newsletter Sommaire DROIT DES SOCIETES Fautes de gestion : quel est le risque pour un dirigeant? (Pages 6 à 8) N 2014/134

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "newsletter Sommaire DROIT DES SOCIETES Fautes de gestion : quel est le risque pour un dirigeant? (Pages 6 à 8) N 2014/134"

Transcription

1 L e t t r e d I n f o r m a t i o n newsletter Toutes les informations sur les textes législatifs et réglementaires à caractère juridique, fiscal, comptable, économique et financier, ainsi que sur la doctrine et la jurisprudence en ces matières. N 2014/134 Sommaire FISCALITE PARAFISCALITE Rappel des échéances du 28 Février 2014 (Page 2) Calendrier des obligations du mois de Mars 2014 (Pages 2 ) FISCALITE Impôt sur les Sociétés (IS) Régime des intérêts de comptes courants d associés, taux d escompte de la BCEAO (Pages 3 & 4) Le régime fiscal des loyers du logement à usage d habitation (Pages 5) DROIT DES SOCIETES Fautes de gestion : quel est le risque pour un dirigeant? (Pages 6 à 8) Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 / février 2014

2 2 FISCALITE PARAFISCALITE Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 RAPPEL DES ECHEANCE DU 28 FEVRIER 2014 Le 28 au plus tard : 1. Dernier délai pour les entreprises de plus de 300 salariés et pour celles autorisées par l Administration fiscale, pour le paiement des retenues à la source sur les salaires de Décembre Déclaration, par les assujettis à la contribution globale unique (CGU), du montant de leurs achats de l année écoulée, de la valeur globale de leurs stocks (au prix de revient) au 1er janvier et au 31 décembre de ladite année, de leurs ventes ou de leur chiffre d affaires, des loyers professionnels et privés, du nombre et de la puissance de leurs véhicules utilitaires et du tourisme, la superficie de leurs exploitations agricoles (article 146 du nouveau CGI). 3. Paiement par les contribuables relevant de la contribution globale unique de ladite contribution, lorsque le montant n excède pas cent mille FCFA ( ). Le paiement est fait en une fois par voie de fiche de paiement par anticipation (article 145 du nouveau CGI). CALENDRIER DES OBLIGATIONS DU MOIS DE MARS Avant le 02 Paiement des droits de timbre acquittés au moyen de machine à timbrer dus au titre du mois de Février Avant le 10 Paiement des cotisations de retraite (IPRES) sur les salaires du mois de Février 2014, pour les employeurs de 20 salariés et plus. 3. Avant le Versement des cotisations de Prestations Familiales et Accident de Travail (Caisse de Sécurité Sociale) sur les salaires du mois de Février 2014, pour les employeurs de 10 salariés et plus Versement des charges et retenues fiscales sur les salaires du mois de Février 2014, pour les charges et retenues dont le montant est supérieur à FCFA Déclaration et paiement des taxes sur le chiffre d affaires (TVA, TAF, Taxes Spécifiques) sur les opérations imposables du mois de Février Versement du précompte de 5% sur les rémunérations de prestations de services, les travaux immobiliers et les loyers de biens immeubles versés à des personnes physiques au cours du mois de Février 2014, pour le précompte dont le montant est supérieur à FCFA Déclaration et versement de la retenue à la source BNC sur les redevances versées à l étranger au cours du mois de Février 2014, pour la retenue dont le montant est supérieur à FCFA Déclaration de la situation de la main d œuvre (DASMO) de l année précédente, par les entreprises et les établissements, qu ils soient personnes physiques ou personnes morales, de droit public ou de droit privé employant un effectif inférieur à cinquante (50) travailleurs, auprès de l Inspection du Travail et de la Sécurité sociale de leur ressort. 4. Le 31 au plus tard 4.1. Demande en restitution du trop perçu des impôts et taxes retenus à la source sur salaires au cours de l année 2013, ainsi que des impôts et taxes irrégulièrement ou indûment perçus par suite d une erreur, à adresser à Monsieur le Directeur des Impôts Déclaration et paiement par les créanciers de l impôt sur les intérêts de créances (IRC) payés ou inscrits en compte au cours de l année 2013 (article 113 nouveau du CGI). Il s agit de l IRC sur les intérêts, arrérages et tous autres produits : des créances hypothécaires, privilégiées et chirographaires, à l exclusion de toute opération commerciale ne présentant pas le caractère juridique d un prêt ; des dépôts de sommes d argent, à vue ou à échéance fixe, quel que soit le dépositaire et quelle que soit l affectation du dépôt ; des cautionnements en numéraire ; des comptes courants ; des bons de caisse et autres emprunts non obligataires ; des clauses d indexation afférentes aux sommes mises ou laissées à la disposition d une société par ses associés ou ses actionnaires Règlement de la taxe municipale 2014 sur la publicité. Tout retard ou tout défaut de paiement ou de déclaration est sanctionné par une pénalité égale à 50% du principal Dépôt, auprès de l IPRES, de l état récapitulatif des salaires et de l état complémentaire du personnel, au titre du régime général et du régime cadre de retraite.

3 3 FISCALITE Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) REGIME DES INTERETS DE COMPTES COURANTS D ASSOCIES, TAUX D ESCOMPTE DE LA BCEAO Il s agit des intérêts rémunérant des prêts ou des sommes mises à la disposition de la société par les associés, en sus de leur part de capital, et qu on a coutume d appeler intérêts des «comptes courants d associés». Ces «comptes courants» s entendent de l ensemble des créances (autres que celles correspondant à des apports de capital) détenues par les associés sur la société, qu il s agisse de fonds mis temporairement à la disposition de la société par les associés ou de véritables prêts. Ces avances ou prêts des associés constituent un mode de financement commode de la société, beaucoup plus simple et plus avantageux qu une augmentation de capital, tant pour la société que pour les associés : Pour la société, les avances ou prêts des associés ne requièrent aucun formalisme particulier, alors qu une augmentation de capital exige une réunion de l assemblée générale extraordinaire, la modification des statuts et toutes les mesures de publicité qui s ensuivent ; en outre, au plan fiscal, les intérêts rémunérant ces avances ou prêts sont, en principe, des charges déductibles ; Pour les associés, les fonds avancés à la société peuvent être retirés à tout moment (sauf convention de blocage), tandis que les apports en capital sont soumis au principe de la fixité du capital social et ne peuvent être recouvrés en cours de vie sociale qu en cas de réduction ou d amortissement du capital, dans les conditions requises par le Droit des sociétés ; par ailleurs, les avances ou prêts ont droit normalement à des intérêts, quel que soit le résultat de la société, alors que les apports en capital ne sont rémunérés (par ce qu on appelle dividendes) que s il existe des bénéfices sociaux nets d impôt. C est pourquoi, les sociétés ont tendance, volontiers, à faire appel à leurs associés, sous forme d avances ou de prêts, pour obtenir les capitaux dont elles ont besoin, plutôt que de procéder à une augmentation de capital. Afin d éviter que les intérêts versés aux comptes courants d associés puissent absorber une part excessive des bénéfices et constituer ainsi, une source d évasion fiscale, le législateur a soumis leur déduction des résultats sociaux à certaines restrictions (article 9-2 du nouveau CGI). a) La première restriction est générale, elle concerne toutes les sociétés et est relative au montant des sommes apportées et au taux d intérêt appliqué: Le montant des sommes apportées ne peut excéder, pour l ensemble des associés, le montant du capital social de la société ; cette limite n est pas applicable aux sociétés à risque illimité non imposables à l impôt sur les sociétés, ainsi qu aux actionnaires ou associés des sociétés holding. Le taux maximum des intérêts est limité à trois points au-dessus du taux des avances. Si ce taux maximum est dépassé, les intérêts correspondant à l excédent sont réintégrés extracomptablement dans les bénéfices. Le code général des impôts fait encore référence au taux des avances» de la B.C.E.A.O. En fait, depuis 1980, la B.C.E.A.O. n établit qu un taux d escompte unique. Depuis le 1er Janvier 2011, il n est plus question, à la BCEAO, de taux d escompte normal, mais de taux marginal. L évolution du taux se présente comme suit depuis le 22 Mars 2004 : - du 22 Mars 2004 au 23 Août 2006: 4.5% - du 24 Août 2006 au 15 Août 2006: 4.75% - du 16 Août 2006 au 15 Juin 2009 : 6.75% - depuis le 16 Juin 2009 : 6.25%. Nous avons pris contact avec la BCEAO pour connaître les nouveaux taux depuis cette date. En attendant, nous donnons l exemple suivant : Montant des comptes courants créditeurs...fcfa Taux d intérêt servi par la société : 13% Taux de la B.C.E.A.O. :...6,25% Montant total des intérêts : x 13% =...FCFA Montant des intérêts déductibles : x 9,25% =...FCFA Montant des intérêts non déductibles (à réintégrer dans les bénéfices) : x 3,75% =...FCFA Il faut remarquer que chaque compte courant doit être envisagé isolément; il n y a donc pas de compensation possible entre un excédent d intérêts constaté pour un compte (taux appliqué supérieur au maximum admis) et une insuffisance d intérêts pour un autre compte ((taux inférieur au maximum admis).

4 4 FISCALITE Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 b) Deux autres restrictions à la déduction des intérêts sont particulières aux sociétés anonymes et sociétés à responsabilité limitée: - d abord, le capital social doit être intégralement libéré : s il n y a pas libération intégrale du capital, les intérêts servis aux comptes courants sont considérés comme des bénéfices distribués et ne sont, en aucun, cas déductibles ; - ensuite, ne sont déductibles que les intérêts rémunérant des apports en compte courant d un total au plus égal au capital social. Exemple : Une société anonyme (ou une SARL) au capital entièrement libéré de FCFA Le total des prêts ou dépôts des associés à la société est de FCFA Les intérêts afférents à l excédent du total des comptes sur le capital, c est-à-dire à de FCFA, sont à réintégrer dans les bénéfices imposables ( x taux). Il faut noter que, pour les sociétés anonymes et les S.A.R.L., on applique : - d abord, la disposition spéciale à ces sociétés, relative au montant des comptes courants dont les intérêts sont susceptibles d être admis en déduction ; - ensuite, la disposition générale limitant le taux des intérêts déductibles. Les intérêts afférents à l excédent des comptes courants sur le capital social sont réintégrés d abord dans le bénéfice imposable : x 12% x 4/12 = FCFA x 12% x 8/12 = FCFA Total = FCFA Les intérêts correspondant au taux excédant celui admis : 6, = 9,75% (période du 1er Janvier 2012 au 15 Juin 2012 et 6, = 9,25% (période du 16 Juin 2012 au 31 Décembre 2012) appliqué sur le montant des comptes courants ne dépassant pas le capital social sont réintégrés ensuite : x 2,25% x 5,5/12 = FCFA x 2,75% x 6,5/12 = FCFA Total = FCFA Total à réintégrer = = FCFA Bien entendu, les calculs deviennent plus complexes en cas de variations en cours d exercice du taux de la B.C.E.A.O., du taux servi par la société, du montant des comptes courants et du montant du capital, puisqu il faudra tenir compte de toutes ces variations «prorata temporis». Exemple : Soit une société anonyme au capital entièrement libéré de FCFA Montant des comptes courants : du 1er janvier au 30 avril FCFA du 1er mai au 31 décembre FCFA Taux d intérêt servi par la société : 12% Si le taux de la B.C.E.A.O. est de 6,75 %, du 1er Janvier 2012 au 15 Juin 2012 et de 6,25% du 16 Juin 2012 au 31 Décembre 2012.

5 5 FISCALITE Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 LE REGIME FISCAL DES LOYERS DU LOGEMENT A USAGE D HABITATION Il s agit des loyers payés par l entreprise pour loger son personnel. Des dispositions et restrictions sont prévues, aussi bien en ce qui concerne l entreprise elle-même que le bénéficiaire du logement. I/- CHEZ LE BENEFICIAIRE DU LOGEMENT La mise à disposition d un logement constitue un avantage en nature, ayant le caractère d un salaire imposable chez le bénéficiaire. Quel que soit le montant du loyer payé par l entreprise, une quote-part de cet avantage en nature, évaluée comme suit par l arrêté N /MEF/DGID du 31 Juillet 2013, est intégrée dans la base d imposition à l Impôt sur le Revenu du bénéficiaire : FCFA par mois et par pièce d habitation principale dans la région de Dakar, FCFA par mois et par pièce d habitation principale dans les chefs lieux de régions autres que Dakar, FCFA par mois et par pièce d habitation principale dans les autres localités. Exemple : Un employeur prend en charge le logement du directeur général, situé à Dakar, comportant 4 pièces principales ; le loyer mensuel est de FCFA ; le logement du directeur général adjoint qui est situé à Thiès, comprend 4 pièces principales, avec un loyer mensuel de FCFA. L évaluation du montant de ces avantages en nature à comprendre dans les salaires respectifs de ces deux dirigeants se fera de la manière suivante. Pour le logement du directeur général: Sera réintégrée au salaire brut la somme de : x 4 = FCFA Pour le logement du directeur adjoint: Sera à réintégrer la somme de : x 4 = FCFA Les situations suivantes peuvent se présenter : a) L entreprise est propriétaire des locaux et qu elle y loge son personnel: la même évaluation est faite pour la détermination du montant forfaitaire à inclure dans la base d imposition. b) L entreprise opère une retenue sur le salaire du travailleur, en contrepartie de l avantage en nature : la retenue opérée est déduite de l évaluation forfaitaire et la différence s ajoute au salaire brut pour l imposition. c) L entreprise prend en charge le logement de l employé et que celuici est propriétaire dudit logement qu il occupe : l évaluation forfaitaire est effectuée conformément aux dispositions de l arrêté /MEF/ DGID et la valeur de l avantage en nature intégrée dans le salaire brut imposable de l employé. En outre, si les loyers sont supérieurs à F CFA et sont versés directement à l employé, l entreprise a l obligation de prélever et de reverser la retenue à la source de 5%. Il faut noter que les sommes versées par l employeur à l employé, à titre de loyers de logement, constituent des revenus fonciers (et non des traitements et salaires) et sont imposables en tant que tels au nom de l employé qui doit souscrire une déclaration IR à la fin de chaque année d) L entreprise verse à l employé une indemnité en argent compensatrice de l avantage en nature : les sommes versées sont intégralement comprises dans la base d imposition du salaire du bénéficiaire. NB : L évaluation forfaitaire ne concerne que les avantages en nature proprement dits, c est-à-dire la prise en charge directe par l entreprise du logement mis à la disposition de l employé, peu importe que l entreprise soit propriétaire ou non du logement. e) L entreprise prend en charge uniquement les frais de domesticité (gardien, cuisinier, ), d eau et d électricité, sans la mise à disposition d un logement : ces frais sont considérés comme des avantages en argent représentatifs de remboursement de frais personnels et sont à inclure en totalité dans le salaire imposable II /- CHEZ L ENTREPRISE Les loyers des logements du personnel ne sont considérés comme charges fiscalement déductibles qu à hauteur des montants des montants ci-après, fixés forfaitairement par l arrêté n 12913/ MEF/DGID/Leg1 du 31 Juillet 2013, comme suit: FCFA par mois, pour un logement d une (1) pièce principale ; FCFA par mois, pour un logement de deux 2) pièces principales; FCFA par mois, pour un logement de trois (3) pièces principales ; FCFA par mois, pour un logement de quatre (4) pièces principales. Lorsque les loyers dépassent les montants ainsi fixés, l excédent doit être réintégré extracomptablement dans le résultat imposable de l entreprise. Par exemple : La société X située à Dakar, dans le cadre de son activité, décide de prendre en charge le logement de certains membres de son personnel. Il s agit du Directeur Général qui dispose d une villa de 9 pièces principales située aux Almadies, avec un loyer mensuel de FCFA, du Directeur Administratif et Financier qui occupe un appartement de 3 pièces principales au point E, pour un loyer mensuel de FCFA. La société X est autorisée, lors de la détermination de son résultat fiscal, pour son imposition à l Impôt sur les Sociétés, à déduire comme charges : Pour le loyer du Directeur Général : x 4 x 12 = FCFA. La société va devoir réintégrer un montant de FCFA dans son bénéfice imposable soit: ( ) X 12 = FCFA Pour le loyer du Directeur Administratif et Financier, le montant du loyer déductible est limité à x 3 x 12 = FCFA. Elle devra donc réintégrer ( x 12) ( x 3 x 12) = FCFA. Soit un montant total à réintégrer de : = FCFA

6 6 DROIT DES SOCIETES Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 FAUTES DE GESTION : QUEL EST LE RISQUE POUR UN DIRIGEANT? La responsabilité civile, fiscale ou pénale d un dirigeant peut être engagée s il commet une faute de gestion et il peut être lourdement sanctionné. Pour éviter ce risque, voici les précautions à prendre. La notion de faute de gestion d un dirigeant est assez large. Classiquement, c est un acte ou une omission qui ne s inscrit pas dans l intérêt social de l entreprise. Mais aujourd hui, une faute de gestion peut aussi bien viser une fraude ou un abus caractérisés, qu une simple imprudence dans la conduite de l entreprise. Très souvent, c est lorsque l entreprise fait l objet d une procédure collective de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire que les fautes de gestion sont mises en évidence. Dans ce contexte, le dirigeant peut être condamné à payer lui-même les dettes sociales. Ceci étant, tout au long de la vie d une société, la responsabilité civile, fiscale ou pénale du dirigeant peut être recherchée lorsque celui-ci a commis une faute. A cet effet, l Acte uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA a prévu une double sanction pour les dirigeants sociaux qui commettent une faute dans l exercice de leurs fonctions mais également des sanctions pénales. Pour renforcer cette double sanction, l Acte Uniforme précité dispose expressément qu aucune décision de l assemblée des associés, d un organe de gestion, de direction ou d administration ne peut avoir pour effet d éteindre une action en responsabilité des dirigeants sociaux pour les fautes commises dans l exercice de leurs fonctions. Dirigeants de droit et de fait concernés Tous les dirigeants de droit peuvent se voir reprocher leurs fautes de gestion : le PDG, les directeurs généraux et les membres du conseil d administration dans les sociétés anonymes, les gérants majoritaires ou minoritaires dans les SARL, les dirigeants de sociétés en commandite... Cependant, il sera nécessaire de préciser que la notion de «dirigeant de fait» n est pas retenue par l Acte Uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE. Mais la jurisprudence notamment française retient que les dirigeants de fait sont également concernés : dans une petite SARL, par exemple, lorsqu il est prouvé qu un associé joue le rôle d un gérant de fait, il s expose aux mêmes risques qu un gérant de droit. La gérance de fait est retenue par les juges, dès lors que certains critères font apparaître que les fonctions exercées dépassent largement le rôle que l associé est censé tenir. Ce peut donc être le cas pour quelqu un qui dispose d une procuration bancaire sur les comptes de la société, ou même de la signature de celle-ci, surtout si cette personne possède une participation importante dans le capital. A noter : tous les dirigeants, rémunérés ou non, encourent les sanctions prévues en cas d ouverture d une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire. Par exemple, en France, la Cour de cassation considère que les administrateurs ayant contribué à l insuffisance d actif de la société peuvent se voir imputer la totalité de cette insuffisance. Responsabilité civile vis-à-vis de la société En dehors de la responsabilité de droit commun prévue par le Code des Obligations Civiles et Commerciales (COCC) (article 118), ) l Acte uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA a prévu une sanction de la faute de gestion du dirigeant social par le biais de l action sociale. L action sociale est l action qui vise à réparer le dommage subi par la société du fait d une faute commise par le ou les dirigeants sociaux dans l exercice de leurs fonctions. Elle exercée par les dirigeants sociaux à l encontre de l un d entre eux ou par les associés après une mise en demeure d exercer l action envoyée aux dirigeants et non suivie d effet. Trois types de fautes peuvent mettre en cause la responsabilité d un dirigeant sur le plan civil, lorsqu un préjudice a été commis au détriment de la société ou des associés. Le premier concerne les infractions aux dispositions législatives ou réglementaires applicables aux sociétés. Il s agit, par exemple, de l inobservation des formalités de constitution ou du défaut de publication des modifications statutaires, dès lors que ces manquements ont entraîné un préjudice pour la société. Deuxième agissement répréhensible: la violation des statuts. Ce peut être le cas, notamment, lorsqu un gérant de SARL prend seul une décision, alors que les statuts prévoient la nécessité d une autorisation préalable des associés. La troisième catégorie, enfin et surtout, regroupe les fautes de gestion. En effet, un dirigeant, en sa qualité de mandataire de la société, est responsable des dommages causés à celle-ci par ses fautes, même en l absence de toute manœuvre frauduleuse. La jurisprudence donne des illustrations de ces fautes : l engagement de dépenses disproportionnées avec les ressources de la société, un manque de surveillance ayant facilité un détournement de fonds par un employé, des irrégularités dans la comptabilité... A noter : L absence de convocation de l assemblée générale d une SARL constitue, dans son principe, une faute du gérant. Responsabilité civile vis-à-vis des tiers Chaque dirigeant social est responsable envers les tiers des fautes qu il commet dans sa gestion et sa responsabilité sera recherchée dans le cadre de l action individuelle prévue par l Acte uniforme précité. En outre, s il existe plusieurs dirigeants sociaux ayant participé aux mêmes faits à l origine du dommage subi par les tiers, leur responsabilité sera solidaire à l égard de ces tiers. L action individuelle est intentée par le tiers, ou l associé qui subit un dommage distinct du dommage subi par la société elle-même. Si l Acte uniforme précité ne retient pas la notion de «faute séparable des fonctions du dirigeant social», il peut en être autrement dans d autres espaces juridiques ou au niveau de la jurisprudence. Par exemple en France,, la responsabilité civile pour faute du dirigeant l égard des tiers à la société est un peu moins large : sa responsabilité n est, en effet, engagée que si sa faute est séparable de ses fonctions et qu elle peut lui être imputée personnellement.

7 7 DROIT DES SOCIETES Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 En pratique, elle doit être commise intentionnellement et d une gravité particulière. Exemples donnés par les tribunaux : le fait, pour le dirigeant, d autoriser un salarié à utiliser un véhicule de la société dépourvu d assurance. Si le salarié entre en collision avec un autre véhicule et blesse son utilisateur, le dirigeant peut être condamné personnellement; le fait, pour un dirigeant, de prélever par anticipation une somme sur les bénéfices et dont le montant est excessif, si ce prélèvement a mis en péril la société et l a conduite à la cessation de paiements ; le fait, pour un dirigeant, de participer de façon active et personnelle ou de manière délibérée et persistante à des actes de contrefaçon. Dans ce cas, la responsabilité civile s ajoute à la responsabilité pénale du dirigeant. A noter : Un associé peut exercer concomitamment l action individuelle et participer à l action sociale s il a subi personnellement un dommage distinct de celui subi par la société du fait des agissements ou de la défaillance du ou des dirigeants sociaux. Envers les tiers qui ont contracté avec la société, le dirigeant n est personnellement responsable que s il a commis une faute distincte de celle qui peut être mise à la charge de la société. Une assurance pour la responsabilité civile Pour ses responsabilités civiles, un dirigeant peut se couvrir en souscrivant une assurance spécifique RCMS (responsabilité civile des mandataires sociaux). L objet de ce contrat est de garantir toutes les conséquences financières, y compris les frais de défense et la condamnation à des dommages et intérêts, qui peuvent résulter de la mise en cause du mandataire social dans l exercice de ses fonctions, du fait de fautes, d erreurs ou de manquements professionnels. Si, par exemple, le dirigeant est reconnu coupable d une faute de gestion et est appelé en comblement de passif, l assureur prend à sa charge le règlement, dans la limite du montant de la garantie souscrite. Un contrat RCMS ne peut, en revanche, assurer ni le risque de solidarité fiscale, ni la responsabilité pénale du dirigeant. Les primes du contrat RCMS sont versées par l entreprise et leur montant est déductible de l assiette de l impôt sur les sociétés. Fautes dans la gestion fiscale et sociale Un dirigeant, qu il soit majoritaire ou minoritaire, peut être déclaré solidairement responsable avec sa société des impôts et des pénalités dus par celle-ci, en cas de manœuvres frauduleuses, ou lorsque l inobservation grave et répétée de ses obligations fiscales a rendu impossible le recouvrement des impositions et des pénalités. En pratique, il s agit principalement de l absence de dépôt des déclarations de résultats dans les délais impartis, du dépôt tardif et sans paiement de la déclaration de TVA ou du dépôt de bilan tardif. De même, les dirigeants peuvent être tenus pour responsables avec la société, du défaut de paiement des cotisations sociales, mais la responsabilité civile personnelle des dirigeants, dans ce cas, ne peut être retenue que dans la mesure où une faute de gestion a pu être mise en évidence. La simple constatation d un retard ne peut, à elle seule, impliquer l existence d une faute de gestion. En matière de cotisations sociales, la responsabilité de la société est donc la règle et celle des dirigeants l exception. A noter : Vis-à-vis de l Ipres et de la Caisse de Sécurité Sociale, un dirigeant n est redevable que de pénalités et de dommages et intérêts. Les cotisations impayées et les majorations de retard qui s y rattachent restent dues par la société. Responsabilité pénale pour faute Si une société peut être pénalement responsable des infractions commises pour son compte par ses représentants lorsqu un texte le prévoit, cette responsabilité n exclut pas celle des dirigeants. Plusieurs catégories principales d infractions exposent les mandataires sociaux à des sanctions pénales (amendes et, dans certains cas, peines d emprisonnement) : le non-respect des obligations prévues par le droit des sociétés, notamment en matière de publication ou de présentation d états financiers ne donnant pas une image fidèle des opérations de l exercice, de présentation des comptes aux actionnaires ou de distribution de dividendes. Ces infractions ne concernent toutefois que les dirigeants de sociétés anonymes et de SARL ; la réalisation d opérations commises de mauvaise foi et préjudiciables à la société, comme l abus de biens sociaux. Ces infractions ne concernent toutefois que les dirigeants de sociétés anonymes et de SARL; les infractions liées au non respect des règles du droit des sociétés en matière de modification du capital; les infractions à la réglementation dans l exercice des activités de la société. Cette dernière catégorie est particulièrement vaste, puisque de très nombreuses infractions peuvent être pénalement sanctionnées : le nonrespect des règles de sécurité au travail ou l entrave à l action des représentants du personnel dans le domaine social ; les infractions en matière de contrefaçon, de facturation ou de revente à perte dans le domaine économique ; les manquements aux règles d affichage des prix ou de publicité dans le domaine de la protection des consommateurs, etc. A noter : Ces sanctions pénales sont applicables à toute personne qui, directement ou par personne interposée, a, en fait, exercé la gestion de la société sous le couvert ou aux lieu et place du dirigeant légal. Cependant, dans le cadre de L Acte Uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du GIE de l OHADA il est utilisé le terme de «dirigeants sociaux» ou alors l Acte désigne nommément les personnes visées par l intitulé de leurs mandats sociaux (PDG, DG, administrateurs etc.) Faute de gestion et procédure collective Les cas les plus graves mis à part (faillite personnelle, interdiction de gérer), la principale sanction encourue par un dirigeant, dans le cadre d une procédure collective, est la condamnation au comblement du passif. En effet, lorsque la liquidation judiciaire d une société fait apparaître une insuffisance d actif, le tribunal peut décider à la requête du syndic ou d office que le montant de cette insuffisance sera supporté, en tout ou en partie, par les dirigeants de droit ou de fait ou par certains d entre eux. Mais il faut, pour cela, que les dirigeants aient commis une faute de gestion ayant contribué à cette insuffisance d actif. Toutefois, le dirigeant peut être condamné à supporter, en totalité ou en partie, les dettes sociales, même si sa faute de gestion n est que l une des causes de l insuffisance d actif. Attention : Un même fait peut être sanctionné à la fois sur le fondement d une action en comblement de passif et

8 8 DROIT DES SOCIETES Lettre d Information NEWS LETTER N 2014/134 sur celui d un délit pénal, tel que l abus de biens sociaux. En revanche, l action en responsabilité pour insuffisance d actif ne peut se cumuler avec l action en responsabilité fondée sur les dispositions spécifiques du droit des sociétés ou sur les dispositions sur la responsabilité civile pour faute de l article 118 du Code des Obligations Civiles et Commerciales. En matière de comblement de passif, les exemples donnés par la jurisprudence sont nombreux. Ainsi : un gérant de SARL peut être condamné à payer tout le passif de la société, dans la mesure où il a alimenté le compte courant dans des proportions révélant l insuffisance du capital social et dans la mesure où le retrait des sommes versées a eu des conséquences désastreuses pour la société ; commet également une faute de gestion, le dirigeant d une société dont la situation financière s est détériorée rapidement sous sa direction, sans que des mesures de restructuration aient été prises, tandis que dans le même temps ce dirigeant se faisait consentir des avantages financiers. Accorder une délégation de pouvoirs Un dirigeant est non seulement responsable des fautes ou des infractions qu il peut commettre personnellement, mais aussi de celles qui sont commises par les salariés, dans le cadre de l activité de l entreprise. On considère, en effet, dans ce cas, qu il a commis une faute en ne veillant pas au respect des lois dans la société. Pour limiter ce risque, il est possible, et même conseillé, de mettre en place des délégations de pouvoirs. Pour être juridiquement efficaces, ces délégations doivent correspondre à la réalité, c est-à-dire être données à des personnes ayant la compétence, l autorité et les moyens nécessaires d assumer les pouvoirs qui leur sont délégués et la responsabilité qui en découle. Bien entendu, une délégation de pouvoirs doit être stipulée par écrit et être aussi précise que possible. Il est également très utile d obtenir du délégataire une acceptation expresse. Selon la Cour de cassation française, toutefois, une faute de gestion n est pas démontrée, même lorsque la société poursuit une exploitation déficitaire, si les difficultés de la société ont pour origine la conjoncture économique. Plus généralement, un dirigeant ne peut se voir reprocher le passif de la société s il n est pas démontré qu il a commis une faute de gestion, quels que soient les mauvais résultats de l entreprise. A noter : Lors de la procédure au tribunal, si le juge constate qu une ou plusieurs fautes de gestion ayant contribué à l insuffisance d actif ont été commises, il doit légalement justifier chacune de ces fautes. BCA 30, rue Moussé Diop Immeuble Sokhna Maty Dia Dakar (Sénégal) Tél. : / Portable Fax : BP Dakar Ponty Grant Thornton 2 place de l indépendance Immeuble SDIH 2e, 3e et 4e étage BP Dakar T F LIMITATION DE RESPONSABILITE DE L EDITEUR SUR LE CONTENU DES PUBLICATIONS Le contenu de nos publications est basé sur notre connaissance et interprétation de loi et de la pratique actuelle, lesquelles sont susceptibles d être modifiées ; Nos publications sont fournies à titre d information exclusivement et ne constituent pas un conseil professionnel d aucune sorte ; Les informations fournies dans nos publications ne devraient pas être utilisées comme une alternative à la consultation de conseillers professionnels ; Avant de prendre toute décision, de prendre toute mesure, ou de s abstenir d agir, le client doit d abord consulter un conseiller professionnel à la connaissance duquel sont portés les faits appropriés concernant la situation particulière du client ; Aucune responsabilité, pour toute perte occasionnée à toute personne qui agirait ou s abstiendrait d agir en raison du contenu de nos publications, ne peut être acceptée par l auteur, le propriétaire de copyright ou l éditeur ou leurs entités affiliées, associés, directeurs, employés, agents ou sous-traitants.

Fiscalité des comptes courants d'associés

Fiscalité des comptes courants d'associés Fiscalité des comptes courants d'associés Article juridique publié le 08/06/2015, vu 610 fois, Auteur : Innocent KOUAKOU Lorsqu une société est confrontée à des besoins en financement de sa trésorerie,

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0010/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE Le Pontet le 30 01 2014 1 Distinction entre la Responsabilité Civile et Pénale RESPONSABILITE PENALE C est l obligation légale pour

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE La loi n 85-697 du 11 juillet 1985 permet à une personne physique ou morale de créer une société à responsabilité limitée,

Plus en détail

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb 1 RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX Florence Ivanier et Michael Taïeb Par Avocat Associé Avocat Associé Sommaire: lorsqu une société fait l objet d une

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2004/02/09 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 OBJET: Aménagement du taux des intérêts

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES COMPTES COURANTS D'ASSOCIES 08/06/2015 Afin d'améliorer la trésorerie d'une société, les associés peuvent, outre le recours aux emprunts ou découverts bancaires, décider d'augmenter le capital social ou

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires»

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» 11 juin 2013 Les matinales de l entrepreneur : «Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» Intervenants : - Mrs Jean François GANNE, Maxime RICHARD et Jean Luc BLACHON (cabinet d expertise Comptable

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

2. Dans quel délai le déficit indiciaire doit-il être imposé?

2. Dans quel délai le déficit indiciaire doit-il être imposé? 2. Dans quel délai le déficit indiciaire doit-il être imposé? Lorsque l administration décide de procéder à un contrôle fiscal, elle doit respecter les règles prévues par le Code des impôts sur les revenus

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties :

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties : ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses Cette synthèse a pour objet de répondre aux questions les plus fréquemment posées relatives au contrat d assurance RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions relatives

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES FISCALITE 1 er juin 2001 N 49 - FISCAL N 8 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels de l administration fiscale et au

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

Denton Wilde Sapte Avocats au Barreau de Paris

Denton Wilde Sapte Avocats au Barreau de Paris Février 2008 Denton Wilde Sapte Avocats au Barreau de Paris La fiscalité des frais professionnels Salon des Entrepreneurs 2008 119177.01 Stéphane Letranchant 1 1 Sommaire 1. Panorama et définition des

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N RÈGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale Extraordinaire AGRICA du 28 juin 2006 Modifié par le Conseil d administration du 5 décembre 2008 GIE AGRIC A GESTION SOMMAIRE ART. 1 OBJET 3 ART. 2

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL)

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) État de Genève Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) Art. Forme de la garantie Toute garantie en espèces ou en valeurs fournie en faveur d un bailleur par un locataire ou par

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux >Associations 1 Conventions spéciales Convergence Sécurité mandataires sociaux SOMMAIRE conventions spéciales sécurité mandataires sociaux ART. 1 - Définitions 2 ART. 2 - Objet de la garantie 2 ART. 3

Plus en détail

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX OBJET DU CONTRAT SOUSCRIT DANS LE CADRE DE L'ARTICLE 39 CGI Sous forme d'un contrat d'assurance collective régi par le Code des assurances, il permet aux

Plus en détail

Nature de L obligation

Nature de L obligation CALENDRIER DES PRINCIPALES OBLIGATIONS FISCALES Date limite Nature de L obligation 2 janvier Droits de timbre payés au moyen de machines à Paiement des droits dus au mois précédent. Dispositions du Code

Plus en détail

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières 1. Bases légales et réglementaires 2. Généralités 3. Détermination

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH)

Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH) Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH) 1. Particularités du prêt d associé 2 2. Règles de sous-capitalisation 2 a) Règles actuelles

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24)

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) Article 1 Objet Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d Administration,

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion DIRIGEANT Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X Quel que soit son régime d imposition, chaque exploitant a le choix entre 2 assiettes pour le calcul de ses cotisations sociales : soit la moyenne triennale des revenus professionnels des années N-3 /

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

RECETTES PROFESSIONNELLES BNC

RECETTES PROFESSIONNELLES BNC RECETTES PROFESSIONNELLES BNC Les recettes à prendre en compte pour la détermination du bénéfice non commercial imposable au titre d une année civile sont les recettes encaissées au cours de l année considérée

Plus en détail

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL?

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Intervenant :Nicolas CAMPELS PRESENTATION DE L EIRL Pourquoi? Ce nouveau statut

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- N 0019/MEF/DGI-DLCD

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION? N 2777-D-NOT N 51275 # 07 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUÉS ET LES INTÉRÊTS

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE FISCAL Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code catégorie Nombre

Plus en détail

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013 Point de vue d experts LETTRE FISCALE AVRIL 2013 Parmi les rares mesures favorables issues des dernières lois de finances, l instauration du CICE constitue une bouffée d oxygène appréciable pour les entreprises.

Plus en détail

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale 1 ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Le présent accord précise les modalités d application du 2 du

Plus en détail

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES DÉDUCTIBLES RAPPEL Pour être déductibles des recettes, les dépenses effectuées par les titulaires de revenus non commerciaux doivent répondre aux conditions suivantes : être nécessitées par l exercice

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Adjointe au Maire, en vertu d un

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail