Le Fonds d Assurance Formation de la Branche sanitaire, et médico-sociale, privée à but non lucratif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Fonds d Assurance Formation de la Branche sanitaire, et médico-sociale, privée à but non lucratif"

Transcription

1 T sociale Le Fonds d Assurance Formation de la Branche sanitaire, et médico-sociale, privée à but non lucratif

2 Unifaf : des résultats, une politique, des ambitions 2 U N I FA F B I L A N Jean-Baptiste Plarier et Jean-Marie Poujol, respectivement président et président adjoint d Unifaf Il n est qu à se souvenir de la conclusion de la convention d objectifs et de moyens en 2012 pour mesurer le chemin parcouru par Unifaf en deux ans. À cette époque, l OPCA enregistrait un dépassement de ses droits à frais de gestion de 4 millions d euros au regard des nouvelles règles budgétaires. Cette situation inacceptable, préjudiciable à l OPCA et à ses salariés, mais également aux associations et aux professionnels de la Branche pour qui Unifaf représente un formidable levier de développement, nous a mis en mouvement. D autant que notre Branche, avec ses spécificités et ses missions, a besoin de former et de qualifier pour accompagner les milliers de personnes accueillies dans ses établissements. Dès 2012, le Conseil d administration paritaire a opté pour une ligne stratégique audacieuse, refusant de réduire la masse salariale de l OPCA, aux conséquences dévastatrices sur l emploi, tout en privilégiant un scénario d augmentation de la collecte fondé sur le renforcement de la satisfaction des adhérents à tra vers l amélioration et la diversification des services proposés par Unifaf. Et les résultats sont au rendez-vous : entre 2010 et 2014, la collecte est passée de 365 à 403 millions d euros (+10 %) ; les dépenses de formation (360 millions d euros) enregistrent une forte progression (+11,5 % par rapport à 2012) ; les délais de traitement des dossiers de formation ont été divisés par deux (40 jours en 2011, 25 jours en 2013) ; l activité de conseil est en forte hausse (8 600 entretiens conseil réalisés en 2013 contre en 2012, soit une augmentation de 34 %). Ces progrès sont à mettre à l actif des équipes d Unifaf, présentes sur le terrain, au contact quotidien des adhérents pour entendre leurs besoins et y répondre, en croisant des éléments de politique publique, les mécanismes de formation, la recherche de partenariats techniques ou financiers Aux instances paritaires à donner un cadre cohérent et prospectif à cet ensemble, notamment à l occasion des futurs accords de Branche sur la formation professionnelle.

3 Un projet d entreprise au service des associations et des salariés de la Branche Porter un projet volontariste de développement de la collecte en fidélisant nos adhérents dans un contexte d évolutions majeures, touchant à la fois la formation professionnelle et le secteur, telle est l ambition du projet stratégique Unifaf 2017 que nous mettons en œuvre aujourd hui. Jean-Pierre Delfino directeur général d Unifaf Adossé à un vaste programme de professionnalisation des équipes d Unifaf et à la refonte de notre système d information, il repose sur l amélioration du service rendu à tous (employeurs, salariés, représentants du personnel, demandeurs d emploi ). Nous ne partons pas de zéro comme en témoignent les bons résultats de notre activité Notre objectif est désormais de conforter notre avance dans les domaines de la gestion et du conseil où nous avons enregistré une progression très favorable de tous nos indicateurs de traitement des demandes de financement et ce, dans un contexte profondément rénové. En effet, la loi sur la formation professionnelle, entrée en vigueur le 5 mars dernier, élargit notre périmètre d intervention et de nouveaux accords de Branche sont en préparation. Le projet d entreprise Unifaf 2017 traduit notre volonté de nous adapter à ces évolutions, en agissant sur six axes que sont : le développement de notre nouvelle offre de services ; la refonte de notre organisation ; la spécialisation de nos expertises ; l évolution de nos modes de collaboration ; l optimisation de nos processus de gestion ; avec, pour socle, la digitalisation progressive de l OPCA. C est à ces conditions que nous pourrons disposer des marges de manœuvre nécessaires à l exercice de nos missions. Des missions que la loi du 5 mars 2014 élargit : en désignant l OPCA comme le partenaire emploi-formation garant de la performance des entreprises et de la sécurisation des parcours professionnels ; en faisant de l OPACIF, que nous sommes également, un opérateur majeur du conseil en évolution professionnelle aux côtés des autres acteurs concernés. 3 U N I FA F B I L A N

4 4 U N I FA F B I L A N

5 À l heure des choix D un côté, une société caractérisée par le vieillissement de sa population, l exclusion professionnelle toujours plus marquée de certains citoyens (jeunes, personnes handicapées, seniors, faibles niveaux de qualification, mères ou pères célibataires ), la remise en cause des modèles traditionnels d intégration (éducation, emploi, famille ).. De l autre, une branche professionnelle en prise directe avec ces mutations et soumise en parallèle à des questions endogènes comme le départ à la retraite de professionnels à l horizon 2020, l attractivité de certains secteurs et de certains territoires, l évolution des modalités d accueil, d accompagnement et de soins et leur déploiement, la recherche systématique de gains de productivité dans un cadre budgétaire toujours plus limité. 5 U N I FA F B I L A N Comment parvenir à concilier ces différentes contraintes dans un projet de développement? Car tel est bien le défi que la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif doit relever, au profit des associations et des salariés qui la composent mais également des milliers de personnes accueillies au quotidien dans ses établissements et services.

6 Une nouvelle dynamique paritaire portée par les résultats de l Enquête emploi U N I FA F B I L A N Le temps de l Enquête Emploi révolu, place en 2013 à l analyse des résultats et à leur portage politique. Dans le cadre d un tour de France en 4 dates, les représentants des instances de la Branche - Commission paritaire nationale de l Emploi et de la Formation professionnelle, Observatoire, Unifaf - ont partagé les grandes tendances secto rielles tirées de l exploitation des questionnaires complétés par les adhérents. Un moment clé d appropriation, prélude à l élaboration d orientations plurian nuelles destinées à soutenir la reconfiguration du secteur à court et à moyen terme. Dans le cas d Unifaf, ces orientations, adoptées en juin 2013 par le Conseil d administration paritaire et répertoriées dans un Plan national d actions, s organisent autour de 2 priorités que sont la mobilisation pour l emploi et l accompagnement des transformations du secteur. Deux axes d intervention qui se déclinent en 8 programmes (voir cicontre) et se complètent au niveau régional afin de prendre en compte les spécificités territoriales. Les 8 programmes d intervention d Unifaf pour Développer la qualification ; 2 Appuyer des projets de formation professionnalisants ; 3 Soutenir la formation des emplois aidés et en particulier des jeunes en emploi d avenir ; 4 Poursuivre le développement des savoirs de base et la lutte contre l illettrisme ; 5 Soutenir les établissements et les services en difficulté économique ; 6 Faciliter la reconversion des personnels reconnus handicapés ; 7 Former des animateurs-préventeurs de troubles musculo-squelettiques ; 8 Contribuer, à travers les formations collectives proposées par l OPCA, à l adaptation des structures et des professionnels.

7 Une nouvelle relation adhérent construite dans une logique de services différenciés 7 U N I FA F B I L A N A2 u-delà du Plan national d actions, la volonté d Unifaf d accroître la performance et la visibilité de ses interventions s opère en priorité au profit des adhérents. L enjeu est de taille : en quelques années, les directions d associations ont dû renouveler leur approche emploi-formation afin de répondre au renforcement de la qualité souhaité par leurs autorités de contrôle et leurs partenaires dans un cadre budgétaire contraint. Dans ce contexte, leurs attentes visà-vis de l OPCA se sont diversifiées et complexifiées : longtemps perçu comme un collecteur de taxe parafiscale, Unifaf apparaît désormais comme un partenaire à même d'apporter des solutions à des questions emploi-formation de plus en plus aigües. Sa connaissance approfondie des politiques publiques, sa maîtrise des mécanismes de formation, ses relations partenariales au niveau national et local, et surtout sa capacité à faire interagir ces différents éléments, lui confèrent une position privilégiée au côté de l adhérent. C est ainsi qu en 2013, entretiens-conseil ont été réalisés par Unifaf auprès de dirigeants associatifs, de directeurs d établissements, de directeurs des ressources humaines ou de responsables formation. Un résultat en hausse de 34 % par rapport à l année précédente et qui reflète le besoin qu ont les structures associatives de s assurer les services d un expert sur une matière évolutive.

8 8 U N I FA F B I L A N

9 A 1 La question RH, enjeu prioritaire pour le secteur La dernière Enquête Emploi le soulignait : entre 2007 et 2012, 17 % des associations de 250 salariés et plus déclaraient avoir absorbé un ou plusieurs établissements gérés auparavant par une autre association ; 21 % des associations avaient en 2012 un projet de regroupement. Par ailleurs, les données relatives à la démographie des professionnels de la Branche convergent vers des problématiques de qualité de vie au travail de plus en plus complexes dans la mesure où, en 2012 : la moitié des salariés de la Branche avaient atteint ou dépassé 45 ans ; le taux d accidents du travail et le taux de licenciement pour inaptitude progressaient. Regroupements /reconfigurations, vieil lissement/recrutement/attractivité, nou velles modalités d accompagnement et de soins/nouvelles compétences au sein des équipes (de terrain, d encadrement, de direction ) : face à ces enjeux, les employeurs et gestionnaires d établissements attendent de leur OPCA un appui sur l ensemble des processus RH. Unifaf y répond en mobilisant sa prestation Conseil RH ou par le biais de partenaires, dont l APEC avec lequel il a passé convention en Prestation Conseil RH La prestation Conseil RH, proposée aux structures de moins de 250 salariés qui cotisent à taux plein (1,6 % en 2013) au titre du Plan de formation, a pour objectif de mesurer les impacts des transformations externes (évolution de la réglementation ) et internes (émergence d une nouvelle activité ) sur l organisation des établissements qui recourent à ce service. En pratique, des spécialistes ressources humaines, sélectionnés et financés par Unifaf, sont auprès des adhérents concernés pour identifier leurs besoins et formaliser le plan d actions RH associé. La durée de la prestation est de 3 à 5 jours. En 2013, 19 diagnostics RH ont été établis et 143 prestations d accompagnement réalisées (contre 34 en 2012) et la tendance haussière se confirme en Partenariat avec l APEC Acteur du marché de l emploi des cadres, l APEC a finalisé en 2013 une convention de partenariat avec Unifaf. Signée en janvier 2014, celle-ci vise à offrir des services complémentaires et à optimiser l accompagnement des entreprises du secteur dans leurs démarches, en faveur de l emploi sur les territoires. Dans ce cadre, l APEC s engage à intervenir auprès des professionnels de la Branche, en orientant vers Unifaf les cadres qui souhaitent monter un projet de formation et plus généralement, en conseillant les salariés dans leurs démarches d évolution professionnelle. En parallèle, l APEC assurera la promotion du secteur de l économie so ciale et solidaire (ESS) auprès des ca dres et des jeunes diplômés. 43 réunions, d ores et déjà programmées de mai à novembre 2014, visent à informer sur les opportunités de l ESS et 29 sessions auront pour thème la création/reprise d une entreprise du secteur. 9 U N I FA F B I L A N

10 10 U N I FA F B I L A N

11 B 2 La dématérialisation des démarches de formation pour plus de réactivité et de fiabilité Mieux conseillés, les adhérents aspirent en parallèle à un allègement de leurs démarches de formation auprès de l OPCA ainsi qu à un renforcement de sa réactivité. Sur ces deux aspects, des progrès tangibles ont été réalisés en 2013 : l échange de données informatisées (EDI) est venu enrichir les fonctionnalités des Webservices conçus pour traiter en ligne les demandes de prise en charge et de remboursement. En important désormais automatiquement des données relatives aux salariés bénéficiaires d une action de formation, l EDI permet de réduire le temps de saisie des adhérents et de fiabiliser les informations transmises. Fin 2013, soit 6 mois après le lancement de cette solution, 288 adhérents l avaient déjà adoptée en interfaçant leur logiciel interne avec la plateforme d Unifaf ; les délais de traitement relatifs à l acceptation des prises en charge et au remboursement des actions de formation enregistrent une baisse significative, de 5 jours pour les prises en charge et de 11 jours pour les remboursements. Un résultat d autant plus satisfaisant qu il intervient alors que le nombre de dossiers formation reçus par les services régionaux d Unifaf a progressé de 6 % en Ces deux exemples mettent en exergue l apport de la dématérialisation dans l amélioration du service à l adhérent et la possibilité, pour l OPCA, de réduire le temps consacré aux actes de gestion standard pour développer et promouvoir des services à forte valeur ajoutée, en matière d ingénierie financière ou pédagogique. L effort de dématérialisation s est donc poursuivi en 2013 avec l expérimentation «100 % Web» lancée dans 6 régions pilotes (Champagne- Ardenne, Franche-Comté, Lorraine, Haute -Normandie, L anguedoc- Roussillon, Provence-Alpes-Côte d Azur et Corse) avec pour objectif la gestion en ligne de l ensemble des dossiers de formation reçus. En décembre 2013, ces régions affichaient un taux de dématérialisation de 85 %, soit 10 points supé rieur à la moyenne nationale. Un résultat particulièrement positif, à l origine de la décision de déploiement du «100 % Web» dans l ensemble des régions dès avril U N I FA F B I L A N

12 C 3 L expérimentation Grands Comptes 12 U N I FA F B I L A N Au-delà du bouquet de services commun à l ensemble des adhérents, Unifaf s attache à répondre aux besoins spécifiques de certains d entre eux : en 2012, l OPCA avait relevé de 2000 euros le forfait au titre du Plan de formation des entreprises de moins de 20 salariés et déployé sa nouvelle prestation Conseil RH (voir p. 9) en direction des structures de moins de 250 collaborateurs ; en 2013, il s est attaché à l élaboration d une offre de services Grands Comptes après avoir enquêté auprès d un échantillon représentatif de 50 adhérents de 250 ETP 1 et plus, issus de 11 régions pour mieux cerner leurs attentes prioritaires. Ce dialogue privilégié a conduit Unifaf à construire une gamme de services spécifiques pour les Grands Comptes comprenant 4 familles de prestations autour de : la gestion et le pilotage de la formation ; l information et le système d information RH ; le conseil en ingénierie de formation et en ingénierie financière ; l optimisation financière. 1 ETP Équivalent temps plein 2 BFA Budget formation adhérent 3 GCSMS Groupement de coopération sociale et médico-sociale Qui sont nos adhérents «Grands Comptes»? Les associations de 250 salariés et plus : 1 représentent 6 % des associations adhérentes à Unifaf, soit près de 500 associations ; Particularité : l accès à tout ou partie des prestations dépend du taux de cotisation de l adhérent. Si celui-ci cotise au-delà de l obligation conventionnelle (1,6 % en 2013), il accède à un ensemble de prestations complémentaires, parmi lesquelles figurent : une souplesse de gestion du BFA 2 en fonction du déroulement des projets de formation au-delà d un an ; un appui-conseil indispensable à la mise en œuvre d'un projet emploi-compétences ; un accès réservé, négocié et optimisé, aux financements internes et externes. Cette offre Grands Comptes sera déployée en emploient un salarié sur deux de la Branche, avec une sur-représentation dans le secteur sanitaire et le secteur de la personne handicapée ; 3 sont à 61 % des multi-établissements dont 22 % situés dans plusieurs régions ; 4 sont particulièrement concernées par les reconfigurations en cours dans le secteur (GCSMS 3, logique de réseau, intégration ).

13 Une nouvelle CONFIGURATION PARTENARIALE EN SOUTIEN DES PRINCIPAUX ENJEUX SOCIO-ÉCONOMIQUES L3 a dégradation continue de l environnement socioéconomique impose aux pouvoirs publics d envisager des réformes inédites et de mobiliser l ensemble des acteurs concernés pour opérationnaliser les décisions. Cette urgence à agir, Unifaf y souscrit au quotidien dans deux domaines : celui de l emploi et du développement des compé tences des entreprises adhé rentes et de leurs salariés mais également celui de l accueil, de l accompagnement et du soin des usa gers des établissements dont les profils et les attentes se diversifient, réinterrogeant les bases théoriques et pratiques des professionnels qui les encadrent. Pour avancer sur l ensemble de ces questions, l OPCA dispose d un vaste réseau de partenaires, au plan national et local, donneurs d ordre, opérateurs, financeurs grâce auxquels il peut répondre aux nombreuses attentes du secteur et contribuer à son développement. En 2013, plusieurs projets ont ainsi bénéficié d un soutien partenarial décisif, parmi lesquels : A Les emplois d avenir ; B Le développement professionnel continu ; C L accompagnement des personnes avec autisme et troubles apparentés ; D La lutte contre l illettrisme et le développement des savoirs de base ; E L accompagnement des adolescents en difficulté ; F Le certificat de Branche Moniteur d atelier ; G La formation des travailleurs handicapés d Esat 1 ; 13 U N I FA F B I L A N Esat Établissement et service d aide par le travail H La prévention du handicap et la reconversion professionnelle.

14 A LES EMPLOIS D AVENIR Créé par la loi du 26 octobre 2012 pour lutter contre le chômage endémique des jeunes peu ou pas qualifiés, le dispositif des emplois d avenir concernait, un an plus tard, personnes tous secteurs confondus, dont plus de dans la Branche. auxiliaire de puériculture ) ; 36 % étaient positionnés sur des formations d adaptation au poste, dans les domaines de l informatique, de l entretien, de la sécurité incendie 21 % s inscrivaient dans un cycle de remise à niveau ou d acquisition des savoirs de base. 14 U N I FA F B I L A N Un résultat conforme à l engagement pris par le Conseil d administration paritaire d Unifaf qui, sur la période , s est assigné un objectif de parcours de formation à financer. Qui sont ces jeunes? Quelles fonctions occupentils au sein des associations du secteur? Quel parcours formatif ont-ils amorcé? Autant de questions intégrées dans l enquête menée par l OPCA en juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif de 600 associations adhérentes. À la lecture des résultats de l enquête, on constate que : les jeunes recrutés étaient à 70 % des femmes et à 92 % âgés de 20 ans et plus ; 69 % d entre eux avaient un niveau d études inférieur au Baccalauréat, 26 % n ayant aucun diplôme ; 48 % étaient positionnés sur une fonction support ou administrative (agent de service, agent d entretien, agent d accueil, secrétaire ) et 33 % émargeaient dans la filière éducative (animateur, aide médico-psychologique ) ; ils étaient à 90 % en CDD, dont 51% pour une durée de 3 ans. La volonté de la Branche d inscrire ces jeunes dans des perspectives professionnelles durables a conduit Unifaf à développer, avec le concours des missions locales, de Pôle emploi, un dispositif d accompagnement global répondant à la fois aux attentes de l employeur et du jeune, précisément : en amont de l embauche : aide à la formalisation des besoins du recruteur, définition des compétences attendues sur le poste à pourvoir, financement de la formation dans le cadre d une préparation opérationnelle à l emploi (POE) ; au moment de la signature du contrat : détermination du parcours de formation et de la solution financière la plus adaptée, mobilisation du dispositif tutoral de Branche ; à l issue du contrat : examen avec l employeur des suites à donner au parcours dans le cas où le jeune serait confirmé dans son emploi. 1 FPSPP Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels 2 CNSA Caisse nationale de solidarité pour l autonomie Au regard de l exigence de formation intrinsèque au dispositif, 73% des jeunes en emploi d avenir avaient amorcé, au moment de l enquête, cette étape clé de leur intégration professionnelle : 43 % étaient inscrits dans un parcours diplômant tourné vers les métiers du soin et de l accompagnement (aide médico-psychologique, aide-soignant, Dotés de 14 millions d euros en 2013, grâce à un cofinancement Unifaf, FPSPP 1, CNSA 2, à l apport de plusieurs collectivités locales (Conseils régionaux, Conseils généraux) et du Fonds social européen, les emplois d avenir poursuivent en 2014 leur progression dans une Branche qui, compte tenu de sa démographie, va devoir renouveler un septième de ses effectifs d ici à 2020.

15 15 U N I FA F B I L A N

16 B Le développement professionnel continu C L accompagnement des personnes avec autisme ET troubles apparentés 16 U N I FA F B I L A N O Depuis le 1 er janvier 2013, tous les professionnels de santé doivent remplir annuellement une obligation de développement professionnel continu (DPC). bjectif? Améliorer la qualité et la sécurité des soins en favorisant la mise à jour des connaissances et l analyse des pratiques via des programmes cohérents, traçables et validés scientifiquement. Pour accompagner la montée en charge de ce nouveau dispositif, Unifaf a lancé deux actions collectives nationales avec pour objectifs d aider les établissements adhérents à mettre en œuvre le DPC et, pour ceux qui souhaitent réaliser des opérations de DPC en interne, les orienter dans leur démarche d enregistrement en tant qu organisme DPC. Côté financement, une contribution forfaitaire a été négociée avec l OGDPC 1 pour la mise en œuvre des parcours des médecins salariés, les actions des autres professionnels de santé étant à la charge des établissements, ce qui n est pas sans risque quant à un assèchement des plans de formation. Au terme de l année 2013, que retenir? parcours de médecins ont été réalisés avec, parmi les thématiques privilégiées, la prise en charge du cancer, l éducation thérapeutique et l animation/participation à des groupes d évaluation des pratiques professionnelles. Et pour 2014? Le nombre de parcours de médecins devrait augmenter compte tenu de leur effectif dans la Branche ( médecins travaillent à plus d 1/4 d ETP 2) et de l annualité de l obligation de DPC. La renégociation de la convention avec l OGDPC pour 2014 devra donc intégrer ces perspectives de croissance. Répondant au besoin d actualisation des connaissances et de partage des bonnes pratiques entre professionnels, Unifaf a déployé en 2013 dans l ensemble de son réseau régional une action collective visant à diffuser et à partager les recommandations édictées par la HAS 3 et l ANESM 4 dans ce domaine. Avec l appui de la CNSA, ce programme s intègre dans les axes de progrès affichés dans le troisième Plan autisme qui, outre le dépistage précoce, l augmentation des places en structures spécialisées, le droit au répit des parents et la participation des familles aux instances de gouvernance du Plan, entend assurer la formation de professionnels du secteur médico-social. En matière de formation, la Franche- Comté se singularise au sein du réseau Unifaf par l ampleur du programme qu elle a initié dès Avec le soutien du Fonds social européen, professionnels ont été formés dans cette région ces deux dernières années et 700 inscriptions sont déjà enregistrées pour Le plus de cette démarche? La modularisation de la formation qui permet au stagiaire, selon son expérience et ses acquis, d opter pour le parcours complet (15 à 18 jours) ou le(s) module(s) répondant à ses attentes. 1 OGDPC Organisme gestionnaire du développement professionnel continu 2 ETP Équivalent temps plein 3 HAS Haute Autorité de Santé 4 ANESM Agence nationale de l évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux Ce projet inédit en France, par le nombre de salariés et de partenaires mobilisés, traduit la capacité d Unifaf à conjuguer impératifs nationaux et locaux afin d améliorer l accompagnement des personnes et de leurs familles.

17 17 U N I FA F B I L A N

18 D La lutte contre l illettrisme et le développement des savoirs de base E L accompagnement des adolescents en difficulté 18 U N I FA F B I L A N C Grande cause nationale 2013, la lutte contre l illettrisme a fait l objet d une médiatisation sans précédent tout au long de l année passée. ampagne grand public, assises régionales, initiatives labellisées sur l ensemble du territoire Autant d opérations pour rappeler que l illettrisme n est pas une fatalité et qu il est possible d envisager des solutions en direction des 2,5 millions de personnes pénalisées par la maîtrise insuffisante des savoirs de base. Investi depuis de nombreuses années sur ce champ, Unifaf a poursuivi son action en 2013 à travers une démarche originale portant sur l acquisition des compétences de base nécessaires à l exercice des métiers de premier niveau de qualification dans la Branche. Soutenue par le FPSPP pour un montant de 3,2 millions d euros, cette action collective proposée par l OPCA met à disposition des employeurs un guide de repérage des besoins des salariés concernés ainsi qu un parcours modulaire de formation axé sur des situations professionnelles très concrètes parcours de formation ont été suivis en Autre fait marquant : Unifaf s est associé aux Assises nationales et européennes de l illettrisme organisées à Lyon en novembre dernier. Trois journées pendant lesquelles les 900 participants ont pu mesurer le chemin parcouru et dresser de nouvelles perspectives. L occasion également pour Unifaf de présenter, en atelier, comment mettre en place une action de formation avec l aide du réferentiel des compétences clés en situation professionnelle (RCCSP). 1 MECS Maison d enfants à caractère social 2 FAE Foyer d action éducative 3 CER Centre éducatif renforcé 4 CEF Centre éducatif fermé 5 ITEP Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique 6 SESSAD Service d éducation spéciale et de soins à domicile 7 IME Institut médico-éducatif 8 AEMO Action éducative en milieu ouvert Pour répondre à la problématique des ruptures dans l accompagnement des adolescents en difficulté, Unifaf a lancé en octobre 2012 une action collective, portée par le réseau des CREAI et déclinée dans 18 régions. Proposée aux professionnels des MECS 1, FAE 2, CER 3, CEF 4, ITEP 5, SESSAD 6, IME 7 et services d AEMO 8, cette formation-action a déjà été suivie par plus de 800 participants à ce jour (membres des équipes éducatives, de l encadrement et de la direction). Au regard des premiers questionnaires de satisfaction, les stagiaires soulignent la plus-value de développer leur interconnaissance et de poser les bases d un travail en commun. Les stages croisés destinés aux salariés des équipes éducatives ont été particulièrement appréciés : ils se déroulaient dans des établissements participant à l action collective ou dans d autres structures du champ des adolescents en difficulté, comme des services de pédopsychiatrie ou des unités de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Des suites sont d ores et déjà identifiées dans certaines régions : mise en place d un groupe d échange de pratiques et de création d outils, projets de formation sur des thèmes communs Deux éléments essentiels se dessinent pour que le travail en réseau perdure : il convient d une part que l un des établissements ou partenaires s engage dans le portage du réseau, le deuxième levier concernant la nécessité de laisser du temps aux salariés pour favoriser leur implication.

19 19 U N I FA F B I L A N

20 F Le certificat de Branche Moniteur d atelier 20 U N I FA F B I L A N En 2013, à l initiative de la Commission paritaire nationale de l Emploi et de la Formation professionnelle (CPNE-FP), 4 régions (Aquitaine, Franche-Comté, Midi-Pyrénées et Pays de la Loire ) ont proposé un parcours de formation visant l obtention du premier certificat de Branche jamais délivré et destiné aux moniteurs d atelier. 1 AFPA Association nationale pour la formation professionnelle des adultes 2 Unaforis Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention sociale 3 RNCP Répertoire national des certifications professionnelles Les études réalisées par l Observatoire des métiers et des qualifications de la Branche le confirment : les Esat se sont profondément transformés ces dernières années, sous la pression économique et l ensemble des dispositions légales et réglementaires visant à favoriser l intégration professionnelle et sociale des travailleurs handicapés. En première ligne pour accompagner ces changements, les moniteurs d atelier bénéficient désormais d un référentiel emploi-formation rénové. Elaboré à la demande de la CPNE-FP par la Direction recherche, études et développement d Unifaf avec, en particulier, le concours de professionnels des Esat, mis en œuvre par l AFPA 1 et l Unaforis 2 en partenariat, ce nouveau référentiel vise un équilibre entre trois domaines de compétences : l accompagnement, la production et le soutien à la professionnalisation des travailleurs handicapés. Proposée aux moniteurs d atelier déjà en poste, la formation d environ 14 mois est dispensée en alternance et son issue se matérialise par le passage devant un jury habilité à valider le certificat de Branche «Moniteur d atelier» délivré par la CPNE-FP. Un premier pas vers la reconnaissance du titre au RNCP 3, niveau 4. À terme, cette formation devrait concerner 400 moniteurs d atelier par an.

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel,

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel, 5 LES APPRENTIS 5 5.1 Les effectifs des centres de formation d apprentis : évolution 152 5.2 Les apprentis par région et académie 154 5.3 L'apprentissage dans le second cycle professionnel 156 5.4 Les

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective dans le secteur du courtage en assurances Action collective au profit des entreprises rattachées

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

. Réforme de la formation

. Réforme de la formation professionnelle continue Impacts pour les entreprises Thierry Teboul Directeur général Afdas Jean-Pierre Willems Willems Consultants 8 points-clés p La logique de la réforme : moins de fiscal, plus de

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION. sur l apprentissage et la formation des demandeurs d emploi POUR LA RENTRÉE 2015. Dossier de presse

PLAN DE MOBILISATION. sur l apprentissage et la formation des demandeurs d emploi POUR LA RENTRÉE 2015. Dossier de presse PREMIER MINISTRE PLAN DE MOBILISATION POUR LA RENTRÉE 2015 sur l apprentissage et la formation des demandeurs d emploi Hôtel de Matignon Mardi 12 mai 2015 Dossier de presse Pour plus d'informations : www.gouvernement.fr

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail

Formation professionnelle continue et les entreprises

Formation professionnelle continue et les entreprises Formation professionnelle continue et les entreprises Des obligations légales l à la formation des salariés Dates Importantes Loi du 16 juillet 1971 : Obligation pour les entreprises de verser des cotisations

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS Objectif La Région propose aux ligériens chaque année 30 000 places de stage dans le cadre de son Offre de Formation Territorialisée,

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective à destination des demandeurs d'emploi bénéficiaires de l'obligation d'emploi Secrétaire comptable

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

Modalités de prise en charge

Modalités de prise en charge ATTENTION : Certaines des modalités de prise en charge de l année 2015 pourront faire l objet de modifications en cours d année. 2015 Modalités de prise en charge Fonds paritaire interprofessionnel de

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. CFA du BTP. Les CFA du BTP, 1 er réseau de l apprentissage en France APPRENTIS. www.apprentissage-btp.com JE FORME. des.

DOSSIER DE PRESSE. CFA du BTP. Les CFA du BTP, 1 er réseau de l apprentissage en France APPRENTIS. www.apprentissage-btp.com JE FORME. des. DOSSIER DE PRESSE Les CFA du BTP, 1 er réseau de l apprentissage en France Les centres de formation d apprentis du bâtiment et des travaux publics poursuivent en 2012 leur mobilisation auprès des entreprises

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Institut Régional du Travail Social Poitou-Charentes

Institut Régional du Travail Social Poitou-Charentes Maître/Maîtresse de Maison Modalités d inscription en situation d emploi ou demandeur d emploi Protocole d allègements ou de dispense Modalités de validation Recherche de stage pour les demandeurs d emploi

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

GUIDE DE La formation. Pour les employeurs d emploi d avenir

GUIDE DE La formation. Pour les employeurs d emploi d avenir GUIDE DE La formation Pour les employeurs d emploi d avenir SOMMAIRE POURQUOI UN GUIDE DE LA FORMATION À 3 DESTINATION DES EMPLOYEURS D EMPLOI D AVENIR? L ESSENTIEL DU GUIDE 4 I. faites DE VOS ENGAGEMENTS

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3170 Convention collective nationale IDCC : 538. MANUTENTION FERROVIAIRE ET TRAVAUX CONNEXES (6 e édition.

Plus en détail

Fafiec au 1 er mars 2011

Fafiec au 1 er mars 2011 Financements Fafiec au 1 er mars 2011 Les partenaires sociaux, négocient chaque année les modalités de financement de la professionnelle. Pour 2011, ils ont souhaité que la qualité des services et de l

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Faisons équipe en 2015!

Faisons équipe en 2015! Faisons équipe en 2015! A U 1 E R S E P T E M B R E 2 0 1 5 U N I F O R M A T I O N D E V I E N T L E P A R T E N A I R E F O R M A T I O N D E S S T R U C T U R E S D É P E N D A N T D E L A B R A N C

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

Formations 2012-2013

Formations 2012-2013 Formations 2012-2013 Coach Facelooking, un métier d avenir Professionnels de la beauté et du bien-être Particuliers et indépendants Vous souhaitez diversifier votre activité actuelle en proposant à vos

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Cabinets dentaires. Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés

Cabinets dentaires. Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés Cabinets dentaires 2006 Un soutien financier pour la formation professionnelle des salariés L OPCA PL......................................................................... 1 La formation des jeunes

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Son avenir. le mien. c est aussi

DOSSIER DE PRESSE. Son avenir. le mien. c est aussi DOSSIER DE PRESSE Les centres de formation d apprentis du BTP poursuivent en 2013 leur mobilisation auprès des entreprises pour le recrutement d apprentis, dans le cadre de la prolongation de la convention

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

DEVENIR. Association Régionale d Alsace pour l Apprentissage dans le secteur Sanitaire, Social et Médico-social www.araassm.fr

DEVENIR. Association Régionale d Alsace pour l Apprentissage dans le secteur Sanitaire, Social et Médico-social www.araassm.fr DEVENIR apprenti ARAASSM Association Régionale d Alsace pour l Apprentissage dans le secteur Sanitaire, Social et Médico-social www.araassm.fr LA formation Niveau Formation Volume horaire (théorie) Durée

Plus en détail

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1 APPEL A PROPOSITIONS MUTECO NUMERIQUE 2015 PICARDIE Le présent cahier des charges s adresse aux organismes de formation souhaitant se positionner sur le projet mutations économiques porté par AGEFOS PME

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Appel à projets. Référencement de l offre de formation pour la formation continue dans les TPME APPEL À PROJETS

Appel à projets. Référencement de l offre de formation pour la formation continue dans les TPME APPEL À PROJETS APPEL À PROJETS TOURISME, HÔTELLERIE, RESTAURATION ET ACTIVITÉS DE LOISIRS Appel à projets Référencement de l offre de formation pour la formation continue dans les TPME Tourisme Hôtellerie Restauration

Plus en détail

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise»

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise» Plan d actions «Gérer la crise C est anticiper la reprise» 1 Préambule La décélération de l activité économique observée en 2008 s est approfondie en 2009, les principaux indicateurs sont au rouge. Chômage

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs www.enseignementsup-recherche.gouv.fr @sup_recherche / #1anFUN APPEL A PROJETS CREAMOOCS : DES RESULTATS QUI TEMOIGNENT D UNE FORTE IMPLICATION DES REGROUPEMENTS

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

GROUPE 03 et GROUPE 04 : CAMSP CMPP. Établissement dont le code de la catégorie Finess est : 189, 190

GROUPE 03 et GROUPE 04 : CAMSP CMPP. Établissement dont le code de la catégorie Finess est : 189, 190 GROUPE 03 et GROUPE 04 : CAMSP CMPP Établissement dont le code de la catégorie Finess est : 189, 190 SOMMAIRE DES NOMENCLATURES : Code de la catégorie Finess modifié... 1 Agrément de clientèle... 1 Code

Plus en détail

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION *****

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** SOMMAIRE 1.Offre de Formation Education Nationale 2.Offre de Formation par Apprentissage

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l

Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l Etat SOMMAIRE 1. PREAMBULE... 3 2. ENGAGEMENTS PRINCIPAUX...

Plus en détail

Réunion d information sur la formation professionnelle continue

Réunion d information sur la formation professionnelle continue Réunion d information sur la formation professionnelle continue Réseau GRAINE Pays de la Loire Lundi 07 juillet 2014 06/10/14 1 Panorama des dispositifs de formation PLAN DE FORMATION PROFESSION- NALISATION

Plus en détail

Outils du Groupe GROUPE OPCA GFC AREF BTP. Le Guide des formations obligatoires et recommandées (GFOR) DESCRIPTION DU GUIDE RÉALISATIONS 2010

Outils du Groupe GROUPE OPCA GFC AREF BTP. Le Guide des formations obligatoires et recommandées (GFOR) DESCRIPTION DU GUIDE RÉALISATIONS 2010 Outils du Groupe GROUPE OPCA GFC AREF BTP Le Guide des formations obligatoires et recommandées (GFOR) Depuis 11 ans, le Groupe OPCA-GFC-AREF effectue une activité de veille sur les formations obligatoires

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 P a g e 1 CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 Repérage et diagnostic 2013 1) Réseau national Elaboration du cahier charges 2) Carnet de santé : Analyse Données 3) Outils ADOS ADI : - Avis juridique -

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail