LEXIQUE. À l intention des infirmières auxiliaires et infirmiers auxiliaires. Définitions, synonymes et abréviations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LEXIQUE. À l intention des infirmières auxiliaires et infirmiers auxiliaires. Définitions, synonymes et abréviations"

Transcription

1 LEXIQUE À l intention des infirmières auxiliaires et infirmiers auxiliaires Définitions, synonymes et abréviations

2 Conception et rédaction Michèle Ricard, Christine Simard, enseignantes Commission scolaire des Premières Seigneuries Charlesbourg Révision linguistique Lc Pro + Coordination Catherine-Dominique Nantel, directrice des commnications, OIIAQ Conception graphique Agence Médiapresse inc. Responsable du projet Micheline L Écuyer, directrice du Service de la formation et de l admission, OIIAQ Avril 2005

3 LEXIQUE À l intention des infirmières auxiliaires et infirmiers auxiliaires Définitions, synonymes et abréviations

4

5 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 9 section i : la personne 11 sous-section 1 : respirer 11 a. terminologie 11 b. synonymes 16 c. surveillance et observations particulières 17 d. exemple de rédaction d une note au dossier 21 sous-section 2 : boire et manger 23 a. terminologie 23 b. synonymes 27 c. surveillance et observations particulières 29 d. exemple de rédaction d une note au dossier 36 sous-section 3 : éliminer 37 a. terminologie 37 b. synonymes 43 c. surveillance et observations particulières 45 d. exemple de rédaction d une note au dossier 50 3

6 sous-section 4 : se mouvoir et maintenir une bonne posture 51 a. terminologie 51 b. synonymes 56 c. surveillance et observations particulières 57 d. exemple de rédaction d une note au dossier 59 sous-section 5 : dormir et se reposer 61 a. terminologie 61 b. synonymes 63 c. surveillance et observations particulières 65 d. exemple de rédaction d une note au dossier 69 sous-section 6 : se vêtir et se dévêtir 71 a. terminologie 71 b. synonymes 72 c. surveillance et observations particulières 74 d. exemple de rédaction d une note au dossier 76 sous-section 7 : maintenir la température du corps dans les limites normales 77 a. terminologie 77 b. synonymes 80 c. surveillance et observations particulières 82 d. exemple de rédaction d une note au dossier 86 4

7 sous-section 8 : être propre, soigné et protéger ses téguments 87 a. terminologie 87 b. synonymes 92 c. surveillance et observations particulières 93 d. exemple de rédaction d une note au dossier 99 sous-section 9 : se protéger contre les dangers ou éviter les dangers 101 a. terminologie 101 b. synonymes 104 c. surveillance et observations particulières 108 d. exemple de rédaction d une note au dossier 113 sous-section 10 : communiquer avec ses semblables 115 a. terminologie 115 b. synonymes 120 c. surveillance et observations particulières 121 d. exemple de rédaction d une note au dossier 128 sous-section 11 : agir selon ses croyances et ses valeurs 129 a. terminologie 129 b. synonymes 132 c. surveillance et observations particulières 135 d. exemple de rédaction d une note au dossier 136 5

8 sous-section 12 : s occuper en vue de se réaliser 137 a. terminologie 137 b. synonymes 139 c. surveillance et observations particulières 140 d. exemple de rédaction d une note au dossier 141 sous-section 13 : se récréer 143 a. terminologie 143 b. synonymes 145 c. surveillance et observations particulières 148 d. exemple de rédaction d une note au dossier 150 sous-section 14 : apprendre 151 a. terminologie 151 b. synonymes 153 c. surveillance et observations particulières 154 d. exemple de rédaction d une note au dossier 155 6

9 section ii : l environnement 157 a. terminologie 157 b. synonymes 160 c. surveillance et observations particulières 162 d. exemple de rédaction d une note au dossier 163 section iii : la famille 165 a. terminologie 165 b. synonymes 167 c. surveillance et observations particulières 168 d. exemple de rédaction d une note au dossier 169 bibliographie 171 annexe i : abréviations courantes 173 annexe ii : acronymes, sigles et symboles 179 annexe iii : valeurs de références 181 annexe iv : maladies infectieuses et vaccins associés 185 annexe v : abréviations de certaines épreuves diagnostiques 191 annexe vi : index des termes utilisés 193 7

10 AVANT-PROPOS La rédaction des notes au dossier occupe une place importante parmi les tâches accomplies par les professionnels de la santé. Pour répondre aux critères de clarté, de concision et de précision, un vocabulaire riche et varié est essentiel. Ce guide se veut un outil simple et accessible qui permettra d enrichir le savoir langagier pour mieux traduire, par l écriture, la condition des personnes confiées à nos soins. Le contenu est divisé en trois grandes sections. La première s intéresse à la personne. Elle est divisée en quatorze sous-sections, chacune représentant un des quatorze besoins fondamentaux, selon le modèle de Virginia Henderson. La deuxième section traite de la famille et, finalement, la dernière développe le thème de l environnement. Les éléments présentés dans chacune des sections sont : A. La terminologie B. Les synonymes C. La surveillance et les observations particulières D. Un exemple de rédaction d une note au dossier 9

11 SECTION I : LA PERSONNE SOUS-SECTION 1 : RESPIRER A. TERMINOLOGIE A Aérosol thérapie emploi thérapeutique de certains médicaments réduits en aérosol : le brouillard ainsi formé, inhalé, pénètre profondément dans les voies respiratoires. Amplitude étendue, grandeur. Anoxie diminution de la quantité d oxygène distribuée aux tissus par le sang. Apnée arrêt respiratoire plus ou moins prolongé. Asphyxie difficulté ou arrêt de la respiration par obstacle mécanique. Atélectasie état du poumon dont les alvéoles sont privées d air. Auscultation mode d exploration clinique qui consiste à écouter les bruits provenant de l intérieur du corps. B Bradypnée ralentissement de la respiration. Bronchodilatateur se dit d une substance qui a la propriété de dilater les bronches (Ventolin). Bronchopneumopathie chronique obstructive groupe d affections qui s accompagnent d obstruction chronique au passage de l air qui pénètre ou sort du poumon (bronchite chronique-emphysème-asthme). Bronchoscopie examen endoscopique de la trachée et des bronches. 11

12 C Cheyne-Stokes (respiration de) rythme respiratoire caractérisé par une période d apnée plus ou moins longue, à laquelle succède une série de respirations d amplitude croissante, suivie d une autre décroissante, aboutissant à une nouvelle pause. (peut se rencontrer dans l urémie). Crépitation bruit produit par le frottement de deux surfaces. (osseuse, pulmonaire). Croup diphtérie laryngée dans laquelle les fausses membranes obstruent la voie aérienne. Cyanose coloration bleuâtre des téguments due à un trouble circulatoire ou respiratoire. D Diphtérie angine à fausses membranes qui envahissent la gorge. Drainage postural traitement qui vise à favoriser l expulsion du mucus respiratoire excessif en utilisant le positionnement. Dyspnée difficulté respiratoire. E Eupnée respiration facile, normale. Expectoration produit normal ou pathologique présent dans les voies respiratoires et expulsé par la toux. Expiration expulsion de l air des poumons. G Gargouillement bruit irrégulier d un écoulement. H Hémoptysie évacuation par la bouche de sang rouge clair provenant des voies respiratoires. Hémothorax épanchement de sang dans la cavité pleurale. 12

13 Hippocratisme digital déformation des ongles due à un manque d oxygène (perte de l angle de l ongle, clubbing en anglais). Hyperpnée respiration plus rapide et plus profonde que la respiration normale. Hyperventilation augmentation du débit ventilatoire alvéolaire se traduisant par une diminution du co 2 (l engourdissement au bout des doigts est un symptôme fréquent). Hypocapnie diminution du co 2. Hypoxémie diminution de la teneur en oxygène dans le sang artériel. Hypoxie diminution de l apport d oxygène aux tissus, conséquence de l hypoxémie. I Inhalation respiration d air ou des vapeurs d eau contenant des substances médicamenteuses. Inspiration aspiration d air dans les poumons. Intercostal entre les côtes. Intubation introduction par la bouche ou par le nez d un instrument dans la trachée (laryngoscope). K Kussmaul (respiration de) respiration caractérisée par une inspiration profonde suivie d une courte apnée et par une expiration brève et gémissante à laquelle succède une nouvelle pause (se rencontre dans le coma diabétique). L Laryngospasme contraction brusque des muscles du larynx entraînant un blocage partiel de l entrée et de la sortie d air (réaction allergique asthme). 13

14 M Mucoïde qui a l aspect du mucus. Mucolytique qui a la propriété de liquéfier le mucus. N Nébuliseur appareil de vaporisation projetant une substance en fines gouttelettes. O Œdème aigu du poumon (OAP) accumulation anormale de liquide dans les poumons. Orthopnée dyspnée liée à la position couchée, obligeant le client à s asseoir ou à se lever. Oxygénothérapie traitement consistant à administrer de l oxygène. Oxymétrie dosage de la quantité d oxygène dans un gaz ou un liquide. P Pneumothorax épanchement d air dans la cavité pleurale. Polypnée accélération des mouvements respiratoires au-delà de 24 par minute. R Râle bruit entendu à l auscultation pulmonaire, dû à la mobilisation des sécrétions dans les conduits bronchiques. Respiration haletante rythme saccadé de la respiration, comme lorsqu on est essoufflé et hors d haleine. Respiration profonde respiration d une grande amplitude. Respiration sifflante bruit respiratoire sifflant lors de l expiration. 14 Respiration superficielle inspiration et expiration trop courtes, donc peu profondes.

15 S Saturation en 0 2 mesure de la quantité d 0 2 transportée par le sang (normalité : %). Soupir expiration forte. Spirométrie mesure des volumes d air mobilisés par les mouvements respiratoires. Stertor respiration bruyante avec ronflements intenses. Stertoreuse (respiration) ronflement bruyant à l inspiration et à l expiration. Succion aspiration de liquide au moyen d appareils. T Terreux qui a la couleur de la terre : grisâtre, blafard. Thoracentèse (ou thoracocenthèse) ponction de la paroi thoracique à l aide d un trocart pour évacuer une accumulation de liquide. Tirage dépression de la paroi thoracique pendant de fortes inspirations quand l entrée de l air dans le thorax est difficile (sus-sternal, sous-sternal, intercostal). Toux expiration brusque et sonore, volontaire ou réflexe, due le plus souvent à une affection des voies respiratoires. Trachéotomie incision chirurgicale de la trachée suivie de la mise en place d une canule permettant à l air d arriver aux poumons. V Venturi masque masque à oxygène qui permet d administrer de l oxygène à des concentrations représentant 24 % à 100 % de la composition du gaz inspiré. Autres 15

16 16 1. RESPIRER B. SYNONYMES Dyspnée difficulté respiratoire/gêne respiratoire respiration difficile respiration laborieuse Expectoration sécrétion, crachat Mucus glaire/mucosité mouchure Nébuliseur aérosol atomiseur Succion Succionner aspiration aspirer/libérer les voies respiratoires Tousser toussailler toussoter

17 1. RESPIRER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Dyspnée SURVEILLANCE anxiété battements des ailes du nez coloration dominance inspiratoire, expiratoire évaluation de la détresse niveau de conscience de la personne présence de bruits respiratoires présence ou non d expectorations profondeur de la respiration rythme cardiaque rythme respiratoire tirage sus sternal, sous sternal, intercostal toux OBSERVATIONS verbalise sur sa peur d étouffer prend des respirations profondes rapporte une sensation d étouffement dort avec ou sans oreillers présente des extrémités froides et cyanosées reçoit de l oxygène par canule nasale, masque, masque venturi % ne peut soutenir une conversation sans être essoufflé collabore au traitement d inhalothérapie présente un thorax en tonneau montre une augmentation du diamètre antéropostérieur du thorax 17

18 18 1. RESPIRER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Expectoration SURVEILLANCE abondance couleur blanchâtre (tuberculose) jaunâtre (avec vomissements) mousse rosée (œdème aigu du poumon) noirâtre (embolie) rouge sanglant (hémoptysie) rouillée (pneumonie) verdâtre (infection) fréquence occasionnelle à l effort odeur aucune fade fétide putride nauséabonde OBSERVATIONS utilise le spiromètre χ fois par jour boit χ ml de liquide par jour utilise un humidificateur pendant la journée, la nuit, etc. est incapable d expectorer à cause de la douleur, de la fatigue, etc. présente une incapacité à dégager ses voies respiratoires de façon efficace

19 1. RESPIRER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Respiration SURVEILLANCE amplitude effort - battement des ailes du nez - tirage fréquence - bradypnée - hyperpnée rythme - régulier - irrégulier types - abdominale - diaphragmatique - apnée - orthopnée OBSERVATIONS marche χ minutes sans signe d essoufflement fume χ cigarettes par jour affirme qu elle respire aisément maîtrise les principes de la respiration diaphragmatique, avec les lèvres pincées adopte des postures ne favorisant pas l expansion thoracique pratique des techniques de relaxation χ fois par jour utilise les pompes en aérosol de façon adéquate éternue fréquemment présente des allergies respiratoires à la poussière, au pollen, etc. 19

20 20 1. RESPIRER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Toux SURVEILLANCE douloureuse émétique grasse paroxysmale productive quinteuse (accès de toux prolongé) rauque sèche accompagnée d une série de secousses OBSERVATIONS rapporte avoir un sommeil interrompu par une toux fréquente a besoin de stimulation pour tousser rapporte une augmentation de la fréquence de la toux en position couchée, ou autres

21 1. RESPIRER Date Heure Notes d observation D. EXEMPLE DE RÉDACTION D UNE NOTE AU DOSSIER année/mois/jour 08 : 00 Dort avec 3 oreillers : augmentation de la fréquence de la toux lorsque couchée Extrémités froides et légèrement cyanosées 09 : 00 S hydrate peu, 50 ml d eau. Présente essoufflement lors de conversation. Utilise adéquatement ses 2 pompes aérosol. 10 : 30 Marche 15 mètres avant essoufflement. Pratique exercices respiratoires avec spiromètre sous stimulation seulement. Incapable d expectorer en raison de douleur thoracique, peu soulagée par la médication: 6/10 à l échelle de douleur. 12 :00 Bouillon et boisson chaude au repas ; se dit incapable de manger des aliments solides. 13 : 20 Sieste interrompue par sensation d étouffement Note : tous les exemples de rédaction d une note au dossier traitent de la personne, sans égard au sexe, ceci dans le but d alléger le texte. 21

22 22 1. RESPIRER Date Heure Notes d observation D. EXEMPLE DE RÉDACTION D UNE NOTE AU DOSSIER année/mois/jour 13 : 30 Collabore bien au traitement d inhalothérapie : dit mieux respirer et se sentir moins oppressée. Repose au lit par la suite. 16 : 00 Signature, inf.aux. prénom et nom

23 SECTION I : LA PERSONNE SOUS-SECTION 2 : BOIRE ET MANGER A. TERMINOLOGIE A Absorption assimilation des nutriments dans le sang. Achalasie relâchement inadéquat des sphincters. Acides aminés essentiels constituants importants des protéines que le corps est incapable de synthétiser en quantité suffisante pour répondre aux besoins de l organisme (leucine, lysine). Adipsie absence de soif. Aérophagie action d avaler de l air en mangeant. Anabolisme transformation des nutriments en tissus, en hormones, en enzymes. Anorexie absence d appétit. Anorexie mentale affection psychiatrique caractérisée par un refus plus ou moins systématique de s alimenter. Appétit envie de manger. B Bol alimentaire portion d aliments avalés. C Catabolisme transformation des nutriments en énergie. Chyle liquide constiué de lymphe et de graisses présent dans les canaux lymphatiques de l intestin grêle pendant la digestion. Chyme produit de la digestion gastrique ayant accédé au duodénum. 23

24 D Déglutition action d avaler. Déshydratation perte de liquide (eau). Digestion transformation des aliments en nutriments assimilables. Dyspepsie difficulté à digérer. Dysphagie difficulté à manger, à avaler. E Electrolyte corps capable de se dissocier en ions lorsqu il est mis en solution (chlorure, sodium, potassium, etc). Entérale (voie) par le tube digestif, par opposition à la voie parentérale, (SC, IM, etc.) Eructation émission de gaz gastrique. F Faim sensation du besoin de manger. Flatuosité gaz, flatulence, rot, éructation. G Gavage introduction d aliments dans l estomac ou dans le petit intestin à l aide d un tube. Glucide hydrate de carbone. Gonflement ballonnement. H Hoquet spasme diaphragmatique. Hyperalimentation administration de nutriments par i.v. 24

25 I Inappétence diminution ou absence d appétit. Ingesta nom générique donné à tous les éléments solides ou liquides. L Lipide acide gras, cholestérol, triglycéride. N Nausée envie de vomir. Nutriment élément assimilable contenu dans un aliment. O Oligo-élément métal dont la présence en très petites quantités est indispensable dans la ration alimentaire (fer, zinc, cuivre, fluor, iode, etc). P Parentérale (voie) SC, IM, IV Polydipsie besoin excessif de boire. Polyphagie besoin excessif de manger et absence de satiété. Prandial relatif aux repas. Protéine molécule composée d acides aminés (protamine, albumine, globuline, mucine, hémoglobine, caséine, etc.). Pyrosis reflux de produit gastrique (acide) dans la gorge. S Satiété le fait d être rassasié. Sialorrhée hypersalivation. Soif sensation du besoin de boire. 25

26 T Tympanisme distension abdominale, ballonnement. V Vitamine nutriment essentiel à la croissance et à l équilibre. Vitamine hydrosoluble substance soluble dans l eau, existant en très petite quantité dans les aliments et ne rentrant dans aucune des grandes classes (BC). Vitamine liposoluble substance soluble dans les gras, existant en très petite quantité dans les aliments et ne rentrant dans aucune des grandes classes (ADEK). Vomissement rejet violent du contenu du tube digestif à l extérieur. Vomiturition vomissement incomplet dans lequel les matières s arrêtent dans l œsophage (régurgitation). Autres 26

27 2. BOIRE ET MANGER B. SYNONYMES Boire se désaltérer se rafraîchir s hydrater siroter Manger avaler dévorer grignoter s alimenter se nourrir Nausée dégoût haut-le-cœur mal de cœur Repas collation contenu de son plateau déjeuner dîner en cas lunch mets souper Vomir régurgiter restituer 27

28 28 2. BOIRE ET MANGER B. SYNONYMES Vomissement Vomitif vomissure émétique

29 2. BOIRE ET MANGER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Allergie alimentaire SURVEILLANCE aliments à haut risque arachides chocolat crustacés fruits de mer fraises lait œufs signes d une réaction allergique locale démangeaison dans la bouche rougeurs autour des lèvres sensation de picotement dans la bouche sensation de langue épaisse œdème des lèvres OBSERVATIONS se plaint de difficulté à avaler, suite à l ingestion de lait rapporte une allergie alimentaire sévère aux crustacées, bracelet installé, diététicienne avisée apprend à utiliser de l Épipen 29

30 30 2. BOIRE ET MANGER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES SURVEILLANCE OBSERVATIONS Allergie alimentaire (suite) signes d une réaction allergique généralisée (choc anaphylactique) rougeur enrouement tachycardie dyspnée sensation de constriction des voies respiratoires altération du niveau de conscience diaphorèse peau froide et moite

31 2. BOIRE ET MANGER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Déglutition Diète SURVEILLANCE indolore douloureuse avec tendance à s étouffer lente avec effort absolue, à jeun, NPO hyper-alimentation intraveineuse, HAIV hypo-hypercalorique hypo-hyperglucidique hypo-hyperlipidique hypo-hyperprotéinée hypo-hyperrésiduelle liquide molle sans sel, sans salière OBSERVATIONS garde les aliments dans la bouche s étouffe facilement avec des aliments secs présente des difficultés à avaler des aliments solides crache les aliments solides mais tolère bien les liquides se plaint de sa diète hypocalorique, rapporte : «Je ne peux pas dormir, j ai trop faim» refuse d observer sa diète hyperlipidique, désire rencontrer son médecin NPO à partir de 2350 pour chirurgie refuse tout aliment solide mais s hydrate aux heures (250ml H 2 O) 31

32 32 2. BOIRE ET MANGER SURVEILLANCE C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES OBSERVATIONS Équilibre hydrique sécheresse de la bouche surcharge circulatoire œdème perte de turgescence de la peau (déshydratation) oublie de shydrater boit 250 ml de jus à la collation avec stimulation incapable de boire avec un verre mais le fait facilement avec une paille, sous supervision se plaint de lèvres craquelées, suite à sa restriction liquidienne Nausée causes durée fréquence heure soulagement rapporte des nausées au réveil. Soulagée après la prise du déjeuner. nauséeuse après sa prise d Aricept, soulagée par 30 ml de Maalox p.o.

33 2. BOIRE ET MANGER SURVEILLANCE C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES OBSERVATIONS État nutritionnel obésité, excès pondéral maigreur Obstruction des voies respiratoires partielle toux larmoiement faciès rouge difficulté à parler totale absence de toux incapacité à parler mains à la gorge inconscience arrêt respiratoire et circulatoire s étouffe avec un morceau de poulet. incapable de parler ou de tousser. Manœuvre Heimlich efficace. dit ressentir de la douleur à la gorge. Médecin avisé. 33

34 34 2. BOIRE ET MANGER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Vomissements SURVEILLANCE causes durée fréquence quantité soulagement types alimentaire bilieux en jet fécaloïde hématémèse incœrcible (grossesse) induit (provoqué) visqueux OBSERVATIONS vomit aliments non digérés, 300 ml. rapporte des vomissements bilieux en matinée à trois reprises et en petites quantités 30 ml. se dit incapable de déjeuner à cause de nausées importantes refuse médication

35 C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES 2. BOIRE ET MANGER SURVEILLANCE Éléments Hypoglycémie Hyperglycémie OBSERVATIONS Signes d hypoglycémie et d hyperglycémie peau respiration tremblements soif état de conscience vision haleine froide et moite superficielle présents N/A détérioration rapide double N/A sèche et chaude profonde (Kussmaul) N/A présente détérioration lente trouble odeur d acétone reconnaît facilement les signes d hypo et d hyperglycémie se dit étourdie, peau froide et moite, glycémie à 2.5 mmol/l, 125 ml de jus d orange bien toléré 35

36 36 2. BOIRE ET MANGER Date Heure Notes d observation D. EXEMPLE DE RÉDACTION D UNE NOTE AU DOSSIER année/mois/jour 08 : 00 Déjeune avec appétit. 08 : 35 Présente toux, respiration sifflante et visage rouge. Parle avec difficulté. Chef d unité avisée. Installée en position assise. Quinte de toux importante suivie de l expulsion d un débris alimentaire. Faciès moins rouge, larmes, légère diaphorèse. 08 : 40 Demande à se reposer un peu. Signes vitaux normaux, rythme respiratoire à 16/min., faciès rosé. Visite de la chef d unité. Installée en latéral, cloche d appel à portée de mains. 11 : 40 Demande son repas : mange tout le contenu de son plateau. Participe aux activités. Signature, inf.aux. prénom et nom

37 SECTION I : LA PERSONNE SOUS-SECTION 3 : ÉLIMINER A. TERMINOLOGIE A Albuminurie présence d albumine dans les urines. Aménorrhée absence de menstruation. Anurie absence de sécrétion d urine par le rein. B Bactériurie présence de bactéries dans les urines. Ballonnement gonflement de l abdomen par des gaz contenus dans l intestin, météorisme. C Cathartique qui purge légèrement. Cholagogue se dit de toute substance qui provoque la vidange de la vésicule biliaire. Cholécystographie examen radiologique de la vésicule biliaire après ingestion d un produit de contraste. Coliques abdominales douleur comparable à une déchirure, à une torsion, à un resserrement, crampe. Colonoscopie examen endoscopique de la cavité colique à l aide d un tube muni d une fibre optique. Constipation retard dans l évacuation des fèces, dû à une rétention plus ou moins prolongée des résidus dans le côlon. Coproculture culture de selles. Crampe abdominale contraction musculaire involontaire. Cystite inflammation aiguë ou chronique de la vessie. 37

38 D Défécation expulsion des matières fécales. Déshydratation perte d eau. Dialyse diffusion de molécules en solution à travers une membrane semi-perméable. Diaphorèse transpiration abondante. Diarrhée évacuation plus ou moins fréquente du contenu intestinal avec une proportion importante de liquide. Diurétique qui augmente la sécrétion urinaire. Dysménorrhée menstruations douloureuses. Dysurie difficulté à uriner avec une douleur plus ou moins vive, allant de la simple tension du périnée à la sensation de brûlure vésicale avec spasmes paroxystiques. E Encoprésie incontinence des matières fécales, d origine fonctionnelle. Entérite inflammation de la muqueuse intestinale. Entérostomie établissement d une ouverture temporaire ou permanente entre une anse intestinale et la paroi intestinale. Énurésie incontinence d urine presque toujours nocturne. Épreinte envie douloureuse d aller à la selle. Excréta ensemble des déchets de la nutrition rejetés hors de l organisme (urine, selles, sueur, bile). 38

39 F Fécalome accumulation considérable de matières fécales durcies. Flatulence production de gaz gastro-intestinaux. Fèces excréments. G Gastro-entérite inflammation aiguë ou chronique des muqueuses gastriques et intestinales, d origine virale ou bactérienne. Gastroscopie examen direct de la cavité gastrique au moyen d un gastroscope (tube flexible avec caméra). Gastrostomie opération consistant à établir une ouverture qui fait communiquer l estomac et la paroi abdominale pour permettre de faire absorber des aliments à l aide d un tube. Globe vésical accumulation excessive d urine dans la vessie. Glycosurie présence de glucose dans l urine. H Hématurie excrétion simultanée de sang et d urine. Hémorragie intestinale tout saignement se produisant dans l intestin. I Incontinence de stress émission involontaire d urine lorsque la pression abdominale est augmentée (effort, rire, exercice). Incontinence urinaire impossibilité de retenir les urines ou émission involontaire d urine. 39

40 L Lavement action de laver un organe (système digestif) interne par injection d une solution. Laxatif terme générique sous lequel on regroupe tous les médicaments provoquant l exonération, la défécation. Lithiase urinaire présence de calculs dans l appareil urinaire. M Ménarche apparition des premières menstruations. Ménorragie exagération de l écoulement menstruel, soit en quantité, soit en durée. Météorisme gonflement abdominal par des gaz. Métrorragie hémorragie utérine survenant en dehors des règles. Miction émission d urine. Miction impérieuse envie urgente d uriner. N Nycturie excrétion urinaire à prédominance nocturne. O Oligurie diminution du volume urinaire dans une période de vingtquatre heures. Opsiurie sécrétion urinaire retardée. 40

41 P Péristaltisme contractions qui se font de haut en bas dans l estomac et l intestin. Plénitude état de ce qui est plein, qui donne une sensation de pesanteur, de lourdeur. Pollakiurie mictions d urine trop fréquentes sans augmentation du volume d urine produite en 24 heures. Polyurie sécrétion d urine en quantité abondante. Prolapsus glissement anormal d un organe ou d une portion d un organe vers le bas. Protéinurie présence de protéines dans l urine. Pyurie présence de pus dans les urines. R Rectocèle saillie du rectum à travers la paroi vaginale. Rectoscopie examen endoscopique du rectum effectué grâce à un tube métallique rigide. Résidu vésical quantité d urine qui demeure dans la vessie après une miction. Rétention urinaire impossibilité d émettre naturellement par l urètre une partie ou la totalité de l urine contenue dans la vessie. S Strangurie miction lente et douloureuse pendant laquelle de petites quantités d urine sont émises. 41

42 T Ténesme impression de tension, de corps étranger intrarectal. Turgor turgescence non œdémateuse des téguments par trouble de l absorption ou de l élimination de l eau et du sel. Turbidité aspect trouble d un liquide tenant en suspension un précipité. U Urée ultime produit de dégradation des protéines, excrété par les reins. Urémie rétention dans le sang de quantités excessives de sousproduits du métabolisme des protéines. Urobilinogène substance incolore provenant de la transformation dans l intestin de la bilirubine et excrétée par la bile. Urobilirubine substance que l on retrouve dans les fèces et parfois dans l urine. V Vessie neurogène toute perturbation vésicale causée par une lésion du système nerveux. Autres 42

43 3. ELIMINER B. SYNONYMES Anthelminthique vermifuge Calcul lithiase pierre Colique abdominale crampe douleur abdominale Crise néphrétique douleur causée par le passage d une pierre Fèces matières fécales selles Flatulence ballonnement flatuosité gaz météorisation météorisme ventosité Laxatif cathartique évacuatif évacuant dépuratif hydragogue purgatif 43

44 44 3. ELIMINER B. SYNONYMES Miction élimination urinaire, rénale action d uriner Prolapsus descente ptose relâchement Transpiration diaphorèse ruissellement de sueur sudation

45 3. ELIMINER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Incontinence SURVEILLANCE incontinence fonctionnelle (la personne éprouve de la difficulté à se rendre à la toilette) incontinence urinaire incontinence fécale incontinence à l effort incontinence à prédominance diurne, nocturne incontinence totale OBSERVATIONS présente un écoulement d urine en goutte à goutte se plaint de spasmes vésicaux nécessite un cathétérisme vésical intermittent toutes les χ heures frappe les intervenants lors du changement de sa culotte d incontinence urine dans le corridor en présence de visiteurs 45

46 46 3. ELIMINER C. SURVEILLANCE ET OBSERVATIONS PARTICULIÈRES Selles aspects sanguinolentes fermes graisseuses liquides molles mucoïdes sèches verdâtres volumineuses bilieuses fréquence habitudes SURVEILLANCE OBSERVATIONS a une selle tous les χ jours effectue ses soins de colostomie de façon autonome et adéquate consomme des aliments riches en fibres demande constamment des laxatifs se préoccupe excessivement de son élimination intestinale nécessite un curage rectal pour fécalome, large quantité de petites selles dures brunâtres, procédure bien tolérée présence de bruits intestinaux normaux nécessite un lavement évacuant ml d eau avec glycérine via tube rectal, bien toléré

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Apprendre pour la vie : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux. Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP

Apprendre pour la vie : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux. Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP : Prise en charge des troubles vésicaux et intestinaux Présenté par le bureau national de la Société canadienne de la SP Magali Plante Directrice des services et de l action sociale Société canadienne

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com HUILE ESSENTIELLE DE BASILIC TROPICAL Revigorante et vitalisante, tonique puissante du système nerveux. Digestive, antispasmodique. Stress, fatigue, dépression, insomnie Flatulence, indigestion, nausée,

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération Voici un petit guide qui vous renseignera sur tous les éléments à connaître concernant votre chirurgie. AVANT L OPÉRATION Les

Plus en détail

Se préparer à une angiographie artérielle

Se préparer à une angiographie artérielle Se préparer à une angiographie artérielle Table des matières Sujet Page Qu est-ce que l athérosclérose?... 1 Durcissement graduel des artères (athérosclérose)... 2 Pourquoi dois-je subir une angiographie

Plus en détail

Institut WanXiang Historique de santé du patient

Institut WanXiang Historique de santé du patient Institut WanXiang Historique de santé du patient Merci de remplir ce questionnaire aussi complètement que possible et d indiquer les zones d incompréhension avec un point d'interrogation. En plus de toutes

Plus en détail

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Winnipeg. Je suis l une des deux thérapeutes qui s occupent

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

MONOGRAPHIE AVASTIN. bevacizumab pour injection. Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique

MONOGRAPHIE AVASTIN. bevacizumab pour injection. Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique MONOGRAPHIE Pr AVASTIN bevacizumab pour injection Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique AVASTIN, indiqué en monothérapie, dans le traitement du glioblastome

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Qu est ce que l ergonomie d un poste de travail? ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Un poste de travail ergonomique est un poste qui offre un environnement et des équipements permettant de créer

Plus en détail

LES BAROTRAUMATISMES

LES BAROTRAUMATISMES LES BAROTRAUMATISMES Généralités Le Placage de Masque Les Sinus L'Estomac et les Intestins Les dents L'Oreille La Surpression Pulmonaire Tableau Récapitulatif Généralités Baro signifie pression et traumatisme

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS Débuté le Terminé le. FICHE ADMINISTRATIVE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Téléphone. ADRESSE...... N SS / / / / / // ENTOURAGE-PERSONNE RESSOURCE NOM QUALITE..TEL...

Plus en détail

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prévention bucco-dentaire Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mise à jour mai 2010 CCAS - Prévention bucco-dentaire - Par le Docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE Santé et pollution intérieure dans les écoles : Réseau d observation en Europe QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE A compléter par les enfants

Plus en détail

L AMYGDALECTOMIE. Chirurgie d un jour Programme-clientèle santé de la femme et de l enfant. Pour vous, pour la vie

L AMYGDALECTOMIE. Chirurgie d un jour Programme-clientèle santé de la femme et de l enfant. Pour vous, pour la vie 23 L AMYGDALECTOMIE Chirurgie d un jour Programme-clientèle santé de la femme et de l enfant Pour vous, pour la vie L amygdalectomie Cette brochure vous aidera à comprendre ce qu est l amygdalectomie L

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

CARDIOLOGIE LA MÉDICATION POUR L'INSUFFISANCE CARDIAQUE

CARDIOLOGIE LA MÉDICATION POUR L'INSUFFISANCE CARDIAQUE CARDIOLOGIE LA MÉDICATION POUR L'INSUFFISANCE CARDIAQUE La médication est importante, elle aidera à améliorer le travail du cœur et à éliminer le surplus d'eau. Il est important de prendre la médication

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

Centre d apprentissage. Extraction de cataracte. Carnet d'enseignement à la clientèle

Centre d apprentissage. Extraction de cataracte. Carnet d'enseignement à la clientèle Centre d apprentissage Extraction de cataracte Carnet d'enseignement à la clientèle Janvier 2013 Ma chirurgie est le : Me présenter à l admission #, pour l inscription à heures. AIDE MÉMOIRE POUR VOTRE

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk)

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Spagulax M granulés Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 Guide Chirurgie d un jour Enfant (moins de 14 ans) RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 HÔPITAL DE MARIA Chirurgie d un jour Contenu Avant la chirurgie... 2 À l unité de soins... 4 Au départ pour la salle d opération...

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Pendant la grossesse, les muscles du ventre, appelés abdominaux, s étirent beaucoup et perdent souvent de la force. Il est important

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

LES ÉTAPES DE RELAXATION

LES ÉTAPES DE RELAXATION LES ÉTAPES DE RELAXATION 1. Consacrez-vous les 20 prochaines minutes en vous donnant la permission de prendre du temps pour vous-mêmes. 2. Ne pensez pas à vos soucis vous n avez pas besoin de faire quoique

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Bonjour, je m appelle Jennifer Dalke. Je suis thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de

Bonjour, je m appelle Jennifer Dalke. Je suis thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Bonjour, je m appelle Jennifer Dalke. Je suis thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Winnipeg. Je suis l une de deux thérapeutes qui gèrent les lymphœdèmes

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Extraits et adaptations

Extraits et adaptations Extraits et adaptations Guide de prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS) en clinique dentaire - 2007 MOYENS DE RÉCUPÉRATION MUSCULAIRE Il est difficile de donner des soins dentaires en évitant

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail

Directives pour l utilisation de l échelle d évaluation

Directives pour l utilisation de l échelle d évaluation INSTITUT NATIONAL D'ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE Etablissement public institué par la loi du 9 août 1963 AVENUE DE TERVUREN 211-1150 BRUXELLES Service des soins de santé Directives pour l utilisation de

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Informations pour votre plâtre et votre attelle

Informations pour votre plâtre et votre attelle Informations pour votre plâtre et votre attelle 1. Pourquoi un plâtre? 2. Pourquoi une attelle? 3. Quelles sont les différences entre le plâtre de Paris et le plâtre en fi bre de verre? 4. Conseils : a.

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE

COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE LES SYMPTÔMES DE LA FATIGUE - Maux de tête; - Douleurs musculaires; - Problèmes d appétit (absence d appétit ou augmentation); - Problèmes de sommeil (insomnie, incapacité

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES ADOS ET JEUNES ADULTES LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES Sous le parrainage de : La 7 e Journée Française de l Allergie est organisée par : Avec le soutien de : En partenariat avec : Allergie, j agis!

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

Test de charge orale en glucose en vue de dépister un diabète

Test de charge orale en glucose en vue de dépister un diabète Tests dynamiques réalisés au laboratoire Test de O Sullivan Test de charge orale en glucose en vue de dépister un diabète gestationnel chez la femme enceinte (6 ème au 7 ème mois de grossesse) Préparation

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail