émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement"

Transcription

1 E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe du LASER doc.3 : illustration de la cohérence spatiale de la lumière LASER DTS /2011 Documents du chapitre 2 : le LASER 1/6

2 1. Addition de rayonnements sans cohérence temporelle 2. Addition de rayonnements sans cohérence spatiale 3. Addition de rayonnements dans le cas d un lumière LASER (cohérences spatiale et temporelle) doc.4 : comparaison de l amplitude de la lumière émise par une source classique à une lumière LASER. Il s agit du premier laser de milieu actif solide mis au point en Il est constitué d un petit cristal cylindrique de rubis : cristal d alumine Al 2O 3 dans lequel certains ions Al 3+ sont remplacés par des ions Cr 3+ (ce qui lui donne une coloration rose). On parle de dopage de l alumine. Ces ions Cr 3+ constituent les particules excitées par une source d énergie extérieure, ici un tube au néon, alimenté par une haute tension, qui s enroule en hélice autour du cristal. doc.5 : le LASER à rubis DTS /2011 Documents du chapitre 2 : le LASER 2/6

3 E 3 Pompage (apport d énergie de 2,26 ev) transition non radiative de 0,48 ev émission de photon émission de photons par émission stimulée τ=10-8 s τ =10-3 s doc.6 : transitions d énergie dans un LASER à rubis. énergie collisions entre atomes 2s 3s pompage hélium état fondamental néon transition radiative λ = 632,8 nm état fondamental doc.7 : diagramme des niveaux d énergie de l hélium et du néon Une décharge électrique excite l hélium jusqu au niveau 2s : c est le pompage. Ce niveau est proche en énergie du niveau 3 s du néon. Ainsi cette énergie se trouve transférée à des atomes de néon par collision avec des atomes d hélium excités. Ces atomes d hélium se trouvent à leur tour excités. Le niveau 3 s du néon est donc peuplé, on a réalisé l inversion de population. Le retour à l état fondamental des électrons des atomes de néon s accompagne de l émission d un rayonnement de longueur d onde 632,8 nm. doc.8 : principe du LASER He-Ne DTS /2011 Documents du chapitre 2 : le LASER 3/6

4 Les LASER sont répertoriés en différentes classes suivant la puissance et la longueur d onde des radiations émises. Classe Classe I Puissance du LASER Effets Pas de danger dans les conditions normales d utilisation Laser de faible puissance (exemples : imprimantes, lecteurs de CR-ROM, lecteurs de DVD). Classe II Classe III a Classe III b Classe IV Puissance faible P < 1 mw Puissance moyenne P< 5 mw P < 500 mw P > 500 mw Gêne pour l œil, pas de danger sur de courtes périodes d exposition. Vision directe dangereuse - si le temps d exposition est supérieur à 0,25s ou - à travers un instrument d optique Vision directe toujours dangereuse Vision de sources diffuses sans danger si temps d exposition inférieur à 10s. Danger en cas de vision directe ou diffuse, risques de lésions cutanées et oculaires Risques d incendies doc.9 : LASER et sécurité DTS /2011 Documents du chapitre 2 : le LASER 4/6

5 doc.10 : quelques exemples d application des LASER Les effets du faisceau LASER et donc ses applications diffèrent suivant la longueur d onde, l intensité, la durée d exposition Types de LASER Milieu actif Mode d émission Puissance Domaine du rayonnement Quelques applications LASER à rubis Rubis (solide) pulsée 10 MW Visible ( λ = 694 nm) Epilation LASER LASER He-Ne Mélange gazeux hélium-néon continue 3 mw Visible ( λ = 633 nm) Laser d alignement, lecture des code-barres, positionnement des patients en radiographie, pointeur laser. Laser Nd- YAG Grenat d Aluminium et d Ytrium Y 3Al 5O 12 dopé au néodyme Nd 3+ (solide) pulsée 10 MW Infra-rouge (λ = 1,06 µm) Soudage des métaux, découpage des matériaux Laser CO 2 Mélange gazeux constitué d azote, d hélium et de CO 2. continue 1kW Infra-rouge (λ = 10,6 mm) Applications médicales : traitement de tumeurs, de décollements de la rétine, coupe des tissus. découpage de matériaux, soudage de métaux exemple d usinage d une plaque métallique par un laser Chirurgie de la cornée ( incision, ablation des surfaces de tissus). Nettoyage et préparation de surface Laser à excimères Gaz de molécules diatomiques pulsée 10 à 100 MW Invisible (UV) Nettoyage de la cathédrale Saint Maurice d Angers au faisceau laser. DTS /2011 Documents du chapitre 2 : le LASER 5/6

6 L'étude des effets de l'interaction du rayonnement laser avec les tissus biologiques a permis d'établir que ces effets dépendent des conditions de l'interaction rayonnement-tissus, c'est-à-dire de la durée d'exposition, de la puissance, de la longueur d'onde, de la nature du tissu, etc. Ce secteur d'application est l'un des plus importants et il est en constant essor. Il utilise les propriétés de directivité, de monochromaticité et de cohérence du faisceau laser pour arriver à ses fins. Ce domaine d'application est très complexe, car tous les tissus ne répondent pas de la même façon. a. Destruction des cellules Dans ce cas, on choisit un laser dont la longueur d'onde d'émission peut être absorbée par les tissus à détruire, ce qui les fait chauffer. L'effet thermique permet la destruction localisée de cellules par la chaleur. En utilisant cet effet, il est possible de détruire des tumeurs bénignes, d'effacer des angiomes (taches de vin) ou de corriger des problèmes de vision (myopie, cataractes, décollement de la rétine) en mettant à profit la grande intensité du faisceau laser. La lumière laser peut aussi interagir avec des matériaux non vivants à l'intérieur du corps humain. Il est donc possible de réaliser la destruction de pierres au foie ou le déblocage des artères sans effectuer de chirurgie. b. coupe des tissus On utilise un LASER à CO 2 de faisceau infra-rouge fortement absorbé par les tissus. La puissance surfacique très importante permet d obtenir une coupe rapide et précise dans des conditions d asepsie parfaite avec une bonne cicatrisation. c. Traitement de tumeurs Dans ce nouveau type de traitement, encore au stade expérimental, l'effet photochimique est utilisé afin d'obtenir une destruction sélective des cellules cancéreuses. On injecte au patient un photosensibilateur qui a la propriété de se fixer préférentiellement sur les cellules cancéreuses. Celles-ci absorbent alors la lumière LASER et passent dans un état excité puis émettent des radicaux chimiques destructeurs des cellules malignes. La grande directivité du faisceau LASER est ici utilisée pour détruire avec une grande précision les tumeurs cancéreuses sans toucher aux tissus sains environnants. doc.11 : les principales applications médicales du LASER DTS /2011 Documents du chapitre 2 : le LASER 6/6

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

LASERS AU BLOC OPERATOIRE

LASERS AU BLOC OPERATOIRE S AU BLOC OPERATOIRE ALIBODE 2013 Mr MAZALAIGUE / Responsable service Technique Collin COLLIN S.A, BAGNEUX, 201005 Bref historique 1917 Décrit par Albert Einstein 1950 Procédé de pompage optique Alfred

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Laser prostate : principes et présentation du matériel Partie I. La théorie

Laser prostate : principes et présentation du matériel Partie I. La théorie QUESTION D ACTUALITÉ Laser prostate : principes et présentation du matériel Abdel-Rahmène Azzouzi et le CTMH-AFU (Comité des troubles mictionnels de l homme de l Association française d urologie) Service

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

Le monde des sons du 3e millénaire

Le monde des sons du 3e millénaire Le monde des sons du 3e millénaire I Le son transformé en froid 1. Introduction Si l on doit se rappeler deux inventions qui ont modifié profondément le mode de vie du 20e siècle, citons l automobile et

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

LASEO. Utilisation de sources lasers fibrées pour le micro usinage laser

LASEO. Utilisation de sources lasers fibrées pour le micro usinage laser LASEO Utilisation de sources lasers fibrées pour le micro usinage laser Patrick Even 5 rue de Louis De Broglie, 22300 Lannion Tel : 02 96 48 92 14 / www.laseo-tech.com Journées de la Photonique et de l'optique

Plus en détail

I. ONDES OU PARTICULES? 1) La lumière

I. ONDES OU PARTICULES? 1) La lumière Thème2 : Comprendre. Lois et modèles. Energie, matière et rayonnement P : 1 Ch.15 TRANSFERTS QUANTIQUES D ENERGIE ET DUALITE ONDE-PARTICULE Notions et contenus Dualité onde-particule Photon et onde lumineuse.

Plus en détail

50 ans de lasers Hélène Perrin

50 ans de lasers Hélène Perrin 50 ans de lasers Hélène Perrin Laboratoire de physique des lasers CNRS et Université Paris 13 merci à Lucile Julien Marseille, 21 octobre 2010 Présentation de la fontaine laser géante du LPL, en avant

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

La découpe laser fibre de référence. Découpe laser

La découpe laser fibre de référence. Découpe laser R La découpe laser fibre de référence Découpe laser faible consommation énergétique Le compromis parfait entre faible consommation énergétique et grande productivité Pionnier de la machine de découpe laser,

Plus en détail

Guide d utilisation des LASER

Guide d utilisation des LASER Guide d utilisation des LASER Mai 2013 Mikael Leduc, département de génie physique Officier en Sécurité Laser Table des matières 1. Laser 1.1 Classes et dangers p.2 1.2 Exposition maximum permise p.3 2.

Plus en détail

Plan industriel : Lasers et applications. 17 juin 2015

Plan industriel : Lasers et applications. 17 juin 2015 Plan industriel : Lasers et applications 17 juin 2015 1 La technologie laser 30 µm 3 mm 30 cm 300 m 3 Le laser : un marché en forte croissance Année 2014 (M ) Positionnement du plan laser Communications

Plus en détail

Chimie des matériaux CHM506

Chimie des matériaux CHM506 Chimie des matériaux CHM506 Yue Zhao Properties of Materials Mary Anne White Qu est-ce qui est dans la chimie des matériaux? Covers solid-state chemistry, both inorganic and organic, and polymer chemistry,

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

Énergie solaire et habitat

Énergie solaire et habitat 1 Énergie solaire et habitat LES MODES D EXPLOITATION DE L ÉNERGIE SOLAIRE DANS L HABITAT Énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion de la lumière du soleil

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS

aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS SECURITE LASER Sensibilisation aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche CNRS Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS Sensibiliser les

Plus en détail

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Direction de la Santé - Division de la Santé au Travail SOMMAIRE [ p. 4 - p. 5 ] Introduction [ p. 6 - p. 7 ] Législation Obligations de l

Plus en détail

RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS

RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS L A S É C UR I T É RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS L A S É C UR I T É RELIÉE AUX LASERS MARIE-JOSÉE ROSS LA SÉCURITÉ RELIÉE AUX LASERS Conception et rédaction Marie-Josée Ross, ing. Conception graphique,

Plus en détail

Les lasers Risques et prévention

Les lasers Risques et prévention Les lasers Risques et prévention I Interaction laser tissu Effet Effet Effet Effet photoablatif mécanique photodynamique thermique II Risques Œil Peau Autres risques III Évaluation du risque laser Classes

Plus en détail

Pourquoi le Lokki YAP 1341 nm pulsé?

Pourquoi le Lokki YAP 1341 nm pulsé? Pourquoi le Lokki YAP 1341 nm pulsé? Technologie exclusive «Made in France» Le LOKKI YAP au quotidien Facilité de prise en main. Facilité d utilisation. Fiabilité assurée. Rentabilité prouvée par gain

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Radiographie Niveau 2 (accès direct)

Radiographie Niveau 2 (accès direct) Objectifs Connaître les bases du contrôle par radiographie. Mettre en œuvre des contrôles par radiographie suivant des instructions écrites. Rédiger un rapport d examen. Préparation à la certification

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 Chirurgie Réfractive Correction de: Myopie Hypermétropie Astigmatisme Historique J. Barraquer : le kératomleusis années 50 en Colombie Historique

Plus en détail

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE UNIVERSITE HASSAN II ECOMEC ECOMAT FACULTE DES SCIENCES AIN CHOCK Bouznika 11 15 Mai 2010 -CASABLANCA LABORATOIRE DE MECANIQUE CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE A.OUBARRA I Introduction * Energies renouvelables.

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail

FIBERTOME 3015. Centre d usinage à technologie laser fibre : le coupage de précision haute vitesse à coûts réduits. www.airliquidewelding.

FIBERTOME 3015. Centre d usinage à technologie laser fibre : le coupage de précision haute vitesse à coûts réduits. www.airliquidewelding. FIBERTOME 3015 Centre d usinage à technologie laser fibre : le coupage de précision haute vitesse à coûts réduits. www.airliquidewelding.com FIBERTOME 3015 cologie Innover pour votre productivité. Avec

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 LA LUMIÈRE La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 1 QU'EST-CE QUE LA LUMIÈRE? Deux théories physiques contraires (mais semble-t-il complémentaires) s'affrontent. La première, dite corpusculaire,

Plus en détail

Découpe, gravure et marquage laser Machines de découpe, marquage et de gravure 2D pour prototypage rapide & petites séries

Découpe, gravure et marquage laser Machines de découpe, marquage et de gravure 2D pour prototypage rapide & petites séries Découpe, gravure et marquage laser Machines de découpe, marquage et de gravure 2D pour prototypage rapide & petites séries Descriptif du système Les machines à découpe au laser ULS utilisent un procédé

Plus en détail

Au feu Youssef MOUSTAJIR A ma mère A ma sœur Fatima A tous mes amis

Au feu Youssef MOUSTAJIR A ma mère A ma sœur Fatima A tous mes amis Au feu Youssef MOUSTAJIR A ma mère A ma sœur Fatima A tous mes amis 1 REMERCIEMENTS Je voudrais exprimer ici mes sincères remerciements et tout mon respect à mon professeur encadrant Abdelfattah BARHDADI

Plus en détail

Attention: rayonnement laser!

Attention: rayonnement laser! Attention: rayonnement laser! La présente publication fournit des informations sur les particularités et les dangers du rayonnement laser, les exigences de sécurité et de santé relatives aux appareils

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

ASTIGMATISME. Dr Claire Houzard UCB Lyon I; Faculté Lyon-Sud Charles Mérieux

ASTIGMATISME. Dr Claire Houzard UCB Lyon I; Faculté Lyon-Sud Charles Mérieux Nature morte aux livres et aux bésicles N. Labatie, artnet.fr ASTIGMATISME Dr Claire Houzard UCB Lyon I; Faculté Lyon-Sud Charles Mérieux Remerciements P. Payoux et coll; J.Y. Devaux; R.Itti; F. Giammarile;

Plus en détail

Introduction à l optique : approche ondulatoire

Introduction à l optique : approche ondulatoire PCSI1-Lycée Michelet 2015-2016 Introduction à l optique : approche ondulatoire I. Bref historique La nature de la lumière a fait l objet d une controverse dès le XVII eme siècle : Descartes puis Newton

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives Journées de l optique Réseau Optique et Photonique 9/10/07-11/10/07 Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives P. Bourdon (ONERA/DOTA/SLS) 1 Plan 1) Les lasers à fibres - historique,

Plus en détail

Ch.15 TRANSFERTS QUANTIQUES D ENERGIE ET DUALITE ONDE-PARTICULE

Ch.15 TRANSFERTS QUANTIQUES D ENERGIE ET DUALITE ONDE-PARTICULE Thème2 : Comprendre. Lois et modèles. Energie, matière et rayonnement P : 1 Ch.15 TRANSFERTS QUANTIQUES D ENERGIE ET DUALITE ONDE-PARTICULE EXERCICES CORRIGES N 21 p : 392-393.Ch.15. Milieu laser solide

Plus en détail

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES 1. Vitesse de la lumière 1.1 Formules 1.2 Valeurs 2. Dualité onde-corpuscule 3. Types d ondes électromagnétiques et applications 4. Utilisation des rayons 4.1 La lumière visible 4.2 Les ultra-violets 4.3

Plus en détail

Florent Amoravin Yann Maillard-Salin David Perrin TC01. Dossier PS10 : Les Lasers. Principe, fonctionnement et applications

Florent Amoravin Yann Maillard-Salin David Perrin TC01. Dossier PS10 : Les Lasers. Principe, fonctionnement et applications Florent Amoravin Yann Maillard-Salin David Perrin TC01 Dossier PS10 : Les Lasers Principe, fonctionnement et applications Responsable uv : M. Briand Semestre Automne 1998 Sommaire Historique...3 Description

Plus en détail

Les lasers sont de plus en plus utilisés

Les lasers sont de plus en plus utilisés LA DERMATOLOGIE ESTHÉTIQUE LES TECHNOLOGIES PHYSIQUES : LES LASERS Geneviève Thérien, M.D., F.R.C.P. (C), C.S.P.Q., Dermatologue et Jean Boulanger, M.D., F.R.C.P. (C), C.S.P.Q., Dermatologue Les lasers

Plus en détail

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Objectifs pédagogiques Après l étude de ce chapitre, vous pourrez : Différencier les effets des polarités CCDP, CCPI et c.a. sur le nettoyage

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

La découpe laser CO2 optimisée. Découpe laser

La découpe laser CO2 optimisée. Découpe laser La découpe laser CO2 optimisée Découpe laser Productivité de 1 à 20. Le nouveau standard en machines de découpe laser Pionnier de la machine de découpe laser, Amada a utilisé tout son savoir-faire pour

Plus en détail

Les lasers dermatologiques

Les lasers dermatologiques 14/04/2015 LAFITTE Elsa L2 CR : Victor Chabbert Revêtement cutané Pr. Marie-Aleth Richard 16 pages Les lasers dermatologiques Plan A. Généralités sur les lasers I. Qu'est ce qu'un laser? II. Éléments constitutifs

Plus en détail

Optique géométrique Un système optique est une succession de milieux transparents et I- Stigmatisme

Optique géométrique Un système optique est une succession de milieux transparents et I- Stigmatisme Le domaine de lʼoptique 2 Optique géométrique Un système optique est une succession de milieux transparents et I- Stigmatisme homogènes séparés par des surfaces qui réfractent ou qui Un système réfléchissent

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Lasers de marquage S tations de travail

Lasers de marquage S tations de travail Lasers de marquage S tations de travail laser gamme Laser L-Box XL-Box Technologie Laser Technologie laser : un marquage rapide et de haute qualité sur tous matériaux! intégrables Pour répondre aux exigences

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

DS N 2 ( 15 Novembre 2012)

DS N 2 ( 15 Novembre 2012) Première VIS Pour JM Podvin DS N 2 ( 15 Novembre 2012) Nom : Prénom : En cette nuit d été du 14 Juillet, JST a cassé sa tirelire pour se rendre à Paris avec sa dulcinée. En bons citoyens, ils assistent

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Le projet «Planet Solar Deepwater»

Le projet «Planet Solar Deepwater» Le projet «Planet Solar Deepwater» Martin Beniston Institut des Sciences de l Environnement Université de Genève Martin.Beniston@unige.ch Caractéristiques du bateau Le bateau solaire suisse, Tûranor Planet

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

Iris. Cornée. Pupille. Cristallin

Iris. Cornée. Pupille. Cristallin FORMATION EN SÉCURITÉ DES LASERS Macula Rétine Iris Cornée Nerf optique Corps vitré Cristallin Pupille Formation Sécurité laser Section 1: Concepts de base 1 Système international (SI) d unitd unités Unité

Plus en détail

Microscopie I : Bases de la Microscopie

Microscopie I : Bases de la Microscopie Microscopie I : Bases de la Microscopie 1. Nature de la lumière 1.1 Le photon : définition D une manière générale, la lumière est constituée par des trains d ondes électromagnétiques. Ces trains d ondes

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

EPILATION DEFINITIVE AU LASER ET A LA LAMPE FLASH

EPILATION DEFINITIVE AU LASER ET A LA LAMPE FLASH EPILATION DEFINITIVE AU LASER ET A LA LAMPE FLASH Technique : Quelque soit le type de poil, l épilation peut être définitive. Diverses techniques peuvent être utilisées, que ce soit le laser ND Yag (épilation

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

Livret d accueil du Centre NanOpTec

Livret d accueil du Centre NanOpTec 1 Version de fév. 2015 Bienvenue! au Centre NanOpTec 2 SOMMAIRE 1 Présentation du Centre P. 3-4 2 Exemple d instrument ouvert aux collaborations P. 5 3 Contacts P. 6 4 Procédure pour réaliser des mesures

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Transferts d énergie macroscopique et microscopique

Transferts d énergie macroscopique et microscopique Transferts d énergie macroscopique et microscopique Première Partie : les microscopes L émergence des nanosciences et des nanotechnologies n est devenue possible que grâce aux progrès spectaculaires des

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

TP fibre optique dopée erbium

TP fibre optique dopée erbium TP fibre optique dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : le faisceau du laser de pompe est puissant. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des

Plus en détail

Chirurgie par laser femtoseconde

Chirurgie par laser femtoseconde Chirurgie par laser femtoseconde Valeria Nuzzo* K.Plamann, D.Peyrot, F.Deloison Laboratoire d'optique Appliquée, ENSTA - École Polytechnique - CNRS UMR 7639, Palaiseau F.Aptel, M.Savoldelli, J.-M.Legeais

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail