SEMIOLOGIE HEPATOLOGIE, GASTROENTEROLOGIE, NUTRITION. Pr T Dao, Pr JM Reimund, Pr MA Piquet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEMIOLOGIE HEPATOLOGIE, GASTROENTEROLOGIE, NUTRITION. Pr T Dao, Pr JM Reimund, Pr MA Piquet"

Transcription

1 SEMIOLOGIE HEPATOLOGIE, GASTROENTEROLOGIE, NUTRITION Pr T Dao, Pr JM Reimund, Pr MA Piquet AVERTISSEMENT Le contenu de ce polycopié fait référence pour l'examen, qui peut porter sur tout son contenu, même si la question n'a pas été abordée en cours magistral. Les cours visent à apporter des explications et un éclairage pratique, mais ne sont pas exhaustifs. Pour vous aider à hiérarchiser, les éléments les plus importants ont été soulignés dans "le minimum vital". Celui-ci est savoir intégralement, sa méconnaissance entraînant 0 à la question si celle-ci sort à l'examen. Ce minimum n'est cependant pas suffisant pour atteindre la moyenne. Les pathologies fréquentes ou graves vous sont signalées par des symboles ( grave, fréquente) et doivent être particulièrement bien maîtrisées. SOMMAIRE PRINCIPES DE L'EXAMEN CLINIQUE 3 DENUTRITION 6 SURPOIDS - OBESITE 8 DYSPHAGIE 10 REFLUX GASTRO OESOPHAGIEN 12 SYNDROME ULCEREUX 14 VOMISSEMENTS 16 HEMORRAGIE DIGESTIVE 18 DIARRHEE (GENERALITES) 21 DIARRHEE CHRONIQUE 23 DIARRHEE AIGUE 26 DOULEUR COLIQUE 28 SYNDROME DYSENTERIQUE 30 DOULEUR ANALE AIGUE 31 CONSTIPATION 32 EXPLORATION BIOLOGIQUE DU FOIE 33 INSUFFISANCE HEPATO-CELLULAIRE 37 HEPATOMEGALIE 40 HYPERTENSION PORTALE 44 ASCITE 47 EXPLORATION MORPHOLOGIQUE DES VOIES BILIAIRES 52 Version

2 COLIQUE HEPATIQUE 56 ICTERE CHOLESTATIQUE 58 DOULEUR PANCREATIQUE 64 ALCOOLISME CHRONIQUE 67 TEST 68 TEST 68 REPONSES AU TEST 70 Version

3 PRINCIPES DE L'EXAMEN CLINIQUE INTERROGATOIRE - permet de faire 50% des diagnostics avant tout examen complémentaire - doit être systématique et structuré * histoire de la maladie, antécédents, mode de vie (alcool, tabac), traitements * pour une douleur: mode de début (brutal ou progressif), localisation, type, durée, intensité, irradiation, rythme, facteurs déclenchant ou apaisant, diurne ou nocturne, signes associés - identifiez quelle est la plainte principale. Reformulez, pour être sûr de l'avoir bien identifiée - posez des questions ouvertes ou à choix multiples pour ne pas orienter la réponse - posez des questions non culpabilisantes ("vous prenez de la bière ou du vin?" plutôt que "avouez que vous buvez!") - soyez à l'écoute du patient mais recentrez-le sur le sujet quand il s'égare trop - prenez des notes+++ sinon vous laisserez passer des informations noyées dans le discours du patient - vérifiez les informations recueillies (récupérez compte rendus opératoires, contactez le médecin traitant), traduisez les en langage médical, ne notez jamais dans l'observation quelque chose de faux ou d'imprécis EXAMEN PHYSIQUE - faîtes toujours un examen complet, en commençant par l'appareil dont se plaint le patient - avant de démarrer: désinfectez-vous les mains (solutions hydroalcooliques) et réchauffez les - vérifiez les constantes vitales (pouls, tension, température, fréquence respiratoire), état général, état nutritionnel (poids, amyotrophie) - patient installé à plat, genoux fléchis pour relâcher l'abdomen - identifiez la localisation des douleurs hypochondre droit épigastre hypochondre gauche flanc droit péri-ombilical flanc gauche fosse iliaque droite hypogastre fosse iliaque gauche - inspection cicatrices, circulation veineuse collatérale, ictère, pâleur, augmentation de volume de l'abdomen, respiration abdominale, ondulations péristaltiques - auscultation (doit précéder la palpation qui modifie les bruits) normalement un bruit de tonalité aiguë toutes les 10 secondes (attendre 2 minutes avant de conclure au silence), rechercher un souffle vasculaire (chez le sujet mince, un souffle présent en décubitus et disparaissant en position assise n'a pas de valeur pathologique = compression de l'aorte par le rachis) - percussion une main bien plaquée sur l'abdomen, l'autre main la percute, en commençant par l'épigastre (tympanisme de référence). Présence d'air = tympanisme, organe plein ou eau = matité - palpation de l'abdomen Version

4 avec la pulpe des doigts, en démarrant dans la zone la moins douloureuse, palpation légère puis profonde. Rechercher une douleur provoquée, une masse, une défense (=contraction involontaire des muscles de la paroi provoquée par la palpation) ou contracture (=contraction permanente, invincible, tonique) - palpation du foie profondément, en commençant par la fosse iliaque droite et en remontant lentement vers le haut, faire inspirer le patient (voir question hépatomégalie). Percuter le bord supérieur du foie - toucher rectal (TR) * un patient ayant une pathologie digestive n'est pas surpris d'avoir un toucher rectal en fin d'examen * l'inspection de l'anus peut se faire en décubitus latéral ou en genupectoral. Déplisser les plis radiés et palper le périnée autour de l'anus. Chercher fissures, abcès, thrombose hémorroïdaire externe, marisque (excroissance cutanée séquellaire d'une hémorroïde) * le TR se fait en décubitus dorsal, avec un gant enduit de vaseline, on apprécie le tonus du sphincter anal, on sent la prostate à la face antérieure (consistance et volume d'une châtaigne), on palpe la muqueuse sur toutes ses faces (recherche cancer), on cherche une douleur dans le cul de sac de douglas (face antérieure), on examine la couleur des selles (méléna, rectorragies) - complétez par un examen général, sans oublier la recherche d'une encéphalopathie (astérixis), les aires ganglionnaires (sus-claviculaire), la bouche (aphtes, candidose, carences), les conjonctives (pâleur, ictère), la peau (angiomes stellaires, érythrose palmaire), les signes d'alcoolisme POUR PROGRESSER - après avoir vu un patient, vérifiez dans le poly que vous avez posé les bonnes questions et cherché les bons signes - ne recopiez jamais l'observation d'un autre, faîtes vous une idée neuve - examinez le plus de patients possible - ne vous précipitez pas à essayer de faire le diagnostic dès le début de l'interrogatoire, mais rassemblez tous les éléments avant de formuler une hypothèse diagnostique Version

5 Minimum vital - l'interrogatoire doit être systématique et structuré - savoir décrire les 10 caractéristiques d'une douleur: mode de début, localisation, type, durée, intensité, irradiation, rythme, facteurs déclenchant ou apaisants, caractère diurne ou nocturne, signes associés - toujours faire un examen complet * constantes vitales (pouls, tension, température, fréquence respiratoire) * état général * état nutritionnel (poids, amyotrophie) * inspection cicatrices, circulation veineuse collatérale, ictère, pâleur, augmentation de volume de l'abdomen, respiration abdominale, ondulations péristaltiques * auscultation (doit précéder la palpation qui modifie les bruits) bruits intestinaux, souffle vasculaire * percussion air = tympanisme, organe plein ou eau = matité * palpation de l'abdomen en démarrant dans la zone la moins douloureuse rechercher une douleur provoquée, une masse, une défense (=contraction involontaire des muscles de la paroi provoquée par la palpation) ou contracture (=contraction permanente, invincible, tonique) * palpation du foie en commençant par la fosse iliaque droite et en remontant lentement, faire inspirer le patient, percuter le bord supérieur du foie * toucher rectal et inspection de la marge anale * compléter par un examen général recherche d'une encéphalopathie palpation aires ganglionnaires examen endobuccal aspect des conjonctives examen cutané recherche de signes d'alcoolisme etc Version

6 DENUTRITION fréquent (30% des patients hospitalisés) grave (la dénutrition augmente de la morbidité et la mortalité) SIGNES CLINIQUES Signes fonctionnels - asthénie en milieu de journée - diminution des capacités de mémorisation et de concentration, désintérêt, dépression - fatigabilité, limitation de la motricité - diminution des fonctions sexuelles, aménorrhée - frilosité, douleurs osseuses. Examen clinique - Perte de poids 10% en 6 mois (ou 5% en 1 mois) par rapport au poids de forme (poids de forme = poids habituel du patient avant sa maladie) ou - Index de Masse Corporelle (IMC) < 18,5 kg/m 2 (normale: 18,5 à 25) chez le sujet jeune et < 21 chez le sujet de plus de 70 ans (le seuil est augmenté chez le sujet âgé pour prendre en compte la diminution de masse musculaire avec l'âge) IMC = poids (kg)/ [taille (m)] 2 Attention, un patient qui a perdu involontairement 10% de son poids doit être considéré comme dénutri même si son IMC est normal Signes associés - Amyotrophie (diminution des masses musculaires) Golfe temporaux creux, main plate (atrophie des éminences thénar et hypothénar), pseudo-arthrose (impression que les genoux sont gros du fait de la fonte des masses musculaires sus et sous-jacentes), structures osseuses trop visibles (côtes, clavicules,...), globes oculaires saillants, signe du «tabouret» (patient incapable de se lever d'un tabouret sans s'aider avec les bras) - Température corporelle basse (35,5-36 ). Rechercher une infection si température > 37 C - Bradycardie (pouls < 60/ min), hypotension artérielle. En cas de tachycardie, rechercher une insuffisance cardiaque associée - Oedèmes blancs, mous, symétriques et indolores (traduisant l'hypoalbuminémie) - Peau sèche, fine, plaques de pigmentation brune (mélanodermie) - Phanères: cheveux ternes, secs, cassants, dépigmentés, disparition de la queue du sourcil, cils longs. Ongles striés, concaves (= koïlonichie traduisant une carence en fer). - Muqueuses: langue rouge, dépapillée, fissurée, hypertrophique, fissures aux commissures des lèvres. - Troubles neurologiques: troubles de la sensibilité et de la motricité des membres inférieurs - Complications infectieuses, retard de cicatrisation, escarres qui compliquent la dénutrition Version

7 SIGNES BIOLOGIQUES - Diminution de la protidémie et de l'albuminémie (albumine < 30 g/l) - Diminution de la préalbumine (ou transthyrétine) plasmatique (< 0,11 g/l) - Diminution de la créatininémie et créatininurie (reflétant la masse musculaire à condition que la fonction rénale soit normale) La préalbumine chute plus précocement (demi-vie de 48h) que l'albumine (21 jours). Ces critères biologiques ne sont ni sensibles (une dénutrition peut exister avec une biologie normale), ni spécifiques (d'autres pathologies peuvent entraîner une diminution de ces marqueurs, en particulier un syndrome inflammatoire: dans ce cas la CRP est élevée) PRINCIPALES CAUSES Déficit d'apport alimentaire - famine - anorexie mentale, régimes - anorexie secondaire à toute maladie organique (cancer, infection,...) - troubles de la déglutition - dysphagie Pertes excessives - digestives: diarrhée ou vomissements chroniques, malabsorption, maldigestion - rénales: protéinurie, diabète - cutanées: lésions cutanées étendues Augmentation de la dépense énergétique - cancer - infection - inflammation chronique - intervention chirurgicale lourde - hyperthyroïdie - toxiques: alcool, médicaments Minimum vital Signes de dénutrition (1 seul signe suffit) - Perte de poids involontaire 10% (signe le plus sensible et spécifique) - IMC < 18,5 kg/m2 chez le sujet jeune ou < 21 chez le sujet de plus de 70 ans - amyotrophie - hypoalbuminémie < 30 g/l (faussée en cas de syndrome inflammatoire) La dénutrition augmente la morbi-mortalité Version

8 SURPOIDS - OBESITE fréquent (13% de la population est obèse et 30% en surpoids) grave (augmente la mortalité cardio-vasculaire et par cancer) CRITERES DIAGNOSTIQUES IMC diagnostic < 10 dénutrition grade V 10 à 12,9 dénutrition grade IV 13 à 14,9 dénutrition grade III 15 à 16,9 dénutrition grade II 17 à 18,4 dénutrition grade I 18,5 à 24,9 Normal 25 à 29,9 surpoids 30 à 34,9 obésité grade I (commune ou modérée) 35 à 39,9 obésité grade II (sévère) > 40 obésité grade III (morbide ou massive) définition selon l'oms IMC = poids (kg)/ [taille (m)] 2 FORMES CLINIQUES - obésité androïde (augmentation de la graisse abdominale) définie par un tour de taille > 90 cm chez la femme (>100 cm chez l'homme) et traduisant un risque cardiovasculaire accru - obésité gynoïde (répartition des graisses sur les hanches) dont le risque cardiovasculaire est plus faible SIGNES ASSOCIES - hypertension artérielle - signes d'insuffisance cardiaque, d'insuffisance coronarienne - oedèmes des membres inférieurs (cardiaque, insuffisance veineuse ou lymphatique) - signes de diabète (polyurie, polydipsie, amaigrissement), glycémie à jeun - syndrome d'apnée du sommeil (entraînant un endormissement diurne) - douleurs articulaires (arthrose) - rechercher des signes de cancer (fréquence élevée en cas d'obésité: seins, utérus, côlon) Version

9 Minimum vital IMC 25 à 30 = surpoids IMC > 30 = obésité La mesure du tour de taille permet d'estimer le risque cardio-vasculaire (F > 90cm, H > 100cm) L'obésité augmente la mortalité cardiovasculaire et par cancer Version

10 DYSPHAGIE grave (peut révéler un cancer, même si la dysphagie a été fugace) DESCRIPTION Définition La dysphagie est une sensation non douloureuse d'arrêt des aliments apparaissant immédiatement après la déglutition. Classiquement elle survient progressivement d'abord pour les aliments solides, puis pour les liquides. L'aphagie est une dysphagie complète (impossibilité totale de déglutition). Siège Le plus souvent rétrosternale, la dysphagie peut intéresser tout le trajet de l'oesophage de la partie basse du cou (dysphagie cervicale) au creux épigastrique. Son siège, bien qu'il n'y ait pas souvent de coïncidence parfaite, est souvent sus-jacent à celui de la lésion responsable. Signes associés - régurgitations alimentaires (remontée d'aliments sans effort de vomissements) - douleurs - au passage des aliments: odynophagie - permanente: traduisant souvent l'extension locorégionale d'une tumeur - hypersialorrhée - toux - accès de toux lors de l'alimentation faisant évoquer une fistule trachéo-oesophagienne - permanente traduisant l'extension locorégionale d'une tumeur - infections bronchopulmonaires récidivantes - hoquet, signe classique d'irritation phrénique - amaigrissement - déshydratation - adénopathie sus-claviculaire "de Troisier" (en faveur du cancer de l'œsophage) DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL - anorexie (perte d'appétit) avec apractophagie au cours de laquelle le patient recrache les aliments longuement mâchés non déglutis ("les aliments tournent dans la bouche") - striction pharyngée survenant en dehors de toute prise alimentaire habituellement sans support organique ("boule dans la gorge") VALEUR SEMIOLOGIQUE Lésions de la muqueuse oesophagienne - cancer de l'oesophage La dysphagie du cancer est progressive survenant d'abord pour les aliments solides (pain, viande) puis intéressant les aliments liquides et même la salive (aphagie). - lésions peptiques (secondaires à un reflux gastro-oesophagien acide): oesophagite, sténose peptique. Version

11 La dysphagie des lésions peptiques est intermittente, classiquement mais en fait rarement précédée des autres signes de reflux gastro-oesophagien. Compression extrinsèque (ou lésion sous-muqueuse) - tumeur de la musculeuse oesophagienne (léiomoyome) - compression médiastinale (cancer bronchopulmonaire ou médiastinite néoplasique) Troubles moteurs de l'oesophage - achalasie ou mégaoesophage: défaut de relaxation du cardia La dysphagie est souvent paradoxale (prédominant pour les liquides et non les solides) - diverticule pharyngo-oesophagien (de Zenker) La dysphagie est localisée au niveau du cou, elle s'accompagne de régurgitations. CONDUITE À TENIR Dans tous les cas, il faut immédiatement rechercher une lésion muqueuse de l'œsophage par une fibroscopie oesogastrique, même si la dysphagie a été provisoire Minimum vital La dysphagie est une sensation non douloureuse d'arrêt des aliments apparaissant immédiatement après la déglutition. Signes associés à rechercher: amaigrissement, ganglion sus-claviculaire, régurgitations, infection pulmonaire Une dysphagie est un cancer de l'œsophage jusqu'à preuve du contraire Version

12 REFLUX GASTRO OESOPHAGIEN fréquent SYMPTOMES TYPIQUES - Pyrosis: douleurs rétrosternales ascendantes. à type de brûlure. en période post prandiale. posturales: lors de l'antéflexion du tronc (signe du lacet) ou en décubitus. majorées par les repas abondants riches en graisses. soulagées par la prise d'anti-acides - Régurgitations acides : remontée de liquide acide dans la gorge sans effort de vomissement SYMPTOMES ATYPIQUES Doivent faire réaliser une endoscopie suivie d'une ph-métrie si l'endoscopie ne permet pas d'affirmer le RGO (absence d'œsophagite) - Signes pharyngés : gêne pharyngée à type de corps étranger ou de striction indépendante des prises alimentaires - Signes laryngés : enrouement, dysphonie du réveil - Signes pulmonaires : accès de toux ou de dyspnée nocturne - Douleurs pseudo angineuses (attention: éliminer avant tout une origine cardiaque) - Hoquet SIGNES D'OESOPHAGITE associés au pyrosis et aux regurgitations acides - Douleurs épigastriques - Localisées à la partie haute du creux épigastrique, rétroxyphoïdiennes - Intenses, elles sont le témoin de lésions sévères ou d'un ulcère de l'oesophage. - Dysphagie - intermittente, lors des premières bouchées Quels que soient ses caractères, elle doit toujours faire rechercher une complication : sténose peptique, cancer sur endobrachyoesophage. SIGNES D'ALARME Ces signes font craindre une forme sévère de RGO ou une affection néoplasique et imposent donc une endoscopie. - âge > 50 ans - amaigrissement - dysphagie - hémorragie digestive - anémie Version

13 Minimum vital Signes de RGO Pyrosis (brûlures rétrosternales ascendantes) avec régurgitations acides Exploration par fibroscopie indispensable si âge > 50 ans ou symptôme d'alarme (amaigrissement, dysphagie, hémorragie, anémie) Version

14 SYNDROME ULCEREUX fréquent, surtout après prise d'aspirine ou d'anti-inflammatoires DESCRIPTION Douleurs ulcéreuses typiques - localisées à l'épigastre - sans irradiation ou parfois irradiation dans le dos et les hypochondres (1/3 des cas) - à type de crampes, torsion, ou faim douloureuse - rythmées par les repas, post-prandiale tardive, survenant 1 à 4h après les repas - durant 1/2h à 2h - diurne et nocturne - calmées par les aliments ou les anti-acides - non traitées, évoluent par poussées de 1 à 6 semaines (poussée ulcéreuse) puis disparaissent pendant une période variable de quelques mois à quelques années Douleurs ulcéreuses atypiques - topographie inhabituelle : hypochondre, parfois uniquement dorsale, exceptionnellement région sous ombilicale - formes indolores révélées par une complication (perforation, hémorragie) VALEUR SEMIOLOGIQUE La douleur ulcéreuse est le seul symptôme de l'ulcère gastrique ou duodénal non compliqué. Elle n'est guère spécifique et se rencontre également: - au cours des lésions aiguës gastriques ou duodénales - lors du cancer gastrique. En pratique, tout syndrome ulcéreux doit donc impérativement être exploré par endoscopie. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL - dyspepsie - inconfort digestif, lenteur de digestion, satiété précoce, pesanteur, ballonnements à rythme prandial - symptômes anciens, influencés par l'anxiété - état général conservé, poids stable - sténose chronique du grêle peut également être responsable d'une douleur à rythme prandial - syndrome pancréatico-solaire (cancer du pancréas) au début de son évolution peut être difficile à différencier d'un syndrome ulcéreux; intérêt ici d'une échographie abdominale Version

15 - artériopathie digestive (insuffisance mésentérique supérieure) responsable de douleurs post prandiales précoces voire per-prandiale Minimum vital Syndrome ulcéreux = douleur épigastrique rythmée par les repas Un syndrome ulcéreux peut faire découvrir un cancer gastrique (fibroscopie systématique) Version

16 VOMISSEMENTS grave (peut révéler une pathologie mettant en jeu le pronostic vital) DEFINITION Rejet brusque par la bouche du contenu gastro-duodénal au cours d'un effort comportant des contractions du diaphragme et de la paroi abdominale, ce qui différencie ce symptôme des régurgitations. ASPECTS CLINIQUES Selon leur nature, on décrit : des vomissements aqueux, bilieux, alimentaires, fécaloïdes (liquide de stase noir), les vomissements de sang (= hématémèse) PRINCIPALES CAUSES Vomissements aigus : - occlusion intestinale - organique (volvulus, hernie étranglée, tumeur) - réflexe (appendicite, péritonite, cholécystite, pancréatite aiguë, colique néphrétique ) - syndrome méningé (méningite, hémorragie méningée) - syndrome labyrinthique (ORL) - trouble métabolique - acidose, acidocétose diabétique - hypercalcémie, hypokaliémie, hypomagnésémie, insuffisance rénale - insuffisance surrénale (attention: urgence médicale) - infarctus du myocarde (ECG systématique devant des vomissements) - gastroentérite infectieuse - migraine Vomissements chroniques Syndrome de sténose pylorique - Vomissements à distance des repas et alimentaires, abondants, d'abord intermittents puis constants après chaque repas en augmentant progressivement de volume. - Douleurs épigastriques, expliquées par la lésion responsable de la sténose, la distension gastrique, l'oesophagite induite par la répétition des vomissements. - L'examen clinique met en évidence des ondulations péristaltiques au niveau de l'épigastre, un clapotage à jeun lors de la palpation de l'estomac, une déshydratation, un amaigrissement. - causes. ulcère du pylore ou du bulbe,. cancer antro-pylorique.. compressions extrinsèques (cancer du pancréas, pancréatite chronique) Hypertension intra-crânienne Les vomissements neurologiques sont caractérisés par leur survenue en jet, sans efforts, particulièrement aux changements de position de la tête; ils s'accompagnent habituellement de céphalées. CONSEQUENCES Version

17 Complications digestives - ulcération fissuraire de la jonction oesogastrique: syndrome de Mallory Weiss - exceptionnellement, rupture de l'oesophage ou syndrome de Boerhave Complications respiratoires - inhalation du contenu gastrique responsable du syndrome de Mendelson Complications hydro-électrolytiques - déshydratation - troubles de l'équilibre acido-basique (perte du H + ), alcalose métabolique Minimum vital Vomissement = rejet brusque par la bouche du contenu gastro-duodénal au cours d'un effort comportant des contractions du diaphragme et de la paroi abdominale. Tout vomissement n'est pas d'origine digestive Peut révéler une urgence médicale (insuffisance surrénale, infarctus, syndrome méningé, acido-cétose) ou chirurgicale (occlusion, péritonite) Version

18 HEMORRAGIE DIGESTIVE grave HEMATEMESE Description Rejet de sang d'origine digestive par la bouche dans un effort de vomissement. Son aspect est variable. Le plus souvent, sang brunâtre, cailloté, mêlé de débris alimentaires mais aussi vomissement de sang rouge lorsqu'il s'agit d'un saignement abondant et/ou d'origine oesophagienne. L'hématémèse est un saignement macroscopique: la présence de sang microscopique détecté à la bandelette n'a aucune valeur diagnostique. Valeur sémiologique - S'explique par une lésion hémorragique située entre la bouche oesophagienne et l'angle duodéno-jéjunal (angle de Treitz) explorée par fibroscopie après lavage aspiration de la cavité gastrique et compensation de la spoliation sanguine Diagnostic différentiel - hémoptysie (sang rouge, spumeux, émis au cours d'efforts de toux) - hémorragie bucco-pharyngée (pas d'effort de vomissement) - épistaxis (saignement du nez) déglutie - vomissement de stase gastrique (liquide noirâtre, au cours d'un syndrome occlusif) HEMORRAGIE PAR VOIE BASSE (extériorisée par l'anus) Description - Méléna Emission par l'anus de sang digéré : selles liquides noires, goudronneuses, d'odeur fétide. Peut suivre une hématémèse ou être isolé. Peut être méconnu par le patient lorsqu'il est peu abondant. Dans ce cas, le saignement digestif peut se traduire par un malaise lipothymique (malaise avec sensation de perte de connaissance imminente), une crise angineuse, une anémie incitant à rechercher le méléna par un toucher rectal systématique. Le méléna doit se distinguer d'une coloration anormale des selles d'origine médicamenteuse (la supplémentation en fer noircit les selles). - Rectorragie Emission de sang rouge par l'anus, soit hémorragies abondantes de sang rouge (plus ou moins foncé selon le niveau du saignement), soit hémorragies minimes de sang rouge vif survenant lors de la défécation. Valeur sémiologique - Le méléna s'explique le plus souvent par une lésion digestive haute (gastroduodénale), plus rarement par une lésion intestinale (grêle, côlon droit). - Une rectorragie abondante de sang rouge peut provenir de tout segment du tube digestif, mais dans 80% des cas la lésion est gastroduodénale: la fibroscopie oesogastroduodénale est donc le premier examen qui doit être fait. Les éléments orientant vers une hémorragie d'origine haute sont le contexte (prise d'anti-inflammatoires, antécédent d'ulcère ou de syndrome ulcéreux, signes d'hypertension portale), le terrain vasculaire (fistule aorto-duodénale) et l'abondance du saignement (état de choc, volume transfusé). La sonde nasogastrique (SNG) est un Version

19 élément d'orientation car du sang à la SNG est en faveur d'une origine gastrique, mais un liquide clair à la SNG n'élimine en aucun cas une hémorragie post-pylorique. - Les rectorragies minimes survenant lors des éxonérations proviennent de la partie terminale de l'intestin. Elles ont la même signification pathologique qu'un syndrome dysentérique. Une origine proctologique (hémorroïdes) ne peut être retenue qu'après une coloscopie gauche négative. APPRECIATION DE LA GRAVITE Quelle que soit sa présentation clinique initiale, la constatation d'une hémorragie digestive nécessite une admission immédiate en service de spécialité pour que soient rapidement rassemblés les éléments pronostiques étiologiques permettant d'adapter le schéma thérapeutique. Signes cliniques de spoliation sanguine - abondance du saignement (extériorisé ou ramené par l'aspiration gastrique), - malaise - pâleur des conjonctives - tachycardie, pouls petit, filant - hypotension artérielle (signe tardif survenant pour une perte de plus de 20% de la masse sanguine) - signes de choc : soif, oligo-anurie, froideur des extrémités, sueurs, marbrures, tachycardie, tension basse et pincée, polypnée, confusion, agitation aiguë Signes biologiques La baisse de l'hémoglobine et de l'hématocrite, retardée par rapport à l'hémorragie, n'apparaît qu'après une hémodilution compensatoire. Volume de sang transfusé nécessaire au maintien de l'hématocrite Terrain Le pronostic des hémorragies digestives est d'autant plus sévère : - qu'il s'agit d'un sujet âgé de plus de 60 ans - qu'il existe une pathologie associée : cirrhose, insuffisance respiratoire, cardiaque ou rénale, insuffisance coronarienne (ECG systématique: infarctus fréquent, favorisé par l'anémie) - qu'il existe des signes en faveur d'une origine vasculaire (fistule aorto-digestive): terrain vasculaire, douleur et malaise initial Version

20 PRINCIPALES CAUSES HEMORRAGIES OESO-GASTRO-DUODENALES Lésions des muqueuses gastro-duodénales - ulcères gastrique ou duodénal favorisés par la prise d'anti-inflammatoires ou d'aspirine (syndrome ulcéreux) - lésion aiguë fréquente chez le patient de réanimation (ulcération "de stress") - syndrome de Mallory Weiss (ulcérations de la muqueuse de la jonction oesogastrique après vomissement alimentaire ou bilieux important) - cancer gastrique (syndrome ulcéreux et amaigrissement) Hypertension portale - rupture de varices oesophagiennes ou cardio-tubérositaires HEMORRAGIES INTESTINALES Ne sont discutées qu'après avoir vérifié la normalité de la muqueuse gastro-duodénale puisque 8 fois sur 10 une hémorragie par voie basse traduit l'existence d'une lésion gastroduodénale. - anite hémorroïdaire: diagnostic d'élimination, ne peut être retenu qu'après exploration endoscopique - lésions rectales: ulcérations traumatiques, tumeurs, maladie inflammatoire (crohn, rectocolite hemorragique) - lésions coliques: angiodysplasie, diverticules, tumeurs - lésions jéjuno-iléales: diverticule de Meckel, tumeurs, angiodysplasie Minimum vital Hématémèse = vomissement de sang (origine oesogastroduodénale) Méléna = émission de sang digéré (d'allure goudroneuse) par l'anus (origine le plus souvent oesogastroduodénale, plus rarement grêle ou côlon droit) Rectorragies = émission de sang rouge par l'anus (si abondantes, l'origine est le plus souvent gastroduodénale) Toute hémorragie digestive justifie une hospitalisation et une recherche de signes de gravité: - terrain (sujet âgé, insuffisant coronarien, terrain vasculaire) - signes de choc : soif, oligo-anurie, froideur des extrémités, sueurs, marbrures, tachycardie, tension basse et pincée, polypnée, confusion, agitation aiguë Rechercher des éléments cliniques orientant vers l'origine de l'hémorragie (antiinflammatoires, syndrome ulcéreux, hypertension portale) Version

21 DIARRHEE (GENERALITES) DEFINITION La diarrhée est un trouble du transit caractérisé par l'émission trop fréquente de selles liquides et trop abondantes (poids moyen supérieur à 300 g/24h) - aiguë: d'apparition brutale et ne dépassant pas habituellement une semaine (pouvant parfois aller jusqu'à 3 semaines) - chronique: évoluant depuis plus de 3 semaines DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL - syndrome dysentérique (exonérations fréquentes mais afécales) - fausse-diarrhée du constipé (alternance de constipation et d'émission de selles surdigérées entourées de mucus ou de selles hydriques mélangées à des selles dures) - fécalome (irritation muqueuse entraînant une sécrétion d'eau, diagnostiqué au toucher rectal) - incontinence anale (évacuation involontaire de matières par perte du contrôle sphinctérien, les patients incontinents expriment rarement l'incontinence mais se plaignent plutôt de "diarrhée") MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES Plusieurs désordres physiopathologiques peuvent être associés: - Accélération motrice Souvent colopathie fonctionnelle ou due à l'alcool, rarement due à une cause endocrine (hyperthyroïdie, tumeur endocrine) ou neurologique (neuropathie diabétique) - Diminution de l'absorption intestinale de l'eau et des électrolytes Secondaire à une résection intestinale ou une diminution des capacités de résorption colique due à une inflammation. - Diminution de l'absorption des nutriments La diarrhée est la résultante d'une malabsorption des graisses (stéatorrhée), des protéines (créatorrhée). Les solutés retenus dans la lumière intestinale s'opposent à l'absorption de l'eau et favorisent également une diarrhée osmotique. La malabsorption peut être secondaire à une maldigestion en rapport avec une insuffisance pancréatique exocrine. - Exsudation avec perte de plasma, de sang, de pus, conséquence de lésions infectieuses, inflammatoires ou tumorales de la muqueuse. - Sécrétion intestinale d'eau et d'électrolytes Augmentation de la sécrétion entérocytaire d'eau et d'électrolytes, dépassant les capacités de résorption maximale du côlon, secondaire soit à une hyperosmolarité des selles (par exemple lactose ou laxatif), soit à une tumeur endocrine, soit à une infection (virale ou toxinique). Minimum vital Version

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

MI1:Métabolisme et Nutrition Séméiologie des troubles du transit Année universitaire 2007-2008

MI1:Métabolisme et Nutrition Séméiologie des troubles du transit Année universitaire 2007-2008 Introduction Séméiologie des troubles du transit Dans sociétés occidentales, où la quantité de fibres alimentaires est faible, le transit digestif normal se manifeste par : émission de selle de consistance

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation.

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Pr Pierre Déchelotte Unité de Nutrition CHU de Rouen (76) Dr Pascal Boulet Médecin généraliste-enseignant Bonsecours (76) Rouen

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Les formalités médicales ci-dessous sont celles prévues aux conditions générales du contrat assurance emprunteur çaassure n 24.

Les formalités médicales ci-dessous sont celles prévues aux conditions générales du contrat assurance emprunteur çaassure n 24. 1 FM4 PAGE 1/4 Les formalités médicales ci-dessous sont celles prévues aux conditions générales du contrat assurance emprunteur çaassure n 24.747 si : L âge de l emprunteur est < 50 ans & le capital assuré*

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Causes de la dénutrition du sujet âgé...1 1. 1 Modifications physiologiques liées à l'âge...

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 36 : Item 308 Dysphagie I. Définition II. Deux types de dysphagie III. Démarche diagnostique en cas de dysphagie œsophagienne IV. Dysphagies lésionnelles V. Dysphagies fonctionnelles OBJECTIF

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

«J ai mal au ventre» :

«J ai mal au ventre» : «J ai mal au ventre» : La douleur abdominale chronique Georges Ghattas, MD Présenté à la Journée d éducation médicale continue de l Université de Montréal, le 10 octobre 2003. Il n existe pas d algorithme

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Deux types de dysphagie...2 3 Démarche diagnostique en cas de dysphagie oesophagienne... 3 3. 1 Étape 1

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com HUILE ESSENTIELLE DE BASILIC TROPICAL Revigorante et vitalisante, tonique puissante du système nerveux. Digestive, antispasmodique. Stress, fatigue, dépression, insomnie Flatulence, indigestion, nausée,

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Service de Chirurgie Viscérale Centre Hospitalier de Saint Malo Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Chère Patiente, Cher Patient, Vous devez être opéré(e) en raison de votre forte

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND I - GRANDS AXES DE REVISION ANATOMIE - PHYSIOLOGIE APPAREIL CIRCULATOIRE ANATOMIE : le coeur, les vaisseaux

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

Liste des diagnostics

Liste des diagnostics Liste des diagnostics Foie Abcès hépatique......................................................... 3 Adénome hépatique...................................................... 6 Angiome hépatique......................................................

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

DENUTRITION. Épidémiologie & Conséquences. Anne-Laure Audrain DES - 31 Mars 2012

DENUTRITION. Épidémiologie & Conséquences. Anne-Laure Audrain DES - 31 Mars 2012 DENUTRITION Épidémiologie & Conséquences Anne-Laure Audrain DES - 31 Mars 2012 PLAN Définition Dénutrition dans le monde : Epidémiologie Conséquences Dénutrition en France : A l'hôpital Minnesota Starvation

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme

Incontinence urinaire de la femme Incontinence urinaire de la femme Perte involontaire d urine quelles que soient les circonstances de survenue. (ICS 2002) Dr Antoine Wallois Clinique Pauchet Amiens Interrogatoire : essentiel +++ Facteurs

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Assurance maladies graves temporaire

Assurance maladies graves temporaire Assurance maladies graves temporaire GUIDE DU PRODUIT 5367-01F-JUI14 ASSOMPTION VIE Le présent document a pour objet de résumer les caractéristiques des produits d'assomption Vie. Il ne s'agit ni d'un

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

LES BAROTRAUMATISMES

LES BAROTRAUMATISMES LES BAROTRAUMATISMES Généralités Le Placage de Masque Les Sinus L'Estomac et les Intestins Les dents L'Oreille La Surpression Pulmonaire Tableau Récapitulatif Généralités Baro signifie pression et traumatisme

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

Information pour les patients dialysés qui prennent du chlorhydrate de sévélamer (RENAGEL)

Information pour les patients dialysés qui prennent du chlorhydrate de sévélamer (RENAGEL) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RENAGEL de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimalisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail