Traitements chirurgicaux des maladies fonctionnelles œsogastriques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitements chirurgicaux des maladies fonctionnelles œsogastriques"

Transcription

1 mise au point Traitements chirurgicaux des maladies fonctionnelles œsogastriques Rev Med Suisse 2015 ; 11 : M. Winiker A. Schoepfer N. Demartines P. Allemann Drs Michael Winiker et Pierre Allemann Pr Nicolas Demartines Service de chirurgie viscérale Dr Alain Schoepfer Service de gastro-entérologie et d hépatologie CHUV, 1011 Lausanne Surgical treatment of gastroesophageal diseases Gastroesophageal functional diseases comprise several pathologies impending upper gastrointestinal function : reflux disease, hiatal hernias, short esophagus and achalasia. Their presentation may be similar, but their treatment differs on many points. The initial approach consists of lifestyle changes and medical management. However, surgical treatment is sometimes necessary. Strict patient selection ensures good long term results, while limiting the risk of complications. This selection is based on precise functional assessment and management in the context of multidisciplinary discussions. This article aims to discuss current aspects on general management, functional investigations and surgical treatments available. Les pathologies fonctionnelles œsogastriques regroupent plusieurs maladies touchant la fonction digestive haute : la maladie de reflux, les hernies hiatales, l œsophage court et l achalasie. Leur mode de présentation est parfois similaire, mais leur traitement diffère sur de nombreux points. L approche initiale passe souvent par une modification de l hygiène de vie et une prise en charge médicale. Mais une prise en charge chirurgicale est parfois nécessaire. Une sélection très stricte des patients permet de garantir un bon résultat à long terme, tout en limitant le risque de complications. Elle repose sur un bilan fonctionnel précis et une prise en charge dans le cadre de discussions multidisciplinaires. Cette revue fait un point actuel sur la prise en charge générale, les bilans nécessaires et les traitements chirurgicaux disponibles. introduction Les maladies fonctionnelles du tractus digestif haut comprennent un spectre large de maladies, pouvant paraître apparentées dans leur présentation ou dans leur physiopathologie. Elles nécessitent cependant une prise en charge très différente. Ces maladies, dites fonctionnelles, sont souvent handicapan tes pour le patient avec une nette diminution de la qualité de vie. Si la base thérapeutique est le plus souvent médicale, l approche chirurgicale est néanmoins nécessaire dans un certain nombre de situations. Il conviendra de garder à l esprit que le traitement vise une amélioration des symptômes (chirurgie fonctionnelle). Il est donc primordial de préserver au maximum l intégrité des structures anatomiques et de balancer le risque chirurgical, certes faible, avec le bénéfice attendu. Dans cette optique, il est clair qu une prise en charge multidisciplinaire chirurgico-gastroentérologique est fondamentale. Une revue de la prise en charge, des indications opératoires et des résultats principaux concernant les maladies fonctionnelles œso-gastriques est présentée dans cet article. maladie de reflux gastro-œsophagien Définition Le reflux anormal du contenu gastrique dans l œsophage est provoqué par une insuffisance du sphincter œsophagien inférieur (SOI). Il s agit d une pathologie extrêmement fréquente, avec 7% de la population évoquant des symptômes quotidiens et 33% ayant des symptômes une fois par mois. 1 Les principaux facteurs de risque sont l obésité, la présence d une hernie hiatale et certaines conditions ou maladies modifiant la motilité œsophago-gastrique (transplantés pulmonaires, parkinsoniens, maladies neurodégénératives, fibrose kystique). Diagnostic Les symptômes peuvent être typiques, atypiques ou même extra-digestifs, comme mentionné dans le tableau 1. Un certain nombre de patients avec des Revue Médicale Suisse 17 juin _36_38650.indd :18

2 Tableau 1. Symptomes GERD (Gastroesophageal reflux disease)1 Symptômes typiques Régurgitations acides, brûlures d estomac Symptômes atypiques Pression épigastrique, lourdeurs d estomac, épigastralgies, dyspepsie, nausées, ballonnements et éructations Symptômes extra-digestifs Toux chronique, bronchospasme, enrouement, maux de gorge, asthme, laryngite, érosions dentaires l ésions pathologiques visibles à l endoscopie peuvent également être complètement asymptomatiques.1 Le diag nostic est principalement basé sur l anamnèse approfon die, qui peut être affinée par un essai positif de prescription d un inhibiteur de la pompe à protons (IPP). Les symp tômes de reflux pouvant aussi être révélateurs d une pa thologie gastrique plus grave (gastrite, cancer), il conviendra de compléter le bilan, au minimum, par une œsophagogastro-duodénoscopie (OGD), cette dernière mettant en évidence dans 50% des cas des pathologies de la muqueu se du bas œsophage (œsophagite, endobrachyœsophage de Barrett)2 (figure 1) ou la présence d une hernie hiatale.3 Le diagnostic formel d une maladie de reflux repose sur la ph-métrie, effectuée en ambulatoire soit par sonde nasoœsophagienne, soit par capsule œsophagienne. Cet exa men enregistre le ph de 24 h et les éventuels symptômes ressentis par le patient. Un score de corrélation ph-symp tômes peut alors être calculé (score de Demeester), pré dictif d une bonne réponse au traitement chirurgical.4 Fina le ment, le bilan d un patient potentiellement éligible à la chirurgie comprendra également une manométrie œsopha gienne, afin d exclure un trouble de la motilité œsopha gienne, qui contre-indiquerait une fundoplicature. Traitement Le traitement primaire de la maladie de reflux débute par des mesures conservatrices modifiant l hygiène de vie (perte de poids, éviter les repas riches en graisse, dossier du lit positionné à 30, prise des repas à distance du cou cher). Si ces mesures simples ne suffisent pas, on débutera un traitement par IPP ou antagonistes de récepteur hista minique.1 La chirurgie sera pro posée dans les indications suivantes : le refus de médication à long terme, une intolé rance au traitement médicamenteux, une persistance des symptômes malgré un traitement maxi mal, une manifesta tion extradigestive avec échec sous traitement antiacide.1 A noter que la littérature a clairement démontré un avan tage en termes de coût/efficacité pour l approche chirurgi cale à long terme. Ce fait explique le recours à la chirurgie plus libérale dans les pays à forte planification sanitaire étatisée (Scandinavie, Angleterre). La fundoplicature selon Nissen consiste à entourer la jonction gastro-œsophagienne par une valve gastrique à 360. Il s agit du gold standard chirurgical dans la majorité des centres.5 La fundoplicature selon Toupet est une alter native de valve postérieure à 270. Si cette dernière tech nique présente moins de dysphagies postopératoires im médiates, les résultats à long terme sont équivalents entre les deux techniques, autant du point de vue de la dyspha gie que du contrôle du reflux. La fundoplicature peut, le cas échéant, être effectuée conjointement à d autres procédu res, dans le cadre d une réparation de hernie hiatale ou du trai tement de l œsophage court (voir chapitres s y référant). La mortalité de la fundoplicature laparoscopique est très basse, de l ordre de 0,1%.6 Les suites postopératoires immédiates sont souvent accompagnées d une dysphagie précoce (3040% des patients), liée à l inflammation locale et régressant en 4-6 semaines de manière spontanée. Les résultats à moyen et long termes sont bons, avec une satisfaction de 90% des patients à cinq ans et une amélioration de la qua lité de vie jusqu à dix ans après l intervention (sans tout de même atteindre le niveau de qualité de vie de la population générale). En termes de contrôle du reflux, on notera tout de même qu environ 50% des patients devront reprendre une médication d IPP à cinq ans, mais ceci avec un bon con trôle des symptômes (ce qui n était pas forcément le cas avant la chirurgie). Les complications tardives les plus fré quentes sont le gas bloat (l impossibilité d éructer) et les flatulences, rencontrés chez environ 10-15% des patients. La dysphagie tardive et la récidive de reflux sont deux condi tions pour lesquelles une réintervention peut être indiquée. On estime qu entre 5 et 10% des patients devront être ré opérés à dix ans. hernie hiatale Définition Figure 1. Hernie hiatale avec œsophage de Barrett 1352 Un glissement du contenu abdominal dans l orifice hiatal définit une hernie hiatale. La prévalence exacte est incon nue, mais importante, estimée entre 10 et 50% de la popu lation nord-américaine, selon les séries.3 Normalement, la fusion entre le fascia endothoracique et le fascia dia phrag mati que inférieur forme la membrane phréno-œsophagien ne (mem brane de Laimer), qui ferme cet orifice naturel sur tout le pourtour de la jonction gastro-œsophagienne.3 Cette région anatomique est cependant exposée à la pression de la cavité abdominale et donc à risque de faiblesse. L obé sité et l âge sont deux facteurs de risque importants de hernie hiatale.7 Les hernies hiatales sont séparées en deux Revue Médicale Suisse 17 juin _36_38650.indd :18

3 types et quatre sous-types (figure 2) : les hernies axiales ou par glissement (type I, 85% des cas) et les hernies paraœ sophagiennes, subdivisées en hernies par roulement (type II, 10% des patients), hernies mixtes (type III) combinai son des deux types I et II et les types IV, si un autre or gane se retrouve dans la hernie (plus fréquent : côlon, rate, grêle).8 Diagnostic La plupart des patients sont asymptomatiques. Seuls 5-10% présentent des symptômes variés, sous la forme d épigastralgies, de reflux, de régurgitation ou d une dys phagie basse. Les patients présentant une hernie de type II, III ou IV peuvent développer une obstruction mécanique ou un volvulus gastrique.3 La clinique typique du volvulus (épi gastralgie sévère, efforts de vomissement non productifs et impossibilité de mettre une sonde naso-gastrique) est connue sous le nom de triade de Borchardt. Des lésions d ischémie chronique, connues sous le nom d ulcères de Cameron, peuvent également se développer et être à l ori gine d une anémie ferriprive ou d un méléna. Le bilan initial comprendra une OGD.3 Chez les patients candidats à une chirurgie (cf. ci-dessous), il sera complété par une imagerie permettant de typiser la hernie (transit à la gastrographine ou CT thoraco-abdominal) et par une manométrie haute définition (HD), afin d exclure de gros troubles de la moti lité œsophagienne. En cas de reflux gastro-œsophagien, il conviendra également d effectuer une ph-métrie. Traitement La prise en charge dépend du type de hernie et du mode de présentation. Il n y a pas d indication opératoire pour les hernies de type I asymptomatiques. Ce type de hernie est cependant fréquemment associé à une maladie de reflux et son trai tement sera directement lié à la prise en charge de la ma ladie de reflux (mêmes indications opératoires, cf. para graphe s y rapportant). La hernie hiatale sera simplement corrigée au cours de la fundoplicature. Les hernies paraœsophagiennes (type II, III ou IV), même asymptomati ques, peuvent être associées à la survenue de complications Figure 2. Hernie hiatale en inversion otentiellement graves, mais heureusement rares (moins de p 2% par an). Le risque opératoire n étant cependant pas nul (situé entre 1 et 5%, tous patients confondus), une répara tion chirurgicale élective devra être discutée au cas par cas, en fonction de l âge et des comorbidités présentées par le patient. Il est clair qu en cas de présentation aiguë (volvulus, ulcère hémorragique ou nécrose gastrique), l indication sera formelle, malgré un risque très important de compli cations et de mortalité, respectivement 30-50% et 5-10%. Le gold standard du traitement chirurgical est une ap proche laparoscopique, avec résection du sac herniaire, fer meture du hiatus par des points de rapprochement des piliers du diaphragme. La clé de l intervention consiste à rétablir une jonction gastro-œsophagienne intra-abdominale sans tension (voir chapitre sur l œsophage court). L adjonction d une fundoplicature se fait chez les patients présentant du reflux en préopératoire. Le rôle de la gastropexie (fixation de l estomac au diaphragme ou à la paroi abdominale) est débattu, peu étudié dans la littérature et ne diminue clai rement pas le risque de récidive. Pour notre part, nous ré servons cette technique à des patients polymorbides, opé rés dans des situations urgentes. L ajout d un filet pour ren forcer le diaphragme, de quelque nature que ce soit, n a jamais été associé à une quelconque diminution de risque de récidive dans la littérature, mais expose au contraire le patient à des risques de complications supplémentaires graves, tels que dysphagie, migration intragastrique et lé sions œsophagiennes. En l absence de bénéfice clairement prouvé, cette technique ne devrait pas, à nos yeux, consti tuer une approche standard. Quelle que soit la technique, le taux de récidives est malheureusement très élevé (décrit jusqu à 40% à cinq ans), mais la majorité ne sont pas symptomatiques.8 œsophage court L œsophage court est une entité associée à la présence d une hernie hiatale de grande taille et de longue date. Son existence est un sujet controversé, y compris au sein même de la communauté chirurgicale. Sa présence a été rappor tée dans 0-60% des cas présentant une hernie hiatale. Son développement serait acquis à la suite d une maladie de reflux de longue durée. L inflammation chronique périœsophagienne en découlant induirait la formation d une fibrose et d une contraction de la muscularis propria externe, conduisant à un raccourcissement progressif de l œsopha ge.8 Selon certains auteurs, la non-reconnaissance de cette pathologie lors d une cure de hernie hiatale pourrait expli quer une grande majorité de récidives, par traction continue sur le montage antireflux.8 Ce diagnostic peut être suspecté à l OGD, au transit à la gastrographine ou sur un CT-scan thoraco-abdominal. Il ne sera toutefois confirmé de manière formelle qu en intraopératoire. Après dissection de l œsophage distal, on parle d œsophage court si la jonction gastro-œsophagienne ne reste pas en infradiaphragmatique, sans traction.9 Le traitement, outre celui de la hernie hiatale associée, consiste en une plastie d allongement de l œsophage, par une section gastrique au niveau du fundus (gastroplastie selon Collis). Cette intervention est effectuée par laparo Revue Médicale Suisse 17 juin _36_38650.indd :18

4 scopie, à l aide d agrafeuses linéaires angulées.10 Les prin cipaux risques de cette plastie gastrique sont l apparition précoce d une fistule gastrique sur la ligne d agrafes (2-3%) ou le développement tardif d une sténose (5%). Cette techni que très intéressante permet, selon la littérature, de réduire le taux de récidives de hernie hiatale de 40% à 10% des cas. achalasie Définition Il s agit d une maladie rare, avec une incidence de 1 : habitants, touchant de manière égale les femmes et les hommes.11 L achalasie est un trouble de la motilité œsophagienne primaire, qui combine une absence de pé ristaltisme tubulaire et une perturbation de la relaxation du sphincter œsophagien inférieur (SOI).12 La physiopatho logie exacte est mal connue. Une des hypothèses serait un processus auto-immun sur une base génétique, associé à une lésion virale (herpétique?) déclenchante.13,14 L inflam mation résultante amènerait une perte des neurones inhi biteurs du plexus myentérique.11 Diagnostic La dysphagie est le symptôme le plus fréquemment rap porté, parfois accompagné de régurgitations, de douleurs thoraciques ou d une perte pondérale parfois importante.13,14 L achalasie est une pathologie méconnue et les symptômes sont parfois mis sur le compte d une maladie de reflux.14 L OGD constitue à notre sens le premier outil diagnos tique. Elle permettra d éliminer une cause d achalasie se condaire (obstruction mécanique intrinsèque, œsophagite à éosinophiles ou cancer de la jonction œso-gastrique). Ce dernier diagnostic doit à tout prix être éliminé par des biopsies, surtout en cas de symptomatologie rapidement progressive. Un transit à la gastrographine peut également être effectué, montrant une image dynamique de la déglu Tableau 2. Classification de Pandolfino de l achalasie13 Type I Achalasie classique Pas de contraction spécifique de l œsophage Spasme du sphincter œsophagien inférieur Type II Achalasie avec compression Pression augmentée sur toute la longueur de l œsophage (pressurisation panœsophagienne) Absence de péristaltisme intact, pour L 20% des déglutitions Type III Achalasie spastique Spasmes localisés de l œsophage Absence de péristaltisme intact, vitesse de propagation élevée pour L 20% des déglutitions tition, généralement typique de l achalasie. Une sténose en bec de flûte peut parfois apparaître, posant le diagnostic différentiel avec une sténose cancéreuse (figure 3).13 La manométrie HD est le gold standard du diagnostic de l acha lasie,13 avec une spécificité de plus de 90%. Une relaxation incomplète du SOI pendant la déglutition, avec une pression résiduelle L 10 mmhg, caractérise une achalasie.13 La ma nométrie HD permet de classifier la maladie en trois caté gories distinctes et cliniquement relevantes (classification de Pandolfino) (tableau 2, figure 4).15,16 Le type I est carac térisé par une absence d une pression dans l œsophage distal de plus de 30 mmhg (achalasie classique). Le type II est caractérisé par une pression élevée (L 30 mmhg) dans le bas œsophage lors de la déglutition (pressurisation panœsophagienne) et le type III présente des contractions spastiques de l œsophage distal.13 Traitement Il existe une multitude d approches, dont les succès sont variés, de même que les effets secondaires. Le traitement médicamenteux (nitrates, bloqueurs des canaux calciques) D D D Hypertonie du sphincter inférieur D Absence de péristaltisme de l œsophage tubulaire Figure 4. Manométrie haute résolution Figure 3. Bec de flûte 1354 Image typique d une achalasie dans une manométrie à haute résolution. On observe une hypertonie du muscle sphincter inférieur et une absence de motilité propulsive. Les «D» caractérisent les déglutitions. Revue Médicale Suisse 17 juin _36_38650.indd :18

5 a un succès modeste (13-49% d améliorations des symptômes) et est associé à des effets secondaires importants (hypotension, céphalées et étourdissement). Il ne présente donc que peu d intérêt en pratique. 14 La toxine botulinique A (Botox) est un inhibiteur présynaptique de l acétylcholine et cause une paralysie du SOI. Ce traitement est appliqué par injection directe dans le sphincter sous contrôle endoscopique. 80% des patients montrent une bonne réponse immédiate avec peu d effets secondaires, malheureusement moins de 60% des patients sont en rémission après une année. 13 La dilatation pneumatique (DP) est la méthode non chirurgicale la plus efficace. Un ballon est introduit dans l œsophage distal par voie endoscopique et les fibres musculaires circulaires sont déchirées par gonflage du ballon à une pression donnée. 17 La myotomie selon Heller est le gold standard chirurgical. Elle consiste en une section longitudinale des deux couches musculaires circulaires et longitudinales, s étendant sur une distance de 5-6 cm sur l œsophage et de 3 cm sur le cardia. Cette intervention est généralement effectuée en laparoscopie et sera accompagnée d une fundoplicature antérieure selon Dor, qui permettra de réduire l incidence du reflux postmyotomie de 40% à moins de 5%. 18 Les comparatifs les plus récents de ces deux approches (dilatation versus myotomie) montrent un avantage pour la chirurgie en termes de rémission des symptomes à cinq ans (79% vs 61%) et dix ans (76% vs 47%), au prix d un risque de perforation œsophagienne ou gastrique plus important dans le groupe chirurgical (4,8% vs 2,4%). 19 Il est à noter cependant que les perforations chirurgicales sont généralement réparées immédiatement en peropératoire, sans grande conséquence clini que. Ceci se traduit donc par un risque de perforation nécessitant une réintervention en faveur de la chirurgie (0,6% vs 2,4%). Dans notre pratique, nous privilégierons donc une approche chirurgicale primaire pour tout patient en bonne forme, sans comorbidité majeure et ayant une bonne espérance de vie. Dans le cas contraire, une approche endoscopique sera proposée. Pour terminer, la myotomie perorale endoscopique (POEM) est une technique nouvelle, à mi-chemin entre la chirurgie et l endoscopie. Si les résultats préliminaires sem blent intéressants (82% de succès cliniques à un an), il n existe pour l heure aucune donnée à long terme sur le succès et la sécurité de cette technique, qui reste donc expérimentale. 13 On notera en particulier l apparition d un reflux post-myotomie chez 46% des patients. 20 Quelle que soit l approche, il est très important d insister sur la nécessité d un suivi endoscopique à long terme, en raison d un risque augmenté de cancer œsophagien chez ces patients. 18 conclusions L approche chirurgicale des pathologies fonctionnelles œsogastriques est bien établie depuis des années, et s est peu à peu standardisée, même si quelques aspects sont encore débattus. Dans certaines situations, avec une bonne sélection des patients, cette approche a démontré un rapport coût/efficacité favorable à long terme, comparée à un traitement médicamenteux. Dans toutes les situations, il conviendra de garder à l esprit qu il s agit de chirurgie fonctionnelle, dont le but est de venir en aide à un patient dont la qualité de vie est altérée en raison de symptômes divers. L objectif consistera donc à offrir au patient la méthode présentant les meilleurs résultats à long terme, tout en minimisant la survenue de complications pouvant s avérer potentiellement invalidantes et catastrophiques. La sélection des patients par un bilan préopératoire rigoureux et une technique opératoire irréprochable et rationnelle constituent à nos yeux deux points critiques, permettant de limiter le risque de péjorer une qualité de vie déjà diminuée. Pour terminer cet article, il nous paraît important de rappeler que les pathologies œsogastriques fonctionnelles sont une entité à cheval entre la gastroentérologie et la chirurgie. Une approche multi disciplinaire avec discussion et prise en charge conjointe constitue donc à nos yeux la clé de voûte du succès d une bonne indication. Les auteurs n ont déclaré aucun conflit d intérêts en relation avec cet article. Implications pratiques L approche multidisciplinaire (gastroentérologie, médecine, chirurgie) est fondamentale Le bilan de base comprend au minimum une gastroscopie. Il sera complété d une imagerie et d investigations fonctionnelles (manométrie, ph-impédance-métrie) selon les cas La chirurgie du reflux et de la hernie hiatale offre d excellents résultats fonctionnels à long terme, permettant bien souvent un arrêt du traitement médical, sous réserve d une bonne sélection des patients La prise en charge initiale de l achalasie (endoscopique ou chirurgicale) doit se discuter au cas par cas, en fonction des comorbidités du patient Bibliographie 1 ** Badillo R, Francis D. Diagnosis and treatment of gastroesophageal reflux disease. World J Gastrointest Pharmacol Ther 2014;5: Vakil N. The initial diagnosis of GERD. Best practice & research. Clin Gastroenterol 2013;27: ** Roman S, Kahrilas PJ. The diagnosis and management of hiatus hernia. BMJ 2014;349:g * Oelschlager BK, et al. Long-term outcomes after laparoscopic antireflux surgery. Am J Gastroenterol 2008;103:280-7 ; quiz * Bredenoord AJ, Pandolfino JE, Smout AJ. Gastrooesophageal reflux disease. Lancet 2013;381: Niebisch S, Peters JH. Update on fundoplication for the treatment of GERD. Curr Gastroenterol Rep 2012;14: Pandolfino JE, et al. Obesity : A challenge to esophagogastric junction integrity. Gastroenterology 2006; 130: Mori T, Nagao G, Sugiyama M. Paraesophageal hernia repair. Ann Thorac Cardiovasc Surg 2012;18: * Kohn GP, et al. Guidelines for the management of hiatal hernia. Surg Endosc 2013;27: * Horvath KD, Swanstrom LL, Jobe BA. The short Revue Médicale Suisse 17 juin _36_38650.indd :18

6 esophagus : Pathophysiology, incidence, presentation, and treatment in the era of laparoscopic antireflux surgery. Ann Surg 2000;232: von Rahden BH, et al. Diagnostics and therapy of achalasia. Chirurg 2014;85: * Moonen A, Boeckxstaens G. Current diagnosis and management of achalasia. J Clin Gastroenterol 2014; 48: ** Boeckxstaens GE, Zaninotto G, Richter JE. Achalasia. Lancet 2014;383: Vaezi MF, Pandolfino JE, Vela MF. ACG clinical guideline : Diagnosis and management of achalasia. Am J Gastroenterol 2013;108: ; quiz Pandolfino JE, et al. Achalasia : A new clinically relevant classification by high-resolution manometry. Gastroenterology 2008;135: Kahrilas PJ, et al. The Chicago Classification of esophageal motility disorders, v3.0. Neurogastroenterol Motil 2015;27: Schoenberg MB, et al. Laparoscopic Heller myotomy versus endoscopic balloon dilatation for the treatment of achalasia : A network meta-analysis. Ann Surg 2013; 258: Campos GM, et al. Endoscopic and surgical treatments for achalasia : A systematic review and metaanalysis. Ann Surg 2009;249: Weber CE, et al. Medium and long-term outcomes after pneumatic dilation or laparoscopic Heller myotomy for achalasia : A meta-analysis. Surg Laparosc Endosc Percutan Tech 2012;22 : Torres-Villalobos G, Martin-Del-Campo LA. Surgical treatment for achalasia of the esophagus : Laparoscopic heller myotomy. Gastroenterol Res Pract 2013; 2013: * à lire ** à lire absolument 1356 Revue Médicale Suisse 17 juin _36_38650.indd :18

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I. Définition II. Épidémiologie III. Physiopathologie IV. Décrire les signes fonctionnels

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale.

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. R CDU_Chap29.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 5:04 17 I Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. 29 I. DÉFINITION II. ÉPIDÉMIOLOGIE III. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

chez l'enfant et chez l'adulte.

chez l'enfant et chez l'adulte. Item 280 : Reflux gastrooesophagien chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Epidémiologie... 2 3 Physiopathologie...3

Plus en détail

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN Dr K.T DOUIDI I. Définition II. Rappel anatomique et physiologique III. Causes anatomiques et physiologique : a) Causes physiologiques b) Causes anatomiques c) Causes anatomiques

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Le reflux. Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS

Le reflux. Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS Le reflux Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS C est quoi? C est physiologique Mais GERD is a condition which develops when the reflux of stomach contents causes troublesome symptoms and/or complications.

Plus en détail

DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE

DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE 1- Définition 2 - Physiopathologie 3- Démarche diagnostique 4- Stratégie thérapeutique - traitement médical - «test and treat» - endoscopie OGD 5- Autres traitements médicamenteux,

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

La physiopathologie du RGO est multifactorielle

La physiopathologie du RGO est multifactorielle La physiopathologie du RGO est multifactorielle Altération de la barrière anti-reflux Reflux duodénogastro-oesophagien Diminution de l efficacité des contractions de l œsophage ou de ses défenses naturelles

Plus en détail

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE I. Huynh, H. Ghannem, A. Hernigou, C. Grataloup-Oriez, MP. Revel, G. Frija Service de Radiodiagnostic de l Hôpital Européen G. Pompidou, Paris - France EXEMPLE

Plus en détail

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie le passé le présent et le futur Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie digestive 1978 Endoscopie souple 1982 Polypectomie ERCP Mucosectomie

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de

Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de la Médecine M Factuelle Auteurs: M Ben M Ben Amar,, S Ben Amira,, J Rebaï *, R Beyrouti, A Guirat,, J Mnif*, MI Beyrouti, Service de Chirurgie Générale *Service

Plus en détail

LE REFLUX ACIDE ET LE RGO

LE REFLUX ACIDE ET LE RGO LE REFLUX ACIDE ET LE RGO PATHOLOGIQUE : Une réalité troublante au Canada FAIT 1 SUR LE RGO PATHOLOGIQUE VOIR PAGE 8 Société canadienne sur la recherche intestinale En moyenne, les patients atteints de

Plus en détail

Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo

Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo giques Le reflux gastro-œsophagien concerne 10% environ des enfants et des adultes et entraîne souvent des lésions dentaires

Plus en détail

Ai-je des brûlures d'estomac plus de deux fois par semaine?

Ai-je des brûlures d'estomac plus de deux fois par semaine? Reflux gastro-oesophagien / brûlement d estomac Les symptômes de la maladie du reflux gastro-oesophagien sont l'indigestion, les brûlures d'estomac et les régurgitations acides. Le reflux gastro-oesophagien

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Indications et Résultats Actuels en Chirurgie Bariatrique

Indications et Résultats Actuels en Chirurgie Bariatrique Indications et Résultats Actuels en Chirurgie Bariatrique Arnaud De Roover Centre Interdisciplinaire de Recherche et de Traitement de l Obésité Service de Chirurgie Abdominale et Transplantation Centre

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

Les complications de la chirurgie bariatrique

Les complications de la chirurgie bariatrique Les complications de la chirurgie bariatrique Je suis juste un peu envellopé! Dr O. EMUNGANIA Service de chirurgie digestive et endocrinienne - Pr Brunet Pr Berdah Service de gastro-entérologie et endoscopie

Plus en détail

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité.

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité. Bilan radiologique de la chirurgie bariatrique : une approche conventionnelle des attentes du chirurgien Paul-Emile Labeyrie (1), Nicole Provost (1), Yannick Leroux(2), Michèle Hamon(1) (1), Service d

Plus en détail

VIDEO-CAPSULE. D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE

VIDEO-CAPSULE. D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE VIDEO-CAPSULE D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE Qu apporte la vidéo capsule? => vision de la muqueuse de l intestin grêle Non vue par Rx Plus facile que l entéroscopie (rarement

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 mai 2013 TELEBRIX GASTRO, (300 mg l/ml), solution pour administration par voie orale ou rectale Flacon de 50 ml (CIP : 34009 327 480 9-9) Flacon de 100 ml (CIP : 34009

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN P. Tounian Gastroentérologie rologie et Nutrition PédiatriquesP Hôpital Armand-Trousseau, Paris Prévalence augmentée du RGO chez l enfant asthmatique (Thakkar

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE. L Impédancemétrie couplée à la ph-mètrie oesophagienne des 24 heures : technique, indications et résultats.

FORMATION MEDICALE CONTINUE. L Impédancemétrie couplée à la ph-mètrie oesophagienne des 24 heures : technique, indications et résultats. FORMATION MEDICALE CONTINUE L Impédancemétrie couplée à la ph-mètrie oesophagienne des 24 heures : technique, indications et résultats Sami Karoui, Hanene Ben Temime, Meriem Serghini, Lilia Zouiten, Jalel

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE

DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE SEMINAIRE n 1 Jeudi 12 et vendredi 13 décembre 2013 à LILLE Lieu : Faculté de Médecine de Lille Pôle Recherche (Face à l hôpital Claude HURIEZ), 1 place de Verdun 59037

Plus en détail

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications Docteur Gilles Lesur, Boulogne-Billancourt

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

Objectifs : Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien. Argumenter l'attitude thérapeutique (P) et planifier le suivi du patient.

Objectifs : Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien. Argumenter l'attitude thérapeutique (P) et planifier le suivi du patient. 60 ITEM 280 RGO de l adulte Objectifs : Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien. Argumenter l'attitude thérapeutique (P) et planifier le suivi du patient. Points clés Le RGO est une pathologie très fréquente,

Plus en détail

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac 1. Introduction L'adénocarcinome gastrique se développe à partir

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Deux types de dysphagie...2 3 Démarche diagnostique en cas de dysphagie oesophagienne... 3 3. 1 Étape 1

Plus en détail

2. Indications (Figure 2)

2. Indications (Figure 2) Conseil de pratique Techniques et indication de l entéroscopie Rédacteur : Gabriel Rahmi Documents de référence : Di Caro S, May A, Heine DG et al; DBE-European Study Group. The European experience with

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen)

Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen) Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen) Symposium FMC-HGE/GFNG Paris 25 mars 2011 Objectifs pédagogiques : Savoir reconnaître et authentifier une gastroparésie

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Comment traiter le reflux gastro-oesophagien?

Comment traiter le reflux gastro-oesophagien? Comment traiter le reflux gastro-oesophagien? Le reflux gastro-oesophagien ou RGO Il s agit d une pathologie d autant plus fréquente que l on vit dans un monde stressant, rapide, où l on est toujours sur

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd Tractus digestif Dysphagie cliniquement haute (l obstacle est haut ou bas) 1 Déglutition barytée L'endoscopie haute est généralement pratiquée en première intention chez les patients dysphagiques. Lorsque

Plus en détail

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME»

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» E. GOZLAN, Paris Congrès GIEDA, Bruxelles- déc. 2008 En cas de résultat

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

Dr Yves ANDUZE ACHER

Dr Yves ANDUZE ACHER Dr Yves ANDUZE ACHER REGIME ET OBSERVANCE Gerard REACH (HOPITAL AVICENNE) CRITERES D INDICATION OPERATOIRE BMI maximum supérieur 40 ou 35 en cas de co-morbidité Surcharge pondérale stabilisée depuis plus

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 ATCD : Cas clinique Mlle M. 29 ans Hernie discale lombaire ancienne (niveau indéterminé)

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique CNGOF 2013 : «PROLAPSUS» Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique Dr Pauline Roumeguère Service de gastroentérologie CHU de Bordeaux Hôpital St André Service de proctologie Clinique

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en mutation

La chirurgie de l obésité en mutation ARTICLE DE REVUE 225 Indications actuelles, techniques opératoires et résultats La chirurgie de l obésité en mutation Marc Schiesser Adipositaszentrum Kantonsspital St. Gallen Quintessence La chirurgie

Plus en détail

EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF

EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF PAR VIDÉOCAPSULE INGÉRÉE Classement hiérarchique : 07.01.09.01 - Code : HZQE900 MAI 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Jean CABANE Hoquet rebelle Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Hoquet rebelle Professeur Jean Cabane Service de médecine interne Hôpital

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Echec des IPP (Inhibiteur de la Pompe à proton type Mopral, Inexium ) dans la pathologie dite Reflux Pharyngo-Laryngé

Echec des IPP (Inhibiteur de la Pompe à proton type Mopral, Inexium ) dans la pathologie dite Reflux Pharyngo-Laryngé Echec des IPP (Inhibiteur de la Pompe à proton type Mopral, Inexium ) dans la pathologie dite Reflux Pharyngo-Laryngé Jean ABITBOL Patrick ABITBOL J.J. MAIMARAN voice.abitbol@noos.fr Voice.abitbol@gmail.co.com

Plus en détail

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 La Haute Autorité de Santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé au titre de son programme

Plus en détail

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie Chapitre 1 Œsophage 1. Embryologie 2. Anatomie 3. Radioanatomie 4. Histologie 5. Physiologie œsophagienne 6. Sémiologie œsophagienne 7. Reflux gastro-œsophagien 8. Examen clinique d un patient consultant

Plus en détail

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable.

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable. JUILLET 2014 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION BOTOX 50 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 100 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 200 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

Prise en charge de la diarrhée postopératoire

Prise en charge de la diarrhée postopératoire Prise en charge de la diarrhée postopératoire Prise en charge de la diarrhée postopératoire En dehors de l insuffisance intestinale (grêle court)..sujet principal La diarrhée post cholécystectomie La diarrhée

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien et toux chronique de l adulte

Reflux gastro-oesophagien et toux chronique de l adulte Reflux gastro-oesophagien et toux chronique de l adulte Prise en charge diagnostique et thérapeutique JP Galmiche, Nantes, France Le reflux gastro-oesophagien (RGO) Une maladie à large spectre Esophageal

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques 1 Histoire de l ostéopathie viscérale......................................... 3 2 Études....................................................................

Plus en détail

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP

CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX. Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP CHIRURGIE DU LARYNX ET DE L HYPOPHARYNX Béatrix Barry, Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard APHP Généralités Ess t pathologie cancéreuse - carcinomes épidermoïdes Préservation de la fonction - sphincter=

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3 Tenter de nous apporter des informations pour essayer de trouver «un dénominateur commun» à ces douleurs «Kyste de Tarlov». L objet de cette recherche est à visée épidémiologique. Si nos informations sont

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail