Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge :"

Transcription

1 TECHNIQUE Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge : bilan de 16 ans de surveillance par la filière RÉSUMÉ Sous l égide du SYNALAF, une surveillance de la qualité microbiologique des poulets label rouge est mise en œuvre depuis. Ce plan de surveillance qui s intéresse au dénombrement de la Flore aérobie mésophile, de Pseudomonas, des coliformes themotolérants, de Staphylococcus aureus et à la recherche de Salmonella, a permis de montrer une réelle progression des résultats enregistrés entre et. Plusieurs facteurs peuvent expliquer l évolution favorable de la contamination microbiologique de ces denrées : l évolution de la technologie d abattage, du soin apporté au nettoyage et à la désinfection des outils, la mise en place d un guide de bonnes pratiques unanimement respecté par la filière depuis. Concernant les Salmonelles, les efforts de la filière pour éradiquer les principaux sérovars importants en santé publique à l étage reproducteur, la mise en place d une réglementation sur ceux-ci en et la technique et la durée d élevage différentes en poulet label expliquent en grande partie les résultats obtenus. La quasi-éradication des Salmonelles est désormais obtenue en filière poulet label rouge (99,5 % d échantillons de peau de cou négatifs en ). Gilles SALVAT (1), Agnès LASZCZYK- LEGENDRE (2), Marie CUENOT (2) (1) AFSSA Ploufragan/Plouzané BP PLOUFRAGAN (2) SYNALAF 31bis Av. du Maréchal de Lattre de Tassigny VILLECRESNES Contact : 1. Introduction La qualité microbiologique des volailles de chair sous Label Rouge fait l objet d un plan de surveillance volontaire coordonné par le SYNALAF (Syndicat National des Labels Avicoles de France) depuis pour les carcasses de poulets entiers et depuis pour les pièces de découpes de poulets label rouge (escalopes puis escalopes et cuisses). En effet, l hygiène tout au long de la filière de production et la qualité microbiologique des produits est l un des éléments majeurs du cahier des charges de la filière volailles de chair Label Rouge. Ainsi en mars, la filière s est dotée d un guide qui impose à tous les abattoirs le respect de règles de bonnes pratiques. Ce guide sert de base aux organismes certificateurs de volailles Label Rouge pour surveiller l application des pré-requis dans les abattoirs préparant des volailles sous Label. Cet article se propose de faire le bilan de ces 16 années de surveillance et de mettre en exergue les grandes tendances dans l évolution de la contamination des volailles produites sous label rouge depuis cette date. 2. Matériel et méthodes 2.1. Plan d échantillonnage Pour les carcasses et les produits de découpe de poulets sous Label Rouge, 3 contrôles bactériologiques par trimestre et par atelier, dont au moins un réalisé par l Organisme Certificateur sont mis en œuvre. Chaque contrôle comprend 5 échantillons analysés individuellement. Chaque abattoir réalise donc au minimum 60 analyses par an Prélèvement des échantillons Les prélèvements sont réalisés sur 5 carcasses issues d une seule journée de production. Chacun des 5 échantillons étant prélevé par excision de la peau du cou (carcasses entières), de muscle seul (découpe sans peau) ou de muscle avec peau [ 12 ] TeMA nº 7 - juillet/août/septembre 2008

2 (découpe avec peau) (5 à 10 g dans tous les cas) à l aide d une pince et d un scalpel stérile. Si les échantillons peuvent être traités par le laboratoire dans la journée de prélèvement, ils doivent être collectés individuellement dans un sac de polyéthylène stérile fermé par un système étanche, et être transportés sous le régime du froid (+4 C). Si les échantillons ne peuvent être traités le jour même, ils doivent être collectés individuellement dans un flacon contenant 90 ml de tryptone-sel et impérativement être conservés à 0 C/+2 C, afin de limiter au maximum la multiplication de la flore psychrotrophe. Dans tous les cas, le délai d acheminement vers le laboratoire est au maximum de 24 heures. Chacun des 5 échantillons fait l objet d une analyse individuelle Méthodes d analyse bactériologiques Directive générale pour les examens microbiologiques (NF ISO : indice de classement : V ) Règles générales pour la préparation des dilutions en vue de l examen microbiologique (NF V ) Traitement de l échantillon (d après la norme AFNOR NF V ) Les échantillons transportés sous le régime du froid sont dilués au 1/10 e dans du tryptone sel, puis chaque échantillon est homogénéisé 2 mn dans un Stomacher 400 (échantillons de peau de cou ou de muscle avec ou sans peau). *Dénombrements Les flores suivantes sont dénombrées par ensemencement de la dilution appropriée : flore aérobie mésophile totale : d après la méthode AFNOR NF V , Pseudomonas : d après la méthode AFNOR NF V , Coliformes thermotolérants : d après la méthode AFNOR NF V , Staphylocoques présumés pathogènes : d après la méthode AFNOR NF V , Salmonella : la méthode AFNOR V est utilisée Interprétation des résultats Les résultats d analyses sont interprétés selon les critères mentionnés dans le Guide de bonnes pratiques relatif à l abattage et la découpe de poulets Label Rouge (Synalaf, ). L interprétation des résultats des 5 analyses se fait selon le plan à trois classes (n = 5, c = 2) de l arrêté ministériel du 21 décembre 1979 pour toutes les flores dénombrées (Jouve, ). Soit m le critère microbiologique retenu : m = valeur de la spécification pour les analyses réalisées à la sortie de l usine. Le plan d interprétation à 3 classes défini 3 classes de contamination : celle inférieure au critère m, celle comprise entre le critère m et le seuil M (avec M = 10 m), celle supérieure au seuil M. Sont considérés comme satisfaisant et notés, tous les lots dont les 5 échantillons ont donnés des valeurs inférieures à 3 m pour tous les dénombrements réalisés. Sont considérés comme acceptables et notés, les lots dont 3 échantillons au moins ont donné des résultats inférieurs à 3 m et 2 résultats au maximum compris entre 3 m et M. Sont considérés comme non satisfaisants et notés, les lots dont plus de deux échantillons ont donné des résultats supérieurs à 3 m, ou ceux dont un échantillon au moins a donné des résultats supérieurs à M. Tableau 1 Critères microbiologiques applicables aux productions de poulets élevés sous label rouge (Synalaf, ). F.A.M. Pseudo Coliformes S. aureus Salmonella monas thermo-tolérants Standard Carcasse Spécification Abs.* dans 1 g de peau Standard Découpe avec peau Spécification Abs.* dans 1 g de peau Standard Découpe sans peau Spécification Abs.* dans 1 g *Abs. dans 1g = absence de Salmonelle dans 1g de peau ou de muscle prélevés sans cautérisation. 3. Résultats, Discussion Les résultats du plan de surveillance mis en œuvre par le SYNALAF depuis sont présentés dans les tableaux 2 et 3 et sur les figures 1 à 11. Les résultats des dénombrements enregistrés sur les flores indicatrices d hygiène de l abattage ou de pathogènes (FAM, Pseudomonas, Coliformes, Staphylocoques) montrent une amélioration régulière des résultats obtenus par les abattoirs depuis, même si les niveaux de contamination au démarrage de ce plan de surveillance restaient satisfaisants par rapport à ceux obtenus lors d autres enquêtes dans d autres productions à la même période (Salvat et al., ; Salvat et al., ). Plus généralement, la gestion de l hygiène dans les outils d abattage a évolué dans un sens positif avec une augmentation marquée du nombre de résultats enregistrés en classe 1 et 2 sur la période considérée. De même, un déplacement des résultats bactériologiques de la classe 2 vers la classe 1 est également noté pour l ensemble des flores, même s il est moins marqué pour les Pseudomonas, qui restent le principal problème d altération des carcasses de volailles et la cause majeure de non conformité des viandes de poulet label. Cette évolution favorable est notée de la même façon pour les produits de découpe même si la progression est moins marquée du fait d un niveau initial plus satisfaisant des produits sans peau, qui sont naturellement moins exposés à la contamination que les carcasses entières. Ce gain de qualité microbiologique des produits de volailles au cours de cette longue période d observation peut être attribué à plusieurs facteurs : TeMA nº 7 - juillet/août/septembre 2008 [ 13 ]

3 TECHNIQUE une évolution progressive de la technologie d abattage vers une plus grande automatisation des process. Cette automatisation a entraîné une moindre souillure de la peau des volailles par contact avec des surfaces contaminées ou avec le contenu des intestins. par ailleurs, la fréquence et la qualité du nettoyage et de la désinfection des outils ont régulièrement progressé sur la période considérée. enfin, dès, les abatteurs de volailles sous label rouge se sont dotés d un guide de bonnes pratiques d hygiène dont le respect a très certainement contribué à l amélioration globale de la qualité des produits de volailles Label Rouge (Synalaf, ). Concernant l évolution de la contamination des carcasses et viandes de poulets label rouge par Salmonella au cours de la période de surveillance considérée, on peut constater une relative stabilité de à puis une diminution très marquée à partir de. Les % de contamination des premières années de surveillance sont à comparer à la situation dans d autres productions avicoles françaises au cours de la même période qui présentaient des taux de contamination beaucoup plus élevés (Salvat, et al.,, ). En effet les enquêtes conduites en et (Salvat et al., ) sur la contamination des poulets de chair par Salmonella (12 abattoirs français, 2 visites par abattoir) faisaient état de 52 % de carcasses positives pour le poulet standard (âge d abattage moyen 42 jours) et 85 % pour le poulet destiné à l exportation (âge d abattage moyen 37 jours) contre 9 % dans la présente enquête pour les poulets label rouge. De même, une enquête conduite en dans 4 abattoirs de dindes (2 visites par abattoir) montraient une contamination de 41 % des carcasses entières par Salmonella contre 16 % en poulet label à la même période. L évolution de la contamination des poulets label rouge vers des taux de contamination par Salmonella désormais négligeables (0,5 % en ) témoigne des efforts consentis par la filière dans le domaine de la maîtrise de ce contaminant. De même, les résultats des autres filières poulets et dindes sont en amélioration constante comme l ont démontrées les enquêtes communautaires de prévalence diligentées par la commission européenne et publiées par l EFSA (Poulets toutes productions confondues en - : 6,2 % ; Dindes toutes productions confondues en : 13,3 %) sur la contamination des élevages de volailles par Salmonella (EFSA, 2007 ; EFSA, 2008). La moindre contamination de la filière Label Rouge sur la période peut être attribuée entre autres hypothèses : Aux conditions d élevage différentes (alimentation, densité, durée d élevage, mesures de biosécurité liées au cahier des charges ) Aux souches de volailles différentes utilisées. A l abattage des poulets Label Rouge en début de journée de travail qui limite les contaminations croisées entre troupeaux. La diminution drastique observée depuis peut quant à elle être attribuée à la mise en place des Arrêtés du 26/10/98 modifiés en application de la directive 92/117/CEE et qui définissent les conditions de la lutte contre Salmonella Enteritidis et Typhimurium en reproduction. La mise en place de ces arrêtés a contribué à éradiquer ces deux salmonelles majeures de l étage reproduction et à assainir l ensemble de la filière volailles de chair vis à vis de Salmonella. La contamination des carcasses inférieure à 1 % depuis, témoigne des efforts consentis par la filière poulet Label Rouge et de leur efficacité. 4. Conclusion La mise en place volontaire de ce suivi concerté et harmonisé de la qualité bactériologique des produits de la filière poulet Label Rouge constitue un cas exemplaire de mise en commun des savoirs faire de manière transparente au sein d une filière de production animale. Ce tableau de bord a permis à la filière poulet Label Rouge de mesurer concrètement les résultats des efforts consentis au cours des années. Le maintien de ce haut niveau de sécurité sanitaire des viandes de poulets Label Rouge passe par une vigilance constante de l ensemble des opérateurs de la filière, éleveurs, organisations de production, abatteurs, transformateurs et organismes certificateurs. Références bibliographiques EFSA, Report of the Task Force on Zoonoses Data Collection on the Analysis of the baseline survey on the prevalence of Salmonella in broiler flocks of Gallus gallus, in the EU, -. The EFSA Journal : 98 (1-85) (Annexe 1). EFSA, 2008, Report of the Task Force on Zoonoses Data Collection on the Analysis of the baseline survey on the prevalence of Salmonella in turkey flocks, in the EU, The EFSA Journal : 134 (1-91) (Annexe 1). JOUVE J.L.. 4-Volailles et ovoproduits. 4A-Volailles. In La qualité microbiologique des aliments. Maîtrise et critères. 2 édition. Coordonnateur Jouve J.L. Polytechnica. Paris. France. SALVAT G., ALLO J.C. and COLIN P. ;. Evolution of Microbiological Contamination of Poultry Carcasses during Slaughtering : a survey on 12 french abattoirs. In Qualité des Produits Avicoles. 11 e Symposium Européen sur la Qualité de la viande de volaille ; Tours, FRANCE, 4 8 octobre SALVAT G., ALLO J.C. and COLIN P.. Evolution of turkey carcasses contamination during slaughtering : result of a survey in french abattoirs. 12th european symposium on the quality of poultry meat. Session on poultry microbiology. Saragoza, Spain, September Synalaf,. guide de bonnes pratiques relatif à l abattage et la découpe de poulets Label Rouge. 50 pages Ed. : SYNALAF. [ 14 ] TeMA nº 7 - juillet/août/septembre 2008

4 Tableau 2 Résultats du plan de surveillance des carcasses entières de poulets élevés sous label rouge de à (%). Flores 991 Nombre d échantillons Présence Env 4000 Env 4000 Env 4000 Env Salmonella Absence , ,2 92,4 97,7 97,2 96,4 97,5 99,1 99,3 99,1 99,5 Présence , ,8 7,6 2,3 2,8 3,6 2,5 0,1 0,7 0,9 0,5 Flore Aérobie 62,0 73,0 71,0 69,0 75,0 71,0 74,0 81,0 83,0 85,0 83,0 82,9 91,0 89,1 90,1 88,6 mésophile 33,0 24,0 27,0 28,0 23,0 26,0 23,0 18,0 16,0 14,0 14,0 15,5 8,0 10,4 9,2 9,6 5,0 3,0 2,0 3,0 2,0 3,0 3,0 1,0 2,0 1,0 2,0 1,6 2,0 0,5 0,7 1,8 62,0 66,0 72,0 76,0 74,0 70,0 73,0 72,0 76,3 76,3 75,0 74,9 79,6 77,7 82,1 77,2 Pseudomonas 25,0 24,0 21,0 18,0 20,0 20,0 17,0 21,0 18,3 15,3 17,9 17,3 13,5 18,1 14,7 16,6 13,0 10,0 7,0 7,0 6,0 10,0 10,0 6,0 5,5 8,3 7,1 7,8 6,9 4,1 3,2 6, , , ,2 93,6 91,5 95,3 92,9 95,9 98,0 97,5 S. aureus 19 10, ,5 10 8,9 5,7 7,4 4,1 5,7 3,4 1,8 2,3 4 1,5 1, ,8 0,7 1,1 0,7 1,5 0,7 0,2 0,2 Coliformes 69 77, , ,4 86,3 83,8 80,5 84,9 81,3 86,9 88,4 thermotolérants , ,9 13,7 17,7 10,3 17,7 12,1 10,1 4 2, ,3 2 1,6 1,7 2,5 1,8 4,8 1,0 1,1 1,5 Tableau 3 Résultats du plan de surveillance des escalopes de poulets élevés sous label rouge de à (%). Flores Classe Nombre d échantillons Présence Salmonella Absence 99,5 99,3 99,8 99,8 98,9 99,95 99,93 99,91 99,94 Présence 0,5 0,7 0,2 0,2 1,1 0,05 0,07 0,09 0,06 Flore Aérobie 98,0 98,8 98,0 99,5 99,4 99,5 98,3 98,3 98,6 mésophile 2,0 1,2 2,0 0,5 0,6 0,4 1,6 1,3 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,4 0,4 87,0 86,9 92,0 96,0 96,1 96,5 94,1 93,3 94,4 Pseudomonas 11,0 13,1 8,0 4,0 2,2 1,8 4,2 5,1 2,1 2,0 0,0 0,0 0,0 1,7 1,6 1,7 1,6 3,6 93,0 94,8 99,0 100,0 99,3 98,6 100,0 100,0 99,9 S. aureus 4,0 5,2 1,0 0,0 0,6 1,4 0,0 0,0 0,1 3,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 Coliformes 96,0 97,4 98,0 99,4 95,9 99,8 98,1 100,0 98,0 thermotolérants 3,0 2,6 2,0 0,6 3,7 0,2 1,8 0,0 1,5 1,0 0,0 0,0 0,0 0,4 0,0 0,1 0,0 0, Figure 1 Evolution du nombre d analyses effectuées sur les carcasses et les découpes (escalopes et cuisses) de poulets Label Rouge entre et. carcasses découpes % Figure 2 Evolution de la contamination des carcasses entières de poulets Label Rouge par Salmonella entre et. 3 1 Présence Absence TeMA nº 7 - juillet/août/septembre 2008 [ 15 ]

5 TECHNIQUE Figure 3 Evolution de la contamination des carcasses entières de poulets Label Rouge par la flore aérobie mésophile entre et. Figure 4 Evolution de la contamination des carcasses entières de poulets Label Rouge par Pseudomonas entre et. Figure 5 Evolution de la contamination des carcasses entières de poulets Label Rouge par Staphylococcus aureus entre et. % 3 1 % Figure 6 Evolution de la contamination des carcasses entières de poulets Label Rouge par les coliformes themotolérants entre et. 3 1 Figure 7 Evolution de la contamination des escalopes de poulets Label Rouge par Salmonella entre et. Figure 8 Evolution de la contamination des escalopes de poulets Label Rouge par la flore aérobie mésophile entre et. [ 16 ] TeMA nº 7 - juillet/août/septembre 2008

6 Figure 9 Evolution de la contamination des escalopes de poulets Label Rouge par Pseudomonas entre et. 99% 98% 97% Figure 10 Evolution de la contamination des escalopes de poulets Label Rouge par Staphylococcus aureus entre et. 96% 95% 94% Présence Absence 93% 92% 91% Figure 11 Evolution de la contamination des escalopes de poulets Label Rouge par les coliformes thermotolérants entre et. TeMA nº 7 - juillet/août/septembre 2008 [ 17 ]

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale CHRISTIEANS.qxd 15/11/2005 10:44 Page 163 Qualité, DLC et challenges tests Durant les trois dernières décennies, l industrie de la viande fraîche a beaucoup changé ainsi que le comportement des consommateurs.

Plus en détail

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques?

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? ÉTUDES La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Laboratoire de microbiologie

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

CONTRAT D ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRE

CONTRAT D ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRE CONTRAT D ALIMENTAIRE ref SSA / PC ENTRE RUE ANTANIFOTSY ZA RAVINE A MARQUET 97419 LA POSSESSION ET (ADRESSE) Page 2 sur 8 CADRE REGLEMENTAIRE L Article 4 («exigences générales et spécifiques d'hygiène»)

Plus en détail

Résultats des programmations Bactériologiques 2001

Résultats des programmations Bactériologiques 2001 INSPECTION GENERALE DES DENREES ALIMENTAIRES des programmations Bactériologiques 2001 1 TABLE DES MATIERES RESULTATS DE LA PROGRAMMATION BACTERIOLOGIQUE 2001 Introduction...3 Interprétation des critères

Plus en détail

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999)

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Dans le cadre de la réévaluation du dispositif français de prévention à l égard

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Evaluation des compétences expérimentales Fiches techniques : DOSSIER TECHNIQUE - Fiche

Plus en détail

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal Le directeur général Maisons-Alfort, le 22 mai 2015 Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal L Anses a été saisie le

Plus en détail

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments C2 1/4 Paquet hygiène : actualités, enjeux Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Le «Paquet hygiène», composé de plusieurs textes législatifs adoptés par

Plus en détail

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE Chevalier Denis 1, Gerfault Vincent 1, Relandeau Claire 2 1 MG2MIX,

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES. Réunion des cadres -MADR1 Alger, 03/05/2015

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES. Réunion des cadres -MADR1 Alger, 03/05/2015 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES Réunion des cadres -MADR1 Alger, 03/05/2015 2 1 3 Epizootie de Fièvre Aphteuse : Juillet / Septembre 2014 Au total

Plus en détail

Circulaire relative à l information sur la chaîne alimentaire pour les volailles

Circulaire relative à l information sur la chaîne alimentaire pour les volailles Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire Circulaire relative à l information sur la chaîne alimentaire pour les volailles Référence PCCB/S2/EH/570888 Date 03/01/2014 Version actuelle 2.0

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

Al état frais, les pièces de découpe de porcs ne se conservent pas plus d une

Al état frais, les pièces de découpe de porcs ne se conservent pas plus d une Conservation longue durée de la viande de porc Al état frais, les pièces de découpe de porcs ne se conservent pas plus d une semaine dans les conditions courantes de réfrigération. Plusieurs pays ainsi

Plus en détail

Lieu du prélèvement. Si non satisfaisant ---> Impropre à la consommation Rappel Retrait

Lieu du prélèvement. Si non satisfaisant ---> Impropre à la consommation Rappel Retrait Code Client : Z132 Raphaéle MORIN - LA Paupiette de Veau Four Date de fabrication 19/06/2014 Température à réception ( C) 3.1 Température à cœur ( C) 74.0 D.L.C. 23/06/2014 Paramètres Hygiène des procédés

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien

Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien Université Paris 12 IUP SIAL Mlle ROUX 17/11/03 NOVELLO Célia TAP Julien TP de microbiologie : ANALYSES PLATS CUISINES I. Introduction Le but de ce TP est d analyser un plat cuisiné, le hachis Parmentier,

Plus en détail

RI.ZA.03.01 juillet 2014. Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Afrique du Sud Viandes de volaille séparées mécaniquement

RI.ZA.03.01 juillet 2014. Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Afrique du Sud Viandes de volaille séparées mécaniquement I. Domaine d application Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Viandes de volaille séparées mécaniquement 02 07 II. Certificat bilatéral Code AFSCA EX.VTL.ZA.03.01 Titre du certificat

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville RAPPORT D EVALUATION Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville Décembre 2015 Introduction Le Cégep de Drummondville a adopté une nouvelle version de sa Politique

Plus en détail

Inventaire du réseau Salmonella Sérotypage et sensibilité aux antibiotiques

Inventaire du réseau Salmonella Sérotypage et sensibilité aux antibiotiques Inventaire du réseau Salmonella Sérotypage et sensibilité aux antibiotiques 2003 - Décembre 2005 - Afssa Inventaire des Salmonella 2003-1 - Liste des auteurs Anne Brisabois, Corinne Danan, Sylvine Frémy,

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016

CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 AVIP LE LE CENTRE Créé en 1962, AVIPOLE FORMATION a formé plus de 1500 techniciens et plusieurs milliers d éleveurs et de salariés avicoles. Il contribue ainsi au développement

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015

CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015 CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015 AVIP LE LE CENTRE Créé en 1962, AVIPOLE FORMATION a formé plus de 1500 techniciens et plusieurs milliers d éleveurs et de salariés avicoles. Il contribue ainsi au développement

Plus en détail

Accouvage: Développement embryonnaire et incubation. Caroline MOLETTE Jean-Luc GUERIN

Accouvage: Développement embryonnaire et incubation. Caroline MOLETTE Jean-Luc GUERIN Accouvage: Développement embryonnaire et incubation Caroline MOLETTE Jean-Luc GUERIN Plan Introduction I. La place de la sélection et l accouvage dans les filières avicoles II. La production de l œuf à

Plus en détail

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations

Plus en détail

CUMA avicole du pont de la Besbre

CUMA avicole du pont de la Besbre CUMA avicole du pont de la Besbre Présentation générale de l atelier www.villorama.com La CUMA avicole du pont de la Besbre est un abattoir de volailles situé à Dompierre sur Besbre dans l Allier. La CUMA

Plus en détail

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation

Petrifilm. Test pour la numération des E. coli et Coliformes. Guide d Interprétation Guide d Interprétation Petrifilm Test pour la numération des E. coli et Coliformes Ce document est destiné à vous apporter une aide pour l interprétation des résultats obtenus à partir du test M Petrifilm

Plus en détail

EVALUATION DES SURCOUTS GENERES PAR LES CONTRAINTES REGLEMENTAIRES EN VOLAILLES DE CHAIR : CONSEQUENCES SUR LA COMPETITIVITE DE LA FILIERE

EVALUATION DES SURCOUTS GENERES PAR LES CONTRAINTES REGLEMENTAIRES EN VOLAILLES DE CHAIR : CONSEQUENCES SUR LA COMPETITIVITE DE LA FILIERE EVALUATION DES SURCOUTS GENERES PAR LES CONTRAINTES REGLEMENTAIRES EN VOLAILLES DE CHAIR : CONSEQUENCES SUR LA COMPETITIVITE DE LA FILIERE Magdelaine Pascale, Chesnel Céline ITAVI, 28 rue du Rocher, 75008

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY

CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY Cahier des clauses techniques particulières pour la fourniture de denrées alimentaires conformément au Code des Marchés Publics Marché du 01/07/2015 au 30/06/2016 LOT N 5 VIANDES

Plus en détail

Joint Interagency Antimicrobial Consumption and Resistance Analysis (JIACRA)

Joint Interagency Antimicrobial Consumption and Resistance Analysis (JIACRA) Joint Interagency Antimicrobial Consumption and Resistance Analysis (JIACRA) Présentation générale du rapport JIACRA, objectifs, méthodologie, limites Gérard MOULIN gerard.moulin@anses.fr Anses/ANMV -

Plus en détail

Le présent document comporte 4 pages. Cuisine centrale de Vic-le-Comte

Le présent document comporte 4 pages. Cuisine centrale de Vic-le-Comte Le présent document comporte 4 pages Cuisine centrale de Vic-le-Comte POUR LES VIANDES SURGELÉES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES Les produits devront répondre aux normes AFNOR Viandes conformes au décret n

Plus en détail

Salmonelles en élevage de volailles

Salmonelles en élevage de volailles Salmonelles en élevage de volailles Poulets de chair-poules pondeuses-dindes > Qu est-ce qu une Salmonelle? > Obligations règlementaires pour l éleveur > Gestion des risques de contamination > Information

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES RECOMMANDATIONS DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES DES PRODUITS SURGELÉS ET CONGELÉS I. INTRODUCTION Le Règlement (CE) n 2073/2005 concernant

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité Les bonnes pratiques pour une eau de qualité en élevages de volailles label RÉSUMÉ Les résultats d une enquête menée par l ARVOL (Association Régionale des Volailles de Chair d Aquitaine) en 2004 ont montré

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

La liste et le lieu de livraison des échantillons sont joints au présent règlement de consultation

La liste et le lieu de livraison des échantillons sont joints au présent règlement de consultation (Association des Groupements d Achats Publics de l Education des Deux-Sèvres) Etablissement coordonnateur : Lycée Jean Macé 20 rue Gustave Eiffel 79000 NIORT Règlement de consultation Objet : Volaille

Plus en détail

Evolutions du Système de Management de la Qualité dans les Industries de Nutrition Animale. Pascal LE PAIH

Evolutions du Système de Management de la Qualité dans les Industries de Nutrition Animale. Pascal LE PAIH Evolutions du Système de Management de la Qualité dans les Industries de Nutrition Animale Pascal LE PAIH SOMMAIRE MANAGEMENT DE LA QUALITE DANS LES INDUSTRIES DE NUTRITION ANIMALE PLAN DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats 2006 1. Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 18 décembre 2009 relatif aux règles sanitaires applicables aux produits d origine animale

Plus en détail

Réglementation des études cliniques : Principes de base et évolutions

Réglementation des études cliniques : Principes de base et évolutions Réglementation des études cliniques : 19 octobre 2012 Cynthia Cottereau, conseiller en Qualité et Affaires Réglementaires des Dispositifs Médicaux. Sommaire Les sources Européennes Les sources Françaises

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006 RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION du 14 décembre 2006 portant modalités d application du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations

Plus en détail

CDR de l'infoma 29/12/2011 1/26

CDR de l'infoma 29/12/2011 1/26 Arrêté du 18 décembre 2009 relatif aux règles sanitaires applicables aux produits d origine animale et aux denrées alimentaires en contenant (JORF du 29/12/2009) modifié par : *1* Arrêté du 28 décembre

Plus en détail

ESSAIS INTERLABORATOIRES MICROBIOLOGIE

ESSAIS INTERLABORATOIRES MICROBIOLOGIE ESSAIS INTERLABORATOIRES MICROBIOLOGIE A35 Eaux : analyses microbiologiques hors Legionella A50 Eaux : analyses microbiologiques Legionella A50a Eaux de TAR : analyses microbiologiques Legionella A54 Eaux

Plus en détail

La cysticercose Le tænia chez le bovin

La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose ou ladrerie bovine est une parasitose peu fréquente mais avec des conséquences économiques importantes. C est une zoonose : on parle de ver solitaire

Plus en détail

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE ENTREPRISES Marché unique : mise en œuvre et législation des biens de consommation Produits pharmaceutiques : cadre législatif et autorisations de mise sur le marché

Plus en détail

Abattoir de volailles et de lapins

Abattoir de volailles et de lapins Abattoir de volailles et de lapins 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité En aval de la production élevage, l'abattoir permet de transformer et de sélectionner les volailles, afin de rendre cette viande

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne Cette première synthèse est issue du travail mené par l ARDEAR Champagne-Ardenne dans le cadre

Plus en détail

817.191.54 Ordonnance sur la formation des organes chargés du contrôle de l hygiène des viandes

817.191.54 Ordonnance sur la formation des organes chargés du contrôle de l hygiène des viandes Ordonnance sur la formation des organes chargés du contrôle de l hygiène des viandes (OFHV) du 1 er mars 1995 (Etat le 13 décembre 2005) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41, al. 1, de la loi du 9 octobre

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

Dr pascale GILLI-DUNOYER Pascale.dunoyer@agriculture.gouv.fr. Direction Générale de l Alimentation

Dr pascale GILLI-DUNOYER Pascale.dunoyer@agriculture.gouv.fr. Direction Générale de l Alimentation ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE Séance académique du 24 novembre 2011 Evolution de l inspection en abattoir au vu de l amélioration de la santé des cheptels et des technologies d abattage Dr pascale GILLI-DUNOYER

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2014 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Le Parlement et le Conseil de l Union européenne ont adopté le 17 juin dernier une directive relative aux déchets. La précédente directive du

Plus en détail

3M Petrifilm. Tests d analyses microbiologiques prêts à l emploi. Contrôles. qualité. optimisés

3M Petrifilm. Tests d analyses microbiologiques prêts à l emploi. Contrôles. qualité. optimisés 3M Petrifilm Tests d analyses microbiologiques prêts à l emploi Contrôles qualité optimisés 3 Tests 3M Petrifilm Une technologie unique d analyses microbiologiques prêtes à l emploi Des marchés de plus

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Référentiel d activités, de compétences et d évaluation

Référentiel d activités, de compétences et d évaluation Référentiel d activités, de compétences et d évaluation Technicien supérieur du ministère chargé de l agriculture (TSMA) Grade de : Technicien Spécialité vétérinaire et alimentaire Métier : inspecteur

Plus en détail

Le label d engagement Développement Durable

Le label d engagement Développement Durable En partenariat avec Le label d engagement Développement Durable en partenariat avec et PLAN Le contexte international de la RSE Origine du label La démarche de labellisation LUCIE Le label LUCIE: l évaluation

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou

Plus en détail

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles :

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles : Résumé exécutif Actualisation de l exposition alimentaire au chlordécone de la population antillaise Evaluation de l impact de mesures de maîtrise des risques Le chlordécone est une molécule organochlorée,

Plus en détail

AIDES SPÉCIFIQUES POUR LES INVESTISSEMENTS EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT

AIDES SPÉCIFIQUES POUR LES INVESTISSEMENTS EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT AIDES SPÉCIFIQUES POUR LES INVESTISSEMENTS EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT UWE CCE 18/02/2014 Annick VANKEERBERGEN 1 Introduction Environnement = Obligations à respecter Mais aussi : Incitants pour dépasser

Plus en détail

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON Référence : PT/RES/015-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques lors du refroidissement rapide des aliments après cuisson. Mots clés : Cuisson / HACCP / Préparation chaude /

Plus en détail

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres Appel d offres national Cahier des charges des prestations de prévention des risques psychosociaux : Diagnostic et Accompagnement à la mise en œuvre d un plan d actions préventif Introduction Commanditaire

Plus en détail

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Table des matières Page A) Plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec 2 B) Règlement sur le fichier et sur les renseignements des

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2014 C(2014) 9656 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2014 complétant la directive 2004/109/CE du Parlement européen et du Conseil en

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES pour la fourniture de fruits et légumes MAPA 2-04-2014

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES pour la fourniture de fruits et légumes MAPA 2-04-2014 ACADEMIE DE CAEN LYCÉE JEAN ROSTAND 98, Route d Ifs BP 85457 14054 CAEN Cedex 4 : 02.31.52.19.40 Fax : 02.31.52.91.82 CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES pour la fourniture de fruits et légumes MAPA 2-04-2014

Plus en détail

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP Quelques rappels de base Analyse des dangers : - Caractéristiques - Méthodologie Conclusion Un exemple : Procédé «Terrine de viande» 2 Quelques

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE APPLICABLE AUX VIANDES HACHÉES ET AUX PRÉPARATIONS PRODUITES À PARTIR DE VIANDES HACHÉES D ANIMAUX DE BOUCHERIE

SPECIFICATION TECHNIQUE APPLICABLE AUX VIANDES HACHÉES ET AUX PRÉPARATIONS PRODUITES À PARTIR DE VIANDES HACHÉES D ANIMAUX DE BOUCHERIE SPECIFICATION TECHNIQUE APPLICABLE AUX VIANDES HACHÉES ET AUX PRÉPARATIONS PRODUITES À PARTIR DE VIANDES HACHÉES D ANIMAUX DE BOUCHERIE GROUPE D ÉTUDE DES MARCHÉS DE RESTAURATION COLLECTIVE ET NUTRITION

Plus en détail

PROTOCOLE DE VALIDATION DES

PROTOCOLE DE VALIDATION DES PROTOCOLE DE VALIDATION DES DUREES DE VIE FILIERE AVICOLE ET CUNICOLE Juillet 2007 1 PROTOCOLE DE VALIDATION DES DURÉES DE VIE Filière avicole et cunicole I. Champ d application Le présent document décrit

Plus en détail

CONTRÔLE DES DENREES ALIMENTAIRES D ORIGINE ANIMALE

CONTRÔLE DES DENREES ALIMENTAIRES D ORIGINE ANIMALE Organisme pour la sécurité et la qualité de la chaîne alimentaire P. 1/9 CONTRÔLE DES DENREES ALIMENTAIRES D ORIGINE ANIMALE 1. AUTORITÉS COMPÉTENTES L ASV-Division Santé Publique contrôle la mise en application

Plus en détail

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris La maîtrise de l hygiène du linge Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris De nouvelles maladies apparaissent, les germes s adaptent, des épidémies de maladies que

Plus en détail

DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS. Quel est l objectif? Que vérifie-t-on?

DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS. Quel est l objectif? Que vérifie-t-on? DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS PRIMAIRES ANIMALES Quel est l objectif? Le règlement cadre européen 1 sur la législation alimentaire

Plus en détail

Déclaration environnementale. Avril 2008

Déclaration environnementale. Avril 2008 Déclaration environnementale Avril 2008 Date de la vérification : x x 2008 Date de la prochaine déclaration simplifiée : x 2009 S O M M A I R E 1 Glossaire p. 1 2 Présentation de SOFIBUS p. 2 3 Politique

Plus en détail

NORMES ENVIRONNEMENTALES : LEVIERS DE LA COMPETITIVITE

NORMES ENVIRONNEMENTALES : LEVIERS DE LA COMPETITIVITE NORMES ENVIRONNEMENTALES : LEVIERS DE LA COMPETITIVITE NORMES ENVIRONNEMENTALES : LEVIERS DE COMPETITIVITE Qu est ce qu une norme volontaire? Norme Un document de référence règles, lignes directrices,

Plus en détail

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011 VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT Juin 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA VÉRIFICATION INTERNE (DGVI) Projet no : 2011-08 AGENCE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Le présent document comporte 5 pages. Cuisine centrale de Vic-le-Comte

Le présent document comporte 5 pages. Cuisine centrale de Vic-le-Comte Le présent document comporte 5 pages Cuisine centrale de Vic-le-Comte 1/ POUR LES VIANDES DE VEAU FRAÎCHES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES Les produits devront répondre aux normes AFNOR la viande proviendra

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT

FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT ACTIONS GLOBALES Certifications ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 Charte DD de la direction depuis 2008 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Création de son propre pôle de formation

Plus en détail

SURFRIDER FOUNDATION EUROPE & FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT. Attirent l attention de Mesdames et Messieurs les Députés Européens sur

SURFRIDER FOUNDATION EUROPE & FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT. Attirent l attention de Mesdames et Messieurs les Députés Européens sur SURFRIDER FOUNDATION EUROPE & FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Attirent l attention de Mesdames et Messieurs les Députés Européens sur La proposition modifiée de directive du Parlement européen et du Conseil

Plus en détail

L'ENREGISTREMENT EMAS

L'ENREGISTREMENT EMAS A RETENIR Toute modification ou mise en place d un système de gestion nécessite des moyens, tant humains que financiers. En l occurrence, mettre en place un système de gestion de l environnement qui suive

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE

CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE Section des Eaux RECOMMANDATIONS SUR LA METHODOLOGIE D'INVESTIGATION EN CAS DE CONTAMINATION OU DE SUSPICION DE CONTAMINATION MICROBIENNE DES EAUX DESTINEES

Plus en détail

Règlement (CE) n 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l hygiène alimentaire

Règlement (CE) n 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l hygiène alimentaire DOMAINE «SANTÉ PUBLIQUE, SANTÉ ANIMALE ET VÉGÉTALE» SOUS-DOMAINE «SANTÉ - PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS PRIMAIRES ANIMALES Quel est l objectif? Le règlement

Plus en détail

STRATEGIE DE PREVENTION ET DE SURVEILLANCE DE SALMONELLA DANS LA FILIERE PORCINE :

STRATEGIE DE PREVENTION ET DE SURVEILLANCE DE SALMONELLA DANS LA FILIERE PORCINE : SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement Division Recherche contractuelle Ministère de la Région wallonne Division Générale de l Agriculture STRATEGIE DE PREVENTION ET DE

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: Les évolutions de la réglementation en matière de sécurité sanitaire des aliments «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat DDSV76 M Legrand

Plus en détail

Union européenne, 2014. Reproduction autorisée moyennant mention de la source.

Union européenne, 2014. Reproduction autorisée moyennant mention de la source. Ni la Commission européenne ni aucune personne agissant en son nom ne sont responsables de l usage qui pourrait être fait des informations données ci-après. Des informations sur l Union européenne sont

Plus en détail

Registre d élevage ovin/caprin

Registre d élevage ovin/caprin Registre d élevage ovin/caprin 1 Une fiche synthétique des caractéristiques de l exploitation 2 Une fiche synthétique des données concernant l encadrement zootechnique, médical et sanitaire 3 Registre

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 17 janvier 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif au guide pour l'accueil en restauration

Plus en détail

Circuits alimentaires de proximité : sécurité sanitaire des aliments et loyauté des transactions

Circuits alimentaires de proximité : sécurité sanitaire des aliments et loyauté des transactions Circuits alimentaires de proximité : sécurité sanitaire des aliments et loyauté des transactions Introduction de la rencontre régionale du 19 janvier 2016 Sommaire Les circuits de proximité Le bilan des

Plus en détail

Document complémentaire au référentiel du BEPA spécialité Alimentation et bio-industries

Document complémentaire au référentiel du BEPA spécialité Alimentation et bio-industries Document complémentaire au référentiel du BEPA spécialité Alimentation et bio-industries Document de travail septembre 2010 Sommaire Ce document complémentaire du référentiel de diplôme est destiné aux

Plus en détail