La production de ce document a été réalisée grâce au financement du Conseil académique en santé (CAS) de la région de Champlain.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La production de ce document a été réalisée grâce au financement du Conseil académique en santé (CAS) de la région de Champlain."

Transcription

1 Adaptation des documents suivants : Paré,L., Maziade, J., Pelletier, F. (2008). Le travail d équipe. Université Laval. Paré,L., Maziade, J., Pelletier, F. (2008). Formation interprofessionnelle pour une pratique en collaboration centrée sur le patient. Université Laval. La production de ce document a été réalisée grâce au financement du Conseil académique en santé (CAS) de la région de Champlain. 1

2 Table des matières Glossaire... 4 Facilitateur... 4 Formation interprofessionnelle (FIP)... 4 Pratique de collaboration interprofessionnelle (PCI)... 4 Stagiaire... 4 Superviseur... 4 Activité interprofessionnelle d entrevue avec un patient simulé... 5 Introduction... 5 Objectifs de l activité pédagogique... 5 Plan de l activité... 5 Identification des responsables de l animation de l atelier... 6 Identification des participants... 6 L entrevue simulée... 6 Ressources humaines et physiques... 6 Documentation... 7 Horaire de l activité... 7 Plan de la réunion d équipe... 8 Débriefing... 8 La gestion des conflits Plan de la gestion des conflits Déroulement de la gestion des conflits Étapes de la progression d un conflit Principales causes de conflits Démarches pour la résolution de problèmes et de conflits Annexe A : Histoires de cas Entrevue avec un patient simulé : rôle féminin, histoire de cas Entrevue avec un patient simulé : rôle masculin, histoire de cas Entrevue avec un patient simulé : rôle féminin, histoire de cas Entrevue avec un patient simulé : rôle masculin, histoire de cas Entrevue avec un patient simulé : rôle féminin, histoire de cas Annexe B : Grilles interprofessionnelle Histoire de cas Histoire de cas Histoire de cas

3 Histoire de cas Histoire de cas Annexe C : Grille interprofessionnelle de cueillette de données Annexe D : Document préparatoire au concours interprofessionnel d études de cas Annexe E : Présentation Power Point Annexe F : Grille de planification de plan de soins Annexe G : Évaluation de la pratique en collaboration Annexe H : Évaluation du déroulement d une équipe* Annexe I : ECOS-É Annexe J : Vidéos sur la résolution de conflits Annexe K : Mise en situation : La gestion des conflits* Annexe L : Mise en situation : La résolution de problèmes et de conflits* Annexe M : Références

4 Glossaire S.V.P., prendre note que l utilisation du masculin a pour seul but d alléger la lecture du texte Facilitateur Le facilitateur est un formateur qui guide l apprentissage des stagiaires de façon non directive. Il met les ressources nécessaires pour leur apprentissage à leur disposition. Il est lui-même une ressource. Il tient compte des aspects intellectuels et affectifs des étudiants et devient un participant aux apprentissages et un membre actif du groupe (Legendre, 2005). Formation interprofessionnelle (FIP) Occasion où des professionnels de deux ou plusieurs professions apprennent avec, à partir et à propos des autres afin d améliorer la collaboration et la qualité de soins (Barr, 2002). Pratique de collaboration interprofessionnelle (PCI) La collaboration interprofessionnelle en soins de santé est une orientation de la pratique, une façon pour les professionnels de la santé de travailler ensemble, et avec leurs patients. Elle fait appel à une interaction continue entre deux professionnels ou disciplines et plus, qui s organisent vers un but commun pour résoudre ou examiner des questions communes, tout en cherchant à obtenir la meilleure participation possible du patient. La pratique en collaboration centrée sur le patient a pour but de favoriser la participation active de chaque discipline aux soins du patient. Elle met l accent sur les objectifs et les valeurs centrés sur le patient et la famille, offre des mécanismes de communications continues entre les différents intervenants, optimise la participation du personnel aux décisions cliniques des différentes disciplines et favorise le respect des apports disciplinaires de tous les professionnels (Herbert, 2005). Stagiaire Apprenant qui participe à une formation en milieu de travail, peu importe le secteur d activité professionnel ou l année de scolarité. Le terme stagiaire englobe, selon la profession, les termes internes, résident, apprenant et étudiant (Legendre, 2005) Superviseur Désigne, dans ce rapport, un praticien d expérience en relation pédagogique avec un ou plusieurs stagiaires dans le but d améliorer la compétence professionnelle de l apprenant. Le terme superviseur englobe d autres mots connexes comme mentor, précepteur, maître, patron, chef clinique et formateur interne. (ibid) **Tiré du Guide d activités de stage interprofessionnel pour les stagiaires de la médecine, des sciences infirmières et des professions de la santé, décembre 2011.** 4

5 Activité interprofessionnelle d entrevue avec un patient simulé Introduction À travers leur cheminement académique les étudiants effectuent diverses activités d apprentissage permettant de développer leurs compétences à intégrer la pratique en collaboration interprofessionnelle (PCI). Les étudiants sont ainsi exposés à différentes modalités d enseignement. Parmi celles-ci, se trouve l apprentissage par la pratique. Cette modalité favorise une plus grande rétention du matériel éducatif comparativement aux groupes de discussion, démonstrations, lectures ou cours magistraux (Dale, 1969). Afin d offrir une activité d apprentissage innovatrice avec une rétention élevée du contenu, ainsi qu optimiser la formation interprofessionnel (FIP), l entrevue professionnelle avec un patient simulé a été développée. Celle-ci s est déroulée dans le cadre du programme de soutien à l intégration d activités de FIP en milieu clinique, financé par le Conseil académique en santé (CAS). Elle a été offerte aux stagiaires des professions de la santé. Objectifs de l activité pédagogique Mettre en pratique les techniques d entrevue initiale propre à chaque profession. Favoriser les occasions auxquelles les étudiants apprennent avec, à partir et à propos des autres en milieu clinique afin d améliorer la collaboration et la qualité des soins fournis aux patients. (Barr, 2002) Connaître et appliquer les compétences interprofessionnelles dans sa pratique. Plan de l activité La durée de l activité est d environ quatre heures, selon le nombre de participants. Celle-ci est divisée en trois étapes : Étapes Activités Durée 1. Entrevue professionnelle avec un patient simulé se minutes déroulant dans le laboratoire de simulation Rétroaction avec un superviseur (débriefing individuel) 2. Introduction aux compétences minutes interprofessionnelles Expérience clinique observée et structurée en équipe (ECOS-É) à l aide d une réunion d équipe. Planification d un plan d intervention Débriefing de groupe 3. Gestion de conflit Évaluation de l activité 45 minutes Selon le temps disponible à la suite de la deuxième étape, l activité de gestion des conflits pourrait être annulée ou remise à la semaine suivante selon la disponibilité des stagiaires. Cependant, l étudiant de 5

6 médecine ne pourrait participer à cette partie, puisque leur stage est d une durée d une semaine seulement. Ce pourrait également être le même scénario avec d autres professions de la santé. Identification des responsables de l animation de l atelier Le coordonnateur des activités interprofessionnelles agit en tant que facilitateur pour le déroulement de l activité. Les superviseurs de chaque discipline ou des professionnels de la santé ayant des connaissances en FIP peuvent participer à l animation de l activité. Identification des participants L activité est destinée en premier lieu aux étudiants de médecine en stage d externat avec option obligatoire de troisième année, en réadaptation, de l Université d Ottawa. L activité ne peut avoir lieu que lorsque des étudiants des autres professions de la santé sont en stage au même moment que les étudiants de médecine. Les professionnels généralement impliqués sont les suivants : diététiste, ergothérapeute, orthophoniste, physiothérapeute, thérapeute respiratoire et travailleur social. Le coordonnateur des activités interprofessionnelles communique avec les étudiants qui sont sollicités pour l activité interprofessionnelle, afin de leur expliquer les objectifs de l activité ainsi que des modalités pédagogiques. L entrevue simulée Quelques semaines avant l activité, le coordonnateur des activités interprofessionnelles sélectionne une histoire de cas qui est remise à une actrice qui jouera le rôle du patient simulé. La journée de l activité, la coordonnatrice rencontre l actrice brièvement, avant le début de la première entrevue, afin de clarifier le rôle du patient simulé. Les étudiants effectuent leur entrevue initiale selon le modèle d intervention qui est propre à leur discipline. C est une occasion pour les superviseurs d évaluer la capacité des étudiants à établir une relation efficace avec leur patient en faisant preuve d habiletés de communication, tout en préconisant une méthode clinique centrée sur le patient. Ressources humaines et physiques L activité est intégrée à l horaire des étudiants de médecine de troisième année en stage d externat en réadaptation, selon la disponibilité du laboratoire de simulation. Les étudiants des autres disciplines sont fortement encouragés à y participer. Un technicien de simulation et téléprésence est responsable de la planification de l environnement du laboratoire de simulation ainsi que du fonctionnement des équipements audiovisuels et des émetteursrécepteurs. Le coordonnateur des activités de simulation et de téléprésence s occupe de réserver les services d acteurs simulés. La coordonnatrice de la formation interprofessionnelle est responsable de la planification ainsi que du déroulement de l activité. 6

7 Documentation Les documents suivants sont utilisés, au besoin : Histoire de cas (annexe A) Grille interprofessionnelles (annexe B) Grille interprofessionnelle de cueillette de données (annexe C) Document préparatoire au concours interprofessionnel d études de cas (annexe D) Présentation Power Point (annexe E) Grille de planification de plan de soins (annexe F) Grille d évaluation de la pratique en collaboration (annexe G) Grille d évaluation du déroulement d une équipe (annexe H) Grille d'évaluation clinique objective et structurée en équipe ÉCOS-E (annexe I) Vidéo présentant des conflits en milieu de travail (annexe J) Feuille de mises en situation : La gestion des conflits (annexe K) ainsi que les éléments de réponse pour le facilitateur de l activité (annexe L) Horaire de l activité L horaire est conçu selon le nombre d étudiants qui participeront à l activité. Celle-ci débute, de façon générale, avec l étudiant de médecine. Lorsque l étudiant a terminé son entrevue et a reçu de la rétroaction de son superviseur, il reçoit un document à lire : «le document préparatoire au concours interprofessionnel d études de cas» (annexe D) et est invité à revenir pour la rencontre d équipe. L étudiant reçoit également un émetteur-récepteur portatif qui permet au coordonnateur des activités interprofessionnelles de rejoindre l étudiant afin de l aviser de l heure de la rencontre d équipe. Le tout est reproduit pour chaque stagiaire de professions différentes. Le tableau suivant illustre un exemple de l horaire des activités. Heures 8h15 8h35 8h35-9h00 8h40-9h10 9h10-9h25 9h15-9h30 9h30-9h45 9h35-9h55 9h55-10h15 Activités Entrevue simulée complétée par l étudiant de médecine Rétroaction faite à l étudiant de médecine par le superviseur de stage Entrevue simulée complétée par l étudiant d ergothérapie Rétroaction faite à l étudiant d ergothérapie par le superviseur de stage. Entrevue simulée complétée par l étudiant de thérapie respiratoire Rétroaction faite à l étudiant de thérapie respiratoire par le superviseur Entrevue simulée complétée par l étudiant de physiothérapie Rétroaction faite à l étudiant de physiothérapie par le superviseur de stage. 10h25-10h40 Retour en grand groupe : Activité brise-glace pour tous Discussion sur les compétences interprofessionnelles 10h40-11h40 Réunion d équipe Debriefing de groupe 11h40-12h10 Discussion sur la gestion/résolution des conflits Visionnement d une vidéo 7

8 Plan de la réunion d équipe (Durée : minutes) La réunion d équipe sert à établir un plan d intervention interprofessionnel pour l étude de cas simulé par l acteur. Le facilitateur débute la rencontre en établissant les normes du groupe ce qui permet de créer un milieu de travail positif et respectueux. Le tableau suivant décrit les étapes du déroulement de la réunion d équipe. Étapes Activités Durée 1. Présentation des objectifs de l activité pédagogique, du plan de la réunion et des tâches à réaliser. 5 minutes 2. Activité brise-glace pour permettre aux étudiants de se présenter ainsi qu introduire leurs notions de PCI. Discussion à propos des compétences interprofessionnelles. 10 minutes 3. Choix d un animateur et un secrétaire par les étudiants 4. Réunion d équipe Identification des problèmes nécessitant une intervention (10 minutes) La grille de planification de plan de soins (annexe C) peut être utilisée Négociation des rôles de chacun en lien avec les problèmes (10 minutes) Établissement d un plan d intervention (10 minutes) 30 minutes 5. Complétion des grilles d évaluation de la pratique en collaboration (annexe D) et du déroulement de la réunion d équipe (annexe E) par les étudiants. 6. Complétion de la grille d évaluation ECOS-E (annexe K) par le facilitateur. Rétroaction sur les compétences interprofessionnelles observées durant la rencontre par le facilitateur. Ce processus permet de valider la compréhension des compétences interprofessionnelles. 5 minutes 10 minutes 7. Débriefing de groupe 20 minutes Débriefing Le coordonnateur des activités interprofessionnelles facilite cette partie de l activité. Il remercie les participants pour leur apport et leur contribution. Par la suite, il explique le but du débriefing ainsi que le rôle du facilitateur. 8

9 Durant le débriefing, les phases du cycle de l expérience d apprentissage (Kolb, 1984) sont explorées. Elles sont illustrées dans le schéma ci-dessous. Phases du cycle de l expérience d apprentissage (Kolb, 1984) Observation Réfléchie Expérimentation concrète Conceptualisation abstraite Expérimentation active Voici quelques exemples de questions qui pourraient être posées durant chaque phase. Observation Réfléchie : Quel était votre objectif en disant ceci, ou faisant cela? Que s est-il passé? Qu est-ce qui vous a surpris? Quel a été l élément déclencheur? Qu est-ce qui vous a influencé ou poussé à..? Qu est-ce qui s est bien ou mal passé? Quels sont les gains réalisés pour le patient? Quelle est l information pertinente à transmettre à l équipe et à recevoir des autres membres? Conceptualisation abstraite : Y a-t-il un lien ou une ressemblance avec une expérience de stage vécue auparavant? Quelles démarches devriez-vous faire pour atteindre votre objectif initial? Qu avez-vous découvert sur vous-même? Expérimentation active : Comment pouvez-vous transférer vos apprentissages dans le cadre de votre stage ou lorsque vous débuterez votre carrière? Si vous pouviez refaire cette activité, que feriez-vous autrement? 9

10 Dans le futur, comment communiquer avec les professionnels (ex : notes au dossier, discussions informelles, réunion, téléavertisseurs, appels téléphoniques ) Comment s entendre sur l information à transmettre au patient et quel professionnel sera responsable? Que devriez-vous continuer de faire, faire davantage, arrêter de faire ou faire différemment? Expérimentation concrète : Idéalement, les étudiants retourneraient dans le laboratoire pour une seconde activité afin de mettre en pratique les connaissances apprises. Cela n est pas possible dans le cadre de cette activité. Cependant, les étudiants sont encouragés à appliquer leur apprentissage à l intérieur de leur stage clinique. À la suite au débriefing, et seulement si le temps ne permet pas d aborder les notions de gestion de conflits, les étudiants sont invités à compléter un formulaire d évaluation de l activité d apprentissage. Dans le cadre de cette activité, le formulaire d évaluation de séance de simulation, développée par le centre de développement professionnel continue Prométhée, est utilisé. La gestion des conflits Tel que mentionné précédemment, cette section pourrait être annulée ou reportée à la semaine suivante selon la disponibilité des étudiants. Si le temps le permet, la notion de gestion des conflits sera abordée. Afin d introduire la résolution de conflits, la coordonnatrice des activités interprofessionnelles peut aborder les relations plus problématiques entre les professionnels qui ont été soulevés lors de conceptualisation abstraite : Qu est-ce qui aurait pu causer une situation plus tendue au cours de la réunion d équipe? Comment auriez-vous réagi? Avez-vous déjà vécu des situations conflictuelles avec des collègues ou d autres professionnels? Plan de la gestion des conflits Étapes Activités Durée 1. Visionnement de la vidéo de résolution de conflit 15 minutes 2. Discussion et synthèse 25 minutes 3. Évaluation 5 minutes Déroulement de la gestion des conflits La mise en situation sert comme point de départ pour aborder la résolution de problèmes et de conflits. Pendant le visionnement, on invite les étudiants à répondre aux questions figurant sur la feuille de mise en situation : La gestion des conflits (annexe A) ainsi que la grille d évaluation de la pratique en collaboration (annexe D). Les réponses à ces questions permettront d alimenter les discussions sur les situations difficiles ou conflictuelles que les étudiants ont déjà vécues et les stratégies de résolution utilisées. Les animateurs s appuient sur la figure ci-dessous afin d orienter la discussion et amener les étudiants à explorer les 10

11 différentes pistes de solutions possibles pour favoriser la résolution de problèmes ou de conflits en évaluant aussi l impact des différentes options. Lorsqu ils jugent à propos, les superviseurs peuvent faire des liens avec les aspects déjà abordés touchant la communication et le travail d équipe. Étapes de la progression d un conflit Voici quelques points de repères permettant d identifier les étapes de la progression d un conflit. Chaque point représente un maillon de l engrenage. Le conflit s amplifie à chaque étape pour se cristalliser un peu plus. (Pronovost et al., 1986; FCRSS, 2006). Étapes de la progression d un conflit Accumulation de frustrations et de ressentiment Indifférence contrôlée Évitement Guerre froide Guerre ouverte Accumulation de frustration et de ressentiment : Se fait suite à des défaites, des propos ou des gestes désobligeants; une mauvaise compréhension des paroles, faits et gestes, des divergences d opinions ou des faits agaçants. Indifférence contrôlée : Fait référence au contrôle de l expression des sentiments. Le contact avec l autre est générateur de tension que l on tente de masquer. Chacun réussi à se parler mais sans plaisir. 11

12 Évitement : Les ressentiments ne peuvent plus être étouffés et on préfère éviter de se retrouver en sa présence. Les rencontres sont espacées ou avec une tierce personne et elles génèrent beaucoup de stress. Guerre froide : Il y a une recherche d alliances auprès des autorités et des collègues, les coups indirects à l autre (rétention de l information, lancement de rumeurs, attaques subtiles à la réputation ou à la compétence) Guerre ouverte : Le conflit est connu et des comportements hostiles sont manifestés. Les personnes impliquées n établissent un contact que pour se combattre : la seule solution envisagée est la défaite ou la disparition de l adversaire. Principales causes de conflits Nous pouvons travailler côte à côte sans jamais nous comprendre réellement. L éducation différente et les perceptions erronées sont des dimensions qui insidieusement peuvent miner nos relations. Il y a aussi les différences de langage, les cultures professionnelles, les aspects économiques, le pouvoir, l identité sexuelle et les diverses philosophies de soins qui peuvent constituer des difficultés et des problèmes, mais sans nécessairement mener à un conflit. Le jour où la situation entraîne une impasse et que l opposition latente ou explicite entre des personnes les engagent dans une lutte pour défendre leurs positions, le problème évolue vers le conflit et la relation de collaboration est grandement compromise. Les principales causes de conflits peuvent se regrouper autour de quatre dimensions. Communication : Absence de communication Difficulté dans la communication (respect, écoute, rétroaction, clarté) Jugements non validés Perceptions de mauvaise volonté Manque de compréhension de la réalité de l autre Travail : Nature et clarté des rôles et des tâches Charge de travail Distribution du travail Sentiment d iniquité Chevauchement des responsabilités Désaccord sur les règles de fonctionnement Perception que les règles et les ententes ne sont pas respectées. Principales causes de conflits Individus : Incompatibilité des caractères Conflits antérieurs non réglés Contexte de compétition, de pouvoir Perception d incompétence Comportements inadéquats Valeurs : Différences dans les valeurs, croyances, méthodes Poursuite d objectifs divergents Manque de connaissance du travail effectué 12

13 Démarches pour la résolution de problèmes et de conflits La démarche suivante peut guider la résolution d un conflit : 1-Comprendre le problème/le conflit Source Analyse Nature RECONNAISSANCE de l existence d un problème ou d un conflit DÉFINITION DU PROBLÈME/CONFLIT : Cueillette et analyse des données pour déterminer la nature du problème Identification du contexte, facteurs déclencheurs, perceptions des personnes impliquées VALIDATION de l énoncé auprès des personnes concernées DIAGNOSTIC posé sur la nature du problème/conflit; besoins divergents et convergents 2-Identifier les actions à entreprendre ÉTABLISSEMENT des priorités à traiter IDENTIFICATION des personnes et des éléments aidants ou des réseaux d influence dans la démarche de résolution IDENTIFICATION des objectifs communs EXPLORATION ET ANALYSE DES SOLUTIONS pour trouver celle convenant le mieux 3-Faire le bilan/assurer un suivi RÉVISION des interventions et des changements opérés selon un échéancier IDENTIFICATION d autres suivis s il y a lieu BILAN avec les personnes impliquées sur les apprentissages réalisés (clarification des réalités de chacun, habiletés nouvelles, meilleure écoute de soi et de l autre, souci de prévention ) À la fin de cette étape, les étudiants sont invités à compléter un formulaire d évaluation de l activité d apprentissage. Dans le cadre de cette activité, le formulaire d évaluation de séance de simulation, développée par le centre de développement professionnel continue Prométhée, fut utilisé. 13

14 Annexe A : Histoires de cas 14

15 Entrevue avec un patient simulé : rôle féminin, histoire de cas 1 Introduction Vous jouez le rôle de Mme Émily Caron, 71 ans, enseignante à la retraite. Vous avez un médecin de famille mais ne pouviez prendre rendez-vous avec celui-ci car il est en vacances. Vous avez entendu parler positivement de la clinique médicale interprofessionnelle. Une amie vous a suggéré de prendre un rendez-vous car vous sentez davantage dyspnéique et vous êtes dépassée par la situation. Lorsqu on vous appelle de la salle d attente, vous vous levez, vous avez la tête basse. Vous boitez avec la jambe droite (vous vous êtes foulé la cheville il y a 6 semaines). Histoire du problème Dépression Depuis 3 mois, vous vous sentez plus fatiguée. Vous vous demandez si c est la température qui vous rends si fatiguée. Vous dormez plus de 10 heures par nuit, vous qui n aviez besoin que de 8 heures auparavant. Vous dormez très longtemps, mais vous avez beaucoup de difficulté à vous endormir. Il vous arrive de prendre une pilule pour dormir (lorazepan) que votre amie vous a donné. Vous avez de la difficulté à vous impliquer avec vos enfants (Marianne, Luc et Sophie) et vos petitsenfants. Vous vous sentez inutile. Vous ne trouvez plus qu il fait bon de vivre. Si on vous pose la question, vous n avez jamais eu de test pour l apnée du sommeil. Trouble de mémoire Depuis quelques semaines, Marianne et Sophie ont remarqué des changements au niveau de votre mémoire. La semaine dernière lorsque Luc est arrivée, il a éteins un rond de poêle que vous aviez laissé allumer. Vous lui avez dit que vous veniez juste de l allumer lorsqu il est arrivé. Vous ne voulez pas l inquiéter avec cela aussi. Vos filles vous disent que vous répétez les même propos. Lorsqu elles vous demandent ce que vous avez fait durant la journée, vous devez y penser très fort. Vous inventez par moment, car vous n avez aucune idée. C est frustrant, car vous aviez une bonne mémoire auparavant et l on disait que vous aviez une mémoire d éléphant. Par moment, vous chercher vos mots. Vous avez beau vous concentrer, vous ne pouvez pas trouver ce mot, aussi simple soit-il. C est plus facile de discuter avec votre fils car il complète vos phrases sans même sans rendre compte. Il ne semble pas réaliser que vous avez des pertes. Vous êtes plus détendue auprès de lui. Vous n aimez plus parler au téléphone, les conversations sont difficiles à suivre. 15

16 Si on vous pose la question, votre médecin vous a déjà fait passer le folstein (MMSE). Vous parlez de ce test stupide où on vous a fait copier un dessin. Vous n avez jamais été bonne en dessin. Vous levez le ton. Et les 3 mots qui ne veulent rien dire! Vous ne voulez pas embarquer dans le sujet. Si on vous demande la date, l année et le lieu, faite des erreurs au niveau de la date (2010). Rationaliser votre réponse si on vous mentionne la bonne date. Dites que depuis que vous êtes à la retraite, vous ne tenez plus compte de la date. Perte d appétit Vous avez perdu 15 livres dans les deux derniers mois. Vous avez une sensation de picotement dans la gorge souvent dans la journée. Vous n aimez pas cette sensation. Vous devez vous forcer pour manger car vous n en avez pas envie. Vous refusez les invitations à manger chez vos enfants car cela vous fatigue trop. Par moment, vous vous demandez si vous avez mangé. Si on vous demande ce que vous mangez durant une journée, répondez que vous n êtes pas certaine. Vous mangez un ou deux repas/jour, mais vous grignotez un peu. Lorsqu on vous demande ce que vous mangez, soyez sur la défensive, dites que vous mangez des aliments comme tout le monde, des 4 groupes alimentaires. Vous vous calmez et mentionnez que vous mangez ce qu il y a dans le congélateur et l armoire. Plus de mets en canne et repas congelés maintenant. Vous perdez les aliments frais. Parfois, après avoir mangé ou avalé des médicaments, ils remontent et reviennent dans votre bouche en toussant. Ça remontre dans votre gorge. Cela vous surprend car il peut s être écoulé un certain temps (vous n êtes pas certaine combien de minutes). Vous n avez pas de problèmes avec les liquides. Vous avez souvent une mauvaise haleine. Si on vous pose la question, vous ne prenez pas de médicament pour le reflux gastrique. Vous demandez qu est-ce que c est. Vous n avez pas de diarrhée ou de vomissement. Il vous arrive de vous étouffer avec vos médicaments. Si on vous pose la question, vous êtes essoufflée en mangeant. Si on vous pose la question, vous avez la peau sèche. Transport Vous utilisez toujours la même route pour vous rendre chez votre fille mais vous vous êtes perdue en voiture il y a 2 semaines. Elle voulait que vous soyez présente pour la livraison de ses appareils électroménagers puisqu elle travaille durant la journée et ne pouvait être présente. Vous étiez nerveuse d oublier ou d arriver en retard. Il y avait de la construction sur la route et vous vous êtes perdue en tentant de suivre les indications de détour et votre GPS. Ce foutu GPS vous a tout mêlé. Vous avez de la difficulté à l utiliser. Vous croyez qu il est de mauvaise qualité et vous donne les mauvaises indications. Depuis cet incident, vous avez peur de prendre la voiture. Gestion des finances Vous avez toujours réussi à arriver, malgré le décès de votre époux. Vous avez su planifié votre retraite. Vous avez travaillé plus longtemps que vos collègues mais êtes très fière de vous. Votre maison deux 16

17 étages ainsi que votre voiture sont entièrement payées. Vos dépenses mensuelles ne sont pas très élevées. Vous n aviez pas de problèmes d argent. La plupart de vos factures sont prélevées automatiquement. Cependant, vous avez reçu quelques avis de retard de paiement sur votre carte de crédit et votre compte téléphonique. Vous utilisez une carte de crédit juste pour les points que vous accumulez. Vous avez l argent de disponible dans votre compte. Vous vous demandez pourquoi votre facture de téléphone cellulaire est si élevée. Vous ne l avez pas utilisé depuis quelques mois. Vous vous demandez d ailleurs où il se trouve. Cela vous demande trop d énergie que d investiguer. Douleur Vous vous êtes foulé la cheville droite il y a 6 semaines. Vous étiez en train de faire votre lessive au sous-sol, il y avait des piles de vêtements au sol. Vos vêtements sales s accumulaient et vous aviez finalement trouvé la motivation de faire une brassée. Le téléphone a sonné, vous vous êtes précipitée pour répondre et n avez pas fait attention où vous mettiez les pieds. Vous vous êtes tordu la cheville. Votre cheville est sensible et plus faible. Vous n avez plus le goût de faire vos exercices. Vous les faites de temps en temps car vous savez que c est important pour votre récupération. Vous êtes une personne très active. Vous marchiez beaucoup avant. Vous avez quitté votre club de marche il y a 3 mois. Si on vous pose la question, vous prenez des médicaments pour votre douleur. Vous ne vous souvenez pas du nom. Quelques fois, vous vous sentez étourdie. Essoufflement Votre MPOC est moins bien contrôlée. Vos inhalateurs ne vous aident plus autant qu avant. Monter les escaliers de votre domicile vous rends désormais essoufflée. Vous êtes plus essoufflée lors de vos AVQ (activité de la vie quotidienne) et AVD (activité de la vie domestique). Vous en faites moins pour cette raison. Rester vague quant à l utilisation de vos inhalateurs. On ne vous a jamais enseigné la technique. Vous suivez ce qui était écrit avec le livret d instructions. Si on vous pose la question, vous répondez que vous avez des poings au cœur en plus de l essoufflement. La douleur cesse lorsque vous arrêtez l activité. Vous n avez pas de diagnostic de maladie cardiaque. Histoire sociale Vous avez perdu votre mari Paul dans un accident de voiture il y a 30 ans. Paul était votre amour d adolescence et vous l aimiez profondément. Depuis, vous avez tenté à quelques reprises d entrer en relation avec d autres hommes, mais n avez jamais poursuivi la relation. Cela ramenait votre deuil en surface et vous n aimiez pas ces sentiments. En étant monoparental, l éducation de vos 3 enfants et votre carrière d enseignante ont pris toute la place. Vous avez dû travailler jusqu à 65 ans pour avoir un bon fond de pension. Vous êtes très travaillante. Au début de votre retraite, vous vous êtes beaucoup investie auprès de vos petits-enfants. Vous les gardiez durant la journée. Vous avez cessé de garder il y a 6 mois car les petits-enfants fréquentent maintenant le service de garde de l école. Cela vous a énormément attristée car vous aimiez beaucoup passer du temps avec eux. 17

18 Histoire familiale Vous considérez que votre mère avait une santé relativement bonne. Vous n avez jamais été très proche de votre père. Il était souvent absent. Votre père était connu avec HTA (haute tension artérielle), diabète de type II, RGO (reflux gastro-œsophagien) et dyslipidémie. Il a été diagnostiqué avec une démence à l âge de 80 ans, mais vous aviez remarqué un déclin bien avant cela. Votre mère a pris soin de lui durant plus de 15 ans. Votre père est décédé à l âge de 85 ans. Votre mère est morte peu de temps après votre père, à 81 ans, suite à un IM (infarctus du myocarde). Pourtant, vous ne saviez pas qu elle avait des problèmes de cœur. Réseau de soutien Vous n avez aucun frères ni sœurs. Vous avez une amie de longue date de qui vous êtes très proche. Vous avez des contacts avec elle environ une fois par semaine. C est d ailleurs elle qui vous a parlé de la clinique. C est la seule personne à qui vous vous confiez. Vous alliez régulièrement au club de marche de la ville. Vous aimiez échanger avec les autres marcheurs et les gens aimaient votre compagnie. Vous avec toujours été très forte devant vos enfants. Vous avez été leur seul soutient lorsque leur père est mort. Vos parents ont aidé les premières années, mais ils étaient plus âgés et n ont jamais pu s impliquer comme vous auriez voulu. C est d ailleurs la raison pour laquelle vous aidez tellement vos enfants. La famille de votre époux n ont jamais été très présents. Vous les visitiez lors d évènements spéciaux et de fêtes. Antécédents médicaux MPOC depuis 10 ans (prends des inhalateurs) Liste des médicaments Bronchodilatateur : Atrovent, vous n êtes pas certaine Médicament pour la douleur : Celebrex (celecoxib) 100mg bid Médicament que vous prenez que votre amie vous a donné : Ativan (Lorazepan) vous ne savez pas le dosage Habitudes de vie 18

19 Tabac : ancienne fumeuse. A cessé il y a 10 ans. La cigarette vous manque ces temps-ci. Vous ne comprenez pas trop pourquoi car vous n aviez pas vraiment de pulsion de fumer auparavant. Alcool : Vous en consommer à l occasion. 1-2 verre de vin/semaine Drogues illicites : Vous n en avez jamais consommé Exercices : Vous marchiez beaucoup il y a quelques mois. 2 x60min/sem avec le groupe de marche, puis vous y alliez seule environ 45 min/jour. Vos petits-enfants vous gardaient active durant la journée. Vous ne les gardez plus depuis 6 mois. Religion Vous êtes croyante catholique pratiquante. Cependant, vous n êtes pas allée à l Église depuis plusieurs mois. Vous n avez plus envie. C est surprenant car vous reprochez à vos enfants de ne pas y aller. Ce n est pas la façon dont vous les avez élevés. Liste des personnages : Émily Caron : patiente simulée, 71 ans, enseignante à la retraite Marianne Caron : 40 ans, fille aînée Luc Caron : 37 ans, fils Sophie Caron : 35 ans, fille Vous allez être évaluée par quelques étudiants de diverses professions de la santé parmi les suivantes : 3 eme année de médecine en stage en réadaptation, ergothérapie, nutrition, orthophonie, physiothérapie, sciences infirmières, travail social et thérapie respiratoire. 19

20 Indices à donner à l étudiant de médecine Durée totale : 15 minutes Énoncé initiale : «Docteur je suis de plus en plus essoufflée et je suis dépassée par tout ce qui se passe dans ma vie.» Lorsqu il reste 10 minutes : Si le résident n a pas questionné sur les symptômes de dépression, dites : «Je ne sais pas si c est la température, mais je me sens toujours fatiguée. Pourtant, je dors plus de 10 heures par nuit, moi qui avait seulement besoin de 8 heures avant!» Lorsqu il reste 5 minutes : «Il vous reste maintenant trois minutes.» À 0 minute : «Votre temps est écoulé.» NOTE : si vous avez épuisé les indices ci-dessus, il ne sera pas nécessaire de donner d autres indices au cours des trois dernières minutes de l entrevue. Vous devriez permettre à l étudiant de médecine de conclure l entrevue pendant ces dernières minutes. 20

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

La mort imminente à domicile

La mort imminente à domicile Renseignements pour les personnes soignantes La mort imminente à domicile À quoi s attendre? Que faire? Table des matières À quoi s attendre?... 1 Quand une personne est mourante... 2 Au moment de la mort...

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Questionnaire pour enfants avec trouble de voix

Questionnaire pour enfants avec trouble de voix 10 504, boulevard St-Laurent, local 1 Montréal, H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com Questionnaire pour enfants avec trouble de voix Voici un formulaire qui peut vous sembler long à remplir,

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Assurances. Introduction. Objectifs d apprentissage

Assurances. Introduction. Objectifs d apprentissage Assurances Introduction Si vous possédez une automobile au Canada, vous devez avoir quelques notions de base sur l assurance. Les autres types d assurances sont semblables, mais il existe de grandes différences.

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat.

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat. Expertis Étude Stress Stress sur le Éléments statistiques Dr Brigitte Lanusse-Cazalé Production : Le Laussat. Les réactions au stress Les phases de stress + le stress dure, + le capital d adaptation s

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général.

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général. GÉRER VOTRE FATIGUE Gérer votre fatigue Guide pratique destiné aux personnes atteintes de cancer et à leur famille Cette brochure contient des renseignements généraux qui ne sont pas spécifiques à vous.

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités DES OUTILS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SEXUALITÉ JEUNESSE SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION EN MATHÉMATIQUE Les tâches familiales Planification des activités PRIMAIRE 1er cycle,

Plus en détail

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED Bilan pré-opératoire Questionnaire à remplir par le patient Dr. Aloïs ESPIÉ Nom : Prénom : Date de naissance : / / 19 Date de l examen : / / 201 A propos de votre pied : droit gauche Opéré le : / / 201

Plus en détail

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Dans le cadre du baromètre social institutionnel, vous avez la possibilité de poser quelques questions spécifiques à votre organisme et à

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage Services bancaires Introduction Les institutions financières, notamment les banques, les sociétés de fiducie, les coopératives de crédit et les caisses populaires, sont des entités essentielles à la gestion

Plus en détail

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES ADOS ET JEUNES ADULTES LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES Sous le parrainage de : La 7 e Journée Française de l Allergie est organisée par : Avec le soutien de : En partenariat avec : Allergie, j agis!

Plus en détail

Du temps s.v.p. ARTICLE PARU DANS L ÉDITION DU MERCREDI LE 26 MAI 2004.

Du temps s.v.p. ARTICLE PARU DANS L ÉDITION DU MERCREDI LE 26 MAI 2004. Du temps s.v.p. ARTICLE PARU DANS L ÉDITION DU MERCREDI LE 26 MAI 2004. Dire que nous sommes débordés et qu on n arrête pas de courir semble être devenu aussi normal que de dire bonjour comment ça va!

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Connaître vos revenus et vos dépenses

Connaître vos revenus et vos dépenses Connaître vos revenus et vos dépenses NIVEAU 9-12 La présente leçon donnera l occasion aux élèves d examiner leurs revenus et leurs dépenses, et d apprendre à établir un budget. Cours Initiation aux affaires

Plus en détail

Guide de distribution protection prêt personnel scotia Nom du produit d assurance :

Guide de distribution protection prêt personnel scotia Nom du produit d assurance : Guide de distribution protection prêt personnel scotia Nom du produit d assurance : Protection prêt personnel Scotia Type de produit d assurance : Assurance collective de crédit Protection en cas de décès

Plus en détail

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2 Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Dans le bureau du docteur Lanquette Secrétaire: Secrétaire: Je voudrais un rendez-vous pour voir le docteur, s il vous plait. Vous avez une

Plus en détail

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE Vivre seul CONTEXTE Un nombre croissant de personnes âgées vivent seules. Si elles sont atteintes de la maladie d Alzheimer ou de maladies apparentées, elles sont plus susceptibles d être diagnostiquées

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

[EN FINIR AVEC LE REFLUX GASTRIQUE]

[EN FINIR AVEC LE REFLUX GASTRIQUE] 2 P age Sommaire Qu Est-Ce Que Le Reflux Gastrique?... 2 Les Aliments Responsables Du Reflux Gastrique... 5 Comment Prévenir Le Reflux Gastrique... 7 Des Remèdes Simples Pour Traiter Le Reflux Gastrique...

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider

Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider Ce que vous pouvez faire et ne pouvez faire pour l aider Quoi faire ou ne pas faire? Voilà souvent la question que se posent les parents et ami(e)s proches d une personne souffrant d anorexie et de boulimie.

Plus en détail

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide?

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Soutien après le suicide d un jeune À la mémoire de Adam Cashen Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Si une personne de votre entourage

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Merci de prendre le temps de remplir ce questionnaire. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, il s'agit seulement de s'exprimer au plus près

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves font la différence

Plus en détail

Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé

Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé DEP 5258 Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé STAGE DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN MILIEU DE TRAVAIL 359-147 GUIDE DE PRÉPARATION AVANT LE STAGE Tables des matières Introduction...3 Mon

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Assurance. Comment utiliser l'assurance santé

Assurance. Comment utiliser l'assurance santé Assurance Comment utiliser l'assurance santé Prendre en charge votre assurance santé Maintenant que vous avez une assurance santé, vous pouvez obtenir les soins de santé dont vous avez besoin, lorsque

Plus en détail

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs Guide du formateur Atelier 1 Objectifs Obtenir un premier contact avec le groupe; présenter la formation Jeune Leader; transmettre des connaissances de base en leadership; définir le modèle de leader du

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005)

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) Nom : Date : VOTRE VISION DE LA MALADIE DE VOTRE ENFANT Ci-dessous

Plus en détail

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE?

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? Les changements de l humeur constituent un phénomène normal de la vie. Cependant, dans la maladie bipolaire, ces changements sont hors de proportion avec les énervements.

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

CONDUCTEUR ÂGÉ. Dr Jamie Dow. Medical Advisor on Road Safety Société de l assurance automobile du Québec LLE. Dr Jamie Dow

CONDUCTEUR ÂGÉ. Dr Jamie Dow. Medical Advisor on Road Safety Société de l assurance automobile du Québec LLE. Dr Jamie Dow LLE CONDUCTEUR ÂGÉ Dr Jamie Dow Conseiller médical en sécurité routière Service des usagers de la route Janvier 2011 Dr Jamie Dow Medical Advisor on Road Safety Société de l assurance automobile du Québec

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 4 : La gestion de l agenda La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec scolaire

Plus en détail

Programme d assurance-invalidité de courte durée

Programme d assurance-invalidité de courte durée Programme d assurance-invalidité de courte durée Votre trousse de six pages Aperçu Le Programme d assurance-invalidité de courte durée (PAICD) assure un traitement uniforme pour tous les employés lorsqu

Plus en détail