Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le"

Transcription

1 INTRODUCTION Tenerife, Tchernobyl, Concorde, AZF Tout accident se révèle aujourd hui insupportable, quels qu en soient l échelle ou le nombre de victimes, à l image des accidents d anesthésie ou de transfusion. La sécurité doit progresser toujours et encore, poussée par l abaissement du seuil d acceptabilité du risque par la société, lui-même alimenté par les progrès de la sécurité. L accident étant rare, toute occurrence est intolérable. L ère des pionniers et des pertes inévitables associées est révolue, tout comme celle des balbutiements techniques, des pannes répétées, des systèmes techniquement peu sûrs. Pour autant, il n est nullement question d un retour en arrière en termes de bénéfices associés à ces risques, même si dans les faits, pour entretenir cette escalade vers toujours plus de bénéfices, les systèmes socio-techniques fonctionnement aux marges, au plus proche des limites, notamment des limites de sécurité. Voyager en avion, s éclairer, se chauffer, faire tourner des équipements lourds à l électricité, ou encore sortir guéri de l hôpital quels que soient les maux qui y ont conduit, font partie des acquis, du normal, de ce sur quoi nul n est prêt à revenir. Bref, l accident est révoltant pour la société, et doit disparaître sans concession. Révoltant, l accident l est d ailleurs autant pour ses conséquences que pour ses origines. L «erreur humaine» demeure le premier «fléau» dénoncé notamment dans les média au lendemain d une catastrophe. Pourtant, les analyses approfondies mettent de plus en plus en lumière d autres facteurs d explication des accidents, au-delà de l erreur de

2 12 Les facteurs humains dans la gestion des risques l opérateur : erreur de décision par exemple au niveau de la direction de l entreprise, conditions environnementales défavorables, pression économique Une grande complexité se reflète dans les résultats des enquêtes. Les accidents auraient-ils changé? Les systèmes ou leur environnement auraient-ils évolué pour induire un tel changement? Est-ce le regard porté sur les accidents qui en a modifié les contours et les apparences? Peut-on d ailleurs répondre simplement à ces questions? Toujours est-il que le «facteur humain» semble jouer un rôle prépondérant. Tous les domaines industriels affichent aujourd hui des constats comparables : le facteur humain est à l origine de la plupart 70 à 80 % des grands accidents. Pire encore, les chiffres semblent inexorablement stables, sans la moindre diminution notable, et ce malgré des efforts conséquents pour «changer les comportements». Des ressources considérables ont été consacrées à ces aspects difficiles à cerner même à nommer de la sécurité des systèmes. Diverses disciplines se sont penchées sur la question, donnant naissance à de multiples concepts, modèles, méthodes, outils parmi lesquels il n est pas évident de naviguer. Erreur humaine, fiabilité humaine, fiabilité organisationnelle, sécurité des organisations les termes utilisés sont nombreux pour évoquer un point de vue sur les aspects non techniques liés aux hommes, considérés comme jouant un rôle dans la survenue ou la non survenue d accidents dans les activités communément appelées «à risques». Longtemps l apanage d approches empruntées aux sciences de l ingénieur, les facteurs humains dans la gestion des risques sont également devenus une préoccupation des sciences humaines, appréhendés sous d autres angles, mais sans davantage de progrès significatifs. La gestion du risque lié au facteur humain ne semble pas très efficace, sans que l on ne comprenne vraiment pourquoi. Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le

3 Introduction 13 risque qu il s agit de gérer n est-il pas celui associé au fonctionnement du système dans son ensemble? Les approches «facteur humain» et celles de la gestion des risques plus classiques, centrées sur la technique, demeurent distantes et distinctes. Pourtant, il existe un véritable besoin de rapprochement entre des disciplines étrangères jusqu à ce jour, qui prétendent traiter en partie d un champ de préoccupation commun : la sécurité des systèmes à risques et/ou la gestion des risques. Comment rendre le dialogue possible entre les uns et les autres? Comment effectivement prendre en compte les «facteurs humains» faute d un meilleur terme pour décrire l «objet» visé dans la gestion des risques? Comment éclairer les approches techniques de la gestion des risques par les apports des sciences humaines et sociales, dans un contexte où le rôle des aspects non techniques est de plus en plus évident et reconnu dans les activités à risque? Comment éclairer à l inverse les approches «facteurs humains» des apports tant conceptuels que méthodologiques de la gestion des risques «classique», qui ont fait leurs preuves dans un grand nombre de domaines? L une des difficultés réside dans la variété des manières d appréhender les aspects facteurs humains dans la sécurité des systèmes à risques. Les systèmes hommes-machines de plus en plus complexes ont considérablement progressé en matière de sécurité et ont rendu nécessaire une évolution des modes de pensée sur les facteurs humains. Cet ouvrage se consacre à la description des étapes majeures de cette évolution de la compréhension du rôle de l homme dans la sécurité des systèmes à risques. Au-delà, il propose une réflexion sur les impacts, en termes de gestion des risques, de chacune de ces manières d appréhender les facteurs humains. L objectif n est pas ici d ajouter, à une liste déjà longue, un ouvrage de plus sur les facteurs humains, qui présenterait une vision des choses et encore moins la vision des choses. Il s agit au contraire de mettre en évidence la multiplicité des visions possibles et de proposer une

4 14 Les facteurs humains dans la gestion des risques structuration pour mieux situer chacune d entre elles dans ce patchwork apparent. Enfin, l enjeu de ce travail est également d examiner l intégration des facteurs humains dans la gestion des risques et de proposer une traduction de ces différentes visions dans le vocabulaire et le cadre de la gestion des risques. i.1. Pourquoi le thème des facteurs humains dans la gestion des risques est-il aujourd hui d actualité? i.1.1. Des évolutions de la manière de penser les facteurs humains dans la sécurité Les accidents, bien que rares, continuent de se produire, et continueront dans le futur, même si leur nombre évolue. L été 2005 a été particulièrement meurtrier dans le domaine aéronautique avec une série noire de crashs. De l erreur humaine du pilote à la mise en question de l exploitation aéroportuaire ou encore de la maintenance, les explications gravitant autour des phénomènes plus humains que techniques foisonnent. Sous le terme unique de «facteur(s) humain(s)» 1 se cachent pourtant des compréhensions très variables du rôle de l homme dans la sécurité des systèmes complexes. Depuis que les progrès technologiques ont remisé les pannes et défaillances techniques, les acteurs humains se retrouvent sous les projecteurs comme responsables «naturels» des accidents. Pourtant, la réalité est autrement plus complexe. Avec la complexification des systèmes, la fiabilisation des composants et celle des processus techniques, des (r)évolutions considérables ont eu lieu dans la manière de penser et d appréhender le rôle de l homme dans la sécurité des systèmes à risques. Ces évolutions se sont articulées, pour simplifier, autour de deux axes : une extension de l unité d analyse considérée de l opérateur de première ligne à l organisation dans son ensemble, voire au-delà (régulateur, prestataires ) ; 1. Facteur Humain sera utilisé au singulier comme au pluriel dans la suite de l ouvrage, sans nuance particulière dans la signification.

5 Introduction 15 une révolution de la nature des approches et concepts mobilisés : d une explication causale linéaire des accidents à une vision plus systémique et une explication fondée sur la défaillance concomitante des barrières de sécurité du système hommes-machines. i.1.2. Des exigences réglementaires croissantes en la matière L importance des aspects facteurs humains 2 dans la sécurité des systèmes complexes fait aujourd hui l unanimité, quelle que soit la manière de les aborder. Qu il s agisse du domaine industriel, de celui du transport, du monde médical ou de toute autre activité à risques, les limites des approches purement techniques sont reconnues. Si la nécessité d intégrer les FH dans la sécurité des systèmes sociotechniques 3 est inscrite depuis longtemps déjà dans les textes réglementaires de certains domaines, les obligations couvrent un champ limité dans ces domaines (exemple : mise en place d un retour d expérience facteurs humains ou de formations aux facteurs humains ) et sont totalement inexistantes dans d autres. Du moins l étaient-elles jusque récemment. L intégration des FH dans les activités liées à la sécurité, de façon large, commence en effet à faire son apparition comme obligation réglementaire dans un grand nombre de domaines : études de sécurité dans la construction aéronautique ou le contrôle de la circulation aérienne, formation et retour d expérience dans la maintenance aéronautique, démonstration de sécurité dans le monde hospitalier Face à cette extension de la préoccupation «FH dans la sécurité» extension dans l ampleur de ce que la notion recouvre, mais également extension à de nouveaux domaines d activité certains acteurs concernés se retrouvent parfois démunis ou perplexes. 2. L abréviation FH sera parfois utilisée dans la suite à la place de facteurs humains pour alléger l écriture. 3. Socio-techniques ou hommes-machines seront utilisés indifféremment dans la suite de l ouvrage pour qualifier des systèmes non exclusivement techniques.

6 16 Les facteurs humains dans la gestion des risques Comment procéder, et avant cela, quel est le sens de l exigence, que recouvre-t-elle? A qui faire appel en termes de compétence, quels profils solliciter pour développer une réponse adaptée? Comment évaluer la pertinence des approches proposées par les uns ou les autres? Autant de questions devenues urgentes à traiter et bien traiter. i.2. Un ouvrage pour qui et pour quoi? i.2.1. A qui s adresse l ouvrage? Le thème peut sembler très spécifique au premier abord. On pourrait croire à un ouvrage d expert pour experts, encore un! En réalité, la problématique touche tout le monde, professionnels de la gestion des risques, professionnels des facteurs humains, professionnels dans une activité à risques, ou encore public, chacun à son niveau. Qu un accident se produise et personne n échappe aux questions : «comment un tel accident a-t-il pu arriver?» ; «quelles en sont les causes?» ; «qui en est responsable?» ; «peut-il encore se produire?» ; «comment faire pour l éviter?». Autant de questions qui gravitent autour du thème des facteurs humains dans la gestion des risques, même si celui-ci dépasse le seul cadre des accidents. Sans affirmer pour autant que cet ouvrage s adresse à tous, le public visé est large. Il couvre en particulier : tous ceux qui doutent encore de l intérêt du sujet ou de la faisabilité d analyses utiles et pertinentes ; ceux qui cherchent à combler des distances culturelles, structurelles, méthodologiques entre les sciences humaines et les sciences de l ingénieur ou les approches de gestion des risques ; ceux dont la curiosité est piquée tout simplement, même s ils ne sont pas directement confrontés à ces problématiques. La liste n est pas exhaustive, loin s en faut. Finalement, tous ceux qui s intéressent au sujet, dans un cadre professionnel ou non, de près ou de loin, quel que soit leur bagage, pourront y trouver des éléments,

7 Introduction 17 rapprocher leurs anecdotes des exemples fournis. L ouvrage se veut accessible, ouvert aux non spécialistes, pragmatique et non théorique. En pratique, pour lui conserver un volume raisonnable, la rédaction de certains passages fait néanmoins l hypothèse d un vernis du lecteur quant aux fondamentaux de la gestion des risques et pourront sembler denses aux lecteurs novices en la matière. Cependant, chaque chapitre est ponctué d exemples pour tenter d illustrer les propos. i.2.2. Cadre Si les «facteurs humains» peuvent couvrir un champ considérable qui sera défriché dans les chapitres qui suivent, il en est de même de la gestion des risques. Les risques sont multiples, de nature variée, et en faire une exploration complète nécessiterait bien plus que les quelques chapitres qui suivent. L ouvrage se limite en réalité au risque d accident au sens de l accident «industriel» ou technologique : le crash d un avion, l accident de train, l accident nucléaire (fusion du coeur ou rejets radioactifs) ou médical. La sécurité du travail ou encore d autres risques dans l entreprise financier, image de marque, environnemental, juridique ou la société pourraient certainement faire l objet d un développement comparable, mais ne sont pas abordés en tant que tels dans la suite. Par ailleurs, la réflexion présentée adopte le point de vue de la gestion des risques et s inscrit dans une perspective d amélioration de la sécurité. En cela, elle se différencie d un discours destiné aux juges ou aux journalistes dont les métiers et objectifs ne sont pas de même nature. L enjeu n est pas ici la recherche des responsabilités ou l information du grand public, mais l amélioration du système socio-technique pour diminuer, de manière durable, le risque d accident futur.

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

Partie I. Le manager et la qualité

Partie I. Le manager et la qualité Partie I Le manager et la qualité 1 La prophétie autoréalisatrice : une démarche qualité devient ce que le management voit en elle 1.1 Les démarches qualité sont porteuses d ambivalence Les démarches

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989?

Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989? Conférence de la Chaire Géopolitique du 10 avril 2012 Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989? Jérôme Heurtaux La conférence de la Chaire Géopolitique

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC Découvrez comment la mise en place de Bonita BPM a permis d optimiser les processus au sein du secteur public, tant pour les agents que pour les usagers. Le grand

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

Reporting RSE* selon l article 225 de la loi «Grenelle 2» Retours d expérience à la plateforme RSE

Reporting RSE* selon l article 225 de la loi «Grenelle 2» Retours d expérience à la plateforme RSE Reporting RSE* selon l article 225 de la loi «Grenelle 2» Retours d expérience à la plateforme RSE Julien Rivals Directeur, Services en RSE 11 février 2014 *Responsabilité sociétale des entreprises Deloitte,

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Women and Corporate Directorships in Canada: Trends and Issues. Karen D. Hughes

Women and Corporate Directorships in Canada: Trends and Issues. Karen D. Hughes Women and Corporate Directorships in Canada: Trends and Issues Karen D. Hughes Document préparé pour les Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques avec l'appui financier de la Société de bienfaisance

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste?

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? «Tout ce qui ne fut pas sera, et nul n en est à l abri.» LAO TSEU Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? Définition d une crise Avant toute chose, essayons de définir ce qu est une crise en entreprise,

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Juin 2015 REMERCIEMENTS ICVA remercie ses membres, son bureau et les partenaires de leurs cotisations, financements

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE Nathalie Gormezano Institut Supérieur d Interprétation et de Traduction (Paris) La traduction technique aujourd hui évolue

Plus en détail

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

Réussir la mise en place des entretiens professionnels

Réussir la mise en place des entretiens professionnels Réussir la mise en place des entretiens Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. Figurant parmi les

Plus en détail

Réussir au lycée à travers une évaluation plus positive, plus constructive redonnant ainsi aux élèves

Réussir au lycée à travers une évaluation plus positive, plus constructive redonnant ainsi aux élèves Réussir au lycée à travers une évaluation plus positive, plus constructive redonnant ainsi aux élèves confiance et estime de soi «rattrapage de points» + E.P.C.C. (depuis cette année) Constats : des savoirs

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LES QUALITES ENVIRONNEMENTALES ET SANITAIRES DE LEURS LOGEMENTS Note de synthèse

LES FRANÇAIS ET LES QUALITES ENVIRONNEMENTALES ET SANITAIRES DE LEURS LOGEMENTS Note de synthèse I LES FRANÇAIS ET LES QUALITES ENVIRONNEMENTALES ET SANITAIRES DE LEURS LOGEMENTS Note de synthèse A l occasion de son congrès annuel de décembre 2000, la FNAIM a souhaité approfondir une réflexion concernant

Plus en détail

Création d un diagramme de constellation

Création d un diagramme de constellation CADRE CANADIEN D ANALYSE DES INCIDENTS Création d un diagramme de constellation 2012 Institut canadien pour la sécurité des patients Tous droits réservés. Une permission est accordée par les présentes

Plus en détail

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS LE METIER DE JUGE DES ENFANTS Penser le juge des enfants comme un métier, alors qu il s agit d une des fonctions qui s offrent aux magistrats, renvoie à une conception humaniste de ce rôle et sous-entend

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors Une analyse fonctionnelle de l image de soi et des compétences

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE. La prise en compte des impacts environnementaux dans l organisation des manifestations sportives de nature.

RAPPORT D ANALYSE. La prise en compte des impacts environnementaux dans l organisation des manifestations sportives de nature. RAPPORT D ANALYSE La prise en compte des impacts environnementaux dans l organisation des manifestations sportives de nature. Présentation problématique Les activités humaines ont toujours eu un effet

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Objectifs de cet atelier

Objectifs de cet atelier LES ATELIERS DE REGAIN La dynamique de groupe 2 Objectifs de cet atelier Finalité : développer la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 2 21 novembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 2 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Carine SEILER, directrice du pôle

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX Type de projet : Coopération technique Type de projet secondaire : Renforcement des capacités en matière de gestion des migrations

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

ORIENTATION DE TRAVAIL

ORIENTATION DE TRAVAIL ORIENTATION DE TRAVAIL par Jochen E.BÜHLING, Rapporteur général Dariusz SZLEPER et Thierry CALAME, Suppléants du Rapporteur général Nicolai LINDGREEN, Nicola DAGG, Shoichi OKUYAMA et Sarah MATHESON Assistants

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC

Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC Formation et pratiques d enseignement en questions Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC Bernadette CHARLIER et Pierre-François COEN L intégration des usages technologies de l

Plus en détail

2. La réponse de Handicap International

2. La réponse de Handicap International Les conclusions de l étude du King s College correspondent aux analyses faites par Handicap International dans sa stratégie 2011-2015 et ses éléments de mise à jour. Le choix des ateliers qui ont suivi

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

La migration d'un Core Banking

La migration d'un Core Banking La migration d'un Core Banking Par Florent WATRIN Le 02/10/2014 CALIS CONSEIL - 110, rue Réaumur - 75002 PARIS - Tél.: 01.42.86.03.47 Site internet : http://www.calis-conseil.com - Courriel : infos@calis-conseil.com

Plus en détail

LE METIER DE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE

LE METIER DE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE LE METIER DE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE Contexte général : Si plusieurs recherches ont été menées ces dernières années sur les politiques pénales, l histoire du parquet, voire les pratiques des parquets,

Plus en détail

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits Les enjeux de la sécurité des patients dans le système de santé : innovation ou retour aux sources? Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits 20 Novembre 2010 Michelle Dionne, Services conseil

Plus en détail

Pour une approche systémique du renforcement des systèmes de santé

Pour une approche systémique du renforcement des systèmes de santé Pour une approche systémique du renforcement des systèmes de santé Les réponses du secteur de la santé à l évolution du monde ont été inadéquates et naïves....les carences du système exigent une solution

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

Les Français, leurs élus et le développement durable.

Les Français, leurs élus et le développement durable. SYNTHÈSE DE L ÉTUDE Les Français, leurs élus et le développement durable. Premier Baromètre Auxilia, réalisé en partenariat avec OpinionWay Réalisé fin octobre 2013, ce baromètre portant sur les Français,

Plus en détail

Le baromètre fête cette année ses 10 ans :

Le baromètre fête cette année ses 10 ans : Ce baromètre créé en 2004 et produit par l Assemblée des Communautés de France (AdCF) et Ocalia, présente chaque année l évolution et les usages du numérique dans les communautés, qu elles soient de communes,

Plus en détail

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-071039-3 Table des matières Avant-propos................................................................ IX Chapitre

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION ACADEMIE DE POITIERS Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles Concours externe - Session 2014 PREMIERE EPREUVE D ADMISSION Statistiques Discipline Moyenne Ecart-type NB candidats

Plus en détail

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 AUTEUR Comité d éthique de santé publique RÉDACTEURS Michel Désy France Filiatrault Comité

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

SOMMAIRE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE DE DIVERSIFICATION.

SOMMAIRE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE DE DIVERSIFICATION. SOMMAIRE INTRODUCTION.1 I- LA DIVERSIFICATION DE PLACEMENT..2 II- LA DIVERSIFICATION DE REDEPLOIEMENT 3 III- LA DIVERSIFICATION DE CONFORTEMENT..4 IV- LA DIVERSIFICATION DE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

«Identifier et définir les risques pour mesurer les impacts sur le résultat et l organisation»

«Identifier et définir les risques pour mesurer les impacts sur le résultat et l organisation» Episode #3 - Le pilotage des Risques, bien sûr! Une évidence pas toujours si claire. Alexis Missoffe Senior Manager @Décision Performance Conseil (DPC) L Episode 2 de notre série sur les risques a introduit

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS SOMMAIRE 03 ÉCLAIRER. RÉVÉLER. INSPIRER. 05 SERVICES AUX PARTICULIERS 07 GESTION DE CARRIÈRE 08 STRATÉGIE DE RECHERCHE

Plus en détail

Préface à la deuxième édition

Préface à la deuxième édition Préface à la deuxième édition Le succès de la première édition confirme les hypothèses qui lui ont donné naissance, en particulier le besoin d aide et de références pour une démarche simple en apparence,

Plus en détail

Avant-propos Pourquoi un tel ouvrage?

Avant-propos Pourquoi un tel ouvrage? ao t 2007 7:29 07 Pourquoi un tel ouvrage? Lorsque vous rencontrez un problème en ActionScript, vous disposez de différentes sources d information pour vous aider : en particulier, les forums vous permettent

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES L implication du bénévole dans son association Cahier n 4 Juillet 2009 Sous la direction de Cécile BAZIN Jacques MALET Première vague d enquête mise en place d octobre

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADEMIE : CAEN. Etablissement : Université de Caen Basse-Normandie

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADEMIE : CAEN. Etablissement : Université de Caen Basse-Normandie Evaluation des diplômes Masters Vague B ACADEMIE : CAEN Etablissement : Université de Caen BasseNormandie Demande n S3MA120000016 Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Banque, finance, assurance

Plus en détail

a. Utiliser un moteur de recherche et affiner une requête

a. Utiliser un moteur de recherche et affiner une requête Page 1 / 6 III. Utiliser les services de l Internet 1. Se repérer et naviguer sur Internet 2. Effectuer une recherche 3. Utiliser des services en ligne 2. Effectuer une recherche a. Utiliser un moteur

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes

Plus en détail

Le gouvernement scolaire Vers une société démocratique à l école

Le gouvernement scolaire Vers une société démocratique à l école Le gouvernement scolaire Vers une société démocratique à l école Le but premier du Gouvernement Scolaire est d'éduquer les enfants à la démocratie. Il permet aux écoliers de se familiariser avec le fonctionnement

Plus en détail

LE CAHIER DE CHARGE DE LA FORMATION : COMMENT PASSER UNE COMMANDE DE FORMATION A UN CABINET ET L EVALUER?

LE CAHIER DE CHARGE DE LA FORMATION : COMMENT PASSER UNE COMMANDE DE FORMATION A UN CABINET ET L EVALUER? DESCRIPTIFS DES SEMINAIRES Du 20 au 22 Mai (03 jours) LE CAHIER DE CHARGE DE LA FORMATION : COMMENT PASSER UNE COMMANDE DE FORMATION A UN CABINET ET L EVALUER? Brève présentation du Le cahier des charges

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi 21/05/2008 ANALYSE Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi Par Soizic Dubot, coordinatrice nationale «emploi, revenus, formation» Intervention du 4 mars 2008 Introduction Les entrées

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Les meilleures pratiques du développement des dirigeants

Les meilleures pratiques du développement des dirigeants BRUNO DUFOUR MARTINE PLOMPEN Les meilleures pratiques du développement des dirigeants Préface d Alain Thibault Président-directeur général du groupe Bernard Julhiet, 2006 ISBN : 2-7081-3328-4 9 Mieux comprendre

Plus en détail