LES SINUSITES. A. Système de défense sinusien contre les infections : 1. Mécanismes de défense de surface : 2. Mécanismes de défense tissulaire :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES SINUSITES. A. Système de défense sinusien contre les infections : 1. Mécanismes de défense de surface : 2. Mécanismes de défense tissulaire :"

Transcription

1 LES SINUSITES LES OBJECTIFS EDUCATIONNELS 1) Connaitre les mécanismes physiopathologiques des sinusites aigues et chroniques 2) Citer les principaux germes responsables des sinusites aigues 3) Poser le diagnostic de sinusite maxillaire aigue sur les données de l interrogatoire et de l examen clinique 4) Rédiger une ordonnance médicale devant une sinusite aigue 5) Reconnaître une éthmoïdite aigue de l enfant, savoir les signes orientant vers une complication et les principes de traitement de l éthmoïdite aigue. I. INTRODUCTION Les sinusites sont des atteintes inflammatoires et/ou infectieuses d origine virale, bactérienne ou fongique développées au niveau de l un ou plusieurs sinus de la face. Elles peuvent être aigues, subaigues ou chroniques. II. PHYSIOPATHOLOGIE A. Système de défense sinusien contre les infections : 1. Mécanismes de défense de surface : - Drainage mucociliaire : - Constituants du mucus : Le mucus contient des mucines, des IgA sécrétoires, de la lactoferrine, des lysozymes et des antioxydants. - Oxyde nitrique (NO) : C est un radical libre très réactif qui est produit en grandes quantités au niveau des sinus. Il participe à la stérilité des sinus grâce à ses propriétés antibactériennes et antivirales et à son action sur l activité ciliaire. 2. Mécanismes de défense tissulaire : Ils se déroulent au niveau de la lamina propria de la muqueuse sinusienne. Le chorion est riche en éléments mononucléés, des monocytes, des macrophages... Tous ces éléments cellulaires appartiennent au nose-associated lymphoid tissue (NALT) ou tissu lymphoïde associé à la muqueuse nasosinusienne. B. Facteurs généraux favorisant la survenue de sinusite : 1

2 Les facteurs favorisant la survenue d une sinusite : Un bilan allergologique positif une rhinite vasomotrice Des facteurs environnementaux tels que le tabac, la faible hygrométrie des anomalies métaboliques telles l hypoxie, la déshydratation, les variations de ph ainsi que des causes mécaniques (polypes, corps étranger), les anomalies de l appareil mucociliaire (mucoviscidose, dyskinésie ciliaire primitive) un obstacle anatomique : déviation cloison nasale, concha bullosa.. C. Physiopathologie des sinusites: 1. Les causes rhinogènes : les plus fréquentes Toutes les rhinites inflammatoires et/ou infectieuses sont susceptibles de diffuser au sinus maxillaire par voie ostiale et/ou d entraîner un œdème de la région du méat moyen favorisant la rétention maxillaire. L hyperplasie muqueuse et l œdème peuvent se propager aux cellules ethmoïdales et aux autres sinus réalisant un tableau de pansinusite. La stagnation des sécretions prédispose à la surinfection. 2. Les causes dentaires : L atteinte de la muqueuse du sinus maxillaire s étend à partir d un foyer infectieux dentaire. 3. L atteinte isolée du sinus frontal : Est souvent secondaire à une anomalie congénitale ou acquise du canal nasofrontal. 4. Les causes intrinsèques : L atteinte directe du sinus maxillaire, en dehors de toute obstruction ostiale, par atteinte directe inflammatoire ou infectieuse de la muqueuse du sinus est un mécanisme plus rare et plus difficile à mettre en évidence dans la mesure où une obstruction ostiale secondaire partielle ou complète mais d origine intrinsèque se développe progressivement et vient ajouter un phénomène rétentionnel à l origine de la sinusite maxillaire. 5. Les extensions des sinusites : L extension de l infection vers l orbite et l endocrâne s effectue par voie osseuse par les pertuis vasculaires ou par le biais d une ostéite et par le biais de zones 2

3 de nécrose osseuse. L infection peut également suivre les gaines vasculaires ou se propager directement par le riche réseau veineux. Ainsi les complications orbitaires et endocrâniennes peuvent survenir à la suite d une sinusite. III. TYPE DE DESCRIPTION : Sinusite maxillaire aiguë d origine virale et/ou bactérienne isolée : A. Définition : Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication évolutive de la rhinite aiguë d origine virale. B. Signes fonctionnels : 1. Douleur : La douleur constitue le symptôme et le signe d appel le plus constant. Il s agit typiquement d une douleur unilatérale, de localisation sous-orbitaire, irradiante vers l arcade dentaire et/ou l orbite et le front, de caractère pulsatile. Son exacerbation lors des mouvements de la tête est évocatrice de l origine sinusienne. 2. Fièvre : La douleur est inconstamment associée à une fièvre comprise entre 38 et 39 C. 3. Autres : La rhinorrhée antérieure et postérieure muqueuse, mucopurulente ou franchement purulente et l obstruction nasale. À la différence de la rhinite aiguë où les signes sont bilatéraux, c est le caractère ou le renforcement unilatéral de ces signes qui orientent vers le diagnostic de sinusite maxillaire aiguë. C. Examen clinique : L examen clinique confirme le diagnostic. La mobilisation de la tête du patient vers le bas confirme le caractère positionnel de la céphalée et l origine sinusienne. L existence d une douleur provoquée à la pression de la face antérieure du sinus maxillaire est évocatrice du diagnostic. L examen de la cavité buccale peut retrouver une traînée mucopurulente sur la paroi postérieure du pharynx. 3

4 La rhinoscopie antérieure permet de visualiser une fosse nasale congestive tapissée de sécrétions mucopurulentes. L exploration endoscopique permet d examiner la région du méat moyen et de l ostium du sinus maxillaire. La présence de pus au niveau du méat moyen confirme le diagnostic. Un prélèvement bactériologique protégé et dirigé sous contrôle endoscopique apporte une identification bactériologique et permet de réaliser un antibiogramme mais il n est pas systématique. Le diagnostic de sinusite maxillaire aiguë est donc principalement clinique et en pratique courante aucun examen complémentaire n est utile avant de débuter le traitement. D. Bilan radiologique : 1. Le cliché en incidence de Blondeau : Son intérêt est limité. 2. Le scanner : L examen tomodensitométrique (TDM) n est jamais demandé en première intention devant un tableau clinique évocateur de sinusite maxillaire aiguë. Il est indiqué en cas de complications infectieuses de voisinage (orbitaires, cérébroméningées) et avant la réalisation d un drainage du sinus maxillaire si celui-ci est indiqué E. Bactériologie : Les sinusites virales sont fréquentes (30 à 40%). Le prélèvement des sécrétions pour analyse bactériologique est en pratique généraliste rarement réalisé, essentiellement pour des raisons techniques. Les germes responsables sont par ordre décroissant de Haemophilus influenzae, Streptococcus pneumoniae, Branhamella catarrhalis, diverses entérobactéries, Streptococcus pyogenes et Staphylococcus aureus. IV. FORMES CLINIQUES : A. Les formes topographiques : 1. Sinusite frontale aiguë : La sinusite frontale aiguë est rarement isolée, mais elle est le plus souvent associée à une sinusite maxillaire, voire à une pansinusite. 4

5 Elle touche les jeunes adolescents ou jeunes adultes entre 10 et 40 ans. a) Signes fonctionnels : Les sinusites La douleur sus-orbitaire est le symptôme le plus fréquemment retrouvé dans la littérature. La fièvre est inconstante. L évolution est aiguë (< 3 jours) ou subaiguë (< 3 semaines). b) Signes physiques : La douleur à la pression des sinus frontaux n est pas un signe spécifique d une pathologie du sinus frontal. La rhinoscopie antérieure peut mettre en évidence des sécrétions purulentes ou des polypes en regard du méat moyen. L examen endonasal à l optique rigide peut permettre de visualiser des sécrétions purulentes provenant du récessus frontal ou un œdème, voire des polypes situés dans cette région. c) Bactériologie : Le pneumocoque et l Hæmophilus influenzae dominent la bactériologie de la sinusite frontale aiguë. d) Complications : Les sinusites frontales constituent la forme de sinusite le plus souvent compliquée. (1) Complications endocrâniennes : L association d une fièvre, de céphalées et d une altération des fonctions supérieures (somnolence, désorientation temporospatiale), voire des signes de localisation ou une épilepsie, doit faire rechercher une complication endocrânienne telle qu un abcès sous-épidural, un abcès frontal, une thrombose du sinus sagittal, transverse, ou une méningite. Leur suspicion nécessite un examen tomodensitométrique cérébral et sinusien avec injection de produit de contraste, une consultation neurochirurgicale éventuellement suivie d une ponction lombaire et d un examen par résonance magnétique nucléaire. Le germe le plus souvent associé aux complications endocrâniennes est le Staphylococcus aureus. (2) Autres complications : Ostéomyélite de l os frontale: 5

6 Abcès orbitaire : 2. L ethmoïdite aigue de l enfant : a) Epidémiologie : La répartition par tranche d âge fait apparaître deux pics de fréquence : l un entre 1 et 5 ans, et le second, plus important, entre 11 et 15 ans. L ethmoïdite est très rare chez le nourrisson. Une prédominance masculine est relevée dans certaines études. b) Bactériologie : Les germes en cause sont principalement des germes aérobies. Selon l âge, le staphylocoque doré serait le plus fréquent en période néonatale ; Jusqu à 5 ans, Haemophilus influenzae et Streptococcus pneumoniae sont prédominants ; Après 5 ans, on observe le staphylocoque doré, le pneumocoque, des streptocoques du groupe A et rarement des germes anaérobies ou des bacilles à Gram négatif. c) Clinique : L ethmoïdite aiguë est habituellement isolée et évolue classiquement sous deux formes : non extériorisée et extériorisée. (1) Forme non extériorisée : Elle revêt le masque d une affection virale banale avec rhinorrhée claire ou mucopurulente, otalgies, mais les signes généraux doivent alerter dès ce stade car la fièvre est habituellement plus élevée, aux alentours de 39 C, et l enfant est abattu. À ce stade, les signes physiques ne sont pas spécifiques et associent une rougeur de la muqueuse nasale qui est œdématiée. La mise en évidence d une coulée purulente au niveau du méat moyen est plus évocatrice. On peut relever un discret œdème conjonctivo-palpébral ou une douleur localisée à l angle interne de l œil à la palpation. Elle évolue en deux stades : (2) Forme extériorisée : (a) Phase fluxionnaire : L œdème peut être localisé à la région prétarsale, prédomine à l angle interne de l œil sur la paupière supérieure essentiellement. Il n y a aucun trouble oculomoteur ni altération visuelle. Le tableau fébrile est souvent marqué. 6

7 L œdème peut atteindre la cavité orbitaire et réalise un tableau de cellulite orbitaire. Il apparaît une exophtalmie, axile, de degré variable, réductible mais douloureuse, avec chémosis et rougeur conjonctivale. Les signes généraux sont importants. (b) Phase stade suppurée : L abcès sous-périosté réalise un tableau de cellulite orbitaire avec œdème palpébral prédominant à l angle interne, exophtalmie et diminution de la mobilité du globe oculaire dans les mouvements d abduction. Le phlegmon de l orbite entraîne une exophtalmie directe mais irréductible, empêchant l occlusion de l œil, douloureuse. L examen retrouve une ophtalmoplégie complète, et une diminution importante de l acuité visuelle. d) Diagnostic : En fait, la distinction entre forme fluxionnaire et collectée doit rester l élément essentiel du diagnostic, car le pronostic et le traitement sont différents. Trois signes doivent être recherchés : la mobilité du globe, l exophtalmie, son type direct ou indirect et sa réductibilité, et le réflexe photomoteur, Dès qu il existe une suspicion d atteinte rétroseptale, le bilan radiologique, et en particulier le scanner, est indispensable. e) Bilan radiologique : (a) Examen tomodensitométrique : Il permet une étude complète des cavités nasosinusiennes et précise le degré d atteinte, inflammation ou collection, ainsi que le siège exact des lésions et permet de définir de façon précise le contenu de la cavité orbitaire. Il est indispensable dès qu il existe une exophtalmie non axile, un trouble oculomoteur ou une altération visuelle, ou en cas de complication endocrânienne. (b) Imagerie par résonance magnétique : Elle ne semble pas avoir de place en phase aiguë en dehors des cas où est suspectée une complication endocrânienne. (c) Échographie : L échographie en mode B permet de rechercher une atteinte rétroseptale avec la même sensibilité que le scanner. f) Diagnostic différentiel : 7

8 Cependant, une tuméfaction orbitaire inflammatoire aiguë doit faire discuter : une conjonctivite, une dacryocystite, un abcès dentaire, un furoncle de la paupière, l érysipèle dans sa forme phlegmoneuse, une piqûre d insecte, une tumeur orbitaire. 3. La sinusite sphénoïdale : 4. La pansinusite : B. Les formes évolutives : 1. La forme chronique : TDD : sinusite maxillaire chronique : a) Définition : Elle se définit classiquement par une atteinte inflammatoire et/ou infectieuse du sinus maxillaire évoluant depuis au moins 3 mois. b) Diagnostic : Le diagnostic de sinusite chronique doit en pratique reposer sur un faisceau d arguments incluant l histoire étiopathogénique, la symptomatologie, l examen endoscopique des fosses nasales et l examen tomodensitométrique. La forme étiopathogénique la plus fréquente est la sinusite chronique d origine dentaire où une lésion dentaire est identifiée de façon précise comme cause de la sinusite. (a) Signes cliniques : La rhinorrhée postérieure muqueuse ou mucopurulente, l obstruction nasale, la pesanteur faciale et la toux chronique nocturne ou matinale sont les signes les plus fréquents. D autres signes sont décrits comme une asthénie chronique, des difficultés de concentration et des signes visuels mineurs comme un léger flou visuel. La fièvre est habituellement absente. Des douleurs dentaires orientent vers une étiologie dentaire. (b) Examen endoscopique des fosses nasales L existence d un méat moyen parfaitement normal en endoscopie doit faire reconsidérer le diagnostic de sinusite chronique ou tout du moins remettre en cause son caractère patent ou évolutif. L examen endoscopique recherche des facteurs morphologiques d obstruction ostiale comme une déviation septale, un cornet moyen bulleux ou inflammatoire, des polypes ou une lésion tumorale localisés au méat moyen. (c) Examen buccodentaire : 8

9 L analyse de l état dentaire et la recherche d antécédents de soins dentaires sont systématiques. c) Examen bactériologique : Parmi les germes aérobies isolés dans 75 % des cas on retrouve diversement associés Staphylococcus aureus, Streptococcus viridans, Haemophilus influenzae, Streptococcus pneumoniae et diverses entérobactéries. Enfin, dans le groupe des pneumocoques, 10 % ont une sensibilité diminuée à la pénicilline et environ 28 % sont résistants aux macrolides. d) Examen tomodensitométrique des sinus Est dispensable devant tout tableau de sinusite chronique. Tous les sinus doivent être parfaitement visualisés ainsi que leurs parois osseuses. L examen TDM recherche des opacités du sinus maxillaire. 2. La forme subaigue : À part, on décrit la forme subaiguë de durée d évolution inférieure à 3 mois et caractérisée par la persistance d une symptomatologie résistante au traitement médical et développée dans les suites d une sinusite maxillaire aiguë. 3. La forme récidivante : La forme récidivante se définissant, à l inverse, par l existence de poussées de sinusite aiguë émaillant l évolution d une sinusite chronique dont les signes sont patents ou absents entre chaque épisode aigu. C. Les formes particulières : 1. Sinusite nosocomiale 2. Sinusite barotraumatique 3. Sinusite dentaire 4. Sinusite mycosique 5. Sinusite de l immunodéprimé D. Les formes compliquées : On distingue les complications oculo-orbitaires, les ostéites et les complications endocrâniennes. Ces complications sont rares quand l atteinte du sinus maxillaire est isolée. Il s agit le plus souvent d atteinte oculo-orbitaire en cas d éthmoïdite et de 9

10 complications endocrâniennes en cas de sinusite frontale ou sphénoïdale. La prise en charge de ces complications est détaillée dans l annexe 1. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL : Tumeurs. Algies craniofaciales. Mucocèles VI. TRAITEMENT : A. Buts : - Soulager les symptômes ; Diminuer l'inflammation ; Restaurer la ventilation des sinus - Eradiquer l'infection ; Prévenir le passage à la chronicité et la survenue de complications. B. Moyens : 1. Traitement médical : a) Antibiothérapie - amoxicilline-acide clavulanique ou C2G (céfuroxime-axétil) et certaine C3G. - Contre-indication aux bêta- lactamines : la pristinamycine, synergistine - Les fluoroquinolones actives sur le pneumocoque (lévofloxacine ou moxifloxacine) doivent être réservées aux situations cliniques les plus sévères et susceptibles de complications graves ou en cas d échec d une première antibiothérapie dans les sinusites maxillaires. - Durée : 7 à 10 jours, raccourcie : à 5 jours pour C2Get C3G. b) Corticothérapie : Ils réduisent l inflammation et l œdème de la muqueuse. c) Autres : AINS, Antalgiques, mucolytiques et mucorégulateurs d) Les traitements locaux : 10

11 Les lavages de nez, la corticothérapie locale, les antihistaminiques locaux, Les Aérosols. e) Les traitements adjuvants : Crénothérapie, arrêt tabac, ttt dentaire, 2. Traitement chirurgical : a) La ponction drainage du sinus maxillaire : b) La ponction du sinus frontal ou clou de Lemoyne c) La méatotomie moyenne : (1) But : Agrandir l'orifice naturel du sinus maxillaire, afin de permettre son aération et l'éradication des lésions affectant le sinus maxillaire. C'est le traitement chirurgical de référence du sinus maxillaire. (2) Incidents: Effraction du contenu orbitaire ; Blessure de la voie lacrymale. C. Indications : 1. Sinusite maxillaire aigue d origine virale : Pas d antibiothérapie. Le traitement est symptomatique associant antipyrétique et décongestionnant nasal 2. Sinusite maxillaire aigue d origine bactérienne : a) Antibiothérapie : L Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) élabore des critères en faveur d une surinfection bactérienne responsable de sinusite aiguë maxillaire purulente dont : la présence d au moins deux des trois critères majeurs suivants : o o o la persistance, voire l augmentation, des douleurs sinusiennes infraorbitaires n ayant pas régressé malgré un traitement symptomatique (antalgique, antipyrétique, décongestionnant) pris pendant au moins 48 heures, le caractère unilatéral et/ou pulsatile et/ou majoré par la position penchée en avant ou pendant la nuit de la douleur, l augmentation de la purulence de la rhinorrhée. 11

12 La durée du traitement est en moyenne comprise entre 5 et 10 jours selon le type d antibiotique choisi. Le choix de l antibiotique est basé sur son spectre d action et sur la bonne des recommandations de l AFSSAPS : l association amoxicilline-acide clavulanique en 2 prises de 1 g/j (10 jours) ; les céphalosporines orales de deuxième génération (céfuroxime axétil : 500 mg par jour en 2 prises pendant 5 jours) et certaines céphalosporines orales de troisième génération (cefpodoxime proxétil : 400 mg par jour en 2 prises ; céfotiam hexétil : 400 mg par jour en 2 prises) ; la pristinamycine en cas d allergie aux bêtalactamines à la dose de 2 à 3 g/j en 2 ou 3 prises (10 jours) ; les fluoroquinolones actives sur le pneumocoque (lévofloxacine, moxifloxacine) ont montré leur efficacité dans le traitement des sinusites aiguës mais la majorité des auteurs français ne recommandent pas de les utiliser en première intention dans le cas particulier des sinusites maxillaires aiguës. Ils redoutent en effet un usage excessif de ces molécules et le développement secondaire de résistance du pneumocoque. Le choix des fluoroquinolones fait appel à la lévofloxacine (500 mg en 1 prise par jour) et à la moxifloxacine (400 mg en 1 prise par jour). b) Ttt adjuvants : L association de vasoconstricteurs locaux permet de faciliter le drainage ostial. Les traitements antalgiques et antipyrétiques sont administrés parallèlement en fonction de l évaluation clinique. Les corticoïdes peuvent être utilisés en cure courte, en traitement adjuvant à une antibiothérapie efficace dans les sinusites aiguës hyperalgiques. c) Traitement chirurgical : Est indiqué si résistance au traitement bien conduit ou si sinusite bloquée hyperalgique. 3. Sinusite frontale aigue : Le traitement d une sinusite frontale aiguë ou subaiguë est, dans la grande majorité des cas, uniquement médical. C est une urgence médicale. Le traitement médical ne diffère pas du traitement des autres sinusites aiguës. 12

13 une antibiothérapie probabiliste active sur les germes le plus fréquemment rencontrés. Sa durée varie de 7 à 10 jours selon les auteurs, voire 14 jours. Le drainage chirurgical est indiqué en cas de résistance au traitement. On utilise la ponction par voie externe et mise en place d un clou de Lemoyne. 4. L ethmoïdite aigue de l enfant : a) Traitement local : Il est toujours nécessaire, associant une désinfection rhinopharyngée soigneuse, des fluidifiants et des vasoconstricteurs locaux. Des soins oculaires avec instillation d un collyre antiseptique sont systématiquement réalisés. b) Traitement antibiotique : Il est prescrit par voie veineuse en milieu hospitalier dès qu apparaît un œdème orbitaire. On préconise soit une céphalosporine de troisième génération seule, soit l association amoxicilline-acide clavulanique avec adjonction éventuelle d un aminoside. La durée de l antibiothérapie intraveineuse est de 7 à 14 jours, avec un relais per os possible dès que l apyrexie est durable et après disparition des signes inflammatoires locaux, pour une durée de 10 à 12 jours. En cas de complication endocrânienne ou d ostéite, l administration par voie veineuse est maintenue pendant au moins 1 mois. c) Traitement chirurgical : Classiquement, le traitement chirurgical est impératif dès que : - l abcès est confirmé par le scanner, - l acuité visuelle est diminuée, en cas d ophtalmoplégie, - aggravation de l exophtalmie - non régression des signes inflammatoires après 48 heures de traitement antibiotique. Il faut rappeler qu une ischémie de la rétine ou du nerf optique supérieure à 90 minutes entraîne des altérations irréversibles de la vision. 5. Sinusite maxillaire chronique : 13

14 a) Traitement médical : Le traitement est toujours médical en première intention. Il fait appel à l antibiothérapie, la corticothérapie et aux traitements locaux. b) Traitement chirurgical : Le traitement chirurgical est indiqué en cas d échec du traitement médical. L abord chirurgical du sinus maxillaire fait appel à la méatotomie moyenne. c) Traitements adjuvants : Les thérapeutiques soufrées, fluidifiantes, antioedémateuses, l aérosolthérapie et les cures thermales. d) Le traitement de l étiologie : Le traitement de l étiologie et des causes favorisantes est un élément essentiel pour éviter les récidives et obtenir la guérison. Il comprend : - le traitement d une éventuelle allergie respiratoire ; - le traitement des lésions dentaires ; - la correction des anomalies morphologiques endonasales pouvant retentir sur la perméabilité du méat moyen. 14

15 Annexe 1 : Arbre décisionnel. Prise en charge des complications intracrâniennes des sinusites. Les sinusites 15

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

Sinusites : un dossier clinique

Sinusites : un dossier clinique Sinusites : un dossier clinique Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte (90) Patrick Dessi Février 2006

Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte (90) Patrick Dessi Février 2006 Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte (90) Patrick Dessi Février 2006 1. Définition Ensembles des infections ou inflammations atteignant tout ou partie de la muqueuse nasale et sinusienne

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Quelques définitions Dysfonctionnements naso-sinusiens chroniques (DNSC)

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

RHINO-SINUSITES AIGUES

RHINO-SINUSITES AIGUES RHINO-SINUSITES AIGUES RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ENDOSCOPIQUE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE IMMUNITE LOCALE IgA Cils IMMUNITE LOCALE 1 ostium par sinus 1 ostium : libre dans un méat libre SEMEIOLOGIE DES RHINO-SINUSITES

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

8.6 Polyposes naso-sinusiennes

8.6 Polyposes naso-sinusiennes 8.6 Polyposes naso-sinusiennes Références bibliographiques : -Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.6.1 DEFINITION La polypose nasosinusienne (PNS) est une sinusite chronique

Plus en détail

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Items traités 1. Connaître l anatomie radiologique du cavum, du pharynx, du larynx et des sinus en fonction

Plus en détail

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Pré-requis Physiologie des sinus Anatomie radiologique des sinus Résumé Les infections rhino-sinusiennes aiguës constituent une pathologie très

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

L OTITE MOYENNE AIGUE

L OTITE MOYENNE AIGUE L OTITE MOYENNE AIGUE I- INTRODUCTION : L otite moyenne aigue (OMA) est l inflammation aigue de la muqueuse des cavités de l oreille moyenne. Il s agit d une affection fréquente, touche 10% des enfants

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale Chapitre 52 Cellulite cervico-faciale Ch. BERTOLUS Points essentiels Les cellulites graves d origine dentaire peuvent survenir chez des patients jeunes, en bonne santé, sans immunodépression. La fièvre

Plus en détail

Item 90. Infections naso sinusiennes de l enfant et de l adulte. Objectifs pédagogiques

Item 90. Infections naso sinusiennes de l enfant et de l adulte. Objectifs pédagogiques Item 90. Infections naso sinusiennes de l enfant et de l adulte I. Pathologie rhinosinusienne aigue II. Sinusites aiguës : Objectifs pédagogiques -- Les objectifs nationaux du Bulletin Officiel Diagnostiquer

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal.

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. Introduction Les tumeurs malignes du massif facial:

Plus en détail

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Afin de limiter la

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES Docteur Romain Guldmann, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, Hôpital de Hautepierre OBJECTIFS Savoir poser le diagnostic de rhino-sinusite chronique et connaître

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Les angines et leurs complications

Les angines et leurs complications Les angines et leurs complications Pr Righini Christian Adrien Clinique Universitaire d ORL Pôle TCCR 12 millions d angines / an en France Origine virale dans 80% des cas Introduction Les angines bactériennes

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité :

AVIS DE LA COMMISSION. Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 1 er septembre 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie INTRODUCTION Tumeur naso sinusienne rare : 0,5 à 4% de l ensemble des tumeurs naso sinusiennes

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

Laboratoires ZAMBON FRANCE

Laboratoires ZAMBON FRANCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 janvier 2012 L avis adopté par la Commission de la transparence le 5 octobre 2010 a fait l objet d une audition le 4 janvier 2012 Examen du dossier de la spécialité

Plus en détail

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Docteur Jean-Loup Dervaux Infections ORL de l enfant Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Quel est son problème? Cette première partie va vous remettre en mémoire toutes les données nécessaires

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves.

Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves. Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves. Objectifs nationaux (ECNi) Item 152. Infections bactériennes cutanéo-muqueuses et des phanères de l adulte Objectifs pédagogiques Diagnostiquer

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE Les infections des voies respiratoires basses sont fréquentes, elles viennent au premier rang des infections

Plus en détail

C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL

C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL CHU HBIB THAMEUR TUNISIE INTRODUCTION MATERIELS ET METHODES

Plus en détail

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Docteur Stéphane LIWAREK INSEP Les pathologies ORL ont fortement augmenté au cours de ces dernières années, avec notamment une progression des pathologies

Plus en détail

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne. Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne. Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007 Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007 Terminologies Terme anglosaxon de cellulite = infection extensive des tissus

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE

FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE Aphtes - Stomatite aphteuse Bouchon de cérumen Bruits auriculaires - Acouphènes Catarrhe tubaire Chéilite Épistaxis Furoncle

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières 1 Pathologie Rhinosinusienne Aiguë...1 1. 1 Rhinites aiguës...

Plus en détail

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI 34 Otites de l enfant I. POUR BIEN COMPRENDRE II. DIAGNOSTIQUER UNE OTITE III. ARGUMENTER L ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DE L ENFANT Item et objectifs du CNCI Item 98. Otalgies et otites

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Clément Porte IMG 1 er semestre

Clément Porte IMG 1 er semestre Clément Porte IMG 1 er semestre Mme G, 57 ans, arrive aux urgences à 16h Adressée par son MT pour suspicion d AVC devant des signes apparus à 14h : Paralysie faciale droite de la partie inférieure du

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant 44 ITEM 145 (ITEM 90) Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant Objectifs : Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic.

Plus en détail

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004)

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Pré-requis : Connaissances de base : Anatomie sommaire : les "membranes" de l œil, l'uvée, la vascularisation de l oeil

Plus en détail

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur LES ANTIBIOTIQUES Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Rapide Historique Généralités Les grandes familles d'antibiotiques Surveillance Evaluation de l'efficacité du traitement Education

Plus en détail

Cellulites (Partie 2)

Cellulites (Partie 2) Cellulites (Partie 2) G. Cellulite Subaigüe et Chronique (suite) Il est toujours très difficile de faire la distinction entre une cellulite subaigüe et une cellulite chronique. Mais le point le plus important

Plus en détail

Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*)

Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*) Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*) Objectifs pédagogiques : - Diagnostiquer une appendicite aigue chez l enfant et chez l adulte - Identifier les situations d urgence et planifier

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte

Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur E. SERRANO, Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale - CHU de Rangueil (mail :

Plus en détail

J ai toujours la goutte au nez

J ai toujours la goutte au nez J ai toujours la goutte au nez Expert: PD Dr. med. Basile LANDIS Unité de Rhinologie Olfactologie Service d Oto Rhino Laryngologie et de Chirurgie cervico faciale Animatrice: Dre Anne Claire Bréchet Bachmann

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois.

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois. OTITE MOYENNE AIGUE Objectifs : -Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte et l enfant. -Savoir diagnostiquer une otite moyenne aiguë, une otite externe, une otite séromuqueuse et leurs

Plus en détail

PATHOLOGIES DE L'OREILLE

PATHOLOGIES DE L'OREILLE ORL PATHOLOGIES DE L'OREILLE I - LES OTITES A - OTITE EXTERNE AIGUË a) Étiologie Germe: staphylocoque Concerne l'oreille externe Inflammation du conduit auditif externe Souvent suite à:. Traumatisme. Furoncle.

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Vascularisation - Physiopathogénie...3 2.

Plus en détail

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère Recommandations de (1) Bonne Pratique Bien peser l indication Préférer un antibiotique de 1 intention Une surconsommation inexplicable Pour 1000 habitants par jour 35 30 25 20 15 10 Others J01B+J01G+J01X

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels Rachel Frély Les dermatoses Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires Les traitements naturels Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Les dermatoses

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES

ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES Otalgie primitive Pavillon : - Othématome : Tuméfaction violacée sous-cutanée post-trauma TTT : ATBprophylaxie par Augmentin + Incision drainage

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ADULTE ET L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ADULTE ET L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ADULTE ET L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, octobre

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE 1 RECOMMANDATIONS AFSSAPS - juillet 2001 RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE CURATIVE SYSTÉMIQUE RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE Nombre de questions : 40 Durée de l épreuve : 1 Heure Nombre de feuilles : 15 Vous avez

Plus en détail

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient L immunothérapie sublinguale Carnet Patient Introduction Le traitement des maladies allergiques respiratoires (rhinite, asthme), comprend le contrôle de l environnement, l éviction de l allergène, l utilisation

Plus en détail

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 Dr Didier BOUSSARIE CHV Pommery 51100 Reims PRINCIPE DE LA TOMODENSITOMETRIE

Plus en détail

AFOP 2000 Paris, le 25 mars 2000

AFOP 2000 Paris, le 25 mars 2000 AFOP 2000 Paris, le 25 mars 2000 M. François L a réunion de printemps de l Association française d ORL pédiatrique (AFOP), organisée par S. Bobin en partenariat avec les Laboratoires Cassenne, s est déroulée

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 3 Les maladies infectieuses Les maladies infectieuses 198 Les maladies infectieuses W. Michielsen, R. Peleman Les personnes âgées sont plus susceptibles aux infections

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

"Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine

Le nez bouché Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine "Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine Radio anatomie Normale Les sinus frontaux : à partir de 4 ans Taille adulte vers 16-20 ans Agénésie ou

Plus en détail

Cas-cliniques céphalées

Cas-cliniques céphalées Cas-cliniques céphalées Cas N 1 Un homme de 48 ans sans antécédent, présente brutalement lors d un éternuement, une céphalée diffuse et d emblée très intense, suivie de vomissements Vous le voyez 1 heure

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail