIT(nom_exception,code_erreur_oracle) soit lever manuellement l'exception RAISE nom_exception 34

35 Exemple d'erreur définie par utilisateur DECLARE pas_de_comm EXCEPTION; CURSEUR c_vendeurs is select * from emp where job='salesman'; noemp emp.empno%type FOR v_vend IN c_vendeurs LOOP IF v_vend.comm IS NULL THEN noemp:= v_vend.empno; RAISE pas_de_comm; END IF; END LOOP; EXCEPTION When pas_de_comm THEN END; 35

36 Exemple exception définie par utilisateur DECLARE deadlock_detected EXCEPTION; PRAGMA EXCEPTION_INIT(deadlock_detected, -60);... trt causant une erreur ORA EXCEPTION When deadlock_detected THEN -- prise en compte de l'erreur END; 36

37 Exemple Erreurs oracle DECLARE pe_ratio NUMBER(3,1); SELECT price / earnings INTO pe_ratio FROM stocks; -- erreur possible de division par 0 INSERT INTO stats (symbol, ratio) VALUES ( XYZ, pe_ratio); COMMIT; EXCEPTION When ZERO_DIVIDE THEN prise en compte erreur division by zero INSERT INTO stats (symbol, ratio) VALUES ( XYZ, NULL); COMMIT;... END; 37

38 Exception "others" exception prédéfinie porte le nom de others permet de gérer les erreurs oracle qui ne sont pas gérées explicitement WHEN OTHERS THEN deux fonctions permettent de récupérer des informations sur l'erreur oracle: sqlcode: code de l'erreur oracle sqlerrm: libellé de l'erreur 38

39 Exemple (1) DECLARE EXCEPTION WHEN OTHERS THEN code:=sqlcode; mess:=sqlerrm; dbms_output.put_line('erreur: ' code mess); END; 39

40 Exemple (2) DECLARE deadlock_detected EXCEPTION; PRAGMA EXCEPTION_INIT(deadlock_detected, -60);... trt causant une erreur ORA EXCEPTION WHEN deadlock_detected THEN -- prise en compte de l'erreur WHEN others THEN prise en compte de toutes les autres erreurs ROLLBACK; END; 40

41 raise_application_error il est possible de déclencher ses propres erreurs et de sortir du bloc comme lorsqu'une erreur oracle est détectée: raise_application_error(numéro, message) Exemple select * into rec from emp; IF rec.comm IS NULL THEN raise_application_error(-2000, 'mauvaise commission'); END IF; END; 41

42 Les blocs

43 les aspects procéduraux Conditions IF THEN ELSE END IF CASE Itérations LOOP, FOR i, WHILE Branchements séquentiels GOTO NULL 43

44 IF THEN ELSE IF THEN IF condition THEN sequence_of_statements END IF; IF THEN ELSE IF condition THEN sequence_of_statements1 ELSE sequence_of_statements2 END IF; IF THEN ELSIF IF condition1 THEN sequence_of_statements1 ELSIF condition2 THEN sequence_of_statements2 ELSE sequence_of_statements3 END IF; 44

45 Conditions Conditions peuvent comporter les opérateurs suivants: =, <,>,!=, <=, >=, <> IS [NOT] NULL [NOT] BETWEEN AND, [NOT] IN [NOT] LIKE AND, OR, NOT il doit y avoir au moins une instruction après le THEN 45

46 Exemple... IF sales > THEN bonus := 1500; ELSIF sales > THEN bonus := 500; ELSE bonus := 100; END IF; INSERT INTO payroll VALUES (emp_id, bonus,...); END; 46

47 CASE CASE selector WHEN expression1 THEN sequence_of_statements1; WHEN expression2 THEN sequence_of_statements2;... WHEN expressionn THEN sequence_of_statementsn; [ELSE sequence_of_statementsn+1;] END CASE; 47

48 Evaluation Evaluation séquentielle des conditions, si une condition est vraie, les instructions après le THEN sont effectuées et on sort du CASE Si aucune condition n'est vraie, les instructions associées au ELSE sont effectuées. Si pas de ELSE, PL-SQL ajoute la clause (implicite) ELSE suivante: ELSE RAISE CASE_NOT_FOUND; 48

49 Case, exemple CASE grade WHEN A THEN dbms_output.put_line( Excellent ); WHEN B THEN dbms_output.put_line( Very Good ); WHEN C THEN dbms_output.put_line( Good ); WHEN D THEN dbms_output.put_line( Fair ); WHEN F THEN dbms_output.put_line( Poor ); ELSE dbms_output.put_line( No such grade ); END CASE; 49

50 LOOP LOOP IF credit_rating < 3 THEN EXIT; -- sortie END IF; END LOOP; LOOP EXIT WHEN c1%notfound; -- sortie si la condition est vraie END LOOP; 50

51 WHILE WHILE condition LOOP END LOOP; WHILE total <= LOOP... SELECT sal INTO salary FROM emp WHERE... total := total + salary; END LOOP; 51

52 FOR FOR compteur IN [REVERSE] inf..sup LOOP END LOOP; FOR ctr IN REVERSE LOOP factor := ctr * 2; INSERT INTO T VALUES (ctr, factor); END LOOP; T: (10,20), (9,18), (8, 16) 52

53 GO TO Permet de se brancher sur un label du bloc courant... GOTO insert_row;... <<insert_row>> INSERT INTO emp VALUES... END; Attention, permet aussi de faire n'importe quoi!!! 53

54 NULL signifie "ne rien faire", passer à l'instruction suivante EXCEPTION WHEN ZERO_DIVIDE THEN ROLLBACK; WHEN VALUE_ERROR THEN INSERT INTO errors VALUES... COMMIT; WHEN OTHERS THEN NULL; END; 54

55 Les commandes SQL utilisables en PL-SQL

56 Ordres SQL autorisés Les ordres du LMD: SELECT INTO FROM UPDATE DELETE INSERT Les ordres de gestion des transactions COMMIT ROLLBACK, ROLLBACK TO LOCK TABLE 56

57 Les curseurs

58 Curseurs Oracle crée des zones de travail pour exécuter les ordres SQL, stocker leurs résultats et les utiliser: CURSEURS Deux types de curseurs: implicite : créés automatiquement par Oracle pour ses propres traitements explicite: créés par l'utilisateur pour pouvoir traiter le résultat de requêtes retournant plus d'un tuple 58

59 Curseurs Utilisation: quand une requête retourne plus d'une ligne il faut placer le résultat dans un curseur Comment? déclaration (DECLARE) ouverture (OPEN) utilisation (FETCH) fermeture (CLOSE) 59

60 Déclaration d'un curseur CURSOR nom_curseur IS ordre_select Exemple: DECLARE CURSOR c1 IS SELECT ename, job FROM emp WHERE sal < 3000; 60

61 Ouverture d'un curseur OPEN nom_curseur provoque l'exécution de la requête associée. Exemple: DECLARE CURSOR c1 IS SELECT ename, job FROM emp WHERE sal < 3000; OPEN c1;... END; 61

62 Fetch Permet de parcourir une à une les lignes retournées par l'ouverture du curseur Cette commande ne ramène qu'une seule ligne, il faut donc la mettre dans une boucle FETCH nom_curseur INTO var1, var2, où var1, var2 correspondent aux colonnes de l'ordre select 62

63 Fetch possible de définir une variable dynamique à partir d'un curseur: DECLARE CURSOR c1 IS SELECT deptno, dname, loc FROM dept; dept_rec c1%rowtype; open c1; LOOP FETCH c1 INTO dept_rec; 63

64 Attributs Quatre attributs permettent d'évaluer l'"état" du curseur: %NOTFOUND vrai si le dernier fetch n'a ramené aucune ligne %FOUND (inverse de %NOTFOUND) %ROWCOUNT compte le nombre de fetch exécutés sur un curseur %ISOPEN vrai si le curseur est ouvert 64

65 Exemple 1) FETCH C_VENDEURS INTO VENDEURS; EXIT WHEN C_VENDEURS%NOTFOUND; 2) FETCH C_VENDEURS INTO VENDEURS; IF C_VENDEURS%FOUND then insert into 3) FETCH C_VENDEURS INTO VENDEURS; IF C_VENDEURS%ROWCOUNT < 15 THEN attention ce n'est pas le nombre de lignes retournées 4) IF C_VENDEURS%ISOPEN THEN FETCH C_VENDEURS INTO VENDEURS; 65

66 Exemple DECLARE my_sal emp.sal%type; my_job emp.job%type; factor INTEGER := 2; CURSOR c1 IS SELECT factor*sal FROM emp WHERE job = my_job;... OPEN c1; LOOP FETCH c1 INTO my_sal; EXIT WHEN c1%notfound; factor := factor + 1; END LOOP; CLOSE c1; END; 66

67 Procédures PL-SQL est aussi utilisé pour définir des procédures stockées dans la base de données Syntaxe: CREATE [OR REPLACE] PROCEDURE procedure_name [(parameter[, parameter]...)] [local declarations] Corps PL-SQL [EXCEPTION exception handlers] END [name]; 67

68 Fonctions Syntaxe: [CREATE [OR REPLACE ] ] FUNCTION function_name [ ( parameter [, parameter]... ) ] RETURN datatype [local declarations] Corps PL-SQL [EXCEPTION exception handlers ] END [name]; 68

69 exemple PROCEDURE raise_salary (emp_id INTEGER, amount REAL) IS current_salary REAL; salary_missing EXCEPTION; SELECT sal INTO current_salary FROM emp WHERE empno = emp_id; IF current_salary IS NULL THEN RAISE salary_missing; ELSE UPDATE emp SET sal = sal + amount WHERE empno = emp_id; END IF; EXCEPTION WHEN NO_DATA_FOUND THEN INSERT INTO emp_audit VALUES (emp_id, 'No such number'); WHEN salary_missing THEN INSERT INTO emp_audit VALUES (emp_id, 'Salary is null'); END raise_salary; 69

70 Utilisation dans un bloc PL-SQL nom_proc( ); var := nom_fonc( ); dans SQL*PLUS procédure: variable nom_var type begin :nom_var := value; end; / print nom_var execute nom_proc(:nom_var, ); dans SQL*PLUS fonction: variable nom_var2 type execute nom_var2 := nom_fonc( ); print nom_var2 70

71 Attention Les triggers sont très utiles et puissants Mais: une utilisation prudente est nécessaire Attention aux Invocations de cascade de triggers Utilisations excessives des ressources Difficultés pour prévoir les conséquences 71

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Généralités 1/44 2/44 Anne-Cécile Caron Présentation Programming Language with SQL Langage de programmation procédural ADA like Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Adapté à la manipulation

Plus en détail

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2 Cours 10 : PL/SQL Procedural Language/SQL Blocs, variables, instructions, structures de contrôle, curseurs, gestion des erreurs, procédures/fonctions stockées, packages, triggers PL/SQL Chapitre 3 de la

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web UE RSX053 Introduction aux bases de données Séance 9 1 Table des matières 1. PLSQL...3 1.1. Présentation...3 1.2. L utilité

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 4 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 2ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Exceptions Rappels bloc PL/SQL Definition

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Bases de données Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Polytech Marseille Université d Aix-Marseille 2012-2013 Nicolas DURAND Bases de données

Plus en détail

Bases de Données Avancées PL/SQL

Bases de Données Avancées PL/SQL 1/170 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry Cours 3 Développement d une application BD 1 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Utilisation de vues Placement du code applicatif dans

Plus en détail

Notes de cours. PL/SQL (Oracle 11g) Hakim Benameurlaine. Décembre 2012. 2012 Hakim Benameurlaine 1

Notes de cours. PL/SQL (Oracle 11g) Hakim Benameurlaine. Décembre 2012. 2012 Hakim Benameurlaine 1 Notes de cours PL/SQL (Oracle 11g) Hakim Benameurlaine Décembre 2012 2012 Hakim Benameurlaine 1 Table of Contents 1 PRÉSENTATION DU PL/SQL... 5 1.1 Bloc PL/SQL... 5 1.2 Les variables... 7 1.3 Les variables

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Introduction au PL/SQL Oracle. Alexandre Meslé

Introduction au PL/SQL Oracle. Alexandre Meslé Introduction au PLSQL Oracle Alexandre Meslé 17 octobre 2011 Table des matières 1 Notes de cours 3 1.1 Introduction au PLSQL............................................ 3 1.1.1 PLSQL.................................................

Plus en détail

Création de triggers de base de données

Création de triggers de base de données 8 Création de triggers de base de données Copyright Oracle Corporation, 1999. Tous droits réservés. Objectifs Mostafa HANOUNE 2005/2006 A la fin de ce chapitre, vous serez capables de : Décrire les triggers

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

INSIA SIGL 2 Bases de données Cours 06 PL-SQL

INSIA SIGL 2 Bases de données Cours 06 PL-SQL INSIA SIGL 2 Bases de données Cours 06 PL-SQL Procédures stockées - Triggers Bertrand LIAUDET SOMMAIRE SOMMAIRE 1 PL-SQL - PROCEDURES STOCKÉES - TRIGGERS 3 1. PL-SQL : les procédures stockées 3 Présentation

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 6 Programmation SQL par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

IV- PROGRAMMATION PROCEDURALE ET EVENEMENTIELLE -1- 1-INTRODUCTION 1- OBJECTIF

IV- PROGRAMMATION PROCEDURALE ET EVENEMENTIELLE -1- 1-INTRODUCTION 1- OBJECTIF IV- PROGRAMMATION PROCEDURALE ET EVENEMENTIELLE 1-INTRODUCTION 1- OBJECTIF -> Compléter les faiblesses du modèle relationnelle : - Les contraintes d intégrité NON relationnelles : hors des dépendances

Plus en détail

Intégrité des données

Intégrité des données . Contraintes d intégrité : Définition et objectif Intégrité des données Définition des contraintes Vérification des contraintes Contrainte d'intégrité : propriété sémantique que doivent respecter les

Plus en détail

Interface de programmation Application / BD. Hiver 2011 C. Desrosiers

Interface de programmation Application / BD. Hiver 2011 C. Desrosiers LOG660 - Bases de données de haute performance Interface de programmation Application / BD Hiver 2011 C. Desrosiers Département de génie logiciel et des TI Interface entre SQL et un programme SQL incomplet

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Administration des bases de données

Administration des bases de données Administration des bases de données Mehdi Louizi 1 Pourquoi PL/SQL 2 Pourquoi PL/SQL? PL/SQL = PROCEDURAL LANGUAGE/SQL SQL est un langage non procédural Les traitements complexes sont parfois difficiles

Plus en détail

Bases de Données PLAN. 1 : Introduction 2 : Le langage SQL 3 : Intégrité des données 4 : PL/SQL

Bases de Données PLAN. 1 : Introduction 2 : Le langage SQL 3 : Intégrité des données 4 : PL/SQL Bases de Données 1 PLAN 1 : Introduction 2 : Le langage SQL 3 : Intégrité des données 4 : PL/SQL 5 et 6 : Conception des bases de données 7 : Organisation et administration d'une base de données (Oracle)

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Stéphane Bortzmeyer

Stéphane Bortzmeyer <stephane+blog@bortzmeyer.org> De l intérêt des règles d intégrité dans un SGBD Stéphane Bortzmeyer Première rédaction de cet article le 17 janvier 2008 Il semble que l utilisation des règles d intégrité

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

TP8 - Gestion Transactionnelle

TP8 - Gestion Transactionnelle TP8 - Gestion Transactionnelle MIAGE #3-2006/2007 November 29, 2006 1 Transactions sous Oracle Il est nécéssaire pour ce T.P. de travailler par binômes connectés simultanement (sous SQL*PLUS) sur deux

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

Corrigés détaillés des exercices

Corrigés détaillés des exercices Corrigés détaillés des exercices Diagramme des tables objet La figure suivante vous aidera dans la compréhension des manipulations des objets de la base. Client_type Client num nom adresse {telephone_vry}

Plus en détail

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Projet MVC-CD Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Créé par S. Berberat, le 23 octobre.2014 Modifié par S. Berberat, le 29 octobre 2014 Page

Plus en détail

Oracle Le langage procédural PL/SQL

Oracle Le langage procédural PL/SQL Oracle Le langage procédural PL/SQL Denis Roegel roegel@loria.fr IUT Nancy 2 1998/1999 Sommaire 1 Introduction 3 2 Création de packages 3 2.1 Procédures groupées.........................................

Plus en détail

Technologie Oracle : Extensions procédurales à SQL

Technologie Oracle : Extensions procédurales à SQL Conception de bases de données Technologie Oracle : Extensions procédurales à SQL http://bdd.crzt.fr STÉPHANE CROZAT Paternité - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://creativecommons.org/licenses/by-sa/.0/fr/

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

Formation PHP/MySQL. Pierre PATTARD. Avril 2005

Formation PHP/MySQL. Pierre PATTARD. Avril 2005 Formation PHP/MySQL Pierre PATTARD Julien BENOIT Avril 2005 Le PHP Langage interprété, côté serveur pages interprétées par le serveur web pas de compilation, code éditable avec un bloc notes. aucune différences

Plus en détail

Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions

Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions Document préparé par Abderrahmane Abed Octobre 2013 Version 1.0 Courriel : aabed@oraweb.ca Site web: www.oraweb.ca

Plus en détail

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011 Les fichiers en format pdf des projections du cours sont disponibles sur la page : http://www.ibisc.univevry.fr/~serena mais ne pas les imprimer au bât.

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles

Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles 1 - Intégrité sémantique Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev. 2013

Plus en détail

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE SQL3 - SQL3 = SQL2 pour BD relationnelles+ des extensions orienté-objet multi-media spatial Séries temporelles - Ce chapitre

Plus en détail

Le langage procédural PL-PGSQL

Le langage procédural PL-PGSQL Le langage procédural PL-PGSQL PL/pgSQL est un langage procédural utilisé dans le système de gestion de bases de données PostgreSQL. Objectifs : créer des fonctions standards et triggers, ajouter des structures

Plus en détail

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL.

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL. Base de données Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 4 J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont),

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Programmation Transact SQL

Programmation Transact SQL Programmation Transact SQL Procédure Ecrire une procédure qui permet de rendre un film emprunté. Cette procédure admet en paramètre le numéro d'exemplaire du film emprunté et se charge de compléter la

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

Vues: définition. Vues: avantages. Vues: inconvénients. Vues: exemple. Vues: syntaxe 08/12/2009

Vues: définition. Vues: avantages. Vues: inconvénients. Vues: exemple. Vues: syntaxe 08/12/2009 Vues: définition Table virtuelle de la base de données dont le contenu est défini par un requête La vue n existe pas en tant qu ensemble de données stockées sur le disque seule la requête décrivant la

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des données» PL / SQL: Mise à jour des données Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Déclencheurs Qu est-ce qu un déclencheur? Un déclencheur ou une règle ECA est de la forme: «Quand un Evénement se produit,

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper INSIA Bases de données ORACLE SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper http://st-curriculum.oracle.com/tutorial/dbxetutorial/index.htm http://st-curriculum.oracle.com/ http://www.oracle.com/ Bertrand LIAUDET

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML MariaDB : https://mariadb.org/ Site officiel MySQL : http://www-fr.mysql.com/ Zone pour les développeurs : http://dev.mysql.com/

Plus en détail

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire l objet d une exploitation

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

BD50. Gestion des courses

BD50. Gestion des courses Département Génie Informatique BD50 TP7 : Développement avec le module PL/SQL de 9iAS et DBMS_EPG d'oracle 10G Gestion des courses Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Mai 2007 Présentation

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

PL/SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1

PL/SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1 PL/ pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1 L architecture PL/ Le jeu de caractères Le bloc PL/ Sortie à l écran Déboguage Module

Plus en détail

BTS-DSI. Module 8 -SGBDR. Transact SQL Procedures Curseurs Déclencheurs(Triggers)

BTS-DSI. Module 8 -SGBDR. Transact SQL Procedures Curseurs Déclencheurs(Triggers) Lycée lissan eddine ibn elkhatib laayoune BTS-DSI 2013/2014 Module 8 -SGBDR Transact SQL Procedures Curseurs Déclencheurs(Triggers) COURS + EXERCICES Table des matières I- NOTIONS EN TRANSACT SQL... 3

Plus en détail

Quelques aspects du Relationnel-Objet du SGBD Oracle

Quelques aspects du Relationnel-Objet du SGBD Oracle Département informatique de l IUT (de l université) de Bordeaux Cours de Bases de Données : présentation partielle d un SGBD RO 12 août 2015 Olivier Guibert Quelques aspects du Relationnel-Objet du SGBD

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties.

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties. Base de données Avancée (BDA) 2012/2013, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Thème : Implémentation d une BD Répartie : Liens, vue matérialisé, snapshot, intégrité révérencielle et déclencheur

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 PRÉSENTATION DE TSQL... 2 1.1 Historique... 2 1.2 Les différents types d instructions... 2 1.2.1 Langage de Définition des Données... 2 1.2.2 Langage de Manipulation des Données...

Plus en détail

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données Le modèle relationnel 1. Introduction 9 2. Rappels sur le stockage des données 9 2.1 Les différentes catégories de données 10 2.1.1 Les données de base 10 2.1.2 Les données de mouvement 10 2.1.3 Les données

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage 1 Plan Références Requêtes simples Expressions de chemin Appels de fonctions et d opérateurs Création d instances Opérations sur les collections 2 Références

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Si le médecin agit en situation d urgence, insérer une trace de ses requêtes. Si le patient est cardiaque, le préciser dans le motif de la visite

Si le médecin agit en situation d urgence, insérer une trace de ses requêtes. Si le patient est cardiaque, le préciser dans le motif de la visite Précompilateur Compilateur LP PROGRAMMATION SQL Limites de SQL Problématique de la connexion langage hôte/sql 3 approches Embedded SQL (PRO*C, SQLJ ) API de bas niveau (SQL-CLI, ODBC, ) Langage dédié (PL/SQL,

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Plan du cours. Bases de données. Plan du cours. Historique des bases de données. Limites des systèmes à fichiers. Limites des systèmes à fichiers

Plan du cours. Bases de données. Plan du cours. Historique des bases de données. Limites des systèmes à fichiers. Limites des systèmes à fichiers Plan du cours Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données DESS SISE Année 2003-2004 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ I. Introduction II. Modèle conceptuel UML III.

Plus en détail

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Z Grégory CASANOVA 2 Les procédures stockées et les fonctions utilisateur [08/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les procédures

Plus en détail

SQL avancé Correction

SQL avancé Correction SQL avancé Correction 1 Base Cinéma étendue (modèle logique de données et modèle relationnel) Nous utiliserons lors de ce TD une extension de la base Cinéma. Le modèle logique de données (MLD) et le modèle

Plus en détail

Support de cours «SGBD»

Support de cours «SGBD» Direction Générale Institut Supérieur des Des Etudes Technologiques Etudes ******** DGET ******* Technologiques du Kef Support de cours «SGBD» Réalisé par : BOUKCHIM Mosaab (AT-Iset de Kef) HOSNI Anis

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1 3 - Administration de BD SQL Chapitre III Administration des BD SQL 3.1 Création de BD 3.2 Gestion des utilisateurs 3.3 Administration des transactions 3.4 Accès à une BD distante 3.5 Conclusions Composants

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique.

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique. GBD-030 Oracle Prise en main Saint-Denis à 9h30 5 jours Objectifs : Une formation Oracle complète pour découvrir tous les concepts du système et les différentes façons de les utiliser concrètement tout

Plus en détail

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les commandes de base sous Unix Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

Le language SQL (2/2)

Le language SQL (2/2) Les commandes de base sous Unix SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

Module N 12 : Programmation des Procédures Stockées et des Triggers. Sommaire

Module N 12 : Programmation des Procédures Stockées et des Triggers. Sommaire Sommaire NOTIONS EN TRANSACT SQL... 2 La déclaration d'une variable... 2 L'affectation d'une valeur à une variable... 3 L'affichage d'informations... 3 L'arrêt d'un programme... 3 L'utilisation des structures

Plus en détail

Migration d'oracle vers MySQL

Migration d'oracle vers MySQL Migration d' vers Procédures Stockées, Packages, Triggers, Scripts et Applications Livre Blanc Mars 2009, Ispirer Systems Ltd. Copyright 1999-2013. Ispirer Systems Ltd. Tous Droits Réservés. 1 Introduction

Plus en détail

Chapitre 5 : Les procédures stockées PL/SQL

Chapitre 5 : Les procédures stockées PL/SQL I. Introduction Une procédure ou une fonction stockée est un bloc PL/SQL nommé pouvant accepter des paramètres et être appelée. Généralement, on utilise une fonction pour calculer une valeur. Les procédures

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail

SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres,

SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres, SQL 1/66 SQL: historique SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres, Il existe trois normes : SQL1 (1986) version minimale SQL1 (1989) + intégrité

Plus en détail