Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise"

Transcription

1 Les Journées Régionales de la Création & Reprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur les créations et reprises d entreprise Le Club des Créateurs et Repreneurs s d Ille-et-Vilaine La Chambre de Commerce et d Industrie de Rennes La société Alter Expo présentent les supports des ateliers

2 Intérêt juridique et fiscal de la Holding de reprise Animé par : Philippe DE PREVILLE - KPMG Didier LE GUEVEL - Avocat

3 DEFINITION DE LA HOLDING DE REPRISE La holding de reprise est une société constituée en vue du rachat d'une société à l'aide de capitaux empruntés auprès d'un établissement financier ou d'apport effectué par les associés. Elle répond à l'impossibilité actuelle pour l'acquéreur personne physique de titres, parts ou actions d'une société soumise à l'impôt sur les sociétés de déduire en intégralité les intérêts de la dette. Les emprunts contractés ou les comptes courants mis par les associés seront remboursés avec les fonds dégagés par la société (dividendes distribués). Les intérêts de la dette pourront être déduit en intégralité du résultat imposable de la société.

4 L'utilisation de cette technique permet d'obtenir un effet de levier fiscal mais également juridique. On dit que la holding est pure dans l'hypothèse où son activité se limite à l'acquisition et la gestion des titres de participations détenues dans le capital des sociétés cibles. A l'inverse, on dit que la holding est impure dans l'hypothèse où son activité s'étend à la fourniture de prestations à la ou les sociétés cibles, activités assujetties ou non la T.V.A. Exemple : Management fee, Convention de prestations de services par des salariés rattachés à la holding)

5 La holding peut revêtir l'une des formes de structures juridiques qu'offre le droit français. Le choix de la forme dépend essentiellement des buts poursuivis.

6 Société Civile Avantages : Grande simplicité et grande souplesse : * sur le plan des pouvoirs de gestion et dispositions des biens sociaux (règle de majorité renforcée), * sur le contrôle de cession et de transmission des droits sociaux (agrément renforcé pour toute cession ou transmission), * sur les obligations déclaratives, par exemple absence de publication des comptes sociaux, * faible capital de constitution

7 Société Civile Inconvénients : * Étendue de la responsabilité personnelle des associés. Les associés des sociétés civiles répondent des dettes sur leurs biens personnels proportionnellement à leur participation dans le capital ; * Régime fiscal en matière de transmission : toute cession des titres de la société holding supporte des droits d'enregistrement au taux de 4,80 %.

8 Société Commerciale : S.A.R.L. - S.A.S. - S.A. Avantages : * Responsabilité des associés ou des actionnaires limitée à l'apport ; * En cas de cession, droit d'enregistrement limité (1 % plafonné à Euros)

9 Société Commerciale : S.A.R.L. - S.A.S. - S.A. Inconvénients : * Lourdeur de fonctionnement ; * Nécessité de mise en place d'organe de direction composé d'un Président Directeur Général, ou d'un Président du Conseil d'administration et Directeur Général et d'un Conseil d'administration pour les Sociétés Anonymes ; * Nécessité de désigner d'un Commissaire aux Comptes ; * Protection limitée du Président Directeur Général : Possibilité de révocation ad nutum ; * Nécessité de constituer un capital plus important : Euros.

10 ASPECTS FISCAUX La holding de reprise a vocation à acheter les parts ou actions de la société cible en recourant pour une large part à l'emprunt. Le remboursement des emprunts s'effectuera grâce au bénéfice réalisé par la cible. Ce remboursement est plus facile si les bénéfices réalisés par la cible remontant sous forme de dividendes sans charge fiscale ou presque.

11 HYPOTHESE OU LA HOLDING NE RACHETE QU'UNE PARTIE DES TITRES DE LA CIBLE (- de 95 % du capital) En l'absence de régime fiscale "mère fille" de la cible : * Les dividendes sont soumis à l'impôt sur les sociétés au taux normal. * Les dividendes ne bénéficient pas de l'avoir fiscal.

12 En présence du régime mère fille Champ d'application : Le régime mère fille est applicable aux holdings qui détiennent des participations répondant aux conditions suivantes : * Les titres de participation doivent rester nominatifs * Ils doivent représenter au moins 5 % du capital * Ils doivent être assortis du droit de vote.

13 Caractéristiques du régime : Il se caractérise par l'exonération des dividendes perçus en provenance des filiales sous réserve d'une quote-part de frais et charges fixée à un pourcentage du produit total des participations.

14 Règle particulière en matière d'avoir fiscal et de précompte : L'article 146 du C.G.I. permet d'imputer sur le précompte dû le crédit d'impôt attaché à ces produits financiers. Le régime mère fille est facultatif Nécessité que la société mère formule une option lors du dépôt de la déclaration de résultat chaque année. Ce faisant, la constitution d'une holding a un effet limité si les frais financiers supportés par la holding ne sont pas déductibles ou n'aboutit tout au plus qu'à constater un déficit fiscal non imputable.

15 L'INTERET DE L'INTEGRATION FISCALE (Article 223 A et suivants du C.G.I.) au moins 95 % du capital de la cible Définition : Régime fiscal permettant à une société mère holding de se constituer seule redevable de l'impôt sur les sociétés à raison du résultat d'ensemble réalisé par le groupe qu'elle forme avec la société cible dont elle détient directement ou indirectement (95 % au moins du capital) de manière continue au cours d'un exercice.

16 Conditions d'application Régime fiscal Les sociétés membres du groupe doivent être soumises obligatoirement à l'impôt sur les sociétés dans les conditions de droit commun. Condition liée à la détention du capital de la société mère Le capital de la société holding, tête de groupe, ne doit pas être détenu directement ou indirectement à plus de 95 % par une autre personne morale

17 Condition liée à la détention nécessaire pour l'accès de la filiale au groupe La société mère doit détenir au moins 95 % du capital de la société fille, soit directement soit indirectement Condition tenant à la permanence du taux de détention à 95 % La société holding doit détenir de manière permanente 95 % des titres pendant toute la durée de l'exercice.

18 Du reste, le régime d'intégration est subordonnée à une option de la société mère pendant cinq exercices notifiée aux services fiscaux au plus tard trois mois après l'ouverture du premier exercice au titre duquel le régime s'applique. Elle doit être accompagnée de l'accord formel et écrit des filiales notifié également aux services fiscaux. La société mère et la filiale doivent ouvrir et clore leur exercice aux mêmes dates.

19 Détermination du résultat Le résultat d'ensemble déterminé par la société mère holding est constitué de la somme algébrique des résultats des deux sociétés avec des corrections positives ou négatives pour éliminer les doubles déductions ou doubles impositions. En conséquence, les déficits de la société holding liés à la charge d'intérêts d'emprunts sont pris en compte pour la détermination du résultat d'ensemble.

20 Régime des distributions Les dividendes distribués par la société fille à la société mère ne donnent pas lieu au précompte et n'ouvrent pas le droit à l'avoir fiscal lorsqu'ils sont réalisés pendant la période d'intégration

21 AU REGARD DE LA T.V.A. La situation des holdings au regard de la T.V.A. dépend de la nature des opérations qu'elles réalisent et des recettes qu'elles perçoivent. Holding pure Dans l'hypothèse où la holding gère exclusivement son patrimoine de valeurs mobilières de participation, elle ne réalise pas d'opérations situées dans le champ d'application de la T.V.A. En conséquence, elle n'est pas assujettie à la T.V.A. et de ce fait ne dispose d'aucun droit à la déduction de la taxe grevant les dépenses engagées (frais d'acquisition des actions)

22 Holding impure ou mixte Dans l'hypothèse où la holding perçoit des dividendes de sa filiale mais exerce également des activités entrant dans le champ d'application de la T.V.A., elle est assujettie partiellement à la T.V.A. et sera redevable partiellement sur les activités En conséquence, nécessité de déterminer : - d'une part la quote-part de T.V.A. afférente aux activités dans le champ de cette taxe ; - puis ensuite application au montant de la taxe des règles de prorata avec mise en œuvre d'une clé de répartition des dépenses ; - ou constitution de secteur distinct d'activités.

23 AU REGARD DE LA TAXE SUR LES SALAIRES Cette taxe s'applique aux sociétés holdings qui emploient du personnel et versent des rémunérations alors qu'ils ne sont pas redevables de la T.V.A. ou qui ne l'ont pas été sur 90 % de leur chiffre d'affaires en année N-1. Calcul de la taxe : Taux normal de 4,25 % En présence de constitution de secteur distinct d'activité Il est admis que les rémunérations versées au personnel affecté de manière permanente et exclusive à un secteur d'activité ne sont soumises à la taxe sur les salaires qu'à hauteur du complément pour atteindre 100 du prorata des déductions de T.V.A.

24 I.S.F. Distinction entre holding passive : Les titres ne sont pas considérés comme biens professionnels ; Holding animatrice : les titres sont considérés comme des biens professionnels

25 1 - Définition du LBO et de ses déclinaisons 24

26 25 Définitions LBO (Leverage Buy-Out) = acquisition d entreprise avec effet de levier financier - Opération par laquelle un investisseur (via une Holding) acquiert une entreprise (la Cible) en se finançant en partie par de la dette - Cette dette est remboursée grâce aux bénéfices dégagés par la Cible ellemême - Le montage peut de surcroît être optimisé en cas d intégration fiscale entre l emprunteur et la Cible : c est l effet de levier fiscal - Résultat : la rentabilité des capitaux propres investis est nettement améliorée

27 26 Définitions MBO (Management Buy-Out) Reprise d une société par ses cadres dirigeants associés à un investisseur MBI (Management Buy-In) Reprise d une société par des cadres extérieurs à l entreprise, associés à un investisseur BIMBO (Buy-In Management Buy-Out) Conjugaison d un MBO et d un MBI : acquisition d une société par des cadres extérieurs à l entreprise associés à son propre encadrement

28 27 Définitions LBU (Leverage Build-Up) Acquisition d une société qui sert de plate-forme pour la constitution d un groupe par croissance externe OBO (Owner Buy Out) opération par laquelle un dirigeant actionnaire réalise une partie de son patrimoine, sous forme de cession de ses titres au sein de la cible, tout en restant impliqué dans le capital du holding de reprise

29 2 - Schéma type d un LBO 28

30 Schéma type d un LBO LBO (Leverage Buy-out) Schéma simplifié Acquisition d une entreprise (cible) via une société holding (Newco) qui s endette à l occasion (effet de levier financier). Le groupe Newco + cible bénéfice de l intégration fiscale, c est à dire de la déductibilité des intérêts de la dette (effet de levier fiscal). 10 M 3 M 7 M

31 30 Schéma type Une holding ad-hoc (NEWCO) acquiert une société (CIBLE) Acquisition financée par des fonds propres et de la dette, avec : dette > fonds propres Remboursement de la dette avec - principalement - le cashflow généré par la CIBLE Dettesans recours sur les actionnaires : les seules sûretés accordées aux prêteurs de NEWCO sont le nantissement des titres CIBLE détenus par NEWCO et - sous certaines conditions - des actifs de la CIBLE

32 Schéma type 31 Le service de la dette de NEWCO (intérêts, principal) est assuré par la remontée de dividendes de CIBLE et par l économie d impôt due à l intégration fiscale (si > 95%) Les prêts à NEWCO sont garantis par le nantissement des titres CIBLE Les prêts à CIBLE sont garantis par le nantissement des actifs de CIBLE (immobilisations, créances, etc.)

33 Schéma type Besoins / Emplois TABLEAU DE FINANCEMENT Offre / Ressources Achat des titres de la CIBLE Recapitalisation de la CIBLE Frais de transaction NEWCO Capital, quasi-capital Crédit vendeur Dette subordonnée Dette prioritaire (senior) Distribution de réserves de la CIBLE > 95% (si intégration fiscale) Refinancement dettes anciennes (*) Financement de besoins futurs - d'exploitation (BFR) - d'investissement (capex) CIBLE Apports de NEWCO Dette MLT Crédit Revolving Financement Capex (*) Dettes et concours financiers rendus exigibles par l'opération, ou à refinancer pour des raisons d'opportunité (possibilité d'en abaisser le coût, échéancier non satisfaisant, augmentation de la durée de validité, etc.)

34 Schéma type SCHÉMA SIMPLIFIÉ DES FLUX FINANCIERS Impôt sur les bénéfices "Groupe" NEWCO Service de la dette NEWCO (intérêts + remboursements) Dividendes (limités au cash-flow disponible) Intérêts et remboursements sur comptes courants d'actionnaires Impôt sur les bénéfices de CIBLE (intégration fiscale) CIBLE Service de la dette CIBLE (intérêts + remboursements)

35 3 - Effets de levier 34

36 L effet de levier financier 35 Principe La rentabilité des capitaux propres investis est une fonction croissante du taux d endettement, dès lors que la rentabilité économique des actifs acquis est supérieure au coût de la dette ayant financé leur acquisition. Exemple : acquisition d un actif de valeur 100 Cas A Cas B Cas C Financement : Capital Dette Rentabilité économique 10% 10% 10% Coût de la dette 6% 6% 6% Rentabilité économique 10,0 10,0 10,0 Frais Financiers 0,0-2,4-3,6 Résultat Courant avant impôt 10,0 7,6 6,4 RCAI / Capital investi 10,0% 12,7% 16,0%

37 36 L effet de levier financier (suite) Limites - Contraintes financières - Le montant de dette d acquisition admissible dépend de la capacité bénéficiaire de la cible - Le remboursement de la dette d acquisition ne doit pas mettre en danger la pérennité de la cible : il doit être assuré par des cashflows libres, i.e. après prise en compte des besoins propres de la cible (BFR, investissement, développement) - Contraintes comptables La cible ne peut distribuer à son actionnaire que dans la limite de ses réserves distribuables - Contraintes juridiques Article 217.9

38 L effet de levier fiscal Principe La holding peut devenir seule redevable de l impôt au titre de la totalité de son résultat et de celui de sa filiale, si elle détient au minimum 95% des titres de sa filiale (régime de l intégration fiscale) Intérêt - la holding peut dans ces conditions déduire les intérêts des emprunts contractés pour le rachat de la cible du bénéfice taxable de celle-ci, et diminuer ainsi l imposition globale du groupe - beaucoup plus efficace que le régime mère/fille (qui se réduit à la non imposition des dividendes) Limites (en France) - Amendement Charasse - Rémunération des comptes courants d actionnaires - Nécessité de détenir au moins 95% de la filiale pendant au moins 5 ans (pénalité en cas de sortie anticipée du régime)

39 Levier fiscal -Exemple Cas 1 : Pas d intégration -3,5 M en impôt, 2,3 M en cash «gagné» in fine Cas 2 : Intégration fiscale -2 M en impôt, 3,8 M en cash «gagné» in fine Newco Ebit : 0 M Frais Fin. : -4,2 M Res. av. Impôts : -4,2 M Impôts (35%) : 0 M Dividendes reçus : 6,5 M Res. Net : 2,3 M Newco dividendes Ebit : 10 M Frais Fin. : -4,2 M Res. av. impôts : 5,8M Impôts (35%) : -2 M Res. Net : 3,8 M Cible Ebit : 10 M Frais Fin. : 0 M Res. av. Impôts : 10 M Impôts (35%) : -3,5 M Res. Net : 6,5 M Cible

40 S.M.A.R.T. Production Tous droits de reproduction réservés.

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Retrouvez dans ce PDF, les commentaires audios des intervenants,

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

A la recherche du couple Stratégie d investissement Mode de financement le plus efficient

A la recherche du couple Stratégie d investissement Mode de financement le plus efficient A la recherche du couple Stratégie d investissement Mode de financement le plus efficient Présentation du 17 juin 2008 Page 1 Sommaire 1. Véhicule d investissement / Logique d investissement 2. Dispositions

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé»

ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé» ATELIER DE TRAVAIL Mardi 27 mars 2012 Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé» Animé par Valérie Tandeau de Marsac, Avocat-

Plus en détail

La holding : les vrais enjeux et son emploi dans le cadre d un LBO

La holding : les vrais enjeux et son emploi dans le cadre d un LBO La holding : les vrais enjeux et son emploi dans le cadre d un LBO Première partie Décembre 2010 Dans la perspective de l acquisition d entreprises, les repreneurs se pencheront sur les questions fiscales

Plus en détail

LBO et Business Angels

LBO et Business Angels Mardi 26 novembre 2013 LBO et Business Angels Laurent Simon et Jérôme Loisy Alcyaconseil Définition de l opération de LBO Définition traditionnelle : «LBO» Leveraged buy-out : terme anglais pour acquisition

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Aix-en-Provence, le 7 novembre 2013 www.axten.fr www. cabinet-ecoute.fr Programme Introduction I. L exploitation en nom

Plus en détail

Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) Action ordinaire Action gratuite Action de préférence (preferred share) Ajustements de prix

Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) Action ordinaire Action gratuite Action de préférence (preferred share) Ajustements de prix Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) A l'action émise par une société est attaché un bon de souscription d'actions (BSA) qui donne lui-même le droit de souscrire de nouvelles actions

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Thierry de Chambure, Directeur Exécutif d UBS Wealth Management, en charge des activités Produits & Services Mai Trinh, Directeur Exécutif

Plus en détail

Cession de titres de participation

Cession de titres de participation Cession de titres de participation Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com IS Titres de participation IS Titres de participation. Fiscalité des plus-values

Plus en détail

SPFPL : Tout ça pour ça!

SPFPL : Tout ça pour ça! SPFPL : Tout ça pour ça! Animée par JM. BURTON et G. DE MARCHI 31/03/2014 1 CGP 31/03/2014 2 SOMMAIRE SPFPL : Quelle est la problématique? La SPFPL en pratique Propositions d aménagements 31/03/2014 3

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

Thomas CROCHET Avocat à la Cour. Sociétés Holdings. Quelles opportunités pour les professions libérales?

Thomas CROCHET Avocat à la Cour. Sociétés Holdings. Quelles opportunités pour les professions libérales? Sociétés Holdings Quelles opportunités pour les professions libérales? Notion de société holding Définition: société dont l objet est la détention de parts sociales ou actions d autres sociétés La société

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS La holding est un outil juridique de plus en plus utilisé par les praticiens pour répondre à des besoins très divers tendant toujours à la détention de participations

Plus en détail

1. Les caractéristiques générales du montage

1. Les caractéristiques générales du montage Fiche N : 431 Version : 06/02/2013 Les montages à effet de levier - LBO Mots clés : montages à effet de levier, leveraged buy out, LBO, dette mezzanine, dette senior, covenants, Reffin Objet : définir

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Sendes SOUISSI Direction des Entreprises Service de Méthodologie d analyse des entreprises Dans le

Plus en détail

Élimination des distorsions entre le régime fiscal des subventions et celui des apports

Élimination des distorsions entre le régime fiscal des subventions et celui des apports aout 2012 v1 Suppression non rétroactive de l optimisation fiscale par moins values à court terme L article 18 de la loi n 2012-958 du 16 août 2012 de finances rectificative pour 2012 a pour objet de mettre

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES Si les impôts différés constituent une notion comptable familière dans l environnement anglo-saxon, ils sont encore souvent perçus en France comme un sujet très technique,

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE NOTE DE SYNTHESE SUR LES PRINCIPALES

Plus en détail

3 ème atelier Reprise interne

3 ème atelier Reprise interne 3 ème atelier Reprise interne A3- Reprise interne PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANT Christian BAUDOUIN Expert-comptable 2 A3- Reprise interne ETAPES DE LA TRANSMISSION : Communes à

Plus en détail

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21.

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21. CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS SIMILAIRES Valeur d'acquisition au terme de l'exercice... 8052P xxxxxxxxxxxxxxx 54.544 Acquisitions, y compris la production

Plus en détail

Montage et Financement d une acquisition

Montage et Financement d une acquisition Montage et Financement d une acquisition Philippe GALLEGO Chargé d affaire au centre d affaire du CIC de Meaux Animateur : Jean-Baptiste DREVET-DUPRE CCI Seine et Marne Conseiller en reprise et transmission

Plus en détail

Intérêts du LBO français pour les investisseurs étrangers

Intérêts du LBO français pour les investisseurs étrangers Guillaume Ruault Intérêts du LBO français pour les investisseurs étrangers M2 Opérations et fiscalité internationales des sociétés Directeur de mémoire : Monsieur le professeur Thomas Mastrullo 1 SOMMAIRE

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015 Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges La société holding Mardi 14 avril 2015 1 Sommaire 1/ Qu est ce qu une holding Définition / Principes et caractéristiques Illustration 2/ Les bonnes

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES 02/08/2012 Le droit fiscal réserve aux sociétés réunies au sein d un même groupe un régime optionnel et particulier d imposition. Ce régime permet à une société, la

Plus en détail

L OPTIMISATION FISCALE DU LBO

L OPTIMISATION FISCALE DU LBO L OPTIMISATION FISCALE DU LBO IAE Paris Est Créteil Master 2 Ingénierie Financière Année 2010-2011 Directeur du mémoire : M. JP. COSSIN Responsable du Master : M. P.CHOLLET, M.A.CELLIER PHAM Minh Hien

Plus en détail

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2 Les opérations à effet de levier - LBO Isabelle Martinez Master CCA2 Définition Un LBO ou Leveraged Buy Out est le rachat des actions d'une entreprise par un ou plusieurs fonds d investissement spécialisés.

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE I. Les différentes formes juridiques Présentation des différentes formes juridiques : 1. L Entreprise Individuelle (EI) 2. L Entreprise Individuelle à Responsabilité

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE LE CHOIX D UN PACTE D ASSOCIES DANS

Plus en détail

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013).

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées 1 Rappels des notions... 2 1.1 L opération de fusion... 2 1.2 La transmission universelle de patrimoine (TUP) ou confusion de patrimoine...

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Dans une étude parue le 24 septembre 2003, le greffe du tribunal de commerce de Paris indiquait que 19,4 % des entreprises en activité ont à leur tête un chef d entreprise de plus de 58 ans.

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche?

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Marie Desportes : Turenne Capital Didier Martin : Responsable des financements d acquisition SG Méditerranée

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 854 809 812,23 euros Siège social : 87, rue de Richelieu, 75002 Paris 303 265 128 RCS Paris COB?

Société Anonyme au capital de 854 809 812,23 euros Siège social : 87, rue de Richelieu, 75002 Paris 303 265 128 RCS Paris COB? Assurances Générales de France Société Anonyme au capital de 854 809 812,23 euros Siège social : 87, rue de Richelieu, 75002 Paris 303 265 128 RCS Paris Note d information émise à l occasion du programme

Plus en détail

OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE?

OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE? OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE? Colmar, le 10 juin 2015 En préambule Quelques chiffres qui «remettent les choses en place» Etude portant sur 5800 entreprises représentatives

Plus en détail

PACTE DUTREIL ET DONATION PARTAGE AVEC SOULTE LES OUTILS INCONTOURNABLES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE

PACTE DUTREIL ET DONATION PARTAGE AVEC SOULTE LES OUTILS INCONTOURNABLES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Gisèle ATHIMON Expert et Finance PARIS Grégoire BUNOT Vilaine et associés Saint Herblain Dominique ALINE Expert et Finance RENNES Raphael GUERIN Expert et Finance NANTES Hervé Bertrand ALTONEO ANGERS Expert

Plus en détail

Comment transférer de l'argent de votre société dans votre patrimoine privé?

Comment transférer de l'argent de votre société dans votre patrimoine privé? Comment transférer de l'argent de votre société dans votre patrimoine privé? Photos Roularta / Reporters Agency & Corbis Images Votre société vient de clôturer un bel exercice comptable? La tentation peut

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées «Inventaire et mode d emploi» Transaxiall - Atelier RM 5 5 2014 Le marché de la reprise en France - 500 000 entreprises à reprendre? - 350 000 n ont pas de valeur

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

Mercredi 23 Juin 2010. Contacts AIPM : Modération : Mlle S. LORIDANT, Mlle C. LASSERRE

Mercredi 23 Juin 2010. Contacts AIPM : Modération : Mlle S. LORIDANT, Mlle C. LASSERRE Mercredi 23 Juin 2010 Contacts AIPM : Modération : Mlle S. LORIDANT, Mlle C. LASSERRE Pr H. PORTUGAL Présentation de la réforme de la biologie médicale Impact sur l exercice de la profession et sur l installation

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

Loi de finances pour 2011 Introduction

Loi de finances pour 2011 Introduction Loi de finances pour 2011 Introduction Les mesures fiscales de la loi de finances pour 2011 sont articulées autour de deux priorités : - participer à l effort de maitrise des déficits publics et de financement

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

F- 92 220 : CRÉDIT D'IMPÔT POUR DÉPENSES DE FORMATION DES CHEFS D'ENTREPRISE

F- 92 220 : CRÉDIT D'IMPÔT POUR DÉPENSES DE FORMATION DES CHEFS D'ENTREPRISE Document 1 de 1 D.O. Fiscal > Régimes particuliers > Crédits et réductions d'impôt Cote : 02,2007 Date de fraîcheur : 15 Avril 2007 F- 92 220 : CRÉDIT D'IMPÔT POUR DÉPENSES DE FORMATION DES CHEFS D'ENTREPRISE

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables Ordre des Experts Comptables FORMUM CREATION REPRISE 2011 Avocats Barreau de Béziers Philippe Mignen Maître Vidal Maitre Baldy- Geslin Bien choisir son statut juridique Les aspects juridiques Les aspects

Plus en détail

Circulaire n 145. III Forfait social sur l indemnité de rupture conventionnelle

Circulaire n 145. III Forfait social sur l indemnité de rupture conventionnelle C A B I N E T D E X P E R T I S E C O M P T A B L E C O U T U R I E R J ANVIER 2013 Circulaire n 145 I Plafond Sécurité Sociale SMIC Cotisations sociales Le plafond de la Sécurité Sociale est fixé, pour

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

PRINCIPE DE LA LOI SCELLIER

PRINCIPE DE LA LOI SCELLIER PRINCIPE DE LA LOI SCELLIER Afin de relancer le marché de l'immobilier neuf, la construction, et d'une manière plus générale le bâtiment, le gouvernement et le parlement ont voté, dans la loi de finances

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

LA SOCIETE DE TITRISATION

LA SOCIETE DE TITRISATION LA SOCIETE DE TITRISATION La Loi du 22 mars 2004 introduit le cadre légal permettant la constitution d'organismes de titrisation. La Titrisation permet à un cédant (société, entreprise ou personne physique)

Plus en détail

LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI. Acquisition de l'usufruit temporaire des parts de la SCI par la Société d exploitation

LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI. Acquisition de l'usufruit temporaire des parts de la SCI par la Société d exploitation LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI Acquisition de l'usufruit temporaire des parts de la SCI par la Société d exploitation DOSSIER PATRIMONIAL SIMULATION SCI Paramètres de l'étude Détail de l'évaluation

Plus en détail

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVESTIS Optimisation de l impôt sur les sociétés 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVEST IS - Page 0 tél : 01 43 29 02 02 - fax : 01 43 29 02 12 - e-mail : info@fineiffel.com - www.fineiffel.com FINEIFFEL

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Quelle est la différence entre une réduction d impôt et un crédit d impôt? La réduction d impôt vient en déduction de l impôt. Dans le cas où le montant de la réduction

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

La société de participations fi nancières "SOPARFI"

La société de participations fi nancières SOPARFI La société de participations fi nancières "SOPARFI" 3 Sommaire Introduction 4 Caractéristiques juridiques 5 A. Généralités B. Les formes de sociétés les plus utilisées pour la création de SOPARFI Caractéristiques

Plus en détail

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38)

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) 2 Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) A. REGIME EN VIGUEUR AU 31 DECEMBRE 2006 L article 30 de la loi n 2005-106 du 19 décembre 2005 portant loi de finances

Plus en détail

Les modalités pratiques

Les modalités pratiques Les modalités pratiques Avertissement Conformément à l article 211-4 du règlement général de l AMF (Autorité des Marchés Financiers), nous vous informons que cette opération s effectue hors du champ de

Plus en détail

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) N 4 NOVEMBRE 2012 Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013) a été déposé par le gouvernement le 28 septembre 2012 à la présidence de l Assemblée nationale. Plusieurs objectifs sont poursuivis par

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 H-3-07 N 39 du 19 MARS 2007 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES. ASSIETTE (DETERMINATION DU BENEFICE IMPOSABLE). REGIME FISCAL

Plus en détail

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers*

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* * sur compte courant ou prêt Sommaire 1. Avant propos 2. Ancien dispositif 3. Pourquoi

Plus en détail

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 I II III IV V Introduction Les titres de capital A les différents types de titres de capital 1) Les actions ordinaires 2) Les actions à

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail