mensuelle du travail La lettre desaffaires Le marché «modernisé» Fédération Nationale des Opticiens de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mensuelle du travail La lettre desaffaires Le marché «modernisé» Fédération Nationale des Opticiens de France"

Transcription

1 [ Fédération Nationale des Opticiens de France 4, rue de l Évêché Dax - France Tél. : Fax : n novembre 2008 La lettre mensuelle desaffaires DOSSIER DU MOIS Le marché du travail «modernisé» Fiscal Cessions de droits sociaux Social Le régime micro-social Juridique Bail : refus de renouvellement Encart Trimestriel : [Aides à l emploi

2 2 Édito En échange d un petit milliard d euros, le Gouvernement leur a offert un nouveau terrain de jeu. En leur donnant ce qu ils attendaient, c est-à-dire les contreparties sur l optique et le dentaire, le Gouvernement a pris le risque de brader notre système de protection sociale. L obligation de négocier avec les organismes complémentaires dans le cadre des conventions nous liant avec la CNAM n est pas en soi un danger, bien au contraire. Il est préférable de négocier sous la tutelle de la caisse d assurance maladie, plutôt que dans l arrière boutique des enseignes ou de groupes commerciaux pour lesquels le tiers-payant est un argument de vente. Pour nous, au-delà des idéologies, le danger vient de la mise en place de réseaux de partenaires de santé. Le plus actif de ces réseaux, Santéclair, a, on peut le dire, un sacré appétit, sans parler du culot de ses responsables. Dire à la cantonade que le réseau fait chuter les prix de 40 % (du reste pourquoi 40?...) est très intéressant. En effet, comment qualifier un acteur qui est capable à lui seul de faire chuter un marché de 40 %? Au-delà des effets de manche, il faut bien y voir une volonté de dominer le marché. Mais ce n est pas ce qui me fait le plus peur. Certes l État doit beaucoup aux assureurs, principaux partenaires lors des appels de fonds et autres emprunts publics. Non, ce qu il yade plus dangereux, c est cet avis motivé de la Commission européenne contre la France sur la vente des produits d optique sur internet. Un projet de directive est aujourd hui en discussion à Bruxelles concernant la libre prestation en matière de santé : il s agit de tenir compte des jurisprudences en matière d accès aux soins et aux remboursements au sein de la Communauté, mais cela couplé avec la liberté de commercer sur internet, il y a, vous en conviendrez, un danger. Les distorsions de TVA entre pays riverains Nous venons de connaître une rentrée laborieuse dans tous les sens du terme. Après la débâcle des banques américaines, le Gouvernement a bien été obligé de reconnaître que la crise a aussi touché la France. L implication des assureurs privés dans cette débâcle est évidente. de la France ne placent pas les opticiens français en position concurrentielle favorable ; les écarts de prix d achat dus essentiellement à des réglementations différentes ne nous sont pas non plus favorables. L arrivée de l UNOCAM au niveau de nos conventions bloquera notre processus conventionnel et contribuera à la déréglementation de notre marché. Tout ceci pour vous dire que nous devons nous attendre à affronter une situation difficile, que les baisses de prix déjà amorcées vont continuer avec tous les effets que vous pouvez imaginer sur la pérennité de nos entreprises. Il y a des solutions bien sûr, mais encore faudrait-il que la profession accepte de les suivre. En premier lieu, il faudrait que nous soyons fiers d exercer notre métier, que nous soyons capables de nous assumer en dehors de tout système de tiers-payant. Je sais, c est facile à dire, mais vous en conviendrez avec moi, ça vaut le coup d être tenté. En deuxième lieu, nous devons agir sur les pouvoirs publics et il serait temps que nous demandions une modification de la LPP en choisissant des critères de sélection des produits différents des critères actuels basés exclusivement sur la puissance des verres afin de forcer nos fabricants à plus de transparence. Vous voyez, j ai encore bon espoir et les articles parus sur notre profession ne me troublent pas trop : ils vont tous dans le même sens ; le manque de transparence des devis. À qui la faute, nos fabricants refusant depuis des années une nomenclature claire. Il ne faudrait pas oublier non plus les enseignes qui ne tiennent peutêtre pas à ce que l on mette notre nez dans les marques de distributeur. Je constate à ce titre bien des évolutions en matière de grille tarifaire sur les quelques conventions que j ai pu voir, avec notamment une augmentation sensible du référencement de ces marques d enseigne. Cela est peut-être un hasard, à moins que cela ne soit une autre histoire. Alain GERBEL Président

3 La Binocle LES CHIFFRES DU MOIS Évolution des ordonnances traitées Évolution du nombre d ordonnances traitées Différentiel d évolution du chiffre d affaires/nombre d ordonnances J F M A M J J A S O N D J F M A M J Brève A lain GERBEL a participé à la première session du Haut Conseil des Professions Paramédicales (HCPP) en présence de Roselyne Bachelot qui a affiché une ambition claire pour cette nouvelle institution : le rayonnement des paramédicaux, «pilier essentiel de l édifice de soins». Le Haut conseil «n a pas été conçu pour de la spéculation abstraite : il donnera un avis sur les textes qui le concernent». Premier dossier sur la table, la réforme LMD. Ainsi, le rapport de l IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) et de l IGAERN (Inspection Générale de l Administration, de l Éducation Nationale et de la Recherche) relatif au cursus universitaire des professions paramédicales, remis à Valérie Pécresse, Roselyne Bachelot et Eric Woerth, sera transmis aux membres du Haut conseil. En parallèle, les EGOS (État Généraux de l Organisation de Soins) continuent à porter leurs fruits. Nous avions été auditionnés en mars dernier par Mme Podeur, Directrice de la DHOS, et M. Berland, Président de l ONDPS. Nous sommes dorénavant auditionnés par un groupe de mission, sous la houlette de Mme Bressand, chargé d envisager le développement des coopérations entre professionnels de santé. Nous vous rappelons que nous avons lancé un appel à contribution pour mener une enquête nationale sur les pratiques des organismes complémentaires à laquelle vous pouvez encore participer. APPEL À CONTRIBUTION POUR L ENQUÊTE NATIONALE SUR LES PRATIQUES DES ORGANISMES COMPLÉMENTAIRES Je soussigné... fais un don de 150 euros par point de vente à la FNOF pour une grande enquête nationale sur les pratiques des organismes complémentaires. Je joins donc un chèque de : 150 euros par point de vente pour la participation à l enquête... euros en qualité de membre bienfaiteur Signature : Le..., à...

4 4 SOMMAIRE LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N NOVEMBRE 2008 SOCIAL FISCAL & vous Taxe foncière : exonération 7 L exonération de la taxe foncière bénéficie aux personnes âgées de condition modeste. Fiscal Cessions de droits sociaux La loi de modernisation de l économie a modifié depuis le 6 août dernier les droits d enregistrement applicable aux cessions d actions et de parts sociales. Société nouvelle : déclaration BIC 10 Les sociétés de personnes ne sont pas obligées de déposer une déclaration provisoire de résultats au 31 décembre de l année de leur création, lorsque leurs associés sont des sociétés ayant cloturé un exercice au cours de cette année. 8 page SOCIAL & vous Les aides à l emploi 16 Social Le régime micro-social Les entreprises relevant du régime fiscal des micro-bnc ou micro-bic bénéficieront d un régime micro-social pour le versement de leurs cotisations. 18 page Délais de rupture conventionnelle 20 La rupture conventionnelle d un contrat de travail ne peut intervenir qu après homologation par l Administration qui dispose pour ce faire d un délai de quinze jours ouvrables après le terme d un délai de rétractation de quinze jours calendaires. Tél La Lettre Mensuelle des Affaires - BP Nanterre Cedex - N de commission paritaire : 0509 T Dépôt légal à parution - Directeur de Publication: B. Meier - ISSN Maquette: PLANET 7 - Impression: GRAPHO 12 - BP Villefranche de Rouergue. Revue mensuelle vendue par abonnement : Prix pour 13 numéros par an : 26.

5 5 JURIDIQUE & vous Vente par Internet 22 Clauses abusives dans un contrat de vente de produits par Internet. Juridique Bail: refus de renouvellement Le refus de renouvellement peut être justifié par une faute imputable aux personnes dont répond le locataire mais dans ce cas, le bailleur ne peut être tenu de verser au locataire une indemnité. page 24 DOSSIER DU MOIS Le marché du travail «modernisé» Outre une nouvelle période d essai et la rupture conventionnelle du contrat de travail, la loi de modernisation du marché du travail a institué de nombreuses autres dispositions sociales. page 12 CONCAVE - CONVEXE 26 La loi de modernisation de l économie et ses conséquences sur le marché de l optique. Vision et conduite: examen de vue et permis de conduire. B U L L E T I N A D H É S I O N F N O F P R I N C I PA U X I N D I C E S 29

6 Association pour la formation, la promotion et la valorisation de la profession d opticien RÉFRACTION, BASSE VISION ET PRÉPARATION VAE CALENDRIER DE FORMATION et 18 novembre 2008 LYON La réfraction 1 et 2 décembre 2008 TOULOUSE 8 et 9 décembre 2008 NANTES 20, 21 et 22 octobre 2008 TOULOUSE La basse vision 17, 18 et 19 novembre 2008 LYON 1, 2 et 3 décembre 2008 DAX 8, 9 et 10 décembre 2008 BORDEAUX VAE Optique 13 et 14 novembre 2008 (Partie Technique) DAX Maîtriser sa communication 21 et 22 novembre 2008 DAX Vous trouverez tous les détails ainsi que les bulletins d inscription sur le site de la FNOF ou sur simple demande au ou sur Optima 5, rue de l Évêché Dax Tél/Fax :

7 & vous FISCAL LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N NOVEMBRE Taxe foncière : exonération Les personnes âgées de condition modeste peuvent être exonérées de leurs impôts locaux pour leur résidence principale. Cette exonération est accordée d office par l Administration au vu du dossier fiscal des personnes. Les exonérations d impôts locaux sont accordées d office à condition que l Administration ait connaissance du dossier, ce qui parfois n est pas le cas. Dans cette dernière hypothèse un simple contact avec le contrôleur qui gère le dossier suffit pour rétablir les droits. ESSENTIEL Les exonérations concernent principalement les personnes âgées ou titulaires d une allocation d invalidité. l imposition pour le logement qu elles habitent seules (ou avec des personnes énumérées ci-dessus), lorsque le montant des revenus de l année précédente n excède pas certaines limites (voir encadré ci-contre). Celles âgées de plus de 65 ans et de moins de 75 ans au 1 er janvier de l année d imposition bénéficient, aux mêmes conditions, d un dégrèvement de 100 de la taxe foncière sur les propriétés bâties afférente à leur habitation principale; REVENU FISCAL Certaines exonérations d impôts locaux, taxe foncière ou taxe habitation, sont conditionnées par le montant des revenus des personnes. Pour les taxes payées en 2008, la limite du revenu fiscal de référence (visible sur votre avis d imposition) basée sur l année 2007 en France métropolitaine est de (en ): Nombre de parts 1 1,5 2 Revenu Sont exonérés de la totalité de la taxe foncière afférente à leur habitation principale: - les titulaires de l allocation de solidarité aux personnes âgées ou de l allocation supplémentaire d invalidité, quel que soit leur âge, s ils occupent leur habitation soit seuls ou avec leur conjoint, soit avec des personnes qui sont à leur charge en matière d impôt sur le revenu, soit avec d autres personnes de condition modeste; - les personnes âgées de plus de 75 ans au 1 er janvier de l année de - les bénéficiaires de l allocation aux adultes handicapés, quel que soit leur âge, dont le montant des revenus de l année précédente n excède pas la limite mentionnée dans l encadré ci-contre, sont exonérés de la taxe foncière afférente à leur habitation principale qu ils occupent seuls ou avec des personnes qui pourraient bénéficier de la même exonération. A noter que ces personnes peuvent également bénéficier d une exonération de taxe d habitation dès l âge de 60 ans.

8 8 FISCAL LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N NOVEMBRE 2008 Cessions de droits sociaux La Loi de modernisation de l économie du 4 août 2008 a modifié les droits d enregistrement sur les cessions d actions et sur les parts sociales. Le nouveau taux des droits d enregistrement est de 3%, plafonné selon les situations. VENTES FRANÇAISES Les droits d enregistrement ne s appliquent qu aux cessions d actions ou de parts sociales émises par des sociétés françaises, c est-à-dire qu aux sociétés qui ont leur siège social sur le territoire français. À noter que les ventes de titres de sociétés étrangères peuvent être soumises aux droits d enregistrement en France si l acte de cession a été passé en France. La loi de modernisation de l économie (LME) n du 4 août 2008 a modifié le tarif des droits de mutation sur les ventes d actions et celui des parts sociales, de manière à unifier les deux régimes d enregistrement. Ces nouveaux droits s appliquent aux cessions intervenues à partir du 6 août CESSIONS D ACTIONS Depuis le 1 er janvier 2006, les cessions d actions étaient soumises à un droit de 1,1 % plafonné à L action est une part du capital social d une société dite par actions, c est-à-dire une SA ou une SAS. L article 639 du Code général des impôts prévoit l assujettissement obligatoire à l enregistrement des ESSENTIEL Les cessions de parts de SARL, SNC sont désormais soumises à un droit d enregistrement de 3 % après un abattement proportionnel de (au lieu de 5 % après un abattement de ). Les droits applicables aux cessions d actions (SA, SAS) sont portés à 3 % plafonné à5000 (auparavant le taux était de 1,1 % plafonné à ). cessions d actions des sociétés non cotées en bourse, qu elles soient ou non constatées par un acte. Depuis le 6 août 2008 Seules les cessions d actions de sociétés cotées en bourse qui ne sont pas constatées par un acte sont dispensées de l enregistrement. La LME a augmenté le taux des droits d enregistrement appli-

9 9 cable aux cessions d actions pour le porter de 1,1% à 3%, avec un plafond de 5 000, au lieu de comme auparavant. Les droits d enregistrement se calculent sur le prix de vente des actions ou sur leur valeur vénale si elle est supérieure au prix convenu. A ce montant, s ajoutent et le cas échéant, les charges que l acheteur a convenu de supporter en plus du prix de vente. 3% CESSIONS DE PARTS SOCIALES Les parts sociales sont des parts du capital de sociétés qui ne sont pas des sociétés par actions. Sont concernées en particulier, les sociétés en nom collectif, en commandite simple ou à responsabilité limitée, les sociétés civiles, les sociétés de fait, ou les sociétés en participation. Pour les cessions intervenues avant le 6 août 2008, le droit d enregistrement était de 5%. Sauf pour les sociétés à prépondérance immobilière, les cessions de parts sociales pouvaient bénéficier d un abattement égal au rapport entre la somme de et le nombre total de parts de la société. L abattement s applique par parts sociales. Chaque part peut donc bénéficier d un montant d abattement égal à / nombre total de parts de la société. Le montant de l abattement total dont bénéficie le prix de cession est égal au montant de l abattement par part, multiplié par le nombre de parts vendues. Exemple : une société dont le capital est divisé en parts. Vente par un associé de 400 parts pour un prix de montant de l abattement par part = / parts dans la société = 23 ; - montant de l abattement pour la cession = 23 x 400 parts cédées = ; - assiette après abattement = = À compter du 6 août 2008, dans le but de rapprocher les droits d enregistrement applicables aux cessions de parts sociales et aux cessions d actions, la loi LME a fixé le taux d imposition à 3% (au lieu de 5% auparavant), sans modifier l abattement de Comme pour les cessions d actions, les droits d enregistrement se calculent sur le prix de vente convenu ou sur la valeur vénale des parts sociales, augmenté le cas échéant des charges que l acheteur supportera financièrement en plus du prix. Il convient de noter que les droits d enregistrement relatifs aux ventes de parts sociales de sociétés à prépondérance immobilière (société dont l actif brut est constitué majoritairement par des immeubles ou des droits immobiliers) restent fixé comme auparavant au taux de 5%, sans abattement. Loi de modernisation de l économie du 4 août 2008, art. 64, JO du 05/08/2008. DÉCLARATION L acheteur des droits sociaux, qui est redevable des droits d enregistrement, doit présenter l acte de vente dans les trente jours de sa signature, à la recette des impôts dont dépend son propre domicile ou celui du vendeur. Si aucun acte n a été rédigé à l occasion de la cession, l acheteur doit déclarer et payer les droits d enregistrement en souscrivant une déclaration n Cette déclaration reprend les éléments essentiels de la vente, c est-à-dire notamment, le nombre de titres cédés, le nombre total de titres qui composent le capital, le prix de vente, ou le montant de l abattement.

10 10 FISCAL LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N NOVEMBRE 2008 Société nouvelle : déclaration BIC Les sociétés de personnes ne sont pas obligées de déposer une déclaration provisoire de résultats au 31 décembre de l année de leur création, lorsque leurs associés sont des sociétés ayant clôturé un exercice au cours de cette année. INTÉRÊT DE LA DÉCLARATION PROVISOIRE La déclaration provisoire permet d établir l impôt dû au titre des bénéfices de la période qui s écoule entre la date de la création et le 31 décembre de cette année. Ces bénéfices calculés de manière provisoire viennent ensuite en déduction des résultats définitifs déterminés à partir du bilan de clôture d exercice de la société. L article 37 du CGI pose le principe de la déclaration provisoire au 31 décembre de l année de la création d une société de personnes soumise à l impôt sur le revenu (SNC ou SCI par exemple). Toutefois, dans certains cas, il apparaît que l établissement d une déclaration provisoire de résultat, par une société de personnes relevant de l impôt sur le revenu, au 31 décembre de l année de sa création, peut être dénuée de portée pratique. Il en est ainsi lorsque les associés, personnes morales, d une société de personnes nouvelle ont une date de clôture d exercice en cours d année civile, identique ou postérieure à celle que la société nouvellement créée a elle-même retenue pour la clôture de ses propres exercices. En effet, dans ce cas de figure, la ESSENTIEL Par dérogation, l obligation d établir une déclaration provisoire de résultat au titre de la première année civile d activité n est pas applicable aux sociétés nouvelles soumises à l IS. quote-part de résultat, provisoire comme définitive, revenant à chaque associé sera comprise dans son bénéfice de l exercice clos au cours de l année suivant celle de la création de la société nouvelle. Exemple: Soit une société de personnes «A» relevant de l impôt sur le revenu créée le 1 er juin N par deux sociétés dont les exercices sociaux sont clos en cours d année: la DGI admet que la société «A» qui clôture son exercice social le 31 mai (N+1) soit dispensée de déposer une déclaration provisoire au 31 décembre N si ses deux associés clôturent leur exercice social au plus tôt le 31 mai (N+1). En revanche, si l un ou les deux associés clôturent leur exercice social entre le 1 er janvier et le 30 mai (N+1) inclus, la société «A» sera tenue de déposer une déclaration provisoire au 31 décembre N. Rescrit n 2008/19 (FE) du 19 août 2008.

11

12 12 DOSSIER DU MOIS LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N NOVEMBRE 2008 Le marché du travail «modernisé» La loi portant modernisation du marché du travail fait suite à un accord national interprofessionnel négocié avec les partenaires sociaux. Elle apporte de nombreuses dispositions sociales pour l essentiel plus favorables au salarié. MEMO COMPLÉMENT MALADIE La condition d ancienneté d un an ouvrant droit au complément de salaire en cas de maladie se calcule désormais en prenant en compte toutes les périodes de travail accomplies au sein de la même entreprise, y compris lorsque le contrat a été interrompu (CDD antérieur, etc.). La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008 est surtout connue pour avoir mis un terme au contrat nouvelle embauche (CNE), instauré de nouvelles périodes d essai (qui ont fait l objet d une analyse dans le n 249 de la Lettre mensuelle des affaires) et la rupture conventionnelle du contrat de travail (que nous avons déjà présentée et qui fait l objet d un nouveau développement p. 14 de la présente Lettre mensuelle des affaires). Cette loi comporte également de nombreuses autres dispositions qui, loin d être secondaires, méritent d être recensées. CONTRAT À DURÉE DÉTERMINÉE (CDD) À OBJET DÉFINI Ce nouveau type de CDD est instauré à titre expérimental pour une durée de cinq ans (cette mesure ESSENTIEL Le CDD à objet défini ainsi que le portage salarial sont des mesures dont l entrée en vigueur est subordonnée à la conclusion d un accord collectif. En pratique dans les petites entreprises dépourvues de délégué syndical et de partenaire à la négociation, l effectivité de ces mesures repose sur la négociation de branche. étant temporaire, elle ne fait pas l objet d une nouvelle codification, ses modalités sont exposées dans l article de la loi). Conditions Son recours est subordonné à la conclusion d un accord collectif (de branche étendu ou d entreprise). Nouveau CDD pour les cadres Cet accord devra impérativement comprendre un certain nombre de précisions telles que: - les nécessités économiques auxquelles ce contrat répond;

13 13 - les garanties dont devra bénéficier le salarié en matière de reclassement, de validation des acquis de l expérience, de priorité de réembauchage, de formation professionnelle, de priorité d accès à un CDI. Salariés concernés Il est réservé aux ingénieurs et cadres au sens des dispositions conventionnelles. Il conviendra donc d attacher une attention particulière à la bonne classification des salariés dans l entreprise et au respect des minima conventionnels liés à la classification. Caractéristiques du contrat Il doit mentionner toutes les clauses obligatoires propres aux CDD et un certain nombre de clauses liées à ses caractéristiques (le délai de prévenance de l arrivée au terme, la possibilité de rupture en cours de contrat selon les prescriptions législatives, les fonctions du salarié, une description de son projet, la durée prévisible, etc.). Il doit être d une durée comprise entre 18 et 36 mois. Il prend fin à la date de réalisation de son objet mais peut toutefois faire l objet d une rupture anticipée par l une ou l autre des parties avant le terme de son objet au bout de 18 mois (sa durée minimale), puis à la date d anniversaire de sa conclusion, soit en pratique au bout de 24 mois. Sa rupture devra être fondée sur un motif réel et sérieux. A défaut, l employeur serait redevable des salaires qui seraient dus jusqu au terme initial. Au terme du contrat, le salarié percevra une indemnité de 10 % de sa rémunération brute globale et pourra percevoir les allocations du chômage à l instar du régime commun du CDD. Indemnité de licenciement après un an d ancienneté AUGMENTATION DE L INDEMNITÉ LÉGALE DE LICENCIEMENT Tant les conditions d ouverture des droits que le montant des indemnités légales de licenciement sont revus à la hausse. En effet, cette indemnité est due aux salariés comptant désormais une ancienneté de un an et non plus de deux ans comme antérieurement. Son montant correspond à 1/5 e de mois par année d ancienneté plus 2/15 e au delà de dix ans. Il est donc identique quelle que soit la cause du licenciement, économique ou non. De nombreuses conventions collectives subordonnent le versement de l indemnité de licenciement à une ancienneté de deux ans. Il convient donc de comparer globalement pour le salarié laquelle de l indemnité conventionnelle ou de l indemnité légale lui sera plus favorable. Exemples : La convention prévoit une indemnité correspond à 1/4 de mois par MEMO LOI OU CONVENTION COLLECTIVE? La loi institue des dispositions plus favorables aux salariés en matière d indemnité de licenciement et de complément maladie. Ces nouvelles dispositions rendent encore plus sensible l articulation des mesures légales avec les dispositions conventionnelles. L employeur devra donc apprécier le caractère plus ou moins avantageux de celles-ci au cas par cas, le paramétrage de ce comparatif s avérant particulièrement fastidieux!

14 14 DOSSIER DU MOIS LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N NOVEMBRE 2008 MEMO (SUITE) ENTRÉE EN VIGUEUR DES NOUVELLES DISPOSITIONS Plusieurs dispositions de cette loi, telles que le portage salarial ou le CDD à objet défini, nécessitent une négociation collective. Elles ne sont donc pas d application immédiate. Il conviendra de suivre leur effectivité au cours du temps en fonction des négociations intervenant au niveau interprofessionnel, de branche et d entreprise. année de service et subordonne son droit à deux ans d ancienneté - le salarié perçoit une rémunération moyenne brute de à la date de son licenciement, s il comptedeux ans d ancienneté : - l indemnité légale sera de x 1/5 x 2 ans = ; - l indemnité conventionnelle sera de x 1/4 x 2 ans = Complément maladie après un an d ancienneté COMPLÉMENT DE SALAIRE EN CAS DE MALADIE Antérieurement à cette loi, la loi de mensualisation prévoyait une Dispositif antérieur en fonction de l ancienneté obligation pour l employeur de compléter les indemnités journalières de la Sécurité sociale en cas de maladie à hauteur de 90 % du salaire brut antérieur durant trente jours et au 2/3 de celle-ci durant les trente jours suivants pour les salariés ayant une ancienneté de trois ans. Ces durées d indemnisation étant ensuite augmentées de dix jours par tranche d ancienneté supplémentaire de cinq ans. Le dispositif actuel abaisse le seuil initial d ancienneté de trois ans à un an. De plus, le nouveau délai de carence en cas de maladie passe de onze jours à sept jours. Le complément de salaire en cas de maladie doit donc intervenir dès le 8 e jour d absence et non plus à compter du 12 e jour d absence. Là encore, il conviendra de comparer globalement pour le salarié lequel du régime légal ou du régime conventionnel lui sera plus favorable. Dispositif actuel en fonction de l'ancienneté 90 % 66,67 % 90 % 66,67 % Pendant 30 jours après 3 ans d ancienneté Pendant les 30 jours suivants après 3 ans d ancienneté Pendant 30 jours après 1 an d ancienneté Pendant les 30 jours suivants après 1 an d ancienneté Pendant 40 jours après 8 ans d ancienneté Pendant les 40 jours suivants après 8 ans d ancienneté Pendant 40 jours après 6 ans d ancienneté Pendant les 40 jours suivants après 6 ans d ancienneté Pendant 50 jours après 13 ans d ancienneté etc. Pendant les 50 jours suivants après 13 ans d ancienneté etc. Pendant 50 jours après 11 ans d ancienneté etc. Pendant les 50 jours suivants après 11 ans d ancienneté etc.

15 15 Exemples : La convention collective prévoit une indemnisation à hauteur de 80 % du salaire brut durant une période maximale de trois mois après un an de présence et application d un délai de carence de trois jours. Le salarié, qui compte quatre ans d ancienneté, est malade durant soixante jours: - aux termes de la loi, le salarié devra percevoir 90 % de son salaire brut antérieur durant 23 jours (30 jours - 7 jours de carence) + 66,67 % de celui durant les 30 derniers jours, soit un global (exprimés en jours) de (23 jours x 90 %) + (30 jours x 66,67%) = 40,7 jours; - aux termes de la convention collective, le salarié devra percevoir 80 % de son salaire brut antérieur durant 57 jours (60 jours - 3 jours de carence), soit un global (exprimés en jours) de 57 x 80% = 45,6 jours. C est donc le dispositif conventionnel qui devra s appliquer dans ce cas. PORTAGE SALARIAL La loi offre un cadre juridique au portage salarial dont la pratique jusqu alors restait très sujette à caution. Elle définit celui-ci comme «un ensemble de relations contractuelles organisées entre une entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clientes, comportant pour la personne portée le régime du salariat et la rémunération de sa prestation chez le client par l entreprise de portage. Il garantit les droits de la personne portée sur son apport de clientèle». Ce contrat s inscrit donc dans une relation tripartite entre l entreprise cliente (entreprise utilisatrice), le porté (salarié «apportant» dans la majorité des cas, l entreprise cliente) et la société de portage (employeur du porté, facturant l entreprise cliente). Sa mise en œuvre est subordonnée à la signature d un accord national interprofessionnel étendu qui aura pour mission de mandater une branche d activité chargée d en préciser les modalités (la branche du travail temporaire ou encore celle des bureaux d études aimerait avoir ce monopole). Le porté relève du régime général de Sécurité sociale. SOLDE DE TOUT COMPTE La loi renforce la valeur du solde de tout compte en lui donnant un effet libératoire au terme d un délai de six mois suivant sa signature. L effet libératoire interdit au salarié de contester les sommes qui y sont mentionnées. Cet effet libératoire ne vaut toutefois que si le solde de tout compte mentionne de façon détaillée l ensemble des sommes perçues par le salarié. Il conviendra donc de détailler sur cette pièce chaque élément de salaire (prime de 13 e mois, indemnité de congés payés, indemnité compensatrice de préavis, salaire de base, éléments variables de rémunération, etc.). Loi du 25 juin 2008, n Décrets du 18 juillet 2008, n et

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE / AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE / FISCAL Date : 24/04/2009 N Juridique : 21.09 N Affaires sociales : 22.09 N Fiscal : 15.09

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR PREAMBULE La loi n 2010-854 du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services a prévu

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU 1 er mars 2011 Le contrat de professionnalisation permet à son titulaire d acquérir

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014

La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014 CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014 Au sommaire : SOCIAL - Contrôle URSSAF - Artisans commerçants/indemnités journalières - RSI

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de. professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de. professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU 1 er janvier 2008 L e contrat de professionnalisation permet à son titulaire d acquérir

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Le 14 Janvier 2008 NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Comme souvent dans ce type de négociation, il s agit surtout pour les organisations

Plus en détail

Quelques chiffres clés

Quelques chiffres clés Quelques chiffres clés PROFILS CONCERNES Jeune diplômé (pour décrocher une première expérience) Porteur de projet (voulant valider son projet et tester son marché sans risque) Cadre en recherche d emploi

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Les congés payés. Synthèse

Les congés payés. Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur. Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C est l employeur qui organise,

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011 GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Au 01/01/2011 Maison Familiale Rurale De Coqueréaumont 1888 route de Coqueréaumont 76690 SAINT GEORGES SUR FONTAINE 02.35.34.71.22-02.35.34.27.54 Courriel : mfr.coquereaumont@mfr.asso.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE)

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) DIRECCTE des Pays de la Loire Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Qui pilote et prescrit le contrat d accompagnement

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3332 Convention collective nationale IDCC : 2564. VÉTÉRINAIRES (Praticiens salariés) AVENANT N 30 DU 19 OCTOBRE 2011

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat CUI-CAE Le recours à un contrat CUI-CAE (contrat unique d insertion-contrat d accompagnement) a pour objectif de faciliter

Plus en détail

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche?

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Salon Micro entreprise Octobre 2015 Le régime auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration

Plus en détail

Le Guide de l Auto-Entrepreneur

Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le statut d auto-entrepreneur en bref Créé en 2009, le statut d auto-entrepreneur permet la création d une entreprise simplifiée (régime social et fiscal, formalités, exonération

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite N 2010 / 034 14/10/2010 Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite Contact : Laurent Périé laurent.perie@le-rsi.fr A : Mesdames et Messieurs les Directeurs des caisses RSI Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

I - Législation du travail :

I - Législation du travail : POLYNESIE FRANCAISE Les dispositions en matière de droit du travail, protection sociale et fiscalité sont différentes de celles en vigueur en Métropole. I - Législation du travail : Autorisation de séjour

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ 1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ Règles communes Art 11 Règles complémentaires à l étranger Art 12 ACOSS Circ. DSS/SDFSS/5B n o 2005/389 19 août 2005 Accords nationaux Mode de transport (art

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires 2008 Xavier Remongin/Min.agri.fr Soutien à l emploi et au pouvoir d achat Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires Depuis le 1er octobre 2007, les employeurs agricoles qui ont

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

Financement de poste. Contrat d'apprentissage

Financement de poste. Contrat d'apprentissage Financement de poste Contrat d'apprentissage DÉFINITION ET OBJECTIFS Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail entre un salarié et un employeur, qui permet à l'apprenti de suivre une formation

Plus en détail

2g - L emploi d une tierce personne

2g - L emploi d une tierce personne 2g - L emploi d une tierce personne Si vous êtes en situation de handicap et souhaitez employer un salarié à votre domicile, vous devez, en tant que particulier-employeur, respecter certaines formalités.

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2)

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2) Mars 2015 COTISATIONS TRAVAILLEURS NON SALARIES 2015 MONTANT ANNUEL DES COTISATIONS POUR LES T.N.S. PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1er JANVIER 2015 : 38040 par an (PASS) et 3170 par mois (PASS mensuel)

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance GUIDE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Article L911-8 du Code de la Sécurité Sociale Mutuelle UMC - 35 rue Saint Sabin

Plus en détail

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 L avenant du 15 septembre 2009, étendu par un arrêté du 16 avril 2010 (JO du 27 avril 2010) modifie les articles 17 et 18 du chapitre

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

N 2009 / 026 22/04/2009

N 2009 / 026 22/04/2009 N 2009 / 026 22/04/2009 Origine : Direction des Retraites, du Recouvrement, des Clients et de l Animation du Réseau (DIRRCA) : Direction du Recouvrement Contact : N. SELLIER Nicole.sellier@le-rsi.fr E.

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008.

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. J28 Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. Le statut de l auto entrepreneur : L article 8 de la Loi institue le

Plus en détail

AVENANT N O 34 DU 19 MAI 2006 (1)

AVENANT N O 34 DU 19 MAI 2006 (1) MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 9102. EXPLOITATIONS MARAÎCHÈRES, HORTICOLES ET PÉPINIÈRES (AUBE) (26 janvier 1981) (Etendue par arrêté du

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

LES COTISATIONS SOCIALES

LES COTISATIONS SOCIALES LES COTISATIONS SOCIALES Les Autres Contributions : CSG ET CRDS La Mutualité Sociale Agricole est chargée du recouvrement de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Rhône-Alpes) (6 juillet

Plus en détail