E C U E I L DE L E G I S L A T I O N A

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E C U E I L DE L E G I S L A T I O N A"

Transcription

1 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2053 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 71 7 décembre 1977 SOMMAIRE Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977 fixant les conditions générales des prêts à moyen et long terme prévus à l article 4 de la loi du 2 août 1977 portant créationd une Société Nationale de Créditet d Investissement 2054 Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977 fixant les conditions générales des crédits d équipement prévus à l article 5 de la loi du 2 août 1977 portantcréation d une Société Nationale de Crédit et d Investissement Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977 fixant les conditions générales du crédit à l exportation prévu à l article 7 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement

2 2054 Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977 fixant les conditions générales des prêts à moyen et long terme prévus à l article 4 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement. Nous JEAN, par la grâce de Dieu, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Vu l article 4 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement; Vu les avis de la Chambre de Commerce et de la Chambre des Métiers; Vu l article 27 de la loi du 8 février 1961 portant organisation du Conseil d Etat et considérant qu il y a urgence; Sur rapport de Notre Ministre des Finances et de Notre Ministre de l Economie Nationale et après délibération du Gouvernement en Conseil; Arrêtons: Art. 1 er. Investissements financés Les prêts à moyen et long terme sont limités au financement de l outillage professionnel intervenant directement dans les activités de production ou de prestation de services, y compris les équipements de sécurité ou de protection de l environnement, ainsi que des immeubles ou parties d immeubles servant exclusivement à des fins professionnelles. Les parties d immeubles mixtes servant à des usages non professionnels, les terrains, les voitures particulières ainsi que les stocks de matières premières ou de produits finis sont exclus du bénéfice de prêts à moyen et long terme de la Société Nationale. Art. 2. Montant minimum et maximum des prêts à moyen et long terme Sauf autorisation des Ministres compétents, les prêts à moyen et long terme à des entreprises industrielles ou de prestation de services conformément aux conditions fixées par la loi du 2 août 1977 portant création de la Société Nationale de Crédit et d Investissement ne pourront être ni inférieurs à 5 (cinq) millions de francs ni supérieurs à 100 (cent) millions de francs. Art. 3. Quote-part de l investissement couverte par la Société Nationale Les prêts à moyen et long terme pourront financer, suivant les mérites de l investissement sur les plans national et individuel, 25% à 50% du coût global de l investissement tel qu il a été défini à l article premier. Dans des cas exceptionnels et sur autorisation des Ministres compétents, cette quote-part pourra atteindre 75%. En cas de cumul d un prêt à moyen et long terme et d un crédit d équipement pour un même projet, l intervention de la Société Nationale ne pourra dépasser 75% du coût de l investissement global. Art. 4. Versement des prêts Le versement des prêts alloués sera effectué au fur et à mesure que les fonds sont effectivement utilisés pour faire des paiements dans l intérêt de l investissement défini à l article 1 er ou pour rembourser des paiements effectués par des tiers à titre de préfinancement. Art. 5. Intérêts Le taux d intérêt des prêts à moyen et long terme est fixé par le conseil d administration. Il peut être soumis à une clause de révision en cas de prêts d une durée supérieure à 5 ans. Art. 6. Durée des prêts à moyen et long terme Dans les limites définies par l article 6 de la loi du 2 août 1977 portant création de la Société Nationale de Crédit et d Investissement la durée des prêts à moyen et long terme est fixée de cas en cas suivant la nature des investissements et les possibilités de remboursement du bénéficiaire. Art. 7. Remboursement (1) Le contrat de prêt entre la Société Nationale et le bénéficiaire fixera le rythme linéaire ou progressif ainsi que les échéances annuelles, semestrielles ou trimestrielles du remboursement.

3 2055 (2) Le même contrat pourra accorder un moratoire de remboursement de 2 ans au maximum couvrant à la fois le principal et les intérêts ou l un des deux éléments. (3) En cas de survenance de difficultés financières imprévues au cours de la période d amortissement, le bénéficiaire pourra solliciter un moratoire de paiement qui ne dépassera toutefois pas un an. (4) Des remboursements anticipatifs peuvent être effectués suivant les possibilités du bénéficiaire. (5) La Société Nationale peut exiger le remboursement anticipé notamment du prêt en cas, a) de cessation de l activité professionnelle du bénéficiaire, b) de vente des biens d investissement financés par le prêt, c) d agissement frauduleux du bénéficiaire. Art. 8. Sûretés réelles et personnelles Le conseil d administration exigera du bénéficiaire toutes les sûretés réelles ou personnelles jugées nécessaires pour couvrir, en principal et intérêts, les prêts affectés aux opérations d investissements. Art. 9. Exécution Notre Ministre des Finances et Notre Ministre de l Economie Nationale sont chargés de l exécution du présent règlement qui sera publié au Mémorial. Palais de Luxembourg, le 30 novembre Jean Le Ministre des Finances, Jacques F. Poos Le Ministre de l Economie Nationale, Gaston Thorn Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977 fixant les conditions générales des crédits d équipement prévus à l article 5 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement. Nous JEAN, par la grâce de Dieu, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Vu l article 5 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement, Vu les avis de la Chambre de Commerce et de la Chambre des Métiers; Vu l article 27 de la loi du 8 février 1961 portant organisation du Conseil d Etat et considérant qu il y a urgence, Sur rapport de Notre Ministre des Finances et de Notre Ministre de l Economie Nationale et après délibération du Gouvernement en Conseil. Arrêtons : Art. 1 er. Etablissements de crédit agréés. (1) Les établissements de crédit qui désirent bénéficer des dépôts de fonds que la Société Nationale de Crédit et d Investissement effectue en vue de l octroi de crédits d équipement aux petites et moyennes entreprises adresseront à ces fins une requête à celle-ci. Dans cette requête ils devront se déclarer disposés à observer toutes les conditions du présent règlement et à se soumettre à toutes les obligations qui en découlent. (2) Le conseil d administration de la Société Nationale avisera la requête et la transmettra aux Ministres compétents qui décideront de l agrément. Les établissements agréés sont inscrits sur un rôle spécial à tenir par la Société Nationale. (3) Les établissements de crédit qui ont été agréés par le Ministre des Finances sur la base du règlement du 5 mai 1948 instituant un régime de crédits d équipement sont dispensés de la requête précitée et sont inscrits d office au rôle des établissements agréés.

4 2056 Art. 2. Secteurs bénéficiaires. Peuvent bénéficier des crédits d équipement, dans la limite des disponibilités de la Société Nationale: a) les entreprises industrielles dont les fonds propres ne dépassent pas deux cents millions de francs; b) les entreprises artisanales et commerciales répondant aux critères fixés par l article 1 er de la loi du 29 juillet 1968 ayant pour objectif l amélioration structurelle du commerce et de l artisanat; c) les entreprises d hôtellerie; d) les entreprises d autres secteurs proposés par le conseil d administration et autorisés par les Ministres compétents. Art. 3. Investissements financés. (1) Les crédits d équipement sont limités au financement de l outillage professionnel intervenant directement dans les activités de production ou de prestation de services, y compris les équipements de sécurité ou de protection de l environnement, ainsi que des immeubles ou parties d immeubles servant exclusivement à des fins professionnelles. Les parties d immeubles mixtes servant à des usages non professionnels, les terrains, les voitures particulières ainsi que les stocks de matières premières ou de produits finis sont exclus du bénéfice des crédits d équipement. (2) Sauf en cas d investissements de premier établissement, qui peut s étaler sur trois ans, le projet d investissement pour lequel le bénéfice d un crédit d équipement est demandé doit comporter une dépense d au moins (cinq cent mille) francs. Art. 4. Quote-part de l investissement couverte par le crédit d équipement. (1) Les crédits d équipement pourront financer, suivant les mérites de l investissement en cause sur les plans national et individuel, une quote-part ne dépassant pas 60% de la somme globale de l investissement tel qu il a été défini à l article précédent. Dans le cas de premier établissement cette quotepart pourra atteindre 75%. (2) Sauf exception à autoriser par les Ministres compétents le crédit d équipement pour un même projet d investissement ne pourra dépasser 50 (cinquante) millions de francs. Art. 5. Versement des crédits d équipement. Le dépôt dont il est question à l article 1 er sera effectué au fur et à mesure que les fonds sont effectivement utilisés pour faire des paiements dans l intérêt de l investissements défini à l article 3 ou pour rembourser les demandeurs de paiements effectués. A ces fins chaque demande de fonds adressée par l établissement de crédit à la Société Nationale sera appuyée de documents appropriés établis dans les conditions légalement prévues, factures, quittances ou contrats de commandes. Les fonds ne sont mis à la disposition des établissements de crédit que si les paiements à faire sont échus. Art. 6. Intérêts et commissions. (1) Le taux d intérêt à payer par le bénéficiaire d un crédit d équipement est fixé à 4,50% l an. Ce taux pourra être modifié pour les crédits en cours et les nouveaux crédits sur proposition du conseil d administration et après autorisation des Ministres compétents. (2) Les établissements de crédit et les Mutualités d aide et de cautionnement touchent chacun pour la gestion du dossier une commission de 0,5% par an respectivement du montant initial ou du solde restant dû au 1 er janvier de l année en cours. Pour les crédits d équipement d un montant initial inférieur à 2 millions de francs ce taux est fixé à 0,75%. Les frais de constitution du dossier ainsi que les frais spécifiques tels que droit d inscription hypothécaire ou frais d expertise sont facturés à part suivant le coût réel de l opération. Art. 7. Durée des crédits d équipement. Dans les limites définies par l article 6 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement la durée des crédits d équipement est fixée de cas en cas suivant la nature des investissements et les possibilités de remboursements dans le chef du bénéficiaire.

5 2057 Art. 8. Remboursements. (1) La décision d octroi d un crédit d équipement fixera le rythme linéraire, dégressif ou progressif ainsi que les échéances annuelles, semestrielles ou trimestrielles du remboursement. (2) La même décision pourra accorder un moratoire de remboursement de 2 ans au maximum, couvrant à la fois le principal et les intérêts ou l un des deux éléments. (3) En cas de survenance de difficultés financières imprévues au cours de la période d amortissement, le bénéficiaire pourra solliciter un moratoire de paiement qui ne dépassera toutefois pas un an. (4) Des remboursements anticipatifs peuvent être effectués suivant les possibilités du bénéficiaire. (5) La Société Nationale peut exiger le remboursement immédiat du crédit d équipement en cas de cessation de l activité professionnelle par le bénéficiaire ou de vente des biens d investissements financés par le crédit d équipement et en cas d agissement frauduleux du bénéficiaire. Dans ce dernier cas la Société Nationale peut exiger un intérêt supplémentaire rétroactif au jour de la première avance dont le taux correspondra à la différence entre le taux du marché et le taux du crédit d équipement. Art. 9. Responsabilité des établissements de crédits. (1) L établissement bailleur pourra demander des garanties à l emprunteur ou stipuler toutes autres conditions qu il estimerait propices à la bonne fin de l opération. Toutefois il ne lui est pas permis d accroître les charges de gestion du dossier à supporter par l emprunteur au-delà des taux fixés à l article 6 du présent règlement. (2) Les fonds déposés par la Société Nationale dans le cadre du système des crédits d équipement se confondent avec la trésorerie des établissements de crédit et perdent toute corrélation avec les projets financés par eux, la Société devenant leur créancier pur et simple. Sauf en cas prévu à l article 10 l établissement dépositaire ne pourra exciper du défaut de paiement dans le chef de ses débiteurs pour se soustraire au remboursement du dépôt à l échéance. Art. 10. Fonds de garantie. (1) II est institué au sein de la Société Nationale un «fonds de garantie - crédit d équipement» alimenté par le prélèvement d un taux annuel de 0,5% du montant initial respectivement du solde restant dû au 1 er janvier de l année en cours. (2) En cas de défaut définitif de remboursement dans le chef du bénéficiaire d un crédit d équipement, l établissement de crédit peut demander l imputation sur le fonds de garantie prémentionné de la part du crédit d équipement non encore remboursé. L imputation d un déchet définitif après réalisation de l actif du défaillant ne pourra se faire que dans la proportion suivant laquelle la Société Nationale est intervenue dans le financement de l ensemble de l investissement du défaillant. (3) L imputation sur le fonds de garantie est autorisée par les Ministres compétents sur proposition du conseil d administration de la Société Nationale. Art. 11. Sanction. L inexécution des conditions du présent règlement par un établissement de crédit agréé entraîne l exigibilité immédiate des fonds déposés par la Société Nationale. Art. 12. Exécution. Notre Ministre des Finances et Notre Ministre de l Economie Nationale sont chargés de l exécution du présent règlement qui sera publié au Mémorial. Palais de Luxembourg, le 30 novembre 1977 Jean Le Ministre des Finances, Jacques F. Poos Le Ministre de l Economie Nationale, Gaston Thorn

6 2058 Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977 fixant les conditions générales du crédit à l exportation prévu à l article 7 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement. Nous JEAN, par la grâce de Dieu, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Vu l article 7 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement; Vu les avis de la Chambre de Commerce et de la Chambre des Métiers; Vu l article 27 de la loi du 8 février 1961 portant organisation du Conseil d Etat et considérant qu il y a urgence; Sur rapport de Notre Ministre des Finances, de Notre Ministre de l Economie Nationale et de Notre Ministre des Affaires Etrangères et du Commerce Extérieur et après délibération du Gouvernement en Conseil; Arrêtons: Art. 1 er. Etablissements de crédits agréés (1) Les établissements de crédits ou les consortiums d établissements de crédit qui désirent bénéficier des dépôts à terme de fonds que la Société Nationale de Crédit et d Investissement effectue en vue de l octroi de crédits à l exportation aux entreprises industrielles, artisanales ou de prestations de services adresseront à ces fins une requête à celle-ci. Dans cette requête ils devront se déclarer disposés à observer toutes les conditions du présent règlement et à se soumettre à toutes les obligations qui en découlent. (2) Le Conseil d Administration de la Société Nationale avisera la requête et la transmettra aux Ministres compétents qui décideront de l agrément. (3) Les établissements agréés sont inscrits sur un rôle spécial à tenir par la Société Nationale. Art. 2. Exportations financées (1) Les crédits à l exportation de la Société Nationale couvrent les exportations de produits fabriqués ou de services prestés par les entreprises établies dans le pays. (2) En cas d exportation par une entreprise établie dans le pays d un ensemble intégré de produits et / ou de services dont une partie est d origine étrangère, l intervention de la Société Nationale se limite à la part luxembourgeoise de cet ensemble. Toutefois, à titre exceptionnel l intervention de la Société Nationale pourra couvrir également les produits et services d origine étrangère d un ensemble intégré pour un montant correspondant au maximum à 40% de la valeur globale de l opération. Les exportations peuvent comprendre également les frais de montage et de démarrage dans le pays de destination. (3) A la demande du conseil d administration, l exportateur sollicitera la garantie de l office du ducroire ou souscrira toute autre assurance - crédit qui lui est recommandée. (4) La Société Nationale n intervient que pour des opérations dont la valeur dépasse 1 (un) million de francs et dont le paiement par l acheteur étranger s échelonne sur une période de 6 mois au moins. Art. 3. Quote-part de l exportation financée par la Société Nationale (1) Suivant les mérites des opérations d exportation en cause et les problèmes éventuels relatifs à l obtention d un financement concurrentiel par le secteur privé, la Société Nationale pourra intervenir pour une quote-part à fixer par le conseil d administration mais qui ne sera ni inférieure à 25% ni supérieure à 75% de la valeur totale de l opération à financer. (2) Le crédit à l exportation pour une même opération ne peut dépasser 100 (cent) millions de francs ou un montant équivalent en devises, sauf autorisation des Ministres compétents. Art. 4. Versement du crédit à l exportation (1) Le dépôt de la Société Nationale sera effectué au plus tôt soit au moment de l exportation, soit au moment du montage à l étranger.

7 2059 (2) Toutefois pour les biens d équipement à exporter dont la fabrication s étale sur plus de trois mois, la Société Nationale pourra effectuer un acompte de 20% au maximum du montant de l opération avant l exportation. Art. 5. Intérêts et commissions (1) Le taux d intérêt du crédit à l exportation est fixé par le conseil d administration. Il peut être soumis à une clause de révision en cas de prêts d une durée supérieure à 5 ans. (2) Les établissements de crédit ou les consortiums d établissements de crédit touchent une commission unique de 0,5% du montant du crédit à l exportation financé par la Société Nationale pour la constitution du dossier et une commission de 0,5% par an du solde restant dû au 1 er janvier de l année en cours pour la gestion du dossier. Art. 6. Durée du crédit à l exportation Dans les limites définies par l article 7 de la loi du 2 août 1977 portant création d une Société Nationale de Crédit et d Investissement la durée du crédit à l exportation est fixée de cas en cas suivant les besoins de l affaire. Art. 7. Remboursement (1) La décision d octroi d un crédit à l exportation fixera le rythme et les échéances du remboursement. (2) En cas de survenance de difficultés imprévues au cours de la période d amortissement, le bénéficiaire ou l établissement de crédit pourront solliciter un moratoire de paiement qui ne dépassera toutefois pas un an, sauf renouvellement exceptionnel à autoriser par les Ministres compétents. (3) Des remboursements anticipatifs peuvent être effectués suivant les possibilités du bénéficiaire. (4) En cas d agissement frauduleux, la Société Nationale peut exiger le remboursement immédiat du crédit à l exportation. Art. 8. Responsabilité des établissements de crédit (1) Les fonds déposés par la Société Nationale dans le cadre du système de crédit à l exportation se confondent avec la trésorerie des établissements de crédit et perdent toute corrélation avec les exportations financées par eux, la Société Nationale devenant leur créancier pur et simple. Sauf au cas prévu à l article 9, l établissement dépositaire ne pourra exciper du défaut de paiement dans le chef de ses débiteurs pour se soustraire au remboursement du dépôt à l échéance. (2) Toutes les garanties que l entreprise exportatrice a obtenu de ses acheteurs étrangers ainsi que les polices assurances-crédits souscrites seront transférées au profit de l établissement de crédit intervenu dans le financement de l opération d exportation. Art. 9. Fonds de garantie (1) II est intitué au sein de la Société Nationale un «fonds de garantie-crédit à l exportation» alimenté par le prélèvement d un taux annuel sur les crédits à l exportation alloués, qui sera fixé de cas en cas par le conseil d administration et qui ne sera ni inférieur à 0,2% ni supérieur à 1%. (2) En cas de défaut définitif de remboursement et après intervention des assurances-crédits, l établissement de crédit concerné peut demander l imputation sur le fonds de garantie prémentionné de la part du crédit à l exportation non encore remboursé. (3) L imputation d un déchet définitif ne pourra se faire que dans la proportion suivant laquelle la Société Nationale est intervenue dans le financement de l ensemble de l opération d exportation. (4) L imputation sur le «fonds de garantie-crédit à l exportation» est autorisée par les Ministres compétents sur proposition du conseil d administration de la Société Nationale. Art. 10. Sanctions L inexécution des conditions du présent règlement par un établissement de crédit agréé entraîne l exigibilité immédiate des fonds déposés par la Société Nationale.

8 2060 Art. 11. Pool de crédit à l exportation La Société Nationale peut être autorisée par les Ministres compétents à participer ensemble avec d autres établissements de crédit à un pool de crédit à l exportation dont les conditions de fonctionnement respectent l article 7 de la loi du 2 août 1977 et l article 2 du présent règlement et sont agréés par les Ministres compétents. Art. 12. Exécution Notre Ministre des Finances, Notre Ministre de l Economie Nationale et Notre Ministre des Affaires Etrangères et du Commerce Extérieur sont chargés de l exécution du présent règlement qui sera publié au Mémorial. Palais de Luxembourg, le 30 novembre Jean Le Ministre des Finances, J. F. Poos Le Ministre de l Economie Nationale, Gaston Thorn Le Ministre des Affaires Etrangères et du Commerce Extérieur, Gaston Thorn Imprimerie de la Cour Victor Buck, s. à r. l., Luxembourg

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 222 1 er décembre 2015. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 222 1 er décembre 2015. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4791 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 222 1 er décembre 2015 S o m m a i r e Règlement ministériel

Plus en détail

MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg

MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 911 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N o 25 24 avril 1996 S o m m a i r e BOURSE Règlement grand-ducal du

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1421 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 72 11 août 2000 S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS Loi

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION S O M M A I R E

RECUEIL DE LEGISLATION S O M M A I R E 1113 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 68 18 novembre 1976 S O M M A I R E Règlement ministériel du 19 octobre

Plus en détail

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2008-02

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2008-02 Tunis, le 14 janvier 2008 Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2008-02 OBJET // Financement de biens et services d origine portugaise pour les petits et moyens projets des opérateurs tunisiens et des

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE 891 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 59 28 août 1967 SOMMAIRE Règlement grand-ducal du 31 juillet 1967 déterminant

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e FONDS NATIONAL DE SOUTIEN À LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e FONDS NATIONAL DE SOUTIEN À LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4273 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 222 110 5 décembre 22 mai 2009 2014 S o m m a i r e FONDS NATIONAL

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e ARTISTES ET CRÉATION ARTISTIQUE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e ARTISTES ET CRÉATION ARTISTIQUE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4831 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 254 110 24 décembre 22 mai 2009 2014 S o m m a i r e ARTISTES

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 Présenté à la réunion du Conseil d administration du 22 mars 2016. Table des matières 1. POLITIQUE GÉNÉRALE...2 1.1 Fondement de la politique d investissement... 2 1.2

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 113 26 mai 2009. S o m m a i r e PROFESSION D INFIRMIER EN ANESTHESIE ET REANIMATION

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 113 26 mai 2009. S o m m a i r e PROFESSION D INFIRMIER EN ANESTHESIE ET REANIMATION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1643 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 113 26 mai 2009 S o m m a i r e PROFESSION D INFIRMIER EN ANESTHESIE

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 Modifiée à la réunion du Conseil du 17 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 1.1 Fondement de la Politique d investissement... 1 1.2 Fonds d aide de la

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION

RECUEIL DE LEGISLATION MEMORIAL Journal Officiel du GrandDuché de Luxembourg 685 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 25 18 avril 1983 SOMMAIRE Loi du 11 avril 1983 portant approbation du

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 759 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 55 29 avril 2008 S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS Loi du

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION

RECUEIL DE LEGISLATION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 161 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N o 14 16 mars 1990 S o m m a i r e IMPORTATION ET EXPORTATION DE MARCHANDISES

Plus en détail

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Mise à jour : Septembre 2015 Centre local de développement (CLD) de La Haute-Gaspésie POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Adopté le : N o de résolution : TABLE DES MATIÈRES 1-

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE 1337 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 72 20 décembre 1965 SOMMAIRE Règlement ministériel du 1 er décembre

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 137 27 décembre 2000. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 137 27 décembre 2000. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2977 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 137 27 décembre 2000 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 15 décembre

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 76 30 juillet 2002. S o m m a i r e INCAPACITÉ DE TRAVAIL ET RÉINSERTION PROFESSIONNELLE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 76 30 juillet 2002. S o m m a i r e INCAPACITÉ DE TRAVAIL ET RÉINSERTION PROFESSIONNELLE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1667 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 76 30 juillet 2002 S o m m a i r e INCAPACITÉ DE TRAVAIL ET RÉINSERTION

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1827 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 123 16 juin 2011 S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES Texte

Plus en détail

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES : CONSEIL ET REPRESENTATION EN JUSTICE Article 1 - Objet du contrat 1-1 Présentation Le

Plus en détail

MEMORIAL Journal Officiel Amtsblatt du Grand-Duché de des Großherzogtums Luxembourg

MEMORIAL Journal Officiel Amtsblatt du Grand-Duché de des Großherzogtums Luxembourg MEMORIAL 759 MEMORIAL Journal Officiel Amtsblatt du Grand-Duché de des Großherzogtums Luxembourg Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A - N 23 6 avril 1982 SOMMAIRE Loi du 12 mars 1982 modifiant certaines

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DES HAUTES-ALPES. 10, boulevard Georges Pompidou 05008 GAP CEDEX REGLEMENT INTERIEUR D'ACTION SOCIALE

CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DES HAUTES-ALPES. 10, boulevard Georges Pompidou 05008 GAP CEDEX REGLEMENT INTERIEUR D'ACTION SOCIALE CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DES HAUTES-ALPES 10, boulevard Georges Pompidou 05008 GAP CEDEX REGLEMENT INTERIEUR D'ACTION SOCIALE 2015 2 SOMMAIRE Titre 1 : Les Aides individuelles aux familles 3 1.

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 TITRE DE LA POLITIQUE : N o : Politique sur le remboursement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

DEMANDE DE PRET D ETUDES

DEMANDE DE PRET D ETUDES PROVINCE DE LUXEMBOURG ANNEE 2010-2011 1ére Inspection Générale DEPARTEMENT DES AFFAIRES SOCIALES ET HOSPITALIERES DIVISION DES AFFAIRES SOCIALES Services des Prêts et des Primes DEMANDE DE PRET D ETUDES

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 151 31 décembre 2002. S o m m a i r e ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 151 31 décembre 2002. S o m m a i r e ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3659 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 151 31 décembre 2002 S o m m a i r e ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 22 9 février 2012. S o m m a i r e RÈGLEMENT GRAND-DUCAL EN MATIÈRE DE DROIT D ÉTABLISSEMENT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 22 9 février 2012. S o m m a i r e RÈGLEMENT GRAND-DUCAL EN MATIÈRE DE DROIT D ÉTABLISSEMENT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 255 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 22 9 février 2012 S o m m a i r e RÈGLEMENT GRAND-DUCAL EN MATIÈRE

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international -Loi n94-42 du 7 mars 1994, fixant le régime applicable à l exercice des activités

Plus en détail

Amendements au Statut du Personnel et au Règlement du Personnel 1

Amendements au Statut du Personnel et au Règlement du Personnel 1 CONSEIL EXÉCUTIF EB133/12 Cent trente-troisième session 14 mai 2013 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Amendements au Statut du Personnel et au Règlement du Personnel 1 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie de la confirmation d un crédit documentaire - DGP 508 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 19 16 février 2009. S o m m a i r e RESTRUCTURATION DU SCRIPT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 19 16 février 2009. S o m m a i r e RESTRUCTURATION DU SCRIPT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 191 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 19 16 février 2009 S o m m a i r e RESTRUCTURATION DU SCRIPT Loi du

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3237 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 172 110 1 er septembre 22 mai 2009 2014 S o m m a i r e Règlement

Plus en détail

Les formes de financement

Les formes de financement Les formes de financement Lorsque l on étudie le financement d une entreprise, on distingue : Les sources à court terme (moins d une année). Les sources à moyen terme (entre 2 et 5 ans). Les sources à

Plus en détail

Région Franche-Comté - Mobilité internationale des jeunes Règlement du programme DYNASTAGE ÉTUDIANTS

Région Franche-Comté - Mobilité internationale des jeunes Règlement du programme DYNASTAGE ÉTUDIANTS Région Franche-Comté - Mobilité internationale des jeunes Règlement du programme DYNASTAGE ÉTUDIANTS Départs au cours de l année 2015 Délibération des 18 et 19 décembre 2014 Article 1 : Critères d éligibilité

Plus en détail

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX FOR02 v. 4 d u 15.05.2012 DG2/DPR/CRE 2007-2013 Proj. XXXX-XX-XXX CO XX-2012 (Gestionnaires du projet) C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX «Compétitivité régionale et emploi» 2007-2013 Relative à la

Plus en détail

Le règlement général des subventions départementales

Le règlement général des subventions départementales Le règlement général des subventions départementales Les règles d ordre général Article 39. Le cadre général des subventions 39-1 - Définitions Une subvention se définit de la façon suivante : - Un concours

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 60 6 avril 2011. S o m m a i r e FICHES À TENIR PAR LES LOGEURS EXPLOITANT UN SERVICE D HÉBERGEMENT TOURISTIQUE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 60 6 avril 2011. S o m m a i r e FICHES À TENIR PAR LES LOGEURS EXPLOITANT UN SERVICE D HÉBERGEMENT TOURISTIQUE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1069 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 60 6 avril 2011 S o m m a i r e FICHES À TENIR PAR LES LOGEURS EXPLOITANT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers.

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers. REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DIRECTION DE L ARTISANAT PARIS, LE 13 JAN. 1989 Sous-Direction de la Réglementation 24, rue de l Université et de l Orientation des Structures

Plus en détail

Ville des ANDELYS NOVEMBRE 2014 OCTOBRE 2015 RENOUVELABLE JUSQU EN OCTOBRE 2017 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.

Ville des ANDELYS NOVEMBRE 2014 OCTOBRE 2015 RENOUVELABLE JUSQU EN OCTOBRE 2017 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P. Ville des ANDELYS MARCHE DE PETITES FOURNITURES ET DE MATERIAUX POUR LES SERVICES TECHNIQUES NOVEMBRE 2014 OCTOBRE 2015 RENOUVELABLE JUSQU EN OCTOBRE 2017 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION 1 CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION Dernière mise à jour : le 21/06/2012 Sommaire Article 1 : Conditions de mise en œuvre... 2 Article 2 : Matérialisation

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 17 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 3 1 er février 1969 SOMMAIRE Règlement grand-ducal du 8 janvier 1969

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 81 27 avril 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 81 27 avril 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 961 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 81 27 avril 2009 S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

DECRET N 04-124 / P-RM DU 21 AVR 2004 FIXANT LES CONDITIONS D EXERCICE DES PROFESSIONS D ORGANISATEURS DE VOYAGES ET DE SEJOURS

DECRET N 04-124 / P-RM DU 21 AVR 2004 FIXANT LES CONDITIONS D EXERCICE DES PROFESSIONS D ORGANISATEURS DE VOYAGES ET DE SEJOURS 1 REPUBLIQUE DU MALI PRIMATURE *************** SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT ******************* Un Peuple - Un But - Une Foi DECRET N 04-124 / P-RM DU 21 AVR 2004 FIXANT LES CONDITIONS D EXERCICE

Plus en détail

Principes en matière de dépôt et de publications

Principes en matière de dépôt et de publications Principes en matière de dépôt et de publications Remarques préalables : Les notes présentées par le Registre de commerce et des sociétés (RCS) : sont de nature générale et ne visent pas la situation particulière

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 91 4 mai 2009. S o m m a i r e SOINS PALLIATIFS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 91 4 mai 2009. S o m m a i r e SOINS PALLIATIFS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1061 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 91 4 mai 2009 S o m m a i r e SOINS PALLIATIFS Règlement grand-ducal

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 225 26 novembre 2009. S o m m a i r e DÉPÔT LÉGAL

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 225 26 novembre 2009. S o m m a i r e DÉPÔT LÉGAL MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3937 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 225 26 novembre 2009 S o m m a i r e DÉPÔT LÉGAL Règlement grand-ducal

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC) SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT D EPARGNE

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA Conditions Générales de Vente Les conditions générales de vente régissant les rapports entre les agences de voyages et leur clientèle, ont été fixées par le décret

Plus en détail

Règlement Parcours 1,2,3,GO

Règlement Parcours 1,2,3,GO Article 1 : Organisateurs Règlement Parcours 1,2,3,GO a. L organisation du parcours et du réseau 1,2,3,GO est pilotée par à Luxembourg en collaboration avec des relais locaux, à savoir : Luxinnovation,

Plus en détail

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu :

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu : BODI - Texte DGI n 2003/54 - Note commune n 35/2003 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 22 et 23 de la loi n 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003 relatives

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt «Tunisie Leasing 2012-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération 1.3. Attestation

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement POUR LA PARTICIPATION DE LE MANS METROPOLE AU FINANCEMENT DES PRÊTS PARTICIPATIFS DE DÉVELOPPEMENT ENTRE : Le Département

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1767 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 85 23 juillet 2001 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 17 juillet

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE B TO B 1 - PRINCIPES : 2 - OUVERTURE DE COMPTE 3 - COMMANDES 4 - ARTICLES DANS/HORS CATALOGUE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE B TO B 1 - PRINCIPES : 2 - OUVERTURE DE COMPTE 3 - COMMANDES 4 - ARTICLES DANS/HORS CATALOGUE CONDITIONS GENERALES DE VENTE B TO B 1 - PRINCIPES : Les ventes sont soumises aux présentes CGV qui prévalent sur toutes conditions d achat, sauf dérogation préalable et écrites de SEA2. Elles ne sauraient

Plus en détail

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé Lettre remise en main propre contre émargement à chaque salarié ou envoyée par recommandé avec demande d avis de réception Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais

Plus en détail

14.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation

14.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation Conseil national Session de printemps 05 e-parl 8.0.05 :58 - -.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral du novembre 0 Propositions de la Commission

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 438 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 1 er décembre 2014 PROJET DE LOI de financement de la sécurité

Plus en détail

DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES ET NON AMORTISSABLES DES ENTREPRISES

DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES ET NON AMORTISSABLES DES ENTREPRISES REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON -------- -------- Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland -------- -------- DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Biogaz

Les avis de la Chambre des Métiers. Biogaz Les avis de la Chambre des Métiers Biogaz Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 15 décembre 2011 relatif à la production, la rémunération et la commercialisation

Plus en détail

Objet de la consultation

Objet de la consultation CAHIER des CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics Objet de la consultation VERIFICATION ET MAINTENANCE

Plus en détail

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire 2014-2015 Adoptée : 26 juin 2014 (CC-2014-295) En vigueur

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

Règlement concernant l obtention des prêts

Règlement concernant l obtention des prêts COMITE D ENTREPRISE De la CARSAT et du Service Médical AUVERGNE ------------------------------------ 5, Rue Entre les deux villes ----------------------------------- Adresse postale : CE CARSAT AUVERGNE

Plus en détail

Chap 1 : Risques liées aux opérations du commerce international

Chap 1 : Risques liées aux opérations du commerce international Chap 1 : Risques liées aux opérations du commerce international Il faut prendre en compte : -l objet du risque, son impact -la réalisation du risque -la nature du risque I] Risques liés à l international

Plus en détail

BOURSE «JEUNES BENEVOLES VENDEENS»

BOURSE «JEUNES BENEVOLES VENDEENS» Pôle Culture Service Développement culturel Jeunesse BOURSE «JEUNES BENEVOLES VENDEENS» 1/7 Date de l adoption par la Commission permanente : Délibération n 3-13 en date du 4 juillet 2014 1. Objectifs

Plus en détail

Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR

Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR Partie 1 : Règlement d intervention. Article 1 Objet Les projets d entreprise éligibles aux fonds d intervention géré par l association ont un objet économique

Plus en détail

ASSURANCE VIE AE ÉVOLUTION

ASSURANCE VIE AE ÉVOLUTION ASSURANCE VIE AE ÉVOLUTION Note d Information valant Conditions Générales cortalconsors.fr AE Évolution Dispositions essentielles du contrat 1. AE Évolution est un contrat individuel d assurance sur la

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE Office de Tourisme de Bayonne Place des basques BP 819 64108 Bayonne Cedex Tél. 0820 42 64 64 / Fax 33 (0) 5 59 59 37 55 resa@bayonne tourisme.com www.bayonne tourisme.com

Plus en détail

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document.

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. PROCURATION Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. Juin 2013 PROCURATION RELATIVE AUX TRANSACTIONS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA CONVENTION D INVESTISSEMENT INTERVENUE ENTRE SCOTIA CAPITAUX INC.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SECTEUR DES ASSURANCES

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SECTEUR DES ASSURANCES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1831 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 103 21 juillet 2005 S o m m a i r e SECTEUR DES ASSURANCES Loi du

Plus en détail

AGENCE RECEPTIVE - COLMAR TOURISME Certificat d immatriculation au Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours ATOUT France : IM068100027

AGENCE RECEPTIVE - COLMAR TOURISME Certificat d immatriculation au Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours ATOUT France : IM068100027 CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTES AGENCE RECEPTIVE - COLMAR TOURISME Certificat d immatriculation au Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours ATOUT France : IM068100027 Il est expressément précisé,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 127 27 août 2008. S o m m a i r e AGENCE EUROPEENNE DE DEFENSE: PRIVILEGES ET IMMUNITES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 127 27 août 2008. S o m m a i r e AGENCE EUROPEENNE DE DEFENSE: PRIVILEGES ET IMMUNITES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1913 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 127 27 août 2008 S o m m a i r e AGENCE EUROPEENNE DE DEFENSE: PRIVILEGES

Plus en détail

Texte des résolutions proposées

Texte des résolutions proposées 1 2 3 4 5 6 7 Résolutions de la compétence de l Assemblée Générale Ordinaire Première Résolution (Approbation des comptes sociaux de l exercice 2007) L Assemblée Générale, après avoir pris connaissance

Plus en détail

C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières)

C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières) «Réfection des parkings et voies d accès sur le site du Mont Gros» C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières) Maître d ouvrage : Maître d œuvre : Observatoire de la Côte d Azur (Établissement

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise.

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.05.2001 SG (2001) D/ 288747 Objet: Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. Monsieur le Ministre,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective régionale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective régionale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3234 Convention collective régionale IDCC : 1391. MANUTENTION ET NETTOYAGE SUR LES AÉROPORTS (Région

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

REFERENTIELS DE PROCEDURES

REFERENTIELS DE PROCEDURES TOGO REFERENTIELS DE PROCEDURES 1. BANQUE COFFRE - CAISSE 1.1. Banque - Coffre Le coffre doit contenir au maximum : Lorsque ce montant est atteint, le surplus doit être déposé sur le compte en banque de

Plus en détail

Loi n 44-10 relative au statut de «Casablanca Finance City» telle que modifiée et complétée par la loi n 68-12

Loi n 44-10 relative au statut de «Casablanca Finance City» telle que modifiée et complétée par la loi n 68-12 Loi n 44-10 relative au statut de «Casablanca Finance City» telle que modifiée et complétée par la loi n 68-12 Article premier Il est créé, en vertu de la présente loi, une place financière à Casablanca

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE.

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 989 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 110 22 mai 2009 A N 85 6 mai 2013 S o m m a i r e S o m m a i

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e RÈGLEMENTS DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e RÈGLEMENTS DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3709 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 200 110 21 novembre 22 mai 2009 2013 S o m m a i r e RÈGLEMENTS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE)

Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE) Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève, vu la loi en faveur du développement de l économie et de l emploi, du 20 janvier 2000; vu

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal portant organisation de l apprentissage pour adultes. Exposé des motifs

Projet de règlement grand-ducal portant organisation de l apprentissage pour adultes. Exposé des motifs Projet de règlement grand-ducal portant organisation de l apprentissage pour adultes. Exposé des motifs Le projet de règlement grand-ducal se base sur l article 26 de la loi modifiée du 4 septembre 1990

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT PROJET DE CONVENTION DE MANDAT ÉQUIPEMENT DES SALLES SERVEURS DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND DOLE ET DE LA VILLE DE DOLE DANS LE CADRE D UN SYSTÈME D INFORMATION MUTUALISÉ ENTRE La Communauté

Plus en détail

Conditions générales de vente B2B

Conditions générales de vente B2B Conditions générales de vente B2B CONDITIONS GENERALES DE VENTE (LIVRES) ARTICLE PREMIER - Champ d application Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes conclues par

Plus en détail

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S.

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible...3 Société de personnes admissible...3

Plus en détail

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981)

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) JO n 16 du 15 août 1976 TITRE I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

Inédit en Martinique : L ÉCOLE DE L IMMOBILIER GUY HOQUET ANTILLES

Inédit en Martinique : L ÉCOLE DE L IMMOBILIER GUY HOQUET ANTILLES Inédit en Martinique : L ÉCOLE DE L IMMOBILIER GUY HOQUET ANTILLES L immobilier est un secteur passionnant mais exigeant. Devenir un véritable professionnel nécessite d acquérir méthode et rigueur afin

Plus en détail