OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE pharyx, larynx, cancer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE pharyx, larynx, cancer"

Transcription

1 OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE pharyx, larynx, cancer IFSI Croix Rouge Dr Coulet Olivier Service ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital Laveran

2 Cavité buccale / oropharynx

3 Rappel anatomique rhinopharynx oropharynx hypopharynx larynx

4 Oropharynx Pathologie = angines Infections des amygdales Aigues ou chroniques

5 Grosses amygdales

6 Angines aigues 5 grands types angines érythémateuses, angines érythémato-pultacées, angines à fausses membranes, angines ulcéreuses et ulcéro-nécrotiques, angines vésiculeuses

7 Angines aigues Angines érythémateuses (rouges) -Virales +++ (pharyngite, rhinite associée) 70-80% -Bactériennes: très rouges, très douloureuses, évolution longue, anomalies à la prise de sang -Fièvre, asthénie, adénopathies

8 Angines aigues Test détection rapide Recherche du steptocoque β hémolytique du groupe A = bactérie Nécessite antibiotiques

9 Angines aigues Erythémato-pultacées (blanches) -Bactériennes +++ Strept β hémolytique A Mais peuvent aussi être virales : test de détection rapide

10 Angines aigues Angines pseudo-membraneuses (fausses membranes) - Attention: diphtérie Membranes adhérentes, grosse altération état général, Patient non vacciné, immigré - Mononucléose infectieuse Membranes non adhérentes, adolescent (maladie du baiser), adénopathies, éruption cutanée, atteinte viscérale (foie, rate)

11 Angines aigues Ulcéreuses et ulcéro-nécrotiques Angine de vincent Unilatérale Nécrotique Amygdale souple Germe particulier: fusospirillaire

12 Angines aigues Ulcéreuses et ulcéro-nécrotiques Chancre syphilitique Ulcération unilatérale, indolore, adénopathie associée, amygdale indurée, population à risque MST Ulcérations bilatérales Leucémies, agranulocytoses (médicamenteuses)

13 Angines aigues Angines vésiculeuses Virales: herpangine, primo-infection herpétique

14 Complications angines aigues Locales: Phlegmon periamygdalien Abcès collecté autour de l amygdale Voix nasonnée Difficulté à ouvrir bouche (trismus) Dysphagie +++ hypersialorrhée Bombement pilier antérieur Amygdale refoulée en arrière

15 Complications angines aigues Générales: Septicémies Rhumatisme articulaire aigu (polyarthrite,cardite) par réaction immunitaire au strepto A Glomérulo-néphrite, insuffisance rénale d origine immunitaire liée au strepto A

16 Angines chroniques Amygdales cryptiques, caséuses Mauvaise haleine

17 Indications chirurgicales de l amygdalectomie o Angines récidivantes : 5-6 par an o Obstruction des voies aériennes o A distance phlegmon périamygdalien

18 amygalectomie Anesthésie générale Ambulatoire possible (très encadrée, information+++) Hospitalisation courte (24-48 h)

19 Suites amygdalectomie Douleurs +++ Plus importantes chez les adultes Traitement antalgique précoce (ne pas attendre que la douleur s installe) Anti-inflammatoires (corticoïdes, antiinflammatoires non stéroïdiens) Suivi EVA +++ Otalgie réflexe

20 Complications amygdalectomie Hémorragie +++ Dans les 24 h A la chute escarre (env 1 semaine) Plus fréquentes chez adulte Peuvent nécessiter reprise chirurgicale Information +++, attention chirurgie ambulatoire température

21 Soins après amygdalectomie Principes: éviter saignement, soulager douleur, ne pas irriter, donner fiche au patient: J0: aucune alimentation, sucer des glaçons l après midi J1: alimentation liquide, froide = lait, yaourt, crème sucrée, glace, sirop fruit eau glacée J2-J3 : alimentation molle, tiède ou froide = bouillies, laitages, tapioca, semoule, flan, jambon mixé, donner à boire fréquemment des boissons froides, non acides, non irritantes, pas de soda J4-J10: texture normale, Chocolat, lait sucré froid avec pain de mie, potage tiédi, purées, jambon, viande, poisson haché fin, riz, pâtes, petits suisses, yaourt, compotes de fruits A partir J10 alimentation normale

22 Information amygdalectomie Risques de saignement Rester au calme, pas d activités physiques, arrêt travail au moins 1 semaine voire 2 Douleurs Otalgies réflexes Enduit blanchâtre pendant 8-10 j Pas paniquer si s alimente mal, insister sur hydratation

23 Pathologie pharynx et larynx rhinopharynx oropharynx hypopharynx larynx

24 Pathologie rhinopharynx ( cavum) Chez l enfant: hypertrophie végétations adénoïdes pathologie du petit enfant ( < 6 ans) Nez bouché, respiration buccale, ronflements, rhinites à répétition Otites par obstuction de l orifice de la trompe eustache

25 Pathologie rhinopharynx ( cavum) Otites par obstuction de l orifice de la trompe eustache

26 Recherche hypertrophie adénoïdienne Examen: remontant le voile, miroir, fibroscopie, au toucher digital Auparavant: Radiographies du cavum Auparavant: Radiographies du cavum de profil

27 Indication adénoïdectomie Otite séreuse persistante (au moins supérieur mois) Importante gêne respiratoire (ronflements, respiration buccale) Souvent associée ( aérateurs trans tympaniques, amygdalectomie)

28 Suites adénoïdectomie En général très simples Éviction scolaire 1 3 jours Ronfle encore quelques temps après en raison oedeme (prévenir parents)

29 Pathologie pharynx et larynx rhinopharynx oropharynx hypopharynx larynx

30 Pathologie hypopharynx Manifestations du reflux gastro oesophagien irritations de gorge Brûlures Toux chronique Infections à répétition

31 Pathologie larynx rhinopharynx oropharynx hypopharynx larynx

32 Pathologie larynx Cordes vocales

33 Pathologie larynx Laryngites : traumatiques: Allergiques: oedeme quincke Infectieuses:

34 Pathologie larynx Laryngites : infectieuses Peuvent être impressionnantes chez le petit enfant par la dyspnée laryngée ( gêne et tirage à l inspiration) Forme très particulière et grave = épiglottite = abcès de l épiglotte Enfant ne peut avaler salive, bave, fièvre +++, position assise ne pas allonger enfant, ni regarder abaisse langue

35 Pathologie larynx Tumeurs benignes: nodules, kystes, polypes des cordes vocales nodules kyste polype

36 Traumatismes du larynx Traumatismes fermés Traumatismes ouverts

37 Traumatismes fermés du larynx Étranglements, pendaisons Chocs directs (sport, coup de pieds, accidents de voiture)

38 Traumatismes ouverts du larynx Plaies du cou Plaies par arme blanche Plaies par balle

39 Traumatismes du larynx Risques: respiratoires +++, peuvent apparaître secondairement Lésions associées: Hémorragiques: vaisseaux si plaie Neurologiques: rachis

40 Traumatismes du larynx Signes cliniques: (1 ou plusieurs) Dyspnée Dysphagie Dysphonie Emphysème sous cutané (traumatisme fermé), plaie soufflante Douleurs spontanées, au toucher, à la déglutition (odynophagie)

41 Traumatismes du larynx Bilan: Nasofibroscopie:contrôler anatomie et mobilité du larynx Scanner pour rechercher des fractures cartilagineuses

42 traitement Grave: détresse respiratoire ou lésions importantes Trachéotomie Chirurgie: calibrage, réparation Pas grave: Surveillance Traitement médical : antalgiques, anti-inflammatoires Toute plaie perforante est explorée chirurgicalement

43 cancers des voies aéro-digestives supérieures

44 Voies aérodigestives supérieures (VADS) Regroupent les cavités aériennes et digestives: Cavité buccale Fosses nasales Sinus Pharynx Larynx Bouche oesophagienne

45 Rappel anatomique Carrefour aéro-digestif Axe respiratoire Axe digestif

46 Rappel anatomique

47 Rappel anatomique vue postérieure larynx épiglotte Os hyoïde Repli ary épiglottique Cartilage thyroïde Sinus piriforme Muscles aryténoïdiens Muscles aryténoïdiens Muscles cricoïdiens Cartilage cricoïde trachée

48 Rappel anatomique coupe frontale du larynx BASE DE LANGUE EPIGLOTTE Muscle thyro- aryténoïdien Cartilage thyroïde CORDE VOCALE Muscle crico aryténoïdien Muscle crico thyroïdien cartilage cricoïde Bande ventriculaire Muscle thyro-hyoïdien Ventricule laryngé Muscle vocal Ligament vocal GLOTTE Glande thyroïde TRACHEE

49 Rappel anatomique VUE SUPERIEURE DU LARYNX Epiglotte Bande ventriculaire Corde vocale Aryténoïde Commissure postérieure

50 Cancers des vads en France Problème de santé publique En europe la France est le pays avec taux d incidence le plus élevé (hommes et femmes)

51 Cancers des vads en France Même si diminution incidence depuis ème cancer chez l homme (16855 nouveaux cas par an) 5 ème cause de mortalité masculine 6309 décès par an (chiffres: revue santé publique 2003)

52 Cancers des vads Distinguer les cancers des fosses nasales, sinus et rhinopharynx Cancers cavité buccale, oropharynx, hypopharynx, larynx et bouche oesophagienne

53 Cancers sinus Retenir adénocarcinome de l ethmoïde Cancer rare Travailleurs du bois (maladie professionnelle) Obstruction nasale, saignements de nez, douleurs Extension vers la base du crâne

54 Pathologie rhinopharynx ( cavum) Chez l adulte: ( en fait à tout age) cancer du cavum = Carcinome indifférencié du rhinopharynx plus particulièrement patient d asie sud est et du maghreb Pas de lien avec tabac et alcool Infection virale constante associé virus Epstein Barr

55 Pathologie rhinopharynx ( cavum) cancer cavum Signes cliniques: cou: Adénopathies cervicales ( ganglions) car souvent diagnostic tardif Oreille: surdité unilatérale Nez: Obstruction nasale, épistaxis Nerfs: douleurs (névralgies, atteintes nerfs craniens)

56 Pathologie rhinopharynx ( cavum) cancer cavum

57 Pathologie rhinopharynx ( cavum) cancer cavum scanner irm

58 Cancers cavité buccale, oropharynx, hypopharynx, larynx et bouche oesophagienne Cancers épidermoïdes Facteurs de risque: tabac et alcool +++

59 Cancers cavité buccale, oropharynx, hypopharynx, larynx et bouche oesophagienne Signes d alerte Les 4 d : douleur, dysphagie, dyspnée, dysphonie Amaigrissement Adénopathie cervicale Attention: otalgie réflexe +++, odynophagie

60 Cancers cavité buccale, oropharynx, hypopharynx, larynx et bouche oesophagienne Penser au cancer d autant qu il s agit d un patient d age mûr (>50 ans), alcoolo-tabaggique, apparition des signes depuis + de 3 semaines

61 Cancers cavité buccale Lésion ulcérée Lésion bourgeonnante Douleurs alimentention et à la traction de la langue

62 Cancer oropharynx Attention aux lésions amygdaliennes unilatérales chroniques (3> semaines) = cancer Odynophagie (douleur mangeant) Otalgie réflexe +++ Adénopathies cervicales

63 cancer hypopharynx (sinus piriforme) Odynophagie (douleur mangeant) Dysphagie (gêne pour avaler) Dysphonie (gêne pour parler) Otalgie réflexe +++ Adénopathies cervicales

64 Pathologie hypopharynx scanner irm

65 cancers larynx Fumeurs +++ Corde vocale Tumeur du larynx étendue Dysphonie Dyspnée au stade évolué

66 Bilan d extension extension locale Régionale (ganglions) Général: métastases pulmonaires, hépatiques, cérébrales, osseuses, autres Mais aussi chercher d autres cancers simultanés avec les mêmes facteurs de risques (cancers synchrones) VADS, poumon,vessie

67 Bilan d extension Classification TNM T = tumeur I, II, III, IV (x si non classable) N= ganglions I, II (a,b,c), III (x si non classable) M= métasatases 0 ou 1 (x si non classable)

68 Bilan d extension Extension locale tumeur: Endoscopie sous anesthésie générale plus biopsies pour examen anatomopathologique Fibroscopie bronchique et oesogastrique (recherche de lésions synchrones) Scanner cervical parfois IRM (tumeur et adénopathies) et thoracique (métastases) Echographie hépatique ou scanner (métastases) PET scanner selon les cas

69 Annonce et décision thérapeutique dispositif d annonce du diagnostic 2 consultations médicales annonce et proposition thérapeutique 1 consultation paramédicale par infirmière de soins formée Décision en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP): Chirurgien ORL Radiothérapeute chimiothérapeute Discussion de la stratégie la plus adaptée en fonction extension locale, régionale (adénopathies) et générale (métastases), état général du patient et de son âge

70 Moyens thérapeutiques curatifs Chirurgie, Radiothérapie, Chimiothérapie Souvent associés

71 Radiothérapie externe principe: les cellules tumorales plus sensibles que les cellules saines qui vont récupérer, brûlure par rayons X Après la chirurgie En traitement seul pour les lésions très limitées (externe ou curithérapie) En association avec la chimiothérapie

72 Radiothérapie externe Pendant le traitement Brûlures peau (crème) Brûlures muqueuses= mucites (bains de bouche, coca cola) mycoses Séquelles Sécheresse bouche (atrophie des glandes salivaires) Oèdemes Radionécroses (cartilages, mandibule)

73 Radiothérapie externe Avant le traitement: Nécessite calculs dose et volume irradié (centrage) par le radiothérapeute Remise en état buccodentaire (à cause asialie avec risque caries accru)

74 Radiothérapie externe Nécessite calculs dose et volume irradié (centrage) par le radiothérapeute Délivrance 2 gray par séance, 1 séance par jour, 5 j sur 7, 10 gray par semaine Sur tumeur 70 Gy (7 semaines) Sur les aires ganglionnaires 50 Gy

75 chimiothérapie Principe: produit utilisé par voie veineuse qui va enrayer la division cellulaire en bloquant certaines étapes (synthèse de l ADN, de l ARN, synthèse protéines) Effets secondaires: s attaquent aux cellules de l organisme en division : chute cheveux, diminution des cellules sanguines, effets digestifs par destruction des cellules digestives Améliorer la tolérance: injections par cures ou continues par pompes

76 chimiothérapie pour les cancers des VADS la chimiothérapie ne peut guérir à elle seule le cancer Association avec radiothérapie ( sensibilise cellules aux rayons) À visée palliative

77 chimiothérapie Chimiorésistance Cellules cancéreuses développent des mécanismes de défenses face à la chimiothérapie Implique changement de molécule

78 chimiothérapie Produits utilisés Cysplatyl 5FU = le standard Taxotère = souvent 2 ème ligne Erbitux Anticorps spécifique des cellules tumorales épidermiques

79 chimiothérapie Mise en place d un site implantable Attention insuffisance rénale (cysplatyl) Attention insuffisance cardiaque 5 FU

80 chimiothérapie Effets en ORL: Mucite: destruction des cellules muqueuses, brûlures en mangeant, nausées, mycoses, infections locales, faire des bains de bouche Toxicité cutanée erbitux

81 Moyens thérapeutiques adjuvants Traitement de la douleur (recours facile à la morphine) Mise en place d une gastrostomie pour faciliter l alimentation Soutien psychologique

82 chirurgie Principe enlever toute la tumeur et les ganglions (curage ganglionnaire)

83 chirurgie Résécabilité: la tumeur peut elle être enlevée avec des marges satisfaisantes? Opérabilité: état général du patient, séquelles prévisibles Notion d atteinte fonctionnelle: phonation, déglutition, respiration Rançon esthétique

84 Chirurgie = traitement des aires ganglionnaires Enlever les métastases présentes À visée préventive C est le curage ganglionnaire

85 Groupes ganglionnaires

86 Curages Radical non conservateur veine jugulaire interne, muscle sternocleidomastoidien nerf spinal Fonctionnel (radical modifié) Le plus souvent

87 Chirurgie de la tumeur Exérèse: langue: glossectomie oropharynx: bucco-pharyngectomie Larynx: laryngectomie Hypopharynx: pharyngo-laryngectomie Reconstruction: utilisation de lambeaux musculaires ou musculocutanés pour fermer perte de substance

88 Laryngectomie totale Laryngectomie totale si tumeur évoluée, suppression du carrefour aérodigestif

89 Laryngectomie totale Laryngectomie totale si tumeur évoluée, suppression du carrefour aérodigestif Abouchement total et définitif de la trachée à la peau = trachéostomie à ne pas confondre avec trachéotomie Dans la trachéostomie on sépare définitivement l axe respiratoire de l axe digestif

90 Laryngectomie totale Mise en place d une sonde nasogastrique 10 à 15 j pour permettre cicatrisation hypopharynx Car sinon risque pharyngostome (salive coule par la peau)

91 Soins après laryngectomie totale Réfection pansement pendant env 8 j Alimentation: sonde nasogastrique 10 à 15 j Antibiotiques et corticoïdes Soins de trachéostomie: Aérosols et humidification (éviter bouchons) Nettoyage canule et aspirations Retrait canule 3 mois puis nez artificiel = filtre Réeducation orthophonique

92 Laryngectomies partielles Si tumeur limitée laryngectomie partielle qui consiste à enlever la zone tumorale Corde vocale, 2 cordes vocales, épiglotte, aryténoïde, moitié du larynx en conservant les fonction du larynx = chirurgie fonctionnelle (déglutition, phonation, respiration)

93 Laryngectomies partielles cordectomie Cordectomie laser Avantages suites simples: pas de trachéotomie, ni sonde nasogastrique

94 Laryngectomies partielles On enlève la zone tumorale et on reconstruit en suturant les cartilages et l os hyoide restant (suture = pexie) Au cours de la chirurgie: trachéotomie temporaire (5 à 7 j) est réalisée Mise en place d une sonde nasogastrique 15 j à 1 mois

95 Laryngectomies partielles Laryngectomie frontale antérieure reconstructive (Tucker) CHEP: crico-hyo-epiglottopexie (Majer Piquet) CHP: crico-hyopexie (Labayle) Laryngectomie sus glottique

96 Soins après laryngectomie partielle Réfection pansement pendant env 8 j Alimentation: Gastrotomie ou sonde naso gastrique Reprise alimentation après contrôle radio (recherche fausses routes) 15 j à 3 semaines Antibiotiques et corticoïdes Soins de trachéotomie: Aérosols et humidification (éviter bouchons) Nettoyage canule et aspirations Retrait canule 8 à 10j orthophonie

97 Réhabilitation vocale après laryngectomie Laryngectomie partielle Réeducation orthophonique pour améliorer la voix et la déglutition Laryngectomie totale Pas de problème en règle de déglutition sauf rétrecissement (sténose) Orthophonie

98 Réhabilitation vocale après laryngectomie totale Voix oesophagienne = parler en rotant

99 Réhabilitation vocale après laryngectomie totale Voix à l aide d un implant phonatoire

100 Réhabilitation vocale après laryngectomie totale laryngophone

101 Merci et bon courage Coordonnées: O Coulet Secrétariat Secrétariat directrice de soins

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info)

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info) Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie Pharmacie 2 année Dr Sophie Figon, Département de Médecine générale de Lyon Abréviations Info = pour info : ne sera pas demandé à

Plus en détail

Les cancers des voies aérodigestives supérieures

Les cancers des voies aérodigestives supérieures INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers des voies aérodigestives supérieures G R A N D P U B L I C Cancers des Voies Aérodigestives Supérieures (VADS) Généralités Sommaire > Localisation des cancers des VADS.....

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX 1-Le frontal Dr F. Philip 02/2014 ANATOMIE TETE Crâne osseux PLAN 4 MEDIANTS-2 LATERAUX PAIRES -LES 14 OS DE LA FACE Face Anatomie Innervation (V VII) COU GLANDES Thyroïde -parathyroïdes Glandes salivaires

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY Rhinologie Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY APPAREIL NASAL : pyramide nasale + fosses nasales! Pyramide nasale: Squelette osteocartilagineux os propres du nez, cartilages triangulaires et alaires)!

Plus en détail

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx.

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. OBJECTIFS savoir diagnostiquer une tumeur de l oropharynx apprécier les signes de gravité et les facteurs pronostiques l'étudiant doit connaître les stratégies

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie Dr Cloé Hupin L endoscopie en ORL Otologie Rhinosinusologie Laryngologie Glandes salivaires Rappel anatomique : oreille Rappel anatomique : nez et sinus Rappel anatomique

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale et des voies aérodigestives

Cancers de la cavité buccale et des voies aérodigestives Cancers de la cavité buccale et des voies aérodigestives supérieures (145) M. Zanaret, J.L. Blanc, R. Giudicelli, T. Pignon et M.A. Chrestian Mai 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de la cavité

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge des cancers des voies aéro-digestives supérieures

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge des cancers des voies aéro-digestives supérieures G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge des cancers des voies aéro-digestives supérieures Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers des voies aérodigestives supérieures

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers des voies aérodigestives supérieures Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers des voies aérodigestives supérieures G R A N D P U B L I C Janvier 2009 LES CANCERS DES VOIES AÉRODIGESTIVES

Plus en détail

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients Si vous avez un cancer du larynx, il y a sans doute beaucoup de questions qui vous viennent à l esprit, comme : Qu est-ce qui arrive maintenant? Quels traitements sont offerts? En quoi votre vie changera-t-elle

Plus en détail

Validation des Aptitudes du Candidat par ses Maîtres de Stage

Validation des Aptitudes du Candidat par ses Maîtres de Stage Validation des Aptitudes du Candidat par ses Maîtres de Stage!!! Document à faire remplir et conserver durant toute la durée de votre formation, qu il faudra rendre au SPF lors de votre demande d agrément!!!

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT. LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DES Voies Aéro-Digestives Supérieures

MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT. LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DES Voies Aéro-Digestives Supérieures FICHES INFO THERAPIE MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DES Voies Aéro-Digestives Supérieures Ce document a été élaboré par les membres du bureau de la SFjRO avec l'aide de

Plus en détail

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil DC3 - DC4 CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES Professeur Claude Beauvillain de Montreuil On désigne sous le terme de Cancer des Voies Aérodigestives Supérieures (VADS) les cancers

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

La radioanatomie du larynx. NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca.

La radioanatomie du larynx. NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca. La radioanatomie du larynx NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca. Maroc Plan I- Introduction II- Rappel anatomique du larynx 1- Limites

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES

REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES REFERENTIEL DES PAYS DE LA LOIRE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERO-DIGESTIVES SUPERIEURES Janvier 2006 1 Ce référentiel a été révisé en présence des médecins ci-dessous : - Dr Etienne

Plus en détail

Les CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES GENERALITES

Les CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES GENERALITES Les CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES GENERALITES OBJECTIFS EDUCATIONNELS - 1- Connaître les données épidémiologiques des cancers des VADS - 2- Les différents éléments cliniques et thérapeutiques

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Les cancers du nez, de la bouche et de la gorge

Les cancers du nez, de la bouche et de la gorge LE JOURNAL DE COMPRENDRE POUR AGIR CONTRE LE CANCER COMPRENDRE POUR AGIR CONTRE LE CANCER Les cancers du nez, de la bouche et de la gorge # 62ter JUIN 2005 1,25 - ISSN 1145-9131 S. Laure / Institut Curie

Plus en détail

Item 145. Tumeurs de la cavité buccale et des voies aérodigestives. Objectifs pédagogiques

Item 145. Tumeurs de la cavité buccale et des voies aérodigestives. Objectifs pédagogiques Item 145. Tumeurs de la cavité buccale et des voies aérodigestives supérieures. I. EPIDEMIOLOGIE II. TRAITEMENT III. DIAGNOSTIC ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE IV. SUIVI POST-THERAPEUTIQUE V. PREVENTION VI.

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

POLYCOPIES DES COURS d ORL Faculté de médecine d Angers

POLYCOPIES DES COURS d ORL Faculté de médecine d Angers POLYCOPIES DES COURS d ORL Faculté de médecine d Angers Pr Laccourreye 2 INTRODUCTION La réforme du 2 e cycle des études médicales a provoqué un «éclatement» de l enseignement de l otorhinolaryngologie.

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

DISPOSITIFS MEDICAUX DE L ABORD ORL. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest

DISPOSITIFS MEDICAUX DE L ABORD ORL. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest DISPOSITIFS MEDICAUX DE L ABORD ORL Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest PLAN 2 INTRODUCTION L OREILLE LE NEZ LA CHIRURGIE LE PANORAMA DU

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE LARYNX Le larynx est un conduit aérien qui joue un rôle essentiel dans la phonation mais aussi dans la respiration. Suite au larynx, se trouve la glotte, une zone rétrécie qui délimite les voies aériennes

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostics nombreux +++ Nécessité d un examen ORL complet à la recherche d une porte d entée ORL Chirurgien ORL et cervicofacial Examen

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prévention bucco-dentaire Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mise à jour mai 2010 CCAS - Prévention bucco-dentaire - Par le Docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008 RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008 COMITE DE REDACTION ET DE LECTURE Pr Claude KRZISCH, Pr Vladimir STRUNSKI Dr Benoît BATTEUR,

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

ORL LES FOSSES NASALES

ORL LES FOSSES NASALES ORL LES FOSSES NASALES Frédéric MARTIN I - ANATOMIE Deux parties: 1) LA PYRAMIDE NASALE a) La partie osseuse Les os propres du nez b) La partie cartilagineuse Deux parties:. Les cartilages latéraux. La

Plus en détail

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT L amygdalectomie consiste en l ablation des amygdales (ou tonsilles palatines). Elle pourrait être associée (dans 43% des cas) à

Plus en détail

Radio-Anatomie de la sphère ORL

Radio-Anatomie de la sphère ORL Radio-Anatomie de la sphère ORL J A C Q U E S F O U R Q U E T I N T E R N E E N R A D I O T H E R A P I E T U T E U R : D R C A L L O N N E C D E S C A R C I N O L O G I E C E R V I C O - F A C I A L E

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Les cancers du larynx

Les cancers du larynx A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS Transverse : ORL NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS I/- Les traitements locaux sinusiens. Le nettoyage des fosses nasales : Il est nécessaire avant toute administration locale de médicaments (aérosol, gouttes,

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par l énorme

Plus en détail

Le protecteur buccal : tout à fait génial!

Le protecteur buccal : tout à fait génial! Le scellement des puits et fissures : bien sûr! Les crevasses des surfaces masticatrices emprisonnent facilement les débris d aliments et les bactéries, favorisant ainsi la carie. Dès que les premières

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com HUILE ESSENTIELLE DE BASILIC TROPICAL Revigorante et vitalisante, tonique puissante du système nerveux. Digestive, antispasmodique. Stress, fatigue, dépression, insomnie Flatulence, indigestion, nausée,

Plus en détail

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie de la loge parotidienne Anatomie des branches du nerf facial Résumé :

Plus en détail

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon LIVRET D INFORMATIONS CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon 04.72.17.26.26 Accès bus : C6, 89, C14, 66, 19 RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE Accès

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Anatomie et Exploration des VAS

Anatomie et Exploration des VAS Stanford Anatomie et Exploration des VAS M. Blumen Foch Centre Médical Veille Sommeil Concepts généraux : Pharynx 3 étages Nasopharynx Oropharynx haut Oropharynx bas Hypopharynx Concepts généraux : les

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet Université Pierre et Marie Curie Cancérologie Niveau DCEM3 2002-2003 Service de radiothérapie - Professeur Baillet Mise à jour : 5 octobre 2015 2/298 Cancérologie - Service de radiothérapie - Pr. Baillet

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

«PRENDRE LE CANCER A LA GORGE»

«PRENDRE LE CANCER A LA GORGE» «PRENDRE LE CANCER A LA GORGE» Sous l égide de Le livre blanc du cancer de la tête et du cou* Un cancer «curable» qui tue plus de la moitié de ceux qui en sont atteints il est temps de faire quelque chose

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons III. LES 1 Les accidents barotraumatiques (voir annexes page A4). En plongée, du fait de l augmentation de la pression (Loi de Mariotte), les cavités remplies d air peuvent nous poser des problèmes : La

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Introduction O.Filleul et all. Bulletin du cancer 2011;8:11-12 Introduction O.Filleul et

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Docteur, j ai pris froid!

Docteur, j ai pris froid! Dr j ai pris froid: Objectifs Docteur, j ai pris froid! Jean-Paul Humair Avec la contribution de MC Kramer Colloque SMPR 21.12.2011 Connaitre l épidémiologie des infections des voies respiratoire sup (IVRS)

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

LE NEZ, LES CAVITÉS PARANASALES ET LES VOIES RESPIRATOIRES

LE NEZ, LES CAVITÉS PARANASALES ET LES VOIES RESPIRATOIRES LE NEZ, LES CAVITÉS PARANASALES ET LES VOIES RESPIRATOIRES SUPÉRIEURES Cours pré-doctoraux O.R.L. Université de Montréal Préparé par Dr Antoine Azar et par Dr Lyne Desnoyers ORL, CHUM-St-Luc Présentation

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203 .(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3 .( @.*" '!%2"+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!

.( /.*!0) %1 2+ %#(3004) 05' 203 .(.*0+ ) '!2+ %#(30+ 0!%) 4!%2) 3 .( @.* '!%2+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2+ 16 3047! !"#! $ %#&' (!"#$!% & % ' (!%' ) )''! *)+* *! %#"+, ' ( ', -) " *.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203.(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3.( -.* %)!(2"+ %#(30! &' 4!!%.+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!%(%' 0.(89.*

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail