L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DU CONTRÔLE FISCAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DU CONTRÔLE FISCAL"

Transcription

1 L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DU CONTRÔLE FISCAL Marc LEROY Professeur de sociologie Directeur des études du CRDT (GIS-GRALE/CNRS) La sociologie fiscale a pour objet l étude de l impôt dans sa relation à l Etat et à la société. Elle consiste à théoriser les faits fiscaux comme faits sociaux dans le cadre des problématiques générales des sciences sociales. Elle propose un questionnement politique de la société. La sociologie de l impôt est née après la seconde guerre mondiale (Goldscheid, éd ; Mann, 1943 ; Raynaud, 1947 ; Schumpeter, éd ), elle dispose d un corpus de recherches significatif, surtout si l on adopte une définition large de la discipline (Leroy, 2003a) en incluant les travaux de science politique, de psychologie et de psychologie sociale, d histoire. Elle bénéficie d une bonne visibilité institutionnelle dans les travaux anglo-saxons (Lewis, 1982 ; Campbell, 1993, Blount, 2000) et s épanouit doucement en France (Ardant, 1965 ; Dubergé, 1962 ; Leroy, 2002), en Allemagne (Schmölders, 1973 ; Backhaus, 2002). Dans cette perspective : - l étude des réformes fiscales renvoie à la question des variables et des modèles théoriques du changement social, - la fraude fiscale est considérée comme une catégorie de déviance, - la révolte fiscale s inscrit dans le paradigme de l action collective, - la décision du contribuable est analysée par un modèle général de la rationalité, - l élaboration de la politique fiscale est interprétée à partir des fonctions sociologiques de l impôt, - l acceptation sociale de l impôt est rapportée à la légitimité de l Etat et de l action publique Pour construire ses modèles, la sociologie fiscale utilise des données empiriques issues des documentations officielles (notamment 21

2 de l administration), des études juridiques et économiques, et bien sûr des matériaux produits par la sociologie, la science politique, l histoire et la psychologie. Appliquée au contrôle fiscal, cette approche se structure comme sociologie juridique, comme sociologie de l organisation du travail administratif et comme sociologie politique de l Etat fiscal. I- LA SOCIOLOGIE JURIDIQUE DU CONTROLE FISCAL Pour la sociologie du droit, le contrôle du respect des obligations fiscales pose la question des mécanismes sociaux de la qualification de la fraude par les autorités publiques, dans le cadre de la procédure fiscale qui fait l objet d une dialectique de pouvoir entre les divers antagonistes et qui suscite diverses représentations «collectives». A- L étiquetage de la fraude fiscale J ai élaboré une typologie générale de la déviance fiscale (Leroy, 2003b), inspirée de la théorie de la déviance du sociologue Becker (1985, p.220) pour montrer le lien avec le droit fiscal. Quelques observations sont à rappeler ici. Plus le droit est complexe, plus il laisse de possibilités aux acteurs du jeu de la déviance fiscale, à savoir : les contribuables favorisés pour construire des montages d évitement de l impôt qu ils défendent comme catégorie d évasion légale ; l administration pour étiqueter les décisions fiscales dans la catégorie de fraude. Le jeu consiste pour ces acteurs à faire bouger les frontières entre le légal et l illégal, à la fois au stade de l élaboration de la loi fiscale, et, ce qui intéresse particulièrement notre sujet, dans le cadre des vérifications fiscales. Le problème est celui des «non acteurs», ceux qui ne font pas de montage, mais se retrouvent labellisés, étiquetés comme fraudeurs. L erreur est sociologiquement désastreuse pour la légitimité de l impôt, car elle accroît l idée d un arbitraire administratif. 22

3 Décision contribuable Décision Autorité Légal Illégal Montage pour éviter l impôt EVASION FRAUDE Pas de montage CONFORMISME ERREUR L interventionnisme fiscal encourage le jeu d étiquetage en proposant des incitations fiscales, notamment dans le cadre d une concurrence accrue entre les Etats (BACCOUCHE, 2006). L impôt est utilisé comme instrument de politiques publiques pour des motifs économiques, sociaux, territoriaux. Les grandes fonctions de la politique fiscale sont diluées, brouillées, fragmentées dans cette logique où l électoralisme et le poids des groupes de pression interviennent aussi. La conséquence est de favoriser structurellement le jeu d étiquetage de la déviance fiscale entre l administration et les milieux socio-économiques favorisés. Ainsi, les conseils poussent à l optimisation fiscale, tandis que l administration tend à interpréter restrictivement la portée des niches fiscales, ce qui conduit à la dialectique de la procédure fiscale. B- La procédure fiscale comme dialectique de pouvoir Le droit fiscal est le terrain d une dialectique de pouvoir qui oppose les stratégies de l administration à divers groupes de la société. Cette dialectique engendre des équilibres sociaux, variables selon les époques et les pays, entre les pouvoirs d investigation de l administration et les garanties du contribuable. Elle dépend, d un côté, de la demande de l administration pour accroître ses pouvoirs d information, d investigation et de contrôle, sans susciter de réactions susceptibles de diminuer ses prérogatives ; de l autre côté, du mouvement d amélioration des garanties du contribuable. Ce second mouvement est souvent juridiquement, politiquement justifié dans ses principes : garantir les droits du contribuable, c est œuvrer aux droits de l homme et du citoyen. 23

4 Pour certains pays, la balance penche nettement du côté de l administration 1. Il est à noter que ce déséquilibre dépend du droit et de la pratique 2, l administration peut aussi utiliser ses pouvoirs sans discernement, parfois même de manière arbitraire. Dans beaucoup de pays la lutte est incessante avec des modifications dans le sens d un accroissement des pouvoirs de l administration, et dans le sens opposé d une amélioration des garanties. Par exemple, en France, la grande réforme des années 1986 de la procédure fiscale a amélioré les garanties du contribuable. A l inverse, la validation législative des positions de l administration est une pratique courante 3 qui porte atteinte à la sécurité juridique du contribuable. Il faut ensuite regarder sociologiquement quels sont les groupes sociaux qui sont les mieux protégés ou les mieux à même d utiliser les droits et garanties du contribuable. Ici, le déséquilibre est, à mon sens, manifeste au profit des entreprises et des classes les plus riches. Les garanties visent surtout le contrôle fiscal sur place, c est-àdire la vérification de comptabilité et la vérification des personnes physiques (examen contradictoire de situation fiscale personnelle) qui cible normalement les revenus importants 4. Les contribuables ordinaires font l objet d un contrôle sur pièces avec des garanties moindres qu ils ne savent pas utiliser et, en général, ne peuvent pas économiquement recourir aux services d un avocat fiscal. En France, cette dialectique conduit paradoxalement l administration à instaurer des garanties au-delà de la loi ou, parfois, à adopter une attitude de dialogue 5. Toutefois, il ne s agit pas de Pour le cas de la Tunisie, cf. l intervention du professeur Néji BACCOUCHE. Cf. le cas de la Russie, à travers les publications sous ma direction des colloques du programme TEMPUS. Par exemple, en matière de vérification des personnes physiques, le Conseil d Etat estimait qu un non-résident ne devait pas être vérifié 3, mais la loi de finances rectificative pour 1996 est revenue sur cette position. L organisation des services scinde aussi la fiscalité des entreprises, et même des grandes entreprises qui disposent de leurs propres services, la fiscalité des professions libérales, et celle des salariés : la négociation est facilitée pour les entreprises et les plus privilégiés. C est la thèse de DRIE (J.C.), Procédures de contrôle fiscal. La voie de l équilibre, Paris, L Harmattan, Par exemple, en matière d impôts locaux, l administration applique une sorte de procédure contradictoire sans y 24

5 bienveillance, mais d une volonté de faire accepter les redressements pour éviter des contentieux, et, plus généralement, des réactions susceptibles de limiter les pouvoirs juridiques de l administration ou de remettre en cause sa maîtrise de la décision. Ainsi, la création du conciliateur fiscal français par l administration peut s interpréter comme un moyen d éviter l intervention, réclamée par une partie de la doctrine, d un médiateur fiscal indépendant 6. L administration tend, pour l instant, à considérer la conciliation comme une étape du contrôle ou de la procédure contentieuse, ce qui illustre l importance des représentations des acteurs. C- La procédure fiscale comme représentation sociale Diverses représentations sociales de la procédure fiscale, c està-dire des conceptions partagées par un ou plusieurs groupes sociaux, existent. La sociologie insiste sur l importance des représentations dominantes dans la sphère publique, notamment dans l administration, dont les principales s appuient sur les propositions suivantes : - Les droits et garanties du contribuable encouragent les fraudeurs, surtout les riches qui peuvent se payer les services d avocats pour faire obstacle à l action de l administration. C est le cas au Brésil où une bonne partie des inspecteurs des impôts partage cette représentation. Dans cette jeune démocratie (20 ans), il n existe pas de corpus spécifique des droits et garanties du contribuable. - Une variante à la proposition précédente existe : les garanties du contribuable ne sont pas prioritaires. Par exemple, les autorités en Russie ont estimé que l élaboration d un code fiscal adapté à l économie de Marché devait d abord traiter le problème prioritaire de la collecte de l impôt (assurer des recettes au trésor public), avant de se préoccuper des droits du contribuable. Cette représentation est née 6 être obligée par les textes ; dans les procédures d office, les arguments du contribuable sont pris en compte ; ou bien encore, pour citer une mesure récente, l administration a instauré un conciliateur fiscal en matière de contrôle sur pièces que le contribuable peut saisir à tout moment de la procédure. Il est significatif que le conciliateur désigné soit, dans un certain nombre de cas, le directeur départemental du contrôle fiscal et du contentieux, dont la fonction est plutôt de défendre la position des services. La conciliation peut maintenir la position du service d assiette et de contrôle par rapport au contribuable en utilisant par exemple la substitution de bases légales ou de motifs. 25

6 dans un contexte de transition économique (crise financière) et de mouvements mafieux. Les pouvoirs «musclés» de la police fiscale, jusqu à sa dissolution officielle en 2003, illustrent dans le domaine organisationnel cette représentation. - Une autre représentation prend la forme d une norme organisationnelle de type «attention aux vices de procédure», norme qui est bien exploitée par certains avocats C est le cas de la France. Pourtant (Baylac, 2002), le formalisme de contrainte, lié aux obligations déclaratives et à la nécessité de répondre aux demandes de l administration, apparaît rigoureusement sanctionné, à la fois dans les textes et par le juge, alors que le formalisme de protection, qui concerne les droits et garanties du contribuable, a une portée relative 7. Sociologiquement, cette peur du vice de forme, souvent traquée par les conseils, incite l administration à négocier. - La variante à cette idée est la suivante : si on améliore les garanties du contribuable 8, on accentue la complexité et donc la fraude, car elle est source de vices de procédures utilisés par les avocats sollicités par les contribuables favorisés. - les garanties du contribuable vérifié constituent un élément du corpus juridique des droits de l homme et du citoyen ; cette représentation, qui est, sur le plan des principes, celle d un certain nombre d universitaires et de spécialistes, suscite néanmoins des débats et controverses par rapport à son contenu concret et à sa portée juridique. Un certain nombre de spécialistes admet que cette représentation soit en retrait par rapport aux garanties liées à la procédure pénale. En France, l analyse sociologique de la contrainte de rendement négocié complète l analyse juridique traditionnelle de l équilibre formel entre les pouvoirs de l administration et les garanties du contribuable (Lambert, 2003). Le pouvoir de négociation 7 8 Il suffit de voir le caractère variable, et parfois très restreint, de la sanction prononcée par le juge à l encontre de l administration en cas de vice de forme ou de procédure. Exemple français : si la Commission des Infractions Fiscales (CIF) communique le dossier transmis par l administration au contribuable ou à son conseil, et rend plus explicite les critères de poursuites. 26

7 des groupes sociaux et la capacité stratégique d utilisation de la procédure fiscale ne sont pas identiques pour tous, sachant que la possibilité économique et/ou culturelle de recourir à un conseil fiscal n est pas équitablement distribuée dans les catégories sociales. Le rôle du juge est essentiel pour équilibrer l action de l administration 9. Mais quand le juge est rarement saisi, comme dans le cas du contrôle sur pièces des contribuables ordinaires, le risque d un déséquilibre est d autant plus probable que le cadre juridique (demandes de renseignements) n est pas contraignant. L erreur d appréciation de l administration est d autant plus à craindre que la logique organisationnelle pousse au rendement du contrôle fiscal. II- LA SOCIOLOGIE DE L ORGANISATION DU CONTROLE FISCAL Le contrôle fiscal met en œuvre une décision administrative qu il convient de caractériser en tant que bureaucratie travaillant selon des méthodes qui, aujourd hui, s inscrivent dans un mouvement généralisé de performance de la gestion. A- Le modèle de la bureaucratie fiscale Mes premiers travaux de sociologie fiscale portent sur le fonctionnement du contrôle fiscal comme bureaucratie. L approche est appelée cognitive car elle consiste à étudier la manière dont les acteurs du système décisionnel traitent les informations, construisent leur jugement, élaborent leurs connaissances. Appliquée à la France dans le cas des vérifications de comptabilité des entreprises, ces travaux montrent que la décision administrative dans le contrôle fiscal constitue un modèle original de bureaucratie (Leroy, 1993, 1994, 2002, p ). Le vérificateur fiscal est au cœur de la logique organisationnelle qui relève d un compromis entre le rendement statistique et la négociation. Il exerce un métier, au sens sociologique du terme, qui fait l objet d un contrôle des résultats et non de l action. Le vérificateur maîtrise largement le processus de contrôle fiscal sur 9 Par exemple, la procédure de visite et de saisie fait l objet d un encadrement strict qui limite les risques d atteinte arbitraire à la vie privée lors des perquisitions. 27

8 place : il intervient seul dans l entreprise 10 et dispose d une compétence d expertise qui lui donne une indépendance certaine par rapport à la hiérarchie. Le vérificateur est soumis à une course au rendement statistique, à «la fiche» : il doit rendre à sa hiérarchie un nombre précis d affaires (12 contrôles annuels) avec un montant annuel moyen de redressements significatif. Cette «loi» du rendement apparaît plus importante que les autres enjeux comme la qualité du contrôle, le nombre de contentieux, la répression pénale de la fraude, la fréquence des dossiers rendus. La mesure de l action de la bureaucratie par les statistiques met dans le même panier des situations très différentes : l erreur, la violation intentionnelle de la loi, l abus de droit, le non-respect de conditions de forme et de fond, le transfert de bénéfices ; elle additionne des fraudes importantes et/ou graves à des manquements peu conséquents ; elle se préoccupe peu du recouvrement réel des impôts redressés et des dégrèvements prononcés au contentieux. La négociation complète la logique organisationnelle de rendement du contrôle fiscal. Il s agit d éviter la multiplication des conflits et de gérer les réactions des contribuables qui pourraient remettre en cause les pouvoirs de l administration. Un vérificateur doit savoir faire accepter ses redressements et ne pas faire l objet d un contentieux systématique pour ne pas soulever le doute sur sa compétence et pour ne pas gaspiller son temps 11. Les tactiques de négociation sont diverses. Par exemple, le vérificateur majore ses redressements pour mieux négocier l accord avec l entreprise vérifiée, en abandonnant ensuite une partie des rappels ou des pénalités Le vérificateur est dans une position d échange sociologique avec la hiérarchie organisationnelle. Il se soumet à la contrainte de rendement mais voit son expertise et sa liberté d organisation de son travail reconnues. Il maîtrise les informations et les résultats qui en découlent, tandis que son supérieur privilégie son rôle d animation sur son rôle hiérarchique qui peut se manifester néanmoins par la notation et/ou l évaluation Le contentieux est lourd à instruire et un vérificateur doit aussi conserver du temps pour les opérations de contrôle, de formation, de rédaction des rapports et pour sa vie personnelle. 28

9 Ces caractéristiques empiriques conduisent à deux leçons. La première concerne la science sociale de l impôt. Le contrôle fiscal ne correspond pas aux théories classiques de la bureaucratie 12. Ainsi, le modèle classique de la bureaucratie à la française de M. Crozier (1963, 1987, p.98) s applique mal au cas du contrôle fiscal français. Ce modèle comporte quatre caractéristiques générales 13 et un trait culturel spécifiquement français : l impersonnalité des règles, la centralisation des décisions, l isolement de chaque catégorie hiérarchique et la pression du groupe sur l individu, le développement de relations de pouvoir parallèles, la peur des relations face à face. Or, la décision dans le contrôle fiscal dépend plus de la négociation entre le vérificateur et le contribuable que de la hiérarchie; les règles sont adaptées au cas rencontré ; une forme d évaluation existe par la mesure du rendement statistique ; le vérificateur opère sur place face au chef d entreprise et à son conseil et jouit d une image d expert. La seconde leçon concerne l efficacité du contrôle fiscal comme politique publique. La logique des statistiques constitue une dérive organisationnelle : a) par rapport au droit qui suppose d appliquer strictement les règles du droit fiscal sans chercher à produire à tout prix des redressements ; b) par rapport à l éthique et à la gestion managériale qui suppose de cibler l action administrative sur la lutte contre la fraude importante et d éviter les erreurs (qui sont structurellement encouragées par cette logique de rendement). Ces aspects participent aussi à l égalité devant l impôt, principe politique, juridiquement reconnu, qui est une des bases sociologiques de la légitimité du prélèvement. Néanmoins, cette organisation évite assez bien les réactions antifiscales des contribuables, notamment par la négociation avec les milieux économiques ; elle est suffisante pour justifier l action de l administration auprès des autorités en produisant des statistiques globales «satisfaisantes» pour l opinion publique. L administration On trouve quelques éléments structurels de la bureaucratie de Weber, ou de Fayol, mais sans pouvoir rendre compte des spécificités de l organisation du contrôle fiscal. En cela, c est un modèle général d organisation bureaucratique applicable aux autres pays. 29

10 conserve ainsi son autonomie et ses pouvoirs dans la décision et les méthodes de travail. B- Les méthodes de travail L organisation formelle du travail de vérification est bien entendu importante, mais la sociologie de l organisation étudie aussi la représentation organisationnelle du problème de la lutte contre la fraude. Concernant l organisation formelle du travail, le nombre d agents, leur formation, les moyens, les méthodes de programmation, le portefeuille des services (répartition des agents et compétence territoriale et matérielle), les modalités d intervention (seul ou en groupe), le poids du contrôle sur pièces, etc., sont des facteurs structurants. Ces éléments formels varient d un pays à l autre, mais dépendent désormais partout de la capacité informatique. Les Technologies de l Information et de la Communication permettent de stocker et de traiter des données nombreuses sur le contribuable pour sélectionner les contrôles à réaliser. L efficacité du contrôle fiscal pousse à établir des connexions informatiques avec les fichiers bancaires, les données de la sécurité sociale, avec la carte d identité et le passeport (recoupement des déplacements), etc. Le Big Brother orwellien n est plus une fiction, si l on suit les progrès des nanotechnologies qui rendent concevable la fabrication de puces électroniques à implanter sur chaque citoyen au nom de la sécurité publique pour suivre ses faits et gestes 14 La représentation organisationnelle du problème de la fraude est essentielle, sachant que les facteurs de temps et de rendement tendent à déformer le déroulement objectif de la vérification. Il s agit alors, selon cette représentation organisationnelle, de privilégier les informations qui conduisent à des redressements en appliquant des méthodes de construction de la fraude selon les modèles suivants : 14 Dans certains pays, comme la Russie, les comptes bancaires sont systématiquement examinés, ce qui ne serait pas admis dans nos pays et conduit d ailleurs paradoxalement à renforcer le poids des transactions en espèces. Le risque est à terme de créer un ordre répressif qui fiche tous ses citoyens, premier pas vers une société totalitaire. D où l importance des garde-fous juridiques, éthiques et politiques pour écarter ce risque. 30

11 - Le modèle mathématique concerne la fraude sur recettes, à savoir plutôt les petites entreprises dont le chiffre d affaires est reconstitué par le vérificateur à partir des dépouillements des achats revendus et d un calcul de la marge réalisée. - Le modèle juridique ne renvoie pas au principe de légalité, mais restrictivement à une violation indiscutable de la loi : non respect d une formalité de délai ou de déclaration, exclusions précises de la déduction de la TVA - Le modèle gestionnaire consiste à apprécier les conséquences de la gestion de l entreprise : l administration ne peut s immiscer dans la gestion de l entreprise qui est libre de ses décisions, mais elle peut en critiquer les conséquences (frais non conformes à l intérêt de l entreprise, acte anormal de gestion). - Le modèle mixte utilise des données de plusieurs modèles, de la gestion et du droit par exemple : par exemple, la déduction d une provision pour clients douteux suppose que la perte soit probable (aspect juridique) et que les diligences de poursuite du client défaillant soient épuisées (aspect gestionnaire). Ces différents modèles de contrôle fiscal, qui construisent la réalité organisationnelle de la fraude, structurent la négociation. Le modèle mathématique tire sa force de son caractère quasiment scientifique lié à l objectivité des chiffres ; en réalité, la saisie des données est délicate et la quantification de certaines informations aléatoire (exemple des «offerts» dans un bar). Le modèle juridique, mission évidente du contrôle fiscal, a la force du droit, mais est parfois discuté par rapport à la légitimité des dispositions juridiques en cause. Le modèle gestionnaire a une force moins évidente car il relève de la sphère de compétence de l entreprise, et non plus seulement de l expertise fiscale du vérificateur ; sa légitimité est fragile dans un contexte de valorisation économique et sociale de l emploi. Une évolution est à souligner. Le nouveau système des normes comptables internationales IFRS renforce le modèle gestionnaire, en particulier avec l évolution des notions de fidélité des comptes et de valorisation de l actif. Il implique à terme une transformation de l équilibre entre les différents modèles au profit de la logique de négociation «gestionnaire», et donc un recul du modèle juridique 31

12 classique, comme contrôle de la conformité. On peut établir sur ce point un parallèle entre cette réforme, propre aux entreprises, et la généralisation du référentiel de performance dans les pays de l OCDE, avec en France la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) qui s applique aux missions de l administration fiscale. C- L impact du nouveau référentiel de la performance Le référentiel de la performance s étend à tous les pays (Leroy, 2007). En France, l administration fiscale est désormais soumise au budget de performance dans le cadre de programmes qui sont évalués sur des indicateurs (LOLF 2001). L action du ministère de l économie et des finances s inscrit désormais dans 9 missions, dont 3 interministérielles, déclinées en 21 programmes. La Direction générale des impôts est impliquée dans 2 missions ministérielles : «la gestion et le contrôle des finances publiques» ; «les remboursements et dégrèvements» (Projet de loi de Finances 2006). Chaque mission comprend 2 programmes pour 23 objectifs. Chaque objectif est assorti d indicateurs pour l évaluation 15. Ici seuls les 2 objectifs de «civisme fiscal» et de «lutte contre la grande fraude» intéressent le contrôle fiscal. Pour ces objectifs, selon le Projet de loi de finances 2007, les indicateurs sont repris dans le tableau qui suit. Objectif Nature de l indicateur (Projet de loi de finances 2007) Civisme - % d entreprises payant dans le délai légal fiscal - % des particuliers respectant les obligations à l impôt sur (PR 156) le revenu Lutte contre la fraude (PR 156) - taux de recouvrement des impôts sur rôle - % des contrôles réprimant les fraudes les plus graves - taux de recouvrement des droits et pénalités du contrôle fiscal (en n+2) - taux de recouvrement contentieux des amendes et condamnations 15 Pour une discussion, cf. Leroy, 2007 (dir.) L administration fiscale, à paraître. 32

13 L objectif civisme fiscal est libellé sous la forme «Favoriser l accomplissement volontaire des obligations fiscales (civisme fiscal)». Ce libellé, et les indicateurs associés, sont décevants. Le premier indicateur mesure le respect du délai légal de paiement par les entreprises, ce qui constitue un élément de base de toute stratégie d optimisation fiscale, d autant que le respect des échéanciers de délais de paiement pour les entreprises en difficulté sont probablement à comprendre dans la notion de délai légal. Le deuxième indicateur est relatif au respect des obligations à l impôt sur le revenu. On peut penser que là aussi il s agit d une mesure formaliste qui ignore le contrôle au fond du contenu des déclarations : ainsi, la fraude intentionnelle, certes difficile à mesurer, n est pas de l incivisme. Le troisième indicateur, le taux de recouvrement des impôts sur rôle, n a rien de révolutionnaire non plus : l administration fiscale affiche d ailleurs des indicateurs supérieurs à 95 %. Il serait intéressant de mesurer et d expliquer les différences régionales qui persistent pour établir une géographie de la fraude et tester l impact des variables économiques (chômage par exemple), sociales, religieuses L objectif de lutte contre la fraude est libellé sous la forme «renforcer la lutte contre la fraude fiscale et le recouvrement offensif des impôts et des amendes» : cet objectif est important pour justifier l efficacité du contrôle fiscal, la crédibilité du régime déclaratif, l égalité devant l impôt, la légitimité de l Etat fiscal. Les indicateurs de taux de recouvrement sont ici pertinents et aideront peut-être à remettre en cause la logique du rendement statistique rappelée dans cette contribution. L indicateur du % des contrôles réprimant les fraudes les plus graves est également justifié dans son principe ; il mesure le nombre de contrôles aboutissant à des sanctions de mauvaise foi et/ou donnant lieu à des propositions de poursuite pénale. C est un progrès, même si cet indicateur reste trop général pour éviter une construction bureaucratique d un amalgame statistique Il conviendrait de proposer des indicateurs sur le contentieux : contribuables concernés, classes et formes de fraude, résultats. La gravité de la fraude dépend aussi du montant et de la nature des procédés de fraude. Il serait intéressant de connaître le pourcentage de fraudes internationales, le pourcentage de trafics (drogue, prostitution, terrorisme ), les redressements acceptés et contestés, etc. Il est important aussi d évaluer ce que l on ne trouve 33

14 Par rapport à l ensemble des objectifs mis en avant par l administration fiscale française, on constate que des progrès restent à faire pour mettre en œuvre une conception globale de la politique fiscale, notamment dans sa relation à la légitimité politique de l impôt. III- LA SOCIOLOGIE POLITIQUE DU CONTROLE FISCAL Par rapport au pouvoir, la sociologie de l impôt s ancre sur les moments décisifs de l évolution de l Etat fiscal. Historiquement, en Europe occidentale les facteurs financiers sont constitutifs du mouvement de transformation de la féodalité vers l Etat moderne, qui se construit sous des formes variées du XIII au XVIII siècle (Ardant, 1965, p.7 ; Schumpeter, 1984, p.249). L Etat dépensier, poussé notamment par les besoins de financement de la guerre, entraîne la naissance de l Etat fiscal moderne. La dépense était prioritaire devant la recette tirée à l origine du domaine royal, puis d une fiscalité qui deviendra permanente. Dans le contexte historique de la construction de l Etat moderne, l impôt reflète la tension entre les idées d une contribution légitime à l Etat et d une obligation au souverain 17. A - Le civisme fiscal Concernant le civisme, au sens de la sociologie fiscale (Leroy, 2002), l intérêt économique (utilitariste) d éviter l impôt ne joue pas uniquement : dans le raisonnement concret face à l impôt, des valeurs interviennent (Leroy, 2003). Les normes sociales jouent, surtout quand le contribuable s identifie au groupe qui porte ses normes (Wenzel, 2004). Les données des enquêtes mondiales sur les valeurs, comme les expérience en laboratoire vont dans ce sens (Torgler, 2004) : la moralité fiscale 18 varie d un pays à l autre 19 (Alm, Torgler, 2006). Des pas (nombre d entreprises non identifiées, bulletins orphelins ), en rapportant les résultats du contrôle fiscal à la mesure (certes difficile) de l économie souterraine. Finalement, le mieux serait de proposer une analyse complète des résultats du contrôle fiscal. En France, la monarchie ne parvient pas à légitimer l impôt qui devient une contrainte lourde et injuste. La Révolution française a ainsi une cause fiscale. A l inverse, l Angleterre réussit mieux la légitimation de l impôt en formalisant les pouvoirs de consentement fiscal du parlement (Magna Carta au Moyen Age et Bill of Rights du XVIII siècle). Terme moins connoté que celui de «mentalité fiscale» de Schmölders (1973) 34

15 études particulières montrent que la croyance en une religion 20, la fierté (par rapport à son pays) et la confiance dans le gouvernement, influencent positivement le civisme fiscal (Torgler, 2003). Il apparaît aussi que les citoyens sont capables d altruisme. Contrairement à la conception utilitariste des valeurs, il est établi par des données empiriques que beaucoup de personnes sont prêtes à payer des impôts supplémentaires pour des programmes qui leur paraissent importants (et non pas égoïstement utiles : Mueller, 1963, p.224, Beedle, Taylor-Gooby, 1983, p.29, Welch, 1985, p.316). Certains citoyens sont favorables à une taxe sur l essence pour des raisons éthiques (Brodsky, Thompson, 1993), alors qu ils utilisent souvent leur véhicule. Sans nier que l intérêt peut jouer, les usagers des services publics, tout en étant plus opposés que les contribuables à la taxation des services, sont néanmoins prêts à une tarification de certains services qu ils utilisent (Winter, Mouritzen, 2001, p.126). Un consensus existe pour admettre la nécessité d un financement par l impôt des services de base pour les plus défavorisés. Cet altruisme envers les groupes défavorisés joue dans le cas des dépenses de protection sociale. Le montant du revenu semble produire un effet limité sur la demande de dépenses (Schokkaert, 1987, p.179), et ne joue pas du tout dans le cas de dépenses spécifiques ciblant bien les bénéficiaires (Jacoby, 2000, p.761). La sociologie financière montre aussi, à l opposé de la théorie de l illusion fiscale 21, que l individu ne revendique pas toujours plus Les Etats-Unis sont en tête de la moralité fiscale (taux de morale fiscale de 70 %), la Belgique en fin de classement (< 40 %), la France se plaçant moyennement (50 %). Pour l influence de la religion sur l impôt, cf. aussi l étude de Bin, La théorie de l illusion fiscale (Buchanan, Tullock, 1962) soutient que les électeurs sous-estiment le niveau de taxation et sont plus demandeurs de services publics. Cette théorie se prévaut de certaines enquêtes (Lewis, 1982, p.49 ; Winter, Mouritzen, 2001, p.120), ou de l argument de Downs (1960) qui veut que l impôt fait l objet d une aversion en démocratie car on voit l argent sortir de sa poche, alors que les services publics reçus sont moins visibles. Cependant, d autres enquêtes réfutent cette théorie : la solution qui rend compte des données empiriques apparemment contradictoires consiste à reconstituer le raisonnement concret du contribuable selon une approche par la rationalité cognitive (Leroy, 2003). 35

16 de dépenses et moins d impôt, et que ses attentes ne sont pas illogiques. Le citoyen considère que sa demande de services publics peut se financer par divers moyens : l impôt certes, mais aussi l emprunt, la réduction des gaspillages, la réaffectation des crédits, les subventions d autres collectivités, la tarification des services La démocratie financière, définie comme la participation des gens aux choix de finances publiques, a des effets positifs sur le civisme fiscal. Des travaux empiriques récents (Torgler, 2004, p.34) montrent, à partir d expériences, que le fait de pouvoir choisir le niveau de dissuasion (nombre de contrôles et niveau de pénalités) améliore le respect des obligations fiscales (compliance). Cette étude confirme d autres expériences (Alm, McClelland, Schulze, 1999 ; Feld, Tyran, 2002) sur la relation entre le pouvoir de décider et le civisme fiscal. L impôt met en jeu la légitimité des institutions publiques (Leroy, 2002), la relation aux institutions expliquant alors, selon des expériences menées à partir des enquêtes mondiales sur les valeurs des gens, les différences de civisme fiscal (Cummings, Martinez-Vasquez, McKee, Torgler, 2004). La démocratie directe apparaît aussi plus positive pour l obligation fiscale (Pommerehne, Weck-Hannemann, 1996). B- La légitimité du système fiscal Parmi les différentes figures sociologiques de l impôt, c est-àdire les représentations pertinentes pour un individu, un groupe social ou une société, l impôt-contribution est à encourager pour des raisons morales et politiques évidentes. L impôt-contribution vise la forme politique du consentement à l impôt au sens où le contribuable juge légitime de financer les institutions publiques et/ou les politiques publiques (même celles qui ne lui profitent pas personnellement). L impôt-obligation, cher aux juristes, ne suffit pas. L impôt-contrainte et l impôt-tribut (situations où le fardeau fiscal est considéré comme insupportable) sont à proscrire bien sûr car ils incitent à l évasion, la fraude ou la révolte. 36

17 La relation entre l impôt et la dépense caractérisant le type d Etat fiscal est fondamentale pour la légitimité politique des prélèvements obligatoires. L Etat gaspilleur ou corrompu prélève trop d impôt par rapport au niveau et à la justification des interventions publiques. La Russie constitue un bon exemple : selon une étude empirique (Alm, Martinez-Vazquez, Torgler, 2005) utilisant des données de l enquête mondiale sur les valeurs (il existe une question sur la moralité fiscale), le manque de confiance des citoyens dans l Etat, considéré comme corrompu et incapable de lutter contre la fraude fiscale et les pratiques maffieuses, explique la baisse de la moralité fiscale entre 1991 et Par la suite, selon des données de 1999, la moralité fiscale remonte un peu avec le renouveau de la confiance dans l Etat. L étude montre aussi que la moralité fiscale varie d une Région (Oblast) à l autre en fonction du degré de confiance dans l Etat fédéral. L Etat en crise financière ne parvient pas à légitimer de nouveaux prélèvements pour financer les dépenses publiques. L Etat libéral, au sens de la limitation des recettes et des interventions, est une configuration dépassée historiquement, même si l idéologie néolibérale critique les interventions de l Etat et le poids des impôts. L Etat légitime est donc résolument interventionniste car les citoyens sont en général demandeurs de services publics, notamment dans le domaine de la santé et de l éducation (Lewis et Jackson, 1985 ; Kemp, 2002). Pour financer les interventions, il faut donc légitimer les prélèvements fiscaux en rendant les choix transparents. De ce point de vue, la dépense budgétaire est préférable à la dépense fiscale qui limite les recettes et crée des opportunités de montage et d arbitraire administratif. Les fonctions de la politique fiscale doivent être clairement définies et débattues. 37

18 Les fonctions sociologiques de l impôt FONTION FINANCIERE TRADITIONNELLE FONCTION REGULATION ECONOMIQUE FONCTION SOCIALE FONCTION TERRITORIALE FONCTION POLITIQUE - Recettes fiscales pour financer les dépenses - Action économique par l impôt : secteurs prioritaires, exportations, recherche industrielle - Redistribution par l impôt progressif vers les plus pauvres - Catégorisation fiscale de la société : fiscalité de la famille, de certaines catégories, de certains produits (tabacs, alcools, jeux...), de certains secteurs socialement valorisés (culture ) - Territoire de compétence juridique en droit fiscal - Inégalités fiscales sur le territoire national - Fiscalité de l aménagement et du développement du territoire : en faveur des territoires fragiles (rural, quartiers urbains) ; en faveur du renforcement des zones de compétitivité - Impôt-obligation à l autorité publique - Impôt-contribution du citoyen au financement des politiques publiques d intérêt général - Légitimité politique - Démocratie fiscale : consentement à l impôt La réflexion sur les fonctions de la politique fiscale est nécessaire aussi pour éviter une instrumentalisation politique de l impôt et du contrôle fiscal à des fins injustes. 38

19 C- La politisation du contrôle fiscal Je voudrais ici poser quelques questions, sans prétendre les résoudre totalement. La politisation du contrôle fiscal entraîne parfois des dérives évidentes. Le contrôle fiscal est alors instrumenté dans les mains du pouvoir politique. L exemple type est donné par la Russie avec le contrôle du groupe pétrolier Ioukos, dont le dirigeant Khodorkovski est en prison, du groupe TNK-BP 22 (3 ème producteur de pétrole en Russie), des contrôles fiscaux des ONG qui dérangent 23. Dans d autres cas, la politisation du contrôle fiscal prend la forme plus discrète des interventions politiques en faveur des amis du pouvoir pour éviter le contrôle fiscal ou en réduire la portée. Mais la politisation du contrôle fiscal est aussi à penser dans son rapport à la légitimité de l Etat, à la justice du système fiscal et au contenu du droit fiscal. Doit-on payer l impôt si l Etat est corrompu? Quel est le sens du contrôle fiscal si le système fiscal est injuste? Doit-on contrôler les contribuables petits ou moyens quand les riches échappent largement à la taxation? Au Brésil, le développement économique est attesté par les indicateurs, mais les inégalités sociales restent fortes. Malgré sa richesse, ce pays émergent se situe parmi les pays les moins bien classés selon l indice de développement humain. Le système fiscal n est pas assez redistributif et le secteur informel reste important. Quel est le sens éthique du contrôle fiscal dans une société qui maintient les privilèges fiscaux? En conclusion, il convient de poser deux observations générales. La première est de nature empirique et éthique et s énonce comme suit : seule la démocratie fiscale exercée par des citoyens éduqués est à même de fonder une légitimité fiscale. La seconde se rapporte au programme scientifique de la sociologie fiscale dont les résultats et les modèles sont à prolonger et à tester sur le terrain des pays en voie de développement, notamment par rapport à la fiscalisation du secteur informel, la légitimité de l Etat et l impact des valeurs religieuses Le Monde du 14 novembre 2006, p. 6. Une loi relative aux organisations non gouvernementales a été promulguée en 2006 pour contrôler leurs activités. 39

20 Bibliographie ALM (J.), Mc CLELLAND (G.H.), SCHULZE (W.D.), «Changing the Social Norm of Tax compliance by Voting», International Review of Social Sciences, vol. 52, n 2, 1999, p ALM (J.), MARTINEZ-VAZQUEZ (J.), TORGLER (A.), «Russian Attitudes toward Paying Taxes Before, During, and After the Transition», International Studies Program, Working Paper 05 18, septembe 2005 (Giorgia State University); ALM (J.), TORGLER (B.), «Culture Differences and Taxes Morale in the United States and in Europe», Journal of Economic Psychology, vol. 27, n 2, 2006, p ARDANT (G.), Théorie sociologique de l impôt, Paris, SEVPEN, BACCOUCHE (N.), «Incitations aux investissements et concurrence entre Etats», Revue Tunisienne de Fiscalité, n 5, 2006, p BACKHAUS (J.), «Fiscal Sociology : What for?», The American Journal of Economics and Sociology, vol. 61, n 1, January 2002, p BAYLAC (C.), Le formalisme du droit fiscal, Paris, L Harmattan, coll. «Finances Publiques», BECKER (H.S.), Outsiders, Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, BEEDLE (P.), TAYLOR-GOOBY (P.), «Ambivalence and Altruism : Public Opinion about Taxation and Welfare», Policy and Politics, vol. 11, n 1, 1983, p BIN (F.), L influence de la pensée chrétienne sur les systèmes fiscaux d Europe occidentale, Paris, L Harmattan, coll. «Finances Publiques», BLOUNT (S.), «Public Opinion and Tax Aversion in Australia», Journal of Sociology, vol. 36, n 3, BRODSKY (D.M.), THOMPSON (E.), «Ethos, Public Choice, and Referending Voting», Social Science Quarterly, vol. 74, n 2, 1993, p

21 BUCHANAN (J.M.), TULLOCK (G.A.), The Calculus of Consent, Logical Foundations of Constitutional Democracy, University of Michigan Press, Ann Arbor, CAMPBELL (J.L.), «The State and Fiscal Sociology», Annual Review of Sociology, 1993, n 19, p CUMING (R.G.), MARTINEZ-VASQUEZ (J.), MCKEE (M.), TORGLER (B.), «Effects of Culture on tax Compliance : A Cross Check of Environmental and Survey Evidence», Georgia State University, CREMA, Working Paper, August DOWNS (A.), «Why the Government Budget is too small in a Democracy», World Politics, n 12, 1960, p DUBERGE (J.), La psychologie sociale de l impôt dans la France d aujourd hui, Paris, P.U.F., FELD (L.P.), TYRAN (J-R,) «Tax Evasion and Voting : An Experimental Analysis», International Review of Social Sciences, vol. 55, n 2, 2002, p GOLDSCHEID (R.), «A Sociological Approach to Problems of Public Finance», in Musgrave, Peacock, 1967, p JACOBY (W.G.), «Issue Framing and Public Opinion on Government Spending», American Journal of Political Science, vol. 44, n 4, 2000, p KEMP (S.), Public Goods and Private Wants, Cheltenham, Edward Elgar, LAMBERT (T.), «Les pouvoirs de l administration et les garanties du contribuable dans le contrôle fiscal français», in Leroy, 2003c, p LEROY (M.), Le contrôle fiscal, Une approche cognitive de la décision administrative, Paris, L Harmattan, «L organisation du contrôle fiscal : une forme originale de bureaucratie», Revue française de science politique, vol. 44, n 5, octobre 1994, p La sociologie de l impôt, Paris, P.U.F., Coll. «Que sais-je?», «Pourquoi la sociologie de l impôt ne s institue pas en France», L Année sociologique, 2003a, p «Sociologie du contribuable et évitement de l impôt», Archives européennes de 41

22 sociologie, 2003b, p Fiscalité et évitement de l impôt, Une comparaison franco-russe, (dir.), L Harmattan, Coll. «Finances Publiques», 2003c. LEWIS (A.), The Psychology of Taxation, Oxford, Martin Robertson, LEWIS (A.), JACKSON (D.), «Voting Preferences and Attitude to Public Expenditure», Political Studies, vol. 33, 1985, p MANN (F.K.), «The Sociology of Taxation», The Review of Politics, vol. 5, 1943, p MUELLER (E.), «Public Attitudes toward Fiscal Programms», The Quarterly Journal of Economics, 1963, vol. 77, p MUSGRAVE (R.A.), PEACOCK (A.T.), Classics in The Theory of Public Finance, London, Macmillan, New York, St Martin s Press, POMMERREHNE (W.W.), WECK-HANNEMANN (H.), «Tax Rates, Tax Administration and Income tax Evasion in Switzerland», Public Choice, vol. 88, 1996, p RAYNAUD (P.L.), «La psychologie du contribuable devant l impôt», Revue de science et de législation financières, 1947 (1 ère partie) et 1948 (2 ème partie). SCHMÖLDERS (G.), Psychologie des finances et de l impôt, Paris, P.U.F., SCHOKKAERT (E.), «Preferences and Demands for Local Public Spending», Journal of Public Economics, vol. 34, n 2, 1987, p SCHUMPETER (J.), «La crise de l Etat fiscal», in Impérialisme et classes sociales, Paris, Flammarion, 1984, p TORGLER (B.), «To Evade Taxes or not to Evade : That Is the Question», Journal of Socio-Economics, vol. 32, 2003, p «Cross-Culture Comparison of Tax Morale and Tax Compliance : Evidence from Costa Rica and Switzerland», International Journal of Comparative Sociology, vol. 45, 2004, p

23 WELCH (S.), «The More for Less Paradox : Public Attitudes on Taxing and Spending», Public Opinion Quarterly, vol. 49, 1985, p WENZEL (M.), «An Analysis of Norm Process in Tax», Journal of Economic Psychology, vol. 25, n 2, 2004, p WINTER (S.), MOURITZEN (P.E.), «Why People Want Something for Nothing : The Role of Asymmetrical Illusions», European Journal of Political Research, vol. 39, n 1, 2001, p Janvier

POL-7057A Principes et processus budgétaires

POL-7057A Principes et processus budgétaires DÉPARTEMENT DE SCIENCE POLITIQUE AUTOMNE 2010 UNIVERSITÉ LAVAL Professeur : Jean-Dominique Lafay Bureau : 4415 POL-7057A Principes et processus budgétaires Le cours comprend deux parties séparées. La première

Plus en détail

LA «MODERNISATION» DE LA BUREAUCRATIE FISCALE

LA «MODERNISATION» DE LA BUREAUCRATIE FISCALE LA «MODERNISATION» DE LA BUREAUCRATIE FISCALE THE «MODERNIZATION» OF THE TAX BUREAUCRACY Marc Leroy * Résumé : A partir du cas de la France, la «modernisation» de l administration fiscale est traitée comme

Plus en détail

INFORMATION DE LA DGI

INFORMATION DE LA DGI INFORMATION DE LA DGI I- NATURE DES CONTROLES EFFECTUES PAR L ADMINISTRATION FISCALE IVOIRIENNE L administration fiscale ivoirienne met en œuvre trois types de contrôles : - Le contrôle sur pièces : qui

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2):

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): Outils d action Designing a tax system for micro and small businesses: Guide for practitioners, IFC, décembre 2007. Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): conseils pour l

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC Le contentieux est la manifestation d approches opposant les intérêts de parties différentes

Plus en détail

Définition de l audit interne

Définition de l audit interne CHAPITRE 1 Définition de l audit interne Les collectivités territoriales sont régies par l article 72 de la Constitution française qui dispose que «Les collectivités territoriales de la République sont

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

LA POLITIQUE DE CONTROLE FISCAL AU MAROC

LA POLITIQUE DE CONTROLE FISCAL AU MAROC LA POLITIQUE DE CONTROLE FISCAL AU MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la Faculté de Rabat-Agdal L adoption récente par le Maroc du livre des procédures fiscales en 2005, qui regroupe en un document unique

Plus en détail

Maître de conférences à l Université de Cergy-Pontoise - HDR

Maître de conférences à l Université de Cergy-Pontoise - HDR LOPEZ Christian Maître de conférences à l Université de Cergy-Pontoise - HDR : 06 07 02 57 73 Mail :christian-lopez@club-internet.fr Formation - 2000 : Habilitation à diriger des recherches - 1996 : Docteur

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Mémento de Droit fiscal général

Mémento de Droit fiscal général Jean-Philippe Baur Mémento de Droit fiscal général Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification

Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification Prenez note que cette liste ne s applique qu aux organismes de bienfaisance enregistrés qui sont constitués en personne morale ou qui sont établis

Plus en détail

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public RÉGLEMENTATION PROFESSIONNELLE Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public La responsabilité primordiale du Barreau en tant qu organe de réglementation de la profession juridique

Plus en détail

FACE A L ADMINISTRATION FISCALE

FACE A L ADMINISTRATION FISCALE FACE A L ADMINISTRATION FISCALE François BLANQUART 1 L EGALITE DEVANT L IMPOT MYTHE OU REALITE Le meilleur impôt serait-il celui qui est payé par les autres? Dans un système déclaratif, gérer le face à

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique

Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique Rédigé par la Commission anticorruption d ICC A. Introduction 1. La corruption et la fraude économique n ont pas diminué La fraude demeure

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Préambule. Sur votre demande, ce document peut également vous être adressé.

Préambule. Sur votre demande, ce document peut également vous être adressé. Janvier 2015 1 Préambule Entreprise exerçant une activité concurrentielle et marchande, vous êtes concernée par la Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (C3S) et par la Contribution Additionnelle,

Plus en détail

Fiscalité et secteur informel Le cas des pays africains

Fiscalité et secteur informel Le cas des pays africains Fiscalité et secteur informel Le cas des pays africains OECD/AfDB Expert Meeting - Paris, 14 December 2009 Public Resource Mobilisation & Aid in Africa Gérard Chambas CERDI email G.Chambas@u-clermont1.fr

Plus en détail

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION CENTRE NATIONAL DE LA DANSE > Département des métiers > LE CONTRAT DE COPRODUCTION Centre national de la danse Département des métiers 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin cedex Le contrat de coproduction, l

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

Séance du 27 septembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 3/2012).

Séance du 27 septembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 3/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

La réforme de l administration fiscale au Cameroun

La réforme de l administration fiscale au Cameroun Conférence sur la mobilisation des recettes fiscales dans les pays en développement Washington, 17-19 avril 2011 La réforme de l administration fiscale au Cameroun Alfred Bagueka ASSOBO Introduction (02)

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Activités quasi-budgétaires

Activités quasi-budgétaires Manuel sur la transparence des finances publiques Au-delà du budget principal 3. Activités quasi-budgétaires www.openbudgetindex.org Introduction Depuis plus de dix ans, dans le monde entier, les organisations

Plus en détail

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 1 Impacts des suppression de personnel sur les contrôles fiscaux - La suppression de postes a des conséquences sur les contrôles fiscaux effectués.

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement TABLE DES MATIÈRES 741 PAGES Préface........................................................... 5 Remerciements.................................................... 13 Liste des principales abréviations

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-40 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-40 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-40 Règlement adoptant un code d éthique et de déontologie pour les employés municipaux conformément aux exigences de la Loi sur l

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme JUIN 2014 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce mini-guide

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb 1 RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX Florence Ivanier et Michael Taïeb Par Avocat Associé Avocat Associé Sommaire: lorsqu une société fait l objet d une

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

LES UTILISATIONS ABUSIVES D IMMATRICULATIONS ETRANGERES

LES UTILISATIONS ABUSIVES D IMMATRICULATIONS ETRANGERES LES UTILISATIONS ABUSIVES D IMMATRICULATIONS ETRANGERES La prolifération récente des véhicules supportant des immatriculations étrangères de présentation douteuse amène à rappeler les règles juridiques

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES L assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales AUDIT COMMITTEE NEWS Numéro 50 / T3 2015 La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales Gestion des

Plus en détail

N 2812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2812 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à créer un corps d État

Plus en détail

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral)

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral) 1 ère 2 ème 3 ème 4 ème Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Département : Sciences de Gestion Programme des études Enseignements Volume horaire par semaine

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine

Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine 14 mars 2014 La loi sur la transmission de la formation suisse à l étranger révisée a été adoptée. Une formation sur le modèle suisse représente, de

Plus en détail

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie 2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie L administration publique assure en Tunisie, depuis l accession à l indépendance

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Association des Etudiants Guinéens du Nord pas de Calais (ASS.E.GUI - NPDC)

Association des Etudiants Guinéens du Nord pas de Calais (ASS.E.GUI - NPDC) RÉPUBLIQUE FRANCAISE Solidarité Fraternité - Egalité Association des Etudiants Guinéens du Nord pas de Calais (ASS.E.GUI - NPDC) Tel : 06 60 56 47 45 E-mail : asseguilille@gmail.com Lille, le 28 Avril

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010. Société PLOMBINOISE DE CASINO

Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010. Société PLOMBINOISE DE CASINO Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010 Société PLOMBINOISE DE CASINO Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC)

Plus en détail

ICBE policy BRIEF. Solutions pratiques au problème. au Cameroun

ICBE policy BRIEF. Solutions pratiques au problème. au Cameroun Solutions pratiques au problème de financement des PME au Cameroun ICBE policy BRIEF Par Christian Lambert Nguena (Centre d Études et de Recherche en Économie et Gestion (CEREG) Cameroun) Christian Lambert

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA. Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana. AVIS CONSULTATIF N 27/09/MFB/CFRA du 25/08/09. o o o o o

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA. Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana. AVIS CONSULTATIF N 27/09/MFB/CFRA du 25/08/09. o o o o o REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------------------------- COMMISSION FISCALE DE RECOURS ADMINISTRATIF --------------------- (C.F.R.A.)

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca UNIVERSITÉ LAVAL Département d économique Professeur: Benoît Carmichæl Automne 2014 Bureau: J.-A.-DeSève 2260 Adresse courriel: benoit.carmichael@ecn.ulaval.ca Assistant: Jean Armand Gnagne Adresse couriel:

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Boite postale 49090, Edmonton, Alberta, Canada T6E 5X0 Tel: (780) 439-1394 Sans frais : 1-877-818-0393 Fax: (780) 439-4091 www.nfa.

Boite postale 49090, Edmonton, Alberta, Canada T6E 5X0 Tel: (780) 439-1394 Sans frais : 1-877-818-0393 Fax: (780) 439-4091 www.nfa. L Association Canadienne des Propriétaires d Armes à Feu Boite postale 49090, Edmonton, Alberta, Canada T6E 5X0 Tel: (780) 439-1394 Sans frais : 1-877-818-0393 Fax: (780) 439-4091 www.nfa.ca Présentation

Plus en détail

Association des comptables généraux accrédités du Canada

Association des comptables généraux accrédités du Canada Association des comptables généraux accrédités du Canada Exposé présenté devant le Comité permanent de l industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie de la Chambre des communes

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Propension moyenne et marginale

Propension moyenne et marginale Propension moyenne et marginale Les ménages utilisent leur revenu soit pour consommer (tout de suite), soit pour épargner (et consommer plus tard). On appelle propension moyenne à consommer (PMC) la part

Plus en détail

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique I Compétences terminales de cours philosophiques Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Sentir, ressentir

Plus en détail

XV EMES ASSISES DE LA FIDEF - 24 & 25 NOVEMBRE 2014 HOTEL LAMENTIN BEACH - SALY - SÉNÉGAL

XV EMES ASSISES DE LA FIDEF - 24 & 25 NOVEMBRE 2014 HOTEL LAMENTIN BEACH - SALY - SÉNÉGAL XV EMES ASSISES DE LA FIDEF - 24 & 25 NOVEMBRE 2014 HOTEL LAMENTIN BEACH - SALY - SÉNÉGAL RAPPORT ATELIER 3 : «INFORMATIONS FINANCIERES ET COMPTABLES, ACCOMPAGNEMENT ET SERVICES AUX TPE PAR LES PROFESSIONNELS»

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-079

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-079 PARIS, le 25/05/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-079 OBJET : Diffusion des dispositions du décret n 2007-546 du 11 avril 2007 (JO

Plus en détail

COMMENT GÉRER UN CONTRÔLE FISCAL?

COMMENT GÉRER UN CONTRÔLE FISCAL? COMMENT GÉRER UN CONTRÔLE FISCAL? 2 juillet 2014 CCI ANGERS Intervenants : GESCO : Philippe BRIDOUX LEXCAP : David HUMEAU I - LE DEROULEMENT DU CONTRÔLE FISCAL 2 La «programmation» du contrôle 3 Comment

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Au nom du peuple, Nous, Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne, L Assemblée Nationale

Plus en détail

Children of the world France et de ses sections

Children of the world France et de ses sections Règlement intérieur de l association Children of the world France et de ses sections Ce règlement intérieur complète et précise les statuts de l association Children of the world France. Il s applique

Plus en détail

13 euros, c est le prix du paquet de cigarettes «socialement responsable»!

13 euros, c est le prix du paquet de cigarettes «socialement responsable»! Paris, le 19 mars 2015 13 euros, c est le prix du paquet de cigarettes «socialement responsable»! Par Julien Gooris et Olivier Sautel, Economistes, Microeconomix Dans le contexte actuel de lutte contre

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave Au Manitoba, le revenu est réparti plus également que dans bien d autres provinces, particulièrement quant au revenu du marché (revenu tiré du

Plus en détail