ACCOMPAGNER LA CRÉATION ARTISTIQUE : UNE AVENTURE HUMAINE PARTAGÉE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCOMPAGNER LA CRÉATION ARTISTIQUE : UNE AVENTURE HUMAINE PARTAGÉE"

Transcription

1 ACCOMPAGNER LA CRÉATION ARTISTIQUE : UNE AVENTURE HUMAINE PARTAGÉE Synthèse de la journée Les références documentaires restent accessibles en ligne via un outil collaboratif. TABLE DES MATIERES Introduction... 1 Interventions de la matinée... 1 Les 4 ateliers... 4 Conclusion Introduction Issue d une première table ronde organisée à Frouard (54) durant le festival Géo Condé 2012, cette rencontre professionnelle autour de l accompagnement artistique vise à approfondir une notion de plus en plus importante, mais dont les contours restent souvent flous. Accompagner un projet, un artiste, un parcours d artiste Pour décortiquer ces notions, il est nécessaire d avoir des points de vue différents : points de vue des artistes, des responsables de structures de production/diffusion, du public. L objet de cette journée est d ouvrir des pistes de compréhension et d action en faveur de l accompagnement artistique dans le spectacle vivant, avec l éclairage des arts de la marionnette qui ont travaillé cette question depuis longtemps. Interventions de la matinée Au cours des témoignages de la matinée, Brigitte BERTRAND, directrice de l'espace Jean Vilar 1, a présenté trois cas concrets d accompagnement de compagnies dans la durée. Son témoignage montre des modes opératoires variables en fonction des besoins identifiés et des possibilités du moment, pouvant aller de la mise à disposition d un lieu de travail à l accueil en résidence, jusqu à la mise en relation avec des personnes ressources. L appui technique sur le montage de dossiers, de budgets fait également partie de l aide apportée. 1 Lieu de diffusion basé à Ifs (14) :

2 La grande constante, point commun à tous ces accompagnements, c est le temps, nécessaire, qui doit être consacré au dialogue. Dialogue entre responsables artistiques du lieu et de la compagnie, mais aussi plus largement entre les équipes des deux structures. «La résidence, pour moi, ce n est pas seulement un plateau, c est avant tout un contact humain.» La résidence de création apparaît également comme une occasion de mieux comprendre les pratiques de l autre, d avancer conjointement. Les diffuseurs exigent un très beau travail de la part des compagnies ; il faut en retour qu ils se sentent responsables, qu ils aient la même exigence dans l aide qu ils peuvent apporter aux artistes. Quant à la question du choix des équipes et des projets accompagnés, Brigitte BERTRAND défend la prévalence de la subjectivité, «il faut être convaincu». Une difficulté se pose pour les toutes jeunes compagnies, qu il est difficile de soutenir sans avoir vu au moins un premier travail abouti. Elles méritent une attention et un accompagnement spécifiques 2. Sylvie BAILLON est directrice artistique d une compagnie qui est par ailleurs un lieu de compagnonnage marionnette 3, et elle enseigne l écriture et la mise en scène à l école supérieure des arts de la marionnette à Charleville-Mézières. Le compagnonnage présenté prend la forme d un contrat de professionnalisation, mêlant travail (animation d un atelier) et formation (université + tutorat en interne). Toute la structure se met au service du compagnon (pour travailler sur les dossiers, les budgets, la communication, les contacts), comme lui se met au service du projet de la compagnie. L administration est entièrement prise en charge, pour que la préoccupation première du compagnon puisse être l artistique avant la structuration en compagnie. Le compagnonnage porte deux ambitions : la professionnalisation du compagnon et le développement de son projet artistique. L accompagnement artistique délicat, car il faut soutenir sans orienter ; les choix appartiennent à l artiste. Le Tas de Sable - Ches Panses Vertes est une compagnie, pas un lieu de production, ni un lieu de résidence. L accompagnement suppose donc qu il y ait un autre partenaire. Un lien se structure d ailleurs avec une scène conventionnée marionnette, afin de soutenir les projets en croisant les regards et compétences du producteur et du diffuseur. L accompagnement des moins jeunes est également une question forte, et une réflexion est en cours en région Picardie pour établir un accord de branche culture mobilisant la formation tout au long de la vie pour tenter d y apporter des réponses. Christophe BLANDIN-ESTOURNET, ancien directeur de Culture O Centre (45), actuel directeur du théâtre de l Agora, scène nationale d Evry 4, insiste sur le fait qu un accompagnement ne peut se concevoir qu à partir d un contexte, et qu il n existe pas d archétype de l accompagnement. Il est possible de déterminer un cadre général (avec des fondamentaux : qui, quoi, comment, sur quelle durée, avec quels engagements ), mais il est fondamental de laisser des marges qui se régleront dans l échange au cas par cas. 2 Reconnaissant cette problématique de l émergence des compagnies, la région Lorraine a précisé qu elle encourageait, via son dispositif d aide à la création, la prise de risques des programmateurs accueillant une compagnie de moins de deux ans d existence n ayant pas encore produit de spectacle complet. 3 Le Tas de Sable Ches Panses Vertes à Amiens (80) 4 Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

3 De son point de vue l accompagnement se construit dans un espace de négociation, au sein duquel les conditions doivent être énoncées et les points de vue formulés. L accompagnement s appuie alors sur la définition partagée d une plus-value réciproque. Quelques questions en jeu autour de l accompagnement : > Les conditions de la rencontre : comment produit-on des espaces de rencontre? > La formulation de la rencontre : dans quelle posture se situe-t-on, lorsque l on aborde cette rencontre? Ce qui sous-tend d être au clair sur ce que l on vient y chercher initialement, même si ce qu on y trouvera à terme sera peut-être différent. > Cela suppose de s interroger sur les positions réciproques autant institutionnelles qu administratives, budgétaires ou symboliques. > Poser la question de l adéquation entre les demandes originelles : ce serait une erreur d ignorer les histoires de part et d autre, les affinités, l état des structures > La clarté de formulation des rôles. > Poser les conditions de l évaluation (qui peut être quantitative et/ou qualitative) ; ce qui permet d échanger, sur du long cours, à propos de l avancée d un projet, et de travailler sur les écarts entre le projet de départ et les réalisations. > La part de l irréductible : ce qu on est prêt à remettre en jeu dans l accompagnement, et ce qu on n est pas prêt à toucher. > La traduction de l engagement par écrit (convention ou autre), précisant notamment les conditions juridico-budgétaires (droit de suite ). > La construction dans le temps : sur quelle durée se positionne-t-on? Quel temps y consacre-ton? > Les enjeux de responsabilité : comment se traduit-elle? se décline-t-elle? Sans conclure cette matinée 5, elle nous a montré que l accompagnement pouvait prendre des formes multiples (en termes de durée, d investissement mutuel), et qu il était avant tout une relation choisie de part et d autre, basée sur une réciprocité, faisant évoluer l accompagnant tout autant que l accompagné, et mêlant des ambitions artistiques et structurelles. 5 Une retranscription plus complète des interventions est disponible sur demande. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

4 Les 4 ateliers Atelier 1 : L'économie du spectacle vivant : quel écosystème pour construire? Modérateur : Frédéric LAPIQUE, directeur d Arteca Secrétaire : Laurent MICHELIN, Président de MariLor Marionnette en Lorraine Les rapports économiques traditionnels entre les différents acteurs du spectacle vivant évoluent. Pour pallier la diminution des financements publics ou pour envisager de nouvelles façons de pratiquer, partager, produire, des modèles alternatifs voient le jour : coopératives, clusters, AMACCA (Associations pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique)... Ils écrivent un certain avenir du secteur culturel. Quel regard porter sur ces nouvelles organisations? Comment trouver des nouvelles formes de coopération adaptées à la diversité des situations? Cet atelier se base sur l'étude Territoire et ressources des compagnies en France de Daniel URRUTIAGUER, Philippe HENRY et Cyril DUCHENE. Cette étude dresse une typologie des compagnies suivant leurs implications territoriales et leurs diffusions : > Les compagnies régionales (18 % de l échantillon de 503 compagnies actives), dont l activité se réalise exclusivement ou presque sur le territoire régional d appartenance, dans des établissements ne disposant d aucun label du ministère de la Culture et de la Communication et dont la vocation première n est pas artistique (écoles, maisons des jeunes et de la culture, maisons de quartier, bibliothèques, hôpitaux, prisons etc.). > Les compagnies transrégionales (45 %), dont l activité de diffusion de spectacles reste majoritairement située dans la région d implantation et dans des établissements non labellisés, mais dont une part de l activité dépend de leur capacité à développer des partenariats hors de celle-ci et avec des établissements labellisés. > Les compagnies multirégionales (17 %), dont la part d activité hors de la région d appartenance est majoritaire, a lieu parfois à l étranger, et dans 70 % à 80 % des cas, dans des établissements non labellisés. > Les compagnies excentrées (8 %), dont l essentiel de l activité de programmation se déroule hors de la région du siège social, principalement dans des établissements de diffusion labellisés. Les compagnies de théâtre et de conte sont sur-représentées dans le premier profil dit régional, tandis que les disciplines des arts du cirque, de la marionnette et des arts de la rue sont plus présentes dans les autres groupes. Répercussions financières Il apparaît que les compagnies excentrées ont un budget moyen quatre fois plus important que les compagnies régionales, ces dernières ayant des coproductions et des recettes plus faibles. Par contre les recettes liées à l'action territoriale sont plus importantes. Il existe donc une tension entre la nécessité pour certaines compagnies d'avoir un ancrage territorial et une économie qui privilégie l'implantation hors région. Un autre constat est que la moyenne des subventions DRAC diminue régulièrement chaque année, les collectivités territoriales (étude des budgets 2008/09) arrivent encore à maintenir un apport stable. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

5 Quant au prix d'achat des spectacles, il est en baisse, les lieux permanents étant eux aussi touchés par la baisse des financements et un coût de fonctionnement qui augmente. Les compagnies dites «régionales» sont également touchées par la diminution forte depuis plusieurs années des actions culturelles. Les ressources non-monétaires sont en augmentation (partage de matériel, prêt à titre gracieux de plateaux...) Organisation des compagnies Généralement, elles sont organisées autour d'une ou deux personnes avec une rotation importante des postes administratifs (production, diffusion) et l'utilisation importante du Contrat à Durée Déterminée d'usage (intermittence) d'où la difficulté de construire un réseau pérenne. Elles externalisent une partie administrative de leur activité (paie et comptabilité). D'un point de vue artistique, le modèle reste celui du projet (production d'un spectacle) au coup par coup, et le développement de petites formes. Il en résulte une concurrence exacerbée. La prise en compte du temps hors création/diffusion Le processus de recherche et d'expérimentation des artistes n'est pas pris en compte par les partenaires publics. Il en est de même pour les coûts liés à la recherche de diffusion. Comment les prendre en compte? Ils sont à la seule charge des compagnies. Le travail de territoire, souvent très important pour une compagnie, n'est que très peu valorisé ; le travail entre les professionnels et les amateurs reste également une problématique non résolue. Comment mieux accompagner les compagnies? Différentes expériences ont vu le jour ces dernières années : > Les coopératives comme SCOP (société coopérative et participative), s'opposent à la logique hyper concurrentielle du marché > L'externalisation de certaines tâches comme les bureaux de production > Le portage salarial > Le conventionnement de compagnonnage > Les aides à l'emploi pour les postes administratifs (Ne faudrait-il pas l'élargir à l'emploi de directeur artistique?) > Le mécénat, très anecdotique > Le champ du spectacle vivant se développe également dans l'économie sociale et solidaire Les alternatives à l'économie dominante Les AMACCA Les Associations pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique (AMACCA) sont fondées sur le modèle des AMAP : elles permettent aux citoyens de sortir de leur rôle de simple consommateur et de s emparer des projets culturels. Ils deviennent ainsi des "spect acteurs", à travers un dispositif de développement local participatif. Ce qui est intéressant dans cette économie parallèle est que c'est le travail en amont de la création qui est financé, nous ne sommes plus dans une logique de marché du produit. Il est possible de déduire des impôts une partie de son apport financier. En Lorraine, il n'existe pas d'amacca, par contre cela existe en Alsace. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

6 La logique de «petits commerçants» Exemple du Théâtre en Kit, en résidence dans son propre théâtre mis à disposition par la ville de Tomblaine. L'avantage est d'avoir 100% du temps le plateau pour les répétitions et les dates de jeu, mais cela ne répond pas à la diffusion après la création. Les effets induits sont de rendre difficile la coproduction, d'être moins en contact avec les institutions, donc d'obtenir moins de financements publics. Il est dépendant de la billetterie, d'où cette logique de «petits commerçants». Selon l'opale, les structures peu aidées par les institutions publiques sont obligées d'utiliser le système de l'intermittence afin de pouvoir survivre. Philippe HENRY (dans son étude) souligne l'importance des pôles de coopération (Cluster, AMACCA...) dans les systèmes alternatifs de financement de la culture et qu'il serait important d'y intégrer la puissance publique. Les groupements d'employeurs Exemple du groupement d'employeurs de Forbach (GEODES) présenté par Frédéric Simon. GEODES est un groupement d employeurs pour les Arts et la Culture. Il a été créé à l initiative du Carreau et de différents partenaires actifs sur la zone géographique appelée Métropole Sarrebruck - Moselle Est (de Saint-Avold à Sarreguemines en passant par l agglomération de Sarrebruck). Le but est de mutualiser l emploi et la formation sur cette zone. Le principe est de rassembler des employeurs potentiels de droits privés et publics (communes, compagnies, théâtres...) afin d'employer au régime général, dans le cadre d'un contrat professionnel (parcours de formation, autour de 500 heures/an, et emploi) artistes et techniciens. Après étude, le profil d'acteur/marionnettiste et intervenant dans les ateliers artistiques a été validé par le GE. Il permet de ne pas avoir de rupture dans le temps de travail, d'être assez souple entre les différents employeurs et la formation pour bâtir un temps plein. Au fur et à mesure, les employés sont passés de 80% d'ateliers à 80% de plateau (théâtre ou TV locale comme présentateur). Ce sont les porteurs du GE qui décident de ce que font les intervenants. Le GEODES a employé 4 personnes en CDI, actuellement 2 sont restés dans le GE. Le GEIE Un groupement européen d'intérêt économique (GEIE) est une entité juridique fondée sur le droit européen. Il est l'adaptation au cadre international européen du concept français de Groupement d'intérêt économique (GIE). Son objectif est de faciliter la coopération transnationale entre entreprises. Il s'agit du regroupement de personnes morales de droit privé ou public, décidant de mettre en commun des moyens tout en conservant leur personnalité juridique propre. Un GEIE doit compter au minimum deux sociétés européennes appartenant à deux États membres différents (ARTE est en GEIE). La Coopérative d'activité d'emploi Une Coopérative d Activités et d Emploi (CAE) est une SARL particulière (SCOP). Les caractéristiques d une SCOP par rapport à une SARL classique permettent aux CAE d accueillir de nouveaux entrepreneurs développant, chacun, une activité professionnelle propre. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

7 Une Scop n est pas forcément une CAE ; en revanche, la CAE est un concept qui utilise le plus souvent le statut SCOP. Le principe est donc qu'elle appartient à ces membres (salariés). Chaque salarié cumule différentes activités et des revenus de plusieurs sortes pour les transformer en salaire. Si un salarié a une baisse d'activités, un fond de soutien permet de lisser le salaire, un temps. Une CAE a beaucoup de mal pour se faire reconnaître des tutelles. En France, pour le spectacle vivant, il n'y a qu'une quarantaine de SCOP, en Lorraine 2 : la compagnie 4L12 et le théâtre du Jarnisy. Les fonds de soutien Le Collectif Créa fonds est un outil de mutualisation de capitaux et de compétences. Depuis 2008, il réunit des lieux de diffusion, des collectivités ou assimilées (mairies, conseils généraux ), des acteurs de l économie sociale et solidaire, des partenaires financiers privés et des compagnies bénéficiaires qui s associent sur un principe d implication collective autour des questions de production et de diffusion du spectacle vivant. Il a pour ambition : > de développer une approche globale de l accompagnement à la production, qui associe systématiquement la création à la question de la diffusion et du public ; > de faciliter le lien avec les acteurs culturels et l accès à des financements privés, mobilisés par le fonds ; > d accompagner la professionnalisation économique des compagnies et la pérennisation de leurs emplois. MASKéNADA, plate-forme luxembourgeoise de production MASKéNADA est un groupe indépendant d artistes des arts du spectacle et du visuel au Luxembourg. Depuis sa fondation en 1995, l association offre une plate-forme de production indépendante et alternative à ses membres et à leurs créations. La création au Luxembourg est un peu particulière, peu de compagnies existent, ce sont les théâtres qui passent des commandes à des artistes. MASKéNADA n'a pas de théâtre fixe, le principe est de jouer n'importe où. Il est conventionné par le ministère de la Culture et aide environ 5 projets par an sur la création, diffusion, l'administration. Un comité de 6 personnes choisit les projets des membres en fonction du projet nomade de la structure et l'intention de participer aux projets des autres membres. Les aides qu'apportent MASKéNADA permettent de payer également le travail de recherche, par contre la production appartient à cette structure. MASKéNADA organise tous les 2 ans un festival de marionnettes. Le système de plate-formes coopératives Le financement participatif (ou crowdfunding en anglais) consiste à faire financer son projet par les internautes. MymajorCompany, kisskissbankbank... sont des plate-formes qui permettent à des porteurs de projets de présenter leur projet sur internet et de permettre aux internautes intéressés de participer à leur financement. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

8 Atelier 2 : les résidences d artistes, comment faire pour que chacun s y retrouve? Modératrice : Virginie LONCHAMP, responsable du spectacle vivant à l'agence Culturelle d'alsace Secrétaire : Sophie OTTINGER, directrice artistique de la compagnie En Verre et contre Tout Le terme de résidence englobe aussi bien un travail de territoire, de recherche et d'expérimentation, débouchant ou non sur une création. Parfois financée, parfois ne comprenant qu'un prêt de plateau ou de locaux non dédiés au spectacle, la résidence fait le grand écart dans ses formes et dans ses objectifs. Comment s'y retrouver dans les différents types de résidences et élaborer ensemble des résidences artistiques qui ont du sens? Virginie LONCHAMP, responsable du spectacle vivant à l'agence Culturelle d'alsace, accueille les participants à cette table ronde et présente le déroulé de la séance. Après un bref exposé sur l'histoire de la présence artistique, les participants seront invités à se présenter et à définir leurs attentes. Ensuite, les personnes présentes essayeront de dégager les grands axes de cette thématique, de proposer des leviers pour les équipes artistiques, les lieux et un territoire, mais aussi de repérer les freins pouvant exister. Le tour de table a révélé que les expériences et les attentes étaient diverses et variées. Certains participants avaient vécu des résidences issues de dispositifs mis en place par des institutions (conseil régional de Lorraine, conseil général de Meurthe-et-Moselle,...), d'autres essayaient de mettre en place des résidences avec peu de moyens aussi bien dans des lieux de diffusion que sur des territoires dépourvus de structures culturelles, ou encore de répondre aux demandes des artistes pour des prêts de salle. Un certain nombre d'attentes et de questionnements communs ont pu être répertoriés : la place de l'action culturelle dans une résidence, le financement des résidences, comment mettre en place des résidences, définition de ce qu'est une résidence, la place de l'artiste et le problème de la permanence artistique dans les lieux. Les différents types de résidences : Durant les échanges, plusieurs collaborations entre lieux et artistes ont été évoquées. Certaines pouvaient être à l'origine d'une commande passée à l'artiste, d'un appel à projet, d'une demande d'un artiste ou de la rencontre entre un lieu et une équipe artistique. Mais qu'est-ce qu'une résidence? Un prêt de salle ou la mise à disposition d'un lieu? Un temps de création sur un plateau? L'artiste doit-il être rémunéré? Quel est l'investissement du lieu? Les résidences de création : L'équipe artistique vient travailler sur un projet artistique et occupe le plateau. Certains lieux demandent aux artistes de faire en même temps des actions culturelles ou d'ouvrir leur travail au public. Mais ces moments peuvent mettre un frein au processus de création. L'artiste ne peut pas être concentré sur le travail artistique et n'a pas toujours un travail intéressant à montrer à des personnes étrangère au projet ; il peut être à un moment de doute ou de recherche et donc ne rien avoir à montrer à d'éventuels spectateurs sans se mettre en danger. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

9 Il est important que dans ces résidences, l'artiste ait le temps et l'argent pour créer. Mais est-ce que tout travail sur le plateau est résidence? N'est-il pas dans certains cas qu'un moment de production d'un spectacle nommé, à tort «résidence»? Les résidences «d'action culturelle» : Les structures culturelles ont besoin que des actions culturelles soient mises en place et réfléchissent à la mise en place de différentes manières de rencontrer le public, et la résidence d'artiste en fait partie. La proposition d'actions en direction du public découle souvent d'un manque de moyens pour payer le temps sur le plateau. Certains lieux n'ont pas de budget pour la co-production, mais en ont pour la médiation culturelle. Ils proposent donc aux artistes un plateau pour travailler et des actions culturelles pour être financés à minima. Cependant un artiste qui serait en résidence d'action culturelle sans création peut voir les heures passées sur ce projet ne pas être prises en compte par l'unedic. Les genres se mélangent par nécessité, mais est-ce une solution? Les résidences de recherche et d'expérimentation : Il existe un aspect du travail artistique qui n'est que rarement pris en charge et rémunéré, celui de la recherche hors création. Or ce temps est nécessaire à l'artiste pour progresser dans son art. En Lorraine, suite à une réflexion d'une association d'artiste, aujourd'hui disparue, les A.A. (les Artistes Associés), la Région Lorraine a mis en place un dispositif d'aide à la résidence. En lien avec un lieu ou une structure culturelle, elle finance une compagnie sur une période de 1 à 3 ans sur des temps de recherche et de laboratoire. Ce dispositif permet à la compagnie de tester des choses, de se confronter avec un public, celui de la structure, sans pour autant créer ou faire de l'action culturelle. La subvention ne s'appuie que sur la masse salariale qui est dégagée. Mais pour être amendé, ce dispositif nécessite l'élaboration d'une grille d'évaluation. Les résidences concertées : Pour pallier au problème de budget, il peut être envisagé de créer une résidence sur plusieurs lieux. Ainsi, la compagnie pourrait bénéficier de financements plus importants et un territoire plus large profiterait de la présence artistique. Ces définitions des résidences restent incomplètes car il existe autant de résidences que d'artistes et de lieux. Cependant, quelques prérogatives leurs sont communes. Les deux parties doivent se mettre d'accord sur les normes de la résidence. Quelques prérogatives pour mettre en place une résidence : > Savoir pourquoi créer une résidence Est-ce une envie de travail sur un territoire? De faire de l'action culturelle? De tisser des liens avec un public? De permettre des créations? De faire rayonner une compagnie ou un lieu à l'extérieur de sa région? De valoriser une politique culturelle? > Bien définir ce que chaque partie entend par résidence Souvent, les prêts de plateau sont considérés par certains lieux, à tort, comme des résidences, aux artistes de trouver les moyens de se rémunérer. > Mise en place d'un budget > Préparer en amont La résidence est prise en charge par une équipe ; des échanges préalables sont donc nécessaires pour que chacun trouve sa juste place. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

10 > Associer les politiques Souvent, pour les politiques, une résidence d'artistes est associée à une présence quotidienne de l'artiste sur le territoire et l'intérêt d'un tel dispositif leur échappe. > Définir la durée > Préciser les moyens humains et techniques mis à disposition > Il faut prévoir l'évaluation quantitative et qualitative. L'évaluation : Il est important, autant pour le lieu que pour la compagnie de mesurer ce que cette résidence a pu leur apporter dans leur parcours. S'il peut y avoir une suite, à la fois pour la compagnie, part-elle a la recherche d'un nouveau terrain d'expérimentation? Pourquoi? Est-il de même nature? Pour le lieu, comment poursuivre autrement la présence artistique? avec qui? quelle articulation avec une programmation régulière? Une évaluation avec les élus ou financeurs est également nécessaire pour arriver à définir quel paysage culturel on dessine demain. Conclusion : Les résidences ont un enjeu politique sur la place de l'artiste en temps que salarié pendant son temps de travail sur un plateau soit pour la création, soit pour la recherche. Elles permettent un ancrage sur un territoire ou un rayonnement extérieur, tant au niveau des artistes, des compagnies que des lieux accueillant. Cependant, la définition du concept de résidence reste floue et diffère d'un lieu à l'autre, d'une région à l'autre. L'existence d'une charte nationale qui cadrerait les résidences faciliterait leur mise en place. Pour cela, il est possible de se référer au travail mené par les A.A. et la région Lorraine, à la charte des compagnies écrites par le SYNDEAC et aux réflexions menées sur ce sujet par l'onda. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

11 Atelier 3 : Accompagnés, Accompagnants : comment définir les droits et devoirs de chacun? Modérateur : Patrick BOUTIGNY, ancien chargé de mission THEMAA Secrétaire : Philippe SIDRE, directeur du Théâtre Gérard Philipe scène conventionnée de Frouard Pour trouver un chemin commun, chacun doit comprendre la place de l autre, son parcours et le projet qu il porte. Vers une charte de «bonnes pratiques»?... En s appuyant sur l organisation d un séminaire réunissant artistes et responsables de lieux culturels en juillet 2012 pour réfléchir sur l accompagnement et sur les termes de la convention triennale et multipartite du Théâtre Gérard Philipe, scène conventionnée de Frouard, Patrick BOUTIGNY propose de réfléchir sur les thèmes et notions suivants (liste non exhaustive) : > La responsabilité. Qui est accompagnant? Qui est accompagné? > Les différents niveaux de relations > Les différentes étapes de l accompagnement > Le travail ensemble, la moralisation des relations, la clarification des échanges Et de structurer la discussion en observant le processus d accompagnement se mettre en place sur trois étapes : > Le temps de la rencontre ou de la première rencontre. > Le temps du choix > Le temps de la fidélité Le temps de la rencontre C est à ce moment que se définit l idée première et où se pose l hypothèse artistique. C est le moment avant l accompagnement, avant la collaboration ou la coopération. Un des facteurs d une bonne rencontre est le temps, de manière à être disponible, à l écoute de l autre. «Sur les projets où il y a un engagement, on y passe plus de temps.» «Prendre le temps d apprendre à se connaitre.» «Passer du temps pour essayer de comprendre la démarche des lieux, le googeliser.» Un autre facteur est la motivation, l envie de soutenir le projet. «C est lié à une impérieuse nécessité.» «C est une évidence artistique.» Autre facteur : la dimension humaine. «Le contact doit être humain». Autre facteur : connaître pour comprendre l autre. «avoir une connaissance préalable de l univers artistique de la compagnie.» «avoir un lien (avec l artiste) avant.» «Comprendre comment un projet artistique d un lieu s énonce?» «Les programmateurs doivent aussi faire ce travail.» Il faut aussi un minimum d adéquation commune. «Trouver les affinités entre le projet du lieu, la direction du lieu et la démarche de la compagnie.» Les freins à une rencontre qui débouchera sur une collaboration Ce travail est celui du chargé de diffusion et production. Il joue les intermédiaires entre les artistes et la direction du lieu. Les freins suivants sont mentionnés : > Absence de chargé de diffusion dans la compagnie par faute de moyens > Difficultés de décoder la ligne artistique de certains lieux. > Difficultés d obtenir des rendez-vous avec les directions, trop submergées de propositions. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

12 Le temps du choix Il y a nécessité de poser un cadre. Sans ce cadre, le partenariat ne se fait pas ou est mal vécu. Construire le cadre Cela suppose un cadre travaillé ensemble et non imposé, avec le respect de l autre. «Respecter le tempo de la compagnie.» «L accompagnement est un partenariat.» Lister l apport de chacun à l autre. «Comment le projet artistique de la compagnie rencontre celui du lieu?» «Définir qui accompagne qui et à quel moment?» Le cadre permet aussi de définir des limites. «Nécessité de séparer les temps de création et d actions culturelle.» Définir un vocabulaire commun. «Qu entend-on par une résidence, par l action culturelle?» «A partir de quel montant, on parle de coproduction?» Le cadre est formalisé par un écrit. «convention écrite sur des aspects très pratiques.» «L écriture engage la conversation.» L écriture d un cadre permet aussi d évaluer les besoins de chacun, les lieux et les compagnies, l accompagné et l accompagnant. «C est notre travail d être à l écoute, d estimer, de mesurer les besoins, où la compagnie en est dans ses démarches, ses partenariats, son calendrier» Le cadre doit néanmoins être souple. Il y a débat sur le terme de négociation. Pour certains, ce temps est nécessaire. C est aller jusqu au bout de la conversation et arriver à un accord en le formalisant. Les freins Une position inégalitaire. Les artistes ont l impression d être dans une position inégalitaire. «On est dans un état de demandeurs.» La pression des dispositifs. «On finit par accepter n importe quoi.» «Les conditions d accueils n étaient pas bonnes.» L engagement oral. «C est souvent l engagement oral qui fait loi dans notre profession, d où naissent parfois des malentendus.» Le temps de la fidélité C est à partir du moment où le cadre est posé. On est dans l opérationnel. La notion de respect de l autre est revenue à plusieurs reprises. > Respecter les termes de la convention écrite > Respecter le tempo de création > Avoir une transparence financière > Se conseiller mutuellement > Définir une déontologie morale commune D autres types de partenariats sont mis en avant pour profiter d un accompagnement artistique efficace : > Etre artiste associé d une structure culturelle > Obtenir une production déléguée > Passer commande à un artiste ou une compagnie. «La commande, c est le stade ultime de la confiance.» «On échange beaucoup.» Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

13 Les freins > La production déléguée qui peut déposséder la compagnie de son œuvre et qui ne permet pas de valoriser financièrement la production pour la compagnie. «Avec une SEP dans une autre région on a perdu nos subventions régionales.» «Attention au côté bankable!» Il y a débat sur la question. > Le non-respect de certaines clauses de la convention Les bonnes pratiques en 5 points Se mettre d accord sur un vocabulaire commun : coproduction, résidence, action culturelle, etc Prendre le temps et la disponibilité de se connaître, avoir conscience des différentes responsabilités Définir une manière d être ensemble, de co-construire. Relations égalitaires en formalisant le partenariat. Qui accompagne qui? Qui sont accompagnants et accompagnés? Artistes associés. Respecter les termes du contrat et de la signature du projet commun : déontologie morale. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

14 Atelier 4 : Artistes émergents : y a-t-il une spécificité à l accompagnement des jeunes artistes? Modératrice : Angèle GILLARD, metteure en scène Cie La Magouille Secrétaire : Emmanuelle CASTANG secrétaire générale de THEMAA Le nombre de compagnies, de spectacles, d'artistes augmentant de façon exponentielle, les jeunes artistes cherchent les moyens de se structurer artistiquement et économiquement. Quel parcours les accompagnants construisent-ils avec les jeunes artistes? Comment se forment-ils, se professionnalisent-ils et comment s insèrent-ils? Comment sont-ils repérés par les responsables de structures culturelles? L atelier propose de réfléchir ensemble : > aux besoins des jeunes compagnies > aux possibilités offertes aux compagnies émergentes > aux outils existants à développer et à ceux à mettre en place Deux axes vont traverser cet atelier : > Poser un diagnostic : quelles difficultés rencontrent les artistes sur les premiers projets? > Poser des propositions : comment constituer une boite à outil? Le diagnostic Dans un premier temps, il est proposé de définir ce qu est l émergence. Une définition possible est proposée par Angèle GILLIARD qui anime l atelier, trouvée sur le site canadien du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent. Les définitions diffèrent d une institution à l autre. Elles ont toutefois des points communs : on reconnaît un artiste émergent comme étant un artiste en début de carrière, professionnel ou en voie de professionnalisation. Par professionnel, on entend un artiste qui démontre une volonté : 1. de se consacrer au maximum à l exercice de son art ; 2. de diffuser son travail dans des lieux professionnels ; 3. d être en contact avec le milieu artistique de sa communauté et/ou de sa discipline artistique ; 4. de comprendre les rouages du métier qui mènent de la création pure au contact avec le public ; donc, de connaître et d approcher d autres intervenants. Cette volonté et les actions qu elle motive assureront à l artiste la reconnaissance de ses pairs, c està-dire des autres artistes qui gravitent dans la même sphère d activités. C est un peu comme si c était la communauté artistique elle-même qui décidait qu il a atteint le rang de professionnel. Une compagnie qui démarre aujourd hui est confrontée à de multiples questions. Passer d amateur pour devenir professionnel est un véritable chemin qui demande une bonne connaissance administrative, une structuration interne solide, une connaissance régionale et nationale du secteur culturel dans lequel évolue la compagnie, et une reconnaissance des pairs. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

15 Se structurer : des besoins en information et en formation Un constat est posé dès le départ : il manque des espaces d informations sur les possibilités de mutualisation et d accompagnement à la structuration. Une des premières difficultés d une compagnie quand elle démarre est de comprendre le paysage dans le lequel elle évolue. L accès à l information, aussi bien administrative que structurelle et artistique, est un des premiers freins. Les jeunes compagnies comme les compagnies plus confirmées ont la sensation d être en permanence sur tous les fronts : création, administration, communication, diffusion Comment pallier au besoin d organisation et bien intégrer tous les rouages du système? Différents acteurs sont identifiés comme répondant à ces besoins : les DRAC, les collectivités, les agences régionales, Pôle Emploi, les fédérations. Cependant, selon chaque région, l interlocuteur qui va se rendre disponible à cet accompagnement est différent. La question est donc posée d une harmonisation entre ces différents interlocuteurs au niveau national afin de faciliter l accès à l information. Ces espaces ressources pourraient ainsi répondre aux deux problèmes majeurs que rencontrent les jeunes compagnies qui débutent : leur structuration interne administrative et juridique (légalité, possibilités administratives, plateforme d emplois d équipes administratives, hiérarchisation du travail, DLA ) ; l accès aux financements et la structuration professionnelle de leur secteur (échéances des subventions, fonctionnement, paysage culturel local et national, espaces d accompagnement artistique). La formation initiale et continue nécessiterait également d être plus structurée. L enseignement dans les arts du spectacle (conservatoire, école, université ) ne tient pas toujours compte de ce paramètre de l insertion des jeunes qu il forme. Se professionnaliser : des logiques économiques et institutionnelles à repenser Les jeunes compagnies ont peu de moyens financiers mais beaucoup de besoins structurels et sont ainsi confrontées à un besoin d embauche à bas coût. Le premier réflexe est celui de la mutualisation avec d autres compagnies avec le risque de mutualiser misère et absence d expérience. Faut-il envisager d autres formats économiques comme les pépinières d entreprises, les SCOP, les collectifs, les groupements d employeurs? De nombreuses compagnies choisissent en effet de se structurer en collectif. Cependant les dispositifs de financement des collectivités et DRAC ne permettent pas de développer ce type de format juridique car la plupart des collectivités subventionnent un projet à l année. Ainsi, bien que la question récurrente du «trop de compagnies?» soit régulièrement posée, il n est pas aujourd hui de véritable réponse institutionnelle à d autres types de structurations. Comment répondre à cette incohérence du système? Les structures de financement ne devraient-elles pas conventionner autrement, proposer des dispositifs pour les jeunes compagnies afin d accompagner ces modèles collectifs? Deux pistes : Il existe en Haute-Normandie un conventionnement à l émergence pour des projets de territoire. Certaines structures de production proposent de nouvelles logiques qui s adaptent aux moyens en se rémunérant par un pourcentage des revenus des équipes artistiques/des spectacles et ouvrent ainsi l accès à des compagnies en structuration. Ce sont les compagnies plus solides qui les font rentrer ainsi dans leur frais et cela créé un système de solidarité. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

16 S insérer : une relation réciproque entre les différents acteurs du spectacle vivant à retrouver De quelle manière les structures de production et de diffusion peuvent-elles aujourd hui accompagner les jeunes artistes? Beaucoup d attentes viennent aujourd hui des compagnies vers les structures. Celle d être programmées bien sûr mais également celle d être mieux accompagné. Il pourrait être intéressant d explorer des parrainages plus approfondis entre structures et compagnies débutantes au niveau administratif et dans un accompagnement aux démarches de production et de diffusion du projet. Les questions récurrentes comme «Comment faire venir les programmateurs?» et «Comment sortir de l émergence?» ne sont pas résolues. Il est tout de même interrogé de savoir si cet accompagnement à l émergence est présent dans le cahier des charges de scènes nationales et scènes conventionnées : quelles missions pour quelles scènes avec quels moyens? Ne faudrait-il pas clarifier ces questions? Cela pourrait sans doute permettre d équilibrer les postures, de sortir de la sensation du fort contre le faible, très forte aujourd hui dans les relations entre compagnies et structures, et ainsi retrouver un dialogue serein sur des problématiques partagées. Il semble nécessaire aujourd hui de développer une réciprocité plus claire et un relai entre les structures en fonctions de leur savoir-faire et de leurs missions. Deux questions restent en suspens : Comment sortir d un système de subvention qui nous invite à construire des produits? Comment sortir de la course permanente au «bouclage» du régime d intermittence qui semble prendre le pas aujourd hui sur celui de la création? En conclusion, pour mieux accompagner les jeunes artistes (et les artistes en général) dans leur formation, leur professionnalisation et leur insertion, on identifie la nécessité aujourd hui d une cohérence à retrouver entre chacune des institutions et entre chacun des acteurs du territoire à son niveau pour permettre un accompagnement coordonné dans l accès à l information, l accompagnement à la structuration et le suivi des projets artistiques à moyen terme et à long terme. Les propositions 1. Pour répondre aux besoins en information juridique et administrative > Etablir des espaces ressources web qui listent par thème vers qui les compagnies peuvent se tourner sur quelle question. Ces informations devraient être relayées à minima à 4 endroits qui seraient des espaces relais : Pôle emploi, le ministère de la Culture et de la Communication, les régions, les départements. Elles pourraient également être accessibles dans les fédérations / syndicats, espace ressources du spectacle vivant, missions locales et CIDJ. > Accompagner l utilisation de ces ressources. Clarifier le cadre légal et développer l information autour de ce cadre. Les compagnies et leurs équipes sont aujourd hui dans l interprétation. 2. Pour répondre aux besoins en formation > Mieux coordonner les besoins en formations structurelles, juridiques, administratives via les agences régionales, Pôle Emploi, les fédérations, l Etat et les collectivités ; Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

17 > Développer la formation administrative, structurelle et professionnelle dans l enseignement supérieur des arts du spectacle (conservatoires, universités, écoles ) ; > Cartographier les outils régionaux à disposition des compagnies et développer la présence d agences régionales dans chaque région. 3. Créer les outils de la relation humaine Un effort aussi bien des jeunes compagnies que du secteur professionnel et institutionnel est nécessaire pour développer des supports favorisant de meilleures relations humaines. Il est nécessaire de désacraliser les institutions et les structures. Les jeunes compagnies devraient pouvoir énoncer les demandes et proposer des échanges. 4. Des espaces physiques à développer Des associations régionales plates-formes qui puissent accueillir les compagnies. Soutenir et développer les structures qui font du compagnonnage avec des compagnies. 5. Quelques expériences et dispositifs à élargir > Une plate-forme d accompagnement en Poitou-Charentes Mise en place grâce au COREPS Poitou-Charentes - Comité Régional des Professions du Spectacles d une plate-forme d accompagnement demandée à l agence régionale. Autour de la table, en plus des syndicats, l Etat, la région, l Afdas, Pôle Emploi et l agence régionale. > Formation en équipe L agence Ile-de-France, Arcadi, propose des formations à destination de binômes (porteur de projet et son chargé de diffusion) sur un principe de tutorat. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

18 Conclusion 6 Les arts de la marionnette ont cette spécificité d être un secteur artistique où l accompagnement s est exercé de façon naturelle, depuis toujours, des compagnies les unes envers les autres. Cette histoire de famille s est récemment structurée et élargie. Elle nous pousse aujourd hui à préciser cette notion afin d en approfondir les contours et les possibilités. L accompagnement de la création artistique suppose la concrétisation d'une envie de collaboration, singulière pour chaque projet, chaque univers, chaque parcours artistique. Accompagner un acte artistique est un engagement réciproque, une aventure commune qui peut prendre des formes diverses. Le compagnonnage semble la forme d accompagnement la plus engagée, la plus solidaire et la plus aboutie, mais aussi la plus difficile à généraliser, parce qu elle consiste en une véritable coproduction d acteurs réunis pour poursuivre un but commun. Quel que soit le type d accompagnement (artistique ou structurel), la dimension centrale est toujours celle du projet. Elle interroge en effet les fondements et les idées qui portent l association et son équipe, sur le sens de leur initiative artistique et culturelle pour eux-mêmes et leur environnement. Il semblerait également qu il faille envisager des accompagnements différenciés suivant les types de compagnies (les entrants, les «essoufflés», les «locales ou régionales» ) et le type de structure accueillante. Egalement, la compagnie accompagnée doit être en phase ou en complémentarité avec le projet artistique et culturel de la structure qui accompagne. Une structure culturelle peut choisir d aider essentiellement des artistes en début de carrière résidant sur sa région d implantation, une autre de privilégier l appui à des artistes de toutes provenances souhaitant s associer à des projets de développement local. Il apparaît que le compagnonnage dans de nombreux cas, ou les résidences, ne peuvent être circonscrits au travail artistique ; en définitive, ils l excèdent. Et le plus souvent, cela va demander de la coopération. Nous sommes dans un contexte où de plus en plus d associations culturelles et artistiques, de compagnies, se créent chaque année. Elles se caractérisent par un grand dynamisme et une très large diversité d activités (création, diffusion, transmission, action culturelle, formation). Mais, ce mouvement dynamique connaît de façon paradoxale une baisse des subventions allouées aux associations artistiques et culturelles. Les spécificités et difficultés d emplois de ce secteur (CDD, CDDU, temps partiel, baisse du nombre d emplois aidés ) ajouté à l interdépendance des emplois (capacité de réunir différents métiers sur un projet) impactent fortement le modèle économique des compagnies. La conjoncture d ordre budgétaire, avec une baisse des subventions, devrait toucher plus fortement les plus faibles, donc le plus souvent les associations de petite taille. En effet, leur modèle économique reposant pour la moitié sur des financements croisés entre différentes collectivités et l Etat, peut les fragiliser fortement lorsqu une collectivité se retire, entrainant parfois les autres à faire de même. Dans des structures souvent de trop petites tailles pour embaucher certaines compétences et mieux qualifier les emplois nécessaires à leur développement et leur professionnalisation, comment ne pas réfléchir à une forme de mutualisation des emplois? 6 Cette conclusion est un mélange de textes issus d un retour à chaud rédigé par Opale - CNAR Culture, qui participait à cette journée. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

19 La nécessité et l urgence de pallier ce problème majeur obligent à repenser la structuration et l organisation de l emploi. Des formes d organisation du travail émergent ainsi depuis quelques années qu il s agit de prendre en compte plus fortement : la mutualisation des emplois à travers les groupements d employeurs (GE), des coopérations nouvelles à travers les coopératives d activités et d emploi (CAE), des externalisations de certaines compétences vers des bureaux de production, des mises à disposition, des mutualisations et des coopérations à travers les SCIC. Dès lors, ces diverses évolutions induisent des besoins nouveaux en compétences au sein de structures. Les accompagnements proposés seront amenés à combiner accompagnement artistique et accompagnement structurel, devenant ainsi une véritable aide à la structuration de projets. Plusieurs chantiers mériteraient d être ouverts : Développer des lieux d accompagnement recherche-expérimentation, activité largement prise en compte par les compagnies uniquement, et pas assez de manière collective. Confier à des lieux une véritable mission (inscrite comme telle dans leur cahier des charges) d accueil pour des recherches-expérimentations, sans obligation ferme de création. Réfléchir à une prise en compte dans l accompagnement artistique des compagnies à une demande des territoires et des populations à la participation (amateur ou pas). Population ici est entendue comme tout autant les collectivités, les équipements, les associations que les publics. Le sens restreint d aide à la production que l on connaît actuellement, qui ne prend pas suffisamment en compte les fonctions de distribution ou de diffusion, doit être revu si l on souhaite des résidences de création «libérées» de ces autres demandes sous-entendues. Une résidence pour créer ou rechercher et non pas uniquement pour survivre. Eventuellement introduire de manière conventionnelle une fonction de distribution-diffusion pour le lieu accueillant une résidence longue. Travailler une charte basée plutôt sur l éthique, les droits fondamentaux que sur des moyens techniques, afin de clarifier le mode de relation entre l accompagnant et l accompagné. Enfin, les établissements artistiques et culturels non labellisés par le MCC sont de plus en plus au centre de ces accompagnements, en dépit d une faiblesse persistante de moyens à consacrer à ce travail. Une identification des acteurs de l accompagnement artistique et des accueils en résidences semblent souhaitables. Mieux articuler les acteurs de l accompagnement artistique et structurel entre eux (compagnies, lieux de production, DLA, agences régionales et départementales, DRAC, fédérations, OPCA ), créer au besoin de réelles structures d accompagnement, prendre plus en compte les acteurs de la filière sur un territoire. Un artiste accompagné s aperçoit rapidement qu il peut aussi transmettre des savoirs et savoirfaire à d autres artistes accompagnés. Ainsi la fonction d accompagnement peut démultiplier les phénomènes d entraide et de solidarité sur un territoire. Il s agira d organiser ce transfert de compétences. Tout porte à croire qu une gestion plus coopérative de la filière permettrait un développement plus serein et harmonieux, du spectacle vivant, et y compris de l accompagnement des compagnies. La coopération peut prendre différentes formes, de la plus simple, la mutualisation de moyen, jusqu à la prise en charge de manière coopérative des risques et enfin de celle des bénéfices. Mais au préalable à cette mise en réflexion des coopérations à mettre en place, il nous semble que cinq règles pour y parvenir doivent être partagées par tous : la bienveillance, la réciprocité, la vigilance, la tolérance et la transparence. Synthèse _ rencontre professionnelle du 18 février 2013 au Théâtre Gérard Philipe, Frouard (Lorraine) _ oct

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 FORUM 2011 Projets collectifs et mutualisation dans le spectacle vivant Réseau des arts vivants en Ile-de-France COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 RAVIV Réseau des arts vivants en Ile-de-France Maison des

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises»

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cf. Note de cadrage PLIE pour l année 2015 1 ORIENTATION GENERALE L'intégration à l'emploi est un des axes prioritaires énoncés

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION Objectif Actions à mener Outils Thématiques à aborder Contexte de création Évaluer l opportunité de création d un GE Entretien d opportunité Analyse

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Métier Bureau de Production. Spécialisation Musique

Métier Bureau de Production. Spécialisation Musique Métier Bureau de Production Domaine Artistique Spécialisation Musique Type Entrepreneur de spectacles vivants ENTREPRISE DE SPECTACLES VIVANTS Est entrepreneur de spectacles vivants toute personne qui

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap»

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap» : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE FORMATION «Accompagnement du recrutement

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA I. CONTEXTE Dans le cadre de l exercice de son cœur de métier, le-a chargé-e de mission DLA fait face à des situations locales souvent complexes du

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Bilan de compétences - Bilan professionnel: outils de gestion des emplois et de l employabilité

Bilan de compétences - Bilan professionnel: outils de gestion des emplois et de l employabilité Bilan de compétences - Bilan professionnel: outils de gestion des emplois et de l employabilité Introduction Alors que la formation «tout au long de la vie» est au centre des débats, il apparait que le

Plus en détail

Rappel du contexte et du contenu de l accord

Rappel du contexte et du contenu de l accord BILAN DE L EXPERIMENTATION FAVORISANT L ACCES DES JEUNES A L EMPLOI Rappel du contexte et du contenu de l accord La collaboration entre le CNML et le groupe CRIT s est formalisée à travers un accord de

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013 CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN 5 Mars 2013 Compte rendu délibératif final de l auto saisine «Démocratie locale et de proximité : Projet de redynamisation de la démocratie participative à Digne-les-Bains»

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez LA mission départementale de la culture DE l AVEYRON en partenariat avec l OBSERVATOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES PROPOSE Un séminaire de réflexion sur le thème LA PARTICIPATION À LA VIE ARTISTIQUE ET

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

e ntretien professionnel côté E m P loye ur

e ntretien professionnel côté E m P loye ur e ntretien professionnel côté E m P loye ur des réponses pour bien l appréhender Collection Entreprise EntrE tie n profe ssionne l une étape clé P our construire l ave n i r Moment clé rythmant la vie

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LE COACHING INTERNE Les fondamentaux

DOSSIER DE PRESSE. LE COACHING INTERNE Les fondamentaux DOSSIER DE PRESSE LE COACHING INTERNE Les fondamentaux Sous la direction d'agnès Joussellin «Un nouveau métier dans l entreprise au service d un plus grand nombre» Sommaire Avant-propos p.3 Une nouvelle

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour 47 Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour SOMMAIRE INTRODUCTION L Enfant, le Sport et le Handicap 1 HANDISPORT et USEP : Qui sommes-nous? PRESENTATION 2 HISTORIQUE 3 HANDISPORT

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic d une association les grandes étapes» Points clés Le diagnostic, un outil incontournable! C est en prenant en compte ces éléments que l association peut

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Séminaire de formation

Séminaire de formation Séminaire de formation Une initiative proposée par le Centquatre-Paris et l Agence Tertius L APPROCHE (PLURI)TERRITORIALE DU CENTQUATRE-PARIS UNE SEMAINE EN IMMERSION AU CENTQUATRE Le CENTQUATRE-PARIS

Plus en détail

ATELIER : LA COOPERATION DANS LE SECTEUR SAP

ATELIER : LA COOPERATION DANS LE SECTEUR SAP ATELIER : LA COOPERATION DANS LE SECTEUR SAP Session 3 (14h30-15h15) - Parcours COOPERER MUTUALISER Découvrir Alain VILLEZ, directeur adjoint et responsable du secteur «Personnes âgées» de l Uriopss NPDC

Plus en détail