CG conseil. Contrat d études prospectives dans le secteur de la mutualité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CG conseil. Contrat d études prospectives dans le secteur de la mutualité"

Transcription

1 CG conseil Contrat d études prospectives dans le secteur de la mutualité Rapport final Juin 2007

2 Sommaire Page Introduction 4 Première partie : Les caractéristiques du secteur et les facteurs d évolution 10 1 Les caractéristiques du secteur 11 2 Le contexte et les facteurs d évolution du secteur de la mutualité 16 3 Les évolutions prévisibles et leurs conséquences 21 Deuxième partie : Les pratiques de gestion de ressources humaines Les démarches d ajustement des ressources aux besoins (aux plans collectif et individuel) Le recrutement La mobilité interne L analyse des flux de départs La formation professionnelle Les entretiens individuels Les pratiques prioritaires de gestion et de développement du personnel En synthèse, les points clés des pratiques de gestion des ressources humaines 39 Troisième partie : Les métiers du secteur de la mutualité Les métiers de la famille professionnelle «conception et études techniques des produits et des risques» Les métiers de la famille professionnelle «développement et relations clientèle» Les métiers de la famille professionnelle «gestion des adhérents» Les métiers de la famille professionnelle «SI / informatique / réseaux» Les métiers de la famille professionnelle «support» 47 Page 2 sur 147

3 6 - Autres métiers 50 Quatrième partie : Les caractéristiques démographiques actuelles et les projections démographiques 53 1 Les mutuelles et les effectifs dans le périmètre retenu Les caractéristiques de l emploi actuel (métiers et données quantitatives) Les résultats des projections démographiques 59 Cinquième partie : L impact des évolutions du secteur sur les emplois, les métiers et compétences Analyse de l impact des évolutions du secteur sur l ensemble des métiers Description prospective des principaux métiers En synthèse, les points clés des évolutions de l emploi, des métiers et des compétences 110 Sixième partie : Le diagnostic et les recommandations Le diagnostic emploi compétences Les recommandations sur le plan de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences 3 Les recommandations sur le plan de la formation : développement des compétences et parcours d évolution professionnelle Les recommandations sur le plan du recrutement et de la fidélisation Les recommandations sur le plan de la gestion des âges Les recommandations sur le plan de l emploi et de l accompagnement des mobilités externes 136 Annexe 1 : Définition des niveaux de maîtrise des connaissances 139 Annexe 2 : Questionnaire d enquête sur les pratiques de gestion des ressources humaines 140 Annexe 3 : Caractéristiques des effectifs des répondants à l enquête sur les pratiques de gestion des ressources humaines 146 Page 3 sur 147

4 Introduction Page 4 sur 147

5 Les évolutions du secteur de la mutualité ont conduit l Etat et les partenaires sociaux de la branche professionnelle Mutualité à conclure un contrat d études prospectives. Le présent rapport est le résultat des travaux qui ont été conduits, de mars 2006 à juin 2007, entre les partenaires sociaux de la branche (UGEM, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO), la DGEFP et un regroupement de cabinets, Manexpert et CG Conseil. 1 Le contexte et les objectifs du contrat d études prospectives Le contrat d études prospectives s est inscrit dans un contexte de mutation pour le secteur de la mutualité. Secteur spécifique, de statut original, la mutualité est un maillon clé de la protection sociale en France, porteur de valeurs du secteur de l économie sociale. Après un cycle de croissance lente continue, dans des cadres réglementaires stables, le secteur est confronté à plusieurs facteurs d évolution : - l évolution de la législation et de la réglementation liées à la transposition des directives européennes, évolution qui a abouti en 2001 à une refonte du Code de la Mutualité ; - la concurrence qui s accroît, notamment avec d autres intervenants de statuts différents (sociétés d assurances, régimes paritaires) ; - un mouvement de restructurations par alliances, regroupements, fusions, mutualisations de moyens ; - l impact des TIC dans des activités basées sur l enregistrement, le traitement et le suivi de données en grand nombre ; - la structure démographique de la population française qui induit un accroissement des coûts de protection sociale (volumes à traiter et valeur des prestations à servir). Dans ce contexte de transformations, la finalité du contrat d études prospectives était d anticiper, de clarifier et d accompagner les adaptations à venir en matière de métiers et compétences. Les enjeux identifiés portaient sur : - l adaptation des mutuelles, des emplois et des organisations du travail ; - l évolution des métiers et des compétences ; - le développement d une culture de service à l adhérent alliant qualité et performance dans le respect des valeurs mutualistes (non-lucrativité, entraide et solidarité). Les objectifs des travaux étaient les suivants : - établir un diagnostic partagé sur la situation du secteur, ses enjeux et ses évolutions ; - analyser les conséquences concrètes des mutations du secteur en cours et à venir sur l évolution de l emploi, des métiers et des compétences ainsi que sur les besoins en formation ; - élaborer des scenarii de plan d actions ; - proposer des outils d accompagnement du changement en termes de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Page 5 sur 147

6 Le champ de l étude défini par le cahier des charges était le champ d application de la convention collective nationale de branche sur les activités des organismes mutualistes relevant du Livre II du Code de la Mutualité. 2 Les phases de travail Pour répondre à ces objectifs, les travaux ont été organisés autour de six phases : 1. analyse des caractéristiques du secteur et des facteurs d évolution ; 2. analyse des pratiques de gestion de ressources humaines dans le secteur ; 3. repérage des métiers du secteur ; 4. repérage des caractéristiques démographiques actuelles et projections démographiques ; 5. analyse de l impact des évolutions du secteur sur les emplois (en volume), les métiers et compétences ; 6. élaboration du diagnostic et des recommandations. 1 Analyse des caractéristiques du secteur et des facteurs d évolution 2 Analyse des pratiques de gestion de ressources humaines dans le secteur 3 Repérage des métiers du secteur 4 Repérage des caractéristiques démographiques actuelles et projections démographiques 5 Analyse de l impact des évolutions du secteur sur les emplois (en volume) et les métiers et compétences 6 Elaboration du diagnostic et des recommandations Page 6 sur 147

7 3 Méthode de travail La première phase a porté sur l analyse des caractéristiques du secteur et des facteurs d évolution. Il s agissait de déterminer, dans une première étape, le cadre général d évolution des activités afin de pouvoir analyser ensuite l impact sur l emploi et les métiers. Cette première phase s est appuyée d une part sur une étude documentaire (rapports, dossier de recherche, publications, presse mutualiste, ) et d autre part sur des entretiens qualitatifs. Pour les entretiens, un guide d entretien structuré a été élaboré et une liste des interlocuteurs clés du secteur a été arrêtée avec le comité de pilotage. Ces entretiens ont été réalisés d une part auprès des dirigeants de mutuelles, d autre part auprès de personnes ressources et d experts externes, personnalités politiques, partenaires sociaux, dirigeants d opérateurs et d organismes concurrents, personnalités qualifiées de la sphère sociale. Ils ont abouti à une synthèse sur les évolutions du secteur. La deuxième phase a porté sur l analyse des pratiques de gestion de ressources humaines dans le secteur. L objectif de cette phase était d identifier les pratiques dominantes actuelles en matière de gestion des ressources humaines (GRH) et de repérer l émergence de nouvelles pratiques rendues nécessaires pour assurer une plus grande cohérence avec l évolution de l environnement. La nomenclature des emplois et des métiers a servi de référent pour cette phase. Le recueil des informations a été effectué auprès de plusieurs sources : - recueil structuré d informations quantitatives et qualitatives sous la forme d une enquête (questionnaire écrit) auprès des mutuelles sur la base d un panel : le questionnaire a été modifié et validé par le comité de pilotage et réalisé auprès d un panel de 23 entreprises ; - entretiens auprès de responsables des ressources humaines sur la base d un panel (réunions de groupes) ; - entretiens auprès des organisations syndicales de salariés (réunions de groupes). La troisième phase a porté sur le repérage des emplois et des métiers du secteur. L objectif était de disposer d une nomenclature des métiers actuels du secteur, support nécessaire à l ensemble des travaux, qu il s agisse de l analyse des pratiques de gestion de ressources humaines, du repérage des caractéristiques démographiques actuelles et des projections démographiques ou de l analyse de l impact des évolutions du secteur sur les métiers. Il s agissait notamment d identifier les familles professionnelles et les métiers du secteur, de les organiser au sein des différentes familles et domaines d activité, de différencier les métiers spécifiques au secteur et les métiers de support et de définir chaque métier. La nomenclature des métiers a été réalisée sur la base d un recensement (quelques entretiens) et d une analyse documentaire de l existant (secteur et entreprises mutuelles). Les concepts utilisés et les grandes familles de métiers ont été déterminés et validés avec le comité de pilotage. Les métiers ont été identifiés, structurés par sous-ensembles et définis avec des groupes de travail par grandes familles de métiers. Page 7 sur 147

8 La quatrième phase a porté sur l identification des caractéristiques démographiques actuelles et sur la réalisation de projections démographiques. Il s agissait, dans un premier temps, de déterminer les caractéristiques des effectifs actuels pour l ensemble du secteur de la mutualité Livre II et pour les différents domaines d activité ou métiers identifiés : nombre, structure des âges, structure des sexes, structure géographique et bassins d emploi. Dans un deuxième temps, l objectif était d effectuer une simulation de ces effectifs actuels sur la période des dix années à venir et plus spécifiquement, de produire les résultats en termes de flux de départs par nature dans chacun des grands métiers exercés, ce qui permet de représenter la structure de l emploi restant à l échéance de cette période. Enfin, un focus particulier a été fait sur les métiers qualifiés de «sensibles». Cette phase s est appuyée sur le rassemblement des données de différentes sources afin de définir le périmètre emploi du secteur de la mutualité Livre II (nombre d entreprises et effectifs au 01/01/2006). Ces différentes sources ont ensuite été consolidées et traitées pour obtenir un univers de référence fiable et stabilisé. Un recueil de fichiers sur les variables individuelles (anonymes) réelles a été réalisé auprès d un panel d entreprises, l objectif étant d obtenir des résultats représentatifs en termes de structure des emplois de l ensemble du secteur. Ces données ont été traitées et les résultats ont été produits en utilisant un programme spécifique de simulation démographique. La cinquième phase a porté sur l analyse de l impact des évolutions du secteur sur les emplois (en volume), les métiers et compétences. Dans un premier temps, l ensemble des métiers a été étudié. Les transformations liées aux facteurs d évolution ont été analysées pour les différentes familles de métiers : évolution des activités, des compétences, tendances d évolution des effectifs. Ces éléments ont été différenciés pour les deux axes possibles de développement des activités. Cette première analyse a été débattue et enrichie avec des groupes de travail de mutuelles et avec le comité de pilotage. Le comité de pilotage a également validé le choix des métiers sensibles à étudier, selon les deux critères suivants : volume d emploi en augmentation ou en diminution ; transformation du métier et des compétences requises. Dans un deuxième temps, une analyse approfondie de l impact des évolutions sur les métiers «sensibles» a été réalisée. Une description des métiers futurs - activités, compétences, critères d évaluation des compétences, connaissances, profils pour l accès au métier a été élaborée et débattue en groupes de travail par famille de métiers. La sixième phase a porté sur l élaboration du diagnostic et des recommandations. Il s agissait d une étape de synthèse : le diagnostic a été formalisé à partir de l ensemble des phases précédentes. Différentes propositions de réponses aux évolutions du secteur, recommandations et pistes d action ont été élaborées à partir de ce diagnostic. Ces propositions ont été soumises au débat au sein du comité de pilotage. Des recommandations ont été élaborées pour les mutuelles, pour la branche et pour l observatoire. Page 8 sur 147

9 4 Options méthodologiques La première option a porté sur le choix d un niveau d analyse représentatif de la structure professionnelle et cohérente avec l objet de l étude : le métier. En effet, le métier est le bon niveau pour les travaux sur les compétences, la formation, la mobilité à long terme, la reconversion au niveau d une branche professionnelle. La famille (ou filière professionnelle) représente un ensemble trop large et le poste est un niveau trop impacté par des conditions spécifiques d entreprises (organisation, équipements et modes opératoires, etc.). La deuxième option a porté sur le mode de rassemblement des données de l étude. Un recueil structuré d informations quantitatives et qualitatives a été proposé : questionnaires, organisation de bases de données, interviewes centrées, exploitation de données en groupes (responsables d entreprises, organisations syndicales, salariés). Les différents acteurs (partenaires sociaux, mutuelles, comité de pilotage) ont été impliqués au cours des différentes phases des travaux et notamment pour établir l état des lieux des métiers de la branche, pour qualifier les pratiques RH actuelles et pour analyser l impact des facteurs d évolution sur les métiers et compétences. Il s agissait d alimenter les travaux par des données suffisamment larges pour maintenir une représentativité au niveau du secteur et éviter l effet de particularisme lié à certains organismes (petites/grandes structures, organisations centralisées ou décentralisées, locales ou nationales, professionnelles ou interprofessionnelles). Une organisation de projet définissant les rôles respectifs des acteurs de la profession, les étapes de suivi et de validation intermédiaires, a été mise en place. Pour le traitement de la prospective quantitative, les travaux se sont appuyés sur une simulation à partir de données réelles sur les métiers intégrant les caractéristiques de la population étudiée (a minima : sexe, âge, bassin d emploi, flux d entrées et de sorties par nature) et non sur des projections globales estimées à partir des seules pyramides d âges. Les informations ont été recueillies auprès d un panel d entreprises (sur la base de la méthode des quotas). Ainsi une base de données quantitatives et qualifiées par nature d emploi, représentative, fidèle et stable, a pu être constituée pour le secteur. Les simulations ont été effectuées sur un système d information spécifique. Le paramétrage des variables pour évaluer différents scénarii a été prévu. Page 9 sur 147

10 Première partie Les caractéristiques du secteur et les facteurs d évolution 1 Analyse des caractéristiques du secteur et des facteurs d évolution 2 Analyse des pratiques de gestion de ressources humaines dans le secteur 3 Repérage des métiers du secteur 4 Repérage des caractéristiques démographiques actuelles et projections démographiques 5 Analyse de l impact des évolutions du secteur sur les emplois (en volume), les métiers et compétences 6 Elaboration du diagnostic et des recommandations Page 10 sur 147

11 Introduction Les mutuelles, organisations du Code de la Mutualité, sont des sociétés de personnes à but non lucratif et dont les représentants sont élus par les adhérents. Le pivot de la mutualité est «l individu agissant». À l origine «Sociétés de secours Mutuel», leur activité traditionnelle dans le domaine des remboursements complémentaires de l assurance maladie obligatoire est fondée sur la liberté d adhésion, la responsabilisation des individus et la solidarité, avec le refus de discriminations et de sélection des risques. Qu il s agisse du niveau législatif et réglementaire ou qu il s agisse, d une façon plus générale, des opportunités et des contraintes nouvelles résultant des changements qui sont intervenus ou qui interviendront dans les domaines économiques et sociaux, l évolution de leur environnement contraint les mutuelles à adopter de nouvelles stratégies d action. Les choix qui seront effectués dans ce contexte seront des facteurs essentiels pour l évolution des métiers et de l emploi et ce n est qu à ce titre que sera abordée l analyse des stratégies d action envisageables dans la branche. Les évolutions identifiées ont donc été analysées dans une «optique métier». Nous aborderons dans une première partie les principales caractéristiques actuelles du secteur. La deuxième partie portera sur le contexte et les facteurs d évolution du secteur de la mutualité, tels que nous avons pu les identifier au cours des entretiens qui ont été menés. Ceci nous conduira, dans une troisième partie, à développer une réflexion sur les évolutions à venir et leurs conséquences prévisibles en matière de stratégies nouvelles d action pouvant être choisies par les mutuelles. 1 Les caractéristiques du secteur 1.1. Les spécificités et les activités des mutuelles L objet de la Mutualité est défini par l article L111-1 du Code de la Mutualité : «Les mutuelles sont des personnes morales de droit privé à but non lucratif. Elles acquièrent la qualité de mutuelle et sont soumises aux dispositions du présent code à dater de leur immatriculation au registre national des mutuelles prévu à l'article L Elles mènent, notamment au moyen des cotisations versées par leurs membres, et dans l'intérêt de ces derniers et de leurs ayants droit, une action de prévoyance, de solidarité et d'entraide, dans les conditions prévues par leurs statuts, afin de contribuer au développement culturel, moral, intellectuel et physique de leurs membres et à l'amélioration de leurs conditions de vie.» Les mutuelles présentent quatre caractéristiques essentielles : - Ce sont des sociétés de personnes et non de capitaux, leurs représentants sont élus par des adhérents selon la base une personne, une voix. - Les mutuelles sont des organismes à but non lucratif, elles investissent leurs éventuels excédents au service de leurs adhérents. - Leur finalité est de faire vivre un système de solidarité, d entraide et de prévoyance, qui contribue à la protection sociale tout au long de la vie. Cette protection concerne la personne humaine et non les biens. Page 11 sur 147

12 - Les mutuelles pratiquent l égalité de traitement de leurs adhérents et proscrivent la sélection des risques. Les mutuelles se définissent également par des valeurs et des principes : la solidarité, la liberté, la démocratie et la responsabilité. Les statuts de chaque mutuelle doivent prendre en compte ces valeurs. La solidarité se traduit notamment par la non-sélection des risques à l adhésion et par l égalité de traitement de tous les adhérents. La liberté recouvre la notion d adhésion en tant qu acte volontaire. Le concept de liberté individuelle a été élargi en 1985 au concept de liberté collective avec la possibilité d adhésion de personnes morales. Le fonctionnement démocratique, lié au bénévolat, repose sur l élection des responsables par les adhérents et la définition des orientations en assemblée générale. Enfin, les mutuelles recherchent la responsabilisation des personnes comme actrices de leur propre santé. Le Code de la Mutualité constitue le cadre juridique des mutuelles. Il définit les règles particulières applicables au secteur mutualiste, en transposant en droit français les directives européennes relatives à l'assurance. Le Livre I réunit les règles générales applicables aux mutuelles, unions et fédérations. Le chapitre Ier, relatif à l'objet des mutuelles, introduit des dispositions nouvelles rendues nécessaires par les directives relatives aux assurances et modernise les dispositions précédentes de ce code. En ce qui concerne les dispositions nouvelles issues du droit communautaire, ce chapitre élargit le domaine d'intervention des mutuelles dans le champ des activités assurantielles : «Les mutuelles peuvent avoir pour objet : 1º De réaliser les opérations d'assurance suivantes : a) Couvrir les risques de dommages corporels liés à des accidents ou à la maladie ; b) Contracter des engagements dont l'exécution dépend de la durée de la vie humaine, verser un capital en cas de mariage ou de naissance d'enfants, faire appel à l'épargne en vue de la capitalisation en contractant des engagements déterminés ; c) Réaliser des opérations de protection juridique et d'assistance aux personnes ; d) Couvrir le risque de perte de revenus lié au chômage ; e) Apporter leur caution mutualiste aux engagements contractés par leurs membres participants en vue de l'acquisition, de la construction, de la location ou de l'amélioration de leur habitat ou de celui de leurs ayants droit ; 2º D'assurer la prévention des risques de dommages corporels liés à des accidents ou à la maladie, ainsi que la protection de l'enfance, de la famille, des personnes âgées, dépendantes ou handicapées ; 3º De mettre en oeuvre une action sociale ou gérer des réalisations sanitaires, sociales ou culturelles ; 4º De participer à la gestion d'un régime légal d'assurance maladie et maternité ( ) et d'assurer la gestion d'activités et de prestations sociales pour le compte de l'etat ou d'autres collectivités publiques.» Le Livre I introduit notamment la séparation des activités d'assurance de celles de gestion de réalisations sanitaires et sociales, dans des mutuelles dédiées (art. L et L ), tout en préservant des liens institutionnels entre les deux types de structures. Il ouvre également aux mutuelles pratiquant des opérations vie et capitalisation la faculté de pratiquer des opérations maladie et incapacité invalidité. Le Livre II concerne exclusivement les mutuelles et unions pratiquant des opérations d assurance et de capitalisation. Le Livre III contient les dispositions régissant les mutuelles consacrées exclusivement à la gestion des réalisations sanitaires et sociales. Les mutuelles Livre II du Code de la Mutualité ont pour activité principale la complémentaire santé. Les mutuelles santé de la Mutualité Française couvrent 38 millions de personnes. En 2004, la couverture de dommages corporels représente 85 % des cotisations encaissées 1. En complémentaire santé individuelle, la part de marché des mutuelles est de 68 % 1 (27 % pour les assureurs et 5 % pour les institutions de prévoyance). Elle serait de 34 % 1 sur le marché des contrats collectifs en complémentaire santé. 1 Source ACAM, rapport 2005 Page 12 sur 147

13 Les activités portent également sur les contrats de prévoyance : protection contre les risques de perte de revenus liés aux arrêts de travail, à l invalidité ou au décès, garantie d un revenu supplémentaire en cas de perte d'autonomie, capital et assistance obsèques, Plus largement, les mutuelles proposent une offre globale en santé, prévoyance, retraite, épargne, mais aussi une gamme de produits couvrant tous les âges de la vie : dépendance, garantie obsèques Cette offre s adresse aux particuliers, aux travailleurs indépendants et professions libérales, ainsi qu aux entreprises. Dans le cadre du Livre III, les mutuelles gèrent un réseau d établissements et de services sanitaires et sociaux : consultations médicales, hospitalisation, équipements optiques et auditifs, soins dentaires, analyses médicales, Différents services d'aides aux familles, aux personnes âgées et à celles en situation de handicap sont également proposés aux adhérents des mutuelles. La Mutualité Française gère services de soins et d'accompagnement mutualistes (Ssam) animés par salariés. Il s agit d une part d un réseau de services de soins (87 établissements hospitaliers, 84 centres de santé et laboratoires, 453 cabinets dentaires, 212 centres d'audioprothèse, 680 centres d'optique, 70 pharmacies) et d autre part d un réseau de services d accompagnement (120 établissements et services pour les personnes handicapées, 178 services d'accompagnement de la famille - accueil de la petite enfance, habitat, etc.-, 373 établissements et services pour personnes âgées). La Mutualité Française a également développé un réseau mutualiste de prévention et de promotion de la santé. Les mutuelles peuvent s'appuyer sur ce réseau de professionnels présents dans les 18 unions régionales de la Mutualité Française et ses 72 unions départementales Les fédérations et le mouvement mutualiste La Fédération nationale de la Mutualité Française (F.N.M.F.), créée en 1902, est la première fédération mutualiste. Elle a un rôle de représentation du mouvement mutualiste auprès des institutionnels. Elle rassemble mutuelles et unions de mutuelles et s appuie sur 222 salariés. Les unions régionales et départementales représentent la Mutualité Française auprès des instances de leur territoire. Elles remplissent également un certain nombre de missions : animation, coordination de la vie mutualiste, services aux mutuelles et promotion de la santé. La F.N.M.F. assure la production de publications et d'outils de communication, à destination du grand public et des mutuelles, et la promotion de l'image de la Mutualité Française, en adéquation avec la stratégie du mouvement. Elle apporte différents services aux unions et mutuelles adhérentes : aide au développement des différents métiers des mutuelles (complémentaire santé, services mutualistes de soins et d'accompagnement, prévention), dans la perspective d'une prise en charge globale de la santé ; prestations de conseil, notamment juridique, et d'analyse sur l'économie mutualiste et son environnement concurrentiel ; actions de formation pour les responsables mutualistes. La F.N.M.F. est une composante du Groupe Mutualité Française, qui comprend également l'union nationale de la prévoyance de la Mutualité Française (U.N.P.M.F.), le Groupement de gestion du patrimoine et des moyens de la Mutualité Française (G.M.P.F.), le Service fédéral de garantie (S.F.G.) et le pôle réassurance de la Mutualité Française (Mutré) 2. Début 2002, la Fédération nationale de la Mutualité Française (F.N.M.F.) a décidé de se restructurer conformément au Code de la Mutualité qui lui interdit de porter directement des engagements d'assurance. Cette opération a conduit à une séparation des activités de la F.N.M.F., l'union des mutuelles utilisatrices des produits de prévoyance de la Mutualité Française (UNPMF) recevant son agrément d'assurance le 1er janvier Source : organigramme du groupe Mutualité Française Page 13 sur 147

14 L Union Nationale de la Prévoyance de la Mutualité Française (U.N.P.M.F.) est une union de mutuelles qui diffusent les produits d épargne, de retraite et de prévoyance de la Mutualité Française. Les mutuelles adhérentes à la F.N.M.F. adhèrent également à d autres fédérations, les deux plus importantes étant la Fédération Nationale de la Mutualité Interprofessionnelle (F.N.M.I.) et la Mutualité de la Fonction Publique (M.F.P.) La F.N.M.I. regroupe 98 mutuelles (au 31 décembre 2002), qui protègent environ 10 millions de personnes. Le chiffre d'affaires cumulé de ces mutuelles interprofessionnelles dépasse les 3,05 milliards d'euros, dont 305 millions d'euros pour la prévoyance individuelle et collective. La F.N.M.I. regroupe ainsi le tiers des effectifs de la F.N.M.F. dont elle est membre. La M.F.P. regroupe 34 mutuelles et unions de mutuelles de fonctionnaires d Etat, territoriaux et hospitaliers. La spécificité des mutuelles adhérentes à cette fédération est la gestion du régime de base. Elles versent au total 35,5 % des prestations mutualistes. Avec 9 millions de personnes garanties, la MFP représente un quart des effectifs de la Mutualité Française. La Fédération des Mutuelles de France (F.M.F.) regroupe plus de 350 groupements mutualistes qui représentent plus d'un million d'adhérents, soit près de 2,5 millions de personnes protégées en complémentarité maladie et gère un réseau santé de 300 réalisations sanitaires et sociales. La Fédération des mutuelles de France est adhérente à la Fédération nationale de la Mutualité Française depuis janvier La Fédération Nationale Interprofessionnelle des Mutuelles (F.N.I.M.) regroupe une trentaine de mutuelles ou d unions représentant 2,5 millions de personnes protégées. Le Groupe Pasteur Mutualité (G.P.M.), créé en 1990 par l'association Générale des Médecins de France (AGMF), regroupe plus de 100 mutuelles départementales, nationales ou professionnelles La branche professionnelle L Union des Groupements des Employeurs Mutualistes (UGEM) est née en 1999 de la volonté commune des employeurs mutualistes de structurer leur représentation, de construire une branche professionnelle et de mener à bien la négociation de la convention collective nationale Mutualité. Elle rassemble les mutuelles implantées sur le territoire national, de toutes tailles, interprofessionnelles et de la fonction publique, qui exercent des activités régies par le Code de la Mutualité. La structuration de la branche professionnelle a permis la mise en place de la convention collective Mutualité actuelle (étendue par arrêté du 17 août 2001) et la création d'une commission paritaire nationale de l'emploi et de la formation professionnelle par accord du 17 Décembre L UGEM est l interlocuteur des partenaires sociaux et des pouvoirs publics dans l élaboration, la négociation et la mise en œuvre de la politique sociale de la branche. Elle exerce ces missions dans une dimension prospective pour accompagner les mutuelles dans la mutation du secteur. Elle développe pour ses adhérents des produits et services permettant de les accompagner dans leur rôle et leur responsabilité d employeurs de l économie sociale : accompagnement juridique (application de la convention collective, contrats de travail, ), information sur la législation et la réglementation sociale, sur les travaux paritaires de la branche, Page 14 sur 147

15 1.4. Le nombre et les effectifs des mutuelles dans le périmètre de l étude Selon le cahier des charges, l étude devait être conduite dans le cadre du champ d application de la convention collective nationale de branche sur les activités des organismes mutualistes relevant du Livre II du Code de la Mutualité. Ce périmètre a été précisé par trois critères : - mutuelles santé ; - entreprises inscrites au registre national des mutuelles ; - entreprises ayant des salariés relevant de la convention collective mutualité (les entreprises déclarées sans salarié, fonctionnant uniquement avec des bénévoles ou des fonctionnaires mis à disposition, ne relèvent pas du périmètre). Les travaux développés dans la quatrième partie ont permis de déterminer le nombre et les effectifs des mutuelles dans ce champ : 444 mutuelles pour un effectif de salariés. 14 mutuelles ont plus de 300 salariés (3 % de l ensemble des mutuelles), 221 mutuelles de 10 à 300 salariés (50 %) et 209 mutuelles moins de 10 salariés (47%). Les effectifs se répartissent ainsi : - 51 % des effectifs (soit salariés) au sein des mutuelles de plus de 300 salariés ; - 46 % des effectifs (soit salariés) au sein des mutuelles de 10 à 300 salariés ; - 3 % des effectifs (soit 807 salariés) au sein des mutuelles de moins de 10 salariés. Il faut souligner que le taux de concentration du secteur est aujourd hui très faible : 97 % des mutuelles ne couvrent que 49 % de l emploi. Par ailleurs, l emploi est réparti sur l ensemble du territoire, comme le montrera l analyse détaillée en quatrième partie, avec poids respectif des différentes régions qui ne correspond pas toujours à la répartition de la population (développement historique plus important dans certaines régions). Page 15 sur 147

16 2 Le contexte et les facteurs d évolution du secteur de la mutualité Le secteur de la mutualité est un acteur historique qui tient une place importante dans l économie sociale et qui a des atouts, mais il est aujourd hui confronté à des transformations importantes, certaines étant déjà amorcées, d autres en émergence Le marché Le marché de l assurance de personnes est, de l avis de tous, un marché porteur et c est même, pour certains, «le marché de demain», avec ses secteurs de la santé, de la prévoyance, de la retraite et de la dépendance. Les mutuelles se trouvent donc dans un contexte largement favorable. En effet, outre l augmentation continue de la demande des consommateurs dans le domaine de la santé, la tendance au désengagement, qui est celle du régime de base pour un certain nombre de prestations, ne peut que laisser une marge importante de développement des activités à l ensemble des opérateurs du secteur. Si les mutuelles ont une place prépondérante sur ce marché, il convient également de noter que c est un marché dans lequel la concurrence est rude, d où la nécessité, pour se développer, d un savoir-faire de qualité, d une forte professionnalisation et, pour le client, d un «ressenti de proximité». Dans le domaine de la garantie des individuels, la concurrence externe au mouvement mutualiste a jusqu à présent été limitée, mais plusieurs dirigeants ont manifesté leur crainte du développement des activités du secteur banque-assurance auprès des particuliers, surtout lorsque celles-ci ont une forme de type associatif ou apparemment mutualiste. De même, il a existé jusqu à maintenant une forte déontologie de nonconcurrence pour les individuels entre les mutuelles elles-mêmes, mais plusieurs dirigeants s interrogent sur la possibilité de persistance de cette situation, du fait, en particulier, des difficultés spécifiques que vont rencontrer les mutuelles du secteur de la fonction publique. Dans le domaine des garanties collectives, les mutuelles sont confrontées à la concurrence d opérateurs bien implantés que sont les assureurs et les institutions paritaires de prévoyance, en particulier dans les grandes entreprises privées L évolution du produit Un produit en partie «encadré» Comme nous l avons indiqué précédemment, les mutuelles dont les activités relèvent du cadre du Livre II du Code de la Mutualité, assurent à leurs adhérents des remboursements complémentaires à ceux qui sont effectués par le régime de base. En fonction de leurs choix de stratégie de prise en charge, elles peuvent donc définir la part des dépenses restant à charge de l adhérent, mais elles peuvent aussi décider de rembourser des actes non pris en charge par le régime de base. Comme on le voit, leur choix est conditionné par les décisions préalables du régime obligatoire. Le produit est donc libre, mais il s inscrit dans le cadre de bases réglementaires très importantes et l essentiel de sa définition résulte de décisions qui sont extérieures à l organisme mutualiste. Un produit en évolution forte Page 16 sur 147

17 Le produit «remboursement complémentaire de soins» a beaucoup évolué au cours des dernières années et il est probable que cette évolution se poursuive. Il s est complexifié dans sa définition mais aussi dans sa gestion. Dans sa définition il y a tout d abord la base réglementaire. On peut citer par exemple, la mise en place par le régime de base d une nomenclature d actes de plus en plus complexe, mais aussi celle des parcours de soins, des «contrats responsables», des garanties optionnelles individuelles ou des franchises. Cette complexité nouvelle nécessite, de la part de tous les intervenants, de solides connaissances techniques et peut être la cause d anomalies de fonctionnement souvent difficiles à corriger. Par ailleurs, on met maintenant beaucoup l accent sur la prévention qui «a pour objectif d éviter des prises en charge très coûteuses en urgence, par un suivi préalable de facteurs ou d actes simples qui peuvent avoir des conséquences graves», selon différents interlocuteurs. Ceci nécessite et nécessitera, en particulier avec le dossier médical personnalisé (DMP), un suivi des situations individuelles de plus en plus précis et donc susceptible d erreurs et de contestations. L exigence de traçabilité des actes s accroît et l événement santé n est plus isolé mais s inscrit dans un ensemble. Enfin, le consommateur de soins de santé est devenu de plus en plus exigeant en termes de services, qu il s agisse de renseignements, d explications ou de conseils préalables. Dans la gestion du produit «remboursement complémentaire de soins», on peut, outre les éléments décrits ci-dessus, souligner la complexification des situations individuelles des personnes garanties. La transformation des situations familiales, avec l augmentation du nombre de familles recomposées et de la fréquence des modifications, nécessite une réactualisation fréquente des contrats. Les coûts de la non-qualité, dans ce domaine, peuvent s avérer très élevés. La gestion des cas particuliers, des anomalies et des erreurs est d autant plus complexe que le niveau d automatisation s accroît. Il en résulte un «contentieux administratif» important. Chez la plupart des opérateurs, quelles que soient la qualité et la sophistication des moyens de gestion mis en place, on constate que 10 à 15 % du flux ne peut être traité de façon automatique et nécessite un traitement ou un complément de traitement manuel. Cette situation nécessite des personnels particulièrement qualifiés qu il s agisse d experts dans les domaines de la réglementation et des process ou de gestionnaires ayant des compétences de communication avec les adhérents pour savoir bien expliquer et convaincre L évolution de la relation à l adhérent Le consumérisme et la nécessité d un «ressenti de proximité» Le consumérisme a atteint le domaine de la santé. Pour beaucoup des personnalités rencontrées, il convient de prendre en compte «l esprit consommateur qui sera plus attaché à la qualité du service et au coût qu à de seules valeurs morales». Cette évolution transverse a été relevée en interne comme en externe et est, d ailleurs, loin d être particulière à ce secteur d activité. Les garanties souscrites sont perçues comme un droit et non comme un objet de solidarité. Dans ce domaine comme dans d autres, le client a une attitude individualiste et veut une offre de plus en plus personnalisée, sans se préoccuper de la complexité de ses demandes. Cela induit une demande de «proximité ressentie» et notamment de «proximité de service». Pour y répondre, un certain nombre de mutuelles sont déjà engagées dans des politiques de développement de services et souhaitent poursuivre sur cet axe. Sans développer les problématiques liées aux activités relevant du Livre III, on peut évoquer d une part la prévention et l accompagnement des adhérents, et notamment le «parcours de santé mutualiste», et d autre part les services à la personne. Page 17 sur 147

18 Le parcours de santé mutualiste La Mutualité Française a décidé lors de son congrès de juin 2006 de s engager dans la mise en place du «parcours de santé mutualiste», pour permettre aux adhérents d accéder à la qualité en matière de santé dans tous les domaines : prévention, dépistage, soins, accompagnement de la personne malade et de son entourage et réinsertion. Pour les mutuelles, il s agit notamment de proposer, demain, un circuit balisé et expertisé aux adhérents. La parcours de santé vise tout d abord à améliorer les démarches de prévention : lutte contre le tabagisme, dépistage des cancers, santé bucco-dentaire, etc. Il pourra s agir pour les adhérents de «bénéficier d un plan personnalisé de prévention, établi avec le médecin traitant» 3. La deuxième piste de réflexion concerne l accompagnement en cas de maladie. Les mutuelles pourraient proposer à leurs adhérents de nouveaux services et conseils, notamment pour s orienter dans le système de santé et pouvoir plus facilement dialoguer avec les professionnels de santé. Il pourrait s agir également de «bénéficier chaque fois que nécessaire d un plan de soins formalisé, y compris hors affection de longue durée» 3. Enfin, la Mutualité souhaite passer des accords avec les professionnels de santé. Ces accords devront contribuer à clarifier les tarifs, tout en garantissant aux adhérents d accéder aux meilleurs soins. Pour apporter un exemple, la lutte contre le cancer figure parmi les quatre thématiques de santé retenues en priorité. Pour aider les victimes du cancer, les mutuelles pourraient proposer des prestations spécifiques à leurs adhérents comme la prise en charge personnalisée, les consultations pluridisciplinaires, la possibilité d un second avis médical, des indicateurs de résultat sur les services et les établissements de soins. Dans ce cadre, la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC), la Ligue nationale contre le cancer (LNCC) et la Mutualité Française ont signé en 2007 une convention tripartite dans le domaine de la lutte contre le cancer. «La FNCLCC, la LNCC et la Mutualité Française ont d ores et déjà retenu trois actions : - Informer et éclairer le choix d orientation des adhérents mutualistes et de leur entourage : l objectif sera d offrir aux adhérents mutualistes, à leurs proches et aux professionnels de santé qui les accompagnent, un point d information unique multimédia, appelé centre de contacts, couvrant un champ d informations sanitaires, sociales et médico-sociales afin notamment d orienter leurs choix vers les établissements répondant aux critères de qualité retenus par les autorités sanitaires. - Accompagner les adhérents mutualistes et leur entourage : la Mutualité Française en lien avec la FNCLCC et la LNCC s engagent à accompagner les adhérents mutualistes et à soutenir leur entourage pour faire face aux difficultés quotidiennes et familiales, sociales et économiques posées par la maladie. - Favoriser l action du médecin traitant : il est primordial pour les 3 organismes signataires de cet accord de mettre le médecin traitant au centre du dispositif du parcours de santé mutualiste. Une réflexion sera menée entre la Mutualité Française, la LNCC et la FNCLCC sur l implication du médecin traitant dans le parcours de santé mutualiste.» 4 Ce développement pourrait induire l émergence du «conseil en parcours de santé» dans les activités du Livre II. Les services à la personne Si beaucoup d interlocuteurs évoquent l essor des services à la personne pour répondre à l évolution des besoins des adhérents, le positionnement de ces services fait l objet de questions. Pour certains dirigeants «ces services font partie culturellement du cœur de métier de la mutualité» mais doivent être assurés par des partenaires. D autres évoquent un développement de ces activités à l interne. Quoi qu il en soit, ce marché ne 3 Source : rapport de lancement du congrès de Lyon (2006) 4 Source : communiqué de presse de la Mutualité Française du 25/06/2007 Page 18 sur 147

19 peut que se développer : au niveau national, la croissance des services à la personne a été de 11 % en 2006, notamment suite à la mise en place du chèque emploi service universel, et les prévisions portent sur une poursuite de cette croissance d environ 10 % par an jusqu en On peut citer sur cet axe le lancement de France domicile, enseigne nationale de la Mutualité française, de l UNA (Union nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles) et de l UNCASS (Union nationale des Centres Communaux d Action Sociale). Cette enseigne pourra soit référencer en qualité et prix des associations existantes, soit intervenir en direct. Ce type de services permettra aussi de renforcer le soutien apporté aux personnes âgées en situation de handicap ou de dépendance. L aide aux "aidants" (famille, proches ) pourrait également être accrue L évolution des contraintes de solvabilité L évolution des contraintes de solvabilité porte sur l obligation de réévaluer chaque fin d année le montant détaillé et total des engagements de l organisme et des garanties financières correspondantes. Si Solvabilité 1 était consacré essentiellement à la marge de solvabilité, le projet Solvabilité 2, piloté par la Commission européenne, vise à réformer le système de solvabilité européen en intégrant tous les risques qui pèsent de manière effective sur les sociétés d assurance. Il s agit de créer un système plus harmonisé dans un cadre réglementaire et économique changeant : évolution des techniques de gestion des risques, nouvelles normes comptables (IFRS), etc. Dans ce nouveau système, la prudence est quantifiée de manière explicite ex ante. Le rapport 2005 de l ACAM souligne que Solvabilité 2 conduira à «une diminution de la prudence dans les bilans des organismes d assurance français». Cette situation financière «moins confortable» devrait induire un développement du contrôle interne et une amélioration de son efficacité. Il s agira également de détecter rapidement les dérives et de mettre en place les correctifs appropriés Des évolutions importantes déjà engagées Regroupements et/ou mutualisation des moyens On a pu constater que face aux contraintes et aux pressions de la concurrence en termes de délais de traitement, de qualité et de coût, un mouvement important de regroupement et de mise en commun de moyens a été engagé. Ce mouvement a également été rendu nécessaire, dans certains cas, par l application des nouvelles règles prudentielles et réglementaires évoquées précédemment en matière de garanties de solvabilité, mais il est considéré par plusieurs dirigeants comme indispensable «pour faire face aux besoins en informatique et en plates-formes de communication» avec les adhérents. Il convient de noter que la mise en commun de moyens est également très engagée dans le domaine de la gestion administrative, ceci pouvant être particulièrement important pour les mutuelles de la fonction publique qui voient se réduire la part d activité qu elles exerçaient pour le régime de base. Développement de «l interprofessionnel» Page 19 sur 147

20 Il s agit, là aussi, d un mouvement largement engagé, et les mutuelles interprofessionnelles font preuve d un dynamisme important en termes de développement de leurs activités. De l avis de nombreux dirigeants mutualistes, «le caractère interprofessionnel devrait dominer à terme». Cette évolution, qui a déjà débuté pour certaines mutuelles qui étaient auparavant spécifiquement réservées à des personnels de la fonction publique, devrait s amplifier, un dirigeant d une grande organisation considérant même que «la césure fonction publique/ interprofessionnel n a plus de justification». Développement du «collectif» Dans ce domaine, enfin, on constate que, malgré leur origine statutaire fondée sur l engagement personnel des individus, beaucoup de mutuelles ont l intention de s intéresser au secteur des garanties collectives, y compris dans le domaine de la prévoyance, ou proposent déjà une offre sur cet axe. Même si «le collectif n est pas dans la culture des mutuelles, et, qu elles y ont été contraintes pour des raisons économiques», cette évolution apparaît maintenant inéluctable : «le collectif va prendre de l ampleur dans les mutuelles». Certains insistent, néanmoins sur «la nécessité de maintenir un équilibre du portefeuille collectif / individuel» Page 20 sur 147

file://\\srvapps3\webdav\intra COM\actus des secteurs\mutuelles\cepmutualitéjuill...

file://\\srvapps3\webdav\intra COM\actus des secteurs\mutuelles\cepmutualitéjuill... Les installateurs et réparateurs de matériel de télécommunications installent, vérifient... Page 1 sur 98 Les installateurs et réparateurs de matériel de télécommunications installent, vérifient... Page

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

La Mutualité -Livre II-

La Mutualité -Livre II- La Mutualité -Livre II- aetuiopqsdghjklmwxcvbniopqsdghjk SOMMAIRE I - LE SECTEUR DE LA MUTUALITÉ 1 - Mutuelles, fédérations et branche professionnelle p. 4 2 - Marché, produits et relation aux adhérents

Plus en détail

UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS

UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS LA MUTUALITÉ UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS MUTUALITÉ Les mutuelles Une mutuelle est un organisme à but non lucratif. Portent le nom de «mutuelle» les organismes immatriculés au registre national des mutuelles

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Le Code de la Mutualité. Jean-Philippe HUCHET, Secrétaire Général de la Mutualité Française, Octobre 2010

Le Code de la Mutualité. Jean-Philippe HUCHET, Secrétaire Général de la Mutualité Française, Octobre 2010 Le Code de la Mutualité Jean-Philippe HUCHET, Secrétaire Général de la Mutualité Française, Octobre 2010 Un cadre légal propre aux mutualistes : le code de la Mutualité Une refonte importante du code de

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales»

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» Juillet 2015 Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» La présente note a pour objet de faire le point sur le cadre juridique applicable à la création de «mutuelles communales»

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ SOMMAIRE LE RAPPROCHEMENT 5 L union fait la force 6 Les grandes étapes 7 UN NOUVEL ENSEMBLE COMPLET 9 Un Groupe équilibré en retraite complémentaire

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché 2013 Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché Table des matières 1 Actualisation de la vision du marché w p. 3 2 Impact de l ANI du 11 janvier 2013 pour le marché de la complémentaire p. 14 santé 2

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-93 du 29 juin 2012 relative à la fusion du Groupe Mornay, du Groupe D&O et de la Fédération Mutualiste Interdépartementale de la Région Parisienne L Autorité de la

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

Nous pouvons faire beaucoup ensemble

Nous pouvons faire beaucoup ensemble Santé Prévoyance Protéger Prévenir Aider Soigner Solidariser Nous pouvons faire beaucoup ensemble Protéger Pour préserver ce bien inestimable qu est la santé En complément de la Sécurité sociale, la Mutuelle

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Présentation MFAM 2013

Présentation MFAM 2013 Présentation MFAM 2013 1 Présentation générale 2 Qui sommes nous? une entreprise de droit privé un organisme mutualiste à but non lucratif implanté en Maine et Loire et en Mayenne siège à Angers / délégation

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social Dossier de presse Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social c o n f é r e n c e d e p r e s s e d u m a r d i 7 j u i l l e t 2015 pershing hall 49 rue pierre

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» -Cas de la MODEP- Présenté par : M. Mohammed Faidi

ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» -Cas de la MODEP- Présenté par : M. Mohammed Faidi ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» Présenté par : -Cas de la MODEP- M. Mohammed Faidi Transformation du paysage de la couverture médicale au Maroc grâce à: Une meilleure

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

rapport2014 La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé

rapport2014 La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé rapport2014 La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

dossier presse 19 juin 2013 L alliance mutualiste à vos côtés adhérentes à UNION

dossier presse 19 juin 2013 L alliance mutualiste à vos côtés adhérentes à UNION dossier presse de L alliance mutualiste à vos côtés UNION adhérentes à 19 juin 2013 Sommaire n L alliance mutualiste Une protection sociale au service de tous les publics n Un modèle de gouvernance original

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Le Plan de formation. Ressources Humaines. Le Plan de formation. Les hommes et les femmes, agents des collectivités, ne sont pas des «ressources»

Le Plan de formation. Ressources Humaines. Le Plan de formation. Les hommes et les femmes, agents des collectivités, ne sont pas des «ressources» Approche «Gestion des Ressources Humaines» www.cdg87.fr Ressources Humaines Les hommes et les femmes, agents des collectivités, ne sont pas des «ressources» ils ou elles ont des ressources La GRH, la Gestion

Plus en détail

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1 Contribution de la Mutuelle Générale de l Education Nationale - MGEN (France) et de la Mutualité Socialiste - MS (Belgique) au livre vert sur «Le cadre de gouvernance d entreprise dans l UE» Juillet 2011

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Protéger. Ce qui tient à cœur. humanis.com. Protéger c est s engager. Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance

Protéger. Ce qui tient à cœur. humanis.com. Protéger c est s engager. Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance Protéger Ce qui tient à cœur Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance Protéger c est s engager humanis.com Protéger et accompagner chaque personne, Chaque jour Un groupe paritaire et mutualiste

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON?

MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON? & L ÉCONOMIE SOCiALE Hors série mars 2010 MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON? La protection sociale complémentaire (PSC) dans la fonction publique est très souvent synonyme de «mutuelle».

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration L organisation interne et la gestion des ressources humaines Un outil d aide à la structuration Sommaire 1 L organisation interne de l association 2 1.1. Clarifier les rôles et missions de chacun 2 1.2.

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE DOSSIER DE PRESSE Paris, 20 mai 2015 NOUVELLE DONNE EN COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE - Un marché de la santé bousculé, plus particulièrement par l ANI Santé 2 - AG2R LA MONDIALE

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail