Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010"

Transcription

1 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août

2 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en décembre 2007 La note d août 2010 intègre les dernières évolutions dans le domaine des vaccins antirabiques humains, en particulier pour les schémas de vaccination Les notes de bas de page donnent un nombre limité de références essentielles Il existe un document complémentaire avec une liste plus complète de références Il existe aussi des tableaux de cotation de la qualité des preuves scientifiques pour les principales conclusions. 2

3 Généralités La rage est une zoonose virale des mammifères Les chiens enragés sont la principale source infectieuse pour l homme Incubation de 1 à 3 mois (< 1 semaine à > 1 an) Chez l homme, le virus de la rage provoque une encéphalite aiguë toujours mortelle On estime que, chaque année, la rage provoque décès humains, nombre d entre eux concernant des enfants dans les zones rurales d Afrique et d Asie Les cas de rage pourraient être grossièrement sous-notifiés ; en l absence de prophylaxie post-exposition, on estime que cette maladie ferait morts par an. Dans les pays industrialisés et la plupart des zones urbanisées d Amérique latine, la rage humaine (transmise par les chiens) est presque éliminée, grâce à la vaccination des chiens domestiques et à d autres mesures de lutte 3

4 Vaccins antirabiques préparés en culture cellulaire (VCC) La plupart des VCC contiennent des virus multipliés sur des cellules diploïdes humaines (fibroblastes embryonnaires), des cellules diploïdes de rhésus fœtal, des cellules Vero (cellules rénales de singe vert africain), des cultures primaires de cellules rénales de hamster syrien, des cultures primaires de cellules embryonnaires de poulet ou des œufs de canard embryonnés Les VCC sont sûrs, efficaces et on les a administrés à des millions de personnes dans le monde On peut les administrer par voie intramusculaire (IM) mais, dans certain cas, on recommande aussi la voie intradermique (ID) pour économiser du produit 4

5 Préparation des VCC Après multiplication des virus dans leurs cultures cellulaires respectives, la récolte virale est concentrée, purifiée, inactivée et lyophilisée. Certains VCC contiennent de l albumine humaine ou de la gélatine traitée comme agent de stabilisation. Dans la plupart des CCV, on n ajoute pas de thimérosal Durée de conservation : 3 ans entre +2 et +8 C, à l obscurité Une fois reconstitués avec la solution de dilution fournie, les VCC doivent être utilisés immédiatement ou, au plus tard, dans les 6 à 8 heures Conformément aux recommandations de l OMS tous les VCC doivent avoir une activité 2,5 UI par dose IM 5

6 Administration intradermique Par rapport à l administration standard des VCC par IM, l administration ID est tout aussi sûre et immunogène L administration ID d une prophylaxie post-exposition ne nécessite qu une ou deux ampoules de vaccin, ce qui réduit les volumes de produit utilisé et les coûts directs de 60 à 80 % On utilise des vaccins ayant la même activité par voie IM comme par voie ID Les vaccins doivent être explicitement autorisés pour l administration ID Pour les schémas de vaccination ID, il faut un personnel suffisamment formé pour garantir un stockage, une reconstitution et une injection convenable des doses Les schémas de vaccination ID ont été introduits avec succès pour la prophylaxie post-exposition en Inde, aux Philippines, à Sri Lanka et en Thaïlande par exemple 6

7 Efficacité des VCC L administration d une série appropriée de VCC induit un titre suffisant en anticorps neutralisants ( 0,5 UI/ml) chez la plupart des sujets en bonne santé et, jusqu à présent, personne n a développé la rage en ayant ce titre en anticorps avant l exposition L administration sans délai de la prophylaxie post-exposition, associée à une prise en charge correcte des plaies et à l injection simultanée d immunoglobuline antirabique, permet presque toujours de prévenir la rage, même après une exposition à haut-risque Un retard dans le démarrage de la prophylaxie ou une administration incomplète ou incorrecte de celle-ci peut entraîner la mort du patient, notamment en cas de morsures dans des régions très innervées, à la tête, au cou ou aux mains par exemple, ou en cas de plaies multiples 7

8 Durée de la protection L immunité de longue durée contre la rage dépend de la mémoire immunitaire, que l on peut mettre en évidence par une réponse rapide (anamnestique) des anticorps à une injection de rappel On a observé des réponses anamnestiques à des injections de rappel même 21 ans après la primo-vaccination On obtient une immunité de longue durée contre la rage quelle que soit la voie d administration (IM ou ID), qu il s agisse de vaccination préventive ou de prophylaxie post-exposition En raison de la protection de longue durée, des injections régulières du vaccin en rappel ne sont pas recommandées après l administration d une série complète en prévention ou en post-exposition, sauf pour certains groupes exposés à un risque continu, fréquent ou accru (voir diapo 15) 8

9 Manifestations indésirables/innocuité du vaccin En général, les VCC s avèrent sûrs et bien tolérés Néanmoins, chez 35 à 45 % des sujets vaccinés, il peut apparaître un érythème, une douleur ou une tuméfaction transitoire au point d injection (ID > IM). On peut aussi observer des réactions systémiques bénignes (fièvre, céphalées, vertiges, troubles digestifs transitoires) chez 5 à 15 % des sujets vaccinés Les manifestations graves, principalement de nature allergique ou neurologique, sont rares En vaccination préventive, un antécédent de réaction sévère à l un des composants du vaccin est une contre-indication à la réutilisation du même vaccin ; on doit alors utiliser un autre VCC pour terminer la série d injections La rage étant une maladie mortelle, il n y a aucune contre-indication à la prophylaxie après une exposition à haut-risque 9

10 Immunoglobuline antirabique On administre l immunoglobuline antirabique à toute personne ayant subi une exposition de catégorie III*, ainsi que de catégorie II* pour les sujets immunodéficients On préfère l immunoglobuline antirabique humaine (demi-vie de 21 jours environ), mais elle est onéreuse et difficile à se procurer Les immunoglobulines équines ou leurs fragments F(ab )2 ont une clairance plus rapide, mais elles sont plus largement disponibles et beaucoup moins coûteuses Bien que la plupart des nouvelles préparations d immunoglobuline équine soient actives, hautement purifiées et sûres, elles sont d origine hétérologue et l on observe une réaction anaphylactique dans environ 1 cas/ * Présentation des catégories à un stade ultérieur 10

11 Aspects économiques On estime qu en Afrique et en Asie, les décès dus à la rage entraîneraient chaque année la perte de 1,74 millions d années de vie ajustées sur l incapacité (DALY) Le coût annuel de la rage, comprenant les coûts de la prophylaxie postexposition et de la lutte contre la rage canine, a été évalué à 583,5 millions de dollars US En 2005, on a estimé la dépense mondiale pour la prévention de la rage à plus d un milliard de dollars US On s attend à une forte augmentation de la fréquence et des coûts de la prophylaxie post-exposition dans tous les pays où la rage canine est présente, en particulier dans ceux qui remplacent les vaccins préparés sur tissus nerveux par les VCC 11

12 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (1) Vaccins préparés sur tissus nerveux Il faut mettre fin dès que possible à la production et à l utilisation de ces vaccins et les remplacer par les VCC Administration ID des VCC Pour la voie ID, les VCC doivent répondre aux mêmes exigences de l OMS en matière de production et de contrôle que ceux réservés à la voie IM Des essais cliniques adaptés doivent avoir démontré l immunogénicité et l innocuité des vaccins pour les schémas d administration ID Pour être approuvés, les nouveaux schémas post-exposition par voie ID doivent présenter des avantages pratiques et économiques nets par rapport aux schémas IM existants Dans les pays où l administration ID est approuvée pour la prophylaxie post-exposition, les fabricants des vaccins dont l innocuité et l efficacité par cette voie ont été prouvées doivent indiquer clairement que leurs vaccins peuvent être administrés en ID 12

13 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (2) Pre-exposure prophylaxis (PrEP) Vaccination préventive Elle est recommandée à toute personne exposée à un risque continu, fréquent ou accru d exposition au virus de la rage, du fait de son lieu de résidence ou de sa profession Il convient aussi de vacciner les voyageurs devant rester durablement à l extérieur dans des zones rurales à haut-risque, où l accès à des soins médicaux appropriés est limité, quelle que soit la durée de leur séjour Les enfants vivant ou se rendant dans des zones touchées par la rage sont exposés à un risque accru L OMS invite à réaliser des études soigneusement conçues sur la faisabilité, le rapport coût-efficacité et l impact à long terme de l intégration des VCC dans les programmes de vaccination pour les nourrissons et les enfants 13

14 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (3) Administration de la vaccination préventive Voie IM : injections de doses de 1 ml ou 0,5 ml (selon le type de vaccin) aux jours 0, 7 et 21 ou 28. Chez l adulte et l enfant à partir de 2 ans, le vaccin IM est injecté dans le deltoïde ; en dessous de 2 ans sur la face antérolatérale de la cuisse. Les vaccins IM ne doivent pas être administrés dans la zone du fessier Voie ID : l injection de 0,1 ml aux jours 0, 7 et 21 ou 28 est une alternative acceptable à l administration IM classique Pour réaliser des économies sensibles, les séances de vaccination ID doivent concerner suffisamment de personnes pour pouvoir utiliser tout le contenu des ampoules ouvertes dans les 6 à 8 heures 14

15 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (4) Injections de rappel Les rappels réguliers ne sont pas nécessaires pour les personnes qui ont reçu une série primaire complète d injections de VCC à titre prophylactique avant ou après exposition Des injections régulières de rappel sont recommandées à titre de précaution uniquement pour les personnes soumises par leur profession à un risque continu, fréquent ou accru d exposition (certains personnels de laboratoire ou les vétérinaires par exemple) Si on le peut, on préfèrera à l administration régulière d injections de rappel une surveillance sérologique des anticorps pour les personnes exposées au risque. Le titrage devra être fait tous les 6 à 24 mois, en fonction de l évaluation du risque. Une injection de rappel ne sera alors recommandée que si le titre d anticorps neutralisants tombe en dessous de 0,5 UI/ml 15

16 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (5) Prophylaxie post-exposition Son indication dépend du type de contact avec l animal présumé enragé : Catégorie I : contact avec des animaux, alimentation des animaux, léchage sur la peau intacte Catégorie II : mordillage de la peau découverte, griffures ou égratignures bénignes sans saignement Catégorie III : morsures ou griffures uniques ou multiples ayant traversé le derme, contamination des muqueuses par de la salive provenant du léchage, léchage sur une peau lésée, exposition à des chauves-souris Si possible, l animal présumé enragé doit être gardé en observation pendant au moins 10 jours ou être euthanasié pour prélever des échantillons à analyser au laboratoire 16

17 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (6) Prophylaxie post-exposition (suite) Exposition de la catégorie I : pas de prophylaxie nécessaire Catégorie II : vaccination immédiate Catégorie III : vaccination immédiate + administration d immunoglobuline antirabique Catégories II et III : nettoyage soigneux de toutes les blessures par morsures et griffures le plus tôt possible Si on en a à disposition, application sur la plaie d une préparation topique iodée ou ayant une activité virucide similaire Lorsqu il est impossible d achever la prophylaxie avec le même VCC, il faut utiliser un autre vaccin de ce type 17

18 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (7) Prophylaxie post-exposition pour les expositions des catégories II et III Administration IM : 1 ml ou 0,5 ml (selon le type de vaccin) dans le deltoïde (ou la face antérolatérale de la cuisse chez l enfant de moins de 2 ans) i) schéma à 5 doses : injection d une dose aux jours 0, 3, 7, 14 et 28 ii) schéma à 4 doses : injection de deux doses au jour 0 (une dans chacun des deux deltoïdes ou des deux cuisses), puis une dose aux jours 7 et 21 Autre schéma possible pour les sujets en bonne santé, pleinement immunocompétents, dont les plaies ont été bien soignées et auxquels on administre une immunoglobuline antirabique de qualité plus un vaccin antirabique présélectionné par l OMS : injection de 4 doses en IM aux jours 0, 3, 7 et 14 18

19 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (8) Prophylaxie post-exposition pour les expositions des catégories II et III Administration ID Le schéma en deux points d injection prévoit l administration ID de 0,1 ml sur deux points (deltoïde et cuisse) aux jours 0, 3, 7 et 28 Ce schéma est applicable pour les personnes ayant subi des expositions des catégories II et III dans les pays où les autorités sanitaires nationales ont homologué la voie ID 19

20 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (9) Prophylaxie post-exposition chez les personnes ayant des antécédents de vaccination antirabique Pour les patients exposés à la rage et qui ont eu une vaccination préventive ou une prophylaxie post-exposition complète avec un VCC, il suffit d 1 dose, injectée en IM ou en ID, aux jours 0 et 3 Le même schéma, 1 dose IM ou ID deux jours, s applique aussi aux personnes pour lesquelles on a mis en évidence un titre en anticorps neutralisants antirabiques 0,5 UI/ml Une autre possibilité consisterait à proposer au patient un schéma en 4 points d injection en une seule séance, avec donc 4 injections de 0,1 ml également réparties entre les deltoïdes gauche et droit ou les cuisses. Les carnets de vaccination indiquant les antécédents vaccinaux ont une valeur inestimable pour prendre les bonnes décisions 20

21 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (10) Vaccination des sujets immunodéprimés Chez les sujets immunodéprimés, dont les patients vivant avec le VIH/sida, ayant subi une exposition de la catégorie II ou III, il faut administrer en IM une série de 5 doses de VCC, associée à une prise en charge complète des plaies et à une infiltration locale d immunoglobuline antirabique humaine Dans la mesure du possible, on déterminera la réponse des anticorps neutralisants antirabiques 2 à 4 semaines après la vaccination pour évaluer la nécessité d administrer une dose vaccinale supplémentaire 21

22 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (11) Administration d immunoglobuline antirabique pour l immunisation passive Une seule administration, le plus tôt possible après le début de la prophylaxie postexposition. (L immunoglobuline n est plus indiquée au-delà du septième jour après l injection de la première dose vaccinale) La posologie de l immunoglobuline antirabique humaine est de 20 UI/kg ; pour les immunoglobulines équines ou les fragments F(ab )2, 40 UI/kg. La totalité du produit, ou la plus grande quantité anatomiquement possible (en évitant le syndrome des loges) est administrée à l intérieur ou autour des plaies S il reste de l immunoglobuline, le reliquat sera injecté en IM en un point distant de celui de la vaccination. On peut aussi diluer l immunoglobuline jusqu à obtention d un volume suffisant pour procéder à une infiltration sûre et efficace de l ensemble des plaies. 22

23 Position de l OMS concernant l utilisation des vaccins antirabiques (12) Efforts coordonnés de lutte contre la rage L élimination de la rage dans les populations canines permet de réduire sensiblement l exposition humaine à cette maladie. La vaccination massive des chiens est la mesure qui, à elle seule, est la plus rentable pour juguler et éliminer la rage canine Le succès de la lutte contre la rage s appuie aussi sur d autres mesures : Responsabilisation des propriétaires de chien Déclaration obligatoire des cas de rage chez l homme et chez l animal Mise à disposition de procédures diagnostiques fiables Autopsie pour confirmer la cause du décès chez les personnes que l on présume avoir été infectées par la rage Coordination entre tous les acteurs impliqués dans la lutte contre la rage 23

Vaccination après l'exposition à un agent infectieux. Vaccination contre la rage

Vaccination après l'exposition à un agent infectieux. Vaccination contre la rage Vaccination après l'exposition à un agent infectieux Vaccination contre la rage Mesures immédiates non spécifique le nettoyage des plaies lavage avec de l'eau et du savon antiseptique peroxyde d'hydrogène,

Plus en détail

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise 10.6.3 : vaccin contre l encéphalite japonaise Composition Un vaccin inactivé contre l encéphalite japonaise est distribué au Canada : Ixiaro (Novartis). Il s agit d un vaccin préparé à partir du virus

Plus en détail

Rage. Introduction. 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie

Rage. Introduction. 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie Introduction Rage La rage Humaine est une zoonose virale, toujours mortelle lorsqu elle est déclarée chez l Homme C est une encéphalomyélite

Plus en détail

Les actualités du Pharo 2015

Les actualités du Pharo 2015 LA VACCINATION DE L ENFANT DANS LA LUTTE ANTIRABIQUE, UNE ACTIVITE DE L UNITE : MEDECINE PREVENTIVE ET VACCINATION DU CHU DE TLEMCEN EN ALGERIE «2001-2014» N.Chabni, I.Cherif, H.benabderrahmane, L. Henaoui,

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU 17 novembre 2010 DCEM III Vaccins et Voyage Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Vaccins et voyages Calendrier fonction du voyageur et du type de voyage

Plus en détail

VACCINS CONTRE LA RAGE ET AUTRES VACCINS

VACCINS CONTRE LA RAGE ET AUTRES VACCINS VACCINS CONTRE LA RAGE ET AUTRES VACCINS CHAPITRE 14 RAGE VACCINS CONTRE LA RAGE COMPOSITION Deux vaccins inactivés contre la rage sont distribués au Canada : Imovax Rage (Sanofi Pasteur) et RabAvert (Chiron).

Plus en détail

Rage Zoonose. février 2008 Professeur D.P. PICAVET / Rage 1

Rage Zoonose. février 2008 Professeur D.P. PICAVET / Rage 1 Rage Zoonose février 2008 Professeur D.P. PICAVET / Rage 1 Incidence Monde: 40 à 70 000 morts par an (essentiellement Afrique, Asie, Amérique du sud) 10 000 000 de personnes traitées / an France, 2002:

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Prophylaxie pré- et post-expositionnelle de la rage chez l homme L ESSENTIEL EN BREF zones où la rage terrestre est présente,

Prophylaxie pré- et post-expositionnelle de la rage chez l homme L ESSENTIEL EN BREF zones où la rage terrestre est présente, Supplément X: Classeur «Maladies infectieuses Diagnostic et prévention» Prophylaxie pré- et post-expositionnelle de la rage chez l homme État: juillet 2004 Recommandations de l Office fédéral de la santé

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats Vacciner protège Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats 2 VACCINER PROTÈGE Les vaccins sont-ils vraiment nécessaires? La réponse est clairement OUI! On voit encore et toujours des chats

Plus en détail

Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets

Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Circulaire n 43/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 novembre 2008 Màj. septembre 2013 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - R H I N F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, rue Wi l s

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

Premier vecteur ++++++ 98% des cas de rages mortelles dans le monde sont d origine canine

Premier vecteur ++++++ 98% des cas de rages mortelles dans le monde sont d origine canine CENTRE ANTIRABIQUE Centre Hospitalier d Auxerre LA RAGE Note d information Protocoles de prise en charge Dr Duché Tailliez Monique Mise à jour septembre 2014 La rage est une zoonose (maladie qui se transmet

Plus en détail

Epidémiologie et prophylaxie de la rage humaine en France, 2001-2003

Epidémiologie et prophylaxie de la rage humaine en France, 2001-2003 Epidémiologie et prophylaxie de la rage humaine en France, 2001-2003 Source : Centre national de référence pour la rage (CNRR), Institut Pasteur et Centres de traitement antirabique (CAR) Synthèse réalisée

Plus en détail

Rage (Rabies) une maladie historique qui n est pas émergente et pourtant d actualité en Asie. MS. IFMT. juil2004. sémin.

Rage (Rabies) une maladie historique qui n est pas émergente et pourtant d actualité en Asie. MS. IFMT. juil2004. sémin. Rage (Rabies) une maladie historique qui n est pas émergente et pourtant d actualité en Asie 1 Généralités R: encéphalite spécifique due à un virus hautement neurotrope et pathogène Zoonose, touchant de

Plus en détail

LA RAGE. Cours Master MP1 hygiène et sécurité. Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis

LA RAGE. Cours Master MP1 hygiène et sécurité. Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis LA RAGE Cours Master MP1 hygiène et sécurité Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis 25 Février 2016 Faculté des Sciences de Tunis PLAN Introduction - Historique Le virus rabique

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

Les diarrhées du jeune veau

Les diarrhées du jeune veau Les diarrhées du jeune veau Chaque année naissent en France environ 10 millions de veaux. 20% d entre eux seront atteints de diarrhées. Environ 500 000 vont en mourir. Il s agit donc d une pathologie importante

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

LA RAGE: ZOONOSE OUBLIEE OU NEGLIGEE?

LA RAGE: ZOONOSE OUBLIEE OU NEGLIGEE? LA RAGE: ZOONOSE OUBLIEE OU NEGLIGEE? Dr. Paul Boumandouki Spécialiste en Maladies infectieuses - Brazzaville Service des Maladies infectieuses CHU de Brazzaville Membre de AfroReb 1 La rage maladie connue,

Plus en détail

Etienne Brochot Faculté de Pharmacie Laboratoire de Virologie, CHU Amiens

Etienne Brochot Faculté de Pharmacie Laboratoire de Virologie, CHU Amiens Virus de la rage Etienne Brochot Faculté de Pharmacie Laboratoire de Virologie, CHU Amiens La rage Zoonose qui touche les mammifères et contamine l homme de façon accidentelle Transmise par contact direct

Plus en détail

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

30/10/2015. Rage. IFSI, 2 ème année 2015-2016. Risque mondial d une inoculation rabique

30/10/2015. Rage. IFSI, 2 ème année 2015-2016. Risque mondial d une inoculation rabique Rage IFSI, 2 ème année 2015-2016 Risque mondial d une inoculation rabique D après Ribadeau et al, Rage, EMC (Elsevier Masson, SAS, Paris), Maladies infectieuses, 8-065-C-10, 2010 1 6 juillet 1885 : immunothérapie

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

10.7 VACCIN CONTRE LA RAGE

10.7 VACCIN CONTRE LA RAGE SECTION 10.7 RAGE 10.7 VACCIN CONTRE LA RAGE COMPOSITION Deux vaccins inactivés contre la rage sont distribués au Canada : Imovax Rage (Sanofi Pasteur) et RabAvert (Chiron). Il s agit de vaccins lyophilisés

Plus en détail

LA RAGE EN AFRIQUE Conduite à tenir chez un sujet suspect de contamination

LA RAGE EN AFRIQUE Conduite à tenir chez un sujet suspect de contamination MISE AU POINT LA RAGE EN AFRIQUE Conduite à tenir chez un sujet suspect de contamination NICOLAS P *., DAVOUST B **., MUZELLEC Y ***., LECAMUS JL *., MARTET G *. RESUME La rage est une maladie actuelle.

Plus en détail

IMOGAM antirabique pasteurisé

IMOGAM antirabique pasteurisé MONOGRAPHIE DU PRODUIT INCLUANT DES INFORMATIONS CONCERNANT LE MÉDICAMENT À L INTENTION DU PATIENT IMOGAM antirabique pasteurisé Immunoglobuline antirabique pasteurisée (humaine) Solution injectable (150

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

Programme de Lutte contre la Rage Humaine

Programme de Lutte contre la Rage Humaine Programme de Lutte contre la Rage Humaine Programme National de Lutte Antirabique / DSSB kairouan le 26 Mars 2015 2 INTRODUCTION Depuis 1992 : Mise en place du PNLAR suite à l enregistrement de 25 cas

Plus en détail

Plan du document : 1. Réactions liées au stress :

Plan du document : 1. Réactions liées au stress : Fiche technique T1-B MODES OPERATOIRES A DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Version 01 décembre 2009 URGENCES MEDICALES A L OCCASION D UNE VACCINATION Document ayant fait l objet d une relecture scientifique

Plus en détail

Le virus de l hépatite A (VHA)

Le virus de l hépatite A (VHA) Hépatite A Le virus de l hépatite A (VHA) Picornaviridae, genre Hepatovirus seul représentant, ubiquitaire. 6 génotypes (I à VI) ont été décrits les génotypes I, II et III correspondent aux isolats humains,

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Poliomyélite aigüe CIM-9 045 ; CIM-10 A80. (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile)

Poliomyélite aigüe CIM-9 045 ; CIM-10 A80. (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile) Poliomyélite aigüe (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile) CCDM18 & 19 : R. B. Aylward 1. Identification Une infection virale reconnue par son début aigu de paralysie flasque. L infection

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE, suspension injectable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Par dose (0,5 ml) Substances actives: Salmonella

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 64 Vaccination contre l encéphalite japonaise L encéphalite japonaise (EJ) est une arbovirose du Sud-Est

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE ProteqFlu suspension injectable pour chevaux 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Une dose de 1 ml contient

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Liste des vaccins antirabiques autorisés en France

Liste des vaccins antirabiques autorisés en France Nom du médicament, forme pharmaceutique Titulaire de l'amm Liste des vaccins antirabiques autorisés en France Type de procédur e/date d'amm Substances actives Espèces cibles Posologie et voie d'administration

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 24 novembre 2009

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

L immunisation des adultes. Communiquer avec vos patients

L immunisation des adultes. Communiquer avec vos patients L immunisation des adultes Communiquer avec vos patients L immunisation des adultes Les vaccins sont recommandés à tous les stades de la vie. Un professionnel de soins de santé peut aider ses patients

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

La rage DOSSIER. Premiers soins en cas de plaie ou morsure par un animal suspect

La rage DOSSIER. Premiers soins en cas de plaie ou morsure par un animal suspect Référence Référence : : Version : Date : La rage DOSSIER Sommaire : I. Introduction II. III. IV. Agent responsable Réservoir du virus Transmission de l affection V. Quelle est la situation en Belgique?

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Faire le suivi du statut vaccinal de l usager hémodialysé. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures thérapeutiques.

Plus en détail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012 » Présentation des animatrices»

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

LA RAGE EN AFRIQUE 23/05/2013. mais peut être évitée par la vaccination PLAN EPIDÉMIOLOGIE(1) DÉFINITION

LA RAGE EN AFRIQUE 23/05/2013. mais peut être évitée par la vaccination PLAN EPIDÉMIOLOGIE(1) DÉFINITION PLAN 1 LA RAGE EN AFRIQUE 10 èmes rencontres africaines de biologie technique Brazzaville 13-17 mai 2013 Dr Paul Boumandouki Dr Etienne Mokondjimobe Prof Henri Joseph Parra Définition Epidémiologie Virus

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study COMMUNIQUE DE PRESSE CYD14 study Le candidat vaccin dengue développé par Sanofi Pasteur passe avec succès la dernière étape de l étude d efficacité clinique de phase III conduite en Amérique latine - La

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes De très nombreux microorganismes existent dans notre environnement. Certains sont inoffensifs, d'autres sont pathogènes, ils peuvent entraîner

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux centres d insémination pour chevaux

Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux centres d insémination pour chevaux Département fédéral de l économie DFE Office vétérinaire fédéral OVF Soutien à l application de la législation (SAL) Directives techniques relatives aux exigences de police des épizooties applicables aux

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Dr Vét. I. LE ROUX I.S.P. - Dpt Pasteur - Rage Rue Engeland, 642 1180 Bruxelles Tél. : 02/373.31.56 Fax : 02/373.32.86 E-mail : ileroux@pasteur.

Dr Vét. I. LE ROUX I.S.P. - Dpt Pasteur - Rage Rue Engeland, 642 1180 Bruxelles Tél. : 02/373.31.56 Fax : 02/373.32.86 E-mail : ileroux@pasteur. Laboratoire de Référence Coordonnées du Laboratoire de Référence Dr Vét. I. LE ROUX I.S.P. - Dpt Pasteur - Rue Engeland, 642 1180 Bruxelles Tél. : 02/373.31.56 Fax : 02/373.32.86 E-mail : ileroux@pasteur.be

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Focetria, suspension injectable en seringue préremplie Vaccin grippal pandémique (antigène de surface, inactivé, avec adjuvant)

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

Le présent document explique en termes simples les bons gestes à appliquer pour injecter un vaccin à un chat domestique.

Le présent document explique en termes simples les bons gestes à appliquer pour injecter un vaccin à un chat domestique. VACCINATION PARENTÉRALE DES CHATS DOMESTIQUES (Photographies publiées avec l aimable autorisation du projet des maladies des animaux carnivores de Serengeti et du projet de lutte contre la rage du KwaZulu-Natal)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 avril 2011 JEXT 150 microgrammes, solution injectable en stylo pré-rempli - B/1 stylo pré-rempli de 0,15 ml de solution (CIP : 498 549-3) JEXT 300 microgrammes, solution

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT (MAJ 06/05) 1/5 RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT DENOMINATION MINOXIDIL COOPER 2 pour cent, solution pour application cutanée en flacon COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Minoxidil... 1,2 g

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre

Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre Les tumorothèques sont des structures d Etablissements de Santé ayant pour missions la collecte et la conservation d échantillons provenant de tissus tumoraux

Plus en détail

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

EPIDÉMIOLOGIE DE LA RAGE TERRESTRE EN EUROPE CYCLE. Lyssavirus Genotype 1. Etroite coadaptation virushôte,

EPIDÉMIOLOGIE DE LA RAGE TERRESTRE EN EUROPE CYCLE. Lyssavirus Genotype 1. Etroite coadaptation virushôte, EPIDÉMIOLOGIE DE LA RAGE TERRESTRE EN EUROPE Renard roux Lyssavirus Genotype 1 CYCLE TERRESTRE Etroite coadaptation virushôte, Virus spécifique à son hôte naturel, L hôte est très sensible à son virus

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

Plan mondial OMS de préparation à une pandémie de grippe

Plan mondial OMS de préparation à une pandémie de grippe WHO/CDS/CSR/GIP/2005.5 ALERTE & REPONSE AUX EPIDEMIES Plan mondial OMS de préparation à une pandémie de grippe Le rôle de l OMS et les recommandations relatives aux mesures à prendre à l échelon national

Plus en détail

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV)

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Femme enceinte CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Presque la moitié des enfants en service de garde excrètent ce virus, surtout dans l urine et la salive, et ils peuvent le transmettre à leurs parents et aux autres

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Nobilis OR inac, émulsion injectable pour poulets. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Pour une dose de

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

TECHNIQUES D INJECTION ET DOSSIER DE VACCINATION

TECHNIQUES D INJECTION ET DOSSIER DE VACCINATION 6.1 GÉNÉRALITÉS À l issue de leur fabrication, les produits immunisants ne renferment aucun agent de contamination. Les règles d asepsie les plus rigoureuses doivent être observées au cours de la préparation

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail