Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible"

Transcription

1 Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible Pour isoler l activité nationale des effets de la concurrence étrangère, l Etat va mettre en œuvre des politiques commerciales (instauration de droits de douane, de contingents, de subventions, de normes, etc). L impact de telles mesures sur le bien-être du pays protégé dépend de sa taille et du degré de protection. Bien qu a priori, le libre-échange apparaisse comme le système optimal, le protectionnisme est largement utilisé, surtout dans les périodes de crise et de mutation. Depuis le 1 er choc pétrolier (1973), les efforts en faveur du libéralisme (GATT puis OMC) se heurtent à un maintien des politiques commerciales nationales. Mais à la solution du repli national, la voie de l intégration régionale (zones de libre-échange ou union douanières) est préférée pour se protéger dans une certaine mesure de la concurrence des pays tiers. On classe les instruments protectionnistes en deux grandes catégories : les droits de douane et les nouveaux instruments protectionnistes (ou instruments non tarifaires). Cette dernière catégorie regroupe tous les instruments en principe interdits par les accords internationaux mais tolérés sinon acceptés dans les faits. Depuis sa création, l un des objectifs prioritaires de l OMC a été de marginaliser le rôle des instruments non tarifaires en interdisant leur utilisation dans de nouveaux accords et en demandant aux Etats membres la transformation de ceux déjà existant en leur équivalent tarifaire. A - L analyse économique de la protection Les pouvoirs publics peuvent limiter les importations de produits étrangers selon plusieurs modalités (droits de douane, contingentements, normes, licences, marchés publics réservés à des soumissionnaires nationaux, etc). Même si le droit de douane est moins utilisé aujourd hui, son analyse permet de saisir les effets complexes de la protection sur l activité nationale et étrangère. Tout d'abord, décrivons les droits de douane. C'est l'outil protectionniste traditionnel et le mieux contrôlé par les instances internationales. Les modalités d'application d'un droit de douane sont nombreuses et dépendent de l'objectif recherché par le législateur. Le droit de douane ad valorem est le prélèvement, lors du passage à la frontière d'une marchandise, d'un taux fixe en % sur la valeur C.A.F. (coûtassurance-fret) du montant importé. Soit t j le taux ad valorem du droit sur le produit j et P j m, 1

2 son prix mondial unitaire C.A.F., le prix intérieur du bien importé j, noté P j d est alors égal à P j d = P j m. (1+t j ). Cette forme de droit de douane est très répandue dans le monde en dépit des négociations internationales qui ont contribué depuis plus de cinquante ans à une forte réduction des taux. La particularité du droit de douane ad valorem est d'offrir un niveau de protection insensible aux variations du prix mondial du produit taxé. Il existe d'autres modalités de droits de douane. Le droit de douane spécifique est le prélèvement sur la valeur C.A.F. d'une taxe fixe t' par unité importée. Le prix intérieur du bien importé est alors P d = P m + t'. Les droits spécifiques sont beaucoup plus rares que les droits ad valorem. Par exemple, certains jus d'orange sont taxés aux Etats-Unis depuis 1940 d'un droit de 35 cents par gallon. Contrairement aux droits ad valorem, le niveau de protection offert par cette forme de droit de douane varie avec le prix mondial : à la baisse lorsque le prix mondial augmente, à la hausse lorsque le prix mondial baisse. Le droit de douane compensateur ou antidumping est un prélèvement sur la valeur C.A.F. d'un montant variable destiné à égaliser le prix des importations avec un prix objectif (prix seuil). L'Europe a imposé systématiquement de tels prélèvements compensateurs sur ses importations agricoles jusqu à l accord de l Uruguay Round de Le droit compensateur augmente (ou baisse) lorsque le prix mondial baisse (ou. augmente) La particularité du droit de douane compensateur est de garantir les secteurs qu'il protège des baisses fortes et rapides des prix mondiaux (situation de l'agriculture), etc. Droits de douane ad valorem dans 5 pays membres de l OMC (droits NPF appliquées en 1998, moyenne simple) En % Japon EU Union eur. Inde Vénézuela 7,3 4,5 4,7 29,8 12,4 Dont Denrées alim. transformées 18,6 15,3 13,9 61,1 18,7 Cuirs et peaux 20,9 3,5 2,6 15,6 13,3 Textiles et art. textiles 9,2 10,2 9 37,6 18,7 Chaussures et chapeaux 28,5 Source : Base de données TRAINS. 8,9 7,

3 A côté des droits de douane sur les importations existent aussi des droits de douane ou taxes à l'exportation. La taxation des exportations reste rare dans les pays développés. On la retrouve davantage dans les pays en développement exportateurs de matières premières, pour lesquels elle constitue une source de recettes publiques. Les droits de douane constituent la forme la plus simple et la plus transparente des politiques commerciales parce qu'ils sont aisément quantifiables et agissent directement sur les prix. Mais depuis quelques décennies, la plupart des interventions gouvernementales en matière de politique commerciale utilisent d'autres instruments dont l'action est plus indirecte et plus floue : subsides à l'exportation, quotas d'importation, restrictions volontaires d'exportation, conditions de contenu local, droits antidumping et compensateurs, protectionnisme par le change, accords sur les prix, etc. 1 - Les effets de l instauration d un droit de douane (hypothèses du petit pays et du grand pays) Analysons à partir du graphique ci-dessous, les effets d un droit de douane dans un pays A. L analyse sera conduite sous l hypothèse du petit pays (pays price taker), en situation de concurrence pure et parfaite et de rendements constants. De plus, cette analyse est menée en équilibre partiel, c est-à-dire en raisonnant uniquement sur le marché d un bien, le bien j. Soit DD, la courbe de demande domestique du bien j et OO, la courbe d offre domestique de ce bien j dans ce pays. On remarque également la courbe d offre d importations de bien j du Reste du monde au prix de libre -échange P m j (droite parallèle à 3

4 l axe des abscisses). Lorsque le prix du bien j s établit au niveau du prix mondial P m j, les consommateurs domestiques du pays A achètent une quantité OM aux producteurs nationaux, consomment une quantité ON et la différence MN correspond à des importations de bien j du Reste du monde pour satisfaire la demande domestique. Avec l imposition d un droit de douane ad valorem t j, le prix domestique du bien j va s élever et atteindre le niveau P d j, la quantité offerte par les producteurs nationaux augmente et atteint le niveau OM, l importation diminue et s établit au niveau M N et la consommation domestique se contracte et n atteint plus que le niveau 0N. La conclusion est désormais la suivante : la situation des consommateurs s est détériorée : ils consomment une quantité de bien j plus faible à un prix plus élevé. En revanche, la situation des producteurs nationaux s est améliorée : ils reconquièrent le marché intérieur et vendent davantage à un prix unitaire supérieur. Un nouvel agent doit être considéré : l Etat qui va bénéficier de recettes douanières. L analyse met donc en évidence une modification des quantités produites, consommées et importées induite par la variation du prix domestique du bien j. Une analyse en termes de variation de surplus des agents économiques concernés est nécessaire pour établir un effet net en termes de bien-être. L imposition d un droit de douane t j sur le prix domestique du bien j conduit à une perte de bien - être : l effet net est négatif. Explicitons une telle situation. L instauration d un tarif douanier conduit à une hausse du prix du bien j : le surplus des consommateurs diminue et celui des producteurs augmente : la diminution pour les consommateurs correspond aux surfaces a + b +c + d et la hausse pour les producteurs s établit à l aire a. Les droits de douane perçus par l Etat (aire c) représentent un transfert entre les consommateurs et l Etat (surplus de l Etat). L impact net du tarif douanier sur les surplus des agents économiques se traduit par une perte nette de bienêtre égale à la surface a + c - (a + b + c + d), c est-à-dire l aire b + d. Plus précisément, le triangle b représente une perte en termes de distorsion de production (le tarif douanier conduit le producteur domestique à fournir trop de biens j) et le triangle d représente une perte en termes de distorsion de consommation (le tarif douanier pousse les consommateurs nationaux à consommer moins de biens j). C est sur la base de cette démonstration classique que le protectionnisme est condamné par les théories traditionnelles : il conduit à une affectation inefficace des ressources. Cependant, le protectionnisme peut faire apparaître une situation plus favorable dans le cas où la nation qui se protège est un grand pays, c est -à-dire un pays dont la taille est suffisante pour qu une modification des quantités achetées ait un impact sur le prix du bien échangé (pays price maker). Supposons que le grand pays prenne une disposition de protection. Ainsi, l instauration par ce pays d un tarif douanier conduit à un 4

5 abaissement ders quantités achetées à l étranger, ce qui va aboutir à la diminution du prix mondial. Précisons cette situation. Par rapport à l analyse précédente (effet d un droit de douane dans le cas d un petit pays), on ne considérera ici que l offre et la demande d importations d un bien k. D 0 représente la demande d importations du grand pays et S 0, l offre d importations du Reste du Monde. En situation de libre-échange, le grand pays importe la quantité Q 0 à un prix P 0. La mise en place d un droit de douane fait passer le prix domestique du bien k du niveau P 0 au niveau P 1. Les consommateurs perçoivent alors une nouvelle courbe d offre représentée par S 1. La quantité d équilibre se réduit à Q 1. Mais contrairement au petit pays, la baisse de la demande émanant du pays importateur (le grand pays) va provoquer une baisse du prix mondial. Après la mise en place du droit de douane, le prix mondial du bien importé k s établit en P 2. Au final, le grand pays a établi un doit de douane de montant P 1 - P 2. En l absence de producteurs nationaux, les consommateurs subissent une perte de surplus égale à l aire P 0 P 1 E 1 E 0, l Etat enregistre un gain égal à l aire P 2 P 1 E 1 A. La variation de surplus collectif est donc égale à l aire P 2 P 0 BA - BE 1 E 0. Cette variation peut être >0 (situation favorable). Le droit de douane permettant de maximiser cette variation de surplus collectif est dit «tarif optimal». De façon générale, c est sur la base des effets négatifs du protectionnisme que différents travaux ont été entrepris pour évaluer la perte de bien-être induite par différentes 5

6 formes de protection. Ainsi, P. Messerlin a estimé le coût de la protection pour la Communauté européenne dans les années 90 : le coût global de la protection établie par la Communauté est de 7 % du PNB global, soit le montant du PNB de l Espagne. 2 - Les effets d une structure tarifaire complète : la protection effective Dans les faits, les producteurs d un bien sont également concernés par les droits de douane perçus sur les consommations intermédiaires importées. Ces droits alourdissent les charges des entreprises et donc atténuent l effet de la protection dont ils bénéficient sur le bien final produit. Pour appréhender une telle situation, il sera nécessaire de faire référence à un concept nouveau : celui de protection effective. Selon H. Grubel, la théorie de la protection effective est une démarche analytique dont le but est «d évaluer comment la structure des droits de douane affecte le processus de production d un pays en mettant en évidence les effets de la structure tarifaire sur la valeur ajoutée plutôt que sur le prix du produit final de l industrie (ou de la branche) protégée». On appelle taux de protection effective (ou taux effectif de protection) la variation relative de la valeur ajoutée unitaire (par euro produit, par exemple) de cette branche lorsque le pays étudié passe du libre-échange à la protection. Notons V j, la valeur ajoutée unitaire de la branche j en situation de protection et Vj, la valeur ajoutée unitaire de la branche j en situation de libre-échange, alors le taux effectif de protection de la branche j sera : g j = V j - Vj x 100 Vj Une branche est protégée en termes de protection effective si son taux effectif de protection est >0. Prenons un exemple : dans un pays A, la branche textile produit du tissu de coton à un prix unitaire de 100 en libre-échange à, partir d importations de coton brut d une valeur de 30. La valeur ajoutée de libre-échange s établit à : = 70. Si un droit nominal est appliqué au produit final de 50% et aux importations de coton brut de 10%, alors la valeur ajoutée en situation de protection sera : = 117. Le taux effectif de protection de la branche textile est alors : G text = x 100 = 67,1 % 70 Le taux effectif de protection de la branche textile est d environ 67 % alors que le taux de protection nominale sur le produit final est de 50%. Le taux effectif de protection dépend 6

7 du taux nominal protégeant le bien final produit, des taux nominaux perçus sur les intrants utilisés et du poids de ces intrants dans la valeur produite. En pratique, les taux effectifs de protection de branche sont calculés à partir des TES 1. Plus la protection nominale sur les intrants est forte, plus la protection effective est faible. Elle peut même devenir négative si les droits sur les intrants sont élevés par rapport au droit sur le bien final (erreur de politique commerciale ou choix délibéré des pouvoirs publics car la protection douanière est discriminatoire, d une part, à l égard des produits identiques en provenance des pays tiers et, d autre part, à l égard des autres branches de l activité domestique). La règle générale est simple : les taux effectifs de protection sont supérieurs aux taux nominaux dès lors que les droits de douane sur les biens en amont des processus de production (matières premières, produits semi-finis) sont inférieurs à ceux levés sur les produits finis (en général, les droits s élèvent avec le degré d ouvraison des produits). Donnons pour terminer cette analyse un tableau de calculs de taux de protection nominaux et effectifs établi par A. Bouët (Le protectionnisme, analyse économique. Ed. Vuibert, 1998). Pays Japon Etats-Unis Union européenne Branches nominaux effectifs nominaux effectifs nominaux effectifs Agriculture 14,2 22,6 4,1 8,9 8,1 12,4 Textile 7,5 12,3 10, ,6 Chimie 4,1 8,9 5 13,7 7,7 13,6 B - Libre-échange ou commerce organisé? J. M. Keynes écrivait dans National Self-Sufficiency en 1923 : «Je suis de ceux qui veulent minimiser les imbrications économiques des nations. Les idées, le savoir, l art, l hospitalité et le tourisme : voilà des choses internationales par nature. En revanche, laissons les biens à leur place chaque fois que cela est raisonnable, commode et possible de les y 1 Le calcul utilise alors les coefficients techniques de production : ainsi, avec un produit final j, un intrant i, un droit de douane sur le produit final t j et sur l intrant t i, la formulation du taux effectif de protections s écrit : g j = t j a ij t i 1 a ij 7

8 laisser ; notamment confinons la finance au secteur national». L argument exprimé ci-dessus ne plaide donc pas pour un libre-échange intégral. Est-ce pertinent? 1 - Les avantages comparés du libre-échange et la protection La première justification historique du protectionnisme trouve une expression aboutie au XIXème siècle chez Friedrich List en Sa thèse du protectionnisme éducatif ou "des industries naissantes" se décline ainsi : les premiers producteurs d'une jeune nation opèrent avec des coûts supérieurs à ceux des concurrents étrangers déjà installés dans la production (ces derniers bénéficient d'économies d'échelle, d'effets d'apprentissage, etc). Sans protection par conséquent, aucune industrie nationale ne pourrait se développer. Il apparaît donc indispensable de protéger les débuts d'une industrie afin qu'elles puissent exister. La protection sera transitoire et devra disparaître dès que le volume de la production sera assez important pour bénéficier d'économies d'échelle et d'une expérience acquise suffisante. L'argumentaire est couramment accepté et inspire de manière durable les PVD. Le problème survient quand la protection devient permanente dans l'attente d'une égalisation des conditions internationales de concurrence. Le débat a aussi porté sur l'interprétation de l'histoire économique, notamment en ce qui concerne le lien existant entre les politiques commerciales et les performances macro-économiques tout au long du XIXème siècle. La question posée, qui a toujours la même actualité aujourd'hui, est la suivante : le protectionnisme a-t-il un effet positif sur le taux de croissance? Sur cette question, les économistes ont des analyses divergentes. P. Bairoch répond favorablement en prenant en considération dans ses analyses les niveaux de protection. Il va en conclure que le protectionnisme européen de la fin du XIXème siècle a favorisé le retour de la croissance économique de longue période. Il indique que la période qui débute avec le Traité de commerce franco-britannique (époque de libéralisme européen) coïncide avec celle de la Grande dépression qui démarre en 1873 et se terminera dans les années Le choix en faveur du libre-échange par l Europe continentale serait alors un mauvais choix. A l inverse, la période qui débute en 1892 et qui se caractérise par un retour au protectionnisme en France, un peu après l Allemagne, va se traduire par un retour de la croissance économique et une hausse de la croissance économique dans l Europe continentale supérieure à celle de la période précédente. Cette question va être étudiée par J. C. Asselain. Il indique que personne ne nie l existence d un ralentissement de la croissance économique en Europe (et en France en particulier) au cours de la période Mais les causes selon lui sont différentes. La dégradation de la situation de l industrie française à 8

9 partir du milieu des années 1870 est à relier à un ensemble de facteurs au sein desquels la politique douanière joue un rôle faible. En effet, le traité de 1860 ne doit pas être considéré comme un coup d Etat commercial puisque le taux moyen de protection passe de 21 % à 11% entre la période et la période , puis à 5 % en La France n est donc pas passée brusquement d une économie fermée au libre-échange. J. C. Asselain souligne alors que certes les producteurs de blé français ont été lésés par la concurrence étrangère mais l industrie reste solide et n est pas surclassée par l industrie britannique. De plus, la «désindustrialisation» relative de la France ne peut être imputée à la seule déprotection douanière. En effet, la défaite de 1871 (perte du textile alsacien et de la sidérurgie lorraine), la crise du phylloxera, le retour précoce à la protection de certains partenaires européens et surtout, la baisse des coûts de transport maritime qui rend les importations plus concurrentielles jouent un rôle plus significatif dans les difficultés économiques de la France. Symétriquement, la reprise économique française qui s amorce dans les années 1890 n est pas uniquement liée à la tarification douanière de 1892 mais à l influence d autres facteurs, en particulier l apparition d industries nouvelles (constructions électriques, chimie puis automobile et aéronautique) et à l augmentation du revenu qui stimule la demande domestique de produits manufacturés. En revanche, les nouvelles barrières de 1892 sur les produits agricoles ne se traduisent pas par une reprise de l activité agricole. Celle-ci restera incertaine jusqu en 1914, même si le revenu agricole connaît une évolution plus favorable que dans les années 1870 et P. Messerlin reprendra cette question en rapprochant les taux de croissance des économies nationales et les évolutions de la protection. Il analysera le Traité de commerce franco-britannique en termes d évolution de la protection effective des activités. Il indiquera que cette période se caractérise moins par un rapprochement des conditions commerciales du libre-échange que par une distorsion de l échelle des taux effectifs de protection. Ainsi, le ralentissement de la croissance économique en France peut être expliqué par une déprotection d activités qui étaient jusqu alors protégées (produits finals) et une protection plus élevée d activités qui ne l étaient pas dans la période antérieure d avant le Traité de commerce franco-britannique (produits intermédiaires ou demi-produits). Plus généralement, P. Messerlin montre que les périodes de libéralisation des échanges s accompagnent d un accroissement du PNB dans le cas de l Allemagne, des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni du XIXème au XXème siècle. Le cas de la Russie au XIXème siècle est singulier puisque ce pays connaît une croissance économique forte malgré un protectionnisme élevé voire prohibitif (cas de la sidérurgie) dans un contexte économique d industrialisation 9

10 rapide. Dans ce cas, les firmes étrangères sont venues s implanter en Russie pour produire localement les produits qu elles ne pouvaient pas exporter en raison de l importance de la protection douanière (argument des tariff factories). Comment comprendre alors l utilisation du protectionnisme si les effets positifs n existent pas de manière générale? Deux arguments sont avancés auxquels les pouvoirs publics répondent le plus souvent favorablement : - l argument dit des groupes sociaux particuliers ; - l argument de la concurrence déloyale. Le premier argument traduit le fait que le lobbying des groupes d intérêt particuliers est suffisamment intense pour entraîner l adhésion d un pouvoir politique, soucieux d assurer sa réélection. Ainsi, aux Etats-Unis, le lobbying en faveur de la construction automobile. Il est le fait des syndicats de l automobile qui apportent aux hommes politiques leurs soutiens, y compris financiers lors des campagnes électorales. Ces derniers sont également influencés par l importance de la main-d œuvre employée dans cette activité (dans les Etats où le secteur automobile est implanté). L argument relatif au maintien de prix artificiellement élevés (du fait de la protection) pour les automobiles américaines n a que peu d impact sur les décideurs. En résumé, le lobbying de producteurs concentrés géographiquement est plus efficace que l inaction relative des consommateurs répartis également sur le territoire national et assez peu sensibles à la perte infligée par le protectionnisme sectoriel. Le second argument est celui avancé par les pouvoirs publics de concurrence déloyale. Est-elle fondée? Le dumping est-il avéré? Considérons la situation suivante : le développement d une industrie nationale qui conduit un gouvernement étranger à favoriser les producteurs d un ou plusieurs secteurs par des subventions. Les firmes concernées peuvent ainsi vendre leurs produits à l étranger à un prix inférieur au coût de production qui aurait été obtenu sans intervention de l Etat (il apparaît une diminution artificielle des coûts). Dans les faits, ce type de situation est difficile à vérifier. En cas de dumping, le prix de vente à l étranger est inférieur au coût de production du pays d origine et au prix pratiqué sur son marché domestique. Les producteurs étrangers peuvent alors ne pas résister à une telle importation concurrentielle (sauf s il existe un dispositif anti-dumping pour protéger le marché domestique). Mais toute vente de produits étrangers à un prix inférieur à celui des firmes nationales ne présente pas une situation de dumping. Comment alors prendre en considération les doléances syndicales ou patronales des pays développés à propos d importations à bas prix en provenance de pays en développement caractérisés notamment par la faiblesse de leurs salaires et l inexistence de prestations sociales? Le dumping 10

11 n apparaît pas et cela revient à refuser le principe des avantages comparatifs pour insister sur les coûts absolus considérés alors comme déloyaux. Au final, il apparaît que le protectionnisme intégral (situation d'autarcie) est néfaste à la croissance et au développement économique. Il est vraisemblable que les situations d'ouverture maîtrisée à l'échange international voire de libre-échange régulé créent de meilleures conditions de croissance économique potentielle. 2 - Le renouveau des thèses protectionnistes Ce renouveau est originaire des Etats-Unis et est lié à la position de ce pays dans les échanges internationaux. P. R. Krugman souligne cependant la nécessité d une légitimation théorique pour présenter une demande d intervention des pouvoirs publics en faveur des groupes d intérêt. Or, celle-ci n apparaît pas de façon indiscutable. Cela étant, cette légitimation pourrait venir d une nouvelle base théorique (ou théorico-empirique) s appuyant sur les effets négatifs du libre-échange, thèse notamment avancée par J. Culbertson. Ces effets négatifs proviendraient de trois distorsions principales : - des conditions inégales de concurrence induites par des règles édictées par les gouvernements des nations pour se protéger (subventions, normes, contrôle des changes, etc). Il s agit le plus fréquemment de barrières non tarifaires qui faussent le jeu d un libre-échange qui dans les fait n existeraient donc pas. - la concurrence salariale internationale ; - la rupture entre l offre et la demande américaines induite par le fait que des parts importantes du marché domestique sont occupées par des fournisseurs étrangers. Cette nouvelle approche s appuie sur l abandon du principe ricardien des avantages comparatifs. Selon P. R. Krugman, trois raisons expliquent le changement d attitude aux Etats-Unis envers la politique commerciale : - le recul de la position relative des Etats-Unis dans la production domestique (croissance de la part des importations) ; - le changement de nature du commerce international avec un rôle accru de la Recherche - développement ; - l importance des structures de concurrence imparfaite (structures monopolistiques et oligopolistiques) dans le commerce international (industries aéronautiques, informatiques, etc). 11

12 Cela étant, l argumentation développée ci-dessus, notamment autour de J. Culbertson, n est pas suffisante pour constituer une légitimation théorique de la protection : celle-ci reste donc encore à établir. ANNEXE - Remarques sur les subventions à la production et à l'exportation et les restrictions volontaires aux exportations. - les subventions à la production et à l'exportation La subvention est une aide financière étatique à une industrie destinée à accroître sa production locale (subvention à la production) ou à favoriser ses exportations en vendant à l'étranger à un prix inférieur au prix national (subvention à l'exportation). Comme pour les droits de douane, la subvention peut être ad valorem (% sur la valeur unitaire produite ou exportée au prix F.A.B., à l'intérieur de la frontière), spécifique (montant en valeur par unité produite ou exportée) ou compensatrice (montant variable égal à la différence entre le prix objectif et le prix mondial). Contrairement aux droits de douane, acceptés et réglementés par les accords du GATT et par l'omc, les subventions sont jugées plus dangereuses et beaucoup moins tolérées. Les subventions à l'exportation sont assimilées à du dumping (vente à perte) et sont interdites par l'omc. Les subventions à la production ont longtemps été négligées dans les accords internationaux, parce que considérées comme des mesures de politique intérieure. A partir du Tokyo Round ( ), un code des subventions a été établi. Actuellement l'omc juge que toute intervention publique qui procure un avantage à son bénéficiaire est assimilable à une subvention et peut autoriser les pays pénalisés à instaurer des droits de douane compensatoires. Les effets sur les prix d'une subvention à l'exportation sont exactement inverses de ceux d'un droit de douane. - les restrictions volontaires aux exportations (RVE) Les restrictions volontaires aux exportations (RVE) ou accords d'autolimitation sont un quota sur les importations administré par le pays exportateur au lieu de l'être par le pays importateur. Ces restrictions sont généralement imposées sous la pression du pays importateur (ce qui suppose qu'il dispose d'un poids économique suffisant pour pouvoir 12

13 négocier) et le pays exportateur y consent pour éviter d'autres formes de restrictions, ce qui pourrait conduire à une guerre commerciale. D'un point de vue économique, leurs effets sont exactement semblables à ceux des quotas d'importation dont les licences sont allouées à des gouvernements étrangers. Les restrictions volontaires se révèlent dès lors plus coûteuses pour le pays importateur qu'un droit de douane qui limiterait les importations du même montant. Les RVE n étaient pas réglementées par le GATT. De plus, leur statut de traité commercial négocié leur permettait d'échapper à l'interdiction par le GATT des restrictions quantitatives, dans la mesure où ces restrictions sont fondées sur une relation contractuelle tacite entre gouvernements et restent "opaques". Ce vide juridique explique qu'elles se sont multipliées au cours des années Elles ont surtout été utilisées par les régions à fort pouvoir de négociation, les Etats-Unis et la CEE. Citons, à titre d'exemple, l'accord conclu en 1981 entre les gouvernements américain et japonais destiné à limiter la pénétration des voitures japonaises sur le marché américain à 1,68 millions de véhicules/an. Cet accord, révisé en (1,85 millions) fut reconduit unilatéralement par le gouvernement japonais pour éviter des frictions inutiles avec les groupes de pression américains. 13

4.1.2. Les instruments protectionnistes

4.1.2. Les instruments protectionnistes 4.1.2. Les instruments protectionnistes On classe les instruments protectionnistes en deux grandes catégories : les droits de douane et les nouveaux instruments protectionnistes (ou instruments non-tarifaires).

Plus en détail

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1 Les instruments de la politique commerciale - tarifs: source de revenu et protection des industries nationales -pécifiques : montant fixe par unité de bien importé (exemple: 100 par voiture) -Ad-valorem:

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE.

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. PLAN DE LA PRESENTATION I. Introduction II. Rappel des dispositifs

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Les pouvoirs fédéraux de l Union européenne L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Une pièce maîtresse du «carré libéral» de l Union européenne 28 février 2005 Picasso, Matisse

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

L Organisation mondiale du commerce...

L Organisation mondiale du commerce... L Organisation mondiale du commerce......en quelques mots, l Organisation mondiale du commerce (OMC) est la seule organisation internationale qui s occupe des règles régissant le commerce entre les pays.

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR REPUBLIQUE TUNISIENNE PREMIER MINISTERE ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION الجمهورية التونسية الوزارة الا ولى المدرسة الوطنية للا دارة CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR Supports destinés à la préparation

Plus en détail

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre de devises étrangères contre monnaie nationale dépréciation

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc L'analyse tarifaire en ligne (TAO) permet d'effectuer des recherches et d'analyser les données tarifaires conservées dans deux bases de données de l'omc, à savoir

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

OMC E- Learning. OMC E- Learning Copyright Juin 2013. L'ʹOMC et l'ʹéconomie du commerce: Théorie et politique

OMC E- Learning. OMC E- Learning Copyright Juin 2013. L'ʹOMC et l'ʹéconomie du commerce: Théorie et politique OMC E- Learning OMC E- Learning Copyright Juin 2013 L'ʹOMC et l'ʹéconomie du commerce: Théorie et politique Introduction Ce cours multimédia a pour sujet "L'OMC et l'économie du commerce: Théorie et politique".

Plus en détail

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc L'analyse tarifaire en ligne (TAO) permet d'effectuer des recherches et d'analyser les données tarifaires conservées dans deux bases de données de l'omc, à savoir

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Le système des préférences généralisées

Le système des préférences généralisées SvetlanaPOGODINA Le système des préférences généralisées AudeFLAGEUL Le système de préférences généralisées pourrait être défini comme«des règles inégales pour rendre plus égaux les rapports commerciaux

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation Département d économique Université Laval NOM: Doctorat en économique Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 211

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Concurrents, partenaires et clients

Concurrents, partenaires et clients Concurrents, partenaires et clients FRANÇOISE LEMOINE * LL intégration des pays d Europe centrale et orientale à l économie de l Union est déjà largement réalisée, à la fois par les échanges et par les

Plus en détail

OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert?

OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert? OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Summary in French Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert? Résumé en français Le commerce international influe

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

101 COMMENT EXPLIQUER LA MONDIALISATION DES ECHANGES?

101 COMMENT EXPLIQUER LA MONDIALISATION DES ECHANGES? CHAP 10 QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? Introduction : 1. La mondialisation peut être définie comme l extension du capitalisme et de l

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE MOTS CLES CHAPITRE 11 LES ECHANGES EXTERIEURS - Balance commerciale, des capitaux, des

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE EN COMMERCE INTERNATIONAL. Ressources stratégiques en commerce international. depuis 1847

GUIDE PRATIQUE EN COMMERCE INTERNATIONAL. Ressources stratégiques en commerce international. depuis 1847 GUIDE PRATIQUE EN COMMERCE INTERNATIONAL Ressources stratégiques en commerce international depuis 1847 RÉUSSIR VOS AFFAIRES À L INTERNATIONAL, 5 CONSEILS UTILES Gardez l œil sur votre facture commerciale

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Circulaire intérieure du GATT n

Circulaire intérieure du GATT n Un exemplaire par 11 août 1964 membre du personnel Circulaire intérieure du GATT n 12k/kù5..Z "DIX-HUITIÈME STAGE Etudes à la Division générale du Département de la politique et de la documentation commerciales

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation.

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation. Chapitre 2 LES ACCORDS L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés 1. Aperçu général: un guide pour la navigation Les accords de l OMC régissent les marchandises, les services

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

4.1.1. Le protectionnisme dans l'histoire mondiale 1

4.1.1. Le protectionnisme dans l'histoire mondiale 1 4.1.1. Le protectionnisme dans l'histoire mondiale 1 L'histoire du protectionnisme est indissociable de l'histoire du commerce mondial. Depuis le début du XIX e siècle, avec l'abolition des lois céréalières

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé?

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé? Trading our health away Prêts à échanger votre santé? Plan I. Est-ce grave docteur? 1. Tensiomètre : définir les concepts 2. Documentaire : une pêche d'enfer 3. Quiz : les raisons du libre-échange 4. Photo-langage

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

NEGOCIATIONS COMMERCIALES DE L OMC SUR L ACCES AUX MARCHES POUR LES PRODUITS NON AGRICOLES ET LES PAYS ACP

NEGOCIATIONS COMMERCIALES DE L OMC SUR L ACCES AUX MARCHES POUR LES PRODUITS NON AGRICOLES ET LES PAYS ACP NEGOCIATIONS COMMERCIALES DE L OMC SUR L ACCES AUX MARCHES POUR LES PRODUITS NON AGRICOLES ET LES PAYS ACP Par A. LIONTAS Mandaté par FRIEDRICH EBERT STIFTUNG Bureau de Genève Pour Le Bureau des ACP à

Plus en détail

Consultation publique 2-30 juillet 2014

Consultation publique 2-30 juillet 2014 DATE : 30/07/2014 Proposition de Méthodologie Tarifaire transitoire applicable aux gestionnaires de réseau de distribution d électricité actifs en Wallonie pour la période 2015-2016 Consultation publique

Plus en détail

WT/TPR/S/249 Page ix RESUME

WT/TPR/S/249 Page ix RESUME Page ix RESUME 1. Au cours de la période considérée, l'inde a continué à recueillir les bénéfices du processus de libéralisation des échanges et de réforme structurelle engagé au début des années 1990.

Plus en détail

La régulation du commerce international et la PAC

La régulation du commerce international et la PAC www.supagro.fr La régulation du commerce international et la PAC Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Quizz 1: la place du commerce agricole

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

10 avantages du système commercial de l OMC

10 avantages du système commercial de l OMC 10 avantages du système commercial de l OMC Aussi bien pour l argent que nous avons en poche et les marchandises et les services que nous utilisons que pour l instauration d un monde plus pacifique, l

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 Les notes de l IPP n 10 Juin 2014 Guillaume Bazot www.ipp.eu Résumé La finance a pris

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI B.- Le marché des changes Remy K. Katshingu 1 Plan de cette section 1. Définitions Taux de change Le marché des changes (définition + caractéristiques) 2. Détermination

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Fixer son prix à l export

Fixer son prix à l export Fixer son prix à l export Commerce extérieur Juin 2009 Politique de prix Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. La politique

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Ce chapitre poursuit notre analyse des conséquences

Ce chapitre poursuit notre analyse des conséquences Chapitre 8 Les entreprises face à la mondialisation : stratégies d exportation, externalisation et firmes multinationales Objectifs pédagogiques : Étudier le rôle des rendements d échelle croissants et

Plus en détail

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC Synthèse Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers Propositions et axes de réflexion des IEEC Introduction Alors que les marchés internationaux ont toujours été un

Plus en détail

Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics

Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics Patrick A. Messerlin et Sébastien Miroudot Groupe d Economie Mondiale de Sciences Po A la recherche de la croissance: Quel avenir pour

Plus en détail

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Cotonou 27 aout 2013 Salifou TIEMTORE Directeur des Douanes pi RAPPELS L article 3 du Traité Révisé fait de la création

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

barometredesprix.ch : Questions fréquentes (FAQ)

barometredesprix.ch : Questions fréquentes (FAQ) barometredesprix.ch : Questions fréquentes (FAQ) Pourquoi le site www.barometredesprix.ch se contente-t-il d'indiquer les différences de prix sans discuter des causes (différences de coûts)? La décision

Plus en détail