THESE Pour l obtention du Doctorat en Sciences Médicales Spécialité : Pédiatrie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THESE Pour l obtention du Doctorat en Sciences Médicales Spécialité : Pédiatrie"

Transcription

1 République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique UNIVERSITE D ORAN FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE MEDECINE THESE Pour l obtention du Doctorat en Sciences Médicales Spécialité : Pédiatrie Intitulé de la thèse : Présentée par Dr. NACEUR MALIKA épouse LOUZI. Soutenue publiquement le 18 Décembre Jury : Président : Pr. A. CHALABI BENABDELLAH Membres : Pr. M. A. BOUKLI- HACENE Pr. K. BOUZIANE-NEDJADI Pr. K. BENALLAL Pr. A. RADOUI Directrice de thèse : Professeur G. BOUDRAA Faculté de Médecine d Oran Faculté de Médecine d Oran Faculté de Médecine d Oran Faculté de Sidi Bel Abbes Faculté de Médecine d Oran Faculté de Médecine d Oran

2 A ALLAH le tout miséricordieux, le très miséricordieux, qui m a donné du courage dans les moments de faiblesse et la foi dans les moments de désespoir. A la mémoire de mes grands parents. A mes chers et regrettés père, et beaux parents ; que Dieu le tout puissant les garde dans son vaste paradis. A ma chère mère Fatima : Vous m avez toujours comblée de bénédictions, de prières et de conseils, par ce travail, reçois mes sincères et éternels remerciements. A mon cher époux Abdelhafid. A mes adorables enfants qui ont sacrifié leurs moments de loisir, pour m accompagner pas à pas dans mon travail, je leur demande sincèrement pardon. A mes frères et sœurs : Merci pour votre affection et soutien. A mes neveux et nièces, avec tout mon amour. A Fatiha : Merci d avoir toujours cru en moi, et pour ton soutien sans faille à tous les moments clés de ma vie. A Leila : Merci pour ton soutien permanent et pour tes attentions qui sont le reflet d une générosité sans égal. A Djamila : Aucun mot ne saurait traduire toute ma reconnaissance. A Mr Boudraa, merci beaucoup pour votre bonté et soutien, je vous souhaite le rétablissement du fond de mon cœur. A Nadia Hamidi : Merci pour ton aide. A tous les enseignants et professeurs que j ai eus depuis mon jeune âge. A mes amis sincères, A mes malades qui m ont appris la patience, de l espoir et de la joie face à la maladie, le défi et la lutte permanente contre la souffrance. J espère ne jamais vous décevoir.

3 A notre Maître le Professeur TOUHAMI M. Toute ma gratitude de m avoir acceptée au sein de votre équipe et de m avoir aidée à réaliser ce travail avec beaucoup de rigueur. Vous m avez appris à évoluer, vous m avez initiée à la recherche scientifique. Veuillez trouver ici le témoignage de notre sincère reconnaissance et l expression de notre profond respect. Je vous souhaite une bonne santé et beaucoup de bonheur dans votre vie et celles de vos proches. A notre Maître Professeur CHALABI A. Vous avez accepté avec beaucoup d enthousiasme et de générosité de présider ce jury. Je vous remercie pour toutes vos remarques qui vont contribuer à améliorer ce travail. Je vous remercie de m avoir si bien encadrée dans mon parcours de pédiatrie. Je vous témoigne énormément de respect et de gratitude. A notre Maître, et Directrice de thèse le Professeur BOUDRAA G. Je vous remercie pour votre disponibilité, et vos conseils sans réserve dans notre vie professionnelle et sociale. Votre accompagnement et votre rigueur à diriger ce travail m ont été d une aide inestimable. Je vous exprime toute ma gratitude. Enfin, permettez-moi de vous souhaiter beaucoup de bonheur, de santé dans votre vie et celles de vos proches. Au Professeur BOUKLI HACENE M A. Grand nom de la chirurgie pédiatrique Algérienne, vous nous avez fait l honneur de juger notre travail. Vous côtoyer, c est côtoyer une grande école de la chirurgie pédiatrique. Nous vous remercions pour vos remarques judicieuses. Nous vous exprimons toute notre gratitude et reconnaissance. Au Professeur BOUASRIA H. Je vous remercie d être membre de mon jury, votre grande connaissance en gastro-entérologie de l adulte est un gage de rigueur et de fiabilité pour ce travail. Je vous remercie de l intérêt que vous avez porté à mon travail, veuillez trouver ici le témoignage de ma gratitude.

4 Au Professeur BOUZIANE- NEDJADI K. Vous êtes pour moi un frère attentif et généreux par votre disponibilité, votre encadrement et vos efforts continuels sans réserve dans la réalisation de ce travail. Travailler avec vous est une continuelle source d enrichissement. Je vous souhaite beaucoup de réussite dans tous les domaines. Au Professeur BENALLAL K. Vous êtes pour moi une sœur, une amie et une collègue. Je vous remercie d avoir accepté avec enthousiasme et générosité de juger mon travail. Je vous souhaite beaucoup de réussite et surtout du bonheur dans votre vie familiale. Au Professeur RADOUI A. Vous êtes pour moi un ami et un collègue Je vous remercie d avoir accepté avec générosité de juger mon travail. Je vous remercie pour votre collaboration. Je vous souhaite beaucoup de réussite dans tous les domaines. Au Professeur BENBOUABDELLAH M. Je vous exprime mes profonds sentiments de respect pour toutes les qualités humaines et professionnelles que j ai appris en travaillant avec vous. Veuillez trouver ici le témoignage de notre gratitude et de notre sincère reconnaissance. Je vous souhaite beaucoup de bonheur. Aux Professeurs et amies BESSAHRAOUI M, et NIAR S. Vous êtes pour moi des sœurs, amies et collègues exceptionnelles, attentives et généreuses. Je vous remercie pour votre soutien permanent et votre aide. Puisse Dieu nous soit témoin de notre profond respect et notre sincère gratitude et reconnaissance. Je vous souhaite beaucoup de réussite dans tous les domaines et surtout du bonheur dans votre vie familiale. Aux Professeurs et amies BOUMEDDANE A, et MECIFI R. Merci de m avoir encouragé. Je vous souhaite beaucoup de réussite dans votre vie professionnelle et familiale. Aux Professeurs BOUHAS R, MEZIANE-AGUERCIF F, SAHBATOU R. qui ont contribué à ma formation de pédiatre et à qui j exprime beaucoup de respect.

5 A ma collègue et amie Dr BOUCHETARA A, et à son personnel pour leur collaboration. Je vous remercie en vous souhaitant de finir votre thèse et beaucoup de bonheur dans votre vie. Je remercie tous mes collègues et amis pédiatres : Docteurs : Adlaoui, Bouanani, Abdi, Rahal, Zouania, Darabid, Meguitif, Benderdouche, Azouz, Bouhamidi, Cheriet, Djedid, Zoubir, Terki, Zennaki Kandsi, Merine, Khellil, Aichaoui, Ammari, Gharnouti, Chater, Sediki, Bentaallah. Au personnel de la clinique A Cabral : Hachelaf Wahiba, Ould Kadi Aziza, Safa Yamina, Mekkous Oumria, Boukhalfa Salima, Dendi Leila, Foughali leila, Benothmane. F Zohra, Addou Amel, Belkacem Maatallah Rokaia, Hadri Rachida, Malika Boukhalda, Gourara Mama, Mansour Fatiha, Gougui Malika, Gougui Fatiha, Touili Mama, Moussa Oussaid Soraya, Berrahal Nadia, Benamara.A, Hebbar Hayet, Baghdad Salima, Abbes Allia,,Yatim Djamila, Bellabes Hakima, Moussaoui Kawtar, Gasmi Baya, Tahar Nadia, Foughali Nadia, Kacem Naima, Kara dalila, Afghoul Houaria, Nesnes Kheira, Bendjebbour Houaria, Yahia Hafida, Gherras Abdelhamid, Sini Abderrahmane, Zaamouche Abdelmalek, Agha Fodil. A tous les résidents qui ont travaillé avec moi. A mes collègues membres de la Société de Pédiatrie de l Ouest. Enfin un grand remerciement à l ANDRS, qui m a permis de mener une partie de ce travail, dans le cadre d un projet de recherche «jeune chercheur».

6 SOMMAIRE AA Allergie alimentaire AMM Autorisation de mise sur le marché Anti-H2 Antagoniste des récepteurs H2. Problématique 1 Chapitre I. REVUE DE LA LITTERATURE 3 1. La ph-métrie œsophagienne Principe de base Les aspects techniques et méthodologiques de la ph-métrie œsophagienne Le matériel de réalisation de la ph-métrie Les boîtiers d enregistrement Les électrodes de la ph-métrie œsophagienne Déroulement de la ph-métrie Calibration de l électrode Position de la sonde Conditions d enregistrement Durée des enregistrements Analyse de la ph-métrie œsophagienne Analyse du tracé Critères de définition des épisodes de RGO acide Mesure du RGO acide Détermination des seuils de normalité Analyse des symptômes Reproductibilité de la ph-métrie œsophagienne Valeurs diagnostiques la ph-métrie œsophagienne RGO Définition Epidémiologie Rappel physiologique Les mécanismes anatomiques Les mécanismes moteurs Rappel Physiopathologique Défaillance de la barrière anti-reflux Incompétence du SIO Altération anatomique de la région cardiale Anomalies du péristaltisme œsophagien et altération de la clairance œsophagienne Composition du matériel de reflux Défaillance des moyens de résistance de la muqueuse œsophagienne Ralentissement de la vidange gastrique Sensibilité de la muqueuse œsophagienne Théorie de la «poche acide gastrique Rôle de l hélicobacter pylori

7 Facteurs génétiques Histoire naturelle du RGO Prévalence des signes cliniques RGO et période néonatale RGO du nourrisson RGO de l adolescent Complication digestives L œsophagite peptique La sténose peptique L hémorragie digestive L endobrachy-œsophage Diagnostiques différentiels Diagnostiques différentiels d un RGO extériorisé Diagnostiques différentiels d un RGO occulte compliqué Les autres explorations complémentaires Le transit œsogastroduodénal La Scintigraphie œsophagienne au technétium L échographie œsophagienne L endoscopie digestive haute La biopsie œsophagienne La manométrie Stratégie diagnostique.. 3. Les indications de la ph-métrie œsophagienne Manifestations digestives Manifestations Respiratoires RGO et affections des voies aériennes basses RGO et asthme RGO et toux Chronique RGO et terrain particuliers Autres affections des VAI Manifestations respiratoires hautes Troubles du sommeil Manifestations Neurologiques Le malaise du nourrisson La mort subite du nourrisson Le Syndrome de Sandifer L encéphalopathie La chirurgie œsophagienne Mégaoesophage Atrésie de l œsophage Hernie hiatale Hernie congénitale diaphragmatique Les sténoses caustiques œsophagiennes Le produit caustique. 50

8 Les mécanismes physiopathologiques de la sténose caustique Classification endoscopique des lésions caustiques Les sténoses caustiques œsophagiennes dilatées Les sténoses caustiques œsophagiennes opérées Le concept de reflux non acide et limites de la ph-métrie œsophagienne Limites de la ph-métrie œsophagienne L impédance-métrie œsophagienne Récapitulatif.. Chapitre II : TRAVAIL PERSONNEL.. 1. Patient Origine de l ensemble du recrutement Description du service Patients Recherche du RGO dans l asthme bronchique Recherche du RGO dans les sténoses caustiques Recherche du RGO dans l œsophage opéré et les autres pathologies Méthodologie La technique de la ph-métrie œsophagienne Analyse des résultats de la ph-métrie La fibroscopie digestive haute Suivi des malades Avec asthme bronchique Avec sténose caustique Avec œsophage opéré 68 Résultats 1. Description globale du recrutement Résultats ph-métriques dans l asthme bronchique. 3. Sténoses caustiques et RGO.. 4. RGO dans l œsophage opéré pour d autres causes en dehors des sténoses caustiques 5. Suivi Chapitre III DISCUSSION GENERALE CONCLUSION GENERALES RECOMMANDATIONS et PERSPECTIVES 110 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES. 145 LISTE DES PATIENTS. 168 RESUMES

9 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU TITRE PAGES 1 Valeurs moyennes normales accompagnées de l erreur standard des variables ph- métriques de 12 différentes séries. 2 Valeurs moyennes normales des variables ph-métriques de la ph-métrie œsophagienne des heures chez les témoins en fonction de l âge. 3 Valeurs normales de la ph-métrie œsophagienne des 24 heures chez l enfant en comparaison 14 avec l adulte. 4 Symptômes du RGO en fonction de l âge Critères de contrôle de l'asthme selon GINA Répartition des patients selon le service d origine (n= 213) 70 7 Répartition des patients selon les indications de la ph-métrie (n=213) Résultats de la ph-métrie œsophagienne à visée diagnostique (n = 213) Paramètres ph-métriques en fonction de la durée de l enregistrement (n= 236) Comparaison des paramètres ph-métriques dans l asthme bronchique entre les patients avec 74 RGO et sans RGO (n= 58) 11 Fréquence du RGO dans l asthme bronchique en fonction du niveau de contrôle de l asthme (n 74 = 58) 12 Paramètres ph-métriques des enfants asthmatiques avec RGO en fonction du niveau de contrôle 75 de l asthme (n= 30). 13 Valeur prédictive positive et valeur négative du contrôle de l asthme dans la prédiction du RGO 76 chez les enfants asthmatiques. 14 Répartition des patients asthmatiques en fonction de la symptomatologie digestive de reflux 77 (n=58). 15 Valeur prédictive positive et la valeur prédictive négative des signes digestifs dans la 78 prédiction du RGO chez les enfants asthmatiques 16 Fréquence du RGO dans les autres manifestations respiratoires Répartition des patients dans les sténoses caustiques opérées selon le type d intervention 81 (n =20). 18 Résultat de la ph-métrie œsophagienne dans la pathologie caustique (n=41) Fréquence du RGO dans les sténoses caustiques (n=41) Paramètres ph-métriques chez les patients avec sténoses caustiques dilatées (n=21) Paramètres ph-métriques des patients avec sténoses caustiques opérées (n=20) Paramètres ph-métriques des patients avec sténoses caustiques opérées avec RGO en fonction du type d intervention (n= 8) 85

10 23 Répartition des patients en fonction de la pathologie œsophagienne (n=34) Résultat de la ph-métrie dans l œsophage opéré (n =34) Fréquence du RGO à la ph-métrie œsophagienne en fonction de l étiologie de 87 l œsophage opéré (n =34). 26 Paramètres ph-métrique chez les patients avec échec du montage antireflux (n= 8) Comparaison des paramètres ph-métriques dans l œsophage opéré avec MAR avec 89 présence de RGO en préopératoire et absence de RGO en post opératoire (n=6). 28 Paramètres ph-métriques dans les AO opérées avec RGO (n=4) Paramètres ph-métriques des asthmatiques avant et après traitement par les IPP (n = 12) Comparaison des paramètres ph-métriques entre les asthmatiques traités par IPP seuls (n= 12) et les asthmatiques traités par chirurgie anti reflux (n=5). 94

11 LISTE DES FIGURES FIGURE TITRE PAGES 1 Exemple de boîtier de ph-métrie. 5 2 Sonde de ph-métrie. 5 3 Illustration de la technique de mise en place de la sonde de ph-métrie à 5 cm du SIO distal. 7 4 Tracé de ph-métrie normal avec quelques reflux physiologiques post prandiales 9 5 Tracé de ph-métrie montrant un RGO (fléché) nocturne modéré. 9 6 Tracé de ph-métrie montrant un RGO (fléché) nocturne sévère Tracé de ph-métrie montrant un RGO (fléché) diurne et nocturne sévère Mécanismes anatomiques de la barrière anti-reflux Facteurs intervenant dans le RGO RTSIO survenant pendant une période de stabilité du tonus de base du SIO (flèche) Arbre décisionnel Répartition des patients selon le sexe Provenance géographique des patients (n=213) Fréquence du RGO dans les différentes indications de la ph-métrie œsophagienne (n=213) Indice de reflux moyen chez les asthmatiques contrôlés vs asthmatiques non contrôlés (n= 58) Nombre total moyen de reflux chez les asthmatiques contrôlés vs asthmatiques non contrôlés (n=58) 17 Fréquence du RGO dans l asthme bronchique en fonction de la présence des signes digestifs de reflux 18 Répartition des patients avec sténose œsophagienne caustique en fonction de l origine géographique (n= 41). 19 Répartition des patients avec sténose caustique en fonction de la nature de caustique ingéré (n= 41). 20 Résultats de la ph-métrie œsophagienne chez les patients avec sténoses caustiques opérées selon la technique utilisée et les patients avec sténoses dilatées non opérées (n = 41). 21 Proportion de reflux après montage antireflux et en fonction du type de montage (n=26) Fréquence du RGO en fonction des différentes indications (n= 26) Evolution des asthmatiques avec RGO Comparaison de l IR en pré et postopératoire (n=6) Comparaison du nombre total de reflux en pré et postopératoire (n=6)

12 LISTE DES ABREVIATIONS AO APLV ASGE BO BPO DG EBO EEG EPSGHAN GERD GINA FIG HCD HH IMC IPLV IPP IR IS ISS MCT MGN MO MSN NASPGHAN OP ORL RDGO RGO ROCT RSP RTSIO SFED SIO SSO SPO T TOGD VAI vs Atrésie de l œsophage Allergie aux protéines de vache Société Américaine d endoscopie gastro-entérologique Brachy-œsophage Broncho-pneumopathie obstructive Diagnostique Endobrachy-oesophage Electro-encéphalogramme European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition Gastro-oesophageal reflux disease Global Initiative for Asthma Figure Hernie congénitale diaphragmatique Hernie hiatale Infirmité motrice cérébrale Intolérance aux protéines du lait de vache Inhibiteurs de la pompe à protons Indice de reflux Index symptomatique Indice de sensibilité symptomatique Malposition cardio-tubérositaire Malaise grave du nourrisson Mégaoesophage Mort subite du nourrisson North American Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition Oesophagite peptique Otho-rhinolaryngologique Reflux duodeno-gastro-oesophagien. Reflux gastro-œsophagien Région oeso-cardio-tubérositaire Retard staturo-pondérale Relaxations transitoires du sphincter inférieur de l œsophage Société Française d endoscopie digestive Sphincter inférieur de l œsophage Sphincter supérieur de l œsophage. Sténose peptique œsophagienne Taille Transit œsogastroduodénal Voies aériennes inférieures Versus

13 PROBLEMATIQUE 1

14 Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une pathologie très fréquente en pédiatrie. Elle touche environ 40 % des nourrissons à l âge de 3 à 4 mois, et 8 % des enfants à 3 ans [325]. Le RGO est généralement transitoire, et les signes cliniques du reflux sont bien connus. Les plus habituels sont les rejets à type de régurgitations ou de vomissements [22]. Cependant, il existe des formes trompeuses qui empruntent une symptomatologie atypique, dominée par les signes extradigestifs: respiratoires (toux, asthme), neurologiques (apnées, malaises), ORL (stridor, laryngite, otite), nutritionnels (retard staturo-pondéral) et qui peuvent poser un problème de diagnostic [117]. Dans ces situations, la ph-métrie œsophagienne joue un rôle majeur, en permettant de reconnaître le RGO. Par ailleurs, il est bien connu que le RGO pathologique peut être à l origine de nombreuses complications graves telles que l œsophagite peptique, la sténose, l endobrachy-oesophage avec son risque potentiel de dégénérescence, qui ont quasiment disparu dans certains pays mais qui demeurent neanmoins une préoccupation des pédiatres et chirurgiens pédiatres et surtout des médecins d adultes dans notre pays. Ces complications surviennent volontiers dans certaines situations telles que les hernies hiatales, les atrésies de l œsophage, et les sténoses caustiques. Les objectifs de notre travail sont de : 1-montrer l intérêt de la technique de la ph-métrie œsophagienne dans le diagnostic du RGO. 2- déterminer la fréquence du reflux dans l asthme, les sténoses caustiques, l œsophage opéré et l évaluation fonctionnelle du montage anti reflux. 3-Faire une mise au point sur notre expérience de la technique de la ph-métrie œsophagienne, et ses principales indications. Ainsi notre travail est divisé en trois parties : La première partie concernera la revue de littérature : portant d une part sur la déscription de la technique de la ph-métrie œsophagienne et d autre part sur le RGO. La deuxième partie exposera notre travail personnel avec notre méthodologie et nos résultats. La troisième partie portera sur la discussion, conclusions, et recommandations. 2

15 CHAPITRE I REVUE DE LA LITTERATURE 3

16 1. La ph-métrie œsophagienne 1.1. Principe de base Le ph traduit, la concentration en ions d un milieu. Il correspond au logarithme décimal de l inverse de la concentration en ions H + (ph= log 10 1 / [H + ]). Une variation d une unité ph, correspond donc à une variation de la concentration des ions H + d un facteur 10 [113]. Le contenu gastrique est acide (ph aux environs de 2). Quand il reflue dans l œsophage, il entraine une baisse du ph œsophagien, qui est normalement entre 5 et 7 [101]. Une électrode sensible au ph introduite dans l œsophage, par voie nasale enregistre en continu les variations de ph dans l œsophage distal, et quantifie les reflux acides d origine gastrique [193]. La détection des périodes d acidification, permet ainsi de repérer directement les épisodes de RGO acides, et de quantifier l exposition de l œsophage distal à l acide Les aspects techniques et méthodologiques de la technique de ph-métrie œsophagienne Développée il y a plus de trente ans, la ph-métrie œsophagienne a permis de faire progresser considérablement les connaissances physiopathologiques dans le RGO acide [117]. Spencer a été le premier à avoir décrit l enregistrement prolongé du ph intra- œsophagien chez l adulte [296]. Mais, c est grâce à Johnson et DeMeester, que la ph-métrie est devenue une méthode reconnue pour le diagnostic et la quantification du RGO acide. Ces deux chirurgiens, américains ont été les premiers à avoir étudié des sujets témoins adultes sains et quantifié l exposition acide de l œsophage. Ils ont établi en 1974 les valeurs normales de la ph-métrie œsophagienne à travers un score composé de six paramètres ph-métriques, appelé score de Johnson et DeMeester, utilisé jusqu à présent dans les logiciels d analyse de la ph-métrie œsophagienne [168]. Ces deux auteurs ont été les premiers ainsi à proposer le concept de reflux acide physiologique chez l adulte. Par la suite l apparition de dispositifs d enregistrement miniaturisés et ambulatoires, associée à des logiciels d analyse d utilisation simple, a contribué au succès et au développement de cette méthode diagnostique chez l enfant Le matériel de réalisation de la ph-métrie œsophagienne L enregistrement continu du ph dans l œsophage fait appel à une chaîne de mesures faites de plusieurs structures qui constituent autant de sources potentielles d erreurs dans la mesure de l exposition acide de l œsophage [229]. Ainsi, la fiabilité des paramètres enregistrés repose principalement sur la qualité du capteur (l électrode), les performances de la structure de stockage, la position de l électrode dans l œsophage, le mode de restitution et d analyse du signal enregistré [47]. 4

17 Les boîtiers d enregistrement. La ph-métrie œsophagienne, est effectuée à l aide d enregistreurs numériques portables (Fig.1), portés à la ceinture ou en bandoulière. Ces boîtiers doivent donc être légers, solides et difficilement manipulables par les malades. Sur le plan technique, ces appareils doivent avoir une autonomie électrique d au moins 24 heures en enregistrement, et de plusieurs jours pour le stockage des données enregistrées. Outre ces caractéristiques, la principale exigence est la fréquence d échantillonnage du signal. Une fréquence d échantillonnage supérieure à 8 par minute semble suffisante [89,107]. Les chutes de ph très brèves peuvent être ignorées car elles ont un impact très faible sur l exposition acide de l œsophage [118]. Les boîtiers enregistreurs doivent être impérativement équipés d un ou plusieurs marqueurs d événements facilement activables par le malade pour signaler les symptômes et les autres événements de l enregistrement (repas, position). Fig.1 Exemple de boîtier de ph-métrie Fig.2 Sonde de ph-métrie Les électrodes de la ph-métrie œsophagienne. La bonne qualité de la ph-métrie œsophagienne repose sur les performances de l électrode. Les électrodes (Fig.2) sont soit en antimoine, soit en verre. Les électrodes de verre à référence combinée sont considérées comme les plus fiables en raison de leur rapidité de réponse et de la linéarité de celle-ci. Cependant, leur utilisation en routine est difficile, en raison de leur coût élevé et les limites, de leur désinfection [47]. En réalité, la plupart des auteurs estiment que les électrodes monocristallines à l antimoine sont suffisamment fiables en pratique clinique pour la ph-métrie œsophagienne [89,262]. Elles sont plus petites (souple et de petit diamètre), moins fragiles, à usage unique et beaucoup moins coûteuses. Bien que les phénomènes de corrosion réduisent leur durée de vie par rapport à celles des électrodes de verre [118]. De plus elles ont 5

18 désormais une électrode de référence incorporée, évitant le recours à une référence externe source de dysfonctionnement. Ces dernières années des électrodes à l antimoine sans fil ont été développées (capsule Bravo). Ce sont des électrodes autonomes qui émettent un signal radiofréquence dont l intensité varie en fonction du ph enregistré. La capsule est fixée à la paroi œsophagienne à la hauteur souhaitée à l aide d un dispositif de largage soit sous contrôle de la vue lors de l endoscopie, soit à l aveugle par voie nasale ou buccale [190] Déroulement de l examen Le patient ou les parents doivent être informés de la technique d examen, avoir bien compris l utilisation du boitier d enregistrement, et en particulier du marqueur d événement. Les patients doivent avoir une activité et des repas le plus proche possible de leurs conditions de vie habituelles pendant l enregistrement. Avant de commencer l examen, le patient doit avoir jeûné pendant au moins 4 heures et arrêté tout traitement qui pourrait interférer avec les résultats. La réalisation de l examen comporte : Calibration de l électrode. La bonne calibration de la chaine de mesure à l aide de solutions tampons de références connues, habituellement ph (ph 4) et ph 7 [89] est une étape préalable indispensable. Une calibration à la fin de l enregistrement est souhaitable, afin de déceler une dérive au cours de l examen [47]. A l issue de la calibration, la sonde de ph-métrie est introduite par voie nasale Position de la sonde. Chez l adulte, par convention l extrémité sensible de l électrode est placée à 5 cm au-dessus du bord proximal de l extrémité supérieure du sphincter inférieur de l œsophage (SIO) (Fig.3). Cette distance permet d éviter les passages intra gastriques de l électrode chez un malade ayant une hernie hiatale (HH) et lors du raccourcissement de l œsophage lié à la déglutition. Idéalement, le SIO devrait être repéré par manométrie œsophagienne [47]. Lorsque les repères manométriques ne sont pas disponibles ou sont difficiles à déterminer avec précision (notamment lors d une hypotonie franche du SIO), la recherche de la zone de transition de ph peut aider à situer correctement l électrode. Elle parait suffisamment satisfaisante en raison d une assez bonne concordance entre les mesures déterminées par les deux méthodes [249,118]. En pédiatrie, il est toujours possible de repérer l emplacement du SIO par manométrie en cas de hernie hiatale (HH) ou déformation thoracique. Pour les enfants de taille inférieure à un métre, 6

19 la formule de Strobel peut être appliquée (distance narines-sio = 5 + 0,25 (Taille en cm) [302]. Chez l enfant âgé, la recherche de la zone de transition du ph est appliquée comme chez l adulte. Idéalement la position de l électrode est contrôlée par radiographie ou mieux à l amplificateur de brillance. L électrode doit être positionnée en regard de la troisième vertèbre située au-dessus du diaphragme [319] Le mode de détermination de la jonction oeso-gastrique doit être précisé dans le compte-rendu de la ph-métrie [249]. Fig 3.Illustration de la technique de mise en place de la sonde de ph-métrie à 5 cm du sphincter inférieur del œsophage distal [87] Conditions d enregistrement. Il est recommandé d interrompre des traitements susceptibles de modifier la sécrétion acide gastrique et/ou la motricité oeso-gastrique. Ainsi il est recommandé d interrompre les inhibiteurs de la pompe à proton (IPP) huit jours avant l enregistrement, les antagonistes des récepteurs à hydrogène 48 heures avant, les prokinétiques et les antiacides 12 heures avant l acte de la phmétrie [118,47]. Ces délais sont nécessaires à la disparition de l activité pharmacodynamique des traitements. Les effets des conditions d alimentation, de la position corporelle et / ou de l activité physique sur les résultats de la ph-métrie ont fait l objet de nombreux travaux dont la pertinence n est pas toujours claire. Les résultats de ces études sont parfois contradictoires, et suggèrent que la plupart de ces effets sont vraisemblablement modestes [232]. 7

20 En réalité, ces questions de standardisation sont passées complètement au second plan avec le développement des enregistrements ambulatoires et l analyse des symptômes, pour caractériser les relations temporelles entre les symptômes et les épisodes de reflux. Ainsi les malades sont désormais encouragés à maintenir leurs conditions de vie habituelles, de façon à reproduire les circonstances de survenue des symptômes Durée des enregistrements. Il existe 2 types de ph-métrie selon la durée des enregistrements: Les enregistrements de courte durée (3 6h), couplées ou non à un repas d épreuve étaient fréquemment utilisés pour éviter au malade l hospitalisation. Ces enregistrements de moyenne durée ont montré une bonne concordance diagnostique avec les enregistrements de 24 heures. Cette attitude peut se justifier, car le plus souvent la majorité des épisodes de reflux surviennent pendant la journée et notamment en période Postprandiale [134,99]. Cependant, la reproductibilité de l exposition acide œsophagienne mesurée est moins bonne lorsque la durée de l enregistrement est réduite [170]. De plus, leur sensibilité diagnostique serait plus faible [93,122] notamment chez les malades n ayant pas de lésion endoscopique [118]. Enfin, ces enregistrements limitent la possibilité de réaliser une analyse symptomatique de l enregistrement et réduisent la probabilité de survenue des symptômes [293]. Les enregistrements prolongés d au moins 18 à 24 heures optimisent la sensibilité, la spécificité et la reproductibilité diagnostique de l examen de la ph-métrie œsophagienne [122, 64,262]. Ils permettent une évaluation précise du reflux acide ainsi qu une analyse de la concordance entre les épisodes de reflux et les symptômes signalés par le malade pendant l enregistrement [224]. Par ailleurs, ils permettent une interprétation qualitative en étudiant les conditions de survenue du RGO lors de la vie normale de l enfant, pendant le déroulement de l examen: changement de position, influence de l alimentation, du sommeil, et de l éveil [318,18] Analyse de la ph-métrie œsophagienne La bonne interprétation d une ph-métrie œsophagienne repose sur l analyse qualitative et quantitative du tracé, ainsi que sur l analyse des symptômes associés. Ces deux analyses imposent préalablement de préciser les critères définissant les épisodes de RGO. 8

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Reflux Gastro-Oesophagien

Reflux Gastro-Oesophagien 1. Définition RGO pathologique, déficience de la barrière anti-reflux reflux du contenu gastrique de l estomac vers l oesophage, responsable de symptômes plus ou moins compliqué d oesophagite (agression

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Sémiologie oesophagienne

Sémiologie oesophagienne Sémiologie oesophagienne Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Sémiologie OESOPHAGE Explorations

Plus en détail

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice ANATOMIE Organe musculaire creux Propulsion des aliments du pharynx vers estomac Maladie oesophagienne est fréquente Tube musculaire 2 sphincters :

Plus en détail

APPORT DE LA PH-METRIE OESOPHAGIENNE DANS LE DIAGNOSTIC DU RGO CHEZ L ENFANT (Apropos de 70 cas)

APPORT DE LA PH-METRIE OESOPHAGIENNE DANS LE DIAGNOSTIC DU RGO CHEZ L ENFANT (Apropos de 70 cas) UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2012 Thèse N 040/ 12 APPORT DE LA PH-METRIE OESOPHAGIENNE DANS LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

oesophagien chez le musicien

oesophagien chez le musicien Reflux gastro-oesophagien oesophagien chez le musicien Mythe ou réalité? L. Dalmasso Journée du trombone CNR Tours 28 Avril 2006 Physiologie de la respiration Respiration : Succession de phases reflexe

Plus en détail

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN P. Tounian Gastroentérologie rologie et Nutrition PédiatriquesP Hôpital Armand-Trousseau, Paris Prévalence augmentée du RGO chez l enfant asthmatique (Thakkar

Plus en détail

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I. Définition II. Épidémiologie III. Physiopathologie IV. Décrire les signes fonctionnels

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Marc Bellaiche (Hôpital Robert Debré, Paris) MAJ : 06/01/2006

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Marc Bellaiche (Hôpital Robert Debré, Paris) MAJ : 06/01/2006 Objectifs : Objectifs de l'ecn Reflux Gastro-Oesophagien (RGO) chez le nourrisson et chez l'enfant (adulte non traité). Hernie hiatale Item 280 Diagnostiquer un reflux gastro-oesophagien et une hernie

Plus en détail

chez l'enfant et chez l'adulte.

chez l'enfant et chez l'adulte. Item 280 : Reflux gastrooesophagien chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Epidémiologie... 2 3 Physiopathologie...3

Plus en détail

LES HERNIES HIATALES

LES HERNIES HIATALES -1/5- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset LES HERNIES HIATALES I/ DEFINITION : La hernie hiatale désigne le passage d une portion de la partie

Plus en détail

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale.

Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. R CDU_Chap29.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 5:04 17 I Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale. 29 I. DÉFINITION II. ÉPIDÉMIOLOGIE III. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

La physiopathologie du RGO est multifactorielle

La physiopathologie du RGO est multifactorielle La physiopathologie du RGO est multifactorielle Altération de la barrière anti-reflux Reflux duodénogastro-oesophagien Diminution de l efficacité des contractions de l œsophage ou de ses défenses naturelles

Plus en détail

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Conseil de pratique Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Rédacteur : Frank Zerbib Relecteurs : Stanislas Bruley des Varannes, Guillaume Cadiot, Philippe Ducrotté, François Mion, Michel Dapoigny,

Plus en détail

²Item 280 : REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CHEZ LE NOURRISSON, L ENFANT (et chez l adulte*). HERNIE HIATALE

²Item 280 : REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CHEZ LE NOURRISSON, L ENFANT (et chez l adulte*). HERNIE HIATALE 1 ²Item 280 : REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CHEZ LE NOURRISSON, L ENFANT (et chez l adulte*). HERNIE HIATALE Objectifs pédagogiques de l ENC - Diagnostiquer un reflux gastro-oesophagien et une hernie hiatale

Plus en détail

Médecine & enfance. Reflux gastro-œsophagien : nouvelles recommandations

Médecine & enfance. Reflux gastro-œsophagien : nouvelles recommandations Reflux gastro-œsophagien : nouvelles recommandations Vandenplas Y., Rudolph C.D., Di Lorenzo C., Hassall E., Liptak G., Mazur L., Sondheimer J., Staiano A., Thomson M., Veereman-Wauters G., Wenzl T.G.

Plus en détail

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Conseil de pratique Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Rédacteur : Frank Zerbib Relecteurs : Stanislas Bruley des Varannes, Guillaume Cadiot, Philippe Ducrotté, François Mion, Michel Dapoigny,

Plus en détail

Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie

Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie Dr NACEUR MALIKA Service de pédiatrie «C» Congrès de la SPO 04 / 05 Juin 2015 Historique PH-métrie diagnostique le RGO acide PH-métrie œsophagienne a permis

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

III / Déclenchement du vomissement

III / Déclenchement du vomissement LES VOMISSEMENTS DU NOUVEAU NE ET DU NOURRISSON Fréquents ; peuvent cacher diverses maladies ; à ne jamais banaliser. I / Définition Vomissement = rejet actif, par la bouche, de tout ou partie du contenu

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI

REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN. Dr K.T DOUIDI REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN Dr K.T DOUIDI I. Définition II. Rappel anatomique et physiologique III. Causes anatomiques et physiologique : a) Causes physiologiques b) Causes anatomiques c) Causes anatomiques

Plus en détail

Le reflux. Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS

Le reflux. Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS Le reflux Dr Elodie CESBRON METIVIER CHU ANGERS C est quoi? C est physiologique Mais GERD is a condition which develops when the reflux of stomach contents causes troublesome symptoms and/or complications.

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Malaises du nourrisson

Malaises du nourrisson Malaises du nourrisson Journées des urgences pédiatriques du Sud Ouest 26 et 27 novembre 2010 Delphine Lamireau Réanimation pédiatrique Bordeaux Motif fréquent - de sortie pédiatrique SMUR - de consultation

Plus en détail

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Le Nourrisson Vomisseur Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Orientation diagnostique l Vomissements régurgitations l Âge, Intervalle libre

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique Cause rare d accd accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique C. Hafsa, B. Hmida, R. Salem, MA. Jellali, M. Maatouk, M. Golli Service d imagerie d médicale m CHU Fattouma Bourguiba

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 Par Denis Bérubé Une maladie très fréquente...15 Physiopathologie et

Plus en détail

PETITE ENFANCE. Alimentation. du nourrisson & du jeune enfant. ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr

PETITE ENFANCE. Alimentation. du nourrisson & du jeune enfant. ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr 3 Alimentation PETITE ENFANCE du nourrisson & du jeune enfant ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr 2 Un bébé sans réflexe de succion, puis un enfant jamais rassasié L état

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

Examen Classant National / Programme Officiel (2013) Question N 268. Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson et chez l'enfant

Examen Classant National / Programme Officiel (2013) Question N 268. Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson et chez l'enfant Examen Classant National / Programme Officiel (2013) Question N 268. Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson et chez l'enfant - Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien et une hernie hiatale aux différents

Plus en détail

Que savoir sur la CHIRURGIE du REFLUX GASTRO OESOPHAGIEN à la CLINIQUE SAINT-PIERRE?

Que savoir sur la CHIRURGIE du REFLUX GASTRO OESOPHAGIEN à la CLINIQUE SAINT-PIERRE? Que savoir sur la CHIRURGIE du REFLUX GASTRO OESOPHAGIEN à la CLINIQUE SAINT-PIERRE? VOUS ALLEZ ETRE OPERE(E) A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CHIRURGIE ANTI REFLUX SOUS CŒLIOSCOPIE PAR L EQUIPE CHIRURGICALE

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ AU DROIT À PENSION REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN PATHOLOGIQUE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ AU DROIT À PENSION REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN PATHOLOGIQUE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ AU DROIT À PENSION REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CMP 00911 CIM-9 530.1 DÉFINITION Le reflux gastro-oesophagien (RGO) pathologique désigne la régurgitation dans l oesophage

Plus en détail

Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 2010

Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 2010 Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 21 Pour la première fois, NEOVIA publie, en collaboration avec le laboratoire d analyse LABOCEA (ex LDA 22) les résultats de son enquête

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois Dr Amina SAAD Pédiatre Agadir 2 Mai 2008 Introduction La nutrition du nouveau-né et du nourrisson à: - Suscité de nombreux travaux - Soulevé de

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - -

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - - Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson Claude VINCON Christian FAUSSER - - Ce geste fréquent est extrêmement banalisé et habituel, tout du moins

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ PALIPED Journée du 3 février 2015 Dr Anne-Emmanuelle Piquet-Massin Neuropédiatre CESAP «Les Cerisiers» et «Graine d Etoile» Alimentation chez la plupart

Plus en détail

Table des matières. Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7. Petit dictionnaire de poche... 13 Exemple préalable...

Table des matières. Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7. Petit dictionnaire de poche... 13 Exemple préalable... Table des matières Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7 1. L intention : un livre pour les parents d enfants hyperactifs... 7 2. Le point de départ : les préoccupations

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT Docteur Isabelle Gibertini USP Hôpital Clocheville CHU TOURS FMC Pédiatrie Clocheville Tours Espace Malraux 25 octobre 2012 Définition p Pas consensuelle p Durée > 3 semaines

Plus en détail

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS

SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS PRISE EN CHARGE REEDUCATIVE DES TROUBLES DE LA VOIX ET DE LA DEGLUTITION DANS LES SUITES RADIO-CHIRURGICALES DES CANCERS DES VADS SEMINAIRE DES 27 ET 28 JUIN 2014 LE MANS Docteur Joseph RAHAL Fondation

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

FUITES D URINES. Introduction

FUITES D URINES. Introduction FUITES D URINES Introduction L incontinence urinaire est la perte non contrôlée des urines. En France, on estime qu environ 3 millions de femmes sont confrontées à ce problème. L incontinence reste un

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Un reflex numérique comme le vôtre avec un ou deux zooms constituent. 8 La photo de paysage

Un reflex numérique comme le vôtre avec un ou deux zooms constituent. 8 La photo de paysage 8 La photo de paysage Un reflex numérique comme le vôtre avec un ou deux zooms constituent un équipement idéal pour la photo de paysage. Cette découverte de la photo de paysage va vous permettre de mettre

Plus en détail

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1)

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Lisez attentivement ce document et conservez-le

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Régurgitations, vomissements et reflux (rgo)

Régurgitations, vomissements et reflux (rgo) Régurgitations, vomissements et reflux (rgo) Presque tous les nouveau-nés régurgitent une certaine quantité de lait après leurs boires, mais quand c est plus qu un peu, on s inquiète de sa croissance et

Plus en détail

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 1 Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 2 L'estomac humain L'estomac est un organe qui fait partie de l'appareil digestif. Il est en forme de poche, et il est situé entre l'œsophage en haut, et le duodénum

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!!! I.! Les surdités :! II.! Le handicap sensoriel chez l enfant.! III.! Le handicap sensoriel chez l adulte :! IV.! Le

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

MALAISE GRAVE DU NOURRISSON (MGN) ET REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN (RGO) SOUS TRAITEMENT MEDICAL SEUL

MALAISE GRAVE DU NOURRISSON (MGN) ET REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN (RGO) SOUS TRAITEMENT MEDICAL SEUL UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine Clinique Département de Pédiatrie Division de Gastro-entérologie Thèse préparée sous la direction du Professeur Dominique Belli MALAISE GRAVE

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail