LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2. par. Pierre Colmez

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2. par. Pierre Colmez"

Transcription

1 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 par Pierre Colmez Table des matières. La fonction zêta p-adique Valeurs aux entiers négatifs de la fonction zêta de Riemann Les congruences de Kummer Restriction à La fonction zêta de Kubota-Leopoldt Transformée de Mellin p-adique et transformée Γ de Leopoldt Construction de la fonction zêta de Kubota-Leopoldt Le résidu en s = de la fonction zêta p-adique Les zéros de la fonction zêta p-adique Fonctions L de Dirichlet Caractères de Dirichlet et sommes de Gauss Les fonctions-l de Dirichlet Fonctions L p-adiques attachées aux caractères de Dirichlet Comportement en s = des fonctions L de Dirichlet Torsion par un caractère de conducteur une puissance de p Séries de Coleman Unités cyclotomiques et fonctions L p-adiques Existence des séries de Coleman Dérivée logrithmique des séries de Coleman et opérateur ψ La fonction zêta p-adique.. Valeurs aux entiers négatifs de la fonction zêta de Riemann Soit ζ(s = + n= n s = p ( p s la fonction zêta de Riemann. Soit Γ(s = + t=0 e t t s dt t la fonction Γ d Euler. Cette fonction est holomorphe pour Re(s > 0 et satisfait l équation fonctionnelle Γ(s + = sγ(s, ce qui permet de la prolonger en une fonction méromorphe sur C tout entier.

2 2 PIERRE COLMEZ Lemme.. Si Re(s >, alors ζ(s = Γ(s + 0 dt e t ts t. Démonstration. Il suffit d écrire e t sous la forme + n= e nt et d utiliser la formule + 0 e nt t s dt t = Γ(s n. s Proposition.2. Si f est une fonction C sur R + à décroissance rapide à l infini, alors la fonction L(f, s = + f(tt s dt Γ(s 0 t définie pour Re(s > 0 admet un prolongement holomorphe à C tout entier et, si n N, alors L(f, n = ( n f (n (0. Démonstration. Soit ϕ une fonction C sur R +, valant sur [0, ] et 0 sur [2, + [. On peut écrire f sous la forme ϕf+ ( ϕf et L(f, s sous la forme L(ϕf, s + L(( ϕf, s et comme ( ϕf est nulle dans un voisinage de 0 et à décroissance rapide à l infini, l intégrale + 0 f(tt s dt t définit une fonction holomorphe sur C tout entier. Comme de plus, Γ(s s annule aux entiers négatifs, on a L(( ϕf, n = 0 si n N. On voit donc que, quitte à remplacer f par ( ϕf, on peut supposer f à support compact. Une intégration par partie nous fournit alors la formule L(f, s = L(f, s + si Re(s >, ce qui permet de prolonger L(f, s en une fonction holomorphe sur C tout entier. D autre part, on a + L(f, n = ( n+ L(f (n+, = ( n+ f (n+ (tdt = ( n f (n (0, ce qui termine la démonstration. On peut en particulier appliquer cette proposition à f 0 (t = t e t. Soit + n=0 B n tn n! le développement de Taylor de f 0 en 0. Les B n sont des nombres rationnels appelés nombres de Bernoulli et qu on retrouve dans toutes les branches des mathématiques. On a en particulier B 0 =, B = 2, B 2 = 6, B 4 = 30,..., B 2 = , et comme f 0 (t f 0 ( t = t, la fonction f 0 est presque paire et B 2k+ = 0 si k. Un test presque infaillible pour savoir si une suite de nombres a un rapport avec les nombres de Bernoulli est de regarder si 69 apparaît dans les premiers termes de cette suite. Théorème.3. (i La fonction ζ a un prolongement méromorphe à C tout entier, holomorphe en dehors d un pôle simple en s = de résidu. (ii Si n Q, alors ζ( n = ( n B n+ n+ ; en particulier, ζ( n Q. Démonstration. On a ζ(s = s L(f 0, s comme on le constate en utilisant la formule Γ(s = (s Γ(s ; on en déduit le résultat. Remarque.4. Les valeurs aux entiers de la fonction zêta, ou plus généralement des fonctions L de la géométrie arithmétique, recellent une quantité impressionante d informations arithmétiques. Par exemple, Kummer a montré que, si p ne divise pas le numérateur de ζ(, ζ( 3,..., ζ(2 p, alors p ne divise pas le cardinal du groupe des classes d idéaux du corps Q(µ p. 0

3 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 3 Cela lui a permis de démontrer le théorème de Fermat pour un tel p dit régulier. Le point de départ de la démonstration de Kummer est la formule analytique du nombre de classes d idéaux qui permet d exprimer ce nombre de classes en termes de fonctions L de Dirichlet en s = 0. L une des étapes principale de la démonstration de Kummer consiste à établir une congruence modulo p (ou plus exactement modulo m Qp (µ p entre ces fonctions L de Dirichlet en s = 0 et les valeurs aux entiers négatifs de la fonction zêta. Ces congruences sont des cas particuliers de congruences mod p k, elles-aussi découvertes par Kummer, entre les valeurs aux entiers négatifs de la fonction zêta..2. Les congruences de Kummer Si a R +, on peut appliquer la proposition.2 à la fonction f a (t = e t a e at qui est C sur R + (on s est débrouillé pour supprimer le pôle en 0 et à décroissance rapide à l infini. Corollaire.5. Si a R +, la fonction ( a s ζ(s = L(f a, s a un prolongement analytique à C tout entier et, si n N, alors ( a +n ζ( n = ( n f a (n (0. En particulier, si a Q, alors ( a +n ζ( n Q. Proposition.6. Si a, il existe une mesure µ a dont la transformée de Laplace est f a (t. De plus, v D0 (µ a 0 et si n N, alors Z p x n µ a = ( n ( a +n ζ( n. Démonstration. Pour démontrer l existence de µ a, il suffit de vérifier que la série obtenue en remplaçant e t par + T est à coefficients bornés ; ce sera alors la transformée d Amice de µ a. Or on peut écrire ( + T a sous la forme at ( + T g(t avec g(t = + n=2 a( a n T n 2 Z p [[T ]] et donc T a + ( + T a = ( T n g n Z p [[T ]]. n= Comme on a obtenu une série à coefficients entiers, on obtient en prime la minoration v D0 (µ a 0. Finalement, on a Z p x n µ a = L µ (n a (0 = f a (n (0. Proposition.7 (congruences de Kummer. Soit a N {} premier à p. Soit k. Si n et n 2 sont deux entiers k vérifiant n n 2 mod. (p p k, alors v p ( ( a +n ζ( n ( a +n 2 ζ( n 2 k. Démonstration. Comme on a supposé n k et n 2 k, on a v p (x n k et v p (x n 2 k si x pz p. D autre part, comme (Z/p k Z est de cardinal (p p k, et que l on a supposé n n 2 mod. (p p k, on a x n x n 2 p k Z p si x. En résumé, v p (x n x n 2 k quel que soit x Z p, et donc v C 0(x n x n 2 k. Comme v D0 (µ a 0, ceci implique v p ( ( a +n ζ( n ( a +n 2 ζ( n 2 = v p ( Z p (x n x n 2 µ a (x k et permet de conclure.

4 4 PIERRE COLMEZ.3. Restriction à L énoncé ci-dessus n est pas très esthétique à cause de la condition n, n 2 k. La démonstration montre que cette condition vient de ce qu on intègre sur Z p tout entier, et que la vie serait plus agréable si on pouvait se restreindre à. Malheureusement, si µ est une distribution quelconque, il n y a aucun lien, a priori, entre xn µ et Z p x n µ. Par contre, la proposition suivante va nous fournir un tel lien, dans le cas de la mesure µ a. Proposition.8. Si a, alors (i ψ(µ a = µ a ; (ii Res (µ a = ( ϕµ a ; (iii xn µ a = ( p n Z p x n µ a, quel que soit n N. Démonstration. Soit F (T = ψ( T. Par définition, on a F (( + T p = p ζ p = ( + T ζ = p = + ζ p = n=0 + m=0 (( + T ζ n ( + T pm = ( + T p. On a donc ψ( T = T. (Formule très utile! Maintenant, la transformée d Amice de µ a est T a a (+T a = T a T a, et comme ψ commute à l action de a, et ψ(a µ = A ψ(µ, si µ est une distribution, on en déduit le (i. Le (ii suit du (i et du fait que l on a Res (µ = ( ϕψµ, si µ est une distribution. Finalement, le (iii suit du (ii et de ce que Z p x n ϕ(µ = Z p (px n µ, si µ est une distribution. Corollaire.9. Soit a N {} premier à p. Soit k. Si n et n 2 sont deux entiers vérifiant n n 2 mod. (p p k, alors v p ( ( a +n ( p n ζ( n ( a +n 2 ( p n 2 ζ( n 2 k..4. La fonction zêta de Kubota-Leopoldt Le corollaire.9 traduit une propriété de continuité p-adique de la fonction n ( p n ζ( n. On peut grandement préciser cet énoncé. Pour avoir des formules uniformes, on pose q = 4 si p = 2, et q = p si p 2. On note φ la fonction indicatrice d Euler ; on a donc φ(q = 2 si p = 4, et φ(q = p si p 2. Théorème.0. Si i Z/φ(qZ, il existe une unique fonction ζ p,i continue sur Z p (resp. Z p {} si i (resp. si i = telle que la fonction (s ζ p,i (s soit analytique sur Z p (i+2z p si p = 2, et que l on ait ζ p,i ( n = ( p n ζ( n si n N vérifie n i modulo p. Remarque.. (i Le théorème ci-dessus est dû à Kubota et Leopoldt et la fonction ζ p,i est appelée la i-ème branche de la fonction zêta de Kubota-Leopoldt. Si i est pair, alors ζ p,i est identiquement nulle car ζ( n = 0 si n 2 est pair. (ii On voit que pour rendre la fonction n ζ( n p-adiquement continue, on a été forcé de se restreindre à une classe de congruence modulo p et surtout de multiplier ζ( n par le facteur ( p n qui est le facteur d Euler en p de la fonction ζ. L explication folklorique de ce phénomène

5 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 5 est en général la suivante. On a ζ(s = l. Si l p, on peut, en se restreignant à une l s classe de congruence modulo p (c.f. n o suivant, prolonger la fonction n l n en une fonction continue sur Z p ; par contre, il n y a rien à faire avec le facteur ( p n qui tend p-adiquement vers quand n tend vers +. Il semble donc normal d être forcé de retirer ce dernier facteur si on veut que le produit soit p-adiquement continu. Malheureusement, cette explication séduisante est un petit peu trop simpliste pour être juste, comme le montre l exemple des fonctions L p- adiques attachées aux formes modulaires. Une définition des facteurs d Euler qu il faut mettre en p pour pouvoir espérer des propriétés de continuité p-adique pour une fonction L générale a été donnée par Perrin-Riou. Cette définition utilise intensivement les anneaux de Fontaine. (iii L unicité de ζ p,i est immédiate puisque i + φ(qn est dense dans Z p si p 2, et dans i + 2Z p, si p = 2. Par contre l existence est un miracle, comme l était déjà la rationalité des valeurs aux entiers négatifs de la fonction zêta. Cette existence repose sur la transformée Γ de Leopoldt qui donne un résultat plus fort que l analyticité sur Z p..5. Transformée de Mellin p-adique et transformée Γ de Leopoldt On note le groupe des racines de l unité contenues dans Q p. Donc est le groupe (cyclique des racines φ(q-ième de l unité, et est la réunion disjointe des ε + qz p pour ε. On note ω : Z p {0} la fonction définie par ω(x = 0 si x pz p, et x ω(x qz p, si x. Si x, on définit x + qz p par x = xω(x. Proposition.2. Si i Z/φ(qZ, la fonction x ω(x i x s est une fonction localement analytique sur Z p. De plus, ω(x i x n = x n si n i [φ(q] et si x, ω(x i x s = n s lim x n quels que soient x, s Z p. n i [φ(q] Démonstration. L analyticité locale vient de ce que l on a ω(x i x s = 0 sur pz p et ω(x i x s = ε i ( x + ( s ε s = ε i n (x ε n, n si x ε + qz p et ε. Le reste de la proposition suit de ce que étant d ordre φ(q, on a ω(x n = ω(x i si n i [φ(q]. Si i Z/φ(qZ, on définit la i-ème branche Mel i,µ de la transformée de Mellin d une distribution continue µ par la formule Mel i,µ (s = ω(x i x s µ(x = ω(x i x s µ(x, Z p la seconde égalité résultant du fait que ω(x = 0 si x pz p. D autre part, on a Mel i,µ (n = xn µ si n i [φ(q]. Remarque.3. On préfère souvent définir la transformée de Mellin d une distribution µ sur comme la fonction qui à un caractère localement analytique β de à valeurs dans C p associe l intégrale Mel µ (β = β(x µ(x. n=0

6 6 PIERRE COLMEZ On retrouve l autre définition de la transformée de Mellin en évaluant cette transformée de Mellin en le caractère ω(x i x s et on a donc la formule Mel i,µ (s = Mel µ (ω(x i x s. L existence des φ(q branches de la transformée de Mellin correspondent au fait que l espace des caractères continus de dans C p est naturellement la réunion de φ(q boules ouvertes, une pour chaque caractère de (un caractère général de est de la forme x ω(x i v θ(x, avec i Z/φ(qZ, et v D(, 0 +. Soit u un générateur topologique du groupe multiplicatif + qz p, et soit θ : + qz p Z p le morphisme de groupes qui à x associe log x log u. Ce morphisme est analytique et son inverse aussi, ce qui fait que, si f est une fonction localement analytique (resp. continue sur + qz p, la fonction θ f définie par θ φ(x = φ(θ(x est localement analytique sur Z p (resp. continue. Si µ est une distribution à support dans + qz p, on définit la distribution θ µ sur Z p par la formule φ θ µ = Z p θ φ µ. +qz p Et comme θ transforme une fonction continue sur Z p en une fonction continue sur + qz p, l image d une mesure par θ est encore une mesure. Exercice. Montrer, plus généralement, que l image d une distribution d ordre r par θ est une distribution d ordre r. Lemme.4. Si X est un ouvert compact de Z p, si α, et si µ est une distribution continue sur Z p, alors Res X (µ α = Res α X(µ α. Démonstration. Comme on a X (αx = α X(x si X Z p ; on en déduit la formule φ(x Res X (µ α = X (xφ(x µ α = X (αxφ(αx µ(x Z p Z p Z p = φ(αx( α X(x µ(x = φ(αx Res α X(µ Z p Z p = φ(x Res α X(µ α, Z p ce qui permet de conclure. Définition.5. Si µ est une distribution sur et si i Z/φ(qZ, on définit la i-ième branche Γ (i µ de la transformée Γ de µ par la formule ( ( Γ (i µ = θ Res +qzp ε i µ ε = θ ε i Res ε +qz p (µ ε, ε l égalité entre les deux définitions résultant du lemme précédent. Il est clair que, si µ est une mesure sur, alors Γ (i µ est une mesure sur Z p, et que l on a v D0 (Γ (i µ v D0 (µ. ε

7 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 7 Proposition.6. Si µ est une distribution continue et i Z/φ(qZ, alors Mel i,µ (s = ω(x i x s µ(x = u sy Γ (i µ (y = A (i Γ (u s. µ Z p Démonstration. La première (resp. dernière égalité est une conséquence de la définition de la transformée de Mellin (resp. d Amice d une distribution continue. Si y = θ(x = log x log u, on a u sy = exp(s log x = x s et donc u sy Γ (i µ (y = x s ε i Res ε +qz p (µ ε. Z p +qz p ε Utilisant le fait que ω(x = ε si x ε + qz p et que εx = x, on obtient u sy Γ (i µ (y = ω(x i x s µ(x, Z p ε ε +qz p et le résultat suit de ce que est la réunion disjointe des ε + qz p pour ε. Corollaire.7. (i Si µ est une distribution continue et si i Z/φ(qZ, la fonction Mel i,µ (s est une fonction analytique de s et même de u s. (ii Si µ est une mesure vérifiant v D0 (µ 0, et si i Z/φ(qZ, alors il existe g i,µ O L [[T ]] tel que Mel i,µ (s = g i,µ (u s..6. Construction de la fonction zêta de Kubota-Leopoldt Si i Z/φ(qZ, et si a vérifie a, définissons une fonction g a,i sur Z p par la formule g a,i (s = ω(a i a s Mel i,µ a ( s = ω(a i a s ω(x i x s µ a (x. D après le corollaire.7, Mel i,µa ( s est une fonction analytique de s. D autre part, si ω(a i, la fonction s ω(a i a s est une fonction analytique de s ne s annulant pas sur Z p car a s + qz p et ω(a i {} et donc ω(a i / + qz p et si ω(a i =, la fonction a s ne s annule que pour s =. On en déduit le fait que g a,i est une fonction continue sur Z p {} et même sur Z p si ω(a i. De plus, si n i [φ(q], on a ω(a i = ω(a +n et ω(x i = ω(x n si x. Donc g a,i ( n = ω(a +n a +n ω(x n x n µ a (x = a +n x n µ a (x =( n ( p n ζ( n ne dépend pas du choix de a. Si a et a sont 2 éléments de, la fonction g a,i g a,i est donc un quotient de fonctions analytiques sur Z p s annulant en un nombre infini de points, ce qui implique qu elle est identiquement nulle et que la fonction g a,i est indépendante du choix de a. Il suffit donc de poser ζ p,i = g a,i pour n importe quel choix de a vérifiant a = et ω(a i si i pour avoir une construction de la fonction zêta de Kubota-Leopoldt.

8 8 PIERRE COLMEZ.7. Le résidu en s = de la fonction zêta p-adique La série formelle log(+t T convergeant sur B(0,, il existe une distribution µ KL dont c est t la transformée d Amice. La transformée de Laplace de µ KL est e t = f 0(t et x n µ KL = f (n 0 (0 = ( n nζ( n, Z p Comme on le constate en utilisant le théorème.3. Cette distribution ressemble beaucoup à la mesure de Haar mais n est pas invariante par translation. On a en effet le lemme suivant. Lemme.8. a+p n Z p µ KL (x = p n Démonstration. a+p n Z p µ KL (x = p n ε pn = ε a A µkl (ε et comme log(ε = 0 si ε est une racine de l unité d ordre une puissance de p, tous les termes de la somme sont nuls sauf celui correspondant à ε =, ce qui donne le résultat. Proposition.9. On a : (i ψ(µ KL = p µ KL ; (ii Res (µ KL = ( p ϕµ KL ; (iii xn µ KL = ( n n( p n ζ( n, si n N. Le (i suit des formules ψ( T = T (cf. démonstration de la prop..3 et ϕ(log( + T = p log( + T, et de ce que ψ(ϕ(ab = aψ(b. Le reste s en déduit comme dans la proposition.3. Théorème.20. La branche ζ p, de la fonction zêta p-adique a un pôle simple en s = de résidu p. Démonstration. D après ce qui précède, on peut définir la fonction ζ p,i, si i Z/φ(qZ, par la formule ζ p,i (s = ( i s Mel i,µ KL ( s = ( i ω(x i x s µ KL (x. s En effet, les membres de droite et de gauche de la formule ci-dessus sont analytiques sur Z p {}, et prennent la même valeur, à savoir ζ p,i ( n = ( p n ζ( n, si n N vérifie n i [p ]. Ils sont donc égaux en tout point. De plus lim (s ζ p,i(s = ω(x i µ KL (x s Ceci permet de conclure. = ω(α i µ KL (x = α α+pz p { p si i =, 0 sinon. Remarque.2. (i La formule lim(s ζ p, (s = s p est à rapprocher de la formule analogue pour la fonction zêta de Riemann. La différence entre les deux formules est encore une fois donnée par un facteur d Euler en p. (ii On préfère souvent voir la fonction zêta p-adique comme une fonction d un caractère continu (et donc localement analytique η : C p ; auquel cas, le résultat précédent se traduit

9 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 9 en disant que la fonction zêta p-adique a un pôle simple en le caractère x (i.e. x x de résidu p..8. Les zéros de la fonction zêta p-adique La fonction zêta p-adique est étroitement reliée aux groupes de classes d idéaux (quotient du groupe des idéaux fractionnaires par celui des idéaux principaux des corps Q(e 2iπ p n, pour n N. Le théorème.22 ci-dessous est une conséquence d un théorème plus précis de Mazur et Wiles et donne une bonne illustration de ce lien. L énoncé de ce théorème va demander un peu de préparation. Tout d abord, si K/F est une extension finie de corps de nombres, et si a est un idéal non nul de l anneau des entiers O K de K, on définit l idéal N K/F (a comme l idéal de O F engendré par les N K/F (α, pour α a. On a N K/F (ab = N K/F (an K/F (b et N K/F ((α = (N K/F (α, ce qui montre que N K/F induit, par passage aux quotients, un morphisme de groupes du groupe des classes d idéaux de K dans celui des classes d idéaux de F. Ce morphisme envoie le p-sylow dans le p-sylow puisque le p-sylow d un groupe abélien fini n est autre que l ensemble des éléments d ordre une puissance de p. Dans tout ce qui suit, on suppose p 2. Si n, on note F n le corps cyclotomique Q(e 2iπ p n et X n le p-sylow du groupe des classes d idéaux de F n. D après la discussion précédente, l application N Fn+ /F n induit un morphisme de groupes de X n+ dans X n. On note X la limite projective des X n relativement aux applications N Fn+ /F n. Un élément c de X est donc une suite (c n n, avec c n X n et c n = N Fn+ /F n (c n+ quel que soit n. Comme chaque X n est un p-groupe abélien fini et donc un Z p -module, X est un Z p -module compact. On note F la réunion des F n. C est une extension galoisienne de Q et son groupe de Galois est canoniquement isomorphe à via le caractère cyclotomique χ cycl. Le groupe Gal(F /Q laisse fixe chaque F n et respecte l anneau des entiers, et donc transforme un idéal en un idéal et un idéal principal en un idéal principal et, par suite, agit sur X n. Comme cette action commute aux applications N Fn+ /F n, on obtient une action de Gal(F /Q sur X. Théorème.22. Si i (Z/(p Z est impair et si s Z p, alors les deux conditions suivantes sont équivalentes : (i ζ p,i (s = 0 ; (ii il existe un élément c de X qui n est pas tué par une puissance de p et sur lequel σ Gal(F /Q agit via la formule σ(c = ω(χ cycl (σ i χ cycl (σ s c. Le théorème précédent caractérise les zéros de la fonction zêta p-adique mais n est pas très explicite : on ne sait, par exemple, pas démontrer l énoncé suivant qui reste le principal problème ouvert concernant la fonction zêta p-adique. Conjecture.23. Si i (Z/(p Z est impair, et si k est un entier, alors ζ p,i (k 0. On sait démontrer ce résultat pour k =, mais cela résulte d un théorème profond sur les formes linéaires de logarithmes de nombres algébriques (cf. n o 2.4 du 2.3. Pour traiter le cas général, il faudrait disposer d un résultat analogue pour les polylogarithmes.

10 0 PIERRE COLMEZ 2. Fonctions L de Dirichlet Ce que l on a fait pour la fonction zêta de Riemann s étend sans douleur aux fonctions L de Dirichlet (à l exception du théorème de Mazur-Wiles, bien sûr. 2.. Caractères de Dirichlet et sommes de Gauss Si D est un entier, on appelle caractère de Dirichlet modulo D un morphisme de groupes de (Z/DZ dans C. L image d un caractère de Dirichlet est bien évidemment incluse dans le groupe des racines de l unité. Si D est un diviseur de D et χ est un caractère de Dirichlet modulo D, on peut aussi voir χ comme un caractère de Dirichlet modulo D en composant χ avec la projection (Z/DZ (Z/D Z. On dit que χ est de conducteur D si on ne peut pas trouver de diviseur D de D distinct de D, tel que χ provienne d un caractère modulo D. De manière équivalente, χ est de conducteur D si quel que soit D diviseur de D distinct de D, la restriction de χ au noyau de la projection (Z/DZ (Z/D Z n est pas triviale. Si χ est un caractère de Dirichlet modulo D, on note χ le caractère de Dirichlet modulo D défini par χ (n = (χ(n si n (Z/DZ. Si χ est un caractère de Dirichlet modulo D, on considère aussi souvent χ comme une fonction périodique sur Z de période D en composant χ avec la projection naturelle de Z sur Z/DZ et en étendant χ par 0 sur les entiers non premiers à D. On a donc χ (n = (χ(n si (n, D =, mais χ (n = 0 si (n, D. Si D est un entier, si χ est un caractère de Dirichlet de conducteur D et si n Z, on définit la somme de Gauss tordue G(χ, n par la formule et on pose G(χ = G(χ,. G(χ, n = a mod D na 2iπ χ(ae D, Lemme 2.. (i Si n N, alors G(χ, n = χ (ng(χ (ii G(χG(χ = χ( D. Démonstration. Si (n, D =, alors n est inversible dans (Z/DZ, ce qui permet d écrire G(χ, n = na 2iπ χ(ae D = χ na 2iπ (n χ(ane D = χ (ng(χ. a mod D an mod D Si (n, D = e >, on peut écrire D = ed et n = en. Soit U le noyau de la projection de (Z/DZ sur (Z/D Z. Si on choisit un système S de représentants de (Z/D Z dans (Z/DZ, on a G(χ, n = nau 2iπ χ(aue D. a S u U Si u U et a Z, alors nau na = n nau 2iπ ea(u 0 mod D et donc e D donc G(χ, n = na ( 2iπ χ(ae D χ(u = 0 a S u U na 2iπ = e D. On obtient car u U χ(u = 0 puisque χ est un caractère non trivial de U (sinon χ serait de conducteur D. Ceci démontre le (i.

11 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 Utilisant ce qui précède, on obtient G(χG(χ = e 2iπ b D χ (bg(χ = et comme (a+b 2iπ e D = = a mod D e 2iπ b D ( a mod D ( χ(a e χ(ae ab 2iπ D (a+b 2iπ D { D si a =, on en tire la formule G(χG(χ = χ( D. 0 sinon 2.2. Les fonctions-l de Dirichlet Soient D un entier et χ un caractère de Dirichlet de conducteur D. Soit L(χ, s = + n= χ(n n s = p premier la fonction L de Dirichlet attachée à χ. Si on utilise l identité on obtient χ(n = L(χ, s = Utilisant la formule + 0 e nt t s dt t G(χ G(χ L(χ, s = G(χ Γ(s = G(χ Γ(s ( χ(pp s, pour Re(s >, χ nb 2iπ (be D, + χ (b n= nb 2iπ e D n s = Γ(s n, on obtient, ayant posé ε s D = e 2iπ D, χ (b 0 + n= ε nb D e nt χ (b dt ε b ts D et t. En particulier, la proposition.2 implique que L(χ, s admet un prolongement holomorphe à C tout entier et que, si n N, alors L(χ, n est ( n la dérivée n-ième de la fonction (b χ G(χ prise en t = 0. Pour supprimer le ε b D et ( n, on peut changer t en t, utiliser l identité ε b D e t = ε b D et et le fait que χ (b = 0 et on obtient L(χ, n = ( d dt n L χ (t 0, où l on a posé L χ (t = G(χ χ (b ε b D et.

12 2 PIERRE COLMEZ 2.3. Fonctions L p-adiques attachées aux caractères de Dirichlet Soit χ un caractère de Dirichlet de conducteur D > premier à p. Si χ (b 0, alors ε b D est une racine de l unité d ordre premier à p et distincte de, ce qui implique v p (ε b D = 0. On en déduit le fait que la série entière F χ (T = G(χ χ (b ( + T ε b D = G(χ + χ ε nb D (b (ε b D T n n+ est à coefficients bornés (et même à coefficients entiers, puisque G(χ et G(χ sont des entiers algébriques et v p (G(χG(χ = v p (D = 0, ce qui implique v p (G(χ = v p (G(χ = 0 et donc est la transformée d Amice d une mesure µ χ sur Z p dont la transformée de Laplace est F χ (e t = L χ (t. On a donc Z p x n µ χ = L (n χ (0 = L(χ, n d après le n o 2.2 et v D0 (µ χ 0. Définition 2.2. On définit la fonction-l p-adique associée à χ comme étant la transformée de Mellin de µ χ et on note cette fonction β L p (χ β. Si β est un caractère localement analytique sur, on a donc L p (χ β = β(xµ χ (x. D autre part, si i Z/φ(qZ, on pose L p,i (χ, s = L p (χ (ω i (x x s = n=0 ω i (x x s µ χ (x. Proposition 2.3. Si i Z/φ(qZ, la fonction L p,i (χ, s est une fonction analytique sur Z p et on a L p,i (χ, n = ( χ(pp n L(χ, n si n N vérifie n i [φ(q]. Démonstration. Le fait que L p,i (χ, s soit une fonction analytique sur Z p suit des propriétés générales de la transformée de Mellin d une mesure (corollaire.7. D autre part, d après la démonstration de la prop..3, on a η p = ( + T ε b D η = p ( + T p ε pb D on en déduit le fait que la transformée d Amice de la restriction à de µ χ est G(χ χ (b ( + T ε b D χ (b ( + T p ε pb D, ce qui, mettant χ (b sous la forme χ(pχ (pb et utilisant le fait que b pb est une bijection modulo D, peut se réécrire sous la forme A µχ (T χ(pa µχ (( + T p. On en déduit les formules L Res (µ χ(t = L µχ (t χ(pl µχ (pt et x n µ χ = ( χ(pl(χ, n, si n N, et le résultat.

13 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M Comportement en s = des fonctions L de Dirichlet En reprenant la formule pour L(χ, s donnée au n o 2.2 du 2, on obtient L(χ, = G(χ = G(χ + χ (b n=0 ε nb D n χ (b log( ε b D. On peut obtenir de plus jolies formules en regroupant les contributions de b et b et en séparant le cas χ pair (χ( = du cas χ impair (χ( =. Nous allons établir l analogue p-adique de cette formule. Il s agit de calculer x µ χ. Pour ce faire, nous allons calculer la transformée d Amice de x µ χ (qui n est déterminée qu à constante près puis restreindre à, ce qui tue l indétermination qui correspond à un multiple de la masse de Dirac en 0. Proposition 2.4. La transformée d Amice de x µ χ est (à constante près : A x µ χ (T = G(χ χ (b log(( + T ε b D Démonstration. Si µ est une distribution, les transformées d Amice de µ et x µ sont reliées par la formule ( + T d dt A x µ(t = A µ (T. Appliquons l opérateur ( + T d dt G(χ χ ( + T ε b D (b ( + T ε b D = G(χ au membre de droite de l identité à vérifier ; on obtient ( χ (b ( + T ε b D + et cette dernière expression est égale à A µχ (T comme on le voit en utilisant le fait que χ (b = 0. On en déduit le fait que les deux membres ont même image par ( + T d dt et donc qu ils diffèrent par une fonction localement constante. Pour conclure, il faut encore vérifier que le second membre est bien donné par une série convergeant sur D(0, 0 + ; mais on a log(( + T ε b D = log(ε b D + log( + εb D T + ε b D = log(εb D + n= ( n n ( ε b D T ε b D n et comme on a supposé (D, p =, on a v p (ε b D = 0, et la série converge bien sur D(0, 0+. Ceci permet de conclure. Lemme 2.5. La transformée d Amice de la restriction de x µ χ à est donnée par la formule A Res (x µ χ (T = ( G(χ χ (b log(( + T ε b D p log(( + T p ε pb D =A x µ χ (T χ(p p A x µ χ (( + T p.

14 4 PIERRE COLMEZ Démonstration. On utilise la formule générale donnant la transformé d Amice de la restriction à d une mesure en fonction de celle de la mesure et l identité η p = log(( + T ε b Dη = log(( + T p ε pb D, ce qui permet de montrer la première des deux égalités ; la seconde se démontre en écrivant χ (b sous la forme χ(pχ (bp et en utilisant le fait que b pb est une bijection modulo D comme nous l avons déjà fait. En posant T = 0 dans la formule précédente, on obtient L p, (χ, = L p (χ x = x µ χ = ( G(χ χ(p p χ (b log(ε b D, formule qui ne diffère de la formule complexe que par un facteur d Euler et le remplacement du logarithme usuel par le logarithme p-adique. Il s agit d une illustration d un phénomène surprenant au premier abord qui fait que les formules p-adiques et les formules complexes continuent à se ressembler beaucoup même en des points où elles n ont aucune raison de le faire a priori Torsion par un caractère de conducteur une puissance de p Notre but dans ce paragraphe est d étendre les résultats des deux paragraphes précédents pour calculer la fonction L p-adique de χ évaluée en un caractère de la forme β(xx n, où β est un caractère de Dirichlet de conducteur une puissance de p (vu comme caractère localement constant de et n un entier. Nous utiliserons la notation χ β pour désigner le caractère de Dirichlet modulo Dp k défini par (χ β(a = χ(aβ(a, où χ et β sont vus comme des caractères mod Dp k grâce aux projections respectives de (Z/Dp k Z sur (Z/DZ et (Z/p k Z. Lemme 2.6. Soit k, β un caractère de Dirichlet de conducteur p k et µ une distribution continue sur Z p. Alors on a β(x( + T x µ(x = Z p G(β β (ca µ (( + T ε c p. k c mod p k Démonstration. On a β(x( + T x µ(x = β(a ( + T x µ χ Z p a mod p k a+p k Z p = ( β(a p k a mod p k = η pk = η pk = η a A µ (( + T η ( A µ (( + T η p k β(aη a. a mod p k Si on écrit η sous la forme ε c p k = e 2iπ c p k, on reconnait dans le terme entre parenthèses une somme de Gauss tordue (divisée par p k dont la valeur est donnée par le lemme 2. et ce terme vaut donc p k β ( cg(β = β (c G(β,

15 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 5 la dernière égalité provenant de la formule G(βG(β = β( p k (lemme 2.. On en tire le résultat. Proposition 2.7. Si µ est une mesure sur Z p dont la transformée d Amice est de la forme A µ (T = G(χ χ (bf (( + T ε b D et si β est un caractère de Dirichlet de conducteur p k avec k, alors β(x( + T x µ(x = Z p G((χ β (χ β (af (( + T ε a Dp. k a mod Dp k Démonstration. D après le lemme précédent, on a β(x( + T x µ(x = Z p G(χ G(β χ (bβ (cf (( + T ε b Dε c p. k c mod p k Pour mettre cette expression sous une forme un peu plus sympathique, on peut utiliser le fait que tout élément a de Z/Dp n Z peut s écrire de manière unique sous la forme Dc + p n b, avec b Z/DZ et c Z/p n Z, ce qui donne les formules et permet de conclure. ε a Dp k =ε b Dε c p k (χ β (a =χ (p k β (Dχ (bβ (c G((χ β = (χ β (aε a Dp k a mod Dp k ( ( =χ (p k β (D χ (bε b D β (cε c p k c mod p k =χ (p k β (DG(χ G(β On peut appliquer la proposition précédente à la distribution x µ χ et à la fonction F (T = log(t. On obtient, en évaluant le résultat en T = 0, L p (χ (x β = β(xx µ χ = Z G((χ β (χ β (x log(ε x Dp n, p x mod Dp n formule qui est à rapprocher de la formule correspondante sur les complexes. Proposition 2.8. Si β est un caractère de Dirichlet non trivial de conducteur une puissance de p, et si n N, alors L p (χ (x n β = L(χ β, n. Démonstration. On tire de la proposition précédente et de la formule donnant la transformée d Amice de µ χ, le fait que la transformée d Amice de β(xµ χ (x est G((χ β x mod Dp n (χ β (x ( + T ε x Dp n et donc que sa transformée de Laplace est la fonction L χ β (t. Le résultat s en déduit.

16 6 PIERRE COLMEZ Remarque 2.9. Il n y a pas de facteur d Euler apparaissant dans les deux formules précédentes ; c est dû au fait que p n est pas premier au conducteur de χ β. Exercice 2. Soient p 3, i et soit u un générateur topologique de + pz p. (i Montrer qu il existe g i Z p [[T ]] tel que ζ p,i (s = g i (u s. (ii Montrer que, si v p (ζ(i p = 0, alors v p (ζ p,i (s = 0 quel que soit s Z p. (iii Calculer ζ p,i (0. En déduire que, si v p (ζ( = v p (ζ( 3 = = v p (ζ(4 p = 0, alors v p (L(ω i, 0 = 0 si i Z/(p Z est impair, différent de. 3. Séries de Coleman Ce est consacré à une autre construction de la fonction zêta p-adique et des fonctions L p-adiques attachées aux caractères de Dirichlet. Cette construction repose sur une machine, due à Coleman, qui fabrique, à partir d un «système compatible d unités locales», une mesure sur Z p. Elle est conceptuellement un peu plus compliquée que la précédente, mais a l avantage de fournir un lien direct entre des objets «globaux», à savoir les unités cyclotomiques, et les fonctions L p-adiques. Ce lien permet, grâce à une méthode puissante (méthode des systèmeis d Euler introduite récemment par Kolyvagin, de faire une étude fine des propriétés arithmétiques des fonctions L p-adiques. En particulier, cela a permis à Rubin de donner une démonstration «élémentaire» du théorème de Mazur-Wiles (cf. Washington, Introduction to cyclotomic fields ou Lang, Cyclotomic fields I and II. Par ailleurs cette machine de Coleman a été étendue par Perrin-Riou dans un cadre très général, et la théorie des (ϕ, Γ-modules de Fontaine permet d étendre encore un peu plus la machine de Perrin-Riou pour fournir une construction générale de fonctions L p-adiques à partir «d éléments globaux» (généralisation des unités cyclotomiques. La méthode des systèmes d Euler permet alors de faire cracher à la fonction L p-adique les informations arithmétiques qu elle contient. La seule ombre à ce tableau idyllique est qu on ne sait pas, sauf dans des cas très particuliers, construire les éléments globaux dont on a besoin Unités cyclotomiques et fonctions L p-adiques. Si N N, notons ε N une racine primitive N-ième de l unité. Soit D N, premier à p. Si D et si n, alors v l (ε Dp n = 0 quel que soient le nombre premier l et le plongement de Q(µ Dp n dans Q l. Ceci implique que ε Dp n est une unité de l anneau des entiers de Q(µ Dp n. Si D =, on a v l (ε p n = 0 quel que soient le nombre premier l p et le plongement de Q(µ p n dans Q l ; par contre v p (ε p n = 0. Donc ε (p p n p n n est pas une unité de l anneau des entiers de Q(µ p n mais, si a Z est premier à p, alors εa p n ε p n en est une. Les unités ε Dp n, si D, ou εa p n ε p n, sont appelées unités cyclotomiques. Maintenant, un petit calcul montre que, si n 2, alors N Q(µDp n/q(µ Dp n (ε Dp n = ε p Dp n et N Qp(µ Dp n/q p(µ Dp n (ε Dp n = ε p Dp n. Autrement dit, les unités cyclotomiques forment un système compatible pour les applications norme dans la tour des extensions cyclotomiques globales Q(µ Dp n, n, et locales Q p (µ Dp n, n.

17 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 7 Exercice 3. Exprimer N Q(µDp /Q(µ D (ε Dp en termes de ε p Dp, et de l action de p (Z/DZ = Gal(Q(µ D /Q. Soit F = Q p (µ D ; c est une extension finie non ramifiée de Q p, (on a donc F = W (k F [ p ], et F est muni d une action bijective de ϕ. Soit ε = (, ε (,... Ẽ+ notre système habituel de racines de l unité, et soit π = ε. Si n N, soit F n = F (ε (n, et soit π n = ε (n. Soit limo Fn la limite projective des O Fn pour les applications N Fn+ /F n. Un élément de u de limo Fn est donc une suite u = (u n n, où u n O Fn pour tout n, et u n = N Fn+ /F n (u n+ si n. On a démontré dans le chapitre sur les anneaux de Fontaine, que σ(x x π O Fn+, si n, si x O Fn+, et si σ Gal(F n+ /F n, et donc que N Fn+ /F n (x x p π O Fn+ si x O Fn+. Cela implique que u = (u n n est un élément de l anneau des entiers E + F du corps des normes E F, et donc qu il existe un unique g u k F [[T ]] tel que g u (π = u. Si g = + k=0 a kt k est un élément de F [[T ]], ou de k F [[T ]], et si n N, on note g [n] la série + k=0 ϕ n (a k T k. Si g k F [[T ]], alors g [n] est aussi définie par l identité (g [n] (T pn = g(t pn. L identité g u (π = u se traduit donc par g u [n] (π n = u n dans O Fn /π O Fn, quel que soit n. Nous allons montrer que l on peut relever cette propriété en caractéristique 0. Théorème 3.. (Coleman (i Si u = (u n n limo Fn, il existe g u O F [[T ]] unique, telle que l on ait g u [n] (π n = u n quel que soit n. De plus, l application u g u est multiplicative. (ii Si u 0, et si = ( + T d dt, alors g u g u vérifie l équation fonctionnelle ψ ( g u [] g u = g u g u, et u g u g u induit un isomorphisme de Z p -modules de limo F n sur l ensemble des f O F [[T ]] vérifiant ψ [] (f = f. Remarque 3.2. (i D après le (ii, si u limo F n, alors gu g u O F [[T ]] est la transformée d Amice d une mesure µ u D(Z p, O F. Ceci permet de voir les séries de Coleman, comme une machine permettant d associer une mesure sur Z p à un système d unités locales compatibles par les applications norme. (ii Si on part de u = ( (+π n a π n n, on obtient g u = (+T a T, et gu a g u ( = (+T a + T. La mesure µ u est donc, au changement de variables x x près, la mesure µ a qui nous a permis de construire la fonction zêta p-adique, et on retrouve l équation fonctionnelle ψ(µ a = µ a qui nous avait servi à relier les intégrales de µ a sur Z p et. (iii De même, si D, si F = Q p (µ D, et si η µ D est une racine primitive D-ième de l unité, alors u η = (( + π n ϕ n (η n N limo F n. La série de Coleman associée est alors ( + T ε, la mesure λ η = µ uη ( a comme transformée d Amice. On voit donc (+T η que, si χ est un caractère de Dirichlet de conducteur D, alors µ χ est une combinaison linéaire des λ η, η µ D primitive. Autrement dit, les séries de Coleman permettent de construire les fonctions L p-adiques attachées aux caractères de Dirichlet à partir des unités cyclotomiques. Exercice 4. Retrouver la formule xn µ χ = ( χ(pp n Z p x n µ χ, en utilisant ce qui précède Existence des séries de Coleman. Ce n o est consacré à la démonstration du (i du th. 3.. Nous aurons besoin du lemme suivant.

18 8 PIERRE COLMEZ Lemme 3.3. Si f O F [[T ]], il existe N(f O F [[T ]] tel que N(f(( + T p = f(( + T ζ. De plus, on a (i N(f(π n = N Fn+ /F n (f(π n+ quel que soit n ; (ii N(f O F [[T ]] si f O F [[T ]] ; (iii N(f [] f π O F [[T ]], si f O F [[T ]] ; (iv si f (O F [[T ]], si k, et si f g π k O F [[T ]], alors N(f N(g π k+ O F [[T ]]. Démonstration. L unicité est immédiate. Passons à l existence. Tout élément f de O F [[T ]] peut s écrire de manière unique sous la forme f = p i=0 ( + T i f i (( + T p = p i=0 ( + T i ϕ(f i, avec f i = ψ(( + T i f O F [[T ]]. (Cela peut se voir, par exemple, en disant que f est la transformée d Amice d une mesure µ, et en décomposant µ sous la forme p ζ p = µ = Res i+pzp µ = δ i Res pzp (δ i µ; i=0 p i=0 ceci montre que f i est la transformée d Amice de ψ(δ i µ, et comme v D0 (ψ(λ v D0 (λ, on a f i O F [[T ]]. Autrement dit, A = O F [[T ]] est une extension de degré p de B = O F [[ϕ(t ]]. Comme A est obtenu en rajoutant à B une racine p-ième de ( + T p, le groupe des automorphismes de A au-dessus de B est µ p, où ζ µ p agit par ( + T ( + T ζ. On en déduit que ζ p = f(( + T ζ = N A/B(f B, ce qui prouve l existence de N(f. Maintenant, les conjugués de π n+ sous Gal(F n+ /F n sont les ( + π n+ ζ, et π n = ( + π n+ p ; on en déduit la propriété (i. Le (ii est immédiat via la théorie de Galois. Le (iii vient de ce que f(( + T ζ f(t mod π, et donc N(f(T p = f(t p dans k F [[T ]]. On en tire (N(f [] (T p = f(t p dans k F [[T ]], et finalement N(f [] = f dans k F [[T ]], ce qu il fallait démontrer. Finalement, on a N(f g = N(f N(g, ce qui permet, quitte à diviser f et g par f, de se ramener, pour démontrer le (iv, au cas où f = et g = + π k h. On a alors N(g(( + T p + π k ζ p = h(( + T ζ mod π 2k, et comme ζ p = h(( + T ζ = pϕψ(h est divisible par p, et donc a fortiori par π, cela permet de conclure. Corollaire 3.4. (i Si u E F vérifie v E (u = 0, alors il existe g u O F [[T ]] unique, tel que N(g u [] = g u et g u (π = u. (ii Si k, n, et si x + π k O F n+, alors N Fn+ /F n (x + π k+ O Fn+. Démonstration. Il existe g k F [[T ]] unique, tel que u = g(π. Soit g O F [[T ]] relevant g. La condition v E (u = 0 implique que g (O F [[T ]], et les (iii et (iv du lemme 3.3 montrent que l application f N(f [] est contractante (pour la topologie p-adique sur g + po F [[T ]]. Elle y admet donc un unique point fixe g u, ce qui démontre le (i. Pour démontrer le (ii, il suffit d écrire x sous la forme f(π n+, avec f + π k O F [T ], et d utiliser les (i et (iv du lemme 3.3.

19 LA FONCTION ZÊTA p-adique, NOTES DU COURS DE M2 9 Revenons à la démonstration du (i du théorème 3.. L unicité de g u vient juste de ce qu une série dans O F [[T ]] ayant une infinité de zéros dans D(0, 0 + est nulle. (cf. exercice sur le théorème de préparation de Weierstrass ; cela utilise crucialement le fait que F est de valuation discrète. Passons à l existence. Commençons par supposer que u limo F n. Alors u E + F vérifie v E (u = 0, et il existe g u O F [[T ]] unique tel que N(g u [] = g u et g u (π = u. Soit v n = g [n] u (π n. La propriété «g u (π = u» se traduit par «v n u n π O Fn quel que soit n», et la propriété «N(g u [] = g u» se traduit, d après le (i du lemme 3.3, par «N Fn+ /F n (v n+ = v n quel que soit n». Si w n = vn u n. D après ce qui précède, on a N Fn+ /F n (w n+ = w n et w n + π O Fn. D après le (ii du cor. 3.4, cela implique que w n = N Fn+k /F n (w n+k + π k+ O Fn quel que soit k N. On en déduit que w n =, et donc que u n = g [n] u (π n quel que soit n N, ce qui prouve le théorème dans le cas u limo F n, avec g u = g u. Dans le cas général, on peut écrire u n de manière unique sous la forme πn kn v n, avec k n N et v n OF n. Comme N Fn+ /F n (π n+ = π n, on a k n+ = k n quel que soit n, et N Fn+ /F n (v n+ = v n quel que soit n N. Soit k N la valeur commune des k n, et soit v = (v n n limo F n. D après ce qui précède, il existe g v O F [[T ]] tel que g v [n] (π n = v n quel que soit n, et il est clair que si on définit g u par g u = T k g v, alors g v [n] (π n = v n quel que soit n. Ceci permet de conclure Dérivée logrithmique des séries de Coleman et opérateur ψ. Ce n o est consacré à la démonstration du (ii du th. 3.. La prop. 3.5 permet de montrer que g u g u vérifie l équation fonctionnelle ψ ( g u [] g u = g u g u, et la prop. 3.9 permet de montrer que tout f O F [[T ]] vérifiant l équation fonctionnelle ψ(f [] = f est de la forme gu g u, pour u limo F n. Proposition 3.5. Si u lim O Fn est non nul et si = ( + T d dt, alors N(g u [] = g u et ψ ( g u g u [] = g u g u. Démonstration. D après le (i du lemme 3.3, on a N(g u [n+] (π n = N Fn+ /F n (g u [n+] (π n+ = g u [n] (π n. Comme les extensions galoisiennes F/Q p et Q p (µ p /Q p sont disjointes puisque l une est totalement ramifiée et l autre est non ramifiée, on peut trouver σ Gal(F /Q p agissant par ϕ sur F et par l identité sur π n pour tout n. En appliquant σ n à l identité ci-dessus, on en déduit que N(g u [] g u s annule en π n pour tout n, et donc est nulle. La seconde formule se déduit de la première en utilisant la formule ψ( log f = (log N(f qui est plus moins immédiate à partir des formules ϕ(n(f = f(( + T ζ, ϕ(ψ(f = f(( + T ζ, p ζ p = ζ p = (ϕ(g = pϕ( (g (g(( + T ζ = g(( + T ζ. Lemme 3.6. («de Dieudonné» Si g +T F [[T ]], les conditions suivantes sont équivalentes (i g + T O F [[T ]], g(t (ii p + pt O (g [] (T p F [[T ]].

20 20 PIERRE COLMEZ Démonstration. L implication (i (ii suit de ce que g(t p = (g [] (T p dans k F [[T ]]. Pour démontrer l implication réciproque, on peut écrire g, sous la forme g = + n= ( a nt n, avec a n F. Si a m O F, pour m n, alors n m= ( a mt m + T O F [[T ]]. On en déduit, en utilisant l implication (i (ii, que, si h = n m= ( a mt m h(t g, alors p +pt O (h [] (T p F [[T ]]. Comme le coefficient de T n h(t dans p est pϕ (a (h [] (T p n, on en déduit l appartenance de a n à O F, ce qui permet, par récurrence, de conclure. Lemme 3.7. Si G T F [[T ]] a une dérivée appartenant à O F [[T ]], alors (i G(( + T p G(T p po F [[T ]] ; (ii ζ p = G(( + T ζ pg(t po F [[T ]]. Démonstration. Comme G O F [[T ]], on a G (n O F [[T ]] quel que soit n. Maintenant, on peut écrire ( + T p sous la forme T p + pu, avec u O F [[T ]], et ( + T ζ sous la forme T + (ζ v, avec v O F [[T ]]. On obtient donc et donc v p ( TrF (µp /F + G(( + T p G(T p = G (n (T p (pun, n! pg(t + ζ p = G(( + T ζ = n= + n= + = n= G (n (T ζ p =, ζ (ζ n v n n! G (n v n ((ζ n Tr F (µp /F. n! Le (i suit alors de ce que n v p (n! quel que soit n, et le (ii de ce que ( (ζ n [ n! p + v p(d F /F ]. Lemme 3.8. Si x + po F, il existe c + po F tel que ϕ(c = xc p. n p v p(n! p, Démonstration. Comme x + po F, la suite de terme général ϕ n (x pn tend vers quand n tend vers +. Le produit infini + n= ϕ n (x pn converge donc dans +po F vers un élément c répondant à la question. Proposition 3.9. Soit f O F [[T ]] vérifiant ψ(f [] = f, et soient G T F [[T ]] la primitive de ( + T f et g = exp G + T F [[T ]]. Alors (i G R + F, (ii G(( + T p = ζ p = ( G [] (( + T ζ G [] (ζ, (iii F + T O F [[T ]], et il existe c + po F, tel que g = cg vérifie l équation fonctionnelle N(g [] = g. Démonstration. Le (i est immédiat. Pour démontrer le (ii, il suffit d appliquer l opérateur = (+T d dt, pour constater que les deux membres différent d une constante, et donc sont égaux puisqu ils le sont en T = 0. Pour démontrer le (iii, considérons h(t = g(t p + T F [[T ]]. (g [] (T p

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier François Brunault Exposé au séminaire de mathématiques pures, Université de Clermont-Ferrand, mardi 15 novembre 25 Les courbes elliptiques sont

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Lemme Chinois Exercice 1 Soient A un anneau et I et J les idéaux de A tels que I + J = (1). Démontrer que I n + J m = (1) quels que soient entiers

Plus en détail

Arithmétique et Tests de Primalité

Arithmétique et Tests de Primalité Arithmétique et Tests de Primalité Pierre Rouchon Centre Automatique et Systèmes Mines ParisTech pierre.rouchon@mines-paristech.fr Novembre 2012 P.Rouchon (Mines ParisTech) Arithmétique et Tests de Primalité

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures Université P. et M. Curie (Paris VI) Master de sciences et technologies ère année - applications Spécialité : Mathématiques Fondamentales code UE : MMAT4020 Mention : Mathématiques et MO : (2 ECTS) code

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique»

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Cécile Armana, Institut de Mathématiques de Jussieu Séminaire lambda, Institut de Mathématiques de Bordeaux, 16 mai 2007 Selon une citation

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Igor KORTCHEMSKI NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices Autour de a n ± b n Ce cours présente des résultats concernant l étude des facteurs

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Congruences et théorème chinois des restes

Congruences et théorème chinois des restes Congruences et théorème chinois des restes Michel Van Caneghem Février 2003 Turing : des codes secrets aux machines universelles #2 c 2003 MVC Les congruences Développé au début du 19ème siècle par Carl

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Paris 6. École Doctorale Paris Centre. Thèse de doctorat. Discipline : Mathématiques.

Université Pierre et Marie Curie Paris 6. École Doctorale Paris Centre. Thèse de doctorat. Discipline : Mathématiques. Université Pierre et Marie Curie Paris 6 École Doctorale Paris Centre Thèse de doctorat Discipline : Mathématiques présentée par Nicolas Billerey Points de torsion des courbes elliptiques et équations

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Dénombrement, opérations sur les ensembles.

Dénombrement, opérations sur les ensembles. Université Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 1 (du 16 au 20 septembre 2013) Dénombrement, opérations sur les ensembles 1 Combien de façons y a-t-il de classer

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

Multizêtas vs. multitangentes. Séminaire, Université de Clermont-Ferrand

Multizêtas vs. multitangentes. Séminaire, Université de Clermont-Ferrand Multizêtas vs. multitangentes. Séminaire, Université de Clermont-Ferrand Olivier Bouillot 20 janvier 2012 Définitions des multizêtas. On note : S d = {s seq(n ) ; s 1 2}. S df = {s seq(n ) ; s 1 2 et s

Plus en détail

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Etant donné un entier n, l arithmétique modulo n consiste à faire des calculs sur les restes dans la division euclidienne des entiers par n. Exemples

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Maths PCSI Cours Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Table des matières 1 Groupes 2 1.1 Lois de composition interne..................................... 2 1.2 Groupes................................................

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail