LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD"

Transcription

1 UNIVERSITE RENE DESCARTES PARIS V FACULTE COCHIN PORT ROYAL LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD Etude descriptive des pratiques professionnelles de Médecins Coordonnateurs dans 27 EHPAD d un groupe privé associatif Par le Docteur Audrey GUEDJ ROUAH DIPLOME INTER UNIVERSITAIRE «Formation à la fonction de Médecin Coordonnateur d Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes» Année Universitaire 2012/2013 Directeur: Dr François DEPARIS

2 REMERCIEMENTS Aux Directeurs de l enseignement : Pr Anne-Sophie Rigaud, Pr Françoise Forette, Pr François Piette, Nous vous remercions d avoir créé et dirigé ce diplôme. Que ce travail soit l expression de notre gratitude et notre profond respect. A tous les membres du Conseil pédagogique du diplôme et responsables de l enseignement : Pr Anne-Sophie Rigaud, Dr Serge Reingewirtz, Dr Jean-Claude Malbec, Nous vous sommes très reconnaissants de la qualité de l enseignement dispensé. Veuillez trouver ici, l expression de nos remerciements et de notre admiration. A tous les membres du Jury, Vous nous faites l honneur de bien vouloir considérer notre travail. Veuillez accepter l expression de notre reconnaissance et de notre grand respect. A notre Maitre et Directeur de mémoire : Dr François Deparis, Vous nous faites l honneur de bien vouloir diriger ce mémoire. Vos conseils avisés et votre aide ont su donner tout son intérêt à ce travail. A mes parents, ma famille et amis, Merci pour votre aide, votre soutien et vos encouragements permanents, qui m ont permis de mener à bien ce travail. 2

3 TABLE DES MATIERES I. EPIDEMIOLOGIE...6 A. PREVALENCE ET MORBIMORTALITE...6 II. DEFINITION...6 A. LA DEGLUTITION...6 B. DYSPHAGIE...6 C. FAUSSE ROUTE...7 III. ANATOMIE...7 IV. PHYSIOLOGIE...8 A. 3 PHASES DE DEGLUTITION...8 B. MODIFICATION DE LA DEGLUTITION AU COURS DU VIELLISSEMENT : PRESBYPHAGIE...9 V. ETIOLOGIES ET PATHOLOGIES A RISQUE DE TROUBLES DE LA DEGLUTTIION A. PATHOLOGIES NEUROLOGIQUES ET MUSCULAIRES B. PATHOLOGIES STOMATOLOGIQUES C. PATHOLOGIES ORL D. PATHOLOGIES IATROGENES E. PATHOLOGIES GENERALES VI. CONSEQUENCES ET COMPLICATIONS DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION VII. DEMARCHE DIAGNOSTIQUE A. SIGNES D ALERTE B. DIAGNOSTIC CLINIQUE INTERROGATOIRE EXAMEN CLINIQUE C. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

4 VIII. MODALITES DE PRISE EN CHARGE : MESURES DE PREVENTION A. HYGIENE BUCCODENTAIRE B. MESURES D ALIMENTATION C. REGIMES ALIMENTAIRES D. REEDUCATION E. MESURES D URGENCE F. ALIMENTATION ARTIFICIELLE IX. ETUDE : PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPA 27 A. CONTEXTE ET BUT DE L ETUDE B. METHODOLOGIE C. QUESTIONNAIRE SUR LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION D. RESULTATS DESCRIPTION DE LA POPULATION ETUDIEE EVALUATION DE LA POPULATION A RISQUE DANS LES EHPAD EVALUATION DE LA DEMARCHE DIAGNOSTIQUE EVALUATION DES MODALITES DE PRISE EN CHARGE EVALUATION DES DIFFICULTES POUR LE RESPECT DES REGIMES E. DISCUSSION F. PROBLEMATIQUE ET PERSPECTIVES D AVENIR

5 INTRODUCTION Les troubles de la déglutition chez la personne âgée représentent un véritable problème de santé publique, par leur fréquence et leur gravité, avec des conséquences sur la morbimortalité des sujets âgés. En effet, leur prévalence augmente avec l âge et chez les sujets institutionnalisés, pouvant atteindre jusqu à 30 à 60%.(1) Pourtant cette pathologie est sous-évaluée, peu diagnostiquée et insuffisamment pris en charge. Sa symptomatologie étant peu spécifique, le diagnostic est difficile, avec des causes multiples, chez des sujets fragiles poly pathologiques. Ces troubles sont cependant responsables de complications sévères tels que fausses routes, pneumopathies d inhalation et dénutrition, souvent responsables de mortalité en institution, mais aussi d un isolement social et d une altération de la qualité de vie. La prise en charge des troubles de la déglutition, nécessite une approche multidisciplinaire, pour les reconnaitre, les caractériser et proposer des mesures thérapeutiques adaptées optimales. (1) En EHPAD, le médecin coordonnateur a un rôle essentiel dans la prévention de ce risque, qui fait partie de sa fonction de prise en charge nutritionnelle et infectieuse, son but étant de lutter contre les complications aigues et chroniques potentielles. Dans ce contexte, plusieurs interrogations peuvent être soulevées concernant la gestion des troubles de la déglutition par le médecin coordonnateur en EHPAD : - Quel profil de résidents à risque est-il amené à évaluer. - Quelle démarche diagnostique, clinique et para clinique, est-il en capacité de réaliser. - Quelles modalités de prise en charge peut-il mettre en place en EHPAD. - Quelles difficultés, dans sa pratique quotidienne, est-il susceptible de rencontrer pour limiter ce risque. C est pour tenter de répondre à ces interrogations, qu une étude a été réalisée auprès de 27 EHPAD d un groupe privé associatif à but non lucratif en région parisienne. Le but étant d évaluer les pratiques et de les comparer aux recommandations officielles. L objectif étant de mettre en évidence des axes d amélioration pour une meilleure prise en charge des troubles de la déglutition et d augmenter ainsi le niveau de sécurité et surtout de qualité de vie des résidents en EHPAD. 5

6 I. EPIDEMIOLOGIE A. PREVALENCE ET MORBIMORTALITE Les troubles de la déglutition se rencontrent fréquemment chez les personnes âgées et davantage si celles-ci sont institutionnalisées. Bien que médecins gériatres et généralistes y soient souvent confrontés, ces anomalies restent mal connues et insuffisamment pris en charge. Le début est parfois insidieux sur plusieurs années et le patient peut avoir développé des techniques compensatoires et masqué son problème à l entourage. Ces troubles sont alors souvent révélés par leurs manifestations les plus démonstratives: fausse route, pneumonie d inhalation, dénutrition protéino-calorique. Il existe néanmoins des symptômes moins visibles dont la répercussion sur la qualité de vie et l état général de la personne ne sont pas à négliger. Dans de nombreux cas, le diagnostic est difficile à établir et souvent posé de façon tardive. (2) La prévalence des troubles de la déglutition dans la population âgée n est pas connue avec précision; les données disponibles divergent fortement d une étude à l autre. Cependant, leur fréquence semble élevée et ce, davantage chez les patients souffrant d états polypathologiques et séjournant en maison de repos. Citant différents auteurs, Greuillet et Couturier évoquent une prévalence allant de 12 à 68% au sein de populations de personnes âgées institutionnalisées. Quant aux patients vivant au domicile, une étude réalisée par questionnaire a révélé que 10 à 16% d entre eux présentaient des symptômes de dysphagie. (3) Les troubles de déglutition sont donc fréquents et la prévalence augmente avec l âge, de 9 % pour les sujets âgés de 65 à 74 ans vivants à domicile à 28 % après 85 ans. En institution, elle atteint 30 à 60 %. (1) Les troubles de la déglutition sont responsables de 4000 décès par an en France. (4) II. DEFINITION A. LA DEGLUTITION Ensemble des actes qui assure le transport des aliments, des liquides, de la salive et des mucosités nasales de la cavité buccale à l estomac. Nous réalisons en moyenne 2000 déglutitions/jour. B. DYSPHAGIE Du grec, Dys : difficulté, Phagein : manger. 6

7 On définit un trouble de la déglutition comme «un trouble du transfert de la nourriture de la bouche vers l estomac en passant par le pharynx et l œsophage.» Cette difficulté à avaler peut parfois avoir des conséquences graves comme la fausse route également appelée «fausse déglutition» qui peut amener à l étouffement. C. FAUSSE ROUTE Tout passage accidentel d aliments (solides ou liquides), de salive ou de mucosités nasales dans la trachée puis les poumons au lieu d aller dans le tube digestif. Les fausses routes sont dangereuses car elles peuvent être à l origine de graves pneumopathies voire d un étouffement. La Fausse Route se manifeste le plus souvent par une toux reflexe qui représente une tentative d expectoration. Le réflexe de toux permet d expulser les aliments inhalés accidentellement, c est un mécanisme de protection des voies respiratoires. Chez la personne âgée, ce réflexe perd de sa sensibilité, en effet, un grand nombre de fausses routes sont «silencieuses» et passent inaperçues, avec une augmentation des risques d infections pulmonaires, qui peuvent, à long terme, engager le pronostic vital de la personne. III. ANATOMIE La voie respiratoire et la voie digestive se juxtaposent au niveau du Pharynx. Nécessité donc de mécanismes de protection des voies aériennes pendant la déglutition. (cf. schéma A) 7

8 IV. PHYSIOLOGIE Sur le plan physiologique, la déglutition est un phénomène complexe impliquant de nombreuses structures anatomiques et fonctionnelles (neurologiques, musculaires, osseuses, etc.) au niveau cérébral, buccal, pharyngé et œsophagien. (5) A. 3 PHASES DE DEGLUTITION La déglutition a un rôle fondamental. Elle permet le transport des aliments de la bouche jusqu à l estomac tout en assurant la protection des voies respiratoires. Elle participe également à l élimination des sécrétions rhino-pharyngées, trachéales et salivaires. Classiquement, l acte d avaler est décrit en trois phases successives : buccale, pharyngée et œsophagienne. La phase buccale préparatoire est volontaire et automatique. Deux actions chronologiques se succèdent lors de cette phase : la préparation du bol alimentaire et sa propulsion vers le pharynx. La préparation du bol alimentaire se réalise grâce à la salivation et à la mastication (pour laquelle interviennent les dents, les muscles masticateurs, la langue, les lèvres et les joues). Les aliments sont maintenus en bouche grâce à l action de deux sphincters : le sphincter buccal antérieur constitué par la fermeture des lèvres et le sphincter buccal postérieur créé par le rapprochement du voile du palais et de la base de langue. Le premier évite le bavage et le second empêche le passage prématuré des aliments vers le pharynx. La phase pharyngée se déclenche de façon réflexe lorsque le bol alimentaire atteint l isthme du gosier. Ainsi, les aliments sont transportés à travers le pharynx jusqu au sphincter supérieur de l œsophage. La protection des voies aériennes est assurée par l inhibition respiratoire centrale et une série de mécanismes complexes: le voile du palais s élève pour fermer la partie nasale du pharynx, la racine de la langue recule pour protéger le larynx en abaissant l épiglotte, les cordes vocales et les bandes ventriculaires s étant au préalable refermées. La phase oesophagienne, dernière étape du phénomène de déglutition, est essentiellement réflexe. Le bol alimentaire est entraîné par le péristaltisme œsophagien vers la partie distale de l œsophage où le sphincter inférieur autorise la pénétration dans l estomac. (2) (cf. schéma B) 8

9 B. MODIFICATION DE LA DEGLUTITION AU COURS DU VIELLISSEMENT : PRESBYPHAGIE La dysphagie est communément associée à l âge et pourtant les principales études concernant les sujets âgés sains ne mettent pas en évidence une augmentation significative des troubles de déglutition. Néanmoins, les processus physiologiques du vieillissement n épargnent pas la déglutition. Ils modifient l ensemble des structures bucco-dentaires, pharyngées, laryngées et œsophagiennes y participant. C est ce que l on appelle la presbyphagie. Cette dernière présente des caractéristiques particulières : un allongement du temps oral, un retard de déclenchement du réflexe de déglutition, une augmentation du seuil de sensibilité de la toux, une diminution du péristaltisme pharyngé et des troubles de relaxation du sphincter supérieur de l œsophage. (2) (Tableau I) Malgré ces modifications, la sécurité du temps oro-pharyngé ne semble pas compromise du moins lorsque la personne est en bonne santé et relativement autonome. Ces changements sont généralement bien compensés. Cependant, ils peuvent mettre le sujet âgé en difficulté lorsqu il est confronté à des sources d agression multiples qui cumulent leurs effets. Lorsque le potentiel de réserve du sujet âgé est altéré, alors apparaît une véritable dysphagie. C est ce qui explique une prévalence élevée chez les patients partiellement ou totalement dépendants, poly déficients et institutionnalisés. (6) Les modifications de la déglutition chez le sujet âgé sont donc dominées par le ralentissement des phases buccales et pharyngées de la déglutition. Le vieillissement en lui-même peut altérer la physiologie de la déglutition mais, ces modifications sont en général discrètes, habituellement compensées et ont peu de conséquences chez le sujet âgé en bonne santé. En revanche, elles modifient le potentiel de réserve du sujet âgé, qui risque de décompenser lors d une agression. (5) 9

10 Tableau I. Modifications physiologiques de la déglutition au cours du vieillissement. (2) 1. Phase buccale Trouble de l habileté motrice, difficultés pour gérer les aliments dans l assiette et les mettre en bouche. Augmentation de la durée du repas, réduction des prises alimentaires Altération du goût (perte physiologique de 60% des bourgeons du goût) et de l odorat Modification du plaisir et de l intérêt alimentaire. Difficultés de mastication (édentation, vieillissement de l articulation temporo-mandibulaire) Préparation du bol alimentaire prend plus de temps pour un résultat moins homogène Trouble de l insalivation Bol alimentaire moins homogène et pro- pulsion moins efficace Invagination et trouble du tonus labial Moins bon contrôle du bol en bouche, favorise le bavage Perte de sensibilité linguale et diminution des mouvements antéro- postérieurs. Stases buccales, moins bon contrôle en bouche, risque de fuites prématurées vers le pharynx. 2. Phase pharyngée Perte de sensibilité bucco-pharyngée, seuil de détection des stimuli plus élevé et donc retard de déclenchement du réflexe de déglutition Réflexe de toux déprimé, risque de fuite prématurée vers le pharynx. Ossification des cartilages laryngés Diminution de l amplitude laryngée Diminution du péristaltisme pharyngé Diminution de la durée du transit, stases dans les vallécules et sinus piriformes nécessitant des déglutitions multiples. 3. Phase œsophagienne Trouble de la relaxation du sphincter supérieur de l œsophage, trouble du péristaltisme œsophagien Sensation de blocage. 10

11 V. ETIOLOGIES ET PATHOLOGIES A RISQUE DE TROUBLES DE LA DEGLUTTIION La physiologie complexe explique la multiplicité des étiologies. (7) Chez le sujet âgé, les troubles de la déglutition sont influencés par de nombreuses pathologies organiques mais aussi, par des causes iatrogènes de fréquence non négligeable. (12) (Tableau II) A. PATHOLOGIES NEUROLOGIQUES ET MUSCULAIRES Au premier plan chez le sujet âgé, se trouvent les affections neurologiques. La Pathologie Vasculaire Cérébrale : La pathologie vasculaire cérébrale est associée à l incidence la plus élevée de dysphagie. Les accidents vasculaires cérébraux sont responsables de 40 à 70% des troubles de la déglutition. (2) Les troubles de la déglutition sont observés au stade initial chez 19 à 79% des AVC, ils persistent chez un quart des malades dans les 6 mois après l AVC. Les pneumopathies d inhalation représentent la 3eme cause de décès dans le premier mois suivant l AVC. Elles concernent 9% des patients dans la semaine suivant l AVC et 20% dans les 6 mois. Leurs fréquences augment avec l âge des patients. Les risques de bronchopneumonies chez les patients souffrant d un accident vasculaire cérébral sont sept fois plus élevés que dans la population générale et persistent à distance de l épisode aigu. (8, 9) Les Maladies Neuro-dégénératives : Démences et Syndromes Parkinsoniens : Les maladies neuro-dégénératives, telles les démences et les syndromes parkinsoniens, provoquent quant à eux, dans plus de la moitié des cas (entre 50 et 90% des cas) des troubles de la déglutition. (10, 11) Au cours de la maladie de Parkinson, ces symptômes sont souvent fluctuants, ils s aggravent avec le stade et l ancienneté de la maladie. La dysphagie du sujet Parkinsonien, peut gêner la prise médicamenteuse, entrainer un encombrement bronchique et des infections respiratoires, qui sont parmi les trois premières causes de décès au cours de la maladie. Parmi les malades Parkinsoniens avec troubles de la déglutition, 20 à 50 d entre eux ont une cachexie et des pneumopathies d inhalation. (2) Dans la maladie d Alzheimer au stade avancé, des perturbations multiples de la fonction de déglutition sont observées : absence de mastication, difficultés pour la prise des liquides, 11

12 mauvais contrôle lingual, oubli de déglutir, blocages alimentaires, reflexe de succion et fausses routes. Les traitements peuvent majorer ces troubles.. Chez ces patients s ajoutent des troubles du comportement alimentaire. Très souvent, l alimentation est assurée par un tiers, ce qui majore encore les risques d inhalation. (2) Les troubles de la déglutition sont donc extrêmement fréquents chez les sujets déments en institution. A part les Tumeurs Cérébrales, les Traumatismes Crâniens Et les atteintes Musculaires et Neuromusculaires : Myasthénies, Myopathies B. PATHOLOGIES STOMATOLOGIQUES Les troubles masticatoires, liés à la baisse d efficience musculaire et surtout à l édentation alterent les performances musculaires. Il y a une corrélation entre la réduction du nombre d unités fonctionnelles masticatoires et l existence de difficultés pour la mastication et la déglutition. Les sujets porteurs de dentiers complets amovibles ont une efficience masticatoire réduite de 30 à 75% par rapport aux sujets à dentition intacte. La xérostomie ou sècheresse buccale est fréquente chez la personne âgée. En fait, la fonction salivaire est conservée chez le sujet en bonne santé mais son altération relève de facteurs associés : médicaments, déshydratation, diabète, respiration bouche ouverte L hyposialie peut entrainer une dysgueusie, des glossodynies, des sialadenites, des fissurations de la muqueuse buccale, une mauvaise haleine, des caries dentaires, des troubles de la mastication et de la déglutition. (12) Une hygiène buccale altérée est également un facteur de risque. Il faut savoir que les personnes âgées ont une augmentation de la colonisation de l oropharynx par des germes pathogènes. Les inhalations de salive colonisée peuvent donc, à elles seules, provoquer une bronchopneumonie. (2) C. PATHOLOGIES ORL Plusieurs maladies ORL peuvent être à l origine de troubles de la déglutition : Tumeurs de la cavité buccale et des voies aérodigestives supérieures, Diverticule de Zenker, Osteophyte cervicale, Candidoses oropharyngées (12) 12

13 D. PATHOLOGIES IATROGENES On retrouve des séquelles de gestes chirurgicaux ou de traitements radio thérapeutiques, des perturbations secondaires aux sondes d intubation trachéales ou sondes naso-gastriques Le retentissement des médicaments sur la déglutition passe par différents mécanismes : - par xérostomie ou un défaut de production salivaire comme c est le cas de tous les traitements anticholinergiques (antihistaminiques, antidépresseurs tricycliques, neuroleptiques, anti émétiques, agents contenant de l atropine, anti diarrhéiques, antiparkinsoniens et diurétiques ). - par dyskinésies, dystonies, syndrome extrapyramidal iatrogène, neuropathies (aminosides), myopathies (corticoïdes, colchicine, hypolipemiants), ou par altération de la sensibilité bucco pharyngée (stomatites toxiques, immunoallergiques). (12) - par sècheresse buccale ou candidoses oropharyngées comme tous les traitements inhalés (décongestionnants ORL, vasoconstricteurs, corticoïdes, mucolytiques ou fluidifiants ). - par altération ou dépression du système nerveux central et du niveau de vigilance (benzodiazépines, anticonvulsivants, antipsychotiques, opiacés, lithium ). - On compte aussi des traitements agissant sur le sphincter inferieur de l œsophage et provoquant un reflux gastro œsophagien (théophylline, dérivés nitrés, inhibiteurs calciques ) ou provoquant une œsophagite (antiinflammatoires non stéroïdiens, corticoïdes, biphosphonates ). (4) E. PATHOLOGIES GENERALES Les troubles métaboliques : Diabète, Dysthyroidies, Cushing, Amylose La dénutrition et la dysphagie s aggravent mutuellement dans un véritable cercle vicieux. La déshydratation perturbe la déglutition en retentissant sur le niveau de conscience et en altérant la muqueuse oro-pharyngée. Dans les situations de fin de vie, les troubles de la déglutition sont fréquents et multifactoriels : pathologies neurologiques ou ORL, médicaments, cachexie, asthénie, troubles de la vigilance (12) 13

14 Tableau II. Principales pathologies pouvant altérer la déglutition chez le sujet âgé. (12) Affections neurologiques Pathologies vasculaires cérébrales Maladies de Parkinson et affections dégénératives apparentées Maladie d Alzheimer Tumeur du SNC Traumatismes crâniens Sclérose latérale amyotrophique Sclérose en plaque Chorée de Huntington Syndrome de Guillain Barré et neuropathies périphériques Affections musculaires Myasthénies Myopathies Poly myosites, Affections ORL Tumeur de la cavité buccale, pharynx, larynx, œsophage Compression extrinsèque (thyroïde, adénopathies.) Ostéophytes cervicaux compressifs Diverticule de Zenker Candidose oro-pharyngée Pathologies iatrogènes Suites chirurgicales ORL, vasculaires, rachidiennes, neurologiques Radiothérapies cervicale Présence de matériel endoluminal ORL Médicaments Divers Diabète Dysthyroidies Sarcoïdose Amylose Maladie de Whipple Syndrome de Gougerot Sjogren et autres connectivites Déshydratation, dénutrition Affections psychiatriques Fin de vie 14

15 F. CONSEQUENCES ET COMPLICATIONS DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION Les troubles de la déglutition peuvent être responsables de complications, facteurs importants de mortalité et altèrent par ailleurs la qualité de vie. (12) On note parmi les complications : - Les Dysphagies brutales ou Fausses Routes par inhalation de corps étrangers avec tableau classique de pénétration, toux, dyspnée inspiratoire, cyanose et désaturation, engageant au maximum le pronostic vital immédiat en provoquant un arrêt respiratoire, une syncope et un décès. D où l importance de la manœuvre d Heimlich qui doit pouvoir être pratiquée par tous soignants. - Les Infections respiratoires avec Pneumopathies d inhalation qui sont la complication majeure des troubles de la déglutition. Elles représentent 5 à 15% des pneumopathies communautaires et sont une cause de pneumopathie encore plus fréquente chez le sujet âgé vivant en institution. - Les Troubles de la Nutrition et de l Hydratation sont secondaires aux troubles de la déglutition qui constituent un facteur de risque de dénutrition essentiel notamment en milieu institutionnel. - Le Retentissement Psychologique et Social est directement lié à la dysphagie qui peut altérer la qualité de vie, par perte du plaisir de manger ou de boire et gène sociale, provoquée par le bavage, les raclements de gorges, la toux, les crises d étouffement et de rejet d aliments et la lenteur d ingestion des repas. Elle est source d anxiété au moment des repas et peut conduire à un isolement social. VI. DEMARCHE DIAGNOSTIQUE La prise en charge nécessite une approche multidisciplinaire pour reconnaître et caractériser les troubles de la déglutition et proposer des mesures thérapeutiques optimales et adaptées dans le but de prévenir les fausses routes, assurer un niveau d apport nutritionnel suffisant, assurer une hydratation correcte et obtenir une qualité de vie acceptable. (13) Le bilan clinique (ORL, neurologique, diététique) est primordial pour faire le diagnostic étiologique, identifier le type de la dysphagie, déterminer si l alimentation orale est possible et sous quelle forme et définir la rééducation adaptée. Les procédés para cliniques d évaluation (vidéo-fluorographie, naso-fibroscopie) sont utiles pour aider à comprendre les mécanismes de la dysphagie afin d adapter sa prise en charge. (14) 15

16 A. SIGNES D ALERTE Ils peuvent être spécifiques aux troubles de la déglutition ou aspécifiques traduisant alors un retentissement en amont sur l alimentation et en aval sur l état nutritionnel et/ou respiratoire. (cf. Tableau III) Les symptômes spécifiques sont : un bavage, des difficultés de mastication, des résidus buccaux, une toux avant/pendant/après la déglutition, un reflux nasal, des modifications de la voix (sons mouillés), des blocages «hauts» ou «bas», etc. Les symptômes aspécifiques rendent compte des retentissements organiques et sociaux et informent sur la gravité du trouble et sur sa tolérance. Sur le plan social, on peut noter une modification du déroulement des repas, qui est plus lent avec un refus de prendre certains aliments ou une adaptation de leur consistance. Le patient peut perdre le plaisir de passer à table jusqu à en avoir peur et s isoler socialement. Sur le plan organique, on peut assister à une altération de l état général avec une perte de poids, des infections broncho-pulmonaires à répétition. (2) Tableau III. Dysphagie symptômes d alerte. (12) Symptômes typiques d emblée évocateurs Douleur ou gêne en avalant Reflux d aliments par le nez Fuites alimentaires par la bouche Blocages alimentaires au cours des repas Fausses Routes évidentes Toux au cours des repas Modification de la voix (voix «mouillée») Symptômes souvent négligés moins évocateurs Bavage Raclements de gorge lors de la prise d aliments Résidus alimentaires en bouche Maintien prolongé des ou de boissons aliments en bouche Réduction des prises alimentaires Allongement de la durée des repas Refus de participer à des repas en commun Modifications respiratoires lors des repas ou de la boisson Episodes fébriles inexpliqués Encombrement bronchique Pneumopathies récidivantes alimentaires Amaigrissement, dénutrition, déshydratation, altération de l état général 16

17 B. DIAGNOSTIC CLINIQUE Le bilan clinique a pour but d identifier le trouble de déglutition, d en déterminer la cause et de proposer des investigations complémentaires. (12) D une durée approximative de 20 minutes, l évaluation clinique porte sur l anamnèse, le contexte médical, les capacités fonctionnelles, la fonction respiratoire, le statut nutritionnel, l examen de la motricité et de la sensibilité de l oropharynx, le langage et les fonctions supérieures et se conclut par l analyse d un essai de déglutition. 1. INTERROGATOIRE L anamnèse permet de recueillir des informations sur les antécédents personnels, médicaux et chirurgicaux du patient. Elle se centrera particulièrement sur les affections neurologiques, oto-rhino-laryngologiques, gastro-entérologiques et les éventuels traitements concomitants. La nature du trouble sera appréciée par la recherche des symptômes, leur mode d apparition et leur évolution au cours du temps. (12) 2. EXAMEN CLINIQUE L examen clinique général, commencera par la mesure du poids corporel, l inspection de la peau et de la musculature. Il recherchera une pathologie de la sphère cardio-respiratoire, cervico-thoracique ou neurologique. La marche, la posture et les fonctions cognitives seront évaluées. L examen clinique local, une attention particulière sera portée à l examen de la sphère orofaciale. L examen oro-facial comprend l examen neurologique des paires crâniennes et l examen endobuccal. Ainsi, seront évaluées successivement : l hygiène buccale (rechercher une mycose, une édentation, une mauvaise adaptation du dentier ), la salivation, la motricité et la sensibilité de la sphère bucco-faciale, les praxies bucco-faciales et la possibilité de réaliser des actions volontaires telles qu avaler sa salive ou tousser. Le degré d ascension du larynx et de l os hyoïde est estimé à l inspection et à la palpation du cartilage thyroïde au cours de la déglutition. On peut explorer la perception d un contact sur la paroi pharyngée, dont l abolition serait plus apte à prévoir le risque d inhalation que celle du reflexe nauséeux. La recherche du reflexe nauséeux et vélopalatin n est d aucune utilité pratique. L examen doit aussi évaluer la maitrise de la respiration, l aptitude à maintenir une apnée, à réaliser une toux et un raclement de gorge de façon volontaire. (12) (cf. Tableau IV) 17

18 Tableau IV. Examen clinique d un patient ayant une dysphagie. (12) Antécédents à rechercher Chirurgie et radiothérapie cervicales Neurochirurgie Intubation trachéale Maladie neuromusculaire Maladie de système Traitements par corticoïdes, benzodiazépines, neuroleptiques Enquête alimentaire Habitudes et exclusions alimentaires Compensations volontaires Anorexie Mode d alimentation, entérale (SNG, gastrostomie, jejunostomie) parentérale, mixte Signes de dénutrition : poids, perte de poids «à derniers mois, IMC, albuminémie, MNA Examen oro-facial Examen de la cavité buccale : candidose, érosions, gingivites, état dentaire, prothèse dentaires, xérostomie, stase salivaire, hygiène buccodentaire Examen neurologique : apraxie buccolinguofaciale, amyotrophie, fasciculation, dystonie, dyskinésie, déficit moteur sensitif ou sensoriel, ophtalmoplégie, ptosis, bavage, fatigabilité musculaire... Etude de la phonation et de l articulation : dysarthrie, dysphonie Examen de la déglutition aux liquides et solides Capacité de déglutition sur commande Contrôle volontaire de la déglutition Délai d initiation de la phase orale et pharyngée Toux, dysphonie ou dyspnée à la déglutition Régurgitations orales ou nasales Résidu buccal Fuite labiale du bolus Amplitude d élévation du larynx 18

19 LES TEST AU VERRE D EAU Si les conditions de sécurité sont suffisantes (bon état d éveil, réflexe de toux efficace, installation correcte du patient et matériel d aspiration disponible), le bilan se termine généralement par l évaluation d essais alimentaires. Le patient doit déglutir des volumes croissants de textures variées (eau, crème, solide). Un test facilement réalisable est le «test à l eau». Il consiste en l ingestion d un verre d eau de 90 ml, sans interruption. Le test est considéré comme positif, avec haute suspicion d inhalation lorsqu un phénomène de toux pendant la manœuvre ou dans la minute suivante est observé ou lorsque la voix du patient est altérée (voix mouillée). Ce test est rapide et identifie 80% des patients qui inhalent lors de l examen par vidéoradioscopie. (15) Ce test ne diagnostique pas les inhalations silencieuses, fréquentes chez le sujet âgé, puisque, la moitié des inhalations constatées lors d examens endoscopiques ou radiologiques ne déclenchent pas de toux. Ce test à l eau est intégré dans le «test de capacité fonctionnelle de Guatterie», qui consiste à faire boire successivement 4 cuillerées (2ml) d eau plate et à augmenter les volumes de chaque prise (4, 8, 50ml) si il n y a pas de fausse route jusqu à la boisson au verre. (16) ECHELLES CLINIQUES C est l utilisation d échelles cliniques prédictives du risque de fausses routes : «échelle de Guinvarc h S et coll», basée sur le seul examen clinique, qui permet d établir une attitude pratique. (cf. Tableau V) (17) Tableau V. Echelle Clinique prédictive du risque de fausses routes. (17) Variables cliniques Cotation Absence des réflexes 12 archaïques Présence du reflexe vélaire 8 Déglutition volontaire possible 7 Absence de dysphonie 6 Présence du reflexe nauséeux 6 Blocage laryngé possible 3 Score prédictif clinique Diagnostic Conduite à tenir Total 14 Fausse route + Examen clinique complet Attitude thérapeutique adaptée 14 Total 28 Fausse route? Radio-videoscopie pour affirmer le diagnostic Total 28 Fausse route - Simple surveillance 19

20 C. EXAMENS COMPLEMENTAIRES Si l examen clinique permet d analyser aisément la phase orale, il rencontre plusieurs limites à la phase pharyngo-œsophagienne qui n est pas accessible à l oeil nu. Selon certains auteurs, l examen clinique au chevet du patient serait insuffisant pour prédire les inhalations. Plus précisément, il ne détecterait qu un tiers des patients qui font des fausses routes avec pénétration laryngée lors des examens complémentaires. Dans certains cas, il est donc intéressant de compléter le bilan clinique par un examen para clinique. (18). D une manière non spécifique, il comporte un bilan biologique nutritionnel, une évaluation de la fonction respiratoire, un examen de l œsophage et de l estomac, un scanner cérébral, une radiologie du thorax complétée éventuellement par un scanner thoracique. De façon spécifique, il existe différentes techniques consacrées à l étude de la déglutition. Le choix de l examen complémentaire est orienté par l interrogatoire et l examen clinique. En effet, ces tests ont chacun des avantages et des inconvénients. Ils ont cependant en commun la mise en situation de déglutition. (2) - L exploration naso-fibroscopique de la déglutition, appelée également FEESST (pour «Flexible Endoscopic Evaluation of Swallowing with Sensory Testing»), consiste en l introduction d un naso-fibroscope par voie nasale jusqu au niveau de la luette. Il est réalisé par un médecin ORL. C est un examen à la fois morphologique, permettant de visualiser le rhino-pharynx, l oropharynx, l hypo-pharynx et le larynx, et dynamique puisqu il permet d analyser des essais de déglutition. Il teste aussi bien la sensibilité que la mobilité des structures. Il évalue les deux premières phases de la déglutition et non la phase œsophagienne. Il a l avantage de pouvoir être réalisé au chevet du patient, d être peu invasif et nécessite très peu de participation du malade. Les inconvénients sont peu nombreux, le principal étant qu il quantifie les fausses routes de façon imprécise. (19, 20). - L examen vidéo-radioscopique, est un examen non invasif qui analyse de façon dynamique les 3 phases de la déglutition. Il se déroule sur une table de radiographie. Le patient non à jeun, est en position assise, verticalisé et doit avaler quand on le lui demande une quantité précise de bolus radio-opaque. Il nécessite donc un bon niveau de vigilance et de coopération du patient. Un enregistrement est réalisé et permet d analyser les séquences au ralenti. On obtient ainsi une étude biomécanique permettant de déterminer les mécanismes physiopathologiques Cette technique connaît néanmoins plusieurs limites. La première étant que l interprétation des images est difficile et nécessite un opérateur expérimenté. La seconde étant inhérent à la condition des patients gériatriques qui ne peuvent pas tenir assis ou qui présentent des troubles cognitifs trop importants pour savoir avaler à la commande. Enfin, le danger d inhalation de baryte n est pas négligeable. Cette technique est indiquée lorsque le diagnostic d un trouble de déglutition sur dysphagie oro-pharyngée est suspecté, pour préciser le mécanisme et pour évaluer l effet d une position, d une manœuvre ou d une modification de texture ou d un traitement de rééducation. - on peut citer d autres examens comme la scintigraphie, la résonance magnétique nucléaire, l échographie, la manométrie et l auscultation cervicale 20

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Géraldine PEYTEL (en collaboration avec Ariane DELEMASURE) Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes Les troubles de la déglutition (dysphagies)

Plus en détail

Les troubles de la déglutition d personne âgée

Les troubles de la déglutition d personne âgée Les troubles de la déglutition d chez la personne âgée Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie G CHU Nîmes N Hygiène risques et qualité chez la personne âgée Nîmes 2012 Problèmes spécifiques chez la personne

Plus en détail

Troubles de la déglutition

Troubles de la déglutition Troubles de la déglutition Prévention des fausses routes dans les atteintes neurologiques chez l adulte Sommaire Définition................................ 3 Quand on avale........................... 4

Plus en détail

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures DYSPHAGIE Sélection et recrutement des patients dysphagiques par : Lecture du dossier d admission Transmission des infirmières ou d autres partenaires de soins Anamnèse nutritionnelle d entrée Symptômes

Plus en détail

Les troubles de la déglutition

Les troubles de la déglutition Les troubles de la déglutition en 10 questions Par Michèle De Gieter Brugmann Dysphagia Group SOMMAIRE Qu est-ce que la dysphagie? Comment avale-t-on? Comment se manifeste ce trouble? Quelles peuvent en

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS PRISE EN CHARGE REEDUCATIVE DES TROUBLES DE LA VOIX ET DE LA DEGLUTITION DANS LES SUITES RADIO-CHIRURGICALES DES CANCERS DES VADS SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS Docteur Joseph RAHAL Fondation

Plus en détail

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Un équilibre entre déglutition et nutrition Martine DEGAND Logopède Service de Gériatrie - site J.BRACOPS Epidémiologie 90% de la population gériatrique

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d. De Gieter Michèle Kinésithérapeute

Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d. De Gieter Michèle Kinésithérapeute Coordination de la mise au point et prise en charge pluridisciplinaire des troubles de la déglutition. d De Gieter Michèle Kinésithérapeute Avant de coordonner:dépister Symptômes spécifiques Difficulté

Plus en détail

Prévention du risque de fausses routes alimentaires

Prévention du risque de fausses routes alimentaires Prévention du risque de fausses routes alimentaires Janvier 2015 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Version Usagers Sommaire Recueil des signes révélateurs Le rôle de l entourage et de l équipe soignante...

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Vendredi 22 Novembre 2013

Vendredi 22 Novembre 2013 Vendredi 22 Novembre 2013 Santé bucco-dentaire des personnes âgées: les enjeux et quelle prise en charge? Dr Jacques WEMAERE - Chirurgien-Dentiste Vice Président de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire

Plus en détail

L alimentation: un sujet au cœur des préoccupations JOURNEES MAS/FAM 13 ET 14 MAI 2008 LILLE CAUSES DE LA GÊNE ALIMENTAIRE

L alimentation: un sujet au cœur des préoccupations JOURNEES MAS/FAM 13 ET 14 MAI 2008 LILLE CAUSES DE LA GÊNE ALIMENTAIRE JOURNEES MAS/FAM 13 ET 14 MAI 2008 LILLE ATELIER DIETETIQUE é é è é é L alimentation: un sujet au cœur des préoccupations! L espérance de vie les personnes sévèrement handicapées a augmenté! La nutrition

Plus en détail

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Les V.A.D.S. : schéma Pathologies des VADS: Pathologies cancéreuses (le + svt) ou non reliées

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

MOBIQUAL : Les outils. Yves Passadori

MOBIQUAL : Les outils. Yves Passadori MOBIQUAL : Les outils Yves Passadori Mobiqual Porté depuis 2007 par la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), le programme Mobiqual est une action nationale dont l objectif est de soutenir

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Information sur les troubles de la déglutition

Information sur les troubles de la déglutition Information sur les troubles de la déglutition Livret à l attention des patients et des aidants www.cr-ams.net Certains patients atteints d atrophie multi systématisée (AMS) rencontrent des difficultés

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Service d orthophonie. Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair

Service d orthophonie. Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair Service d orthophonie Difficultés de déglutition chez l adulte : pour y voir clair pour y voir clair TABLE DES MATIÈRES La dysphagie chez l adulte La déglutition Causes de la dysphagie Conséquences de

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES SANTÉ BUCCO-DENTAIRE DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Dr Benoît PERRIER Chirurgien dentiste (Saint Jean de Boiseau) Secrétaire Général de l UFSBD 1 L UFSBD en quelques mots Une Association loi 1901 Née

Plus en détail

des idées pour aménager et adapter le temps du repas

des idées pour aménager et adapter le temps du repas 0020 des idées pour aménager et adapter le temps du repas 2 SOMMAIRE Préambule... 4 Quelques repères sur l oralité alimentaire... 5 Aménageons l environnement... 6 Limitons les stimulations sensorielles...

Plus en détail

LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD

LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD LES TEXTURES MODIFIEES EN EHPAD EHPAD Papillon d Or à MAURON (56) Vanessa COBIGO, diététicienne Nadine LE CARS, médecin coordonnateur CAS CLINIQUE Mme B Anne, 98 ans, veuve, deux enfants dont un décédé,

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Service d orthophonie CHUL. Difficultés d'alimentation et de déglutition chez l'enfant : pour y voir clair

Service d orthophonie CHUL. Difficultés d'alimentation et de déglutition chez l'enfant : pour y voir clair Service d orthophonie CHUL Difficultés d'alimentation et de déglutition chez l'enfant : pour y voir clair AUCUNE REPRODUCTION COMPLÈTE OU PARTIELLE DE CE DOCUMENT N EST PERMISE SANS L AUTORISATION ÉCRITE

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L état bucco-dentaire est souvent préoccupant en institution: hygiène précaire, taux d

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

Plan Inter Etablissements 2013

Plan Inter Etablissements 2013 Plan Inter Etablissements 2013 Programme des formations Madame, Monsieur, Dans le cadre des objectifs de son Projet Stratégique Régional, et en collaboration avec ses 2 réseaux, l ANFH mer en place le

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC 9 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 2 Rappel 3 Les mécanismes de la déglutition 3 Les troubles de la déglutition, qu est-ce que

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

Santé buccodentaire et Santé mentale

Santé buccodentaire et Santé mentale Santé buccodentaire et Santé mentale Dr Sahar Moussa-Badran Chirurgien dentiste conseil MSA Picardie site 02 Chargée d enseignement en santé publique UFR d odontologie de Reims Praticien attaché service

Plus en détail

En centre d hébergement, de nombreux résidents présentent des signes de dysphagie.

En centre d hébergement, de nombreux résidents présentent des signes de dysphagie. La dysphagie Numéro 23 2006 À propos de l auteure... LA DYSPHAGIE lorsque manger devient tout un défi! Estelle Joly, ergothérapeute, diplômée de l'université de Montréal, oeuvre depuis 1986 dans les CHSLD

Plus en détail

CHU Saint-Pierre Site Porte de Hal Rue Haute, 322-1000 Bruxelles. CHU Saint-Pierre Site César De Paepe Rue des Alexiens, 13-1000 Bruxelles

CHU Saint-Pierre Site Porte de Hal Rue Haute, 322-1000 Bruxelles. CHU Saint-Pierre Site César De Paepe Rue des Alexiens, 13-1000 Bruxelles La dysphagie Les troubles de la déglutition : de quoi s agit-il? La fausse déglutition : que puis-je boire/manger? Quelques conseils pour faciliter l alimentation Fiche de conseils personnalisés pour le

Plus en détail

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Épidémiologie > de 40 % des patients atteints de cancer ont plus de 70 ans Plus de 50 % de ces patients

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer?

Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer? Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer? Les dents participent au bien être Outil d alimentation fonctionnelle et

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée Un constat En France Si les Français déclarent user 1,5 6 brosses à 4,4 dents et 22 tubes de dentifrice par an, Journée CCLIN Paris Nord ARELIN NPC 10

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

HYGIENE BUCCO DENTAIRE

HYGIENE BUCCO DENTAIRE 1. OBJECTIFS Réaliser une hygiène bucco-dentaire adaptée à chaque résident Diminuer le risque d infections en particulier bucco-dentaires et broncho-pulmonaires Une bouche saine participe à l amélioration

Plus en détail

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Pourquoi un groupe régional Hygiène Bucco dentaire en EHPAD ARLIN Pays de

Plus en détail

Premier élément du tube digestif

Premier élément du tube digestif Premier élément du tube digestif Mastication et insalivation (denture, muqueuses et ATM) - Formation du bol alimentaire - stimule la sécrétion de salive et de suc gastrique - prolonge le contact des aliments

Plus en détail

INFOS PATIENTS L IMPLANT PHONATOIRE

INFOS PATIENTS L IMPLANT PHONATOIRE INFOS PATIENTS L IMPLANT PHONATOIRE VOUS VENEZ DE SUBIR UNE LARYNGECTOMIE TOTALE Un implant phonatoire a été mis en place, vous permettant ainsi de pouvoir reparler rapidement, en attendant d acquérir

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

Polyhandicap définitions présentation médicale

Polyhandicap définitions présentation médicale Polyhandicap définitions présentation médicale Dr Isabelle Hodgkinson L Escale Hôpital Femme Mère Enfant Définition Handicap grave à expressions multiples associant une déficience motrice et une déficience

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

ASPHYXIE PAR CORPS ÉTRANGER. larynx. La gravité du tableau clinique sera directement fonction de l'importance de l'obstruction : totale ou partielle.

ASPHYXIE PAR CORPS ÉTRANGER. larynx. La gravité du tableau clinique sera directement fonction de l'importance de l'obstruction : totale ou partielle. PS2 ASPHYXIE PAR CORPS ÉTRANGER L'obstruction des voies respiratoires par un corps étranger est une urgence vitale. Plus d'une centaine de décès sont imputés chaque année à une asphyxie consécutive à une

Plus en détail

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. Du repas «douleur» au repas «plaisir»

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. Du repas «douleur» au repas «plaisir» Du repas «douleur» au repas «plaisir» Mme GAILLARD Approche pluridisciplinaire de l alimentation mixée 1. Introduction Quand l alimentation devient source de souffrance, d appréhension, de rejet, l état

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :...

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :... Date: DEMANDE D ADMISSION Mme M-J Servais Tél. : 085/519289 1 Fax : 085/410315 Email : mj.servais@cnrf.be Mise à jour doc : 01/12/2013 Données administratives 1. Identification du patient : Nom :... Prénom

Plus en détail

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie Hygiène bucco-dentaire en gériatrie 1 ière journée régionale de formation et d information destinée aux EHPAD 30/11/2009 Hygiène bucco-dentaire - Marina Neveu Page 1 Introduction Le centre hospitalier

Plus en détail

CORPS ETRANGER DES VOIES AERIENNES ITEM 193

CORPS ETRANGER DES VOIES AERIENNES ITEM 193 Collège des Enseignants de Pneumologie Référentiel pour la préparation de l ECN Pr Marquette (Nice); Pr Deslée (Reims) Pr Housset (Paris) Dernière mise à jour : Juin 2010 CORPS ETRANGER DES VOIES AERIENNES

Plus en détail

L étouffement alimentaire

L étouffement alimentaire L étouffement alimentaire que faire... et ne pas faire Nicole Arsenault MOA, orthophoniste Marie-Josette Jacques Infirmière Lina Loisel Infirmière Décembre 2003 Introduction 4 Section 1 : Enseignement

Plus en détail

Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales

Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales Syndrome respiratoire obstructif des races brachycéphales Quelles races sont le plus souvent touchées? Les races concernées par ce syndrome sont des chiens dit brachycéphales : le bulldog anglais, le carlin,

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie Marie-Hélène Lacoste-Ferré Pôle Gériatrie CHU Purpan-Casselardit-Garonne TOULOUSE lacoste.mh@chu-toulouse.fr La bouche, tout au long de la vie. Bouche

Plus en détail

La prise en charge oro-faciale précoce de l enfant porteur de trisomie 21

La prise en charge oro-faciale précoce de l enfant porteur de trisomie 21 La prise en charge oro-faciale précoce de l enfant porteur de trisomie 21 Cette prise en charge, parallèle à l éducation pré-langagière puis langagière, est primordiale d un point de vue fonctionnel, esthétique,

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

Mémoire pour le D.I.U de médecin coordonnateur d EHPAD

Mémoire pour le D.I.U de médecin coordonnateur d EHPAD Mémoire pour le D.I.U de médecin coordonnateur d EHPAD «L évaluation de l'hygiène bucco-dentaire et prothétique chez les personnes âgées de plus de 65 ans en EHPAD.» Dr Marie-Ange TEMPLE née le 28 juin

Plus en détail

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile.

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile. LVL Médical La référence de l assistance médicale à domicile > Expérience > Expertise > Qualité > Valeurs humaines > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie > ASSISTANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ PALIPED Journée du 3 février 2015 Dr Anne-Emmanuelle Piquet-Massin Neuropédiatre CESAP «Les Cerisiers» et «Graine d Etoile» Alimentation chez la plupart

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Buccal Œsophage Estomac Intestin grêle Colon Portion ano-rectale Mais aussi, nous observons des atteintes: Musculaires, rénales, pancréatico-biliaire,

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

SLA La nutrition et la dysphagie: Comment obtenir l él. équilibre?

SLA La nutrition et la dysphagie: Comment obtenir l él. équilibre? SLA La nutrition et la dysphagie: Comment obtenir l él équilibre? Par: Ann-Marie Léporé, erg. OT(C) Journée de formation sur la SLA Le 23 novembre 2012 Ordre de la présentation Phases d une déglutition

Plus en détail

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Dr D. Mengue Semaine bleue 2013 «CODERPA 89» États des lieux plan Quelques chiffres intéressants Les engagements publics pour prévenir la chute chez

Plus en détail

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches La trachéotomie Guide à l usager et ses proches TABLE DES MATIÈRES 1. Définition de la trachéotomie 3 2. La trachéotomie 3 3. La trachéotomie temporaire 4 4. La trachéotomie permanente 4 4.1. Avantages

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION

QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION Annexe 5 QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION 1) PLAIE mettre des gants désinfecter avec de la biseptine après lavage au savon de Marseille pour arrêter le saignement : mettre 2 ou 3 compresses sur la plaie

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD

HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD Définition : On entend par hygiène bucco-dentaire, la toilette de la bouche et des dents/ou dentiers hors soins médicamenteux. Elle relève du rôle propre infirmier pouvant

Plus en détail

BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans

BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans BILAN D ALIMENTATION pour enfants avec Troubles du Spectre Autistique âgés de 2 à 12 ans Date de l observation : Nom : Prénom : Date de naissance : Diagnostic TSA : Famille (parents, fratrie) : 1. ENTRETIEN

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

PERSONNE AGEE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE

PERSONNE AGEE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE www.chwapi.be PERSONNE AGEE ET ENDOSCOPIE DIGESTIVE Dr Luc DESPLANQUE, Gériatre CHwapi 1 29 JANVIER 2007 Arrêté royal fixant les normes du programme de soins pour le patient gériatrique CHAPITRE II. -

Plus en détail

éthiques sur l alimentation des personnes âgées vivant en institution Octobre 2009 Plan

éthiques sur l alimentation des personnes âgées vivant en institution Octobre 2009 Plan Considérations éthiques sur l alimentation des personnes âgées vivant en institution Octobre 2009 Plan Les personnes âgées vivant en institution. L alimentation en établissement. Les dilemmes de l intervention

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail

Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE

Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE Dossier de Pré-admission Dossier Administratif À remplir par le futur résident, son représentant, ou les services sociaux

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Bouche sèche. Parfois, l eau ne suffit pas. Guide pour les patients qui suivent un traitement contre le cancer. Spécialiste de la bouche sèche

Bouche sèche. Parfois, l eau ne suffit pas. Guide pour les patients qui suivent un traitement contre le cancer. Spécialiste de la bouche sèche Bouche sèche Guide pour les patients qui suivent un traitement contre le cancer Parfois, l eau ne suffit pas Spécialiste de la bouche sèche La bouche sèche : un effet indésirable fréquent lors du traitement

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail