Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca"

Transcription

1 A. Bahlaoui & N. Zaghba Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

2 1. L asthme et le RGO sont deux pathologies fréquentes qui souvent coexistent chez un même patient. 2. L asthme est une maladie multifactorielle, le RGO risque de cacher d autres facteurs. 3. Le RGO chez l asthmatique est souvent complètement asymptomatique. 4. Les relations entre les deux maladies sont complexes. 5. Les résultats des études consacrées à cette association sont parfois contradictoires

3 Passage d une partie du contenu gastrique dans l œsophage. RGO Physiologique RGO Pathologique 1. Bref, postprandial Asymptomatique 3. Sans œsophagite 1. Répété, prolongé 2. Symptomatique 3. Et /ou œsophagite

4 Complications (rares) œsophagite (2 % de la population) Symptômes sans œsophagite (10 à 20 % de la population) Reflux physiologique (100 % de la population) Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

5 Les éléments anatomiques Piliers du diaphragme : constituent une fronde autour de l orifice hiatal et enserrent le bas œsophage. Angle de His : Valvule de Gubaroff (adossement des muqueuses œsophagiennes et gastriques). Ligament phréno- œsophagien Ligaments gastro - phrénique assurent la fixation oeso-cardiotubérositaire Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

6 Pressions Les éléments fonctionnels Œsophage thoracique: pression intra - thoracique négative Œsophage abdominal: pression positive abdominale, est très court, Sphincter inférieur de l'œsophage (SIO): zone de haute pression au niveau du bas œsophage Péristaltisme de l œsophage Vidange gastrique Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

7 Les mécanismes physiopathologiques du RGO sont dus à la défaillance du dispositif anti-reflux par anomalies anatomiques et/ou fonctionnelles. La notion du rôle quasi exclusif des éléments anatomiques dans la genèse du RGO n est plus admise actuellement; Les facteurs fonctionnels jouent un rôle déterminant.

8 Diminution Résistance de la muqueuse œsophagienne Anomalies des contractions œsophagiennes Diminution de la psio Défaillance du système anti -RGO Secrétion acide normale = agresseur Relaxations gastriques excessives Vidange gastrique ralentie

9 Pression du SIO (psio) faible: entraine un RGO Les porteurs de RGO ne présentent pas tous une diminution de la psio; Il existe des RGO sévères avec psio normale Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

10 La déglutition de la salive permet de tamponner l acidité. La fréquence des mouvements de déglutition pendant la nuit serait plus faible chez les patients présentant un RGO ph Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

11 Pression du SIO (psio) La déglutition de la salive Les troubles de la vidange gastrique Il a été démontré que les enfants porteurs de RGO présentaient un retard à la vidange gastrique (travaux sur ce sujet ne sont pas tous concordants)

12 Manifestations respiratoires basses 1. Aspiration bronchique, 2. Réflexe oeso bronchique, 3. Majoration de l hyperréactivité bronchique RGO induit par la pathologie respiratoire 1. Hypertension abdominale due à l expiration forcée, au cours de la toux, du wheezing et de la kinésithérapie respiratoire. 2. Certaines thérapeutiques (théophylline, beta2- adrénergiques, diminuent la pression des SIO Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

13 chez l enfant: une étude cas-témoins sur un large effectif d enfants (El-Sera et al): 1980 enfants porteurs d un RGO ont été comparés à 7920 sujets témoins. - La prévalence de l asthme était plus élevée chez les sujets porteurs de RGO (13 vs 7 % chez témoins). - En analyse multi-variée, le RGO était significativement associé à l asthme avec un odds ratio de 1,9. El-Serag H et al. Gastroenterology 2001;121:1294Ŕ9.

14 Les relations entre sévérité de l asthme et présence de RGO sont moins claires. Sur plus de 6500 asthmatiques (Diette et al): la présence de signes cliniques de RGO est associée à un taux d hospitalisations pour asthme plus élevé que dans le groupe des asthmatiques qui ne présentent pas ces symptômes digestifs. D autres études n ont pas trouvé de différence significative. Diette GB et al.. Arch Intern Med 2002;162:

15 AU TOTAL: L association RGO-asthme est donc fréquente. La symptomatologie digestive du RGO est souvent absente ou méconnue chez l asthmatique. Il semble exister une assez bonne corrélation entre les épisodes de reflux et la symptomatologie respiratoire de type asthmatique. En revanche, il n est pas possible d affirmer que le RGO est associé systématiquement à un profil plus sévère de l asthme.

16 Asthme et RGO soulève plusieurs questions : 1- Le RGO est-il responsable des symptômes d asthme? 2- Le RGO est-il secondaire à l asthme? 3- Les BD aggravent-ils le RGO? 4- Quand évoquer RGO chez l asthmatique? 5- CAT devant la suspicion asthme-rgo? 6- Influence du trait. Anti RGO sur l asthme?

17 Asthme et RGO soulève plusieurs questions : 1- Le RGO est-il responsable des symptômes d asthme? 2- Le RGO est-il secondaire à l asthme? 3- Les BD aggravent-ils le RGO? 4- Quand évoquer RGO chez l asthmatique? 5- CAT devant la suspicion asthme-rgo? 6- Influence du trait. Anti RGO sur l asthme?

18 3 mécanismes potentiels peuvent induire ou aggraver une obstruction bronchique chez l asthmatique : 1- Mécanisme aspiratif 2- Reflexe vagal œso-bronchique 3- Inflammation neurogénique bronchique Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

19 1- Mécanisme aspiratif Au cours du décubitus des micro-aspirations des sécrétions acides gastriques contaminent la trachée et les bronches. Ces micro-aspirations stimulent des récepteurs des voies aériennes et favorisent la libération de médiateurs inflammatoires. Si le volume aspiré est important, l obstruction mécanique de la lumière bronchique est possible et une pneumopathie d inhalation peut apparaître.

20 1- Mécanisme aspiratif Ce mécanisme aspiratif a pu être documenté par la mesure simultanée du ph œsophagien distal et du ph œsophagien proximal ou trachéal. Ceci a confirmé l existence des microaspirations mais a montré aussi qu il ne s agit pas là du mécanisme majeur par lequel un RGO entraîne des manifestations respiratoires comme cela était pressenti initialement

21 2- Reflexe vagal œso-bronchique La stimulation des terminaisons nerveuses situées au niveau du bas œsophage par l acidité, entraîne une bronchoconstriction par réflexe vagal. Ce mécanisme favorisant l aggravation ou la pérennisation de l hyperréactivité bronchique, est majoré en cas d œsophagite car l exposition des nerfs afférents du vague est plus facile et la réaction plus importante.

22 2- Reflexe vagal œso-bronchique Plusieurs travaux ont confirmé ce mécanisme chez l adulte et chez l enfant : 1. Augmentation des résistances VA totales chez l asthmatique après test acide de Bernstein positif 2. Diminution de façon significative des débits expiratoires après instillation acide dans le bas œsophage 3. Le débit expiratoire de pointe (DEP) et les résistances spécifiques des voies aériennes augmentent chez l asthmatique présentant un RGO après test d infusion acide. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

23 2- Reflexe vagal œso-bronchique Chez des adultes asthmatiques, l instillation d acide dans l œsophage induit une: Augmentation des résistances de 10 %, Diminution de la capacité vitale de 200 ml Diminution la saturation en oxygène et des débits aériens. Shan CA et al. Chest 1994 ; 106 : 731-7

24 2- Reflexe vagal œso-bronchique En étudiant quatre groupes de patients (Shan et al) asthme avec RGO asthme sans RGO RGO seul sujets sains l instillation intra- œsophagienne d acide Diminution du DEP Shan CA et al. Chest 1994 ; 106 : 731-7

25 3- Inflammation neurogénique bronchique Mise en jeu par réflexe d axone à partir des terminaisons nerveuses du bas œsophage et aboutissant au relargage endobronchique de tachykinines, en particulier de substance P et de neurokinine A.

26 Le RGO et aggravation de l HRB non spécifique Trois types de mécanismes sont possibles: Micro - inhalations de liquide gastrique responsable d une inflammation bronchique ou d une broncho-constriction (BC) par stimulation des récepteurs vagaux bronchiques ; BC réflexe d origine vagale à partir des récepteurs à l acidité du bas œsophage Inflammation neurogénique bronchique mise en jeu par réflexe d axone à partir des terminaisons nerveuses du bas œsophage et aboutissant au relargage endobronchique de tachykinines, en particulier de substance P et de neurokinine A. Didier.A et al,. Rev Fran Allerg Immun Clin 2004; 44: Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

27 Asthme et RGO soulève plusieurs questions : 1- Le RGO est-il responsable des symptômes d asthme? 2- Le RGO est-il secondaire à l asthme? 3- Les BD aggravent-ils le RGO? 4- Quand évoquer RGO chez l asthmatique? 5- CAT devant la suspicion asthme-rgo? 6- Influence du trait. Anti RGO sur l asthme?

28 Plusieurs facteurs peuvent induire un RGO chez l asthmatique parmi lesquels: Les modifications de la mécanique ventilatoire et L utilisation de médicaments bronchodilatateurs. La pression intra-thoracique est négative et un gradient de pression thoraco-abdominal s exerce sur la jonction œsogastrique. Toute modification qui induit une augmentation de ce gradient favorise la survenue plus fréquente de reflux.

29 Étude comparant l effet sur le RGO et sur le tonus du SIO, de la BC induite par provocation à la métacholine chez des témoins et chez des asthmatiques: 1. Majoration des épisodes de reflux, avec: 2. Augmentation du taux de relaxation transitoire du SIO lors de la BC induite par la métacholine. Ces résultats sont donc en faveur d une aggravation du RGO due aux conséquences de l obstruction bronchique sur la dynamique diaphragmatique. Zerbib F, et al.. Am J Respir Crit Care Med 2002;166:

30 Chez l asthmatique : L hyperinflation et l obstruction bronchique majorent la pression négative intra- thoracique et accentuent le gradient thoraco-abdominal. Le trappage de l air et la distension favorisent l aplatissement du diaphragme modifiant ainsi le système anti - reflux. La toux augmente la pression abdominale et modifie le gradient de pression thoraco-abdominal avec remontée du liquide gastrique dans l œsophage.

31 Le RGO contribue à déstabiliser la maladie asthmatique et à entretenir l HRB L asthme aggrave le RGO ASTHME Hyperréactivité Distension thoracique RGO Cercle vicieux Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

32 Asthme et RGO soulève plusieurs questions : 1- Le RGO est-il responsable des symptômes d asthme? 2- Le RGO est-il secondaire à l asthme? 3- Les BD aggravent-ils le RGO? 4- Quand évoquer RGO chez l asthmatique? 5- CAT devant la suspicion asthme-rgo? 6- Influence du trait. Anti RGO sur l asthme?

33 Les BD sont susceptibles de modifier le tonus du SIO (la théophylline, du moins en théorie). La théophylline augmente la sécrétion acide gastrique, ralentit la vidange de l estomac et diminue la pression du SIO. Les BD, diminuent la distension thoracique, donc suppriment un des facteurs favorisant le RGO. En pratique: les β2 mimétiques inhalés n ont pas d effets sur la pression du SIO et constituent le bronchodilatateur de choix. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

34 Asthme et RGO soulève plusieurs questions : 1- Le RGO est-il responsable des symptômes d asthme? 2- Le RGO est-il secondaire à l asthme? 3- Les BD aggravent-ils le RGO? 4- Quand évoquer RGO chez l asthmatique? 5- CAT devant la suspicion asthme-rgo? 6- Influence du trait. Anti RGO sur l asthme?

35 1. Contrôle insuffisant de l asthme malgré un traitement adéquat. 2. Prédominance nocturne des symptômes (première partie de la nuit). 3. Exacerbations sévères inexpliquées. 4. Déclenchement postprandial des crises. 5. Régurgitations après les repas suivies de signes respiratoires : toux et sifflements 6. Halitose associée

36 7. Manifestations ORL associées: Stridor, hemmage persistant ou répétitif (raclements de gorge), voix rauque, laryngites striduleuses, Sinusites, d otites à répétition (l enfant), Aphtes à répétition, glossite, maux de gorge Devant un asthme sévère, instable non ou mal contrôlé malgré un traitement correct, l association d un RGO sera évoquée et ce, même en l absence de tout symptôme digestif. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

37 Asthme et RGO soulève plusieurs questions : 1- Le RGO est-il responsable des symptômes d asthme? 2- Le RGO est-il secondaire à l asthme? 3- Les BD aggravent-ils le RGO? 4- Quand évoquer RGO chez l asthmatique? 5- CAT devant la suspicion asthme-rgo? 6- Influence du trait. Anti RGO sur l asthme?

38 Première étape : Interrogatoire minutieux L ancienneté des symptômes de l asthme L ancienneté des symptômes de RGO L intensité des symptômes L horaire de survenue des symptômes nocturnes. La présence de symptômes digestifs évoquant un RGO: rechercher des douleurs rétrosternales ou un pyrosis.

39 Deuxième étape : optimiser le traitement de l asthme. Renforcer les traitements de fond et adapter les posologies surtout celles du soir. Contrôler la prise médicamenteuse en vérifiant notamment la compliance et la technique d inhalation Contrôler l environnement : éviction des allergènes et du tabagisme passif. Chercher d autres facteurs. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

40 Troisième étape : exploration du RGO Si les symptômes ne sont pas contrôlés par un traitement de fond correct. phmétrie Endoscopie Transit OG La prévalence du RGO en ph-métrie est très élevée : 80 % chez des asthmatiques. Son indication classique AUTRES est la recherche d œsophagite. Diminution des indications à cause des faux négatifs et faux positifs

41 Manométrie œsophagienne Fait la part des troubles de la motricité de l œsophage et du SIO (RGO chroniques +++). AUTRES explorations Scintigraphie œsophagienne (99mTc) Plus spécifique mais peu sensible. Bonne corrélation avec la phmétrie. Indications limitées. Impédancemétrie œsophagienne Permet de mieux recenser la fréquence et l intensité des épisodes de reflux. Recherche des inclusions lipidiques dans les macrophages alvéolaires

42 Sheikh S, Stephen T, Howell L, Eid N. Gastroesophageal reflux in infants with wheezing. Pediatr Pulmonol 1999;28: Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA AU TOTAL: A l heure actuelle, aucune technique ne peut affirmer de façon suffisamment fiable le rôle causal du RGO dans l asthme. En pratique: Si l histoire clinique évoque un RGO, un traitement médical doit être institué sans investigations complémentaires. Ce n est qu en cas d échec, ou lorsqu on suspecte une complication, que des explorations sont recommandées.

43 En l absence de signes digestifs, des explorations peuvent être recommandées devant un asthme mal équilibré malgré un traitement bien conduit. 24 % des asthmatiques difficiles à contrôler et ne présentant aucun signe clinique de RGO ont un reflux documenté sur une ph-métrie de 24 heures. Chez 12 nourrissons présentant un asthme persistant, non contrôlé par des β2-mimétiques et un traitement anti-inflammatoire, le TOG et la ph-métrie ont retrouvé un RGO chez tous les patients. Eid NS et al. Pediatric Pulmonol 1994 ; 18 : Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

44 Asthme et RGO soulève plusieurs questions : 1- Le RGO est-il responsable des symptômes d asthme? 2- Le RGO est-il secondaire à l asthme? 3- Les BD aggravent-ils le RGO? 4- Quand évoquer RGO chez l asthmatique? 5- CAT devant la suspicion asthme-rgo? 6- Influence du trait. Anti RGO sur l asthme?

45 L efficacité du traitement anti RGO dans l asthme est difficile à évaluer: La comparaison des diverses études est limitée: Les populations étudiées sont différentes, La durée du traitement très variable, et Le contrôle de la suppression du RGO par une phmétrie n est pas toujours réalisé. L efficacité supérieure des thérapeutiques actuelles (inhibiteurs de la pompe à protons) ne permet pas de comparer les études récentes à celles plus anciennes.

46 Méta-analyse: 12 articles évaluant l efficacité du traitement médical anti-reflux dans l asthme chez 326 patients: Le traitement médical du RGO : 1. Améliore les symptômes chez 69 % des patients 2. Réduit la consommation médicamenteuse chez 62 % des patients 3. Améliore le DEP du soir dans 26 % des cas ; 4. Mais ne modifie pas les résultats des EFR Field SK, et al. Chest 1998 ; 114 : Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

47 Une étude non contrôlée: un traitement médical (à forte dose) pendant au moins 3 mois, permet d obtenir une amélioration de l asthme (symptômes et/ou DEP) chez près de 75 % des adultes ayant un RGO associé. Ce travail est en contradiction une autre étude en double aveugle contre placebo (Boeree) qui montre que le contrôle du RGO acide n a pas d effet sur les symptômes respiratoires et sur la réactivité bronchique. Harding SM, et al. Am J Med 1996 ; 100 : Boeree MJ, et al. Eur Respir J 1998 ; 11 : Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

48 En 2003, Cochrane recensait 12 essais cliniques de méthodologie considérée comme satisfaisante. Les résultats sont plus nuancés La plupart des études mettent en évidence une efficacité sur au moins l un des critères analysés (symptômes, recours aux médicaments, EFR), Les résultats apparaissent donc inconstants d une étude à l autre. Cochrane Database Syst Rev 2003;2:CD Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

49 Mesures posturales Surélever le lit de 10 à 20 cm côté tête, Eviter de manger ou de boire juste avant le coucher ou pendant la nuit, Eviter le port de vêtements serrés. Mesures hygiéno-diététiques: Éviter (surtout le soir): les boissons gazeuses ou acides, Les aliments contenant de la caféine ou des excitants (café, thé, menthe, coca-cola, chocolat), La sauce tomate, les graisses, fritures, pâtisseries, sucreries, boissons alcoolisées et tabac.

50 Finalement, c est l efficacité du traitement anti-rgo qui représente le meilleur argument pour établir la causalité.

51 Traitement chirurgical du RGO L efficacité du traitement chirurgical du RGO est également difficile à déterminer Dans une série de 44 patients, Perrin-Fayolle et al ont rapporté les résultats: Disparition complète des symptômes chez 25% des patients. Amélioration importante ou modérée chez 40% des patients, Perrin-Fayolle et al. Chest 1989 ; 96 : 40-45

52 A partir des données précédentes, on peut individualiser trois grandes situations cliniques : Asthme plus symptomatologie classique de RGO Asthme bien stabilisé par un traitement médical Asthme instable ou nécessitant fortes doses de CSI ou CSG 1. Recherche systématique de signes négligés de RGO. Les signes 1. Un traitement médical du RGO est d emblée indiquée. ORL chroniques est un élément d orientation. Rien 2. La ne réalisation justifie la d examens recherche systématique complémentaires d un invasifs RGO s il ne n existe se justifie pas 2. En cas de doute: TEST thérapeutique (vue la fréquence de de symptomatologie que chez les sujets digestive. de plus de 50 ans ou présentant des signes l association RGO - asthme): doses élevées d inhibiteurs de la d alarme (Amaigrissement, Dysphagie, Odynophagie, AEG, ) pompe à protons (double) pendant plus de 8 semaines. Conférence de consensus. RGO de l adulte. Gastroentorol Clin Biol 1999;23:66Ŕ71.

53 Le traitement chirurgical du RGO peut être raisonnablement proposé: Aux asthmatiques chez lesquels le traitement médical, ayant fait la preuve de son efficacité, ne peut être suspendu sans entraîner une dégradation de la symptomatologie respiratoire. Chez ceux, pour lesquels une corrélation entre les épisodes de RGO et la symptomatologie respiratoire a été confirmée par des examens complémentaires type phmétrie. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

54

55 Malgré les progrès réalisés dans l exploration du RGO, la relation de cause à effet est difficile à mettre en évidence. Plusieurs hypothèses ont été formulées : le RGO peut induire la maladie respiratoire. le RGO peut être secondaire à celle-ci et/ou aux traitements. RGO et maladie respiratoire coexistent, l un exacerbant l autre. l association peut être fortuite, dans ce cas, il n y a aucun lien entre les deux affections. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

56 Toux chronique Dilatation des bronches Bronchite chronique Bronchiolite oblitérante RGO + Dysplasie broncho-pulmonaire Fibrose pulmonaire Syndrome d apnée du sommeil Douleur thoracique Mucoviscidose

57 Prévalence RGO TC est estimée à 10 à 40 % La toux est sèche et quinteuse, nocturne+++. Le RGO est évoqué devant une TC à RX thoracique normale. (Chez l'adulte, le RGO est la 3 ème cause de TC, après l'asthme et la rhinorrhée postérieure). 23% des malades avec une TC ont des signes RGO. Lors de l exploration d une TC : un RGO est retrouvé chez 10 à 40 %des sujets. La TC est la seule manifestation du RGO dans 50 à 75 % des cas. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

58 Différents mécanismes peuvent expliquer la toux associée au RGO: 1- Mécanisme réflexe 2- Des inhalations massives: Sont en général en rapport avec des reflux de grand volume. 3- Des micro-inhalations 4- L effet favorisant de la toux sur le RGO est discuté: - Chez le sujet sain, la toux ne s accompagne pas de reflux. - La toux pourrait cependant induire des relaxations anormales du SIO et favoriser des épisodes de reflux. Ing A, Ngu M, Breslin Chest 1992 ; 102 : Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

59 Le RGO est très fréquent chez les patients porteurs d une BC, affectant plus de 50 % (Ducolone. A et al.) En outre, la perfusion œsophagienne d acide entraînait une broncho-constriction chez les asthmatiques mais pas chez les bronchitiques. Il n y a pas d argument actuel permettant d établir un lien de causalité entre RGO et bronchite chronique. Ducolone A, et al.. Allerg Immunol 1988 ; 20 : Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

60 Le RGO serait présent dans 18 à 23 % des cas de broncho dysplasie. L apparition du RGO procède de plusieurs facteurs : 1. Des relaxations transitoires itératives du SIO 2. Une augmentation de l effort inspiratoire, couplée avec l augmentation transitoire de la pression abdominale en relation avec la toux et les cris notamment chez les enfants. 3. la kinésithérapie respiratoire peut être un facteur surajouté. Omari T, et al. J Pediatr Surg 1999;34: Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

61 54 % des patients ayant une FP auraient également un RGO selon les données d un TOGD, contre 8 % dans la population témoin. 16 de 17 patients ayant une FP idiopathique prouvée histologiquement ont un RGO (Tobin et al) Le rôle du RGO a aussi été évoqué dans la FP qui complique la sclérodermie systémique. Expérimentalement, des micro-inhalations répétées de liquide gastrique peuvent induire le développement d une FP. Tobin RW, et al. Am J Respir Crit Care Med 1998 ; 158 : Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

62 La réalisation simultanée de ph-métrie et de polysomnographie a mis en évidence une corrélation entre l acidité œsophagienne et les évènements respiratoires nocturnes. Au cours du SAOS, le réflexe de déglutition est altéré. Dans 50% des cas, une relation entre l apnée et le RGO est retrouvée. Le nombre d épisodes de RGO est diminué par la pression positive continue (PPC). Et le nombre de réveils nocturnes chez les apnéiques diminue sous anti-sécrétoires. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

63 Les DT liées au RGO sont constrictives et rétrosternales, avec parfois une irradiation postérieure dorsale et ascendante vers les mâchoires. Elles simulent donc un angor. L'absence de lien avec l'effort est un élément orientant vers un RGO. La responsabilité du RGO ne se discute qu'après un bilan cardiologique normal, tout particulièrement lorsque le sujet a plus de 45 ans et/ou qu'il a des facteurs de risque cardiovasculaires. Buscail L. forum médical de rangueil 2007 Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

64 La prévalence du RGO dans la mucoviscidose : 27 et 81 % selon les moyens diagnostiques et la tranche d âge étudiée. Chez le nourrisson atteint de mucoviscidose, la prévalence du RGO diagnostiqué sur une ph-métrie de 24 heures est d environ 50 %. La présence de vomissements cliniques est le meilleur facteur prédictif d un RGO objectivé par la ph-métrie. Le RGO n est pas corrélé à l atteinte respiratoire car il a tendance à s améliorer avec l âge, alors que la maladie respiratoire s aggrave. Heine RG, Button BM, et al. Arch Dis Child 1998 ; 78 : Button BM, Heine RG,et al.. Arch Dis Child 1997 ; 76 :

65 Les relations entre RGO et symptômes respiratoires sont complexes et difficiles à appréhender. Les données réellement objectives manquent, tant pour caractériser les symptômes que pour évaluer les résultats des traitements anti-reflux. Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA

66

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT Docteur Isabelle Gibertini USP Hôpital Clocheville CHU TOURS FMC Pédiatrie Clocheville Tours Espace Malraux 25 octobre 2012 Définition p Pas consensuelle p Durée > 3 semaines

Plus en détail

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN P. Tounian Gastroentérologie rologie et Nutrition PédiatriquesP Hôpital Armand-Trousseau, Paris Prévalence augmentée du RGO chez l enfant asthmatique (Thakkar

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I. Définition II. Épidémiologie III. Physiopathologie IV. Décrire les signes fonctionnels

Plus en détail

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale.

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. R CDU_Chap29.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 5:04 17 I Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. 29 I. DÉFINITION II. ÉPIDÉMIOLOGIE III. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Le reflux. Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS

Le reflux. Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS Le reflux Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS C est quoi? C est physiologique Mais GERD is a condition which develops when the reflux of stomach contents causes troublesome symptoms and/or complications.

Plus en détail

chez l'enfant et chez l'adulte.

chez l'enfant et chez l'adulte. Item 280 : Reflux gastrooesophagien chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Epidémiologie... 2 3 Physiopathologie...3

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN Dr K.T DOUIDI I. Définition II. Rappel anatomique et physiologique III. Causes anatomiques et physiologique : a) Causes physiologiques b) Causes anatomiques c) Causes anatomiques

Plus en détail

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 DEVENIR RESPIRATOIRE DES PREMATURES DEVENIR NUTRITIONNIEL CROISSANCE DYSPLASIE BRONCHO-PULMONAIRE

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

La physiopathologie du RGO est multifactorielle

La physiopathologie du RGO est multifactorielle La physiopathologie du RGO est multifactorielle Altération de la barrière anti-reflux Reflux duodénogastro-oesophagien Diminution de l efficacité des contractions de l œsophage ou de ses défenses naturelles

Plus en détail

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Asthme du NRS Priam 05 mars 2003 Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Définition de l asthme : clinique Crises de dyspnée Sibilances Obstruction bronchique Réversibilité bétamimétique MAIS aussi *

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme. Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014

Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme. Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014 Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014 Notion de contrôle de l asthme Mesure de la Fe NO, un nouvel outil Diagnostique d aide au contrôle de l asthme

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

La toux. Dr Sophie Figon, Pr Dubois. Département de médecine générale UCBL1. Sémiologie. Pharmacie 2 année

La toux. Dr Sophie Figon, Pr Dubois. Département de médecine générale UCBL1. Sémiologie. Pharmacie 2 année La toux Dr Sophie Figon, Pr Dubois. Département de médecine générale UCBL1. Sémiologie. Pharmacie 2 année Plan - Définition, caractéristiques - ce que le pharmacien doit savoir et demander - ce que fera

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Prévenir l aggravation de la maladie 2. Éviter l apparition de nouvelles sensibilisations à d autres allergènes (allergie

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Particularités physiologiques du NRS Plus grande facilité

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

Asthme de l enfantl. CHU Farhat Hached

Asthme de l enfantl. CHU Farhat Hached Asthme de l enfantl Dr Bouguila Jihène AHU Pédiatrie P CHU Farhat Hached Introduction La plus fréquente des maladies chroniques de l enfant Fréquence et sévérits rité en augmentation ces 20 dernières res

Plus en détail

Asthme de l adulte. modalités de suivi

Asthme de l adulte. modalités de suivi Asthme de l adulte modalités de suivi F. GORMAND, PH CHU -LYON Prévalence de l asthme 7 à 10 % de la population adulte 3 à 6 % de la population âgée de plus de 60 ans. Elle est en augmentation dans le

Plus en détail

LA TOUX CHRONIQUE. Dr S. FREUDENBERGER Pneumologue FMC 12/03/2015 HAGUENAU

LA TOUX CHRONIQUE. Dr S. FREUDENBERGER Pneumologue FMC 12/03/2015 HAGUENAU LA TOUX CHRONIQUE Dr S. FREUDENBERGER Pneumologue FMC 12/03/2015 HAGUENAU POURQUOI TOUSSE-T-ON? Toux = phénomène réflexe à point de départ pulmonaire, qui vise à protéger les voies aériennes des particules

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE ITEM 336 : TOUX CLINIQUE Terrain Toux Signe de Gravité Signes fonctionnels Signes physiques - ATCD perso : Atopie RGO AVC/Tb de déglutition Immunodépression - ATCD familiaux : Mucoviscidose Cas familiaux

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES RHINITE & ASTHME

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES RHINITE & ASTHME LES ALLERGIES RESPIRATOIRES RHINITE & ASTHME L ALLERGIE POUR EN SAVOIR PLUS DÉFINITION L allergie résulte d un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant l organisme à réagir de manière anormale

Plus en détail

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE Pr ILHEM CHARFEDDINE GARGOURI SERVICE ORL CHU HABIB BOURGUIBA SFAX TUNISIE Ilhem.gargouri@rns.tn SAONORL-CCF- ANOL ALGER 22-24/ 11/ 2013 Mon patient est-il allergique?

Plus en détail

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap L atteinte respiratoire lors de polyhandicap Jean-Christophe Dubus, Marion David Unité de Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM pédiatrique & CNRS, URMITE 6236 CHU Timone-Enfants, Marseille Sujet difficile

Plus en détail

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie Tout sur la toux! Mise àj our Louis-Philippe Boulet, MD, FRCPC, FCCP La classification de la toux La toux est une des principales causes de morbidité et un des plus fréquents motifs de consultation médicale.

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte Dossier progressif Unité d enseignement 7 Unité d enseignement 10 Unité d enseignement 11 Item Inflammation - Immunopathologie 182. Hypersensibilités et allergies chez l'enfant et l'adulte 184. Hypersensibilités

Plus en détail

L ASTHME BRONCHIQUE. 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie. I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie

L ASTHME BRONCHIQUE. 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie. I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie 20.03.09 Dr Dussart Pneumologie L ASTHME BRONCHIQUE I)Définition II)Epidémiologie III)Physiopathologie A)L'inflammation bronchique B)Le bronchospasme C)L'hyperréactivité bronchique IV)Manifestations cliniques

Plus en détail

La toux Kiné / Réa. Pr. Vincent Castelain. Service de réanimation médicale Hôpital de Hautepierre / Strasbourg

La toux Kiné / Réa. Pr. Vincent Castelain. Service de réanimation médicale Hôpital de Hautepierre / Strasbourg La toux Kiné / Réa Pr. Vincent Castelain Service de réanimation médicale Hôpital de Hautepierre / Strasbourg UDS_LOGO.jpg Définition o Mécanisme physiologique d épuration des voies aériennes. o Rare chez

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE- Asthme de l'adulte. Asthme de l'adulte

APPAREIL RESPIRATOIRE- Asthme de l'adulte. Asthme de l'adulte 23/10/2013 LEVY Manon L3 Appareil respiratoire Pr. CHARPIN 10 pages Asthme de l'adulte Plan : A. Généralités I. Épidémiologie II. Définition de l'asthme B. Physiopathologie C. Diagnostic I. Circonstances

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

Asthme. je contrôle. mon souffle. ENVI-2013-02-059 - HCP Groupe. pratiq santé

Asthme. je contrôle. mon souffle. ENVI-2013-02-059 - HCP Groupe. pratiq santé Asthme ENVI-2013-02-059 - HCP Groupe je contrôle mon souffle pratiq santé Je m informe : l asthme, une pathologie souvent ignorée Qu est-ce que l asthme? (1, 2) L asthme (du latin asthma, «respiration

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Malaises du nourrisson

Malaises du nourrisson Malaises du nourrisson Journées des urgences pédiatriques du Sud Ouest 26 et 27 novembre 2010 Delphine Lamireau Réanimation pédiatrique Bordeaux Motif fréquent - de sortie pédiatrique SMUR - de consultation

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

Traitement de la crise : Particularités s pédiatriquesp. Pr Christophe Delacourt Necker

Traitement de la crise : Particularités s pédiatriquesp. Pr Christophe Delacourt Necker Traitement de la crise : Particularités s pédiatriquesp Pr Christophe Delacourt Necker Mots clés Silence auscultatoire Fréquence respiratoire Elocution difficile TA Réponse β2 DEP SaO2 Corticoïdes Bronchodilatateurs

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole

LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole Paris, le 7 Mars 2012 Sanofi annonce la mise à disposition dans les officines de Ipraalox 20 mg, à base de pantoprazole, une nouvelle marque

Plus en détail

Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen)

Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen) Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen) Symposium FMC-HGE/GFNG Paris 25 mars 2011 Objectifs pédagogiques : Savoir reconnaître et authentifier une gastroparésie

Plus en détail

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications Prévenir... l asthme de l enfant et ses complications 30 La fréquence de l asthme et des allergies respiratoires augmente a fréquence de l asthme et des allergies respiratoires a doublé L dans les pays

Plus en détail

DOSSIER - BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON

DOSSIER - BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON Décembre 2008 ; N 20 DOSSIER - BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON Pr. M. Fayon. ARTICLE COMMENTE Hermes A et al. Irinotecan plus carboplatin versus oral etoposide plus carboplatin in extensive smallcell lung

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

LES CORTICOIDES INHALES DANS LA TOUX SUBAÏGUE

LES CORTICOIDES INHALES DANS LA TOUX SUBAÏGUE Congrès SASPAS 01/04/2014. LES CORTICOIDES INHALES DANS LA TOUX SUBAÏGUE SANTE PUBLIQUE La toux est un symptôme fréquent : elle fait partie des 4 premiers motifs de consultation en Médecine Générale et

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 9 avril 2000 (JO du 9 avril 2000) BUVENTOL EASYHALER 100

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Phénotypage de l asthme : En pratique Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Asthme du nourrisson Enfant d âge préscolaire < 3 ans Diagnostic d asthme la première année de vie : épisodes itératifs de

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ PALIPED Journée du 3 février 2015 Dr Anne-Emmanuelle Piquet-Massin Neuropédiatre CESAP «Les Cerisiers» et «Graine d Etoile» Alimentation chez la plupart

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

Examen Classant National / Programme Officiel (2013) Question N 268. Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson et chez l'enfant

Examen Classant National / Programme Officiel (2013) Question N 268. Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson et chez l'enfant Examen Classant National / Programme Officiel (2013) Question N 268. Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson et chez l'enfant - Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien et une hernie hiatale aux différents

Plus en détail

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française Ministère de la Santé Français publie le plan Asthme 2002 L ANAES ( Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé) Par le biais d une

Plus en détail

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies...

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies... DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil Quel bilan pour quelles allergies... Asthme et rhinite...de O à 77 ans Dr CYRIL BERGOIN (Tourcoing) FMC TOURCOING 13 NOVEMBRE 2008 Rhinite et asthme : des maladies

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires. www.ffaair.org 66 Boulevard Saint-Michel - 75006 PARIS Tél. :

Plus en détail

Echec des IPP (Inhibiteur de la Pompe à proton type Mopral, Inexium ) dans la pathologie dite Reflux Pharyngo-Laryngé

Echec des IPP (Inhibiteur de la Pompe à proton type Mopral, Inexium ) dans la pathologie dite Reflux Pharyngo-Laryngé Echec des IPP (Inhibiteur de la Pompe à proton type Mopral, Inexium ) dans la pathologie dite Reflux Pharyngo-Laryngé Jean ABITBOL Patrick ABITBOL J.J. MAIMARAN voice.abitbol@noos.fr Voice.abitbol@gmail.co.com

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

Toux et Exercice Est-ce toujours de l'asthme?

Toux et Exercice Est-ce toujours de l'asthme? Toux et Exercice Est-ce toujours de l'asthme? Pr Cyril SCHWEITZER Service de Médecine Infantile et Génétique Clinique Explorations Fonctionnelles Pédiatriques Hôpital d'enfants de Nancy La toux La toux

Plus en détail

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Introduction L asthme est un inflammation chronique des voies aériennes associées à une hyperréactivité bronchique responsable

Plus en détail

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Jean CABANE Hoquet rebelle Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Hoquet rebelle Professeur Jean Cabane Service de médecine interne Hôpital

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

BRONCHIOLITE ET ASTHME

BRONCHIOLITE ET ASTHME BRONCHIOLITE ET ASTHME COURS IFSI 2 ANNÉE Dr A.Veyre, Service de Pédiatrie Générale, secteur nourrissons Aurelia.veyre@lmr.aphp.fr LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON GENERALITES Infection RESPIRATOIRE du NOURRISSON

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires de l enfant Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires Dyspnée ou gène inspiratoire, expiratoire ou aux 2 temps

Plus en détail

LA TOUX CHEZ L ENFANT

LA TOUX CHEZ L ENFANT LA TOUX CHEZ L ENFANT Démarche diagnostique Pr Benjelloun DBS Hôpital d Enfants-Rabat 21 février 2009 1 INTRODUCTION La toux est l un des symptômes le plus fréquemment rencontré par le pédiatre Les causes

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Education Thérapeutique

Education Thérapeutique Asthme du nourrisson AKCR 12/10/2009 Education Thérapeutique Efficacité en pédiatrie Efficacité chez l adulte Conduite à tenir dans l asthme du nourrisson Education thérapeutique Gestion optimale de la

Plus en détail

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I L Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I Définition. Caractéristiques. Prévalence Dyspnée sifflante due à une obstruction bronchique,

Plus en détail

Indication et limites de la Polygraphie

Indication et limites de la Polygraphie Indication et limites de la Polygraphie M. Piot,A. Juchet, B Sablayrolles Pneumopédiatrie B Gardini, S Lagleyre, F Martin ORL. Clinique Sarrus Teinturiers Toulouse Troubles de la respiration pendant le

Plus en détail

LA SPIROMETRIE EN MEDECINE DU TRAVAIL

LA SPIROMETRIE EN MEDECINE DU TRAVAIL LA SPIROMETRIE EN MEDECINE DU TRAVAIL Dr Dominique Faucon Maître de conférences des Universités Praticien Hospitalier Service de Médecine du Travail Hôpital Nord CHU de Saint Etienne 42 055 Saint Etienne

Plus en détail

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant Cas cliniques Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau - Paris 21 juin 2012 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale G. 08/11/00

Plus en détail