ARGUMENTAIRES ET PROPOSITIONS DE LA PQR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARGUMENTAIRES ET PROPOSITIONS DE LA PQR"

Transcription

1 ARGUMENTAIRES ET PROPOSITIONS DE LA PQR 13 /11/08

2 POLE 1 : LES METIERS DU JOURNALISME : - Déontologie - Droits d auteurs - Indemnités des Journalistes - Statut des journalistes - Clause de cession - Correspondants locaux - Sociétés de rédacteurs

3 GROUPE «METIERS DU JOURNALISME» FICHE «DEONTOLOGIE» FONDEMENTS Lʼimplication de la PQR dans la vie quotidienne des Français lui a fait prendre très tôt la mesure de sa responsabilité et de sa spécificité. Cette proximité crée un lien affectif fort avec ses lecteurs et lui dicte une éthique particulièrement exigeante. Croiser et rencontrer au quotidien les acteurs de la vie locale, sociale, économique implique une exigence et une vigilance particulières dans le traitement de lʼinformation qui les concerne. La déontologie des éditeurs et journalistes de PQR est donc le fruit dʼune culture, dʼune formation, dʼun professionnalisme. Leur responsabilité sʼexerce en en se référant à deux valeurs fondamentales: - le droit à lʼinformation - le respect de la personne MOYENS 23 titres de PQR sont dotés dʼune Charte de Déontologie Plusieurs quotidiens régionaux (La Dépêche, Midi Libre, La NRCO et Sud Ouest) ont un médiateur qui reçoit les remarques des lecteurs et les répercute vers les journalistes avec leur avis. Certains tiennent un chronique hebdomadaire dans les pages du journal.(so) Les rédacteurs en chef de la PQR qui se réunissent plusieurs fois par an au sein dʼune COMMISSION DE LʼINFORMATION réfléchissent constamment à leur rôle et à leur responsabilité : - Dans le traitement éditorial des «faits divers» - ex après «lʼaffaire dʼoutreau», en invitant M. Houillon Pdt de la Commission des Lois à lʼan et rapporteur de la Commission dʼenquête à débattre sur le rôle de la presse. - dans la gestion des blogs - en suivant attentivement les évolutions législatives et jurisprudentielles en matière de droit à lʼimage, présomption dʼinnocence, protection des sources Les relations avec la justice Les travaux et réflexions menés sur ce sujet se sont concrétisés de diverses manières :

4 - Renforcement des formations internes -via les écoles de journalisme- sur la base de modules de formation spécifiques :«Presse/Justice» - Rédaction dʼun «Vademecum Presse/Justice» (1993) rappelant les règles essentielles du droit de la Presse et précisant dans un lexique le sens des termes judiciaires couramment employés. - Enfin, par une réflexion constante sur leur conception des «Régles et Usages» de leur profession, les rédacteurs en chef de la PQR contribuent à la clarification des droits et devoirs qui sʼimposent à la fois à la presse, à la justice et au citoyen. LES REGLES ET USAGES DE LA PQR : QUELQUES EXEMPLES Exigence de sérieux et de rigueur Impliquant un important effort de formation - Publier une information précise: le souci du détail prend, en raison de la proximité une dimension particulière. Une erreur de prénom est aussi impardonnable que néfaste à la crédibilité dʼune rédaction. - Ne pas nourrir la rumeur - Assurer le suivi des informations - Faire preuve de mesure dans lʼexpression Affirmation du respect de la personne - Respecter la dignité de la personne humaine : sʼagissant le choix des photos la PQR avait anticipé les mesures législatives telles que lʼinterdiction de publier la photo dʼune personne menottée - Respecter la vie privée et le droit à lʼimage : la proximité donne une dimension particulière de ces exigences - Recueillir tous les points de vue nécessaires à une présentation équilibrée de faits ou polémiques - Divulguer lʼidentité des personnes avec discernement, éviter en particulier de le faire pour celles qui sont impliquées dans de petites infractions - Informer sans provoquer discrimination, racisme ou violence Respect de la présomption dʼinnocence - Veiller à la véracité des faits, à la prudence et à lʼéquité dans lʼexpression - Ne pas se substituer à la Justice : informer sans «condamner», rappeler la présomption dʼinnocence - Utiliser les termes juridiques appropriés : écarter les expressions «qualifiantes» vite péjoratives - Veiller à ne pas introduire une présomption de culpabilité par le choix des photos - Veiller à publier le non-lieu dont a bénéficié une personne dans une affaire traitée par la rédaction (sauf demande contraire de ladite personne) Exercice du droit de réponse Eviter les NDLR : en particulier quand il émane dʼune personne ayant bénéficié dʼun non-lieu, dʼune relaxe, dʼun acquittement En faciliter lʼexercice : sʼil nʼest pas contraire à la loi ou aux bonnes mœurs, ni de nature à porter atteinte à lʼintérêt des tiers, à lʼhonneur du journal.

5 GROUPE «METIERS DU JOURNALISME» FICHE DROITS D AUTEUR Le code du Travail et le code de la Propriété intellectuelle abordent actuellement le travail du journaliste dans le cadre d une organisation mono produit : un journaliste travaille pour un titre, et tout travail supplémentaire ou pour un autre titre doit faire l objet d un avenant au contrat de travail et d une rémunération complémentaire. Cette législation n est plus adaptée à la situation actuelle : la part de la presse écrite décroît et les entreprises de presse tentent de compenser cette perte par de nouveaux supports, notamment internet et de nouvelles marques qui permettent de cibler plus précisément les lecteurs. Plusieurs groupes de presse ont signé des accords avec les organisations syndicales pour organiser cette réutilisation. Ces accords ne sont que des solutions d attente : Leur portée juridique est limitée. En effet, les syndicats ne sont habilités à signer des accords que pour du droit social. La propriété intellectuelle est un droit individuel qui sort de leur champ de compétence. Les accords peuvent à tout moment être dénoncés alors que les entreprises ont pu investir dans les nouveaux médias et se voir contraintes de cesser leur publication, notamment sur internet. Un journaliste à titre individuel peut toujours contester ces accords et refuser que ses articles soient réutilisés. Or un contenu «à trous» n est évidemment pas commercialisable. Par rapport aux autres formes de presse, la presse régionale présente des spécificités. La marque n est pas un critère unique. Certains produits sont déclinés sous des marques plus adaptées aux publics que l on cherche à toucher. L exemple le plus frappant pour la PQR concerne les sites «www.maville.com» qui sont l émanation du journal mais ne porte pas sa marque. Le plus souvent les entreprises sont structurées en groupe qui exploitent plusieurs titres. La maquette et l organisation du contenu peuvent être similaires mais le lecteur est attaché à la légitimité du titre historique qu il faut donc conserver. Pourtant, il y a des pages communes à plusieurs journaux d un même groupe, notamment en matière d informations générales. Il serait aberrant de payer un complément de rémunération sous prétexte que le travail du journaliste paraît le même jour sous plusieurs titres. L accord de branche PQR du 8 novembre 1999 tient

6 compte de cette originalité en donnant à l entreprise une définition plus extensive que la stricte définition juridique. De nombreuses entreprises de presse en région développent des numéros spéciaux qui sont fabriqués à partir des bases de données du journal. Ces numéros sont publiés sous la marque du journal dont ils visent à conforter l image pour trouver de nouveaux lecteurs. Quelle justification y aurait-il à un deuxième paiement? Préconisations La presse française a besoin pour combler le retard de son développement multimédia, d une modification du code de la propriété intellectuelle pour prévoir une cession de plein droit à l éditeur : - Sans rémunération supplémentaire dans un délai limité lié à la périodicité et à la nature de la publication particulièrement pour alimenter les sites internet ou pour réaliser des pages communes dans les titres d un même groupe. - Avec une rémunération complémentaire pour les utilisations à plus long terme. - La réutilisation par l entreprise en dehors du cadre de sa mission d information (par exemple édition) peut toujours faire l objet d une convention expresse individuelle. Il convient également de prévoir un dispositif pour débloquer la situation en cas de refus de signer un accord collectif, par le biais d une commission paritaire dont le rôle n est pas d autoriser ou non la rémunération ; mais seulement de fixer la rémunération complémentaire au cas où elle est due. Enfin, l éditeur doit pouvoir utiliser les contributions des journalistes dans l ensemble des sociétés rattachées au groupe de l employeur. Ces modifications sont nécessaires à la survie des entreprises de presse face aux nouvelles formes d expressions. Le SPQR a signé en 1999 un accord-cadre organisant cette cession à titre exclusif. Cet accord-cadre qui n a jamais été signé par le SNJ mais n a pas non plus fait l objet d une opposition, apporte une sécurité juridique toute relative aux entreprises de PQR qui l ont décliné localement au sens où ces accords locaux n ont jamais été complétés par des conventions individuelles signées par tous les journalistes concernés. Les modalités de rémunération prévues dans l accord-cadre donnent la possibilité aux accords locaux de faire naître la rémunération complémentaire entre le premier et le huitième jour suivant la première publication. Le SPQR, afin de diversifier les sources habituelles d information photographiques ou iconographiques, a également signé en 2000 un accord-cadre constituant une banque d échange photos entre les quotidiens régionaux.

7 Proposition d article relatif aux droits d auteur des collaborateurs de la rédaction d une publication de presse Article x : «I.- L alinéa 2 de l article L du Code de la propriété intellectuelle est remplacé par l alinéa suivant : «Pour toutes les oeuvres publiées dans un journal ou écrit périodique, l auteur conserve, sauf stipulations contraires, le droit de faire reproduire et d exploiter ses œuvres sous quelque forme que ce soit, et sous réserve de respecter les dispositions de l article L En outre, cette reproduction ou cette exploitation ne doit pas être de nature à faire concurrence à ce journal ou écrit périodique. II.- Au livre Ier, titre III, chapitre II du Code de la propriété intellectuelle, il est créé une section 6 ainsi rédigée : «Section 6 : Cession des œuvres pour une publication de presse «Article L : «Par publication de presse on entend, au sens du présent article, la publication sur tout support, opérée sous la responsabilité, ou les marques, d une entreprise de presse, d un journal, d écrits périodiques, de services de communication au public en ligne et d exploitations éditoriales complémentaires ainsi que leurs utilisations à des fins promotionnelles. Sont exclus les services de communication audiovisuelle au sens de l article 2 de la loi n du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication modifiée. Toute convention liant une personne qui contribue à la création d une publication de presse et son employeur emporte cession à titre exclusif des droits d exploitation des contributions au profit de ce dernier. La rémunération perçue dans le cadre de cette convention est réputée couvrir, pendant une période dont la durée est déterminée par voie d accord collectif ou d accord individuel, toute publication, quel qu en soit le support, des contributions par l entreprise de presse, ainsi que par l ensemble des sociétés, mère ou filiales, qui lui sont liées et qui sont liées entre elles au sens des articles L233-1 ou L233-3 du Code du commerce. Cette rémunération couvre également toute utilisation sur le support initial sans limitation de durée. La durée visée à l alinéa 3 court à compter de la première mise à disposition du public de la publication de presse. Elle est déterminée en prenant, notamment en considération la périodicité et la nature de la publication. Au-delà de cette période, la publication de la contribution par l entreprise de presse ou par l une ou l autre des sociétés visées à l alinéa 3 fait l objet d une rémunération complémentaire, déterminée par accord collectif ou par accord individuel.

8 La possibilité pour l entreprise de presse de céder les droits d exploitation des contributions à des tiers est soumise à l accord exprès de leur auteur. Cette cession donne lieu à versement d une rémunération complémentaire, dont le montant est déterminé par accord collectif ou accord individuel. On entend par «tiers» toute personne, physique ou morale, extérieure à l entreprise de presse constituée, ainsi qu à l une ou l autre des sociétés visées à l alinéa 3. Les rémunérations complémentaires visées aux alinéas 5 et 6 ci-dessus n ont pas le caractère de salaire et sont déterminées conformément aux articles L et L du présent code et peuvent avoir un caractère forfaitaire. «Article L : Il est créé une commission de conciliation, présidée par un représentant de l Etat, comprenant à parité des représentants des organisations professionnelles de presse et de représentants des organisations syndicales de journalistes professionnels. La commission a compétence pour proposer, à défaut d accord et à l issue d une période de six mois de négociations infructueuses, la période et les rémunérations visées respectivement aux alinéas 3, 4, 5 et 6 de l article L A cette fin, elle prend en compte les accords existants dans la forme de publication considérée. La commission se détermine à la majorité de ses membres présents. En cas de partage des voix, le président a voix prépondérante. Si, dans un délai d un mois à compter de la notification de la proposition, une des parties a notifié son refus de l accepter, la partie la plus diligente peut saisir le juge afin de faire fixer la période et les rémunérations visées respectivement aux alinéas 3, 4, 5 et 6 de l article L La proposition de la commission de conciliation sera communiquée au juge. La composition, les modalités de saisine et de fonctionnement de la commission sont déterminées par décret en Conseil d Etat.» III. Le deuxième alinéa de l article L du Code du travail est modifié comme suit : Lorsqu elle est effectuée dans le cadre d un contrat de travail, la collaboration d un journaliste professionnel s entend pour tous les supports de la (ou les) publication(s) à laquelle (auxquelles) il est rattaché. Les conditions d exploitation de ces contributions sont définies à l article L du CPI. ************

9 GROUPE «METIERS DU JOURNALISME» FICHE INDEMNITES DE LICENCIEMENT DES JOURNALISTES Le montant de l indemnité de licenciement des journalistes se situe à un niveau insupportable pour l économie actuelle des entreprises de presse. Elle est déterminée par la loi (art. L du code du travail) et fixée à un mois de salaire par année (ou fraction d année) de présence jusqu à 15 ans d ancienneté et son montant est déterminé librement par une commission arbitrale au delà de 15 ans (art L ). La commission arbitrale fixe dans la quasi totalité des cas des montants supérieurs à 1 mois de salaire par année d ancienneté au delà de 15 ans. Cette commission est composée de deux représentants patronaux, deux représentants syndicaux et d un président, haut magistrat, choisi d un commun accord par les deux parties. De fait, c est donc le président qui décide. Dès qu un président appuie des montants plus «raisonnables», par exemple, en voulant chiffrer la réalité du préjudice subi, il est ensuite récusé par les représentants syndicaux pour les commissions arbitrales suivantes. Par ailleurs, les décisions de cette commission arbitrale ne sont susceptibles, ni d appel, ni de cassation, en en faisant la dernière juridiction d exception en droit français. Les montants de ces indemnités posent un problème, au regard particulièrement de deux éléments : - La clause de cession - Les dispositions prévues pour l emploi des séniors dans le PLFSS pour S il est interdit de mettre à la retraite un salarié à 65 ans, cela signifie que de fait, la seule modalité sera le licenciement, dont le coût augmente avec l âge et donc l ancienneté. La rupture conventionnelle qui vient d être mise en place (loi de modernisation du travail) renvoie à l indemnité légale de licenciement et ne sera donc pas une solution. ************

10 GROUPE «METIERS DU JOURNALISME» FICHE STATUT DES JOURNALISTES La particularité d application du statut légal et conventionnel des Journalistes en PQR s apprécie sur différents points. - Au plan légal, la pratique de la clause de cession dont le bénéfice est ouvert à tous les journalistes connaît un développement exponentiel en PQR eu égard au rythme de restructurations du capital des entreprises de PQR depuis 5 ans. - Au plan conventionnel, la pratique du statut des journalistes est confrontée à la diversité des organisations rédactionnelles qui reflète la variété des situations. Ainsi la taille de la zone de diffusion du titre, la répartition des densités de population en diverses parties de cette zone, explique les choix organisationnels des rédactions structurées autour d agences départementales et de bureaux locaux. Les modes de collaborations journalistiques connaissent également un certain particularisme. Les journalistes salariés à plein temps de la PQR reprennent les informations collectées par thème et/ou par zone géographique par correspondants locaux de presse. La collaboration à la pige n est que très minoritaire au regard des contrats de travail permanents. Le nombre des pigistes ayant une collaboration régulière en PQR (si l on retient comme limite la production moyenne et minimale de 10 feuillets normalisés chaque mois) est de 500 à 600. Préconisations : 1 - Réviser les conditions d exercice de la clause de cession. 2 - Eviter les effets pervers de l application de la mesure supprimant les mises à la retraite d office. L impossibilité de mettre à la retraite un journaliste conduira les entreprises de presse à lui verser des indemnités de licenciements exorbitantes, ajoutant au caractère excessif de nombreuses dispositions de la Convention Collective Nationale des Journalistes, telles la double ancienneté (disposition transversale à toutes les formes de presse) et la progression rapide des coefficients indiciaires.de rémunérations (réalité propre à la grille de classification des postes des rédactions de PQR, amplifiée par l application des augmentations nationales aux salaires réels pratiqués en entreprise et non aux salaires minimaux ). ************

11 GROUPE «METIERS DU JOURNALISME» FICHE CLAUSE DE CESSION La clause de conscience et la clause de cession sont apparues dans le contexte très particulier de la presse des années 30 où tous les journaux étaient des journaux d opinion. Le journaliste salarié peut démissionner en invoquant l une ou l autre des clauses et obtenir des indemnités (non fiscalisées) et l inscription aux Assedic. La clause de cession est invoquée en cas de changement de propriétaire de l entreprise de presse. La situation était justifiée à l origine quand le propriétaire était une personne physique fortement impliquée dans le journal. Il en est tout autrement aujourd hui avec la constitution des groupes revêtant des formes diverses, changeant d actionnaires sans changement de ligne éditoriale et dont les titres n ont plus de véritable engagement politique. D ailleurs, la clause de conscience, qui garde toute sa valeur et sa pertinence, n est plus guère invoquée désormais. Il convient de rappeler que le journaliste qui invoque la clause de cession doit simplement prendre acte dans sa lettre de démission du changement capitalistique, alors que pour la clause de conscience, il doit justifier les raisons précises de son choix. La réorganisation des entreprises de presse a transformé la clause de cession en un effet d aubaine. La quasi-totalité des journalistes qui l invoquent est généralement âgée de 57 ans ou plus. Cela conduit inévitablement les entreprises concernées à des problèmes de trésorerie, des soucis de gestion du personnel dans les rédactions alors qui ni l emploi, ni les conditions d exercice du métier ne sont en cause. La Cour de cassation a une position très ambiguë en énonçant dans certains arrêts récents que la clause de cession peut-être invoquée sans limitation de durée (Cass- Soc 30/11/04). Préconisations : Une solution pourrait être trouvée dans un assouplissement de la clause de conscience en revenant à l esprit de la loi au moment de son adoption. Pour qu un journaliste puisse partir dans ce cadre, il faudrait qu il justifie que ses intérêts moraux ou matériels sont en jeu, par exemple s il y a un changement significatif à la fois dans le capital de l entreprise et que cela conduit à une inflexion de la ligne éditoriale. Il apparaît, par exemple, indispensable de prévoir une procédure d appel et de cassation afin de contrôler la réalité des motifs. ************

12 GROUPE «METIERS DU JOURNALISME» FICHE CORRESPONDANTS LOCAUX La PQR salarie journalistes professionnels qui assurent la production d éléments rédactionnels (texte, photo, dessin, infographie) pour les pages d information nationale et internationale, régionale, locale et petite locale. L ensemble de cette production alimente 400 éditions locales quotidiennes. La finesse du maillage du réseau d information locale et petite locale couvert par la presse quotidienne de proximité implique, pour assurer une exploitation économique viable le recours à la sous-traitance de collecte par des intervenants autres que les journalistes professionnels. Il importe d ajouter que ce type d information bénéficie à de multiples occasions, à coût nul à d autres médias nationaux écrits ou audiovisuels Ces intervenants sont les correspondants locaux de presse au nombre de pour la PQR - dont l activité est strictement distincte de celle du journaliste professionnel. En effet, la loi DMOS du 27/01/93 stipule que «le correspondant local de la presse régionale ou départementale contribue selon le déroulement de l actualité à la collecte de toute information de proximité relative à une zone géographique déterminée ou à une activité sociale particulière pour le compte d une entreprise éditrice. Cette contribution consiste en l apport d information soumise avant une éventuelle publication à la vérification ou à la mise en forme préalable par un journaliste professionnel». Ce CLP est au sens du droit du travail un travailleur indépendant qui ne doit en aucun cas signer (droit de la propriété intellectuelle). Son activité ne relève pas du champ d application de la TVA puisque la rémunération du correspondant dénommée «correspondance» est établie sur la base d un barème de points selon le volume de son activité et non en réponse à une note d honoraire. Enfin, la DSS a, dans une circulaire de décembre 1993, défini un régime social spécifique (prise en charge pour moitié par l Etat des cotisations sociales maladie / maternité lorsque le revenu net annuel du CLP n excède pas 25% du PLFSS (7500 en 2008) qui constitue un acquis fondamental pour l exploitation de l information générale et politique de proximité. ************

13 GROUPE «METIERS DU JOURNALISME» FICHE «SOCIETES DE REDACTEURS» Assez largement répandues dans la presse écrite (Libération, L Express, Le Nouvel Obs, Le Point, Télérama, La Tribune... ) et assez fréquentes dans l audiovisuel, les sociétés de rédacteurs cherchent à conserver un droit de regard sur la politique rédactionnelle des entreprises de presse et à interférer dans les prises de décisions de leurs organes de direction. Une société de rédacteurs réunit des journalistes pour exercer une influence sur la politique de leur entreprise et éventuellement en détenant une partie du capital de celle-ci. Créée en 1951, la Société de rédacteurs du Monde détient 29 % du capital de la société principale du groupe Le Monde. Elle dispose de pouvoirs effectifs importants : une minorité de blocage et un droit de veto pour la nomination ou révocation du président du directoire. La crise de gouvernance qu a connu récemment le groupe Le Monde traduit précisément le danger d une confusion des rôles. Les sociétés de rédacteurs s'efforcent de garder un pouvoir d'influence sur les politiques rédactionnelles. Elles se permettent de réagir aux polémiques pouvant toucher leur profession. Elles publient souvent des notes (nombreuses, par exemple, dans plusieurs titres de presse, pour réagir au livre de Péan et Cohen La face cachée du Monde). Elles se réunissent enfin pour définir des réactions communes et se démarquer de leurs supérieurs hiérarchiques. En 2008, les médias français comptent 25 sociétés de journalistes (SDJ). L'activité des SDJ a été accentuée par les changements d'actionnaires subis par la plupart des quotidiens nationaux et régionaux français depuis Il y a un peu plus d un an, dans une lettre adressée au président de la République, les sociétés de journalistes de vingt-sept médias ont demandé des mesures légales garantissant l'indépendance de la presse. Le Forum propose notamment que l'existence des sociétés de journalistes soit reconnue par la loi et qu'un droit de veto soit instauré afin de donner aux rédactions le pouvoir de s'opposer à un directeur de la rédaction.

14 Reconnaître par la loi les sociétés de rédacteurs : une fausse bonne idée. Si la première des motivations, parfaitement légitime, des journalistes, est de faire respecter l indépendance de la Presse, il semble que la récente modification constitutionnelle apporte toutes les garanties. Ainsi, désormais, les principes de "la liberté, du pluralisme et de l'indépendance des médias sont inscrits dans la Constitution (Art 34.) Dans ce contexte, légiférer pour reconnaître l existence des SDJ, fixer leur champ d action, de compétences, conduirait à bouleverser profondément la gouvernance des entreprises de presse et en particulier des entreprises de presse quotidienne régionale. Cela conduirait à affaiblir le rôle et la légitimité des dirigeants, à nier leur vision stratégique dans un contexte économiquement difficile. Modifier de manière «autoritaire» la gouvernance des entreprises de presse aurait pour conséquences de modifier profondément les rapports de force à l intérieur des instances de décisions de ces entreprises, à rompre la sincérité des choix économiques, et à fragiliser l indépendance de la presse. Par ailleurs, la responsabilité pénale encourue par les directeurs de publications suppose un système de gouvernance claire totalement incompatible avec l existence de société de rédacteurs. ************

15 POLE 2 : COMMENT REGENERER LE PROCESSUS INDUSTRIEL : - Poste - Portage - Vente au numéro - Rémunération des diffuseurs - Diffusion numérique - Publicité - Contexte Social

16 GROUPE «COMMENT REGENERER LE PROCESSUS INDUSTRIEL?» FICHE «QUELLE EVOLUTION DES RAPPORTS AVEC LA POSTE?» Le rapport de la mission «Schwartz» a permis de découvrir que malgré un affichage de pertes abyssales sur la distribution de la Presse, qu elle évalue en 2006 à 474 millions, la Poste française est déjà la plus chère d Europe. Cette mission a donné lieu à un travail très intéressant d analyse comparative des distributions postales de la Presse dans un certain nombre de pays européens. Tout d abord, nous observons que la Presse paye 466 millions à la Poste, que l État lui verse 234 millions, pour un coût total affiché de 1174 millions. Ce coût total est constitué à 60 % de coûts fixes, et 40 % de coûts variables, soit 470 millions. La Presse couvre donc aujourd hui l intégralité des coûts variables, et l aide de l État permet à la Poste de couvrir significativement une partie des coûts fixes des tournées postales. Le déficit affiché part du principe que la Presse doit intégralement couvrir sa quote-part d utilisation des tournées de distribution du service universel postal. Dans aucune entreprise de cette taille on n analyse le portefeuille d activités de la sorte. Le benchmark européen permet de vérifier que ce mode de calcul est spécifique à la France. Parmi les pays analysés, nous retiendrons ceux pour lesquels aucune aide spécifique à la Presse n est versée à l opérateur postal, et où aucun tarif préférentiel n est pratiqué, à savoir : Allemagne, Pays-Bas et Suède. Les graphiques figurant dans le rapport comparent les tarifs dans les différents pays en intégrant, lorsqu il y en a, les aides accordées par les pouvoirs publics à l opérateur postal. Ainsi, le rapport Schwartz compare les tarifs de la Poste française qui reçoit 240 millions d aides à ceux de Postes qui ne reçoivent aucune aide. Il convient de corriger ce biais pour des comparaisons pertinentes. Pour se livrer à cet exercice, quelques données chiffrées figurant dans le rapport : La Poste française livre 1,7 milliards d exemplaires de Presse par an, dont 644 millions de Presse d Information Politique et Générale, dite «ciblée. La Poste française perçoit (après correctif budgétaire) 233 millions d aides pour distribuer la Presse, répartis en 83 millions pour les publications ciblées, et 150 millions pour l ensemble des titres de Presse, aide accordée sous le titre «aide à la distribution en zones peu denses».

17 De ces chiffres, on peut calculer : l ensemble des exemplaires de Presse reçoivent, via la Poste, une subvention de 150/1700 soit 0,088 chacun, (aide à la distribution en zones peu denses) ; les exemplaires de Presse ciblée reçoivent un complément de 83/644 soit 0,129, soir pour eux un total de 0,217 par exemplaire (Presse d Information Politique et Générale). Le véritable tarif de la Presse française est donc à compléter du montant de ces aides. Cela change totalement la comparaison européenne : Tarifs payés pour un quotidien de 170 g, en centimes d euro : Chiffres repris du rapport Schwartz p. 44 Suède : 45,6 France ciblée : 22,1 + 21,7 = 43,8 France non ciblée : 34,4 + 8,8 = 43,2 Pays-Bas : 35,7 Allemagne : 32,4 La différence entre France ciblée et non ciblée vient des approximations liées au retraitement des montants des aides, et reste peu significative. Il apparaît très clairement que la Poste française est aujourd hui la deuxième plus chère d Europe, juste derrière la Suède, qui présente pourtant un territoire et une densité de population autrement plus coûteux à desservir. L écart de tarif avec les Pays-Bas et l Allemagne peut s expliquer en partie, mais certainement pas totalement, par la plus forte densité de population de ces pays. La Poste française affiche un déficit de 474 millions en 2006 qui représente 0,279 par exemplaire de Presse distribué. Le coût d intervention de la Poste française serait donc, dans la configuration déjà citée d un quotidien de 170 g, de 43,8 + 27,9 = 71,7 centimes d euro, à comparer aux 43,8 en Suède. La situation va évidemment empirer à la suite des augmentations tarifaires imposées par La Poste et Marc Schwartz : la presse non-ciblée, dans l exemple ci-dessus, va être facturée 0,46, soit plus cher qu en Suède, où la Poste ne reçoit aucune aide. La Presse ciblée sera facturée 0,27, soit plus de 0,50 avec les aides. L application des nouveaux tarifs à la Presse Ciblée (23 % en 7 ans) va générer une augmentation des charges postales de près de 33 millions : 13 M pour la PQR, 11 M pour les hebdos nationaux, 6 M pour la PQN, 2 M pour la PHR. Mais cela ne sera pas le cas : le nombre d exemplaires va fortement diminuer, par transfert pour le portage en partie, par diminution des diffusions ou fermetures de titres pour le reste De tels tarifs, aides incluses, ne se comprennent pas dans le contexte européen. Ils sont clairement la traduction d une aide directe de l État à l opérateur postal, et non d une aide à la Presse. Celle-ci se limite en réalité désormais à l ide au ciblage. Mais est-elle bien utilisée en allant uniquement à la Poste?

18 De quelle presse parle-t-on? La Poste distribue 1,7 milliards d objets de Presse par an. Or la Presse payante contrôlée à l OJD, qu elle soit ou non d information, quotidienne ou magazine, grand public ou professionnelle, ne représente que 1,1 milliards exemplaires postés, soit 62 % du volume total posté. Près de 40 % des exemplaires de Presse distribués par la Poste ne sont pas contrôlés par l OJD. Le Portage est la seule solution pour sauver la Presse Quotidienne et pour diminuer le déficit de la Poste. La PQR, qui représente 40 % de la Presse contrôlée OJD, ne pèse que 12 % des volumes postés. Et cela va encore diminuer au fil du transfert au portage. Nous nous dirigeons vers un système d aides qui exclut de fait la PQR, et potentiellement la PQN. Comment l État et la Poste pourront-ils à l avenir continuer à justifier cette subvention? Il existe 320 millions d exemplaires postés de quotidiens dont 80 % pourraient techniquement être transférés au portage, mais pas aux coûts actuels du portage. Cela serait en revanche tout à fait possible en affectant au portage les aides à l exemplaire actuellement versées à la distribution postale, sans augmentation globale des budgets. Aujourd hui, l aide au portage représente 8 millions d euros pour un volume d exemplaires portés dépassant les 900 millions d objets. En effet, les coûts du portage explosent en raison de la hausse du prix du gazole et de la main d œuvre d une part (effet SMIC horaire), le développement des tournées se fera à l avenir en zone moins dense d autre part, justifiant pleinement l attribution des aides au même titre que celles aujourd hui versées à la Poste. En retirant plus de 250 millions d exemplaires du trafic postal urgent, le déficit de la Poste devrait alors diminuer d au moins 50 millions. La solution existe donc pour sauver la Presse Quotidienne, sans augmenter les aides de l État. Si l on croit la Poste, cela devrait permettre aussi une baisse de son déficit. Le fait qu elle ait vigoureusement combattu cette idée prouve qu elle dégage déjà avec la Presse une contribution à ses coûts complets qu elle n a aucune envie de voir partir. ************

19 GROUPE «COMMENT REGENERER LE PROCESSUS INDUSTRIEL?» FICHE SPECIFICITE DE LA PRESSE QUOTIDIENNE REGIONALE EN MATIERE DE PORTAGE 42% de la diffusion (soit 2,2 millions d exemplaires par jour) de la PQR s opèrent par abonnement porté. Cela représente 800 millions d exemplaires par an. À titre de comparaison, 10% de la diffusion de la presse quotidienne nationale se fait par ce mode de distribution, soit environ 52 millions de journaux par an. Le portage des quotidiens régionaux géré directement par les éditeurs permet de livrer les journaux chez les abonnés avant 7 heures du matin, gage d une fidélisation des lecteurs. Ce mode de diffusion est en progression constante depuis plusieurs années. Certains quotidiens ont un taux d abonnés portés supérieur à 85% de leur diffusion (en Alsace et dans le Nord par exemple). Les abonnements postés représentent 12% de la diffusion totale de la PQR. Plusieurs sociétés se sont engagées dans du portage multi titres, notamment de quotidiens nationaux dans les centres urbains. Un tiers des titres de PQR a choisi la formule du portage salarié par des sociétés filiales des journaux porteurs salariés opèrent ainsi sur l ensemble du territoire et assurent 50% du volume porté chaque jour. Deux tiers ont retenu une formule de portage par vendeurs colporteurs, travailleurs indépendants titulaires d un contrat de mandat et opérant pour le compte de l éditeur VCP acheminent l autre moitié du volume porté. Quel que soit leur statut au regard du droit du travail, les vendeurs colporteurs et les porteurs de presse sont assujettis au régime général des salariés de la sécurité sociale en application de l article 22 de la loi du 3 janvier Pour les VCP, les cotisations et contributions de sécurité sociale dues pour l activité de portage sont calculées aux taux de droit commun sur une base forfaitaire de 4% du plafond journalier de sécurité sociale par tranche de 100 journaux portés (arrêté du 13 août 2003 modifiant l arrêté du 7 janvier 1991). L application de ce mode de calcul forfaitaire aboutit à une économie de l ordre de 40% sur le régime de droit commun. La loi du 3/01/91 a institué, pour la vente de publications quotidiennes et assimilées au sens de l article 39 bis CGI et qui répondent aux conditions de l article 72 de son annexe III, une première catégorie d acteurs dénommés «vendeur colporteurs de presse».

20 Ces personnes exercent leur activité en leur nom propre et pour le compte d un éditeur, d un dépositaire ou d un diffuseur et ont la qualité de mandataire commissionnaire aux termes d un contrat de mandat. Les autres acteurs au portage qui «distribuent» ces mêmes publications sur la voie publique ou par portage à domicile sont dénommés par la même loi «porteurs de presse», lorsque les conditions juridiques de leur activité ne répondent pas à celles du travail indépendant exécuté par voie de mandat, ou autrement dit sont salariés. La réglementation issue de cette loi a rattaché les deux catégories d acteurs au même régime de sécurité sociale des salariés en définissant un régime d assiette forfaitaire de cotisations sociales pour lequel les éditeurs peuvent opter mais qui est exclusif des dispositifs d allègement de charges sociales. Ce dispositif s applique à toute la presse quotidienne de proximité, la particularité de la PQR est de faire travailler un peu moins de acteurs au portage, répartis par moitié entre les deux catégories juridiques prédéfinies. Le SPQR a créé en 1998 le groupement des entreprises de portage de presse (GREPP) organisation d employeurs rassemblant les sociétés éditrices de portage qui salarient notamment les porteurs de presse. Le GREPP a signé en 2007 une convention collective nationale aujourd hui étendue de ce fait potentiellement applicable aux porteurs salariés de PQN -. Le portage : les obstacles structurels au développement Une faible densité démographique en France : o 112 hab/km 2 contre 231 en Allemagne ou 393 aux Pays Bas ; o Portage développé dans le Nord (densité 322) ou en Alsace (densité 209), insuffisamment développé en Basse Normandie (81), Centre (62) ou Limousin (42) ; o Un taux d urbanisation modéré en France. Le moindre développement du portage en France ne sera pas corrigé par plus de portage dans les principales agglomérations ne couvrant que 50 % de la population. Le portage des magazines n est ni utile ni nécessaire. Il n existe nulle part en Europe. La PQN est de plus en plus portée par les réseaux existants, pour qui c est une occasion d amortir leurs coûts. L apparition d un opérateur national «multi titre» est-il une solution économiquement juste et opérationnellement utile? Il est fondamental de garantir le libre choix des éditeurs. Une vision «urbaine» du portage n a guère d avenir.

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013.

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. PROPOSITION DE LOI visant à réintroduire la défiscalisation

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES :

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : Vous devez recruter votre équipe de vente ; vous avez le choix entre différents «statuts», c est à dire différents types de contrats vous liant à votre vendeur.

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 PARIS, le 24/05/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 OBJET : Modifications apportées au régime social des indemnités versées à l'occasion

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES?

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES? GRAS SAVOYE PROTECTION COMPLEMENTAIRE & AVANTAGES SOCIAUX Mars La lettre d information des Assurances de Personnes DECRET DU 9 JANVIER PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie Chap 4 : Les éléments de la paie I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie La procédure de paie décrit toutes les étapes qui conduisent au paiement effectif du salaire à l employé et à l

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Contrat de travail à temps partiel sur la semaine

Contrat de travail à temps partiel sur la semaine contrat de travail à temps partiel Référence Internet FSC.02.2.010 Contrat de travail à temps partiel sur la semaine Vous souhaitez conclure un contrat de travail à temps partiel et fixer la durée du travail

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Code de déontologie de l auto-entrepreneur

Code de déontologie de l auto-entrepreneur Code de déontologie de l auto-entrepreneur Ce code a été rédigé par Monsieur HABI Hacène, créateur de Habi Consultant International (HCI), pour offrir aux entrepreneurs et aux organismes un support de

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

Le portage salarial caractéristiques et avantages

Le portage salarial caractéristiques et avantages LE PORTAGE SALARIAL Le portage salarial caractéristiques et avantages Le portage salarial consiste à transformer des honoraires en salaires. Il permet: De bénéficier d un statut de salarié : continuité

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux.

directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. ? Sem, vrai ou faux Avec 1 115 sociétés recensées et 54 200 emplois directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. Mais que connaissez-vous

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

Le contrat de travail du cadre dirigeant. Conférence - débat du 6 décembre 2005 École des Mines de Paris Intermines Carrières

Le contrat de travail du cadre dirigeant. Conférence - débat du 6 décembre 2005 École des Mines de Paris Intermines Carrières Le contrat de du cadre dirigeant Conférence - débat du 6 décembre 2005 École des Mines de Paris Intermines Carrières Le contrat de du cadre dirigeant I- Mandat social et contrat de 1. Inconvénients du

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI portant réforme de l organisation du temps de travail

Plus en détail

Sem, vraioufaux Avec 1 003 sociétés

Sem, vraioufaux Avec 1 003 sociétés Sem, vrai oufaux Sem, vrai ou faux Avec 1 003 sociétés recensées et près de 70 000 salariés, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. Mais

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3328 Convention collective IDCC : 2511. SPORT Journal officiel du 25 novembre 2006 Arrêté du 21 novembre

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

La FEHAP solde notre convention collective!

La FEHAP solde notre convention collective! SANTÉ SOCIAL La FEHAP solde notre convention collective! Les négociations portant sur la révision de la convention collective, terminées ce 27 juin dernier, se sont traduites par un an de dialogue de sourds,

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

INGENIERIE ET PORTAGE SALARIAL

INGENIERIE ET PORTAGE SALARIAL INGENIERIE ET PORTAGE SALARIAL 28, rue de la Croix Rouge 87000 LIMOGES Tél. : 05-55-05-95-06 Fax : 05-55-77-60-24 contact@portage-ascom.fr www.portage-ascom.fr AS'COM est une société de portage salarial.

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail