Fiche Technique. Filière Maraichage. Atelier maraichage diversifié. Septembre 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Technique. Filière Maraichage. Atelier maraichage diversifié. Septembre 2008"

Transcription

1 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Atelier maraichage diversifié Rédigée par : Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Définition On entend par «atelier maraîchage diversifié» une production maraîchère composée d une large gamme de légumes sur une surface limitée (de l ordre de 1 à 2 ha), dont l objectif est une production diversifiée à destination d une clientèle locale. Après avoir débuté avec un «grand jardin», le producteur fixera sa surface à cultiver en fonction d objectifs de volumes précis pour lesquels il aura au préalable, trouvé des débouchés locaux. Le choix des espèces/variétés est également primordial, en fonction des débouchés, mais aussi du planning de travail. Etant donné que la clientèle ciblée est locale, l intérêt est de produire des légumes avec une saveur et une fraîcheur garanties par le producteur. Parmi les espèces présentant un intérêt dans ce genre de conception, on peut citer : En légumes d hiver : poireaux, choux, salades, carottes, navets, citrouilles, En légumes d été : tomates, pommes de terre, radis, haricots, petits pois, aubergines, concombres, courgettes, oignons frais Dans les conditions du Languedoc- Roussillon, il est à priori possible de cultiver une partie des légumes d hiver après les légumes d été sur la même surface. Potentiel des marchés Production Principaux pays producteurs Se référer aux autres fiches pour ces éléments de cadrage qui ne concernent pas les produits de circuit court envisagés ici. Production en France La production maraîchère française est essentiellement le fait de producteurs spécialisés, qui ont du mal à faire face aux importations de pays où la main d œuvre est moins chère. Cependant, la vente locale se développe de plus en plus, en vente directe ou en circuit court. C est dans ce cadre là que des petits ateliers diversifiés peuvent exister. En Languedoc-Roussillon, Si pour quelques productions la région est dans les toutes premières au niveau français (tomate, salade, artichaut, ), du fait essentiellement de la production des Pyrénées-Orientales, l offre globale régionale reste inférieure à la demande. Celle-ci se caractérise par : Une augmentation régulière, du fait de l évolution démographique croissante Une forte saisonnalité liée au tourisme Un tel atelier peut tout à fait se concevoir en parallèle d un petit atelier fruit (verger d été, raisins de table, melon, ). Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 1

2 Organisation commerciale L idée de la création de cet atelier maraîchage est de vendre ses légumes sur des circuits courts. Il est difficile d estimer la part de la production de légumes frais dont les débouchés se situent sur ces circuits courts. Les régions du Sud de la France, le Languedoc-Roussillon en particulier, jouissent de réelles opportunités pour l écoulement de légumes d été grâce au tourisme. Mais créer un tel atelier implique aussi de chercher à produire sur une période la plus longue possible, du printemps jusqu à l entrée de l hiver. Afin d étaler sa période de vente le plus longtemps possible, le producteur aura intérêt à diversifier au maximum sa production, vers des légumes d hiver mais aussi des fruits d été et de produits transformés (conserves, confitures, jus de fruits ). En Languedoc-Roussillon, un certain nombre d exploitations, viticoles notamment, se sont tournées en fruits vers ce type d atelier pour approvisionner les populations locales et les touristes. Mais au niveau maraîchage, plus consommateur en main d œuvre, cette diversification est plus rare, sauf pour des asperges, des fraises ou des melons. Ce type d atelier maraîchage diversifié est surtout le fait de néo-ruraux, avec peu de moyens financiers, qui ne peuvent concilier retour à la terre et rentabilité qu à travers ce type de production générant un retour rapide de trésorerie et un investissement en foncier et en équipement limité, qui plus est, assez adapté à des modes de production Bio dont ils sont en général adeptes. De fait, s il existe une réelle demande de légumes frais dans la région, il n y a pas d énormes possibilités de développement, plusieurs créneaux étant déjà occupés, notamment en AB. Les AMAP connaissent encore un engouement et un développement très important sur les grandes agglomérations (Toulouse, Montpellier), ainsi que la livraison aux magasins spécialisés, type Biocoop s, qui Organisation commerciale, à retenir... Principaux circuits courts: Vente directe sur place / cueillette au verger (à proximité des grandes agglomérations), Vente sur des marchés de producteurs, Vente à des détaillants, primeurs, Vente par paniers, système AMAP (à condition d avoir une diversité suffisante et assez de clients fidèles), Vente directe auprès de la grande distribution locale. n arrivent pas à s approvisionner localement de façon régulière. Prix Au niveau prix de vente, à l image d un petit atelier fruits, l objectif est de valoriser correctement la production en mettant en avant l aspect fraîcheur et saveur. Un certain «lissage» des prix d un légume à l autre peut-être pratiqué pour convaincre le client d acheter plusieurs produits. La grande difficulté cependant est d adapter quasi-quotidiennement la vente à la production, périssable dans son immense majorité. Le système des AMAP, qui permet de plus d assurer une trésorerie avant la production, est à ce niveau très attractif car le risque invendus et impayés est annulé. Synthèse La demande de légumes frais est supérieure à l offre, notamment en été et la demande sociétale augmente sur les circuits courts et l approvisionnement local. Les valorisations sont bonnes et permettent la recherche de meilleurs rapports qualité / prix pour une clientèle avertie (retraités, résidents étrangers, touristes). Cependant, ce type de production a des pics de main d œuvre élevés et des conditions de production précises : accès à l eau, planning difficile à gérer pour l entretien des cultures, la récolte et la vente. Cet atelier nécessite également un système de conditionnement et de tockage optimum, sauf dans le cas d une vente sur place. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 2

3 Impact environnemental Impact des intrants Un atelier maraîchage diversifié peut être conduit en Agriculture Biologique (AB), à condition de maîtriser toutes les techniques prophylactiques : Rotation/succession des cultures Gestion de la fertilité par des apports de matières organiques et d engrais verts Equilibre des écosystèmes, création de conditions favorables aux auxiliaires Utilisation d intrants autorisés en AB (notamment semences, fertilisants et produits de traitement) Impact sur la biodiversité Il est par principe élevé du fait de la production d un nombre d espèces important. Cet effet pourra être accentué par l utilisation de variétés anciennes, rustiques ou de terroir, et par les modes de production Bio ou «raisonnée» favorisant les écosystèmes naturels. Synthèse L impact environnemental est globalement très satisfaisant mais limité au niveau surface. Il devient par contre fort en terme d image dans le cadre de maraîchage en AB et en Agriculture Raisonnée. En cas de technicité insuffisante en AB ou de crainte trop forte de perte de production, le respect des engagements Production Légumière Intégrée (PLI) permet de limiter l impact des intrants (engrais et pesticides chimiques ) sur le milieu... et de protéger surtout la santé du producteur et des consommateurs. Impact sur la ressource en eau Il est incontournable de disposer d eau pour l implantation et le développement des légumes d été. Les légumes d hiver peuvent se cultiver sans eau, sauf peut-être pour la préparation des semis et la levée en fin d été. Impact sur les paysages Impact faible, sauf pour les abris plastiques. Un «jardin» est peu visible dans un paysage à la différence d un verger, sauf en zone de moyenne montagne où il peut contribuer à ouvrir le milieu dans le cadre de réhabilitation de cultures en terrasse. La nécessité de se protéger du vent par des haies et des actes de malveillance (vol, dégradations) par des clôtures renforcent le caractère discret des jardins professionnels (sans oublier les protections contre le gibier - sangliers notamment). Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 3

4 Contraintes agronomiques et techniques Type de sols Eléments favorables : Sol à texture moyenne, ayant une bonne structure, bien drainant et très riche en matière organique (au moins 2 %) Sol profond pour permettre un bon enracinement, limitant ainsi les besoins en irrigation Eléments défavorables : Sol lourd (très argileux), très calcaire et/ou asphyxiant Parcelles très exposées au vent. Cet élément peut être contrôlé par la mise en place de haies brise-vent et de chenilles plastique avec film de couverture avec arceaux Topographie Eléments défavorables : Sol à pente forte (risques de ravinement, lessivage, difficulté de travail du sol et d irrigation). Adaptation au climat Adapté au climat méditerranéen. Implantation de la production L implantation de la production est l aboutissement d un projet qui doit avoir pris en compte : La stratégie commerciale : pour qui je produis? La capacité d investissement : avec quels moyens je produis? Les besoins en trésorerie : comment j investis et me rémunère sur la campagne? La main d œuvre : suis-je assez qualifié? Ai-je besoin d aide et quand? Lorsque le candidat à la diversification sur ce type d atelier aura répondu de façon claire et réfléchie à ces questions, il peut se mettre à produire. Deux «grandes» époques de semis sont à cibler : - Fin d été automne - Fin d hiver printemps Avant les semis, un travail profond (labour) doit être effectué ainsi qu un amendement et une fertilisation organique conséquente, à base de fumier. Le labour sera fait au tracteur ou avec un «gros» motoculteur. La reprise de ce labour s effectue par un «grapinage» pour émietter le sol. Puis vient le temps des semis et des plantations! La 1 ère année, on conseillera de faire un «gros jardin» de ou m², afin de mettre en place l organisation de ces mises en culture, et notamment la production de plants légumiers qui permet de faire des économies importantes. C est d ailleurs une activité qui peut devenir rapidement commerciale par la vente de plants maraîchers localement, dont les amateurs de jardinage sont assez friands, notamment s ils sont produits en AB (avantage différentiel par rapport aux jardineries). C est par contre aussi une activité assez spéculative liée à des conditions climatiques printanières imprévisibles pouvant faire avancer ou retarder les périodes principales de plantation, ne correspondant plus obligatoirement aux stades de développement des plants poussés sous serre. Enfin, toute implantation doit être réfléchie en fonction des possibilités d irrigation, tant au niveau de la mobilisation et de la quantité de la ressource que de la gestion des tours d arrosage. Exemple pour 1ha de répartition de la surface par culture (cas réel) : - Salades 5 ares, - Pommes de terre 25 ares, - Poivrons 1,5 ares, - Carottes 8 ares, - Aubergines 3 ares, - Betteraves 2,5 ares, - Courgettes 6 ares, - Oignons 7,5 ares, - Tomates 4 ares, - Melons et pastèques 3 ares, - Haricots verts 1,5 ares, - Choux 12 ares, - Petits pois 2,5 ares, - Blettes 1 are, - Fèves 1 are, Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 4

5 - Fenouil 1 are, - Radis 4 ares, - Concombres 2,5 ares, - Epinards 4 ares, - Poireaux 4 ares. Conduite de la production En Agriculture conventionnelle : Fertiliser autour de 50 unités/ha de N, P et K chaque année, avant le semis, en plus d un amendement organique conséquent (selon l historique maraîcher de la parcelle ) Protéger les semis contre les attaques éventuelles des insectes du sol. Attention aux homologations des produits phytosanitaires en vigueur, Poser des pièges (tuiles) contre les escargots et limaces et traiter si présence Echelonner les semis et les plantations, et alterner les types de cultures pour éviter les maladies, Observer régulièrement avant de traiter le feuillage et les légumes contre les insectes (pucerons en particulier) Etre rigoureux sur les délais avant récolte des produits phytosanitaires et toutes les précautions indiquées sur les emballages En agriculture Biologique Fertilisation - Apport de compost Bio (dosant 40 à 50% de matière organique, pour une quantité d environ 30 tonnes/ha), - Apport d engrais organiques ou minéraux simples autorisés en Bio annuellement en adaptant les doses N, P, K, à la parcelle, - Apport de purin par aspersion foliaire (pulvérisateur ou sprinkler). Protection sanitaire Pour les ravageurs, la pratique est de traiter régulièrement avec la roténone pour limiter les attaques, en particulier de teigne sur poireaux et d altise sur radis. Mais attention sur légumes feuilles (salade en particulier) aux résidus. Il est conseillé d augmenter le nombre de jours avant la récolte au-delà du délai légal. Sur chou, traitement contre les chenilles (piérides) au Bacillus Thuringiensis. Sur pomme de terre : fertilisation au tourteau de ricin ou traitement au purin de fougère contre le taupin. Principaux problèmes rencontrés Doryphore / pomme de terre, Doryphore / aubergine Taupins / pomme de terre Rouille / ail Maladies («cul noir») sur les variétés anciennes de tomate Principaux conseils : Taupin / pomme de terre : 2 passages au semis puis à la floraison de 20 l/ha de purin de fougère (dans 200 l de bouillie / ha) Doryphores : NOVODOR FC 3% à 5 litres/ha, (Bacillus Thuringiensis sp Tenebriaris) dès observation des adultes Rouille / ail : un mélange de soufre et de cuivre peut être efficace en protection préventive «Maladies» / tomate : soigner la régularité d arrosage «cul noir» : problème avant tout physiologique Irrigation Les besoins moyens en eau d irrigation par aspersion ou à la raie sont d environ m 3 /ha, avec un besoin plus élevé sur les mois de juin, juillet, août et septembre (environ 400 m 3 /semaine). L irrigation à la raie est la plus traditionnelle, mais la mise en place d un système de goutte à goutte permet des économies d eau importantes et des automatismes de fonctionnement programmables. Attention aux procédures de déclaration et autorisation de prélèvements auprès du Service Police des eaux de la Préfecture : Déclaration : Pour les prélèvements en cours d eau d une capacité totale maximale comprise entre 400 et m 3 /heure ou entre 2 et 5% du débit du cours d eau. Autorisation au-delà. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 5

6 Contrainte de main d oeuvre La demande en main d œuvre est le principal facteur limitant. Durant la période pleine production, 2 équivalents plein temps sont nécessaires à minima sur 1 hectare de production. Une personne seule ne peut pas assurer récolte, entretien du jardin et la vente, notamment dans le cadre de circuits courts. Comme pour les petits ateliers fruits, la main d œuvre familiale peut permettre d assurer une rentabilité les premières années. Contrainte foncière Pas de contrainte particulière si ce n est la topographie régulière et l accès à l eau. Une unité d 1 ha, de préférence sur un seul tenant, peut déjà constituer un atelier maraîchage suffisant pour dégager un revenu pour 1 personne. Mécanisation Pas nécessairement spécifique Risque financier et intérêt économique pour l exploitant Résultats économiques et facteurs de risque Prévoir une production diversifiée, adaptée à la demande locale, et monter progressivement en puissance au niveau des surfaces et des quantités produites. Marge brute : Peut être positive dès la 1 ère année, à condition de bien fixer les prix par rapport à la stratégie commerciale. Quelques éléments de prix : Tomate : de 1 à 2 /kg Carottes : de 1,6 à 2 /kg Poireaux : de 1,8 à 2, 5 /kg Salades : de 0,5 à 0,8 /pièce Courgettes: de 1 à 1,5 /kg Pomme de terre : de 1 à 1,5 /kg Exemple d un système AMAP : un équivalent plein temps pourra s occuper de la récolte, de la préparation et de la vente de 40 paniers/ semaine pour un montant unitaire de 15 à 20 TTC. Sensibilité au précédent vigne Risque de fatigue de sol : décompactage et apport de matière organique. Attention aux phytotoxicités. Les principaux risques de ne pas réaliser la marge brute portent sur les intempéries, le débouché commercial, la maîtrise technique en AB. Synthèse Le petit atelier maraîchage nécessite avant tout une bonne stratégie commerciale, de l eau et de la main d œuvre! Besoins de trésorerie à /ha/an de charges totales, hors foncier (rajouter la location ou l annuité de remboursement d emprunt). Dispositif réglementaire auquel la production est soumise Pas de dispositif réglementaire pour ce type d atelier si ce n est que l évolution de l OCM Fruits et Légumes prévoit que toute culture sera éligible aux Droits à Paiement Unique (DPU) en découplage total à partir de Les modalités ne sont pour l instant pas connues. Risque financier lié aux investissements Investissements : faibles, hormis le système d irrigation s il n est pas présent. Une petite serre éventuellement pour la production de plants et du matériel de préparation du sol (difficile à concevoir en collectif ). Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 6

7 Personnes ressources Chambres d Agriculture : Christian COSTA - Chambre d Agriculture de l Aude CDA du Narbonnais Maison des Vignerons ZAC Bonne Source NARBONNE. Christophe BONNEMORT - Chambre d Agriculture de l Aude - ZA de Sautès à Trèbes CARCASSONNE Cedex 9. Charly FABRE - Chambre d Agriculture de l Hérault - Mas de Saporta - CS Lattes Cedex. Jacky RIQUET SUAMME - 15 bis quai du Pouzadou QUILLAN Organisations professionnelles et interprofessionnelles : Max HAEFLIGER, Biocivam 11 - ZA de Sautès à Trèbes CARCASSONNE Cedex 9. Bibliographie Mémento Agreste Mémento technico-économique des principales productions en Languedoc-Roussillon, références , Centres d Economie Rurale LR, Références technico-économiques Chambre d Agriculture du Vaucluse. Revue Réussir Fruits et Légumes. Diagnostics technico-économiques des installations en maraîchage 2004, 2005, 2006, 2007 Chambre d Agriculture de l Aude - Biocivam 11 SUAMME. Comment envisager un atelier de diversification en production végétale Chambre d Agriculture de l Aude - 4 pages - «Chambagri.conseil» - Février Réseau AMAP (à compléter). Liens Internet : Site FAO : Site Agreste : Site BRM : Site Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 7

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Trouver un équilibre main d œuvre /travail. Approvisionner toute l année. Proposer des produits.

LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Trouver un équilibre main d œuvre /travail. Approvisionner toute l année. Proposer des produits. LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Réussir ses cultures Produire de manière diversifiée Efficacité du travail Trouver un équilibre main d œuvre /travail Approvisionner toute l année Proposer des

Plus en détail

Régie municipale agricole et agriculture urbaine 24 novembre 2014 Gilles PEROLE Maire Adjoint Mouans-Sartoux Mouans-Sartoux 2014 Population : Surface : Espaces naturels (N +A) : Gestion des services :

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008

Fiche Technique. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Oléo-Protéagineux Soja Septembre 2008 Rédigée par : Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Pomme de terre Rédigée par : Nicolas MANSOURI Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008

Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Petits Fruits Rouges Filière Arboriculture Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Les rendez-vous 2015 du jardinage écologique janvier 2015. La rotation et la planification des cultures au jardin

Les rendez-vous 2015 du jardinage écologique janvier 2015. La rotation et la planification des cultures au jardin Les rendez-vous 2015 du jardinage écologique janvier 2015 La rotation et la planification des cultures au jardin La rotation et la planification des cultures au jardin Succession secondaire (reprise de

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Avant de passer au plan de jardin, voici quelques éléments importants à prendre en compte Le choix du sol Le sol a un rôle important pour les plantes.

Plus en détail

I. Analyse globale de l exploitation

I. Analyse globale de l exploitation LE PAUL Sophie I. Analyse globale de l exploitation Localisation Historique Activités de l exploitation Interactions entre les productions Mode de conduite Commercialisation Atouts et contraintes II. III.

Plus en détail

FERME MARAICHERE CHERCHE AMAP

FERME MARAICHERE CHERCHE AMAP FERME MARAICHERE CHERCHE AMAP Annick BRIAND & Thibault CHAMPIN Nous sommes un couple reconvertis à l agriculture et fraîchement formés au BPREA Maraîchage Bio. Nous sommes en cours d installation sur la

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes.

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes. Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Châtaigne Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

LES CULTURES SOUS SERRE

LES CULTURES SOUS SERRE LES CULTURES SOUS SERRE Chiffres clés du secteur des cultures légumières Les cultures légumières ce sont : - plus de 35 espèces (à l exception des pommes de terre) - une surface totale d environ 329 000

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008

Fiche Technique. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Amande Septembre 2008 Filière Arboriculture Rédigée par : Eric HOSTALNOU Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Semences Septembre 2008 Semences de betterave Rédigée par : Thierry PIANETTI Chambre d Agriculture du Gard Définition La dénomination

Plus en détail

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES Les surfaces Le nombre d exploitations légumières, 3 86 en 1, est en diminution comme l ensemble des exploitations agricoles. Cette baisse a davantage concerné les plus petites

Plus en détail

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

Légumes Biologiques Sous Abris

Légumes Biologiques Sous Abris Journée Filières et Techniques Légumes Biologiques Sous Abris Mercredi 10 septembre 2014 Organisée par Initiative Bio Bretagne (IBB) en partenariat avec les Chambres d Agriculture de Bretagne IBB organisait

Plus en détail

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil Chapitre 3 Performances du RPT Version 2 applicable à compter du 24 avril 2009 6 pages Page:2/6 1. RAPPEL DU CADRE REGLEMENTAIRE Cahier des charges annexé à l avenant, en date du 30 octobre 2008, à la

Plus en détail

Insecticide - Fongicide polyvalent multi-cultures

Insecticide - Fongicide polyvalent multi-cultures Product: 155928 / Page: 1 / Size: 150.000 x 135.000 / Date: 6-MAR-13 / 09:54:26 Insecticide - Fongicide polyvalent multi-cultures Composition Formulation SL 60 g/l huile essentielle d oranges douces Autorisation

Plus en détail

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Activité de maillage et de réflexion 3 avril 2008 Yves Dubois, consultant Ce projet a été réalisé grâce à un appui financier du Ministère de l'agriculture,

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

PANIERS BIO (FONCTIONNEMENT)

PANIERS BIO (FONCTIONNEMENT) PANIERS BIO (FONCTIONNEMENT) 1. QU EST-CE QUE LE RÉSEAU DES FERMIERS DE FAMILLE D ÉQUITERRE? Le réseau des Fermiers de famille, coordonné par Équiterre depuis 1995, permet aux citoyens de s abonner à une

Plus en détail

Que faut-il, Pour réaliser son projet de production hors-sol?

Que faut-il, Pour réaliser son projet de production hors-sol? . M. GOERTZ Jean-Pierre HyCoForm 144 Route du Vieux Flamboyant Le BERNICA 97435 Saint Gilles les hauts. Que faut-il, Pour réaliser son projet de production hors-sol? Cher Internaute, Avant de se lancer

Plus en détail

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole Agreste La Réunion - n 81 - Janvier 2013 Numéro 81 - Janvier 2013 DAAF La Réunion La production maraîchère à La Réunion Des exploitations maraîchères dynamiques et diversifiées qui produisent tout l éventail

Plus en détail

Fiche Technique. Raisin de table. Septembre 2008

Fiche Technique. Raisin de table. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Septembre 2008 Raisin de table Rédigée par : Alain SORBIER Chambre d Agriculture de l Hérault Potentiel des marchés Production

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

La conservation des légumes d hiver

La conservation des légumes d hiver La conservation des légumes d hiver L optimisation de la conservation des légumes d hiver est importante afin de limiter les pertes, étaler la commercialisation et proposer une diversité de légumes jusqu

Plus en détail

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude :

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude : Contexte de l étude : LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 civambio53@wanadoo.fr SARTHE

Plus en détail

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL Cultures légumières n 07 du 12 juin 2013 Ce BSV est réalisé à partir des observations effectuées ces derniers jours par les membres du réseau BSV (Chambres d Agricultures Rhône

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement En production: assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement par Caroline Martineau, IQDHO Article écrit pour le magazine Québec Vert et publié par Medias Transcontinental S.E.N.C en

Plus en détail

Source : réseau de stations météo SBT-Demeter. (mm) au 08/04

Source : réseau de stations météo SBT-Demeter. (mm) au 08/04 D U 1 0 A V R I L 2 0 1 4 rédigé par Maëlle KRZYZANOWSKI - CDDL - CA 49 A C T U A L I T E S Bilan météo P. 1 Concombre, punaise P. 2 Peu de maladies sont observées sur les cultures cette semaine, notamment

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION. Appui technique aux activités de prospection sur les sites de culture de poivron dans la région de Diffa 2 au 9 mars 2011

RAPPORT DE MISSION. Appui technique aux activités de prospection sur les sites de culture de poivron dans la région de Diffa 2 au 9 mars 2011 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION DES VEGETAUX DIRECTION DES INTERVENTIONS PHYTOSANITAIRESET DES ETUDES BIOLOGIQUES RAPPORT DE MISSION Appui

Plus en détail

15 MARS 2007 : UN BON JOUR POUR INFORMER LE CONSOMMATEUR

15 MARS 2007 : UN BON JOUR POUR INFORMER LE CONSOMMATEUR 15 MARS 2007 : UN BON JOUR POUR INFORMER LE CONSOMMATEUR SUR L'OFFRE LOCALE ET DE SAISON EN FRUITS ET LÉGUMES Tableau des prix des fruits et légumes OBSERVATOIRE BRUXELLOIS DE LA CONSOMMATION DURABLE Un

Plus en détail

Système de culture horticole Pépinière

Système de culture horticole Pépinière Système de culture horticole Pépinière Code DEPHY : HOF28740 Identification générale Production simultanée sur une année Photinia, Cuppressocyparis, Elaeagnus, Abelia, Autres arbustes Type de sol Hors-sol

Plus en détail

Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon

Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon Avril 2008 Haricots Lingots secs Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon Filière Céréales Rédigée par Gilles BOYER Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Potentiel des

Plus en détail

Guide de l utilisateur de l outil de gestion Farmigo. L outil Farmigo comprend les modules suivants: Inscription, Mon compte et Magasin en ligne

Guide de l utilisateur de l outil de gestion Farmigo. L outil Farmigo comprend les modules suivants: Inscription, Mon compte et Magasin en ligne Guide de l utilisateur de l outil de gestion Farmigo L outil Farmigo comprend les modules suivants: Inscription, Mon compte et Magasin en ligne Cher/ère partenaire, Ce document a pour but de vous faciliter

Plus en détail

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain;

uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain; MAI Grandes Cultures Céréales d hiver Blé dur, blé tendre uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain; upoursuite des traitements phytosanitaires: se référer au calendrier

Plus en détail

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC Alain et Pascale gèrent une exploitation de 3 hectares sur la commune de Campuac. Ils y cultivent une grande diversité

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Visite de Denise et Daniel Vuillon à St-Jory chez Véronique et Alain Gatti le 21 août 2008

Visite de Denise et Daniel Vuillon à St-Jory chez Véronique et Alain Gatti le 21 août 2008 Visite de Denise et Daniel Vuillon à St-Jory chez Véronique et Alain Gatti le 21 août 2008 Cet été, Denise et Daniel Vuillon ont pris quelques jours de «vacances» dans le sud-ouest. Mais fidèles à leur

Plus en détail

Autoproduire ses plants de légumes biologiques

Autoproduire ses plants de légumes biologiques CIRCUITS COURTS BIO EN LANGUEDOC-ROUSSILLON - 2014 Autoproduire ses plants de légumes biologiques Produire sur l exploitation une partie ou la majorité de ses plants de légumes est un choix stratégique

Plus en détail

De la graine à l assiette

De la graine à l assiette Académie Aix-Marseille Collège Anselme MATHIEU AVIGNON (Vaucluse) De la graine à l assiette Mathieu Bruel, Elodie Fabre, Sandra Procureur SOMMAIRE 1. Présentation du collège 2. Historique 3. Le thème transversal

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE Fonctionnement de la base de données sur les variétés disponibles en semences issues du mode de production biologique Synthèse annuelle des dérogations accordées En

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

MACROECONOMIE AGRICOLE

MACROECONOMIE AGRICOLE MACROECONOMIE AGRICOLE Arnaud Diemer Institut des Hautes Etudes en Droit Rural et Economie Agricole 2005-2006 1 INTRODUCTION Qu est ce que la macroéconomie agricole? C est l étude des exploitations agricoles

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS

POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS POTAGER EN CARRÉS POTAGER EN CARRÉS VS POTAGER TRADITIONNEL. AVANTAGES D UN POTAGER EN CARRÉS Demande peu d espace; Sol existant n est pas important; Utilise jusqu à 80%

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

Repères technico-économiques en maraîchage diversifié

Repères technico-économiques en maraîchage diversifié Repères technico-économiques en maraîchage diversifié avec le soutien de www.inpactpc.org Objet de la journée de diffusion: repères technico-économiques en maraîchage diversifié Dynamique circuits courts

Plus en détail

David, agriculteur en Dordogne

David, agriculteur en Dordogne David, agriculteur en Dordogne David, âgé de 32 ans, s est associé avec ses parents sur une exploitation où il élève 160 vaches. Il a, depuis ces 5 dernières années, changé ses habitudes de travail : il

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Asperge. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Asperge. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Asperge Septembre 2008 Rédigée par : Christophe GARCIN Chambre d Agriculture de l Hérault / CEHM Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Le Réseau français pour la santé végétale RFSV Les nématodes nuisibles aux cultures : bilan de la situation actuelle

Le Réseau français pour la santé végétale RFSV Les nématodes nuisibles aux cultures : bilan de la situation actuelle Le Réseau français pour la santé végétale RFSV Les nématodes nuisibles aux cultures : bilan de la situation actuelle Contexte en évolution Spécialisation d exploitations de grandes cultures et légumières

Plus en détail

Formations: mode d emploi

Formations: mode d emploi Formations: mode d emploi Comment s inscrire? Contactez la personne responsable de la formation au plus tard 15 jours à l avance. Attention: les formations ne comptant pas assez d inscrit-e-s pourront

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

Les parcs et jardins et le développement durable

Les parcs et jardins et le développement durable MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CONSEIL NATIONAL DES PARCS ET JARDINS GUIDE DES BONNES PRATIQUES Les parcs et jardins et le développement durable Introduction Engager une démarche de développement

Plus en détail

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660 Maisons-Alfort, le 23 janvier 2015 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d extension d usage de

Plus en détail

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY La Qualité d'un service ou d'un produit n'est pas ce que vous y mettez.

Plus en détail

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Expérience de la restauration écologique de sites sensibles dans les Pyrénées Paul Laurent 1 Résumé

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Bio et local : c est l ideal

Bio et local : c est l ideal 01 Bio et local : c est l ideal Bio π Les produits vendus localement nécessitent moins d emballages. π En consommant bio et local, vous contribuez à la réduction des transports et à la préservation de

Plus en détail

Une filière, un avenir!

Une filière, un avenir! Une filière, un avenir! Edito.. La production de légume a vu sa filière en pleine mutation ces 10 dernières années grâce aux techniques et aux innovations mais aussi par la prise en compte des évolutions

Plus en détail

Guide de conservation des fruits et légumes. «Les fruits et légumes sont vivants et continuent à évoluer, il faut donc en prendre soin!

Guide de conservation des fruits et légumes. «Les fruits et légumes sont vivants et continuent à évoluer, il faut donc en prendre soin! Guide de conservation des fruits et légumes «Les fruits et légumes sont vivants et continuent à évoluer, il faut donc en prendre soin!» Lieux de conservation FRAGILES, ils nécessitent d'être manipulés

Plus en détail

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte PRÉFET DE L'INDRE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service de la Politique Agricole et du Développement Rural Cité administrative Bd George Sand CS 60616 36020 CHATEAUROUX Cedex ARTICLE DDT 2014

Plus en détail

Usage Les filets anti-insectes peuvent être posés à même les structures de serres, tunnels ainsi que sur certains modèles de grands tunnels.

Usage Les filets anti-insectes peuvent être posés à même les structures de serres, tunnels ainsi que sur certains modèles de grands tunnels. Les filets anti-insectes ou comment garder les insectes à distance de vos légumes Christine Villeneuve Conseillère en horticulture maraîchère Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Manifestations sportives dans les espaces naturels. Propositions pour une meilleure prise en compte de l environnement

Manifestations sportives dans les espaces naturels. Propositions pour une meilleure prise en compte de l environnement Manifestations sportives dans les espaces naturels Propositions pour une meilleure prise en compte de l environnement La FRAPNA travaille depuis plusieurs années avec les organisateurs de manifestations

Plus en détail

L autorisation de mise sur le marché des produits et la lecture de l étiquette

L autorisation de mise sur le marché des produits et la lecture de l étiquette -I - Fiche I - 1 Du choix des produits phytosanitaires à leur stockage L autorisation de mise sur le marché des produits et la lecture de l étiquette a) ÉLÉMENTS DE RÉGLEMENTATION Pour être vendu, distribué,

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P O M M E S D E T E R R E H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e La culture de pommes de terre en Lorraine (surface totale y compris industrielle)

Plus en détail

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs GAL : Thur Doller Région : Alsace - 68 Priorité ciblée : La valorisation économique des patrimoines : un nouveau modèle pour le territoire Contact

Plus en détail

JARDIN BIO PARTICIPATIF

JARDIN BIO PARTICIPATIF Les étudiants de la Cité Universitaire, le CLOUS de Perpignan et l association Energie Citoyenne présentent le JARDIN BIO PARTICIPATIF SUR LA CITE UNIVERSITAIRE DE PERPIGNAN 1 Origine du Projet Manger

Plus en détail

Régime d assurance pour les fraises

Régime d assurance pour les fraises Assurance-production Aperçu du régime Fraises Régime d assurance pour les fraises Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir sur la protection de vos cultures de fraises grâce

Plus en détail

www.elephant-vert.com 1

www.elephant-vert.com 1 www.elephant-vert.com 1 L AGRICULTURE FACE À DES DÉFIS INÉDITS 3 L Afrique au cœur d un carrefour stratégique 1. 2. 3. 4. 5. Défi sanitaire: 1 Africain sur 4 souffre encore de malnutrition. Dans les pays

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

Le jardinage. biologiques.

Le jardinage. biologiques. P Le jardinage biologique lus de 13 millions de personnes pratiquent le jardinage amateur sur près de 2 % du territoire français. Cette pratique a une influence non négligeable sur la nature puisque les

Plus en détail

Pour une bonne planification agricole

Pour une bonne planification agricole Assurance-production Aperçu du régime Nouveaux semis pour les cultures fourragères Pour une bonne planification agricole Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir au sujet

Plus en détail

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Ensemble de coûts directs et indirects de production et distribution par unité vendue Varie entre produits

Plus en détail

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3 ANALYSE DES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE L OÏDIUM DES VITICULTEURS BIOLOGIQUES EN LANGUEDOC-ROUSSILLON - SYNTHESE D ENQUETES NICOLAS CONSTANT DECEMBRE 2008 LA REDACTION DE CE DOCUMENT A BENEFICIE DU SOUTIEN

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

MIRCRO FERME HYDROPONIQUE

MIRCRO FERME HYDROPONIQUE MIRCRO FERME HYDROPONIQUE Durabilité, qualité, simplicité, et innovation NOTRE SPECIALITE : 30 ANS D EXPERIENCE EN NUTRITION DES PLANTES Une gamme d engrais complète et concentrée Cher client, Merci d

Plus en détail

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé.

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Andrée Deschênes, agronome. Le jardin des Pèlerins, St-André de Kamouraska. Introduction. Très populaire dans certains endroits, le thé de compost

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles :

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles : Résumé exécutif Actualisation de l exposition alimentaire au chlordécone de la population antillaise Evaluation de l impact de mesures de maîtrise des risques Le chlordécone est une molécule organochlorée,

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

La restauration collective Planification et réalités techniques: Quelles implications pour les producteurs?

La restauration collective Planification et réalités techniques: Quelles implications pour les producteurs? La restauration collective Planification et réalités techniques: Quelles implications pour les producteurs? Sommaire La restauration collective chez Pro Natura Planification et organisation de la production

Plus en détail

Maraîchage. Toutes cultures légumières. N 12 21 mai 2015. Pucerons. Aleurodes. Thrips

Maraîchage. Toutes cultures légumières. N 12 21 mai 2015. Pucerons. Aleurodes. Thrips N 12 21 mai 2015 Maraîchage Toutes cultures légumières ANIMATEUR FILIERE MALPEYRE Camille FREDON AQUITAINE email : c.malpeyre@fredon-aquitaine.org Pucerons Les populations de pucerons sont en progression

Plus en détail

Contact : Anaïs BUTET 05 49 77 15 15 anais.butet@deux-sevres.chambagri.fr

Contact : Anaïs BUTET 05 49 77 15 15 anais.butet@deux-sevres.chambagri.fr Contact : Anaïs BUTET 05 49 77 15 15 anais.butet@deux-sevres.chambagri.fr 2 L ESCALE FERMIERE Ouverture de la première boutique collective de vente directe en gâtine, gérée et animée par des producteurs.

Plus en détail

à...) Repiquage Entretien Salades En rangs espacés de 40 cm. Eclaircir à 25-30 cm

à...) Repiquage Entretien Salades En rangs espacés de 40 cm. Eclaircir à 25-30 cm (... Salas Chicorée pain sucre 6+0,5 15-juin 1-juil. En rangs espacés 40 cm. Eclaircir à 25-30 cm 01-nov Laitue romaine 1 1-avr. 1-juil. Semis en got est possible, mais le direct en pleine terre, en ligne

Plus en détail