Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie"

Transcription

1 Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire JC. Labadie

2 Facteurs de risques des ISO «Voies et foyers d infection d en salle d opd opération» (W.Whyte) ou les facteurs de risque d ISOd en relation avec l intervention chirurgicale. Journal of Hospital Infection 1988 ; 11

3 Facteurs de risques des ISO Points critiques Zones avoisinantes Sol Aération DM Circuits = DASRI Linge Plaie Tableau 1. Voies et foyers d infection en salle d opération D après W. Whyte

4 Facteurs de risques des ISO Points critiques Préparation de l opl opéré Champs opératoire Champage Planning des interventions Choix des salles d opd opération Qualité de la stérilisation

5 Facteurs de risques des ISO Points critiques Dispositifs médicauxm Usage unique stérile Stérilisation Désinfection

6 Facteurs de risques des ISO Points critiques Comportement du personnel Personnel en salle d opd opération Lavage des mains Vêtements Coiffe Masques Lunettes Gants

7 Facteurs de risques des ISO : Points critiques Zones avoisinantes Aération Sol Personnel en salle d opération Peau du patient Corps, incision et draps autour de la plaie Vêtements Masques Instruments Plaie Gants Bouche Mains Corps Gants Vêtements imperméables Tableau 1. Voies et foyers d infection en salle d opération d après W. Whyte

8 Les outils disponibles Référentiel réglementairer

9 Loi n n du 1 er juillet 1998 Art. 4-I 4 I : L article L L du code de la santé publique «Les établissements de santé mettent en place un système permettant d assurer la qualité de la stérilisation des dispositifs médicaux répondant r à des conditions définies d par voie réglementairer glementaire». Décret en cours d éd écriture Loi n du 1 er juillet 98

10 Facteurs de risques des ISO Décret n n du 23 avril 2002 relatif au système permettant d assurer d la qualité de la stérilisation des dispositifs médicaux dans les ES et SIH.

11 Les outils disponibles Référentiel réglementairer Normes ISO, CEN, AFNOR ISO AFNOR

12 Facteurs de risques des ISO NF EN ISO : 1999 Salles propres et environnements maîtris trisés apparentés s : Partie 1 Partie 7 NF S : «Etablissements de santé - Salles propres et environnements maîtris trisés s apparentés. Exigences relatives pour la maîtrise de la contamination aéroportées».

13 Les outils disponibles Référentiel réglementairer Normes ISO, CEN, AFNOR Guides de bonnes pratiques

14 Facteurs de risques des ISO Prévention des infections en chirurgie orthopédique et traumatologique : Guide pour la rédaction r de procédure. TIRESIAS - Volume 1

15 Facteurs de risques des ISO Comportement au bloc opératoire «La dissémination mination de bactéries pathogènes dans le bloc opératoire est le fait de fautes de comportement dont la responsabilité est partagée e par l ensemble l des personnes travaillant au bloc opératoire ratoire». «Le passage au bloc opératoire en tant que tel fait courir un risque infectieux au patient. La responsabilité de ce risque est individuelle et collective». J. GAUDIAS TIRESISAS p 79

16 Facteurs de risques des ISO Le port d une d tenue de bloc (pyjamas, calot et masque) est obligatoire Le personnel doit être formé à ces pratiques elles-mêmes devant être formalisées par écrit» TIRESIAS p 25

17 Facteurs de risques des ISO Elément d une discipline Discipline de fermeture des STOP portes. Bloc Limitation stricte de la présence et des mouvements des personnes dans les salles d interventiond Une gestion des programmes opératoires J. GAUDIAS TIRESISAS p 80

18 Facteurs de risques des ISO Le système pileux de la tête et de la face y compris les pattes et le cou, doit être couvert dans les zones d accd accès s réglementr glementé du bloc opératoire. Normes pratiques de l AORN* l Interbloc n 2/96 Tome XV * Association américaine des infirmières de salle d opération

19 Les outils disponibles Protocoles Procédures Référentiel réglementairer Normes ISO, CEN, AFNOR Guides de bonne pratique Procédures, protocoles, modes opératoires

20 Facteurs de risques des ISO Protocoles de nettoyage et désinfection d des endoscopes.

21 Les outils disponibles Référentiel réglementairer Normes ISO, CEN, AFNOR Guides de bonne pratique Procédures, protocoles, modes opératoires Traçabilit abilité des actes et des procédures

22 Facteurs de risques des ISO Traçabilit abilité des dispositifs médicaux m en stérilisation

23 Les outils disponibles Référentiel réglementairer Normes ISO, CEN, AFNOR Guides de bonne pratique Procédures, protocoles, modes opératoires Traçabilit abilité des actes et des procédures Contrôles qualité

24 Facteurs de risques des ISO Contrôles qualité : - en stérilisation - air du bloc opératoire...

25 Comment évaluer la qualité au bloc opératoire? En utilisant l AUDITl

26 Comment évaluer la qualité au bloc opératoire? En choisissant de bons indicateurs de surveillance : Exemple = Taux d ISO d selon la classe de contamination (ALTEMEIER)

27 Comment évaluer la qualité au bloc opératoire? En mettant en place un système de vigilance destiné à prendre en compte les incidents, défaillances, d évènements indésirables.

28 ... - La qualité au bloc opératoire, c est : La maîtrise de la qualité CONCLUSION 1

29 ... - La qualité au bloc opératoire, c est : La maîtrise de la qualité L assurance de la qualité CONCLUSION 2

30 ... - La qualité au bloc opératoire, c est : La maîtrise de la qualité L assurance de la qualité La gestion de la qualité CONCLUSION 3

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38 Un hôpital doit être construit par un architecte compétent Son personnel a de bonnes manières et se distingue par sa propreté corporelle et vestimentaire. Traité de médecine Indienne 4 è siècle avant J-C

Plus en détail

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE Atelier-action du Resclin «Gestion du risque infectieux associé à une intervention chirurgicale» 4ème Trimestre Prévention du risque infectieux Priorité Préoccupation constante

Plus en détail

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Hygiène périp ri-opératoire Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Prévention Architecture des blocs opératoires Traitement de l air Procédures de comportement Désinfection

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Dr Philippe PANOUILLOT pharmacien inspecteur de santé publique dept. Inspection contrôle évaluation (DICE) - ARS25 novembre

Plus en détail

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003)

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Bruno Grandbastien (SFHH, C-CLIN Paris-Nord et CHRU de Lille) Contexte Importance des infections du site opératoire

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Yann MALLET, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY 1ère journée de l Association de Lutte

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Le changement

LE CIRCUIT DU LINGE. Le changement LE CIRCUIT DU LINGE 4 ème journée e de formation et d information Prévention du risque infectieux en EHPAD Le changement Le contexte réglementaire r est de plus en plus exigeant.. Circulaire inter ministérielle

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN Audit Régional en endoscopie 2008 Antenne Régionale CCLIN-FELIN Organisation Régionale de l audit Développement de l activité endoscopie Evolution de la législation Alertes matériovigilance EVALUATION

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE Dr. L. SIMON, Praticien Hospitalier coordonnateur CClin Est, Nancy 29 èmes Journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE, 25 mai 2012

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

FORMATION PREVENTION ET GESTION DES RISQUES INFECTIEUX

FORMATION PREVENTION ET GESTION DES RISQUES INFECTIEUX FORMATION PREVENTION ET GESTION DES RISQUES INFECTIEUX FORMATION PREVENTION ET GESTION DES RISQUES INFECTIEUX Vous êtes des Professionnels du Tatouage, du Piercing et du maquillage permanent. Nous sommes

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Unité de Gestion du Risque Infectieux/service de Bactériologie-Hygiène Service d Information Médicale Page 1 Contexte

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Charles FOURNIER, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY, Nicolas PENEL, Yann MALLET XXII

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Informatisation de la surveillance des ISO Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Journée ISO CCLIN sud est 5 avril 2012 Dr Dusseau 1,2, Mme Gérosa 2, Mme Cassaz

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE)

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) Entretien matériel VALENCE B, Grenoble JANVIER 2010 Objectif La stérilisation à la vapeur d eau (autoclave) est la méthode de référence dans les établissements

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Conducteur(trice) de ligne de conditionnement des Industries Chimiques : niveau IV* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

LES PARTICULARITES EN OPHTALMOLOGIE

LES PARTICULARITES EN OPHTALMOLOGIE Préparation cutanée e de l opl opéré LES PARTICULARITES EN OPHTALMOLOGIE LE CHAMP OPÉRATOIRE Claude Speeg Schatz Strasbourg Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Particularités en ophtalmologie Particularités

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

ANNEXE I Présentation du programme de formation conduisant au diplôme d'état d'infirmier de bloc opératoire

ANNEXE I Présentation du programme de formation conduisant au diplôme d'état d'infirmier de bloc opératoire ANNEXE I Présentation du programme de formation conduisant au diplôme d'état d'infirmier de bloc opératoire Le programme de formation a pour objectif de développer des compétences d'infirmier spécialisé

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

Contribution de la normalisation à l amélioration de la qualité en santé

Contribution de la normalisation à l amélioration de la qualité en santé Contribution de la normalisation à l amélioration de la qualité en santé Enjeux et risques d une normalisation en santé aujourd hui «Rencontre des métiers de la Santé : management de la qualité et gestion

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI)

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) L. Cauchy, N. Loukili, S. Borms, B. Guery, B. Grandbastien XXIII ième Congrès s national de la SF2H 7

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

TITRE ASSISTANT(E) DENTAIRE

TITRE ASSISTANT(E) DENTAIRE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES TITRE ASSISTANT(E) DENTAIRE Enregistré au RNCP Arrêté du 27 novembre 2012 Page 1 GESTION DU RISQUE INFECTIEUX Préparer et entretenir la salle de soins Entretenir

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT Sylvie PAGET UE 2.10 S1 2015-2016 2016 PLAN INTRODUCTION 1- Les Infections du Site Opératoire (ISO) 1-11 Epidémiologie 1-22 DéfinitionD

Plus en détail

Les déchets hospitaliers

Les déchets hospitaliers Les déchets hospitaliers C est l ensemble des sous-produits des activités de soins. L établissement est responsable de l élimination des déchets. Les points importants sont le tri à la source et l approche

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

L action de CHIR-EXPERT FORMATION s appuie sur 3 principes fondateurs :

L action de CHIR-EXPERT FORMATION s appuie sur 3 principes fondateurs : EDITO Le hasard de belles rencontres, les expériences personnelles favorisent l enrichissement professionnel de chacun, d où le développement de la division formation de notre société CHIR-EXPERT. Après

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des patients. Ces textes s efforcent : d accompagner l

Plus en détail

Management d une équipe de bio nettoyage

Management d une équipe de bio nettoyage 9 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Jeudi 19 septembre 2013 - Noyon Management d une équipe de bio nettoyage Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé hygiéniste Le bio

Plus en détail

Précautions complémentaires d hygiène

Précautions complémentaires d hygiène Précautions complémentaires d hygiène Évaluation des pratiques au CHU de Nîmes et au CRLC Val d Aurelle Jeudi 6 décembre 2012 Amandine Minchella Pharmacien Équipe opérationnelle d hygiène CRLC Val d Aurelle

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

Dispositif Médical De l idée au marché

Dispositif Médical De l idée au marché Dispositif Médical De l idée au marché Approcher autrement la réglementation Thierry SIRDEY Directeur Adjoint Direction des dispositifs médicaux de diagnostic Et des plateaux techniques 29 Novembre 2013

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DOCUMENT

IDENTIFICATION DU DOCUMENT Pages : 1 /7 IDENTIFICATION DU DOCUMENT Domaine RÉALISATION DU SERVICE Fonction ELIMINATION/DÉCHETS Caractéristique SOINS MÉDICAUX Type PROCÉDURE Date de péremption 04/09/2010 Mots clefs : DECHETS/ EMAS/

Plus en détail

MATÉRIEL DE PROTECTION DES CLIENTS INFORMATION DES CLIENTS PRODUITS D USAGE COURANT TRANSPORTS / ENTREPÔTS / PLATEFORMES

MATÉRIEL DE PROTECTION DES CLIENTS INFORMATION DES CLIENTS PRODUITS D USAGE COURANT TRANSPORTS / ENTREPÔTS / PLATEFORMES p.2 INTRODUCTION p.3 MESURE ORGANISATIONNELLE p.3 PERSONNEL DISPOSITIONS JURIDIQUES SOCIALES ET COMMERCIALES INFORMATION DU PERSONNEL MATÉRIEL DE PROTECTION ET HYGIÈNE DU PERSONNEL ORGANISATION GÉNÉRALE

Plus en détail

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE Document préparé par Albert AMGAR, asept@asept.asso.fr Ce document fait suite à celui sur l organisation du lavage des mains et disponible au format

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juin 2016 N/Réf. : CODEP-PRS-2016-021960 Monsieur le Directeur Général Hôpital NECKER 75015 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

PLACE DU BIONETTOYAGE A LA VAPEUR EN MILIEU HOSPITALIER

PLACE DU BIONETTOYAGE A LA VAPEUR EN MILIEU HOSPITALIER PLACE DU BIONETTOYAGE A LA VAPEUR EN MILIEU HOSPITALIER A. PHALIPPOUT - M.C. BAUDU Conseillères ESF - Unité d Hygiène - CHU Limoges XV ème Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière Montpellier

Plus en détail

Spécialité : Niveau : - Unité : Centre hospitalier de :

Spécialité : Niveau : - Unité : Centre hospitalier de : Spécialité : Niveau : - Unité : Centre hospitalier de : Mode d emploi de la fiche diagnostique 3 temps. 1. Typer le projet de travaux : I, II ou III. 2. Localiser la zone de travaux par rapport au(x) service(s)

Plus en détail

Sécurité des dispositifs médicaux

Sécurité des dispositifs médicaux Sécurité des dispositifs médicaux recueil sur CD-ROM Référence : 3169941CD ISBN : 978-2-12-169941-7 Année d édition : 2009 Analyse Priorité à la sécurité des dispositifs médicaux! Les risques encourus

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de production des Industries Chimiques : niveau III* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence est celui

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

Faut-il encore surveiller les ISO, comment?

Faut-il encore surveiller les ISO, comment? XXIII ème congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière (SF2H) Lille 2012 Faut-il encore surveiller les ISO, comment? Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N.

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. C.T.I.N. B. Branger C.CLIN-Ouest 5 mars 2002 1 Organisation nationale! Création des CLIN " En 1988 (établissements publics)

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE»

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» Josée e Allard et Sandra Hulmann Enseignantes à l École des métiers des Faubourgs-de-Montréal de la Commission scolaire de Montréal

Plus en détail

Le nouvel exercice des infirmiers de bloc opératoire. Aline DEQUIDT Présidente AEEIBO Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE

Le nouvel exercice des infirmiers de bloc opératoire. Aline DEQUIDT Présidente AEEIBO Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE Le nouvel exercice des infirmiers de bloc opératoire Aline DEQUIDT Présidente AEEIBO Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE 3 A.Dequidt B Ludwig Cadre règlementaire d exercice Ibode Code de la santé publique,

Plus en détail

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP THEME : LES OUTILS DE COOPERATION L expérience de L HAD SANTE RELAIS DOMICILE L histoire de l association : création de SANTE RELAIS 31 en 2001 AGESEP 31 La création de l association Loi 1901 SANTE RELAIS

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

ATmosphère EXplosive. Chauvet Florent Jouenne Loïc Begaud Florian

ATmosphère EXplosive. Chauvet Florent Jouenne Loïc Begaud Florian ATmosphère EXplosive Chauvet Florent Jouenne Loïc Begaud Florian -Définition -Logos importants liés aux ATEX -Deux directives pour ATEX 94/9/CE 1999/92/CE -Les différentes zones ATEX -Le rôle de l employeur

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

UE 2.10 S1 Infectiologie - Hygiène Les gestes essentiels Pour quoi? Pour qui? Quand? Comment?

UE 2.10 S1 Infectiologie - Hygiène Les gestes essentiels Pour quoi? Pour qui? Quand? Comment? UE 2.10 S1 Infectiologie - Hygiène Les gestes essentiels Pour quoi? Pour qui? Quand? Comment? Où? Étudiants infirmiers 1ère Année Promotion 2012-2015 Unité d enseignement 2.10.S1 Infectiologie, hygiène

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution!

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution! Médicaments cytotoxiques et soignants Manipuler avec précaution! Les médicaments cytotoxiques : de quoi parle-t-on? Les médicaments cytotoxiques sont largement utilisés dans les services d oncologie dans

Plus en détail

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE AEEIBO -UNAIBODE AEEIBO Ecole d Infirmiers de bloc opératoire 351 rue Ambroise Paré 59120 LOOS Aline DEQUIDT-MARTINEZ, Présidente

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des outre-mer ARRÊTÉ

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des outre-mer ARRÊTÉ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des outre-mer ARRÊTÉ Relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme

Plus en détail

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences CQP Conduite de ligne de conditionnement Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Conduite de ligne de conditionnement est capable de : Conduire tous les équipements d une ligne de conditionnement

Plus en détail

Autres appellations du métier

Autres appellations du métier Le métier aujourd'hui Autres appellations du métier Agent(e) de bio-nettoyage Agent(e) de service de collectivités Description synthétique du métier L Agent(e) de Service Hospitalier réalise l entretien

Plus en détail

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique Audit de pratiques professionnelles La ponction du liquide amniotique Journée réseau MATER 17 novembre 2011 C. Chapuis/P.Battagliotti/ ESPRI/ HCL PLA : quels sont les risques? Risque de fausse couche :

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment?

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Dr JM Guérin Coordinateur des risques associés aux soins Dr A. Abdelaziz Master management des structures de santé Me S. Patenôtre Cadre du

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses

Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU Les CESU de l APHP 26/11/2014 D où vient le virus EBOLA? 2 Fièvre

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.)

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.) LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( ISO) Les infections du site opératoire (ISO) représentent la troisième cause des infections nosocomiales ( 14% des I N en 2006 ) Dans les réseaux de surveillance

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

PROBLEMES D'HYGIENE HOSPITALIERE POSES PAR UN CAS DE SARS EN REANIMATION

PROBLEMES D'HYGIENE HOSPITALIERE POSES PAR UN CAS DE SARS EN REANIMATION PROBLEMES D'HYGIENE HOSPITALIERE POSES PAR UN CAS DE SARS EN REANIMATION S. Alfandari, T. d Escrivan, Y. Yazdanpanah, B. Guery pour les services de Maladies Infectieuses et du Voyageur et de Réanimation

Plus en détail

GESTES TECHNIQUES CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE

GESTES TECHNIQUES CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE Page 1/6 Versio n Nom et fonction 00 ME BRASSART Cadre de Santé MC BEAUFILS Pharmacien 01 02 03 MEBRASSART MC.BEAUFILS Le Groupe hygiène-soins Rédaction Vérification Approbation Date Visa Nom et fonction

Plus en détail