La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé"

Transcription

1 Plan Le 06 novembre 2012 La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé Docteur François TRUEBA 1. Définitions 2. Critère 8g de la certification (Pratiques exigibles prioritaires) 3. L approche a priori du risque 4. Audit de qualité interne 5. Plan d action de lutte contre les IN 6. Informatisation du signalement 7. Plan de maîtrise des BMRE 8. Les indicateurs 9. Conclusion 1 2 Définition de la gestion des risques la maîtrise du risque infectieux Une stratégie de surveillance et de minimisation des risques, proactive, adaptée à chaque problématique de risque Objectifs du système de gestion des risques: identifier, décrire, prévenir ou réduire au minimum les risques y compris l'évaluation de l'efficacité des activités et interventions mises en place Tout patient hospitalisé est exposé au risque de contracter une infection associée aux soins. La lutte contre les infections associées aux soins constitue un enjeu national et doit s inscrire parmi les priorités d un établissement de santé. Les patients, les professionnels et les visiteurs sont exposés à ce risque c est pourquoi : une politique d amélioration continue et coordonnée de maîtrise du risque infectieux est nécessaire dans tout établissement de santé 3 4 Qu est-ce qu une infection associée aux soins? Qu est-ce qu une infection nosocomiale? Une infection est dite associée aux soins si elle survient au cours ou au décours d une prise en charge (diagnostique, thérapeutique, palliative, préventive ou éducative) d un patient, et si elle n était ni présente, ni en incubation au début de la prise en charge. Lorsque l état infectieux au début de la prise en charge n est pas connu précisément, un délai d au moins 48heures ou un délai supérieur à la période d incubation est couramment accepté pour définir une IAS. Aucune distinction n est faite quant au lieu où est réalisée la prise en charge ou la délivrance de soins pour l IAS, à la différence de l infection nosocomiale qui garde son sens de «contracté dans un établissement de santé». Pour les infections de site opératoire, on considère habituellement comme associées aux soins les infections survenant dans les 30 jours suivant l intervention ou s il y a mise en place d une prothèse ou d un implant, ou d un matériel prothétique dans l année qui suit l intervention

2 Prévalence Modes de transmission d une IN Les agents en cause sont variés : bactéries, champignons, virus, parasites, ATNC Parmi les bactéries, les bacilles à Gram négatif représentent 60% et les cocci à Gram positif 30%. Le taux global de prévalence des IN est de 5,38% (enquête nationale de prévalence 2006) Ø Les sites infectieux les plus fréquents sont, selon un ordre décroissant : les infections urinaires les pneumopathies les infections du site opératoire les infections de la peau et des tissus mous Les infections nosocomiales peuvent être directement liées aux soins dispensés au patient : l infection sur cathéter ou simplement survenir lors de l hospitalisation, indépendamment de tout acte médical : une épidémie de grippe Les infections d origine «endogène» : A partir des propres micro-organismes du patient lors d un acte invasif et/ou en raison d une fragilité particulière Les infections d origine «exogène» : A partir des microorganismes du personnel, des autres patients (transmission croisée entre malades ou par les mains ou matériels des personnels), de 8 l environnement (surfaces, eau, air) Expositions aux risques infectieux liés aux soins Définition En plus du risque individuel du malade, la nature et la qualité des soins influent sur le risque d acquérir une infection nosocomiale. 1/ la chirurgie : le risque d ISO est inégale en fonction de la chirurgie et dépend du score NNIS (durée de l intervention et état général du patient : score ASA) 2/ les actes invasifs et les dispositifs invasifs (plus fréquents en réa) Endoscopie, cathétérisme, dialyse, sondage, intubation 3/ les traitements qui diminuant la résistance à l infection Corticothérapie, chimiothérapie, radiothérapie 4/ les défaillances dans l organisation et la qualité des soins Hygiène des mains défectueuse, désinfection insuffisante, antibiothérapie mal conduite, stérilisation insuffisante Maîtriser les risques ne signifie pas éliminer tous les risques mais consiste à définir la meilleure stratégie pour les prévenir ou pour faire face à leur conséquence 9 10 Critère 8g de la certification (PEP) Critère 8g de la certification (PEP)

3 Critère 8g de la certification (PEP) L approche a priori du risque Gestion des risques prévisibles d une activité : 1. Repérer les processus potentiellement à risques 2. Identifier les étapes dangereuses (personnes, biens) 3. Réduire l occurrence de ces risques par des actions de prévention visant à supprimer les causes ou la gravité par des actions de protection mises en oeuvre pour limiter les conséquences L audit : les étapes L audit : méthodologie Choix du thème : maitrise du risque infectieux Objectifs ü Permettre de dégager les points forts et les points faibles de l établissement dans la maitrise du risque infectieux ü Définir un plan d amélioration précis et spécifique à l établissement Choix d un référentiel : CCLIN Sud Ouest Méthodologie Recueil des données de mesure, Analyse des résultats, Elaboration des recommandations, Suivi (plan d actions), Evaluation Entretiens avec les membres de l EOH Questionnaires d auto-évaluation du personnel Utilisation d évaluation par observation directe des pratiques du personnel et du matériel utilisé L audit de qualité interne L audit de qualité interne 7 chapitres : Déroulement de l évaluation 1. L organisation de la lutte contre les IN, 2. Les activités de prévention des infections nosocomiales, 3. La gestion des dispositifs médicaux, 4. La gestion des risques liés à l environnement, 5. La gestion des circuits dans l établissement, 6. La prévention des accidents d exposition au sang, 7. La gestion du risque au bloc opératoire SERVICES AUDITES Médecine interne, Oncologie Néphrologie Urologie Réanimation Bloc opératoire

4 L audit de qualité interne Points forts Bonne intégration des correspondants d hygiènes Bonne connaissance de la gestion des BMR Appropriation des règles d hygiène Points à améliorer : Faiblesse des moyens humains de l Equipe Opérationnelle d Hygiène Signalement des IN non performante La formation des personnels aux techniques d hygiène (planification, traçabilité, évaluation, définition des objectifs) Guide des antiseptiques Réévaluation et formalisation des procédures Circuit des déchets Critère 8g de la certification (PEP) Politique de lutte contre les IAS PLAN STRATEGIQUE NATIONAL DE PREVENTION DES IAS FONCTIONS TRANSVERSALES Expertise, évaluation, recherche, formation, épidémiologie PLANS NATIONAUX TRANSVERSAUX : Préservation de l efficacité des antibiotiques Maitrise des BMR PROGRAMME NATIONAL DE PREVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES PROGRAMME NATIONAL DE PRÉVENTION DES IAS EN ÉTABLISSEMENTS MÉDICOSOCIAUX PLAN D ORIENTATION POUR L AMELIORATION DE LA PREVENTION DES IAS EN SOINS DE VILLE Programme national de lutte contre les IAS Politique de lutte contre les IAS Grandes orientations 1/ promouvoir une culture partagée de qualité et de sécurité des soins 2/ optimiser le recueil et l utilisation des données de surveillance 3/ anticiper et détecter l émergence d agents pathogènes à potentiel épidémique 4/ maintenir l usager au centre du dispositif 5/ améliorer l organisation du dispositif de PIN 6/ promouvoir la recherche sur les IN Programme de prévention des IN (PROPIN ) décret et arrêté du 15 mars 2010 de la direction générale de l offre de soins 5 objectifs nationaux quantifiés de résultats 15 objectifs locaux de moyens et processus Mise en œuvre progressive des objectifs à atteindre en 2012 et évalués en

5 PROPIN ( ) 5 objectifs nationaux quantifiés de résultats : 1. Incidence des bactériémies associées aux CVC en réanimation. 2. incidence des ISO 3. Incidence des AES DIMINUTION DE 1/4 4. Incidence des SARM 5. Incidence des ERG OBJECTIFS QUANTIFIES DE MOYENS ET DE PROCESSUS (1) - Utilisation d outils d aide à l observance des mesures de prévention des infections associées à des dispositifs invasifs (sondes urinaires, CVC, VVP) - Mise en place de méthode d analyse des causes lors de la survenue d un évènement infectieux grave (RMM, enquêtes lors d épidémies) - Mise en place de protocoles et évaluation (audit, surveillance des prescriptions, formation) : ü Prescription d antibiotiques ü Prise en charge en urgence des AES ü ü OBJECTIFS QUANTIFIES DE MOYENS ET DE PROCESSUS (2) Mise en place d un Plan local : En cas de phénomène infectieux à haut risque épidémique Maitrise des BMR adaptée à l activité de l établissement Signalements internes et externes Protocoles, formation, participation à l ENP 2012 Surveillances : - Couverture vaccinale de la grippe, la coqueluche, l hépatite B. - Suivi des infections du site opératoire dans le système d information de l établissement Il comprend : Plan local de maîtrise des BMR (1) - L organisation du système de surveillance continue des BMR intégré au système de repérage des IAS - L élaboration d une politique de prélèvement et de dépistage des BMR - La détermination des conduites à tenir en termes d isolement géographique et technique - La mise en place d un circuit d information entre le laboratoire de microbiologie et les services cliniques Plan local de maîtrise des BMR (2) Organisation - La définition des modalités de signalisation des patient porteur de BMR dans les services - Le contrôle renforcé sur l application des précautions standard et complémentaires - La définition des précautions spécifiques pour les transferts internes et externes aux établissements de santé - La formation du personnel soignant à l application du plan local - La Coordination du plan local de maitrise des BMR avec la politique locale de bon usage des antibiotiques Direction de l ES DQGR/ EOH Correspondants : médicaux et paramédicaux Responsable antibiothérapie Responsable du signalement CLIN / COMAI CME

6 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Aout Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Plan d action Critère 8g de la certification (PEP) Formations Audits Enquêtes Surveillances Environnementales (eau, air, surfaces) Bionettoyage Précautions standard Désinfection chirurgicale des mains / FHA Hygiène des mains / FHA Tri des déchets Prévention des IN Bloc / Dispositifs Invasifs (ISO) Tri des déchets Aiguilles de PAC ISSA Endoscopes ATB un jour donné Hygiène des mains VVP Sonde urinaire Précautions standard Enquête nationale de prévalence UHH Enquêtes épidémiologiques ponctuelles UHH Suivi BMR UHH EP BMR CCLIN INCISO 2012 CCLIN REA RAISIN CCLIN AES CCLIN - BMR CCLIN Dialin CCLIN Antibiotique Informatisation du signalement La problématique : 1. Problèmes important dans le signalement (Faibles Nbr.) 2. Problèmes aux traitements des données (Manuels) 3. Problème de lisibilité de l information Le signalement : la législation Loi du 9 août 2004 article L du CSP : «Tout professionnel ou établissement de santé ayant constaté une infection nosocomiale ou tout autre événement indésirable grave lié à des soins réalisés lors d'investigations, de traitements ou d'actions de prévention doit en faire la déclaration à l'autorité administrative compétente» Décret n du 26/07/2001 : décrit la nature des infections nosocomiales soumises à signalement, les conditions de recueil des informations et les modalités de leur signalement Circulaire DHOS\E2 - DGS\SD5C N 2001/383 du 30 juillet 2001 relative au signalement des infections nosocomiales et à l'information des patients en matière d'infection nosocomiale dans les établissements de santé. Circulaire du 22/01/2004 : précise les recommandations aux établissements de santé et aux DDASS sur les critères de signalement, l'organisation interne des établissements de santé et le rôle des intervenants extérieurs dans le dispositif de signalement. Instruction 13/02/2012 : porte à la connaissance des établissements de santé, des ARS, et des CClin et de leurs Arlin, les nouvelles modalités de signalement externe des infections nosocomiales. Elle précise qu'à partir du 1er mars 2012, le signalement des IN doit être réalisé par les établissements de santé exclusivement au moyen de l'application e-sin Le signalement interne des IN Le signalement interne des IN Sous la responsabilité des correspondants médicaux d hygiène Procédure de signalement dans les services et sur le réseau intranet Liste des critères de signalement des infections nosocomiales (IN) Remplir la fiche de signalement et la faire parvenir à l EOH Ecrire sur le compte rendu d hospitalisation : Présence de BMR oui non Infection nosocomial oui non Codage U 88 pour les BMR Y 95 pour les Infections nosocomiales Z29 isolement du patient BMR un objectif d'information et de sensibilisation Le praticien en hygiène, pour pouvoir signaler en externe des évènements sentinelles ou des épidémies, doit être informé des infections nosocomiales survenant dans les services. Le C CLIN Paris Nord recommande de s'appuyer sur un réseau de correspondants médicaux dans les services. Ces correspondants devront être formés

7 Le signalement interne des IN Le signalement interne des IN - Le patient doit être systématiquement informé à l'entrée sur les risques d'infection nosocomiale. - Une information adaptée à chaque patient et à son état de santé doit être faite lors d'un entretien individuel. - Le médecin en charge du patient doit l'informer qu'il a contracté une IN, qui a, le cas échéant, fait l'objet d'un signalement anonyme. Ces informations doivent figurer dans le dossier médical du patient. - Lors d'une exposition établie de plusieurs patients au même risque infectieux, les praticiens concernés, avec l'aide du CLIN et de l'équipe d'hygiène, déterminent, en liaison avec la direction de l'établissement, la stratégie d'information, et, le cas échéant, de suivi des patients, mis en œuvre par l'établissement. Mise en place du système de déclaration interne. Basé sur les correspondants médicaux en hygiène dans chaque service, dont l'activité doit être valorisée au niveau de l'établissement. - Ils peuvent effectuer une première sélection des infections à signaler. - Ils peuvent tenir un registre des IN survenant dans leur service - Des réunions avec l'équipe d'hygiène peuvent être organisées Le signalement externe des IN Objectifs Circuit du signalement Constatation / Information suspicion d un médecin responsable du service cas médecin, pharmacien, Validation des critères de signalement chirurgien-dentiste, sage-femme EOHH personnel paramédical Professionnel Information responsable du signalement Le médecin du service qui (+suppléant) informe le patient président CLIN Communication Signalement externe nb annuel / bilan CLIN ARS --> InVs C.CLIN Aux niveaux local et régional : Alerter les autorités sanitaires et les CCLIN lorsque des risques de transmission existent, afin de : ü mener des investigations à la recherche de l origine de l infection ü mettre en place les mesures correctives nécessaires Au niveau national : Suivre et analyser l évolution d événements pouvant conduire l autorité sanitaire à proposer des mesures ou à diffuser des recommandations nationales Le signalement externe Le signalement externe Voies du signalement externe papier Les modalités de signalement papier (Procédure dégradée) signalement réalisé par le responsable ou le responsable suppléant Etablissement de Santé

8 Le signalement externe Le signalement externe Formulaire : Page Le signalement externe Le signalement externe Formulaire : Page Le signalement externe Le signalement externe

9 Le signalement externe Les modalités de signalement électronique signalement e-sin réalisé par le responsable ou le responsable suppléant Le signalement externe Voies du signalement externe via e-sin Etablissement de Santé ARLIN Agence Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Site de signalement de l INVS :

10

11 XXX XXX XXX XXX XXX XXX XXX XXX XXX XXX Pour information Pour suivi Pour action Les bactéries multi-résistantes BMR nécessitant la mise en place des PS et PCC (Recommandations de la SFHH Sept 2010) SARM Entérobactéries BLSE Entérobactéries productrices de carbapénèmases Pseudomonas aeruginosa BLSE Pseudomonas aeruginosa producteur de carbapénèmases A. baumanii résistant à l IMP (ABRI) A. baumanii ne restant sensible qu à l IMP P. Aeruginosa avec une résistance à l IMP associée à d autres résistances P. Aeruginosa résistant à la ceftazidime Entérocoques Résistants aux Glycopeptides (ERG) et le C. difficile

12 Plan local de maîtrise des BMRE Bactéries concernées Entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC) Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Bacille à Gram négatif non-fermentant résistant à l imipénème ABRI P. aeruginosa producteur de carbapénémase Circulaire N DGS/DUS/CORRUSS/2012/188 du 9 mai 2012 relative à l organisation des rapatriements sanitaires vers la France de patients porteurs de maladies transmissibles nécessitant un isolement ou de bactéries multi-résistantes (BMR). BMRE : bactéries multi résistantes émergentes = BHR : bactéries hautement résistantes ü Hautement transmissible ü Hautement résistante Plan local de maîtrise des BMRE Textes et circulaires Circulaire N DGS/DUS/CORRUSS/2012/188 du 9 mai 2012 relative à l organisation des rapatriements sanitaires vers la France de patients porteurs de maladies transmissibles nécessitant un isolement ou de bactéries multirésistantes (BMR). Instruction N DGS/DUS/RI/2011/224 du 26 aout 2011 relative aux mesures de contrôle des entérobactéries productrices de carbapénèmases Circulaire n DGS/RI/DGOS/PF/2010/413 du 6 décembre 2010 relative à la mise en oeuvre de mesure de contrôles des cas importés d entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC) HCSP. Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger, recommandations, 2ème version, novembre 2010 Circulaire N DGS/DHOS/DGAS/2009/264 du 19 août 2009 relative à la mise en oeuvre du plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins Les grands axes du plan local Identification du risque de BHR Identifier Maîtriser Signaler Patients rapatriés d un établissement de santé étranger ayant des antécédents récents (dans l année) d hospitalisation à l étranger Entrée par transfert d un autre établissement de santé ü d un patient suspect d EPC/ERG ü d un patient porteur d EPC/ERG Identification au cours de l hospitalisation ü d un patient porteur d EPC/ERG Maîtriser le risque Signaler Circuit du patient suspect ou porteur de BMRE Conduite à tenir si un cas positif A partir de deux cas d une même BMRE dans le même service, c est une épidémie : conduite à tenir à planifier (gestion des crises) Dès qu il en a connaissance, le service de biologie et/ou le service clinique signalent à l EOH, tous les cas suspects ou avérés de BMRE Dès l identification de la BMRE, ü le responsable du signalement effectuent le signalement externe par e-sin. ü Une cellule de crise est mise en route

13 Circuit du patient Organisation des soins Accueillir le patient rapatrié ou suspect ou porteur de BHR dans le service de soins, sans passage au service des urgences Accueillir le patient en chambre individuelle avec SAS : 2 chambres contigües (une pour le patient l autre pour l habillage du personnel soignant) Informer le patient Informer l EOH Notifier dans le dossier médical la notion de rapatriement ou de portage de bactérie multi-résistante et les mesures appliquées Appliquer immédiatement les précautions standard + précautions complémentaires contact (PCC) avec isolement Effectuer pour la recherche de BMRE un écouvillonnage rectal (l écouvillon doit être teinté) ou une coproculture et un écouvillonnage nasal à la recherche de SARM associé Lever les précautions si le résultat du dépistage est négatif Si le résultat du dépistage est positif (BMRE): Conduite à tenir devant un cas de BMRE Etape 1 Alerter le DQGR (l appui de la chefferie de l hôpital est indispensable pour l organisation des mesures à prendre) L EOH organise avec le service, le dépistage de tous les patients contact c'est-à-dire ayant partagé le même personnel soignant Arrêter les transferts du patient index et de ces contacts vers d autres unités, services ou établissements afin de limiter la diffusion Limiter les admissions dans l unité aux seules urgences qui ne peuvent être orientées vers d autres unités ou établissements. Après trois prélèvements de dépistage négatifs, réalisés à une semaine d intervalle, les patients contact deviennent des patients standard. 75 Conduite à tenir devant un cas de BMRE Etape 2 Renforcer le bio-nettoyage quotidien de l environnement du porteur Poursuivre l isolement en chambre individuelle avec SAS Mise en place d une gestion des excrétats du porteur et des patients contact Le service établira la liste des patients contact déjà transférés et du lieu de leur transfert. L EOH contactera les services d accueil de ces patients contact pour : ü Les mettre en chambre individuelle et PCC ü Les dépister ü Définir avec le référent infectieux le traitement antibiotique le plus adapté au profil de résistance de la souche impliquée en cas de survenue d infections. 76 Conduite à tenir devant un cas de BMRE Informatisation du signalement Etape 3 Pour le patient porteur Limiter le transfert vers d autres unités, services, établissements Favoriser les sorties à domicile Informer le patient et son médecin traitant de son statut de patient porteur de bactérie hautement résistante. Ce statut doit être communiqué aux équipes soignantes dès l admission lors d une ré-hospitalisation. 77 Les objectifs : 1. Signalement semi-automatisé et complètement informatisé 2. Traitement informatique des données 3. Systématisation des requêtes avec les indicateurs (Incidences) 78 13

14 Informatisation du signalement Informatisation du signalement Système Informatisé d Aide à la Déclaration des Infections Nosocomiales (SIADIN) Le calendrier du déploiement : 30 avril 2012 Mise en place opérationnelle HIA VDG 06 mars 2012 CLIN Présentation Hygiciel / Formulaire 14 février 2012 Staff QGR Présentation indicateur / Hygiciel / Formulaire Hygiciel Opérationel 30 décembre 2011 Formation / Test formulaire sur la Cardio./Chir. Création d indicateur / Hygiciel / Formulaire Hygiciel sur Amadeus ICÔNE Septembre Octobre Novembre Décembre Evaluation des Indicateurs / Hygiciel Réalisation des Indicateurs / Hygiciel Evaluation des fiches et du signalement Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Aout Phase II Phase 0 «Papier» «Toute informatique» 80 Informatisation du signalement Informatisation du signalement L étape de Formation : Habilitation des personnels formés : Référentiel 1H A Contenu 1 Pourquoi signaler les infections? 2 Qu'est-ce qu une IN? 3 Quand et comment signaler une infection? 4 Quelles données préalables au signalement? 5 Savoir utiliser le Module de signalement. 1H 1H B C 6 Interpréter les Indicateurs du tableau de bord. 1 Savoir vérifier/compléter une fiche de signalement. 2 Savoir utiliser le module de vérification. 3 Formuler une conclusion. 4 Utiliser les indicateurs standards/tableau de bord. 1 Savoir valider une fiche et une conclusion. 2 Utiliser le module de validation 3 Savoir utiliser les requêtes. 4 Créer/Modifier/Valider les indicateurs Informatisation du signalement Informatisation du signalement Organisation 1 2 Antécédents ICÔNE ICÔNE Conduites à tenir / Résultats? "!! 3? ICÔNE Hospitalisation à risque Pas hospitalisation Autres Services Hospitalisation à l étranger ou RAPASAN Hospitalisation - Réanimation - SSR - Long séjour - INI Porteur BHR Porteur BMR Oui - Pas d isolement (Dépistage voir protocole) BMR et BHR Isolement + dépistage BMR + BHR + Oui Oui Isolement «Chambre sas» + Équipe dédiée Oui Oui Isolement Levée de l isolement Cf. Porteur BMR Cf. Porteur BHR Signalement EOH Signalement EOH Signalement EOH Signalement EOH Patient Contact BHR Oui Oui Suspicion de BHR : Isolement + Dépistage + Cohorting +/- Équipe dédiée Signalement EOH Levée de 3 prélèvements négatifs (J0-J7-J15) BHR - l isolement Au moins 1 Prélèvement Positif BHR + Cf. Porteur BHR Admission Hospitalisation

15 Critère 8g de la certification (PEP) Les indicateurs du tableau de bord des IN Outils de pilotage de la qualité et de la sécurité des soins Objectifs - Suivi dans le temps (mesure des actions et des résultats des ES) - Comparaisons inter-établissements - Facteur d amélioration de la qualité et de la sécurité des Soins - Information des usagers - Améliorer les pratiques professionnelles - Orientation des politiques des pouvoirs publics (certification HAS) Les indicateurs du tableau de bord des IN 2010 Les indicateurs du tableau de bord des IN 2011 Recueil en 2012 ICALIN Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales ICSHA Indicateur de volume de Produit hydro-alcoolique consommé SURVISO Indicateur d'une réalisation d'une surveillance des infections du site opératoire ICATB Consommation des antibiotiques Score agrégé (à partir des indicateurs ci-dessus) SARM Indicateur d'incidence de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline pour 1000 jours d hospitalisation ICALIN 2 Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales version 2 ICSHA 2 Indicateur de volume de solution hydro-alcoolique consommé version 2 ICA-LISO Indicateur composite de lutte contre les infections du site opératoire (remplace SURVISO) ICA-BMR Indicateur composite de maîtrise de la diffusion des bactéries multi résistantes aux antibiotiques ICATB indicateur composite de bon usage des antibiotiques Score agrégé (à partir des indicateurs ci-dessus) Indice SARM Taux triennal de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline et tendance annuelle Les indicateurs du tableau de bord des IN 2011 Recueil en 2012 Les indicateurs du tableau de bord des IN 2011 Recueil en 2012 Instruction N DGOS/PF2/2012/101 du 1er mars 2012 relative à la simulation de calcul des trois nouveaux indicateurs du tableau de bord des IN Arrêté du 20 mars 2012 relatif au bilan annuel des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé ICALIN 2 Prise en compte : - De l organisation, - Des moyens et des actions mises en oeuvre - Du nouveau rôle des instances dans la politique de lutte contre les infections nosocomiales - De l organisation du travail entre l équipe opérationnelle d hygiène et le coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins. 89 Instruction N DGOS/PF2/2012/101 du 1er mars 2012 relative à la simulation de calcul des trois nouveaux indicateurs du tableau de bord des IN Arrêté du 20 mars 2012 relatif au bilan annuel des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé ICA-LISO Prise en compte : - De l organisation, des moyens et des actions mises en œuvre pour la prévention des infections du site opératoire - Renforcement de la communication interne des résultats de la surveillance vers les professionnels impliqués dans la prise en charge des opérés - Utilisation de Check liste au bloc opératoire - Actualisation des protocoles - Evaluation des pratiques 90 15

16 S S S S Cardiologie Chirurgie 5 Clinique Médicale Néphrologie 4 Neurochirurgie Neurologie 3 O. R. L. Ophtalmologie 2 Psychiatrie Radiothérapie Urologie1 0 S S S S Cardiologie Chirurgie Clinique Médicale Néphrologie Neurochirurgie Neurologie O. R. L. Ophtalmologie Psychiatrie Radiothérapie Urologie Les indicateurs du tableau de bord des IN 2011 Recueil en 2012 Evolution du tableau de bord des IN Instruction N DGOS/PF2/2012/101 du 1er mars 2012 relative à la simulation de calcul des trois nouveaux indicateurs du tableau de bord des IN Arrêté du 20 mars 2012 relatif au bilan annuel des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé ICA-BMR Prise en compte : - De l organisation, des moyens et des actions mises en œuvre pour la maîtrise des BMR (priorité nationale) -Son analyse, notamment au regard de l indice SARM et de l indicateur composite de bon usage des antibiotiques permettra à l établissement de définir des actions pour la maîtrise de la diffusion des BMR ICALIN A A A A A A ICSHA C B A A A A SURVISO 2/5 SERVICES 2/5 SERVICES 2/5 SERVICES 2/5 SERVICES 2/5 SERVICES 2/5 SERVICES ICATB - B A A B A SCORE AGREGE SARM B A (94) A (92) A (90.5) A (94) 0.7 (pour 1000 JH) 0.71 (pour 1000 JH) 0.66 (pour 1000 JH) 0.56 (pour 1000 JH) 92 4/5 SERVICES 0.31 (pour 1000 JH) Les Indicateurs Les Indicateurs La définition principale : Nbre d' infection nosocomiales X IncidenceX = 1000 N bre de journées d' hospitalisation Courbes d incidence Bactériémies nosocomiales Infections Liées Cathéters Exploitée pour d infection nosocomiales : 1. Infections nosocomiales 2. Bactériémies nosocomiales 3. Infections liées aux cathéters Conclusion Critère 8g : note A Amélioration du signalement par l informatisation Analyse d indicateurs pertinents permettra l amélioration continue de la qualité Formation du personnel reste un challenge Nécessité de l acquisition par le plus grand nombre d une culture qualité dans les ES 95 16

La lutte contre les infections nosocomiales en France

La lutte contre les infections nosocomiales en France La lutte contre les infections nosocomiales en France Programmes de lutte contre les infections nosocomiales 2009/2013 Circulaire N DHOS/DGS/E 2/RI/2009/272 du 26 août 2009 1 Hôpitaux Hygiène des mains

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Des BMR aux BHR Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Les enjeux Pas de nouvelles molécules antibiotiques Des malades de plus en plus fragiles Des actes de plus en plus invasifs

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 Hygiène hospitalière QUIZZ Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 QUIZZ 1 Un patient revient 10 mois après une intervention pour une prothèse de genou dans le cadre d une infection

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N.

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. C.T.I.N. B. Branger C.CLIN-Ouest 5 mars 2002 1 Organisation nationale! Création des CLIN " En 1988 (établissements publics)

Plus en détail

Service d Hygid Présentation

Service d Hygid Présentation Prévention des Infections Nosocomiales Service d Hygid Hygiène Hospitalière Présentation Rubrique : Prévention et surveillance des Infections Nosocomiales sous l Onglet l : Qualité/Risques Service d Hygiène

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 La prévention des infections associées aux soins est un sujet complexe

Plus en détail

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire?

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire? 8 e rencontre régionale destinée aux représentants des usagers des établissements de santé et aux associations d usagers de Picardie Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Catherine PAYET BONNEFOND Cécile MOURLAN ARLIN Réunion/Mayotte Lyon SF2H 2011 1 Présentation La Réunion : DOM

Plus en détail

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim.

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. A. Les politiques 1) La politique qualité Les démarches d évaluation et d amélioration continues de la

Plus en détail

Le dispositif de recours à des indicateurs de qualité et de sécurité des soins

Le dispositif de recours à des indicateurs de qualité et de sécurité des soins 1 Un contexte exigeant Le dispositif de recours à des indicateurs de qualité et de sécurité des soins Afin de répondre à la demande des usagers, le ministère chargé de la santé et la haute autorité de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Journée de printemps 12 mars 2012

Journée de printemps 12 mars 2012 Journée de printemps 12 mars 2012 EHPAD 2 Il n est plus obligatoire pour fin déc. 2012. Action à inscrire dans le cadre de l évaluation interne. Document d Analyse du Risque Infectieux (DARI) Manuel national

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

20 indicateurs de qualité et sécurité des soins obligatoires pour 2014. Jean Christophe DELAROZIERE

20 indicateurs de qualité et sécurité des soins obligatoires pour 2014. Jean Christophe DELAROZIERE 20 indicateurs de qualité et sécurité des soins obligatoires pour 2014 Jean Christophe DELAROZIERE Introduction Liste définitive contenue dans l arrêté du 11 février 2014. Cette liste comprend : 5 indicateurs

Plus en détail

Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 2006-2009

Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 2006-2009 Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 6-9 Jean Christophe DELAROZIERE ARLIN PACA, Marseille jean-christophe.delaroziere@ap-hm.fr A partir de 4, un tableau de bord des

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003)

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Bruno Grandbastien (SFHH, C-CLIN Paris-Nord et CHRU de Lille) Contexte Importance des infections du site opératoire

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance de l offre de soins Bureau de la qualité et de la sécurité des soins

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES JOURNÉE RÉGIONALE DE FORMATION EN HYGIÈNE HOSPITALIÈRE Lorient Mercredi 27 mars 2013 TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Actualités & perspectives Dr Grégory EMERY Bureau Qualité et sécurité des

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Les outils du GREPHH : la liste s allonge Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Delphine Verjat-Trannoy et Danièle Landriu CClin Paris-Nord Réunion sur la prévention du risque infectieux

Plus en détail

Indicateurs qualité et réseaux de santé

Indicateurs qualité et réseaux de santé Indicateurs qualité et réseaux de santé Prof Vendittelli F, prof Lémery D, Mme Belgacem B, prof Gerbaud L. CHU de Clermont-Ferrand ; Réseau de Santé Périnatale d Auvergne ; Université d Auvergne-PEPRADE

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Dossier d habilitation, de renouvellement et de bilan Diplôme d Université. I - Fiche d identité de la formation

Dossier d habilitation, de renouvellement et de bilan Diplôme d Université. I - Fiche d identité de la formation Dossier d habilitation, de renouvellement et de bilan Diplôme d Université Intitulé : Domaine : Niveau du diplôme : Niveau requis : Durée de la formation : Formation diplômante : Diplôme Inter-Universitaire

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX : INFORMER

LE RISQUE INFECTIEUX : INFORMER Bienvenue à tous! 1 LE RISQUE INFECTIEUX : INFORMER POUR PRÉVENIR Nicole JEZEQUEL : Cadre Supérieur de Santé, Hygiéniste Centre hospitalier Le Valmont Nathalie ARMAND : Pharmacien Hygiéniste Centre Hospitalier

Plus en détail

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Management d une équipe de bio nettoyage

Management d une équipe de bio nettoyage 9 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Jeudi 19 septembre 2013 - Noyon Management d une équipe de bio nettoyage Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé hygiéniste Le bio

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 Programme d actions 2013 - Poursuivre la démarche qualité : amélioration continue de la qualité et de la - sécurité des soins - Prévention, gestion des risques associés

Plus en détail

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Dr Karine BLANCKAERT Médecin Coordonateur Antenne Régionale Nord-Pas de Calais de lutte contre les Infections Nosocomiales CHRU de

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E2/DGS/RI3/2007/231

CIRCULAIRE N DHOS/E2/DGS/RI3/2007/231 Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Ss-direction : de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé Bureau :

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD. SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014

STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD. SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014 STRATÉGIE ET ORGANISATION DE LA PRÉVENTION DES IAS EN EHPAD SAINTE-CROIX Daniel ARBOGAST Marie-Christine ARLIN le 06/11/ 2014 PLAN DE L INTERVENTION PRÉSENTATION DU CONTEXTE ANALYSE DE L EXISTANT STRATÉGIE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un but Une foi ----------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION Direction des Établissements de Santé FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES Les CLIN

Plus en détail

Surveillance. REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry

Surveillance. REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry http://nosobase.chulyon.fr/recommandations/2011_ehpad_cclin_version2_13_12_11.pdf REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry E P H R Les EHPAD, MAS et FAM ne seront pas obligés de réaliser leur DARI avant

Plus en détail

EVOLUTION DU TABLEAU DE BORD DES IN : pistes de réflexionr

EVOLUTION DU TABLEAU DE BORD DES IN : pistes de réflexionr EVOLUTION DU TABLEAU DE BORD DES IN : pistes de réflexionr Journées des praticiens en HH du CCLIN-Paris Nord PARIS - 16/12/08 CONTEXTE NATIONAL DU TABLEAU DE BORD DES IN Les 5 caractéristiques ristiques

Plus en détail

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN Audit Régional en endoscopie 2008 Antenne Régionale CCLIN-FELIN Organisation Régionale de l audit Développement de l activité endoscopie Evolution de la législation Alertes matériovigilance EVALUATION

Plus en détail

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Pourquoi les EHPAD? Image : Le Figaro 2 Dépendance = Chantier Prioritaire 3 Lutte contre les IAS Soins de Ville Et. de de

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 Annexe 4 ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 ICALIN.2 reflète l organisation, les moyens et les actions mis en place pour lutter contre les infections

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P.

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P. ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY Route de Lyon B.P. 5 25440 QUINGEY Juin 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Journées APHAL 24 Avril 2012 Un contexte complexe : 55 domaines de risques Sécurité d utilisation des produits et vigilance

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr «patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr Préambule La méthode du patient-traceur analyse de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont de son hospitalisation jusqu à l aval,

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE 03.10.08 Mme Payan Hygiène HYGIENE HOSPITALIERE I)L'infection nosocomiale 1)Définition et caractéristiques 2)Les principales infections nosocomiales 3)La chaîne épidémiologique a)facteurs favorisants b)modes

Plus en détail

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais. Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

Propias 2015. Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins

Propias 2015. Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins Propias 2015 Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail 2004

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Plan stratégique national des Infections Associées aux Soins (IAS) 2009-2013

Plan stratégique national des Infections Associées aux Soins (IAS) 2009-2013 1 Plan stratégique national des Infections Associées aux Soins (IAS) 2009-2013 Etendre la prévention des phénomènes infectieux à tous les secteurs de soins Etablissements de santé Etablissements médico-sociaux

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE Dr. L. SIMON, Praticien Hospitalier coordonnateur CClin Est, Nancy 29 èmes Journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE, 25 mai 2012

Plus en détail

RIPHH Nord Septembre 2012. Dialyse

RIPHH Nord Septembre 2012. Dialyse RIPHH Nord Septembre 2012 Dialyse Arrêté du 22 juin 2012 portant dérogation à titre exceptionnel de certaines dispositions de l'arrêté du 25 avril 2005 relatif aux locaux, matériels techniques et dispositifs

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Yann MALLET, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY 1ère journée de l Association de Lutte

Plus en détail