Induction en séquence rapide B. Boukatta, N. Houari, A. El bouazzaoui, H. Sbai, N. Kanjaa Service de réanimation polyvalente A4, CHU Hassan II de Fès

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Induction en séquence rapide B. Boukatta, N. Houari, A. El bouazzaoui, H. Sbai, N. Kanjaa Service de réanimation polyvalente A4, CHU Hassan II de Fès"

Transcription

1 Induction en séquence rapide B. Boukatta, N. Houari, A. El bouazzaoui, H. Sbai, N. Kanjaa Service de réanimation polyvalente A4, CHU Hassan II de Fès Résumé : L induction en séquence rapide reste la technique gold standard pour le contrôle des voies aériennes en cas d estomac plein. C est une technique bien codifiée qui a démontré son efficacité dans la réduction de la morbi-mortalité. Sa réussite nécessite un respect strict des différentes étapes, la préoxygénation pour améliorer les réserves en oxygène, la pression cricoïdienne pour réduire le risque d inhalation, l induction anesthésique par des agents à délai et durée d action courte, l intubation trachéale et la vérification du bon positionnement de la sonde par la présence d au moins trois cycles de capnogramme. Mots clés : induction, intubation, Sellick, sugammadex, urgence 1. Introduction : Le contrôle des voies aériennes chez des patients critiques, que ce soit en préhospitalier, aux urgences ou en réanimation est une situation à haut risque d hypoxie, de décompensation hémodynamique, de troubles du rythme et d arrêt cardiaque [1]. L induction en séquence rapide reste la technique de référence dans ce contexte [2]. Elle nécessite des agents anesthésiques d action rapide, un respect strict des différentes étapes, depuis la préoxygénation jusqu à la vérification du bon positionnement de la sonde trachéale et bien sûr une équipe bien entrainée. 2. Indications de l induction en séquence rapide : Induction en séquence rapide est indiquée dans toutes les situations à risque d inhalation bronchique par la présence d un volume gastrique résiduel supérieur à 0,4 ml/kg et dont le ph est inférieur à 2,5 [3]. Ainsi, les principales situations à risque sont l urgence, la pathologie abdominale aigue ou chronique, l obésité, la grossesse de plus de 14 semaines d aménorrhée, les troubles de conscience, le reflux gastro-œsophagien, l hernie hiatale et les diabétiques au stade de gastroparésie [4]. 3. Technique d induction en séquence rapide : L induction en séquence rapide (crash induction) comporte 5 phases bien codifiées : la préoxygénation la manœuvre de Sellick ou pression cricoïdienne l induction avec un hypnotique et un curare à action rapide l intubation trachéale la vérification du bon positionnement de la sonde d intubation 3.1. La préoxygénation : La préoxygénation consiste à faire respirer au patient de l oxygène pur (FiO2 = 1) à une ventilation minute suffisante permettant d augmenter les réserves en oxygène de l organisme afin d allonger la durée de tolérance à l apnée au cours de l intubation trachéale. Ainsi, une préoxygénation de 3 à 5 min permet une apnée d environ 8 minutes chez l adulte sain [5]. Le patient obèse morbide, la parturiente à terme et le patient hypoxémique de réanimation sont des sujets à haut risque de désaturation lors de l induction anesthésique. La préoxygénation permet de multiplier par trois les 1

2 réserves en oxygène de l organisme, plus des deux tiers sont localisées dans la capacité résiduelle fonctionnelle (CRF) [6]. A titre d exemple, pour une CRF de 2500 ml et une fraction alvéolaire en oxygène (FAO2) de 0,133 (FiO2 = 0,21), la quantité d oxygène est d environ 330 ml, lorsque la FAO2 atteint 0,87 (FiO2 = 1) le volume d oxygène atteint 2175 ml [7]. L efficacité de la préoxygénation ou de la dénitrogénation est appréciée par la mesure de la fraction expirée d oxygène (FEO2) et/ou d azote (FEN2). La préoxygénation est dite optimale si la FEO2 est supérieure à 90% ou la FEN2 est inférieure à 5%. La SpO2 n est pas un bon indicateur, puisque chez le sujet sain les valeurs sont déjà maximales et correspondent à des PaO2 pouvant varier de 90 à 670 mmhg. La préoxygénation doit être réalisée avec un masque facial parfaitement étanche pour ne pas altérer la FiO2 délivrée au patient. On distingue deux techniques, la ventilation spontanée pendant 3 minutes en oxygène pur et les quatre manœuvres de la capacité vitale en oxygène pur [8]. La préoxygénation en position proclive à 45 et l utilisation de la ventilation non invasive pendant 5 à 10 minutes avec une aide inspiratoire (AI) de 8 10 cmh 2 O et une PEP de 6 cmh 2 O chez l obèse permet d améliorer la tolérance à l apnée [9] La manœuvre de sellick: La manœuvre de Sellick correspond à l application d une pression cricoïdienne, visant à augmenter la pression du sphincter supérieure de l œsophage pour prévenir la régurgitation passive du contenu gastrique lors de l induction anesthésique [fig1] [10]. Le cartilage cricoïde est palpé sous le relief du cartilage thyroïde. La pression est exercée à l aide des trois premiers doigts. Ainsi, le pouce et le majeur fixent le cartilage cricoïde et l index applique une pression perpendiculaire d environ 10 Newtons juste avant l induction et de 30 Newtons dès la perte de conscience. Sur le plan pratique, 30 Newtons correspond à la force provoquant une douleur sur l arête du nez ou d une manière plus précise à la force entrainant le déplacement du corps d une seringue de 50 ml remplie d air et obturée par un bouchon [fig 2] [11]. La manœuvre de Sellick est maintenue jusqu à la confirmation du bon positionnement de la sonde trachéale. Cette dernière est contre-indiquée en cas de traumatisme laryngé, traumatisme du rachis cervical ou vomissements actifs. En cas de difficulté imprévisible d intubation, il faut essayer d améliorer la visibilité de la glotte en mobilisant le larynx, ventiler le patient tout en maintenant la pression cricoïdienne, sinon en relâchant la pression en cas de ventilation inefficace. Fig 1 : Intérêt de la pression cricoïdienne 2

3 Fig 2 : équivalence de la pression de 30 Newtons 3.3. L induction anesthésique: Les agents d anesthésie utilisés dans l induction en séquence rapide doivent répondre à un cahier des charges très précis : un délai d action court (< 45 secondes) pour prévenir une hypoxie une durée d action courte pour palier à un problème d intubation un effet de relâchement musculaire puissant, facilitant l exposition glottique un retentissement hémodynamique, neurologique et respiratoire minime Les hypnotiques : Les principaux hypnotiques qui répondent au cahier des charges sont le propofol, l étomidate, la kétamine et le thiopental, ce dernier n est plus commercialisé dans notre pays. Le propofol : Le propofol constitue un excellent agent hypnotique, du fait de ses caractéristiques pharmacologiques. En fait, le propofol a un effet antiémétique et par sa courte durée d action, il permet un réveil rapide et d excellente qualité. La dose habituelle est de 2 mg/kg. Devant ses effets hémodynamiques, le propofol doit être administré avec prudence surtout chez les patients hypovolémiques et instables sur le plan hémodynamique. L étomidate: L étomidate est un agent hypnotique d action rapide et brève, qui se caractérise par sa relative stabilité hémodynamique. La dose habituelle est de 0,3 mg/kg. L inconvénient principal de cet agent est son action inhibitrice sur l axe corticosurrénalien responsable d une insuffisance surrénalienne prolongée délétère essentiellement pour le patient septique. La kétamine: La kétamine reste l agent hypnotique de référence pour l induction en séquence rapide, notamment en cas d état de choc, de tamponnade ou d asthme aigu grave [12]. C est une molécule à courte durée d action et très liposoluble. La kétamine inhibe d une manière non compétitive les récepteurs NMDA. Il se caractérise par son effet dissociatif lié à la dissociation entre les systèmes thalmocortical et limbique. Cet effet se traduit d une part par un état proche de la catalepsie (absence de communication avec le monde extérieur, une amnésie, une analgésie intense) et d autre part par des phénomènes hallucinatoires et un délire au réveil. Sur le plan hémodynamique, la kétamine a une action sympathomimétique centrale permettant le maintien de l état hémodynamique [13]. 3

4 3.3.2 Les curares : Les deux curares de choix pour l induction en séquence rapide sont la succinylcholine et le rocuronium. La Succinylcholine: La succinylcholine, curare dépolarisant, est le myorelaxant de référence dans ces circonstances. Elle se caractérise par son délai et durée d action courts. Ses principales complications sont les troubles du rythme cardiaque, le choc anaphylactique, l hyperkaliémie et l augmentation de la pression intracrânienne. La dose habituelle est 1mg/kg. Ce curare n est pas disponible dans notre pays. Le rocuronium: L avènement d un agent décurarisant de novelle génération, le sugammadex, permettant une antagonisation immédiate et complète du bloc neuromusculaire induit par les aminostéroïdes (rocuronium, vécuronium, pancuronium) quel que soit le moment de leur administration a donné un regain d intérêt au rocuronium dans l induction en séquence rapide [fig 3] [14]. Le rocuronium est un curare non dépolarisant qui se caractérise par un délai d action proche de la succinylcholine, mais avec une durée d action plus longue d environ 20 minutes, ce qui est normalement incompatible avec le principe de l induction en séquence rapide. La dose préconisée est de 1 à 1,2 mg/kg et en cas d intubation difficile son effet peut être inhibé de façon immédiate par 16 mg/kg de sugammadex. Fig 3 : mécanisme d action du sugammadex [15] Les morphiniques : Les morphiniques du fait de leur effet émétisant, sont administrés après le contrôle des voies aériennes L intubation trachéale : L intubation trachéale est la technique de choix pour la protection des voies aériennes. Elle permet à l aide du ballonnet d assurer l étanchéité et donc la prévention de l inhalation. La pression du ballonnet doit être vérifiée à l aide d un manomètre (20 25 cmh 2 O) La vérification du bon positionnement de la sonde d intubation : La non détection d une intubation œsophagienne accidentelle peut avoir des conséquences graves en termes de mortalité immédiate. Les principaux outils de vérification du bon 4

5 positionnement de la sonde trachéale sont la visualisation directe de la glotte, la présence de la buée au niveau de la sonde d intubation, l expansion thoracique lors de l insufflation par le ballon, la présence d un murmure vésiculaire et surtout la détection d au moins trois cycles successifs à la capnographie [fig 4] [16]. Fig 4 : un capnogramme [16] 4. CONCLUSION : L induction en séquence rapide reste la technique de référence pour le contrôle des voies aériennes en cas d estomac plein. Sa réussite nécessite le respect strict des différentes étapes bien sûr en présence d une équipe entrainée. L avènement du sugammadex a permis de résoudre le risque d intubation difficile surtout dans notre contexte. 5. Bibliographie : 1. Davis DP, Hwang JQ, Dunford JV. Rate of decline in oxygen saturation at various pulse oximetry values with prehospital rapid sequence intubation. Prehosp Emerg Care 2008; 12: Adnet F, De la Coussaye JE, Jabre P. Intubation en séquence rapide : quels médicaments utiliser en préhospitalier. Réanimation 2000;19 : Ng A, Smith Graham. Gastrooesophageal reflux and aspiration of gastric contents in anesthetic practice. Anesth analg 2001; 93: Debaene B, Jeanny A. Anesthésie pour estomac plein. Les essentiels 2005 : Farmery AD, Roe PG. A model to desdribe the rate of oxyhaemoglobin désaturation during apnoea. Br J Anaesth 1996; 76: Campbell IT, Beatry PC. Monotoring préoxygénation. Br J Anaesth 1994; 72: Solis A, Baillard C. Préoxygénation chez l adulte. les essentiels Mc Gowan P, Skinner A. Preoxygenation. The importance of a good face mask seal; Br J Anaesth 1995; 75: Magnusson L, Spahn DR. New concepts of atelectasis during general anaesthesia. Br J Anaesth 2003;91: Smith KJ, Dobranowski J, Yip G. Cricoid pressure displaces the esophagus: an observational study using magnetic resonance imaging. Anesthesiology 2003; 99: Debaene B, Jeanny A. Anesthésie pour estomac plein. Les essentiels 2005 : Riou B, Langeron O. La kétamine. Pharmacologie en anesthésie-réanimation 1999 : Aubrun F, Paqueron X, Riou B. Kétamine. Conférences d actualisation 2000 :

6 14. Raft J, Lamotte AS, Meistelman C. Sugammadex. Les essentiels Gijsenbergh F, Ramael S, Houwing N, Van Iersel T. First human exposure of ORG 25969, a novel agent to reverse the action of rocuronium bromide. Anesthesiology 2005;103: Rayeh-Pelardy F, Quoirin E, Adnet F. La capnographie en préhospitalier : intérêts et limites. Réanimation 2006 ;15 : Preoxygenation and prevention of désaturation during emergency airway management. Scott D, Weingart, Richard M, Levitan. Annals of Emergency Medicine 2012; 59:

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

Anesthésie du patient adulte à l'estomac plein

Anesthésie du patient adulte à l'estomac plein 1 Anesthésie du patient adulte à l'estomac plein I. Risques Est considéré comme estomac plein tout patient dont le volume du contenu gastrique est > 25 ml (ou > 0,4 ml/kg) et dont le ph est < 2,5. A Facteurs

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Anesthésie en urgence et estomac plein

Anesthésie en urgence et estomac plein Anesthésie en urgence et estomac plein Benoît Plaud Université Paris-Diderot Assistance Publique Hôpitaux de Paris Anesthésie, réanimation chirurgicale GHU Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, Paris,

Plus en détail

Les recommandations des experts de la SRLF

Les recommandations des experts de la SRLF Réanim Urgences 2000 ; 9 : 407-12 2000 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés Les recommandations des experts de la SRLF Champ n 1 Définition et fiabilité des paramètres

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur

Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur F. Vargas G. Hilbert Département de Réanimation Médicale CHU Pellegrin-Tripode - Bordeaux DESC de Réanimation Médicale Toulouse 15 et 16 mars 2007

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque U.F.R Médecine 51, rue Cognacq-Jay 51100 Reims Tel. 03 26 78 70 30, aleon@chu-reims.fr clepouse@chu-reims.fr, pgallet@chu-reims.fr www.lssc-med-reims.fr Chapitre 1

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) INTRODUCTION Fin des années 80, débuts de la VNI version moderne. Technique répandue de plus en

Plus en détail

Obésité morbide au bloc opératoire : les aspects respiratoires

Obésité morbide au bloc opératoire : les aspects respiratoires Obésité morbide au bloc opératoire : les aspects respiratoires Gilles Lebuffe Pôle d Anesthésie-Réanimation de l Hôpital Huriez, CHU de Lille, 59037, Lille cedex Correspondance : Pr Gilles Lebuffe, Pôle

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

La manœuvre de Sellick «en questions» Pascal Boulland (photo), Jean-Christophe Favier, Laurent Allanic, David Plancade, Julien Nadeau, Alain Ceyrat

La manœuvre de Sellick «en questions» Pascal Boulland (photo), Jean-Christophe Favier, Laurent Allanic, David Plancade, Julien Nadeau, Alain Ceyrat Le praticien en anesthésie-réanimation, 2005, 9, 1 57 RUBRIQUE PRATIQUE La manœuvre de Sellick «en questions» Pascal Boulland (photo), Jean-Christophe Favier, Laurent Allanic, David Plancade, Julien Nadeau,

Plus en détail

Introduction. Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Introduction. Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Maryse COUAILLET Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate des médicaments et matériels nécessaires au traitement

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon VNI Ø VNI = méthode permettant une assistance ventilatoire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Préoxygénation du patient obèse sévère Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Les réserves en O₂ chez le sujet normal Total CRF Sang Tissus Campbell,

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - -

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - - Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson Claude VINCON Christian FAUSSER - - Ce geste fréquent est extrêmement banalisé et habituel, tout du moins

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail

Dr. SBAI Yassir Réanimation Anesthésie CHU Ibn Sina sbaiyassir@gmail.com. Association Marocaine des Gaz Industriels et Médicaux AMGIM

Dr. SBAI Yassir Réanimation Anesthésie CHU Ibn Sina sbaiyassir@gmail.com. Association Marocaine des Gaz Industriels et Médicaux AMGIM Utilisation des fluides médicaux dans les établissements de santé Dr. SBAI Yassir Réanimation Anesthésie CHU Ibn Sina sbaiyassir@gmail.com Association Marocaine des Gaz Industriels et Médicaux AMGIM Introduction

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Le chariot d urgence. AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011

Le chariot d urgence. AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011 Le chariot d urgence AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011 1 Certification HAS V2 juin 2004 Référence 33 : La continuité des soins est assurée.

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC

ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC Introduction Augmentation de la prévalence Morbi-mortalité cardio-respiratoire et néoplasique Chirurgie bariatrique ou conventionnelle Spécificité

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 9 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 41 Rédacteurs Dr V.HAMELIN, urgentiste Chenôve ; Dr L. QUEUDET, urgentiste Dijon

Plus en détail

La fiche individuelle d examen somatique de l adulte avec autisme

La fiche individuelle d examen somatique de l adulte avec autisme Des consultations spécialistes dédiées, avec réduction des temps d attente, anticipation des problématiques avec mise à disposition de temps supplémentaires. Le regroupement des interventions invasives

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

Salle de déchocage : la check-list du matériel

Salle de déchocage : la check-list du matériel SEBA CORINNE Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE Salle de déchocage : la check-list du matériel Les urgences vitales ne constituent qu une minorité des cas de prise en charge dans un service d urgence,

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE Dr Emmanuel Robin Clinique d Anesthésie-Réanimation Cardiothoracique CHU de Lille QUELS SONT LES RECOMMANDATIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES (SFAR,SRLF

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière Centre Hospitalier Régional d Orléans Centre d Enseignement des Soins d Urgence 45 Formation d adaptation à l emploi des Conducteurs ambulanciers de SMUR de la fonction publique hospitalière Formation

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

Société française d anesthésie et de réanimation Société française de médecine d urgence

Société française d anesthésie et de réanimation Société française de médecine d urgence Ann. Fr. Med. Urgence (2011) 1:57-71 DOI 10.1007/s13341-010-0019-9 Recommandations / Recommendations Recommandations formalisées d experts 2010 : sédation et analgésie en structure d urgence (réactualisation

Plus en détail

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations»

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations» L ARRÊT CARDIAQUE ACR et RCP «Rappels et nouvelles recommandations» Dr L.Nivet - Formation Continue Secouristes 2006 Synthèse des nouvelles recommandations : Dr T.Sécheresse - SAMU 73 Arrêt Cardio-Circulatoire

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 PARTIE 8 L ARRÊT CARDIAQUE 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de prendre en charge, seul ou au côté d un équipier secouriste, avec ou sans matériel minimum de premiers secours, une

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine Évaluation cardio-respiratoire rapide Identification du choc et de l insuffisance respiratoire @ 2001 American Heart association Objectifs du cours

Plus en détail

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net Les infirmiers à l accueil des urgences Dr Mounir Gazzah, Pr Slah Ghannouchi e formation en médecine d urgence Plan : 1. L accueil : définition, qualité 2. Les urgences : définition, types 3. L infirmier(e)

Plus en détail

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 2/ DÉPARTEMENT DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES ÉTATS-UNIS Centre pour

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

Angiœdème héréditaire

Angiœdème héréditaire Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency Healthcare Card Angiœdème héréditaire Hereditary angioedema Maladie héréditaire rare

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 Anesthésie et alcoolisme INTRODUCTION RETENTISSEMENT PHYSIOLOGIQUE

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION

PROGRAMME DE LA FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION 1. Contenu théorique 1.1. Anatomie, physiologie et pathologies Fonction respiratoire : anatomie et physiologie ; explorations fonctionnelles ventilatoires ; examens biologiques.

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

Ventilation en urgence

Ventilation en urgence [ L e s r e n d e z - v o u s m e n s u e l s d u S S S M 6 8 ] Ventilation en urgence Mulhouse le 23/10/12 PICHAULT Valérie Pédiatre Note de la rédac.web de www.pompiers68.fr ATTENTION : ce document a

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support 2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support Steve Greisch coordinateur national PHTLS Luxembourg Définition Concept

Plus en détail

LES HERNIES HIATALES

LES HERNIES HIATALES -1/5- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset LES HERNIES HIATALES I/ DEFINITION : La hernie hiatale désigne le passage d une portion de la partie

Plus en détail

Comment rédiger des protocoles d urgence en Médecine du Travail. Y. Aubert, V. Lopez, I. Biat, G. Boudet, F. Dutheil, A. Chamoux

Comment rédiger des protocoles d urgence en Médecine du Travail. Y. Aubert, V. Lopez, I. Biat, G. Boudet, F. Dutheil, A. Chamoux 1 Comment rédiger des protocoles d urgence en Médecine du Travail How to write emergency protocols in occupational medicine Y. Aubert, V. Lopez, I. Biat, G. Boudet, F. Dutheil, A. Chamoux Comment rédiger

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

Anesthésie pour estomac plein. Ilham Aglime Département Anesthésie Réanimation CHU tours 13 décembre 2012.

Anesthésie pour estomac plein. Ilham Aglime Département Anesthésie Réanimation CHU tours 13 décembre 2012. Anesthésie pour estomac plein Ilham Aglime Département Anesthésie Réanimation CHU tours 13 décembre 2012. Introduction Situation à risque ( régurgitation et inhalation); Contexte difficile(svt, mais pas

Plus en détail

LMA Supreme Second Seal. Sécuriser les voies aériennes. Gérer le contenu gastrique. Se conformer aux recommandations NAP4.

LMA Supreme Second Seal. Sécuriser les voies aériennes. Gérer le contenu gastrique. Se conformer aux recommandations NAP4. LMA Supreme Second Seal Sécuriser les voies aériennes. Gérer le contenu gastrique. Se conformer aux recommandations NAP4. Une double obturation performante L importance du Second Seal (obturation du sphincter

Plus en détail

Interprétation des gaz du sang. D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles SEMINAIRES IRIS. Interprétation des gaz du sang

Interprétation des gaz du sang. D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles SEMINAIRES IRIS. Interprétation des gaz du sang diapositive n 1 D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles! Préparation de l échantillon ( 1 ) Seringue en plastic ( adsorbent l O 2 ) Anticoagulation - petits capillaires du syst. de mesure - Héparine! Na

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Dernières recommandations conférence d expert SFAR 2006 Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Section 1 : Introduction à la ventilation mécanique

Section 1 : Introduction à la ventilation mécanique Table des matières Section 1 : Introduction à la ventilation mécanique Chapitre 1 Description générale de la ventilation mécanique INTRODUCTION... 4 1.1 RÔLE THÉRAPEUTIQUE... 5 1.1.1 Historique... 5 Poumon

Plus en détail

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves:

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves: 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4541-1 à R. 4541-11 et R. 4612-7 (décret du 3 septembre 1992 fixant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à la manutention manuelle

Plus en détail

Anesthésie et estomac plein

Anesthésie et estomac plein Anesthésie et estomac plein l estomac plein en situation d urgence mais pas seulement risque d inhalation pulmonaire élevé Dr Catherine ROYER Département d anesthésie réanimation Groupe hospitalier Pitié

Plus en détail

La spasticité - quelle prise en charge?

La spasticité - quelle prise en charge? AVC, TCC et maladies neurologiques : Développer et actualiser notre pratique soignante Plan Introduction La spasticité - quelle prise en charge? Présentation clinique et retentissement Traitement Résumé

Plus en détail

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie:

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: - L Épreuve d effort d - L Échographie d effortd - L Échographie sous dobutamine - La Scintigraphie myocardique d effortd Sandrine

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

DOSSIER FORMATION PREMIERS SECOURS COLLEGES. DUBOIS Jean-François septembre 2007

DOSSIER FORMATION PREMIERS SECOURS COLLEGES. DUBOIS Jean-François septembre 2007 DOSSIER FORMATION PREMIERS SECOURS COLLEGES P.S.C. 1 A.P.S 1 PSC 1 Cette formation financée par le Conseil Général de Saône et Loire, est destinée aux élèves de 4 ème. Une convention signée entre les 5

Plus en détail

Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM

Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM Les recommandations de l ERC l MCE précoce l DSA précoce l Priorité au MCE par rapport

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique Cause rare d accd accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique C. Hafsa, B. Hmida, R. Salem, MA. Jellali, M. Maatouk, M. Golli Service d imagerie d médicale m CHU Fattouma Bourguiba

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Traitements de l allergie

Traitements de l allergie Définition Traitements de l allergie Dr Bruno RICHARD Service d Hématologie-Oncologie C.H.U. Nîmes Allergie : Réponse immunitaire d hypersensibilité qui fait suite à l introduction de substances antigéniques

Plus en détail

Recommandation pour la période péri- opératoire chez un patient drépanocytaire adulte

Recommandation pour la période péri- opératoire chez un patient drépanocytaire adulte Recommandation pour la période péri- opératoire chez un patient drépanocytaire adulte Centre de Référence labélisé Maladies Rares «Syndromes Drépanocytaires Majeurs» La période peri-opératoire s accompagne

Plus en détail

Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte, à l'exception de l'intubation difficile

Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte, à l'exception de l'intubation difficile Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte, à l'exception de l'intubation difficile Conférence de consensus Texte court 7 juin 2002 Hôpital d'instruction des Armées Bégin 94160 Saint-Mandé

Plus en détail

L'obésité en médecine aiguë

L'obésité en médecine aiguë L'obésité en médecine aiguë Les mêmes drogues et les mêmes posologies? Dr Cédric Renard L'obésité un problème de plus en plus fréquent BMI (Body Mass Index) BMI = poids (kg)/taille 2 (m) Obésité si BMI

Plus en détail

RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE. Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet

RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE. Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet Signes de gravité? Interrogatoire: -du patient +++ -du témoin direct, ou indirect Examen clinique Traitement

Plus en détail

Sondes de gastrostomie: gestion et soins. Françoise Fievet Infirmière Stomathérapeute

Sondes de gastrostomie: gestion et soins. Françoise Fievet Infirmière Stomathérapeute Sondes de gastrostomie: gestion et soins Françoise Fievet Infirmière Stomathérapeute Congrès dysphagie CHU Brugmann 26 Octobre 2007 Nutrition entérale >< parentérale Utilisation des voies digestives :

Plus en détail

en santé simulation in situ Au sein de votre service, entraînez vos équipes à la résolution de situations critiques

en santé simulation in situ Au sein de votre service, entraînez vos équipes à la résolution de situations critiques Le Collège des hautes études en médecine (CHEM), fondé en Bretagne en 1988, fait partie des premiers organismes français habilités au titre du développement professionnel continu (DPC). Le CHEM propose

Plus en détail

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice ANATOMIE Organe musculaire creux Propulsion des aliments du pharynx vers estomac Maladie oesophagienne est fréquente Tube musculaire 2 sphincters :

Plus en détail

Rééducation des laryngectomies partielles. Corinne ADAMKIEWICZ Orthophoniste

Rééducation des laryngectomies partielles. Corinne ADAMKIEWICZ Orthophoniste Rééducation des laryngectomies partielles Corinne ADAMKIEWICZ Orthophoniste I. Anatomophysiologie et chirurgies partielles 1. anatomie du larynx a. le sphincter laryngé Situé au carrefour des voies aérodigestives

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 Référentiel / Guidelines Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

Item 184 Asthme Collège des Enseignants de Pneumologie 2015

Item 184 Asthme Collège des Enseignants de Pneumologie 2015 Item 184 Asthme Figure 1 : Physiopathologie de l asthme Figure 2 : Courbe debit-volume typique de TVO significativement réversible. Après broncho-dilatateurs (BD), le VEMS gagne 500 ml soit 14%. Tableau

Plus en détail

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille

Les troubles de la déglutition en réanimation. Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation Danièle Robert Fédération ORL CHU Timone Marseille Les troubles de la déglutition en réanimation La prévention des troubles de la déglutition en réanimation

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

Les troubles de la déglutition d personne âgée

Les troubles de la déglutition d personne âgée Les troubles de la déglutition d chez la personne âgée Dr Denise STRUBEL, Pôle de Gérontologie G CHU Nîmes N Hygiène risques et qualité chez la personne âgée Nîmes 2012 Problèmes spécifiques chez la personne

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail