Conclusions du séminaire régional organisé à l intention des parlements d Afrique de l Est et d Afrique australe sur le thème

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conclusions du séminaire régional organisé à l intention des parlements d Afrique de l Est et d Afrique australe sur le thème"

Transcription

1 Séminaire à l intention des Parlements d Afrique de l Est et d Afrique australe Prévenir et combattre la violence envers les femmes et les filles : de la législation à sa mise en application Assemblée nationale de la République-Unie de Tanzanie Dar es-salaam, 5-7 décembre 2012 Organisé par l Union interparlementaire (UIP) et l Assemblée nationale de la République-Unie de Tanzanie Union interparlementaire Conclusions du séminaire régional organisé à l intention des parlements d Afrique de l Est et d Afrique australe sur le thème «Prévenir et combattre la violence envers les femmes et les filles : de la législation à sa mise en application» Document rédigé par les co-rapporteurs : Mme L. Bukimbwa et M. S. Kebwe, membres de l Assemblée nationale de la République-Unie de Tanzanie Des parlementaires des pays suivants : Angola, Lesotho, Malawi, Namibie, Ouganda, République-Unie de Tanzanie, Soudan et Zambie, ainsi que des représentants d organisations nationales et internationales, se sont réunis à Dar es-salaam (République-Unie de Tanzanie), du 5 au 7 décembre 2012, dans le cadre d un séminaire régional sur les violences faites aux femmes organisé conjointement par le Parlement tanzanien et l Union interparlementaire. Mmes Anne S. Makinda, Présidente de l Assemblée nationale tanzanienne, et Ntlhoi Motsamai, membre de l Assemblée nationale du Lesotho et du Comité exécutif de l Union interparlementaire, ont prononcé les allocutions d ouverture qui ont donné le ton du séminaire. Les participants se sont félicités des présentations des experts, en particulier de la variété des exemples choisis. Ces exposés édifiants et sans détours leur ont donné matière à réflexion et ont guidé leurs délibérations. L ensemble des participants attendaient avec impatience de regagner leur pays, encouragés de savoir que leurs homologues des pays voisins se battaient pour la même cause. Durant le séminaire, ils ont pu se rendre compte que la violence faite aux femmes était un fléau mondial, qui n épargnait aucun pays. Ils ont passé en revue les différentes formes de violences faites aux femmes et aux filles dans la région, ainsi que leurs conséquences. On notera parmi les violences les plus répandues : les mariages précoces, les châtiments corporels, les violences ayant un lien avec le VIH/sida, les mutilations génitales féminines (MGF), le viol et la traite. Les délégués se sont intéressés de près aux causes profondes de la violence faite aux femmes, à savoir l inégalité de pouvoir très enracinée entre les hommes et les femmes, qui contribue à la violence et à son acceptation, ainsi que certaines normes culturelles et sociales, la dépendance économique, la pauvreté, l alcoolisme, etc. Les participants se sont appuyés sur la résolution adoptée par l UIP à Kampala, au sujet du droit fondamental qu est l accès à la santé pour aborder précisément les besoins propres aux femmes et aux filles enceintes ainsi qu aux femmes handicapées en matière de santé maternelle et faire le lien entre les problèmes auxquels elles sont confrontées dans ce domaine et le sujet de la violence envers les femmes en général. En ratifiant la Convention pour l élimination de toutes les formes de violence à l égard des femmes (CEDAW) et le Protocole à la Charte africaine des droits de l homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Protocole de Maputo), les Etats se sont engagés à prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir et combattre la violence faite aux femmes. Pour autant, les délégués ont remarqué qu il y a une différence entre la législation nationale et les instruments internationaux auxquels

2 - 2 - les Etats ont souscrit. Ils ont également constaté que tous les pays de la région n en sont pas au même stade dans la mise en œuvre de ces instruments. Les participants sont convenus qu un cadre juridique était indispensable pour remédier à la violence dont les femmes font l objet. Pour eux, il convient de revoir intégralement le droit écrit et le droit coutumier pour remédier aux contradictions et aux carences. Il faut un cadre solide et détaillé qui renferme des mesures de prévention et de protection et prévoie l accompagnement des victimes et des enfants, des réparations et la traduction des auteurs de violences en justice, des mécanismes d application et des systèmes de contrôle, ainsi que des dispositions permettant un financement suffisant et régulier. Cependant, les participants ont également souligné que même la législation la plus étudiée ne suffirait pas à elle seule. Pour qu elle puisse être appliquée correctement, il fallait faire œuvre de pédagogie auprès de la population, avoir un système judiciaire et policier qui fonctionne, mais aussi sensibiliser les médecins et le personnel de santé aux besoins particuliers des victimes de violences. Outre son incidence sur le plan humain et affectif, la violence faite aux femmes a des répercussions économiques et financières pour les victimes et leurs proches, les collectivités et les pouvoirs publics. Il est donc plus judicieux et moins onéreux d investir dans des mesures de prévention que de vouloir remédier aux conséquences de la violence. Il importe que les parlements combattent la violence faite aux femmes en usant de leurs pouvoirs législatif, de contrôle et de sensibilisation. En outre, pour optimiser les résultats, il importe de sceller des alliances entre partis, notamment sous la forme de commissions parlementaires et de groupes parlementaires spécialisés dans la condition de la femme ou l égalité des sexes, et de collaborer de près avec l Exécutif, la société civile, les organisations internationales, les médias et les chefs traditionnels et autorités religieuses pour optimiser les résultats. Les participants ont reconnu que parce qu ils étaient des maris, des pères, des frères et des fils, les hommes et les jeunes garçons pouvaient et devaient être associés à l éradication de la violence faite aux femmes. En effet, si des hommes se sentent impliqués, ils contribueront à faire évoluer la mentalité des autres hommes. Recommandations Durant le séminaire, les participants ont été divisés en groupes de travail, et chargés d étudier les cadres législatifs nécessaires pour combattre les différentes formes de violence : violence conjugale, violence en rapport avec le VIH/sida, mutilations génitales féminines et mariages précoces. Sur chacun de ces sujets, les participants ont recommandé une série de mesures prioritaires pour établir une législation adaptée et en assurer l application. On trouvera ci-après une liste non exhaustive de mesures proposées aux parlements pour répondre efficacement à la violence faite aux femmes et aux filles. Il convient de les lire en parallèle des rapports des groupes de travail annexés au présent document. Aligner les lois nationales sur les instruments juridiques internationaux auxquels le pays a souscrit, superviser l application de ces textes et promouvoir la ratification du Protocole facultatif à la Convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination à l égard des femmes, ainsi que du Protocole de Maputo. Adopter des lois rigoureuses et détaillées contre la violence faite aux femmes et en particulier contre la violence conjugale et mettre l accent sur la prévention, la poursuite des auteurs et les sanctions, ainsi que sur la protection et l accompagnement des victimes.

3 - 3 - Utiliser le pouvoir de contrôle du Parlement pour veiller à la bonne application des lois et politiques, grâce à des mécanismes appropriés (budgétisation-genre, collecte de données, moyens de recherche, questions aux ministères compétents). Examiner scrupuleusement les propositions budgétaires pour garantir un financement suffisant et durable des programmes de lutte contre la violence faite aux femmes. Veiller à ce que tous les acteurs de l application des lois magistrats, policiers, procureurs, personnel de santé, travailleurs sociaux, société civile, etc. soient suffisamment formés. Mettre en place des programmes pédagogiques dans les collectivités locales et y associer les ONG, les auxiliaires de justice, les prestataires de soins, les hôpitaux et les agents des forces de l ordre. Encourager l inclusion de modules relatifs à l égalité des sexes dans les programmes scolaires. Instituer dans chaque parlement un groupe d élus se consacrant à la prévention de la violence faite aux femmes et à la riposte à y apporter, tant au plan national qu au plan régional. Instituer un mécanisme de contrôle permettant de mesurer à intervalles réguliers l application des lois relatives à la violence faite aux femmes et leurs résultats. Les participants ont remercié les experts de leurs présentations, qui les avaient fait réagir, et se sont engagés à tenir compte des propositions formulées durant le séminaire pour élaborer une législation efficace pour combattre la violence faite aux femmes et aux filles. Enfin, ils ont remercié l Assemblée nationale tanzanienne et l Union interparlementaire d avoir organisé ce séminaire.

4 ANNEXE RAPPORTS DES GROUPES DE TRAVAIL On trouvera ci-après un résumé des principaux points qui sont ressortis des exposés des experts durant les ateliers et les débats qui ont suivi. 1. Groupe 1 Violence conjugale S agissant de l élaboration de la législation et de son application, le groupe de travail a jugé essentiel de prendre les mesures suivantes : 1. dans la définition de la violence conjugale, mettre davantage l accent sur la violence physique et la crainte de mauvais traitements imminents, que sur la violence psychologique et économique; 2. interdire l intervention de tiers dans les demandes d ordonnances de protection/d éloignement; 3. intégrer les ordonnances de protection au nombre des recours civils et non pénaux; 4. prévoir l identification de l agresseur principal et fournir à ce titre une formation adaptée à la police; 5. interdire la médiation dans les cas de violence conjugale; l application des ordonnances de protection ne doivent s appliquer qu à la victime; 6. Prévoir des recours pour les victimes, notamment l éviction du conjoint violent; assortir les ordonnances de protection d un accompagnement des enfants; 7. ne jamais subordonner les ordonnances de protection à des témoignages indépendants ou des examens psychologiques; 8. proscrire l application de mises en garde contre les auteurs de violences; 9. régler les conflits au moyen de lois coutumières ou religieuses favorables aux droits fondamentaux des victimes et à l égalité des sexes; et 10. prévoir des programmes de financement et de formation pour l application de la loi. MESURE OBSTACLES MOYENS REQUIS DEGRE DE PRIORITE 1. Mise en place d un tribunal spécialisé dans la violence conjugale 2. Délivrance immédiate d ordonnances temporaires de protection 3. Audition et délivrance d ordonnances définitives 24 h/24, 7 j/7 4. Formation pour l application de la loi - public - police - chefs traditionnels 5. Obligation pour la collectivité de signaler les actes de violence à la police culture traditionnelle : idée selon laquelle la violence conjugale relève de la sphère privée manque de moyens financiers et humains manque de travailleurs sociaux et de conseils juridiques problème de mise en œuvre manque de compétences corruption de la police manque de moyens financiers et humains magistrats insuffisamment formés et sensibilisés manque de moyens financiers et humains culture Les chefs traditionnels sont attachés à leur statut. peur de la police procédures longues les signalements prennent du temps menace/peur du voisinage et des connaissances volonté politique d allouer les moyens nécessaires responsables politiques sensibilisés pour permettre l adoption d une loi formation de la police moyens financiers participation de la société civile affectation de moyens suffisants travail pédagogique existence préalable de la loi travail pédagogique travail pédagogique et de sensibilisation simplification des procédures volonté politique élevé moyen moyen moyen élevé EFFET important cette mesure contribuera à faire considérablement diminuer la violence conjugale. modéré important Mesure indispensable important - IL faut que chaque incident soit signalé et que la police agisse immédiatement. important 6. Adoption de la loi élevé important

5 Groupe 2 Violence faite aux femmes et VIH/sida Le groupe de travail a constaté que la violence faite aux femmes et le VIH/sida étaient deux pandémies qui se cumulaient et qui restaient difficiles à combattre pour les raisons suivantes : il s agit de sujets tabou et il existe une loi du silence; soit il n y a pas de législation appropriée, soit elle n est pas appliquée; la pauvreté empêche les femmes de réagir; il n y a pas d institutions et de services d aide aux victimes de la violence sexiste; les femmes ne sont pas suffisamment instruites et ne connaissent pas bien leurs droits, ni les lois destinées à les protéger; dans certains pays, la volonté politique et le leadership nécessaires pour combattre le VIH/sida et la violence conjugale font défaut. Face à ces problèmes, le groupe de travail a identifié les mesures ci-après qu il convient de prendre en priorité : 1. réformer les lois et ériger en infractions pénales la violence faite aux femmes et les autres formes de mauvais traitements; 2. adopter des lois sur la violence faite aux femmes et le VIH/sida ou revoir les lois existantes; 3. renforcer les capacités des parlementaires pour prévenir la violence sexiste; 4. promouvoir les femmes aux fonctions de décision/dans les instances de décision; 5. sensibiliser le public aux normes culturelles/d égalité des sexes et aux rôles attribués aux hommes et aux femmes et faire évoluer les mentalités et les comportements; 6. associer les hommes aux efforts de lutte contre la violence faite aux femmes et le VIH/sida; 7. mettre en place des services de police spéciaux formés à la prise en charge des victimes de violences conjugales et sexuelles; 8. aller au contact des électeurs pour leur faire comprendre que la violence sexiste, la discrimination et la pauvreté exposent davantage les femmes et les filles au VIH; 9. demander des comptes au gouvernement au sujet de ses promesses; 10. favoriser l émancipation des femmes et leur sécurité matérielle; 11. fonder des réseaux et des alliances; 12. mobiliser des moyens et les affecter à la mise en œuvre dans les circonscriptions de programmes de lutte contre la violence faite aux femmes et le VIH/sida; 13. renforcer les services de recherche des parlements, en particulier sur les questions touchant à l égalité hommes-femmes; 14. faire en sorte que toutes les lois et politiques de lutte contre le VIH/sida soient rédigées dans un souci d égalité des sexes et dans le respect des droits de l homme.

6 Groupe 3 Mutilations génitales féminines (MGF) et mariages précoces Le groupe de travail a défini une série de mesures prioritaires pour combattre les mutilations génitales féminines (MGF) et les mariages précoces. Il a estimé que les parlementaires devaient : 1. aller à la rencontre des dirigeants traditionnels et religieux et des chefs de clans pour parler des conséquences des MGF et des mariages précoces; 2. rencontrer les personnes qui pratiquent les MGF pour discuter avec elles de la manière d y mettre fin et chercher comment elles pourraient se reclasser; 3. se rendre dans des établissements de santé (dans leur circonscription, mais pas uniquement); 4. se rendre dans les écoles de leur circonscription pour sensibiliser les élèves aux questions d égalité hommes-femmes ainsi qu aux droits de l homme et aux conséquences des pratiques traditionnelles dangereuses; 5. veiller à ce que le ministère de l éducation inscrive des modules sur l égalité des sexes, les droits de l homme et les conséquences des pratiques traditionnelles dangereuses dans les programmes scolaires; 6. informer les acteurs prenant part à la mise en œuvre de la législation et des politiques sur les méfaits des MGF et des mariages précoces; 7. définir des lignes dans le budget du Parlement pour l organisation de réunions et de visites; 8. demander au ministère chargé du développement local, de l égalité des sexes et de l enfance de chapeauter une campagne nationale contre les MGF et les mariages précoces; 9. mobiliser des fonds publics et demander au gouvernement d étudier avec des donateurs potentiels la possibilité d obtenir des fonds pour financer, à titre prioritaire, la lutte contre les MGF et les mariages précoces; 10. faire un travail de sensibilisation sur les MGF et les mariages précoces avec les organisations de la société civile et les médias; 11. débattre sur les MGF et les mariages précoces au Parlement, tant en plénière qu en commission ou dans les groupes parlementaires défendant la condition de la femme; 12. créer au sein du Parlement un groupe de coordination sur les MGF et les mariages précoces; 13. encourager la révision de la législation matrimoniale et une définition précise de l âge minimum requis pour se marier (qui soit identique pour les femmes et les hommes); 14. inscrire l interdiction des pratiques traditionnelles dangereuses dans la Constitution; 15. contrôler l application et la viabilité des programmes de lutte contre les MGF et autres pratiques traditionnelles dangereuses.

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles 57 e session de la Commission de la condition de la femme, 4 15 mars 2013 Plan d action francophone sur les violences

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

2015 PCF/FG 1 : Femmes victimes de violences : hébergement et accès au logement. PROPOSITION DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2015 PCF/FG 1 : Femmes victimes de violences : hébergement et accès au logement. PROPOSITION DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS 2015 PCF/FG 1 : Femmes victimes de violences : hébergement et accès au logement. PROPOSITION DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS La lutte contre les violences faites aux femmes est un enjeu essentiel de

Plus en détail

PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES RELATIF AUX DROITS DES FEMMES

PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES RELATIF AUX DROITS DES FEMMES PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES RELATIF AUX DROITS DES FEMMES 1 PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES, RELATIF AUX DROITS DE LA FEMME

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Nous, les ministres chargés de l enfance dans les États membres de l Organisation de la Conférence islamique (OCI) et les chefs d organisations

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Le rôle du parlement mauritanien dans les travaux des organes de traités relatifs aux droits de l homme

Le rôle du parlement mauritanien dans les travaux des organes de traités relatifs aux droits de l homme Le rôle du parlement mauritanien dans les travaux des organes de traités relatifs aux droits de l homme Séminaire à l intention des membres de la Commission parlementaire des droits de l homme et des autres

Plus en détail

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-=

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland =-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= PROPOS LIMINAIRE DE MADAME ABENA ONDOA NEE OBAMA MARIE THERESE, MINISTRE DE LA PROMOTION

Plus en détail

Troisième et quatrième rapports périodiques combinés Zambie

Troisième et quatrième rapports périodiques combinés Zambie Comité pour l élimination de la discrimination à l égard des femmes Vingt-septième session 3-21 juin 2002 Extrait du supplément N o 38 (A/57/38) Troisième et quatrième rapports périodiques combinés Zambie

Plus en détail

LES DROITS DES FEMMES EN MAURITANIE

LES DROITS DES FEMMES EN MAURITANIE LES DROITS DES FEMMES EN MAURITANIE La Constitution mauritanienne : Art. 1 er al. 2 de la Constitution mauritanienne : La République assure à tous les citoyens sans distinction d origine, de race, de sexe

Plus en détail

27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-27(2006) 3 27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Érevan (12-13 octobre 2006) LA PLACE, LES DROITS ET L AIDE AUX VICTIMES Rapport présenté par le Ministre de la Justice d ALLEMAGNE www.coe.int/minjust

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Ecole Nationale de la Magistrature : Section internationale de Paris Ecole Nationale d Administration de Bamako

CURRICULUM VITAE. Ecole Nationale de la Magistrature : Section internationale de Paris Ecole Nationale d Administration de Bamako CURRICULUM VITAE 1. Nom de famille : MAIGA 2. Prénoms : SOYATA 3. Date de naissance : 22 Décembre 1952 4. Nationalité : Malienne 5. Formation : Juriste ; Ancienne Magistrate ; Avocate à la Cour 6. Cursus

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Togo. Un rapport au Comité des Droits de l homme

Togo. Un rapport au Comité des Droits de l homme Togo Un rapport au Comité des Droits de l homme Introduction Ceci est un résumé du rapport de l OMCT Violence contre les femmes au Togo, soumis au Comité des droits de l homme des Nations Unies en 2002

Plus en détail

PROJET VISANT À AMÉLIORER L ACCÈS À LA JUSTICE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES EN AFRIQUE DE L EST. Description du projet

PROJET VISANT À AMÉLIORER L ACCÈS À LA JUSTICE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES EN AFRIQUE DE L EST. Description du projet PROJET VISANT À AMÉLIORER L ACCÈS À LA JUSTICE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES EN AFRIQUE DE L EST Description du projet Le projet visant à améliorer l accès à la justice pour les enfants et les jeunes

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

[N.B. : Ceci est une traduction non officielle.]

[N.B. : Ceci est une traduction non officielle.] [N.B. : Ceci est une traduction non officielle.] Réseau juridique canadien VIH/SIDA - Parti vert du Canada Question 1 : Financer entièrement une stratégie renouvelée sur le VIH et le sida Votre parti s

Plus en détail

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É.

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. Sommaire Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. L équipe de recherche sur la violence faite aux femmes et le système juridique à l ïle-duprince-édouard

Plus en détail

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris 2 DEFINITION La lutte contre les violences faites aux femmes s'inscrit

Plus en détail

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international 3003 Bern Berne, le 10 novembre Approbation et mise en œuvre de la convention du 25 octobre 2007 du Conseil de l Europe sur la protection des

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE Fiche d Information sur le genre Les Fiches d Information sur le genre, rédigés par le Help Desk pour l

Plus en détail

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences?

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences? Claudie Lesselier Association RAJFIRE rajfire@wanadoo.fr Un collectif féministe d action et de solidarité avec les femmes migrantes et exilées Quelles violences? Violence masculines contre les femmes manifestation

Plus en détail

Séminaire à l intention des parlements d Afrique centrale et de l Ouest

Séminaire à l intention des parlements d Afrique centrale et de l Ouest Assemblée nationale du Séminaire à l intention des parlements d Afrique centrale et de l Ouest Légiférer contre les violences faites aux femmes et aux filles Ouagadougou, 30-31 mars et 1 er avril 2011

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

COMMENT RENFORCER LES ENFANTS A SE PROTEGER EUX-MEMES. Production: Groupe d enfants participants à l atelier Présentation: Essenam & Paa Kwessi

COMMENT RENFORCER LES ENFANTS A SE PROTEGER EUX-MEMES. Production: Groupe d enfants participants à l atelier Présentation: Essenam & Paa Kwessi COMMENT RENFORCER LES ENFANTS A SE PROTEGER EUX-MEMES Production: Groupe d enfants participants à l atelier Présentation: Essenam & Paa Kwessi INTRODUCTION La façon la plus sur de protéger les enfants

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

Aide aux victimes en cas d infraction commise

Aide aux victimes en cas d infraction commise Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit public Unité Projets et méthode législatifs 1 er janvier 2015 Aide aux victimes en cas d infraction

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Mariages mixtes et expatriations en famille : des vulnérabilités juridiques à corriger

Mariages mixtes et expatriations en famille : des vulnérabilités juridiques à corriger Juillet 2012 Joëlle Garriaud-Maylam Sénateur représentant les Français de l étranger Mariages mixtes et expatriations en famille : des vulnérabilités juridiques à corriger De 1946 à 2010, la proportion

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET FORUM DE LA

Plus en détail

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La Campagne UN sur CINQ a été lancée à Rome

Plus en détail

Association D appui et d Éveil Pugsada (ADEP)

Association D appui et d Éveil Pugsada (ADEP) Association D appui et d Éveil Pugsada (ADEP) Association D appui et d Eveil Pugsada (ADEP) Secteur 14 quartier KALGHONDIN dans l Arrondissement de BOGODOGO, Ouagadougou, Province du KADIOGO 01 BP 6691

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU»

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» The image part with relationship ID rid2 was not found in the file. BUT: Promotion de la Santé Sexuelle et de

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Conférence sur l assistance judiciaire dans le système pénal : le rôle des avocats, nonavocats et autres acteurs

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Droit des étrangers en Allemagne

Droit des étrangers en Allemagne Séminaire Murcia (San Javier) Svenja Schmidt-Bandelow (Berlin) Droit des étrangers en Allemagne Mariage à un partenaire étranger Si les partenaires étrangers en Allemagne veulent se marier, ils sont confrontés

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

Vous divorcez, vous vous séparez?

Vous divorcez, vous vous séparez? Service Com&Doc - Crédit image : drx - Fotolia.com - Imprimerie Caf35 - Mars 2014 Vous divorcez, vous vous séparez? 5 questions pour mieux comprendre Vous informer et vous aider dans vos démarches Vous

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Les violences conjugales

Les violences conjugales MINISTÈRE le point sur Femmes/égalité Lutte contre les violences envers les femmes Les violences conjugales Les victimes de violences craignent le plus souvent de s exprimer. Paralysées par la peur, une

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

LES MUTILATIONS SEXUELLES FÉMININES, UN CRIME PUNI PAR LA LOI.

LES MUTILATIONS SEXUELLES FÉMININES, UN CRIME PUNI PAR LA LOI. LES MUTILATIONS SEXUELLES FÉMININES, UN CRIME PUNI PAR LA LOI. stop-violences-femmes.gouv.fr LES MUTILATIONS SEXUELLES FÉMININES, C EST QUOI? LES MUTILATIONS SEXUELLES FÉMININES SONT UNE VIOLATION DES

Plus en détail

L expérience de la France

L expérience de la France Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile des auteurs d infractions sexuelles Le dispositif électronique de protection anti-rapprochement L expérience

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme Les Pays-Bas, un candidat engagé pour le Conseil des droits de l homme Notre candidature Les Pays-Bas ont chaleureusement accueilli la création du Conseil des droits de l homme. Membre actuel du Conseil

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille FR001 1 Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes et droit

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Intervention Catherine FAUTRIER APCE 28 novembre 2007 1

Intervention Catherine FAUTRIER APCE 28 novembre 2007 1 Intervention Catherine FAUTRIER APCE 28 novembre 2007 1 Les violences conjugales constituent une très grave et inacceptable atteinte au droit, à la liberté, à la sécurité et à la dignité humaine. Habituellement

Plus en détail

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 Assemblée A/129/2-P.7 Point 2 4 octobre 2013 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE A

Plus en détail

Programmes du procureur général de l Ontario et les Services aux victimes d actes criminels en Ontario

Programmes du procureur général de l Ontario et les Services aux victimes d actes criminels en Ontario Programmes du procureur général de l Ontario et les Services aux victimes d actes criminels en Ontario Les PIPV en Ontario Financés par le ministère du Procureur général de l Ontario (http://www.attorneygeneral.jus.gov.on.ca/french/default.asp),

Plus en détail

Les violences faites aux femmes et l application de la loi du 9 juillet 2010 relative aux violences familiales

Les violences faites aux femmes et l application de la loi du 9 juillet 2010 relative aux violences familiales RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 avril 2013 Les violences faites aux femmes et

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2006-2015 Augmenter les effectifs et améliorer la qualité du corps enseignant en Afrique subsaharienne Les besoins La pénurie aiguë

Plus en détail

Bamako, 11-13 décembre 2007

Bamako, 11-13 décembre 2007 Mise en oeuvre des Lignes directrices de Robben Island en Afrique francophone Bamako, 11-13 décembre 2007 RAPPORT NARRATIF Introduction Ce séminaire, co-organisé par L Association pour la Prévention de

Plus en détail

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose?

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? Quel droit les employeurs, les organisations bénévoles, les autorités de réglementation et les établissements d enseignement (les «organismes»)

Plus en détail

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Aide visuelle sur la violence sexuelle utilisée pour sensibiliser et former la population, Sud-Kivu,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE CONCERNANT LES INSTANCES PARLEMENTAIRES TRAITANT DU VIH/SIDA

QUESTIONNAIRE CONCERNANT LES INSTANCES PARLEMENTAIRES TRAITANT DU VIH/SIDA QUESTIONNAIRE CONCERNANT LES INSTANCES PARLEMENTAIRES TRAITANT DU VIH/SIDA En réponse aux nombreuses demandes de parlements et d'organisations internationales, ainsi que de la société civile, invitant

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

Le 8 mars 2009, plus d une centaine d organisations, présentes sur tout le continent africain, ont lancé une

Le 8 mars 2009, plus d une centaine d organisations, présentes sur tout le continent africain, ont lancé une Dossier de presse L année 2009 marque le 30ème anniversaire de l adoption de la Convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination à l égard des femmes (CEDAW) par l Assemblée générale

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES N 1003077 M. Yves Alain LXXXX M. Vennéguès Magistrat désigné M. Bernard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Rennes

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

VERIFICATEUR DE GENRE SADC. Suivre les progrès Réalisés sur la mise en œuvre du. Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement

VERIFICATEUR DE GENRE SADC. Suivre les progrès Réalisés sur la mise en œuvre du. Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement VERIFICATEUR DE GENRE SADC DE LA 2013 Suivre les progrès Réalisés sur la mise en œuvre du Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement Avec Accent Mis Sur La Partie Trois Gouvernance Articles

Plus en détail

CRC/C/GC/14. Convention relative aux droits de l enfant

CRC/C/GC/14. Convention relative aux droits de l enfant Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant Distr. générale 29 mai 2013 Français Original: anglais CRC/C/GC/14 Comité des droits de l enfant Observation générale n o 14 (2013) sur le droit

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la Santé et des Droits Sexuels et Reproductifs. Note politique. Mars 2007

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la Santé et des Droits Sexuels et Reproductifs. Note politique. Mars 2007 Note politique Mars 2007 La Coopération belge au Développement dans le domaine de la Santé et des Droits Sexuels et Reproductifs Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

Commission de la condition de la femme LA VIOLENCE À L'ÉGARD DES FEMMES

Commission de la condition de la femme LA VIOLENCE À L'ÉGARD DES FEMMES Commission de la condition de la femme LA VIOLENCE À L'ÉGARD DES FEMMES CSW42 Conclusions concertées (I) Nations Unies, mars 1998 LA VIOLENCE À L'ÉGARD DES FEMMES La Commission de la condition de la femme,

Plus en détail

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Toute demande de reproduction ou

Plus en détail

Objectifs et Stratégie

Objectifs et Stratégie Forum Africain des Parlementaires pour l Education (FAPED) CONFERENCE GENERALE CONSTITUTIVE Dar Es-Salaam, Tanzanie 27 novembre-2 décembre, 2002 Objectifs et Stratégie Révisé par la Conférence Générale

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail