COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:"

Transcription

1 TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: Infrarouge Année universitaire 2003/2004

2 Sommaire. I OBJECTIF...3 II MATERIEL II.1 SPECTROMETRE DISPERSIF II.1.1 Principe II.1.2 Avantages II.1.3 Inconvénients... 4 II.2 SPECTROMETRE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF OU FTIR)... 5 II.2.1 Principe. [1]... 5 II.2.2 Le Principe de la Transformée de Fourier [1]... 6 II.2.3 Avantages II.2.4 Inconvénients... 6 II.3 AUTRES MATERIELS II.3.1 Informatique... 6 II.3.2 Fenêtres... 6 II.3.3 Matériaux et produits... 6 III MANIPULATIONS ET INTERPRETATIONS III.1 LES PARAMETRES... 7 III.1.1 L apodisation III.1.2 La résolution III.1.3 Le nombre de scans... 7 III.2 NOTION DE REFERENCE... 8 III.2.1 Observations... 8 III.2.2 Interprétation III.3 ETUDE DES PARAMETRES DU SPECTROMETRE FTIR III.3.1 La résolution III.3.2 L apodisation III.3.3 Conclusion... 9 III.4 COMPARAISON DES TECHNIQUES D IRTF ET D IR DISPERSIF III.5 DOMAINES D UTILISATION DE DIFFERENTS MATERIAUX OU SOLVANTS

3 Les données acquises par les spectrophotomètres constituent des spectres. Il s agit d ensemble d un grand nombre de variables exploitables en analyse chimique quantitative moyennant l établissement de modèles de calibrage par des méthodes chimiométriques. L avantage de cette méthode d analyse instrumentale est utilisée dans l industrie alimentaire et pharmaceutique pour l identification des substances de base (analyse qualitative) et le contrôle de qualité des produits finis (analyse quantitative). La spectroscopie moyen infrarouge (IR) a été longtemps utilisée uniquement pour l élucidation de structure des molécules. Depuis près de vingt ans grâce à l avènement des spectrophotomètres à interféromètre de Michelson et à transformée de Fourier (TF) l utilisation de la spectroscopie IR s est généralisée aussi en analyse quantitative. Le dosage des constituants du lait tel qu il s est développé dans les laboratoires de contrôle laitier est un exemple révélateur des capacités de la technique dans l analyse rapide et le contrôle de qualité systématique des produits agroalimentaires. [1 : mon rapport] I Objectif. Cette manipulation a pour objectif de nous initier à l appareillage infrarouge et aux différents paramètres et réglages impliqués pour cette technique, et d analyser les spectres de produits en condition de routine. Nous utiliserons donc pour la plus grande partie de ce TP un spectromètre infrarouge à transformée de Fourier (FTIR) pour étudier les paramètres de ce type d appareil et analyser les spectres, et un spectromètre dispersif pour comparer ces deux méthodes de spectrométrie. II Matériel. II.1 Spectromètre dispersif. Ce type d appareil n est presque plus fabriqué mais pour des raisons historiques reste encore très présents dans les laboratoires. II.1.1 Principe. La spectroscopie proche IR est basée sur l absorption de radiations lumineuses par la matière. Le principe de fonctionnement général des appareils peut être décomposé comme suit : Le faisceau lumineux issu d une source proche IR est envoyé sur un disperseur, qui fournit le spectre de cette lumière. Après la traversée du disperseur, il y a irradiation de l échantillon à analyser. 2 modes possibles : réflexion (totale ou atténuée) ou transmission suivant que le faisceau incident se réfléchit ou traverse l échantillon. Réception du faisceau réfléchi ou transmis sur des capteurs, conversion en signal : le spectre NIRS est alors obtenu. [2 : (ENSCR : NIRS)] - 3 -

4 transmission réflexion II.1.2 Avantages. Peu ou pas de préparation de l échantillon. - Analyse non destructrice. - Analyse en transmission sur des échantillons relativement épais. - Analyse en réflexion sans contact (peu d influence de CO 2 ou de H 2 O). Analyse rapide multicomposant. Coût de l analyse peu élevé. Cellule de mesure résistante et assez bon marché (verre ou quartz). Gamme importante d appareils robustes pour l analyse en ligne. Possibilités d analyse de produits toxiques ou dangereux à distance (plus de 100 m en utilisant les fibres optiques). Amortissement de l investissement généralement rapide. Méthode puissante pour l étude de la liaison hydrogène. Méthode de choix pour le contrôle industriel, analyse et monitoring in situ en temps réel. II.1.3 Inconvénients. La taille des particules ainsi que l orientation modifient les spectres (même problème qu en IR moyen). Manque de bibliothèques de spectres diversifiés. Comme l IRTF dans le proche infrarouge, n est généralement pas une technique d analyse de traces. Analyse longue : 20min par échantillon

5 II.2 Spectromètre à transformée de Fourier (IRTF ou FTIR). La spectrométrie FTIR a connu un essor considérable au cours de ces 15 dernières années grâce à la rapide évolution de l informatique. II.2.1 Principe. [1] Comparée aux techniques traditionnelles, l interférométrie est une méthode très compétitive. Toutes les fréquences de la source infrarouge sont traitées ensemble sans sélection préalable, ce qui permet de capter le spectre entier en moins d une seconde. Contrairement aux méthodes d analyse par réaction colorée ou enzymatique qui réagissent ave une molécule donnée, l analyse par infrarouge est une méthode d analyse structurale qui révèle la nature des liaisons entre atomes dans une molécule. Les composés organiques ont en effet la particularité de posséder des liaisons inter-atomiques qui entrent en vibration sous l action d un rayonnement infrarouge à des longueurs d onde caractéristiques. Ce phénomène s accompagne d une consommation d énergie lumineuse à la longueur d onde considérée. L IRTF permet de mesurer les absorbances d énergie des liaisons chimiques (fonctions alcool, acides, méthyles, méthylène ) de tous les composants présents dans les produits analysés et de les corréler à leurs concentrations, puisque l intensité de l absorption est directement proportionnelle à la concentration de la molécule considérée. La longueur d onde d absorption va dépendre de la liaison elle-même(c-h, C-O, C-C, ) mais aussi de l environnement moléculaire dans lequel elle se trouve. Ainsi, une molécule donnée va présenter plusieurs longueurs d onde d absorption caractéristiques dans le spectre infrarouge. Le spectre infrarouge d une solution organique comme le vin ou le moût présente donc des absorptions, à certaines longueurs d onde, caractéristiques des différentes molécules présentes. Cet appareil permet la détection de nombreux paramètres. En se basant sur le principe des interférences lumineuses, qui modulent l amplitude d un signal comme une fonction de la différence de trajet entre deux sources interférentes, un interféromètre enregistre l intensité de la lumière captée par le détecteur comme une fonction de la différence de trajet générée par le déplacement d un miroir mobile. La mesure du déplacement minime de ce miroir est effectuée au moyen d un rayon laser qui suit le même trajet que le rayon infrarouge. Cependant, à ce niveau, l interférogramme se réfère à la position du miroir mobile et non à la longueur d onde qui est intéressante. Le rayon infrarouge de la source I.R. frappe le séparateur de rayons qui envoie la moitié du rayon à un miroir fixe et l autre moitié à un miroir mobile. De ces miroirs, les rayons I.R. se reflètent et se recombinent avant d atteindre le détecteur. Toutes les fréquences I.R. voyagent en même temps dans l interféromètre et des déplacements rapides de courte distance du miroir permettent la formation simultanée de la totalité du spectre I.R

6 II.2.2 Le Principe de la Transformée de Fourier [1] Le Principe de Transformation de Fourier (TF) se base sur le fait que chaque fonction peut être décomposée en une somme de fonctions sinusoïdales, chaque fonction sinusoïdale étant définie par deux valeurs: sa fréquence (longueur d ondes) et son amplitude (intensité). La Transformation de Fourier est une procédure mathématique qui permet de décomposer un interférogramme en une somme de fonctions sinusoïdales, représentant chacune une onde donnée. La fréquence et l amplitude de ces ondes sont calculées à partir des données de l interférogramme. En quelques secondes, l interférogramme est recueilli par le spectromètre, traité par le calcul de transformation de Fourier et converti pour donner le spectre entier de l échantillon. A partir de là, nous revenons à la théorie générale de la spectrométrie, de l intensité lumineuse, de la transmission, de l absorption et de leur relation avec les éléments constitutifs d un échantillon spécifique. II.2.3 Avantages. Rapidité de l analyse : 30 secondes par échantillon. Idem que dans I.1.2. II.2.4 Inconvénients. Cf. I.2.3 (sauf lenteur). II.3 Autres matériels. II.3.1 Informatique. Le spectromètre est relié via une carte d acquisition de données à un ordinateur (PC) disposant du logiciel Spectrum pour l acquisition et l analyse des données. II.3.2 Fenêtres. Nous disposons de fenêtres de cristaux de NaCl, de CaF 2 et de cristaux de KBr que l on place sur un support adapté. II.3.3 Matériaux et produits. Filtre de verre interne. Film de polystyrène interne. Film de polyéthylène. Huile de Nujol. CCl 4 Solutions notées A,B,D,E,F,G,H de dodécane, butanol, butanal, butan-2-one acide 3-phénylbutanoïque, acétonitrile,, acétate d éthyle, de toluène (dans un ordre inconnu) et une inconnue

7 III Manipulations et interprétations. III.1 Les paramètres. III.1.1 L apodisation. La différence de chemin optique finie de l interféromètre conduit à une fonction instrumentale qui possède des lobes alternativement négatifs et positifs autour du pic principal Si la largeur des lobes (1/2L) est grande par rapport à la largeur de la raie d absorption, leur effet est visible et peut être gênant. Dans ce cas il peut être souhaitable de réduire leur effet en appliquant une fonction d apodisation à l interférogramme. Une fonction d apodisation décroît de manière continue vers 0 pour éviter le passage brutal du signal à 0 lorsque le miroir mobile est en fin de course. Il existe plusieurs fonctions d apodisation courantes dont les fonctions de Norton et Beer [1976]. Quelque soit la fonction utilisée, l apodisation conduit à un élargissement des raies spectrales et donc à une moins bonne résolution. [3 : III.1.2 La résolution. C est un paramètre très important qui définira la précision du signal enregistré. C est à dire que plus la résolution est grande, plus le spectre est bien défini. On observera alors le maximum de détail de l enregistrement. Mais une résolution trop grande peut conduire à une trop importante masse d informations qui rend à première vue le spectre illisible. La résolution (en cm -1 ) est donc un paramètre que l on règlera selon le type de précision d analyse que l on désire : routine ou expérimentale. L appareil effectue une mesure tous les X cm -1 du spectre infrarouge. X est défini en début de mesure par l expérimentateur. III.1.3 Le nombre de scans. L appareil effectue n fois l enregistrement du spectre selon le désir de l utilisateur et le logiciel fait une moyenne des n spectres enregistrés

8 III.2 Notion de Référence. On enregistre la référence en laissant le compartiment vide avec les paramètres suivants :. Apodisation forte. Résolution : 4cm -1. Nombre de scans : 4 Pour simplifier, on enregistre le spectre IR de l air (annexe 1). Cela permet de définir le bruit de fond de l appareil, c est à dire les enregistrements parasites qu effectue inévitablement le spectromètre à cause de la présence de molécules de l air interagissant avec les rayons IR émis. III.2.1 Observations. On observe un spectre dont la ligne de base est instable et en pente. Plusieurs bandes sont enregistrées, la première constituée de nombreux pics est située de 4000 à 3500 cm -1, la deuxième de 3 pics aux alentours de 3000 cm -1, un grand pic à 2300 cm -1, une large bande de nombreux pics de 1800 à 1300cm -1 et quelques pics ponctuels sur une pende décroissante à 1100 cm -1, 900 cm -1 et 600 cm -1. III.2.2 Interprétation. de 4000 à 3500 cm -1 : présence de vapeurs d eau dans l air 2300 cm -1 : présence de CO2 dans l air de 1800 à 1300cm -1 : présence de vapeurs d eau. Les 3 pics aux alentours de 3000 cm -1, et les 3 derniers à 1100 cm -1, 900 cm -1 et 600 cm -1, peuvent être dus à une ou des vapeurs de produits organiques utilisés pour les TP dans le laboratoire. Nous pouvons en conclure qu il est important de connaître cette référence car ces molécules parasiterons les mesures sur nos échantillons. Les résultats obtenus doivent donc tenir compte des conditions initiales et environnementales de la mesure. La référence permet donc à l appareil d évaluer le bruit de fond. III.3 Etude des paramètres du spectromètre FTIR. On enregistre les spectres de référence (air) et d un filtre interne de polystyrène en gardant constant 2 paramètres sur 3 (apodisation et nombre de scans, ou résolution et nombre de scans) en modifiant le 3 ème (respectivement résolution ou apodisation). III.3.1 La résolution. Une forte apodisation et un nombre de 4 scans sont fixés, on fait varié la résolution de la mesure de 64 à 16 puis 1 cm -1. On observe sur les courbes que plus la résolution est grande (la plus grande est 1 cm -1 ) plus la précision du spectre est élevé, c est à dire que le nombre de pics est plus élevé. Pour une même longueur d onde, le pic est défini soit par une «vague» à 64 cm -1, soit par une «vallée» et des pics plus affirmés à 16 cm -1, soit par une «vallée» et des pics très «accidentés» encore plus affirmés à 1 cm -1. (voir annexes 2 et 3)

9 III.3.2 L apodisation. Une résolution de 4 cm -1 et un nombre de 4scans sont fixés, on fait varier l importance de l apodisation sur la mesure de forte à faible puis nulle. D après les courbes enregistrées (annexes 4 et 5), on observe que plus l apodisation est forte plus les pics diminuent de hauteur et sont applatis. Ce paramètre joue donc aussi sur la précision de la mesure. III.3.3 Conclusion. L apodisation influe selon les ordonnées et la résolution selon les abscisses. III.4 Comparaison des techniques d IRTF et d IR dispersif. On enregistre le spectre d un film de polystyrène dans les conditions suivantes en IRTF: - 1 scan - forte apodisation - résolution = 4 cm -1 puis le spectre du même filtre est enregistré sur l appareil dispersif. (Annexes 5 et 6). On remarque dans un 1 er temps en comparant les 2 graphes que la mesure par IRTF semble plus précise que celle par dispersion. En effet, pour une bande à une même longueur d onde donnée, celle-ci est définie par plus de pics par l IRTF que par la méthode dispersive. Exemple : à 1600 cm -1, le spectre en IR dispersif est donné par 1 pic tandis que pour l IRTF on a une multitude de pics. Dans un 2 ème temps, on remarque qu une bande à 2300 cm -1 est présente et bien prononcée sur la courbe de l IRTF mais est définie sur la courbe de l analyse dispersive par un artefact. C est la bande caractéristique du CO 2. L appareil IRTF est donc plus précis puisqu il est capable de détecter le CO2 en faible quantité dans l air (0,05%) et pas l appareil IR dispersif. III.5 Domaines d utilisation de différents matériaux ou solvants. On enregistre les spectres dans les conditions suivantes en IRTF: - 4 scans - forte apodisation - résolution = 4 cm -1 des matériaux et solvants suivants : - filtre de verre interne à l appareil - fenêtre de NaCl - fenêtre de KBr - fenêtre de CaF 2 - film de polyéthylène - huile de Nujol entre 2 pastilles de NaCl - Chloroforme dans une cellule de 0,2mm d épaisseur

10 On observe sur les courbes tracées en annexes 8 et 9 pour : Matériau ou solvant filtre de verre interne fenêtre de NaCl fenêtre de KBr Fenêtre de CaF 2 Fim de polyéthylène Huile de Nujol Chloroforme Caractéristiques du spectre Large bande d absorption de 3700 à 2000 cm -1 puis saturation continue de l appareil. Lligne de base stable, pas de pics d absorptions significatifs sur tout le spectre IR. Ligne de base moins stable et bruit de fond plus important que pour NaCl, pas de pics d absorptions significatifs sur tout le spectre IR et début de saturation du signal à partir de 700 cm -1. Ligne de base stable, pas de pics d absorptions significatifs sur tout le spectre IR mais début de saturation du signal à partir de 1500 cm -1. Ligne de base en pente au début, pics d absorption à 2950, 1450 et 600 cm -1, donc absorption dans l IR. Ligne de base instable, forte absorption aux alentours de 3000 cm -1 puis de 1500 à 750 cm -1 avec des variations d intensité. Ligne de base stable mais quelques pics d absorption sont présents à 3000 cm -1 de faibles intensités donc non significatifs, à 1200 et à 650 cm -1 on trouve des pics d absorption importantes. Conclusion sur l utilisation en IFTR Inutilisable car absorbe trop dans l IR Type de cellule adéquat Type de cellule adéquat jusqu à 700 cm -1 Saturation trop rapide donc inutilisable. Absorption dans l IR donc cellules inutilisables. Solvant inutilisable car trop d absorption Solvant adéquat mais il faut tenir compte de ses pics caractéristiques

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR)

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) 1 Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Pour déterminer la formule développée d une molécule, on peut utiliser diverses méthodes : Des méthodes chimiques

Plus en détail

SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF)

SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF) SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF) Introduction La Spectroscopie Infrarouge à Transformée de Fourier (ou FTIR : Fourier Transformed InfraRed spectroscopy) est basée sur l'absorption

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3 Didier Christophe Grégoire Brian Groupe C 3 Compte-rendu Spectroscopie TP n 1 : Monochromateurs A. Outils de diffraction l Plusieurs méthodes de diffraction sont possibles : q Par une fente : On fait traverser

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

I. Spectroscopie UV - visible

I. Spectroscopie UV - visible hap. A5 Spectres UV visible et I I. Spectroscopie UV - visible 1- ouleurs et solutions La lumière blanche contient toutes les radiations visibles dont les couleurs s'étendent du rouge au violet. - le vert

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE 1-Les Objectifs du chapitre. Ce que je dois connaître Définition de absorbance, transmittance, nombre d'onde. La loi de Beer-Lambert notions de déplacement chimique

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Institut Paul Lambin Bachelier en chimie Intitulé Chimie analytique 1 C2020 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 1 Pondération 1 Nombre de crédits 4

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Applications de capteur laser

Applications de capteur laser Capteurs numériques à laser polyvalents de série LV Applications de capteur laser SOMMAIRE Capteurs réfléchissant avec petit spot Faisceau coaxial LV-H35 rectiligne Spot lumineux LV-H32 réglable longue

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

Comprendre la spectroscopie infrarouge : principes et mise en œuvre

Comprendre la spectroscopie infrarouge : principes et mise en œuvre 68 DÉCOUVRIR Comprendre la spectroscopie infrarouge : principes et mise en œuvre Les vibrations moléculaires sont à l'origine de l'absorption du rayonnement infrarouge (IR) par la matière, car les niveaux

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques

Plus en détail

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier.

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. TP : Polarisation Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. I. Rappels sur la polarisation 1. Définition La polarisation

Plus en détail

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D 24 1. Dosage de la vitamine D par RP-HPLC 1.1. Principe de la méthode Pour réaliser une séparation d'un mélange on le fait diluer dans un solvant approprié,

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge

Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge Comment identifier la structure d une molécule à partir de ses différents spectres? Introduction : La spectroscopie est

Plus en détail

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève CONTON Steeven MICHEL Victorien NUMA Stève Classe de 1 ère S1 TPE Alarme LASER M. Audry, professeur de sciences de l'ingénieur M. Poussel, professeur de physique-chimie Année 2012/2013, Lycée Etienne Bézout

Plus en détail

Livre Blanc Spectroscopie infrarouge. Un guide pour tout savoir sur la spectroscopie InfraRouge

Livre Blanc Spectroscopie infrarouge. Un guide pour tout savoir sur la spectroscopie InfraRouge Livre Blanc Spectroscopie infrarouge Un guide pour tout savoir sur la spectroscopie InfraRouge Shimadzu France 2015 A propos de Shimadzu Fondé en 1875, Shimadzu est un groupe multinational japonais de

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie?

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? TP : La bouillie bordelaise : Dosage par étalonnage. Document 1 : la spectroscopie UV-visible Une espèce chimique est susceptible d interagir

Plus en détail

Sous-thèmes : Dosages par titrage. Autour du lait

Sous-thèmes : Dosages par titrage. Autour du lait Classe : 1 ère STL Enseignement : Physique et chimie en laboratoire THEMES du programme : Analyse physico-chimiques Chimie : enjeux sociétaux, économique et environnementaux Sous-thèmes : Dosages par titrage

Plus en détail

La spectrométrie infrarouge est l un des outils les plus utilisés pour la caractérisation et l identification des molécules organiques.

La spectrométrie infrarouge est l un des outils les plus utilisés pour la caractérisation et l identification des molécules organiques. 1 Principe La spectrométrie infrarouge est l un des outils les plus utilisés pour la caractérisation et l identification des molécules organiques. La spectrométrie IR est une méthode de caractérisation

Plus en détail

EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES

EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES TS 1-2-3 DS n 3 12 /12/2013 EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES Un dispositif à fentes d Young est utilisé pour réaliser des interférences lumineuses à partir de la lumière rouge d un laser S du

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

Le guidage électronique des finisseurs

Le guidage électronique des finisseurs Le guidage électronique des finisseurs Le guidage électronique des finisseurs Le guidage altimétrique Le nivellement d une couche d enrobé peut-être réalisée de deux manières : Mode dit «vis-calées» :

Plus en détail

Thème : Les ondes. Lentille convergente Biprisme Solution colorée Ecran. (Cette expérience peut-être réalisée sur rétroprojecteur).

Thème : Les ondes. Lentille convergente Biprisme Solution colorée Ecran. (Cette expérience peut-être réalisée sur rétroprojecteur). TS-Physique-chimie Compétences. Partie : bserver Thème : Les ondes TP n 6 Analyse spectrale UV-Visible-IR Caractériser une espèce colorée ; Exploiter un spectre UV-visible ; Exploiter un spectre IR pour

Plus en détail

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009 Chimie Physique III Spectroscopie électroniques et vibrationnelles du benzène Daniel Abegg Nicolas Calo Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 6 Groupe 3 3 juin 29 Question Spectre

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK 1. Le but de l expérience L étude de l effet photoélectrique externe et le calcul de la constante de Planck( h ). 2. Considérations théoriques

Plus en détail

MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants. Dedicated Analytical Solutions

MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants. Dedicated Analytical Solutions MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants L analyseur MilkoScan FT1 est dédié à l analyse des laits en production. Il vous permet de contrôler et de standardiser les

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

Chapitre 2 Chimie organique

Chapitre 2 Chimie organique Chapitre 2 Chimie organique Analyses spectroscopiques Plan du chapitre Objectifs du chapitre I. Analyse fonctionnelle organique 1. Principe des spectroscopies moléculaires d absorption a) Niveaux d énergie

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées.

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées. Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Polarisation [6] Diffraction [7] Interférences

Plus en détail

Etude des propriétés radiatives des aiguilles de Pin Alep

Etude des propriétés radiatives des aiguilles de Pin Alep Etude des propriétés radiatives des aiguilles de Pin Alep Zoubir ACEM 1 *, Bernard MONOD 1, Anthony COLLIN 2, Aymeric LAMORLETTE 2 et Pascal BOULET 1 1 Nancy Université, LEMTA,CNRS / Equipe Transfert radiatif

Plus en détail

Spectroscopie infrarouge

Spectroscopie infrarouge Spectroscopie infrarouge I Spectroscopies d absorption 1. Généralités Reposent sur les interactions entre la matière et la lumière absorption : excitation après absorption d un quanta d énergiehν transitions

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 Les solutions de ces exercices sont reprises sur le site web de FSAB1203. Ne consultez les solutions qu après avoir tenté sérieusement de résoudre l exercice.

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE PHYSIQUE CHIMIE EN PREMIÈRE ANNÉE DE CPGE 1 CONTEXTE La réforme des voies générale et technologique. La notion de compétence : en amont dans le lycée et en aval dans les écoles.

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

Une fois la lunette réglée, escamotez le miroir semi-rééchissant. Corrigez l'horizontalité de la lunette si nécessaire

Une fois la lunette réglée, escamotez le miroir semi-rééchissant. Corrigez l'horizontalité de la lunette si nécessaire TP 06 - Spectroscope à réseau Comment analyser la lumière émise par une source? 1 Principe et réglages du spectrogoniomètre à lunette autocollimatrice Figure 1: Goniomètre Le goniomètre est un appareil

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction TP : étecteurs d'ondes et de particules - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur des sources d'ondes et de particules et sur un dispositif de détection. Pratiquer une démarche

Plus en détail

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf I Terminale S Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf Objectifs : - Etablir un protocole et le réaliser afin d extraire un colorant et l identifier par spectroscopie UV-visible. - Utiliser la loi

Plus en détail

Transmission FM sur fibre optique

Transmission FM sur fibre optique Transmission FM sur fibre optique L utilisation d une fibre optique permet de transporter un signal sur de grandes distances avec une très bonne immunité aux parasites. Le signal optique qui y transite

Plus en détail

Soutien TS, séance n o 3 du 18 octobre 2011 Cinétique chimique. Exercice I Fermentation dans le vin

Soutien TS, séance n o 3 du 18 octobre 2011 Cinétique chimique. Exercice I Fermentation dans le vin Soutien TS, séance n o 3 du 18 octobre 011 Cinétique chimique Exercice I Fermentation dans le vin «Le vin est une boisson provenant exclusivement de la fermentation du raison frais ou du jus de raison

Plus en détail

Document 2 : radar Doppler météorologique

Document 2 : radar Doppler météorologique EXERCICE I : Comment prévoir la météo, faire de la musique, calculer l âge de l univers et caractériser des planètes grâce à l EFFET DOPPLER 12 points Document 1 : l effet Doppler Document 2 : radar Doppler

Plus en détail

Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge

Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge Objectifs : Connaître et appliquer les règles de nomenclature des composés en chimie organique. Associer un groupe caractéristique à une fonction dans le

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT EXP Spectroscopie UV-Visible CORRIGE Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Problématique : Un sirop

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION

Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION Compétences attendues (ce que je dois savoir ( ) ou savoir faire) : 7.5 Élaborer et réaliser un protocole de préparation d une

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Spectres UV-visible IR

Spectres UV-visible IR Spectres UV-visible IR I. Molécules organiques VOIR TP II. Spectroscopie d absorption 1. Spectroscopie UV-visible a. Principe Dans un spectrophotomètre, on fait passer une radiation électromagnétique à

Plus en détail

Table des matières. Page 1 sur 12

Table des matières. Page 1 sur 12 Table des matières 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF... 2 1.1. DÉFINITION... 2 1.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES DIFFERENTS DISPOSITIFS... 3 2. EXIGENCES TECHNIQUES... 12 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...

Plus en détail

Logiciel Spectrometry Mode d emploi

Logiciel Spectrometry Mode d emploi Logiciel Spectrometry Mode d emploi 1.0 1 Logiciel Spectrometry Sommaire Sommaire 0 1 INFORMATIONS SUR LE LOGICIEL PASCO Spectrometry 1 2 Outils d application 2 3 Etude d une source lumineuse 4 4 Etude

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE

POLARISATION DE LA LUMIÈRE TRAVAUX PRATIQUES POLARISATION DE LA LUMIÈRE Cette séance de travaux pratiques propose quelques expériences sur l étude et la manipulation de la polarisation d un faisceau. Ces expériences se concentrent

Plus en détail

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie dans l ultraviolet et le visible La région du visible du spectre électromagnétique correspond à la lumière dont les longueurs d onde varient environ

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

DECISION D'APPROBATION DE MODELE n 97.00.852.002.2 du 10 mars 1997. --------------- Opacimètre TECNOTEST modèle FLEX ---------------

DECISION D'APPROBATION DE MODELE n 97.00.852.002.2 du 10 mars 1997. --------------- Opacimètre TECNOTEST modèle FLEX --------------- Ministère de l Industrie, de la Poste et des Télécommunications SOUS-DIRECTION DE LA MÉTROLOGIE DA 13-1317 DECISION D'APPROBATION DE MODELE n 97.00.852.002.2 du 10 mars 1997 --------------- Opacimètre

Plus en détail

lumière blanche flash électronique

lumière blanche flash électronique 3. La lumière Le mot photographie veut dire «dessiner avec la lumière». La qualité de la lumière est donc très importante et primordiale. On utilise de la lumière naturelle que l on nomme aussi «lumière

Plus en détail

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas.

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas. Expertise - Innovation - Solutions Expertise - Innovation - Solutions Granulométrie Laser Production Recherche et Développement Contrôle Qualité Laboratoire d analyse Votre partenaire en analyse de particules

Plus en détail

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro «Optique et Photonique» TP «Photométrie, détecteurs»

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro «Optique et Photonique» TP «Photométrie, détecteurs» Université Joseph Fourier Grenoble Master Pro «Optique et Photonique» TP «Photométrie, détecteurs» Campus de aint Martin d Hères, Bt C, 2 ème étage On réalisera le TP «Calibration photométrique d une chaîne

Plus en détail

Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide du nombre d onde correspondant ; détermination des groupes.

Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide du nombre d onde correspondant ; détermination des groupes. Thème : Analyse spectrale Infra-Rouge 1/16 Type de ressources : - Des pistes d activités - Des spectres IR illustrant les notions du programme Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse Spectroscopie infrarouge Sommaiire -I- Comment se présente un spectre IR? -----------------------------------2 -II- Quelles sont les informations apportées par un spectre IR? -----------------4 1. Spectre

Plus en détail

Opération Unitaire : LA CENTRIFUGATION

Opération Unitaire : LA CENTRIFUGATION Opération Unitaire : LA CENTRIFUGATION Gaëtane COLLARD Nicolas MADET Licence IUP SIAL Thomas TEISSIER Année universitaire 2003/2004-1 - INTRODUCTION : La centrifugation est une technique largement utilisée

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

La fibre optique. L'essentiel. L'Internet de demain

La fibre optique. L'essentiel. L'Internet de demain La fibre optique L'essentiel L'Internet de demain Alben21 - Tous droits réservés - Edition 2012 Constituée d'un cœur entouré d'une gaine réfléchissante, la fibre optique est un "tuyau" très fin dans lequel

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00)

Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) BON COURAGE ET BONNE ANNÉE À TOUTES ET À TOUS Documents non autorisés - Calculatrice autorisée Justifier les calculs Séparer calcul littéral

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

EN PHYSIQUE CHIMIE : L APPAREIL DE MESURES ÉVOLUTIF

EN PHYSIQUE CHIMIE : L APPAREIL DE MESURES ÉVOLUTIF EN PHYSIQUE CHIMIE : L APPAREIL DE MESURES ÉVOLUTIF Garantie 5 ans Livrée avec : - 2 sondes de température, 1 sonde de tension, 1 capteur son intégré - Adaptateur secteur - Câble de connexion USB (pour

Plus en détail