TVA et taux de marge: Une analyse empirique sur données d entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TVA et taux de marge: Une analyse empirique sur données d entreprises"

Transcription

1 TVA et taux de marge: Une analyse empirique sur données d entreprises Philippe Andrade Martine Carré Agnès Bénassy-Quéré Juillet 2012 Abstract Nous étudions la manière dont les exportateurs d un pays réagissent à un choc de TVA dans un pays de destination. Les chocs de TVA étant par nature sans impact sur le coût marginal, l étude de leurs répercussions sur les prix permet d identifier les effets de marge purement liés à des effets de demande. À partir des données de douane françaises sur la période , nous obtenons une contraction de marge moyenne de 67% et médiane de 46% suite à une hausse du taux de TVA dans un pays de destination. La hausse du taux de TVA est donc répercutée de manière incomplète dans les prix à la consommation. L ajustement de marge est plus marqué pour les entreprises, secteurs et destinations d exportation pour lesquels la part de marché moyenne est relativement élevée. Nous utilisons nos estimations, ainsi que la structure du modèle d Atkeson & Burstein (2008), pour reconstituer la distribution des ajustements de marge des différents couples secteurs-destinations en fonction des parts de marché moyennes. Mots-clefs: Taxe à la Valeur Ajoutée, Variation de marges, Pass-through, Données de firmes, Prix à l exportation Classification JEL: H21, H23, J41 Nous tenons à remercier les deux rapporteurs anonymes de cette revue ainsi que C. Carbonnier, M. Crozet, I. Méjean, M. Mélitz et C. Schwellnus, et les participants des séminaires du FMI, U-Cergy, UCLA, UCSD, U-Cyprus, et des Congrès de l EEA 2009, de la SED, et de l AFSE 2010 pour leurs commentaires sur des versions antérieures de ce travail. Cette contribution, qui a bénéficié du soutien de l ANR dans le cadre du projet JCJC Itace (Indirect Tax and Competition in Europe), ne reflète pas nécessairement le point de vue de la Banque de France. Banque de France & CREM, LEDa-SDFi, Université de Paris-Dauphine, Ecole d Economie de Paris, Université Paris 1 et CEPII, 1

2 1 Introduction La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) est souvent considérée comme l un des rares prélèvements dont les effets sont peu distorsifs. C est un impôt jugé neutre au sens où il frappe de la même manière les prix à la consommation de tous les biens et services : en augmentant le prix de la quasitotalité des biens dans une même proportion, une hausse de TVA ne distord pas directement les prix relatifs et donc les choix des agents en matière de consommation et de production. Puisqu elle est prélevée selon le principe de la destination, la TVA est en particulier sans effet direct sur le prix relatif des biens produits localement par rapport aux biens importés. Ainsi, même lorsque le taux de TVA ne varie que dans un seul pays, le choc fiscal affecte symétriquement les producteurs, qu ils soient localisés dans ce pays ou non. Toutefois, cette apparente neutralité ne signifie pas que les producteurs ne réagissent pas à une variation de taux de TVA, ni que cette réaction est uniforme selon les secteurs et selon les firmes. Dans la mesure où un renchérissement des biens et services réduit le volume de consommation, il peut-être optimal pour les producteurs de comprimer leur taux de marge. Dans cet article, nous étudions comment les exportateurs d un pays (dans notre cas, la France) ajustent leur marge suite à un choc de TVA sur un marché étranger. Notre étude permet de reconsidérer le principe d équivalence entre TVA et prélèvements sociaux : si les fournisseurs étrangers compriment leurs marges en cas de hausse de TVA dans un pays, alors le prix des biens importés n augmente pas dans les mêmes proportions que la TVA 1. Ce travail apporte aussi un nouvel éclairage sur la question plus générale de la transmission imparfaite des chocs macroéconomiques aux prix dans une économie ouverte, question jusqu ici traitée essentiellement sous l angle des répercussions des chocs de taux de change. Cette littérature, amorcée à la fin des années 1980 avec les apports de Knetter (1989), Feenstra (1989) et Knetter (1993), s intéresse à la manière dont les entreprises absorbent le choc par un ajustement de leur taux de marge. Si les producteurs restaient passifs et ne modifiaient pas leur prix de production, le passthrough du choc au prix final serait complet. En d autres termes, la modification du taux de change, ou pour notre étude, du taux de TVA, serait à 100% répercutée dans le prix au consommateur. A 1 Farhi et al. (2011) soulignent la sensibilité des politiques de dévaluation fiscale aux hypothèses sur les effets de marges. 2

3 l opposé, si les producteurs absorbaient l intégralité du choc, laissant le prix à la consommation inchangé, le pass-through serait nul. Dans une revue de littérature faisant référence, Goldberg & Knetter (1997) font état d un pass-through de 50% un an après le choc. Goldberg & Campa (2010), ainsi que Bouakez & Rebei (2008) fournissent des preuves empiriques plus récentes de pass through incomplet, suggérant que les exportateurs lissent l effet du choc en ajustant leur taux de marge. Se concentrer sur un choc de TVA plutôt que sur une modification du taux de change présente trois principaux avantages. D abord, un changement de taux de TVA dans un pays étranger affecte le prix à la consommation dans ce pays sans modifier le coût marginal des producteurs nationaux et étrangers. L ajustement des prix de production peut alors être attribué sans équivoque à une modification du taux de marge des entreprises. Deuxièmement, les variations de taux de TVA résultent de décisions de politique économique par nature peu fréquents et exogènes. On s attend généralement à ce que le taux de TVA demeure pendant plusieurs années au niveau décidé par les autorités, contrairement au taux de change dont la forte volatilité fait qu il peut être optimal de ne pas réagir à une variation qui sera jugée transitoire. Troisièmement, la TVA s applique d une façon symétrique aux marchandises importées et produites localement. Ainsi, l ajustement des prix à la production ne peut être attribué à aucune altération des prix relatifs internationaux à la suite du choc. Nous identifions la réaction des exportateurs français aux changements de taux de TVA des pays de la zone euro à partir d une base de données des douanes françaises. Celle-ci retrace les volumes et les valeurs des marchandises exportées au niveau de chaque entreprise au cours de la période , pour une classification très fine de leurs produits (niveau NC8 soit environ produits). L utilisation de données individuelles d entreprises nous permet de prendre en compte l hétérogénéité inter-sectorielle des exportateurs dans la réaction de prix aux modifications de taux de TVA. Les résultats suggèrent un ajustement de marge moyen de 67% et un ajustement médian de 46%, pour les biens de consommation finale. Ces chiffres sont plus élevés (en valeur absolue) que ceux obtenus récemment dans différentes études empiriques sur données individuelles pour le cas du taux de change 2. Au-delà de ce résultat au niveau agrégé, nous montrons aussi que la réaction au choc est 2 Par exemple, Berman et al. (2012) ou Gopinath & Rigobon (2008) estiment des coefficients de pass-through 3

4 hétérogène selon les exportateurs. Plus précisément, nous mettons en évidence que les exportateurs ayant une part de marché moyenne élevée tendent à comprimer davantage leurs marges en cas de hausse de TVA. Ce résultat est cohérent avec le modèle de concurrence imparfaite avec marges flexibles développé par Atkeson & Burstein (2008). Nous utilisons finalement ce modèle structurel, ainsi que l information contenue dans nos données, pour reconstituer la distribution des ajustements des taux de marge pour les différents couples secteurs-destinations de notre échantillon. La suite de cet article est organisée de la façon suivante. Nous présentons le cadre théorique retenu pour identifier nos effets empiriques en section 2. Nous décrivons notre stratégie économétrique en section 3. La section 4 fournit une présentation des données utilisées. Les résultats agrégés sont discutés en section 5. La section 6 est consacrée à l étude de l hétérogénéité inter-sectorielle des ajustements de taux de marge. Nous concluons en section 7. 2 Un modèle de concurrence imparfaite sur les marchés internationaux L idée selon laquelle les firmes répercutent de manière incomplète les chocs qu elles subissent dans leurs prix à l exportation remonte à Robinson (1947). On la retrouve à l occasion du débat à la fin des années 1960 sur l abandon du régime de Bretton Woods. Dunn (1970) montre par exemple que la flexibilité du dollar canadien durant la période de Bretton Woods n a pas empêché une grande stabilité du prix relatif des biens fabriqués aux États-Unis et au Canada. La théorie du pass-through incomplet est finalement formalisée par Krugman (1987) dans un cadre de concurrence imparfaite. C est dans ce cadre que nous nous plaçons ici : chaque firme fait face à une élasticité prix de la demande qui croît à mesure que le prix pour le consommateur s élève. En renchérissant ce prix, une hausse de TVA fait monter l élasticité-prix de la demande et réduit donc le taux de marge optimal de la firme. 2.1 Taux de marge optimal des exportateurs Considérons une entreprise f vendant un bien k sur différents marchés de destination l. On note τ kl le taux de TVA pour le produit k sur le marché l, Q fkl la quantité de bien k vendue par l entreprise aux alentours ou en dessous de 20%, c est à dire des ajustements de marge au delà de 80%. 4

5 f sur le marché l et C fk ( ) le coût variable de production. Le prix optimal hors taxe, P fkl, est égal au coût marginal, MC fk C fk Q fkl, augmenté d un taux de marge optimal qui est fonction de l élasticité prix de la demande ɛ fkl : P fkl = ( ) ɛfkl MC fk, ɛ fkl 1 En notant P fkl (1 + τ kl )P fkl le prix TTC (toutes taxes comprises), l élasticité-prix de la demande est ɛ fkl ( Q fkl /Q fkl )/ ( P fkl / P ) fkl. Nous supposons que cette élasticité est strictement supérieure à 1. Pour simplifier les écritures, on indice par i {f, k, l} un produit de la catégorie de bien k, produit ( ) par une firme f et vendu sur le marché de destination l 3. Par ailleurs, on note µ i ɛi ɛ i 1 le taux de marge spécifique à la firme pour le produit et le marché considéré. Le prix optimal hors taxe se ré-écrit dès lors sous la décomposition suivante : log P i = log µ i + log MC fk. (1) Dans cette expression, le coût marginal, MC fk, est spécifique à la firme f et au produit k mais ne dépend pas du pays de destination. Ceci traduit le fait que notre modèle décrit le prix optimal d un exportateur à la frontière de son propre pays, c est-à-dire avant que les droits de douane, les coûts de transport et de distribution ne soient facturés 4. En revanche, le taux de marge µ i dépend du pays de destination l à travers l élasticité prix de la demande qui est spécifique au pays de destination et peut en particulier réagir au taux de TVA local. 2.2 Choc de TVA et variation optimale des taux de marge Comme le coût marginal n est pas influencé par le taux de TVA du marché de destination l, l élasticité du prix hors taxe P i au taux de TVA τ kl touchant le produit k dans le pays de destination l s obtient facilement à partir de l équation (1): [ ] [ log(p i ) log(1 + τ kl ) = log(µ i) log(1 + τ kl ) = log(µ i ) log( P ] fkl ) log( P = σ i /(ɛ i 1), (2) fkl ) log(1 + τ kl ) 3 Il s agit uniquement d une simplification de notation. Les trois sources d hétérogénéité (firmes, produits, marchés) sont bien prises en compte dans la stratégie économétrique (voir section 3). 4 On suppose ici que la quantité vendue dans chaque pays de destination n influence pas l échelle de la production au niveau de la firme, de sorte que le côut marginal est le même pour toutes les destinations l. 5

6 où σ i = dɛ i ɛ i / d P i est l élasticité (prix) de l élasticité de la demande. Cette équation peut être écrite P i sous la forme log-linéaire suivante : d log P i = [σ i /(ɛ i 1)] d log(1 + τ kl ). (3) Comme ɛ i > 1, la relation (3) indique que l exportateur réduit son prix hors taxe suite à une augmentation du taux de TVA dans le pays de destination lorsque l élasticité-prix de la demande est une fonction croissante du prix en niveau (σ i > 0). Si l élasticité-prix est constante (σ i = 0), il n y a aucun effet de marge : une augmentation du taux de TVA se traduit par une augmentation strictement proportionnelle du prix TTC (sans changement du prix producteur), de sorte que l augmentation de la TVA est entièrement supportée par les consommateurs. Enfin, si σ i < 0, alors l exportateur élève son prix HT en réaction à une hausse de TVA (voir Anderson et al. (2001)). Le pass-through incomplet d un choc de TVA au prix final de l exportateur fait suite à une variation de l élasticité de la demande perçue par l exportateur. Burstein et al. (2003) ou Corsetti & Dedola (2005) ont récemment proposé des modèles engendrant de telles variations d élasticité et qui reposent sur la présence de coûts de distribution locaux supportés en monnaie locale. Ce mécanisme permet d expliquer le pass-through incomplet des variations des taux de change aux prix de consommation finale. En effet, lorsque la monnaie d un exportateur se déprécie, la part des coût de distribution dans le prix final augmente. La demande est alors moins élastique aux variations de prix à l exportation avant coût de distribution, ce qui permet à l exportateur d augmenter son taux de marge, et donc de ne répercuter qu imparfaitement la dépréciation dans son prix d exportation. Il est intéressant de souligner qu à la différence du taux de change, les variations de taux de TVA dans les pays d exportation frappent le prix à la frontière et les coûts de distribution local dans les mêmes proportions. Elles n induisent donc pas de modifications du poids relatif des coûts de distribution dans le prix final de l exportateur. Si nous observons une réaction du taux de marge suite à ce choc de TVA, celle-ci ne peut donc être attribuée à de tels coûts. Comme nous le développons en section 6, le modèle de pass-through incomplet développé par Atkeson & Burstein (2008) permet de rendre compte d ajustements de marge indépendants des coûts de distribution 5. 5 Voir aussi Melitz & Ottaviano (2008) pour un autre modèle présentant une telle propriété. 6

7 3 Stratégie économétrique Nous estimons notre modèle d ajustement de marge à partir des données de douanes françaises renseignant le prix franco-à-bord des exportateurs par produit k, firme f, et destination l. Les produits k de ces firmes exportatrices peuvent être regroupés en différents secteurs, que nous indiçons par h 6. Notre stratégie d estimation fait l hypothèse que les firmes d un même secteur h font face à la même élasticité-prix de la demande sur le marché de destination l : ɛ i = ɛ 7 hl. Sous cette hypothèse, et en notant p it log P it, le logarithme du prix pour le produit i {k, f, l} observé aux dates t = 1,..., T, l équation (3) s écrit sous la forme testable : p it = β hl log(1 + τ klt ) + e it, (4) où, d après la relation (2), β hl = σ hl /(ɛ hl 1) mesure l ajustement, au niveau d un secteur h et pour un pays de destination l, du taux de marge en réaction au choc de TVA τ klt spécifique au pays l et au produit k, et où e it représente l ensemble des variations de la demande et des coûts marginaux qui modifient le prix optimal d un exportateur, hormis les variations de taux de TVA. Ce dernier terme peut être décomposé de la façon suivante : e it = α i + θ t + γ Ω it + u it, E {u it α i, θ t, Ω it } = 0, (5) où α i est un effet spécifique firme-produit-marché, θ t un effet spécifique à la date t et Ω it un ensemble de facteurs firme-produit-marché variables dans le temps. Les modifications du taux de TVA étant des décisions discrétionnaires des autorités publiques, nous considérons que leurs variations sont indépendantes des autres facteurs affectant les prix optimal des exportateurs : E {u it α i, θ t, Ω it, log(1 + τ klt )} = E {u it α i, θ t, Ω it } = 0. (6) Les équations (4), (5), et (6) définissent un modèle de données de panel à coefficients hétérogènes. Compte-tenu du degré de désagrégation des données et du faible nombre de données pour certains marchés (h, l), il est hasardeux d estimer directement l ensemble des coefficients d intérêt, β hl, 6 Dans notre application, les catégories de biens sont définies par la nomenclature NC8 et les secteurs par la classification HS3. Les taux de TVA sont inputés au niveau HS6. La section 4 détaille les données utilisées. 7 Comme il est détaillé plus loin, les différences entre les firmes d un même secteur sont en partie prises en compte par les variables de contrôle et les effets fixes individuels. Un traitement plus complet de l hétérogénéité intrasectorielle dépasse le cadre de cet article. 7

8 d autant que la variable de TVA a une faible variabilité dans le temps. Nous choisissons donc une stratégie alternative : nous conservons une élasticité-prix de la demande ɛ hl qui dépend de chaque secteur-destination, mais nous poolons les différent secteurs et pays de destination pour estimer une élasticité de l élasticité homogène pour tous les secteurs-pays (σ hl = σ, {h, l}) 8. Nous estimons donc une élasticité d élasticité moyenne, σ, en régressant les variations de prix des exportateurs au niveau individuel (k, f, l) sur les variations du taux de TVA normalisées par le niveau de l élasticité de la demande sectorielle 9. En notant τklt ɛ log(1 + τ klt)/ (ɛ hl 1), l équation (4) que l on cherche à estimer s écrit alors : p it = α i + θ t σ τklt ɛ + γ Ω it + v it, v it = u it + (σ σ hl ) τklt ɛ. (7) La normalisation du choc de TVA par l élasticité-prix spécifique secteur-marché permet de prendre partiellement en compte l hétérogénéité sectorielle tout en faisant l hypothèse d une élasticité d élasticité homogène entre secteurs. En effet, à élasticité d élasticité donnée, une hausse du taux de TVA sur un marché étranger incite d avantage une firme à réduire son prix hors taxe si l élasticitéprix de la demande qu elle rencontre sur ce marché particulier est faible. Dans ce cas, en effet, la firme dispose d une marge initiale dans laquelle elle peut puiser pour maintenir sa part de marché. De manière reliée, l estimateur de l élasticité d élasticité homogène, σ, a lui aussi un sens économique. Il correspond en effet à une moyenne pondérée des élasticités d élasticité secteurs-destinations σ hl, les poids étant inversement proportionnels à l élasticité-prix de chaque secteur-pays. En effet, on montre (cf Annexe A) que l estimateur within de σ dans l équation (7) vérifie : [ ] E ( σ) = 1 1/(ɛ hl 1) 2 n h,l 1/(ɛ σ hl 1) 2 hl, (8) h,l 1 n où n désigne le nombre de couples (h, l) dans la population considérée des exportateurs. Ainsi, l élasticité d élasticité obtenue donne un poids moindre aux secteurs ayant une élasticité de la demande élevée. Comme nous le développons plus loin, l estimation de cette élasticité d élasticité homogène nous permet de calculer un ajustement de marge (et donc un pass-through) moyen et médian (section 5) ainsi qu une distribution des ajustements de marge au niveau des secteursdestinations (section 6). 8 L exercice de simulation proposé en section 6 relâche cette hypothèse. 9 On suppose ici que, sur le court terme (horizon inférieur à 1 an) l élasticité de la demande ainsi que l élasticité d élasticité sont prédéterminées à la date du choc : la variation de prix consécutive au choc résulte de la variation de marge optimale pour le niveau d élasticité auquel les exportateurs font face avant le choc. 8

9 Cette approche présente par ailleurs plusieurs avantages d un point de vue économétrique. Elle nous permet de contourner le problème de l imprécision des estimations conduites à un niveau très fin de désagrégation des données. De plus, et de manière reliée, elle permet de redonner de la variabilité aux chocs de TVA. Ceux-ci varient en effet rarement et pratiquement toujours du même montant de 1 point de pourcentage. La variable non transformée des chocs de TVA, log(1+τ klt ), est donc très proche d un ensemble de variables indicatrices spécifiques à certaines dates et certains biens dans certains pays 10. Une difficulté de notre méthode est que τ ɛ klt n est pas directement observable. Nous traitons ce problème en remplaçant ɛ hl par les élasticités estimées par Broda et al. (2006) pour chaque marché de destination l, au niveau des secteurs h définis à un niveau d agrégation HS3 11. Dans l équation estimée (7), les effets fixes firme-produit-marché (α i ) capturent la composante individuelle des changements de prix à l exportation. Nous les traitons comme des paramètres et non comme des termes aléatoires. Nous mettons donc en œuvre une estimation robuste et ne cherchons pas à exploiter les gains d efficacité dans l estimation qui pourraient résulter du choix d une structure particulière d effets individuels emboîtés où les dimensions firme-bien-marché pourraient interagir 12. Les effets spécifiques temporels (θ t ) capturent l influence de la conjoncture macroéconomique commune aux pays qui constituent notre échantillon. Nous complétons ces variables de contrôle par un vecteur Ω it qui regroupe des déterminants des variations de prix spécifiques aux firmes, f, aux produits k, et aux marchés de destination, l, variables dans le temps (et qui ne sont donc pas pris en compte par les effets fixes individuels, α i ). Enfin, il est à noter que les variations de taux de TVA sont introduites dans l équation (7) de manière contemporaine, ce qui est cohérent avec nos données annuelles. Les délais d ajustement des 10 De ce fait, la méthode d estimation est aussi proche d une estimation en différence de différence où l on comparerait l ajustement en prix d un exportateur vers une destination subissant un choc de TVA à celle du même exportateur ne subissant pas de choc. Cette approche alternative reposerait sur l estimation de la même équation (7) où l on aurait restreint l échantillon aux exportateurs qui exportent au moins dans deux pays lorsqu il y a un choc dans l un d entre eux. Un inconvénient d une telle approche est qu elle sélectionne les firmes de l échantillon qui exportent vers plusieurs destinations. Ceci peut biaiser les résultats si ces firmes ont un comportement d ajustement de marge différent des firmes exportant vers une destination unique. 11 Les estimations de Broda et al. (2006) sont réalisées sous une hypothèse d élasticité constante. 12 Deux raisons expliquent ce choix. Tout d abord, une approche par effets individuels emboîtés nécessiterait de choisir arbitrairement une structure d emboîtement. Par ailleurs, la structure de corrélation qui résulterait d une telle approche serait en pratique coûteuse en temps de calcul. Elle ferait intervenir l inversion d une matrice de variancecovariance de grande dimension et de structure complexe puisqu elle décrirait les liens découlant des interactions entre les trois dimensions firme, produit, marché, de notre indice. Les références usuelles se limitent à l emboîtement de deux dimensions. 9

10 prix sont généralement considérés comme inférieurs à l année 13. Nous n introduisons donc pas de retard de réaction des prix par rapport aux taux de TVA. Nous pouvons donc estimer cette équation par moindres carrés sur la transformation within du modèle. 4 Données La base de données de l administration douanière française contient les exportations annuelles par pays de destination et par produit au niveau NC8 pour chaque entreprise exportatrice au cours de la période , de façon quasiment exhaustive, en valeur et en volume 14. Chaque observation est reliée à une firme f (code siren), une catégorie de produit k, une destination d exportation l et une année t. Les valeurs unitaires sont calculées comme le rapport entre les valeurs et les volumes déclarés. Ces valeurs unitaires sont utilisées comme proxy des prix unitaires d exportation franco à bord : P fklt P it. La part de marché d un exportateur i au sein de la population des exportateurs français s it est calculée comme le rapport entre la valeur exportée par cette firme et la somme des valeurs de l ensemble des exportateurs français pour cette même année t, destination l et produit k. Nous nous limitons ici aux exportations de biens de consommation finale vers neuf pays de la zone euro 15. La sélection de cet échantillon nous permet d annihiler différentes sources majeures de fluctuations des prix internationaux comme la volatilité des taux de change ou les modifications de droits de douane, pour nous concentrer sur notre problématique fiscale. Le choix des biens de consommation finale se justifie par le fait que la TVA est récupérée sur les achats de consommation intermédiaires. 13 Les études sur données micro-économiques montrent que la durée moyenne des prix est la plupart du temps inférieure à 1 an. Pour la zone Euro, Dhyne et al. (2006) trouvent une durée médiane de 10,6 mois entre deux ajustements de prix. Ils reportent aussi que les secteurs des services et des biens industriels intermédiaires horsénergie s ajustent moins fréquemment que le bien médian. Comme notre échantillon n intégre pas ces secteurs, nous pouvons considérer qu une grande majorité des prix des biens que nous étudions ont une durée d ajustement inférieure à l année. 14 Cette base de données a été déjà utilisée, notamment par Eaton et al. (2004), Méjean & Schwellnus (2009), Berman et al. (2012). À l instar de différents auteurs, et pour contourner les problèmes liés aux changements de seuils de déclaration qui ont eu lieu au cours de cette période, nous avons choisi de nous concentrer sur les entreprises qui déclarent exporter à l intérieur de l Union Européenne des montants supérieurs à euros annuels. Nous avons par ailleurs tenu compte des changements dans la nomenclature de classification des produits sur la période. 15 Autriche, Finlande, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Espagne. Nous excluons la Belgique et le Luxembourg à cause de la non disponibilité d estimations d élasticités de la demande, ɛ kl, pour ces deux pays. 10

11 Les taux de TVA sont classés en quatre catégories : taux normaux, taux réduits, taux super-réduits et taux parking (ou autres taux réduits). L allocation des taux de TVA aux différents produits k est réalisée pays par pays à l aide de divers documents de la Commission européenne, notamment European-Commission (2007) et European-Commission (2011) 16. Les secteurs exemptés de TVA sont exclus de l estimation, de même que ceux soumis à droits d accise en plus de la TVA (alcools, tabac). Les séries temporelles pour les quatre différentes catégories de taux et les neuf pays de l échantillon sont récupérées à partir de European-Commission (2007). Lorsqu un changement de taux a lieu en cours d année, on considère que le nouveau taux s applique à l ensemble de l année 17. On observe une modification des taux normaux de TVA à huit reprises sur la période Un seul de ces changements correspond à une baisse (l Irlande en 2001). Pour les autres taux, notre échantillon couvre 13 hausses (voir tableau 1) 18. Les élasticités-prix sectorielles pour les différents pays de destinations (ɛ hl ) proviennent de Broda et al. (2006) qui fournissent des informations pour environ 170 secteurs selon la classification HS3. La distribution de ces élasticités pour les biens de consommation finale est caractérisée par une médiane de 3,29 et une moyenne de 4,76. Le détail par pays de destination (tableau 2) suggère des élasticités-prix en moyenne plus élevées sur les marchés autrichien, allemand et irlandais, plus faibles en Grèce et en Espagne. Le tableau 3 fournit quant à lui quelques statistiques descriptives pour notre échantillon d exportateurs français : le nombre de produits exportés par une firme donnée vers un pays donné, le nombre de destinations servies par une firme donnée pour un produit donné 19, le nombre de concurrents pour un produit donné sur un marché donné, la part de marché, au sein de la population des exportateurs français, pour un produit donné sur un marché donné. La dernière colonne du tableau fournit les caractéristiques de la distribution des élasticité-prix de la demande lorsque qu on impute aux observations firmes-produits-marchés les élasticités secteurs-marchés estimées par Broda et al. (2006). 16 Ces documents permettent d imputer les taux à des classes de produits définis à un niveau de désagrégation HS6. 17 La solution alternative, qui consiste à interpoler les données, aurait conduit à une multiplication des chocs. La sensibilité des résultats a été testée en supprimant les chocs intervenus dans la seconde moitié de l année. 18 Certains pays ne connaissent aucun choc de TVA au cours de la période d estimation. Leur présence dans l échantillon contribue à identifier l effet du choc de TVA dans une logique proche d une estimation de différence en différence (cf note 10). 19 Pour cette variable, nous ne nous limitons pas aux pays de la zone euro mais incluons l ensemble des pays desservis par les exportateurs français. 11

12 Au sein d un pays de destination spécifique, l exportateur français médian vend 24 types de marchandises différents, mais un quart des exportateurs vend moins de 8 produits différents, tandis qu un autre quart en vend plus de 67. De même, le nombre médian de destinations pour un produit donné et une firme donnée est de 4, mais un quart des exportateurs sert moins de 2 marchés tandis qu un autre quart sert plus de 6 marchés. La part de marché (relativement aux seules exportations françaises) quant à elle est généralement très faible, avec une médiane de seulement 0,44%, ce qui correspond à un nombre de concurrents français médian de 32 sur chaque produit-marché. Finalement, les élasticités-prix de la demande adressée à la population des exportateurs français reflètent elles aussi bien cette hétérogénéité, avec un chiffre variant de 2,41 pour le premier quartile à 3,99 pour le troisième. On ajoute à l estimation un vecteur Ω it de variables de contrôle pour tenir compte des facteurs, autres que les taux de TVA, qui influencent les décisions de prix des exportateurs et qui peuvent être des facteurs macroéconomiques spécifiques aux pays de destination, des caractéristiques spécifiques aux firmes (taille, diversification) ou spécifiques au marché sur lequel elles exportent (concurrence, concentration). Plus précisément nous considérons : des variables marché-temps : taux de croissance du PIB réel y lt, taux d inflation des prix à la consommation π lt, PIB réel par habitant y c lt ; des variables firme-temps : nombre de destinations desservies n l ft, nombre de produits exportés par la firme n k ft ; des variables produit-marché-temps : part de marché moyenne s klt, part de marché la plus faible s klt pour un produit-destination donné (valeurs courantes et retardées) ; des variables firme-produit-marché-temps : part de marché de la firme sur le produit-marché s it (valeurs courantes et retardées). Ces données sont issues des bases d Eurostat ou de la Banque Mondiale (World Development Indicators), ainsi que de la base de données de douanes elle-même. Ces variables de contrôle n incluent pas de variables spécifiques à la firme et constantes dans le temps (comme la part de marché moyenne de la firme) car l effet est incorporé dans les effets fixes, α i, de la régression (7). Elles n intègrent 12

13 pas non plus de variables macroéconomiques communes aux pays (comme les variations du taux de change de l euro ou un taux d intérêt du marché interbancaire de la zone euro) car leur effet est capturé par les indicatrices spécifiques aux années, θ t, introduit dans la régression (7). 5 Élasticité d élasticité et ajustement de marge moyens Les résultats d estimation de l équation (7) sont présentés dans le tableau 4. Les tests de significativité tiennent compte des potentielles hétéroscédasticité et auto-corrélation des résidus. Ces variances tiennent par ailleurs compte des effets de clustering au niveau d une même firme 20. La colonne (1) du tableau 4 fournit l estimation de référence 21. L élasticité d élasticité moyenne pour l ensemble des exportateurs considérés est σ = 1, 16. Ainsi, une hausse du taux de TVA dans un pays de destination induit une baisse significative des prix d exportation hors taxe vers ce pays dans l année où se produit le choc 22. Suite à une hausse de TVA dans un pays de destination, les exportateurs français font face en moyenne à une hausse de l élasticité de la demande sur ce marché et réagissent donc en réduisant leur taux de marge. On peut déduire un ajustement de marge moyen en croisant le résultat de notre estimation avec les élasticités secteur-destination ɛ hl estimées par Broda et al. (2006), plus précisément en calculant log µ = σ 1 [1/(ɛ hl 1)]. n On obtient une contraction moyenne des marges des exportateurs suite à une augmentation du taux de TVA de log µ = 67%. Le pass-through moyen, soit la part de l augmentation de taux de TVA qui est répercutée finalement dans les prix est donc de (1 + log µ), soit 33% 23. On peut aussi calculer, selon le même principe, un ajustement de marge médian : Med( log µ) = σ Med[1/(ɛ hl 1)]. 20 Les résultats sont robustes à la prise en compte d effet de clustering au niveau des produits ou au niveau des secteurs. 21 Les coefficients estimés associés aux variables de contrôle sont présentées pour information. Nous ne discutons néanmoins pas de leurs effets puisque notre estimation ne nous permet pas d identifier leur impact causal sur les variations de prix à l exportation. 22 Les résultats restent inchangés si l on se limite aux chocs qui ont lieu sur la première moitié de l année civile, pour tenir compte d éventuels délais de réaction des prix hors taxe. 23 Pour quantifier la précision de cette estimation du pass-through, il faudrait connaître la variance des élasticités sectorielles estimées par Broda et al. (2006). Cette information n est malheureusement pas disponible. hl 13

14 On obtient alors un ajustement de marge médian de Med( log µ) = 46% en réponse à une hausse de TVA, soit un pass-through de 54%. L écart important entre moyenne et médiane est lié au nombre important de secteurs pour lesquels l élasticité est relativement forte, et qui tire la médiane des ajustements de marge vers le bas par rapport à la moyenne. Au-delà de cette forte hétérogénéité sectorielle, nous nous penchons sur l hétérogénéité des ajustements de marge pour différents types d exportateurs. Nous ré-estimons l équation (6) en scindant l échantillon en deux sous-populations : les firmes dont la part de marché moyenne dans la population des exportateurs français est supérieure à la médiane de la distribution des parts de marché moyenne de l échantillon, et celles dont la part de marché moyenne est inférieure à cette médiane. Nous reportons les résultats de ces estimations dans les colonnes (2) et (3) du tableau 4. On observe que les firmes avec des parts de marché élevées ont une élasticité d élasticité en moyenne plus élevée et plus significative que celles présentant une part de marché plus faible. De fait, l estimation devient sensiblement moins précise pour cette deuxième catégorie de firmes, ce qui suggère qu une partie d entre elles ont des ajustements de marge faibles voire nuls 24. Si on croise, comme précédemment, l estimation d élasticité d élasticité pour les firmes ayant des parts de marché plus élevées avec les élasticités secteur-destination ɛ hl de Broda et al. (2006) on obtient un ajustement de marge moyen pour ces firmes à forte part de marché de 87% (soit un pass-through de 13%). L ajustement de marge médian est, lui, de 60%. L ajustement est donc environ 15 à 20 points de pourcentage plus élevé que pour les observations associées à des parts de marché faibles. Ainsi, en plus de l hétérogénéité sectorielle des élasticités de la demande, les différences d ajustement de marge sont reliées aux parts de marché des firmes au sein d un secteur-destination, elles-mêmes liées à la structure concurrentielle de chaque couple secteur-destination. Nous étudions plus spécifiquement cette seconde hétérogénéité dans la section suivante. 6 Hétérogénéité intersectorielle des ajustements de marge Dans cette section, nous nous intéressons plus en détail à une dimension particulière de l hétérogénéité des ajustements de marge entre les secteurs : celle qui provient des différences de part de marché 24 Du fait de la relative imprécision des estimateurs, les intervalles de confiance à 90% des deux estimateurs se recoupent ; cette différence entre les élasticité d élasticité des deux populations n est donc pas statistiquement significative. 14

15 moyenne sur chaque marché secteur-destination. Pour mieux comprendre la relation entre part de marché moyenne et degré de pass-through, nous nous appuyons sur le modèle de Atkeson & Burstein (2008). Ces auteurs proposent un modèle dans lequel les marges optimales des producteurs sont variables et résultent de l interaction entre deux niveaux de concurrence monopolistique : une concurrence entre secteurs et une concurrence entre les différents producteurs d un même secteur. Chacun de ces deux niveaux de concurrence est caractérisé par une élasticité de substitution spécifique, l élasticité intra-sectorielle étant supposée supérieure à l élasticité inter-sectorielle. Nous nous inspirons de ce modèle pour simuler la distribution des ajustements de marge en fonction de la distribution des parts de marché moyennes des différents secteurs-destinations, tout en nous contraignant à reproduire les élasticités effectives estimées par Broda et al. (2006). Nous considérons donc deux niveaux de concurrence : le premier entre les différentes variétés d un même produit k les variétés étant définies, comme dans comme dans le modèle d Armington, par le pays où le bien est produit ; le second entre les différents exportateurs d une même variété d un produit k sur un marché d exportation l. Nous appelons η l élasticité de substitution entre variétés d un même produit et ρ l élasticité de substitution entre les producteurs d une même variété. En supposant que la concurrence se fait en quantités, et à nombre donné de concurrents dans chaque secteur, l élasticité de substitution à laquelle est confrontée une firme f produisant dans un pays donné le bien k et pour une destination d exportation l est : ( 1 si ɛ i = + s ) 1 i > 1, (9) ρ η où s i désigne la part de marché de la firme i sur le marché considéré (produit, destination) parmi la population des firmes exportatrices du pays où le bien est produit : s i P i Q i / i (k,l) P iq i 25. À l équilibre (cf Atkeson & Burstein (2008)) cette part de marché vérifie : s i = (P i ) 1 ρ i (h,l) P 1 ρ i. (10) 25 Cette approche combine donc concurrence au sein des firmes françaises et concurrence entre firmes françaises et étrangères. La concurrence au sein de la variété française est d autant plus forte que s i est faible, c est à dire que la firme considérée est petite par rapport à ses concurrents les plus directs, à savoir les autres exportateurs français du même bien. De fait, la théorie de la concurrence oligopolistique distingue la concurrence non-localisée au sens de Chamberlain (concurrence indifférenciée entre toutes les firmes, quelle que soit leur localisation) de la concurrence localisée au sens de Kaldor (concurrence avec les entreprises les plus proches). Nous nous inscrivons donc dans la logique de cette seconde approche. 15

16 Nous limitons notre analyse à la dimension intersectorielle de l hétérogénéité des parts de marché. En effet, la stratégie économétrique adoptée dans les sections précédentes est contrainte par une hypothèse d homogénéité des élasticités de substitution au sein de chaque secteur h et chaque destination l : ɛ i = ɛ hl. La traduction de cette hypothèse au cadre théorique de cette section revient donc à imposer que les parts de marché des firmes sont identiques au sein d un même secteur h et pour une même destination l, soit : s i = s hl i (h, l), ce qui implique par ailleurs que cette part de marché est égale à l inverse du nombre de firmes opérant sur un même marché. Sous ces hypothèses, l élasticité d élasticité s écrit : ( ) ( ) ɛhl /ɛ hl s hl /s hl σ hl s hl /s hl P hl / P, hl où s hl est la part de marché moyenne des firmes françaises du secteur h pour la destination l au sein des exportations françaises. En utilisant les relations (9) et (10), on obtient alors l expression structurelle suivante de l élasticité d élasticité : σ hl = (1/ρ 1/η) (1 ρ)s hl (1 s hl )ɛ hl. (11) Nous supposons, comme Atkeson et Burstein, que ρ > η > 1 (la substitution entre producteurs d une même variété est plus facile qu entre les différentes variétés). L élasticité d élasticité σ hl est donc positive : plus le prix est élevé, plus forte est l élasticité-prix de la demande, ce qui va inciter l exportateur à comprimer sa marge lorsque la TVA augmente dans le pays de destination 26. La structure de ce modèle nous permet de reconstituer toute la distribution des ajustements de marge au niveau des secteurs et destinations, log µ hl, en utilisant les parts de marché observées dans les données, l estimation moyenne de l élasticité d élasticité σ obtenue précédemment et les élasticités à l export fournies par Broda et al. (2006). Ces auteurs fournissent en effet des estimations des élasticités prix de la demande effectives entre les différentes variétés d un même secteur h pour un marché de destination l donné. Sous leurs hypothèses, cette élasticité prix de la demande correspond aussi à une élasticité de subsitution entre variétés nationales d un même secteur. Dans le cadre plus général de notre modèle, cette élasticité prix ɛ hl décrit la demande perçue par un exportateur 26 Ce modèle implique par ailleurs que l élasticité d élasticité σ hl soit croissante en s hl pour tous les secteursdestinations vérifiant s hl < 1/2, c est à dire où au moins 3 exportateurs français se font concurrence. Autrement dit, dans ce cas, une part de marché plus importante implique une élasticité d élasticité plus forte et donc un ajustement de marge plus important. 16

17 représentatif d une variété nationale. Elle dépend à la fois de la substitution avec d autres variétés nationales et de la substitution au sein d une même variété, la part relative de chacune étant donnée par la part de marché de cet exportateur représentatif au sein de ses concurrents de la même variété, s hl. La simulation des ajustements de marge par secteur-destination requiert de calibrer les valeurs des élasticités ρ et η. Notre calibrage est établi de manière à reproduire les élasticités estimées par Broda et al. (2006), ɛ hl, ainsi que l estimation de l élasticité d élasticité moyenne, σ, obtenue en section 5. Les élasticités ɛ hl étant très hétérogènes, nous nous donnons un degré de liberté supplémentaire dans notre calibrage en considérant que l élasticité intra-variétés peut varier selon le secteur et le pays de destination c est-à-dire en considérant un jeu de paramètres ρ hl. D après la structure du modèle (équation 9), ces élasticités non-observées sont reliées aux parts de marché moyennes s hl observées pour chaque secteur-pays et aux élasticités à l export ɛ hl fournies par Broda et al. (2006), selon : ρ hl = 1 s hl 1/ɛ hl s hl /η. (12) Nous calibrons le paramètre η de telle sorte que le modèle puisse reproduire la valeur de l élasticité d élasticité moyenne estimée précédemment, soit σ = 1, 16. D après l équation structurelle (11), chaque valeur du paramètre η définit un jeu d élasticités d élasticité secteur-destination, σ hl σ(η, ɛ hl, s hl ), qui dépendent des élasticités intra-variétés ρ hl = ρ(η, ɛ hl, s hl ) reconstituées à l étape précédente (équation 12) et des parts de marché secteur-destination s hl observées dans les données. Comme nous l avons vu précédemment, σ est une moyenne pondérée des paramètres σ hl, définie par l équation (8). On calibre donc η à la valeur η qui permet à la moyenne pondérée des élasticités d élasticités simulées, soit : σ = 1 [w hl σ(η, ɛ hl, s hl )], w hl = n h,l 1 n 1/(ɛ hl 1) 2 h,l 1/(ɛ hl 1), 2 d être la plus proche de notre estimation σ. On obtient une valeur η = 1, Une fois calibrés les paramètres ρ hl et η, nous pouvons finalement reconstituer la distribution des ajustements de marge 27 Nous obtenons alors une moyenne pondérée des élasticités d élasticités σ = 1 n hl w hlσ( η, ɛ hl, s hl ) = 1, 21, à comparer avec une valeur estimée de σ = 1, 16. Une difficulté ici est que plusieurs des élasticités ρ hl reconstituées présentent des valeurs ρ hl 1, ce qui est incompatible avec le modèle théorique. Nous restreignons donc l échantillon aux seuls couples (h, l) vérifiant la condition ρ hl > 1. 17

18 log µ( η, ɛ hl, s hl ) : log µ hl = σ hl /(ɛ hl 1) log µ( η, ɛ hl, s hl ). (13) Le graphique 1 représente cette distribution des ajustements de marge au sein des 413 secteurspays de l exercice de simulation 28. Cette distribution est clairement asymétrique : les secteurspays pour lesquels l ajustement de marge est faible sont très nombreux. La première colonne du tableau 5 donne les quantiles caractéristiques de cette distribution des ajustements de marge calibrés. L ajustement de marge est inférieur (en valeur absolue) à 13% pour un quart des secteurs considérés ; et la majorité des exportateurs optent pour un ajustement inférieur (en valeur absolue) à 34%, soit un pass-through supérieur à 66%. Les ajustements de marge peuvent être très marqués et parfois cet ajustement est tel que le prix TTC baisse après une hausse de la TVA. Du fait de ces ajustements très forts, la contraction moyenne de taux de marge des exportateurs suite à une augmentation du taux de TVA est supérieure à la médiane 29. Finalement, le tableau 5 fournit aussi en colonne 2 les résultats obtenus en appliquant la même procédure aux secteurs-destinations qui présentent des parts de marché supérieures à la médiane. Sur cette population, on obtient un ajustement de marge médian de 55, 3% (soit un pass-through de 44,7%) 30. Ces résultats confirment donc ceux des estimations reportées au tableau 4 : les exportateurs répercutent moins sur leurs prix TTC une augmentation de TVA dans un pays de destination dans les secteurs-pays où ils disposent en moyenne d une part de marché importante. 28 Les valeurs de log µ( η, ɛ hl, s hl ) supérieures à 278% sont éliminées de l analyse pour ne pas biaiser vers le haut la valeur moyenne du fait de quelques valeurs extrêmes. Ce seuil de 278% est fixé à partir du même modèle d Atkeson & Burstein (2008) dans lequel ρ hl est identique pour tous les secteurs et destinations (ρ hl = ρ (h, l)), et est calibré de telle sorte à reproduire l élasticité d élasticité moyenne estimée σ tout en conservant une valeur de l élasticité inter-variétés de η = 1, 01. On obtient ρ = 5, 81. On simule alors toutes les valeurs possibles de log µ en fonction des parts de marché et l on obtient un ajustement de marge maximum de 278%. 29 Le fait que cet ajustement de marge moyen soit inférieur (en valeur absolue) à celui de la section 5 provient du fait que le tableau 5 donne une moyenne non-pondérée des ajustements de marge sectoriels alors que les chiffres de la section 5 sont obtenus à partir d une moyenne pondérée des élasticités d élasticités; σ, qui accorde plus de poids aux secteurs ayant une faible élasticité de la demande. 30 La distribution des taux de marge est obtenue avec une élasticité inter-sectorielle calibrée à η = 1, 01 et une l élasticité intra-sectorielle calibrée ρ = 6, 56 pour reproduire σ = 1, 50. La limite supérieure des ajustement de marge est alors de 324%. 18

19 7 Conclusion L utilisation de données individuelles sur les exportations françaises de biens de consommation finale nous a permis de déterminer l impact d un choc de TVA dans un des pays de la zone euro sur le taux de marge des entreprises françaises. Nous montrons que les firmes absorbent une part importante du choc dans leurs prix d exportation. Les caractéristiques du choc exogène et sans incidence sur le coût marginal nous permettent d identifier que ces changements proviennent d une modification des taux de marge, elle-même liée à une modification de l élasticité-prix de la demande dans le pays de destination. L ajustement de marge moyen estimé est de 67%, tandis que l ajustement médian est de 46%. Ces chiffres sont plus élevés (en valeur absolue) que ceux généralement trouvés dans la littérature empirique sur données individuelles à la suite d un choc de change, ce qui n est pas surprenant en soi. Il est cependant frappant d obtenir un ajustement de marge aussi fort pour un choc par nature symétrique pour l ensemble des producteurs. Ce résultat est à notre sens une nouvelle preuve empirique validant les modèles théoriques où l élasticité de la demande n est pas supposée constante. Ces ajustements de marge impliquent un pass-through moyen de 33% et médian de 54% du choc dans les prix des exportateurs. Ainsi, d un point de vue du consommateur final, la hausse de TVA n est pas entièrement répercutée dans les prix à la consommation des biens importés, même à l horizon d une année. Enfin, nos résultats montrent que le degré d ajustement de marge diffère entre les secteurs d activité et les destinations d exportation. L ajustement de marge est plus fort dans les secteurs et pour les pays de destination où les parts de marché moyennes sont les plus élevée. Cette hétérogénéité des réactions de taux de marge implique donc que les variations de TVA ont des effets redistributifs inter-sectoriels. Un prolongement possible de ce travail consiste à étudier plus en détails cette hétérogénéité des réactions des exportateurs, notamment en distinguant les réactions des différents d exportateurs au sein d un même secteur. En particulier, les variations de marge peuvent inciter des firmes à entrer ou à sortir sur les marchés d exportation, et donc engendrer une modification de la structure concurrentielle sur ces marchés. Si les firmes qui ne peuvent pas ajuster leurs marges sortent des 19

20 marchés d exportation, on peut craindre que les marchés deviennent plus concentrés avec des effets négatifs sur la disponibilité d une vaste gamme de variétés à la suite d une hausse de la TVA. Ces extensions font l objet de recherches en cours. 20

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Laurent BAUDRY, Hervé LE BIHAN, Patrick SEVESTRE, Sylvie TARRIEU Direction des Études économiques et de la Recherche Centre de recherche

Laurent BAUDRY, Hervé LE BIHAN, Patrick SEVESTRE, Sylvie TARRIEU Direction des Études économiques et de la Recherche Centre de recherche Caractéristiques des ajustements de prix en France et dans la zone euro : quelques faits stylisés tirés des données individuelles de prix à la consommation Laurent BAUDRY, Hervé LE BIHAN, Patrick SEVESTRE,

Plus en détail

14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0-2,0. Graphique réalisé à partir des données de contribution à la croissance (panel B)

14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0-2,0. Graphique réalisé à partir des données de contribution à la croissance (panel B) L3 Commerce International TD n 2 : Indicateurs de spécialisation Exercice 2.1 : A partir du fichier worldtrad.xls, expliquez comment les contributions du panel B sont calculées et commentez le rôle joué

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

LA MODELISATION MICROECONOMIQUE DES COMPORTEMENTS DE FIXATION DES PRIX : BEAUCOUP DE QUESTIONS, QUELQUES REPONSES.

LA MODELISATION MICROECONOMIQUE DES COMPORTEMENTS DE FIXATION DES PRIX : BEAUCOUP DE QUESTIONS, QUELQUES REPONSES. LA MODELISATION MICROECONOMIQUE DES COMPORTEMENTS DE FIXATION DES PRIX : BEAUCOUP DE QUESTIONS, QUELQUES REPONSES. Patrick Sevestre Banque de France et Université Paris 1 Panthéon Sorbonne «Du producteur

Plus en détail

Échanges extérieurs, prix et régime de change

Échanges extérieurs, prix et régime de change Échanges extérieurs, prix et régime de change Philippe Bacchetta et Eric van Wincoop Introduction Il est généralement admis que les échanges extérieurs d un pays s accroissent avec la substitution d un

Plus en détail

La réaction des entreprises françaises à la baisse des tarifs douaniers étrangers

La réaction des entreprises françaises à la baisse des tarifs douaniers étrangers ÉCONOMIE La réaction des entreprises françaises à la baisse des tarifs douaniers étrangers Ines Buono* et Guy Lalanne** Nous estimons la réaction des entreprises françaises à la baisse des tarifs douaniers

Plus en détail

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION La corrélation est une notion couramment utilisée dans toutes les applications

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises.

s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises. LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE 1 s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises. En conclusion,

Plus en détail

Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises.

Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises. Université de Montréal Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises. Par Faoziat Akanni Sous la direction de M. Yves Richelle et M. Abraham

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

L avantage comparatif

L avantage comparatif L avantage comparatif Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année The theory of comparative advantage is the only result in social science that is

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Quelle Politique Laitière pour l Europe

Quelle Politique Laitière pour l Europe Quelle Politique Laitière pour l Europe Zohra BOUAMRA-MECHEMACHE et Vincent REQUILLART 1 INRA Unité ESR, Toulouse. Alors-que la plupart des organisations communes de marché des produits agricoles dans

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

La concurrence sociale va-t-elle remplacer la concurrence par les taux de change?

La concurrence sociale va-t-elle remplacer la concurrence par les taux de change? ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 4 1997 La concurrence sociale va-t-elle remplacer la concurrence par les taux de change? Patrick ARTUS* RÉSUMÉ. Nous nous demandons dans quels cas il est possible

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Analyse des déterminants de la transmission des taux directeurs sur les taux bancaires en Europe

Analyse des déterminants de la transmission des taux directeurs sur les taux bancaires en Europe Analyse des déterminants de la transmission des taux directeurs sur les taux bancaires en Europe Raphaël Jeudy juin 2008 Abstract Analyses of the transmission of money market rates to retail interest rates

Plus en détail

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg Szabolcs Deák 1 - Lionel Fontagné 2 - Marco Maffezzoli 3 - Massimiliano Marcellino 4 Introduction Les modèles dynamiques stochastiques d équilibre

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION 42 NOTES DE COURS CHAPITRE 2 43 1. INTRODUCTION Au premier chapitre, nous avons étudié le rendement de l exploitation. Nous avons également introduit

Plus en détail

EÉ tude sur le tourisme et le commerce

EÉ tude sur le tourisme et le commerce EÉ tude sur le tourisme et le comce Annexe technique Services analytiques de Deloitte Yunfan Li, Aditya Sane et Tom Peters Contexte On reconnaît l influence présumée du voyage sur le comce et les affaires

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) avec les États de l UE et de l AELE, entré en vigueur en juin, marque un

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité 1 Marge Seuil Zone sur Coûts coûts de de rentabilité profi pertes variables xes ts M = m x Q PLAN DE LA LEÇON : 1.LES COÛTS VARIABLES : OBJECTIFS

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE Auteur : Sana GUERMAZI-BOUASSIDA Assistante Permanente à l Ecole Supérieure de Commerce de la

Plus en détail

Impact des variations de taux de change réel sur l activité économique régionale au Canada. par José Bourque et Carl Gaudreault *

Impact des variations de taux de change réel sur l activité économique régionale au Canada. par José Bourque et Carl Gaudreault * Department of Finance Ministère des Finances Working Paper Document de travail Impact des variations de taux de change réel sur l activité économique régionale au Canada par José Bourque et Carl Gaudreault

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

REGARDS ÉCONOMIQUES. Comment la croissance économique et le coût salarial déterminent-ils l emploi en Belgique?

REGARDS ÉCONOMIQUES. Comment la croissance économique et le coût salarial déterminent-ils l emploi en Belgique? REGARDS Une publication des économistes de l'ucl ÉCONOMIQUES Mars 2008 Numéro 58 Comment la croissance économique et le coût salarial déterminent-ils l emploi en Belgique? La croissance économique et le

Plus en détail

L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro

L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro Auteur : Jean-François JAMET - Ancien élève de l Ecole Normale Supérieure (Ulm) et de l Université Harvard, consultant auprès

Plus en détail

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise?

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Grégory Verdugo Direction des Études microéconomiques et structurelles Service des Analyses microéconomiques

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Utilisation d une expérience naturelle pour estimer l impact du crédit d impôt à la R-D sur les dépenses en R-D

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Les incitations fiscales aux dons sont-elles efficaces?

Les incitations fiscales aux dons sont-elles efficaces? ÉCONOMIE Les incitations fiscales aux dons sont-elles efficaces? Gabrielle Fack* et Camille Landais** Cet article est consacré à l estimation de l effet des incitations fiscales en faveur des dons aux

Plus en détail

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, IAE (Sorbonne Graduate Business School) PLAN Les raisons du modèle 1 Les raisons du modèle 2 1.

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Pourquoi les entreprises françaises souffrent-elles de la force de l euro?

Pourquoi les entreprises françaises souffrent-elles de la force de l euro? Pourquoi les entreprises françaises souffrent-elles de la force de l euro? Sarah Guillou To cite this version: Sarah Guillou. Pourquoi les entreprises françaises souffrent-elles de la force de l euro?.

Plus en détail

La comptabilité de gesion, un outil de pilotage financier. ghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjk lzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxc

La comptabilité de gesion, un outil de pilotage financier. ghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjk lzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxc qwertyuiopasdfghklzxcvbnmqwer tyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui opasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopa sdfghjklzxcvbndfghjklzxcvbnmqw ertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiop asdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdf

Plus en détail

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e A. Zerrad 1, R&D, Nexialog Consulting, Juin 2015 azerrad@nexialog.com Les crises financières survenues dans les trente dernières années et les

Plus en détail

Le risque de change dans l évaluation du passif des polices pour les sociétés d assurance de personnes

Le risque de change dans l évaluation du passif des polices pour les sociétés d assurance de personnes Note éducative Le risque de change dans l évaluation du passif des polices pour les sociétés d assurance de personnes Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Décembre 2009 Document

Plus en détail

Les cibles d inflation et les perspectives de l inflation au Canada

Les cibles d inflation et les perspectives de l inflation au Canada Les cibles d inflation et les perspectives de l inflation au Canada Colloque multidisciplinaire sur le RPC Mars 2006 Don Coletti Directeur de la recherche Relations internationales Banque du Canada Aperçu

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

N 003 2015. Avril 2015

N 003 2015. Avril 2015 N 003 2015 Avril 2015 (1) La législation sur la protection de l emploi se réfère à l ensemble des dispositions (législation, conventions collectives, jurisprudence) qui régissent le recrutement et le licenciement

Plus en détail

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon Remarques générales : Dans l ensemble, les résultats sont assez décevants compte

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI Points saillants Au cours de la dernière année, le taux de chômage au Canada est

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Estimation des taux de marge dans l industrie manufacturière européenne *

Estimation des taux de marge dans l industrie manufacturière européenne * DOSSIER Estimation des taux de marge dans l industrie manufacturière européenne * Frédéric Warzynski Aarhus School of Business, Aarhus University Dans cet article, nous estimons les taux de marge moyens

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

L IMPACT DE LA FISCALITE DU TABAC SUR LA CONSOMMATION ET LA MORTALITE

L IMPACT DE LA FISCALITE DU TABAC SUR LA CONSOMMATION ET LA MORTALITE L IMPACT DE LA FISCALITE DU TABAC SUR LA CONSOMMATION ET LA MORTALITE Pierre Kopp et Thierry Laurent Août 2006 Centre d Economie de la Sorbonne (C.E.S) Université du Panthéon-Sorbonne (Paris 1) L IMPACT

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail