Paie FIABLE RAPIDE ACCESSIBLE MIS À JOUR. n 188 PERSONNALISABLE COMMENTÉ DÉTAILLÉ. L essentiel de la veille permanente d ELnet.fr

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paie FIABLE RAPIDE ACCESSIBLE MIS À JOUR. n 188 PERSONNALISABLE COMMENTÉ DÉTAILLÉ. L essentiel de la veille permanente d ELnet.fr"

Transcription

1 GUIDE PERMANENT Bullin n 188 Paie L essentiel de la veille permanente d ELn.fr SOMMAIRE Taxe sur les salaires : assouplissements à partir de 2013 à partir de 2014 PAGE 1 Saisies sur salaires : barème au 1 er février 2013 PAGE 3 Stock-options actions gratuites : modification du régime fiscal du régime social PAGE 5 Cotisations d accidents du travail : taux collectifs pour 2013 PAGE 7 Régimes de «rraite chapeau» : modification de la contribution due par le bénéficiaire de la rente PAGE 7 Revenus de remplacement : modifications de charges sociales PAGE 8 Taxe sur les salaires : assouplissements à partir de 2013 à partir de 2014 Un décr du 26 décembre 2012 a relevé les seuils déterminant la périodicité de versement de la taxe sur les salaires, pour les rémunérations versées depuis le 1 er janvier Par ailleurs, la loi de finances rectificative du 29 décembre 2012 augmente les montants de la franchise de la décote, ainsi que le montant de l abattement dont bénéficient, notamment, les associations. Cte mesure s appliquera à partir de Rappelons en revanche que l assite de la taxe a été élargie pour les rémunérations versées depuis le 1 er janvier Elle est en eff alignée sur celle de la CSG, à quelques exceptions près : se reporter au bullin 187. REMARQUE : en ce qui concerne l assite de la taxe due sur la rémunération des apprentis par les employeurs de plus de 11 salariés, l article 231 bis I du code général des impôts relatif à cte assite n a pas été modifié. Cependant, du fait de l alignement général sur l assite de la CSG, on pourrait considérer que la rémunération des apprentis est exonérée de taxe sur les salaires. Cte question sera tranchée par une instruction fiscale. FIABLE RAPIDE ACCESSIBLE MIS À JOUR PERSONNALISABLE COMMENTÉ DÉTAILLÉ Votre outil indispensable pour calculer la réduction Fillon COMPRIS DANS VOTRE ABONNEMENT EN LIGNE Consulter aussi : Éditions Législatives ISSN Publication mensuelle - 18 e année - Envoi n 1

2 Relèvement des seuils déterminant la périodicité de paiement de la taxe sur les salaires à partir de 2013 Les employeurs acquittent la taxe sur les salaires mensuellement, trimestriellement ou annuellement en fonction du montant de la taxe due au titre de l année précédente. Afin d alléger les obligations déclaratives en matière de taxe sur les salaires, les seuils déterminant la périodicité de versement de la taxe sont relevés. Cte mesure est applicable à la taxe due sur les rémunérations versées depuis le 1 er janvier REMARQUE : ainsi, certains employeurs tenus d acquitter mensuellement la taxe la verseront désormais trimestriellement, certains employeurs tenus d acquitter trimestriellement la taxe la verseront annuellement. Par ailleurs, le décr a supprimé le dispositif qui faisait obligation aux employeurs bénéficiant de la périodicité annuelle ou trimestrielle d adopter la périodicité mensuelle en cas de dépassement en cours d année d un certain montant de la taxe. Montant annuel de la taxe (T) due au titre de l année N 1 Anciens seuils Nouveaux seuils Périodicité de versement de la taxe pour l année N T < T < Annuelle 1000 T T Trimestrielle T > T >10000 Mensuelle Ces dispositions ne sont pas modifiées. Date de versement de la taxe pour l année N Le paiement est effectué une fois par an, au plus tard le 15 janvier de l année N + 1. Pour les 3 premiers trimestres, le paiement est effectué dans les 15 premiers jours du trimestre suivant le trimestre concerné. La taxe due au titre du dernier trimestre est versée avec le complément de régularisation qui accompagne la déclaration annuelle. Le paiement est effectué dans les 15 premiers jours du mois suivant celui au titre duquel la taxe est due. La taxe due pour le mois de décembre est versée avec le complément de régularisation qui accompagne la déclaration annuelle. Exemple L employeur dont le montant annuel de la taxe acquittée en 2012 était de devra faire une seule déclaration un seul paiement pour la taxe due sur les rémunérations versées en Relèvement des montants de la franchise, de la décote de l abattement à partir de 2014 La dernière loi de finances rectificative augmente le montant de la franchise de la décote, ainsi que celui de l abattement dont bénéficient certains organismes à but non lucratif. Ces dispositions s appliqueront à la taxe due au titre des rémunérations versées à compter du 1 er janvier REMARQUE : du fait de cte mesure, un plus grand nombre de pites structures seront exonérées de la taxe ou bénéficieront d un allégement de son montant. Franchise Décote Abattement Taxe due sur les rémunérations versées en 2013 La taxe n est pas due lorsque son montant annuel n excède pas 840. Lorsque le montant annuel de la taxe est supérieur à 840 sans excéder 1 680, la taxe exigible fait l obj d une décote égale aux 3/4 de la différence entre le montant de la taxe. Taxe due sur les rémunérations versées à partir de 2014 La taxe ne sera pas due lorsque son montant annuel n excédera pas Lorsque le montant annuel de la taxe sera supérieur à sans excéder 2 040, la taxe exigible fera l obj d une décote égale aux 3/4 de la différence entre le montant de la taxe. Les associations, les syndicats professionnels, ainsi que les mutuelles employant moins de 30 salariés, bénéficient d un abattement sur le montant annuel de la taxe. C abattement augmente chaque année dans la même proportion que la limite supérieure de la 1 re tranche du barème de l impôt sur le revenu. Le montant de l abattement s élève à pour la taxe due sur les salaires versés en Le barème de l impôt sur le revenu n ayant pas été relevé ces deux dernières années, le montant de l abattement est identique au montant applicable en 2011 en Le montant de l abattement s élèvera à pour la taxe due sur les salaires versés en Ce montant sera ensuite relevé chaque année comme indiqué ci-dessus. 2 GUIDE PERMANENT Paie - Bullin

3 Saisies sur salaires : barème au 1 er février 2013 Les tranches de salaire sur lesquelles s appliquent les taux de la saisie sur salaire sont réévaluées chaque année en fonction de l'évolution de l'indice des prix. Le nouveau barème est habituellement publié en décembre entre en vigueur le 1 er janvier. Toutefois, cte année, le barème a été publié par un décr du 14 janvier entre en vigueur le 1 er février Le barème annuel mensuel des saisies Le décr a fixé les tranches annuelles de salaire n sur lesquelles s appliquent les taux de renue pour un salarié n ayant pas de personne, ainsi que le montant du correctif par personne. Nous avons calculé les différentes tranches annuelles mensuelles applicables. de salaire selon le nombre de personnes Taux de renue selon les tranches de salaire 1/20 1/10 1/5 1/4 1/3 2/3 totalité de salaire n si 0 personne de salaire n si 1 personne de salaire n si 2 personnes de salaire n si 3 personnes de salaire n si 4 personnes de salaire n si 5 personnes annuelles 3670 mensuelles 305,83 annuelles 5060 mensuelles 421,66 annuelles 6450 mensuelles 537,50 annuelles 7840 mensuelles 653,33 annuelles 9230 mensuelles 769,16 annuelles mensuelles 885,00 > > 305,83 598,33 > > 421,66 714,16 > > 537,50 830,00 > > 653,33 945,83 > > 769, ,66 > > 885, ,50 > > 598,33 893,33 > > 714, ,16 > > 830, ,00 > > 945, ,83 > > 1 061, ,66 > > 1 177, ,50 > > 893, ,83 > > 1 009, ,66 > > 1 125, ,50 > > 1 240, ,33 > > 1 356, ,16 > > 1 472, ,00 > > 1 185, ,00 > > 1 301, ,83 > > 1 417, ,66 > > 1 533, ,50 > > 1 649, ,33 > > 1 765, ,16 > > 1 480, ,50 > > 1 595, ,33 > > 1 711, ,16 > > 1 827, ,00 > > 1 943, ,83 > > 2 059, ,66 >21330 > 1 777,50 >22720 > 1 893,33 >24110 > 2 009,16 >25500 > 2 125,00 >26890 > 2 240,83 >28280 > 2 356,66 S il y a plus de 5 personnes, les limites de chaque tranche annuelle sont majorées de par personne supplémentaire ; les limites de chaque tranche mensuelle sont majorées de 115,83 par personne supplémentaire. Personnes Sont considérés comme personnes : le conjoint, le concubin ou le partenaire lié par un PACS dont les ressources personnelles sont inférieures au montant forfaitaire du RSA indiqué ci-contre ; tout enfant ouvrant droit aux prestations familiales se trouvant à la charge effective permanente du salarié, ou pour lequel celui-ci verse une pension alimentaire ; l ascendant dont les ressources personnelles sont inférieures au montant forfaitaire du RSA indiqué ci-contre, qui habite avec le salarié ou reçoit une pension alimentaire de celui-ci. Exemple Pour un salaire mensuel n de personnes à charge, la part saisissable du salaire s élève à : [2 200, ,16] + [(2 009, ,66) 2/3] + [(1 711, ,50) / 3] + [(1 417, ,00) / 4] + [(1 125,00 830,00) / 5] + [(830,00 537,50) / 10] + [ 537,50 / 20] = 675,48. Créance alimentaire Rappelons qu en cas de prélèvement pour le paiement d une pension alimentaire, la renue s effectue sur la partie insaisissable du salaire, puis, si celle-ci est insuffisante, sur la partie saisissable. Fraction absolument insaisissable L application du barème doit laisser, en toute hypothèse, à la disposition du salarié une somme au moins égale au montant forfaitaire du revenu de solidarité active (RSA) fixé pour un foyer composé d une personne seule, soit 483,24 par mois depuis le 1 er janvier Il s agit de la fraction absolument insaisissable du salaire. Elle est invariable, quel que soit le nombre de personnes à charge. Elle s applique même en cas de créance alimentaire. GUIDE PERMANENT Paie - Bullin 3

4 Exemples de calcul de saisie sur salaire Exemples de salaire mensuel n () 0 personne 1 personne Partie saisissable à compter du 1 er février 2013 () 2 personnes 3 personnes 4 personnes 5 personnes Jusqu à 483,24 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0, ,76 16,76 16,76 16,76 16,76 16, ,71 33,92 28,13 27,50 27,50 27, ,88 38,92 33,13 30,00 30,00 30, ,88 43,92 38,13 32,50 32,50 32, ,88 48,92 43,13 37,33 35,00 35, ,88 57,50 48,13 42,33 37,50 37, ,88 67,50 53,13 47,33 41,54 40, ,88 77,50 60,13 52,33 46,54 42, ,21 87,50 70,13 57,33 51,54 45, ,71 97,50 80,13 62,75 56,54 50, ,21 107,50 90,13 72,75 61,54 55, ,71 119,54 100,13 82,75 66,54 60, ,21 132,04 110,13 92,72 75,38 65, ,71 144,54 121,38 102,75 85,38 70, ,39 157,04 133,88 112,75 95,38 78, ,06 169,54 146,38 123,21 105,38 88, ,72 182,04 158,88 135,71 115,38 98, ,39 198,57 171,38 148,21 125,38 108, ,06 215,24 183,88 160,71 137,54 118, ,72 231,90 199,08 173,21 150,04 128, ,06 248,57 215,75 185,71 162,54 139, ,39 265,24 232,42 199,60 175,04 151, ,72 283,29 249,08 216,26 187,54 164, ,06 316,63 265,75 232,93 200,11 176, ,39 349,96 282,42 249,60 216,78 189, ,72 383,29 311,86 266,26 233,45 201, ,56 416,63 345,20 282,93 250,11 217, ,56 449,96 378,53 307,10 266,78 233, ,56 485,52 411,86 340,43 283,45 250, ,56 535,52 445,20 373,76 302,34 267, ,56 585,52 478,53 407,10 335,67 283, ,56 635,52 525,48 440,43 369,00 300, ,56 685,52 575,48 473,76 402,34 330, ,56 735,52 625,48 515,43 435,67 364, ,56 785,52 675,48 565,43 469,00 397, ,56 835,52 725,48 615,43 505,39 430, ,56 885,52 775,48 665,43 555,39 464, ,56 935,52 825,48 715,43 605,39 497, ,56 985,52 875,48 765,43 655,39 545, , ,52 925,48 815,43 705,39 595, Exemple : pour un salaire mensuel n de ( ) 2 personnes, la partie saisissable s élève à 1 925,48 (925, ). 4 GUIDE PERMANENT Paie - Bullin

5 Stock-options actions gratuites : modification du régime fiscal du régime social La loi de finances pour 2013 a engagé une réforme en profondeur du régime fiscal des gains (ou plus-values) d acquisition de stock-options ou d actions gratuites. Ce nouveau régime fiscal, applicable aux options sur actions aux actions gratuites attribuées depuis le 28 septembre 2012, a des répercussions sur la nature le niveau des charges sociales qui sont prélevées sur ces gains. A cte réforme, vient s ajouter, à compter du 1 er janvier 2012, celle du régime fiscal des plus-values des valeurs mobilières dont relèvent les plus-values de cession des stock-options ou des actions gratuites. Le fonctionnement des dispositifs de stock-options d attribution d actions gratuites : rappel des principes Une fois approuvé par l assemblée des actionnaires, le plan de stock-options ou d attribution d actions gratuites se m en place en deux temps. Tout d abord, la société offre à tout ou partie des salariés désignés dans le plan le droit d acher un certain nombre de stock-options à un prix fixé de manière intangible le jour de l offre ou de se voir attribuer des actions gratuites, pendant une durée prédéterminée (sauf exceptions). Ensuite, le salarié dispose d un délai fixé par le plan pour lever l option se porter acquéreur de stock-options au prix prédéfini ou d actions gratuites. REMARQUE : une contribution patronale spécifique est due lors de l attribution des options sur actions ou des actions gratuites ; cte contribution n est pas modifiée, se reporter fiche P2 de la Zone 3 du Guide permanent Paie. Pour le salarié bénéficiaire, la levée d option génère immédiatement un gain financier : dans le dispositif de stock-options, ce gain (dénommé gain de levée d option) correspond à la plus-value d acquisition, résultant de la différence entre le prix effectivement versé par le bénéficiaire pour l acquisition de l action sa valeur réelle à la date de la levée d option ; dans le dispositif d attribution d actions gratuites, ce gain (ou plus-value) d acquisition est constitué par la valeur de l action à la date de son attribution définitive au salarié. Outre la levée d option, la cession des actions génère un gain ou plus-value de cession, correspondant à la différence entre le prix effectif de cession de l action la valeur réelle de l action lors de la levée d option. La taxation des gains d acquisition de stock-options ou d actions gratuites Les gains tirés des stock-options ou des actions gratuites attribuées avant le 28 septembre 2012 Une imposition selon des taux forfaitaires Compte tenu de leur nature salariale, les gains de levée d option ou d acquisition d actions gratuites sont en principe imposables dans la catégorie des traitements salaires. Pour les options sur actions (stock-options) consenties depuis le 27 avril 2000, les gains de levée d option bénéficient d un régime d imposition de faveur, à la condition que les actions soient sous forme nominative qu elles soient détenues par le bénéficiaire pendant une période de 4 ans (période dite d indisponibilité fiscale), courant à compter de la date d achat ou de souscription des titres. A cte période peut s ajouter une période supplémentaire de conservation de 2 ans (période dite de portage). Si ces conditions sont respectées lorsque le salarié cède ses titres, les gains de levée d option sont imposables à des taux forfaitaires de 18 %, 30 % ou 41 % selon le montant la durée de détention des titres. Les gains d acquisition d actions gratuites sont eux aussi imposés selon un taux forfaitaire de 30 %, conditionné par le respect d une période d acquisition définitive (2 ans après l attribution gratuite) d une période de conservation (2 ans). Lorsque les actions sont cédées avant l expiration de la période d indisponibilité fiscale (sauf situations exceptionnelles comme le licenciement, la mise à la rraite ou l invalidité du bénéficiaire), les gains de levée d option ou d attribution d actions gratuites sont imposés dans la catégorie des traitements salaires, selon le barème progressif de l impôt sur le revenu par tranche de revenus (voir ci-après). Une exonération de charges sociales sous conditions Lorsque les conditions d application de taux d imposition forfaitaire sont réunies, les gains de levée d option sont exonérés de cotisations de sécurité sociale de cotisations alignées (salariales patronales), ainsi que de la CSG de la CRDS sur les revenus d activité. Les gains tirés de l acquisition d actions gratuites sont également exonérés de charges sociales sous réserve que : le délai de conservation prévu en matière fiscale soit respecté ; l employeur notifie à l URSSAF l identité des salariés qui ont bénéficié d actions gratuites au cours de l année civile précédente ainsi que le nombre la valeur des actions attribuées à chacun d entre eux. Lorsque les actions sont cédées avant l expiration de la période d indisponibilité fiscale (sauf situations exceptionnelles comme le licenciement, la mise à la rraite ou l invalidité du bénéficiaire) ou qu aucune notification n a été faite à l URSSAF (pour les actions gratuites), les gains de levée d option ou d acquisition d actions gratuites sont soumis : aux cotisations sociales (salariales patronales) ; à la CSG au taux de 7,50 % à la CRDS aux taux de 0,50 %, sans application de l abattement pour frais professionnels de 1,75 %. Des prélèvements sociaux au taux de 15,50 % En revanche, les gains de levée d options ou d acquisition d actions gratuites n échappent pas pour autant à toute charge sociale : au moment de la cession des titres, ils sont assujtis en totalité aux prélèvements sociaux applicables aux valeurs mobilières, au taux global de 15,50 %. Pour les plus-values réalisées depuis le 1 er janvier 2012, ce taux global de 15,50 % est composé de 8,20 % de CSG (non déductible de l impôt sur le revenu), de 0,50 % de CRDS, de 4,50 % de prélèvement social, de 0,30 % de contribution additionnelle pour le financement de l autonomie de 2,00 % de prélèvement pour la solidarité. Une contribution salariale spécifique au taux de 10 % Le bénéficiaire des actions est redevable d une cotisation spécifique, au taux de 10 % (taux applicable aux cessions effectuées depuis le 18 août 2012). Pour plus de précisions sur cte contribution, se reporter à la fiche P2 de la Zone 3 du Guide permanent Paie. REMARQUE : la loi de finances pour 2013 prévoyait de porter le taux à 17,50 %, dans certaines situations, à 22,50 %. Ces nouveaux taux ont été censurés par le Conseil constitutionnel en ce qu ils avaient pour eff de porter le taux maximal d imposition des gains à 72 % ou 77 %, ce qui constituait une charge excessive au regard des facultés contributives des contribuables. GUIDE PERMANENT Paie - Bullin 5

6 Les gains tirés des stock-options ou des actions gratuites attribuées depuis le 28 septembre 2012 Une imposition selon le barème progressif de l impôt sur le revenu Pour les options sur actions ou actions gratuites attribuées depuis le 28 septembre 2012, le seul régime fiscal désormais applicable aux gains de levée d option d acquisition des actions gratuites est celui des traitements salaires. La période d indisponibilité fiscale qui conditionnait l application de taux forfaitaires n existe plus. Ces gains sont imposés selon le barème progressif de l impôt sur le revenu, quelle que soit la durée de détention des titres. En application de la loi de finances pour 2013, les revenus 2012 sont imposés par tranche, selon le barème progressif suivant : jusqu à : 0 % ; de à : 5,50 % ; de à : 14 % ; de à : 30 % ; de à : 41 % ; supérieur à : 45 %. Les conditions d imposition des gains restent inchangées : l impôt est dû l année de la cession des actions ; le gain de levée d option ou d acquisition de l action gratuite est diminué de la fraction du rabais excédentaire déjà imposée l année de la levée d option (voir ci-après), le cas échéant, de la moins-value de cession constatée en cas de cession des actions à un prix inférieur à leur valeur réelle à la date de la levée d option ou de l attribution gratuite. Une exonération de cotisations sociales maintenue Les gains de levée d option ou d acquisition d actions gratuites sont exonérés de cotisations de sécurité sociale de cotisations alignées (salariales patronales), ce, quelle que soit la durée de détention des titres. En eff, cte exonération de cotisations sociales n est plus conditionnée par le respect d une période d indisponibilité fiscale. En revanche, l obligation de notification à l URSSAF qui existait dans le dispositif d attribution d actions gratuites est reprise dans le dispositif de stock-option. Dans tous les cas, l employeur doit notifier à l URSSAF l identité des salariés ou bénéficiaires qui ont acquis des actions au cours de l année civile, ainsi que le nombre la valeur des actions attribuées à chacun d eux. REMARQUE : à défaut de notification faite à l URSSAF, les gains de levée d option ou d acquisition d actions gratuites sont soumis en totalité aux cotisations sociales (salariales patronales), à la CSG à la CRDS, aux taux de 7,50 % 0,50 %, sans l abattement pour frais professionnels de 1,75 %. Un assujtissement à la CSG à la CRDS au taux de 8 % Pour les options sur actions ou actions gratuites attribuées depuis le 28 septembre 2012, les gains de levée d option ou d acquisition d actions gratuites sont soumis à la CSG à la CRDS au taux applicables aux revenus d activité, soit respectivement 7,50 % 0,50 %, sur leur entier montant, sans l abattement pour frais professionnels de 1,75 %. Une partie de la CSG égale à 5,10 %, est déductible du revenu imposable. Une contribution salariale spécifique au taux de 10 % Sur cte contribution, voir page précédente. La taxation du rabais sur le prix d acquisition des stock-options Un rabais est octroyé sur les options d achat d actions ; il correspond à la différence entre la valeur réelle du titre lors de la levée de l option le prix auquel le titre peut être acquis par le bénéficiaire (prix d exercice). Aucun changement n a été apporté par la loi de finances pour 2013 aux régimes fiscal social du rabais. Si le rabais consenti ne dépasse pas 5 % du prix de l action, il est exonéré d impôt sur le revenu, de cotisations contributions sociales. S il dépasse le seuil de 5 %, la fraction excédentaire est assimilée à du salaire à ce titre est soumise : aux cotisations de sécurité sociale cotisations alignées (salariales patronales), à la CSG CRDS au taux applicables aux revenus salariés (7,50 % 0,50 %), pour son entier montant, sans abattement pour frais professionnels, dès la levée d option par le salarié bénéficiaire, à l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements salaires, au titre de l année au cours de laquelle l option est levée. La taxation des plus-values de cession des actions Une imposition selon le barème progressif de l impôt sur le revenu Jusqu à présent, la plus value de cession était imposable selon le régime de droit commun des plus-values mobilières droits sociaux, soit, pour les cessions d actions réalisées à partir du 1 er janvier 2011, au taux de 19 %, quel que soit le montant de la cession. REMARQUE : avant 2011, il n y avait pas d imposition si la plus-value réalisée ne dépassait pas un certain seuil (fixé, par foyer fiscal, à pour l année 2010). Ce seuil d''exonération a été supprimé à compter du 1er janvier Pour les cessions d actions réalisées à compter du 1 er janvier 2012, la plus value de cession est taxée au taux de 24 %. En 2013 elle sera imposable selon le barème progressif de l impôt sur le revenu. Afin de pondérer le niveau de taxation de ces plus-values, le montant imposable pourra faire l obj d un abattement modulé en fonction de la durée de détention des titres par le cédant : 20 % pour une détention comprise entre 2 4 ans ; 30 % pour une détention comprise entre 4 6 ans ; 40 % après 6 ans de détention. Des prélèvements sociaux au taux de 15,50 % Le gain ou plus-value de cession des actions est assujti, sur son entier montant, aux prélèvements sociaux applicables aux revenus mobiliers pour un taux global de 15,50 %. Pour les plus-values réalisées à compter du 1 er janvier 2012, le taux global de 15,50 % est composé de 8,20 % de CSG, 0,50 % de CRDS, 4,50 % de prélèvement social, 0,30 % de contribution additionnelle pour le financement de l autonomie 2,00 % de prélèvement pour la solidarité. La loi de finances rectificative du 17 décembre 2012 a redéfini le contenu le taux des différents prélèvements sociaux sur les revenus mobiliers perçus depuis le 1 er janvier 2012, tout en maintenant le taux global de 15,50 %. Le taux du prélèvement social a été ramené de 5,40 % à 4,50 % la contribution additionnelle destinée au financement du RSA de 1,10 % a été supprimée. 6 GUIDE PERMANENT Paie - Bullin

7 Cotisations d accidents du travail : taux collectifs pour 2013 Les taux collectifs de cotisations d accidents du travail pour 2013 ont été publiés au Journal officiel du 30 décembre On trouvera ci-après quelques-uns de ces taux. Activité ou profession Code risque Tous départements hors Alsace-Moselle Taux collectifs Départements d Alsace-Moselle Artistes (pour toutes leurs activités) 92.3 AC 2,10 % 1,90 % Assistants maternels : des services d aide sociale 75.1 CA 1,30 1,70 autres 85.3 CA 1,10 1,10 Centres de vacances de loisirs (installations d hébergement à équipements légers ou développés) 55.2 EC 2,60 3,50 Concierges employés d immeubles 70.3 CB 3,10 2,30 Employés de maison 95.0 ZA 2,10 2,10 Holdings 74.1 JA 1,10 1,10 Hôtels, restauration : hôtel sans restaurant 55.1 CB 2,30 2,60 restaurant, café-tabac, hôtel avec restaurant 55.3 AB 2,40 2,60 restauration rapide 55.3 BC 2,30 2,10 restauration collective 55.5 AA 3,50 2,60 Personnel enseignant administratif des établissements d enseignement privés des organismes de formation 80.1 ZA 1,50 1,70 Sièges sociaux bureaux : bâtiment travaux publics A 1,10 1,10 autres B 1,10 1,10 Vendeurs à domicile 52.6 GA 1,80 1,80 VRP multicartes 51.1 TG 1,70 1,70 Lorsqu il y a application de la réduction de 30 % sur les taux de cotisations de sécurité sociale, le taux AT s élève à 1,47 % dans les départements autres que ceux d Alsace-Moselle, à 1,33 % dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin de la Moselle Régimes de «rraite chapeau» : modification de la contribution due par le bénéficiaire de la rente Depuis 2011, une contribution est due par les bénéficiaires de rentes dans le cadre des régimes de rraite supplémentaire à prestations définies, dits régimes «chapeau», «additif» ou «mixte». La contribution est calculée en appliquant un taux, progressif selon les tranches de la rente. Une loi du 28 décembre 2011 avait créé un taux supplémentaire, égal à 21 %, sur la partie des rentes dépassant par mois. Toutefois, dans une décision du 29 décembre 2012, le Conseil constitutionnel a déclaré cte mesure contraire à la Constitution. REMARQUE : les bénéficiaires de rentes ayant dépassé par mois en 2012 devraient pouvoir obtenir le remboursement du différentiel de contribution découlant de l application du taux de 14 % au lieu de 21 %. Le ministère ne s est pas encore prononcé sur ce point. On trouvera ci-après le barème de la contribution pour l année Date de liquidation de la rente Rraite liquidée avant le 1 er janvier 2011 Rraite liquidée à partir du 1 er janvier 2011 mensuelles (T) de la rente en 2013 Taux applicable T 509 0% 509 <T % T> % T 407 0% 407 <T 611 7% T > % Recouvrement de la contribution La contribution est précomptée versée par l organisme débiteur de la rente. Elle est recouvrée contrôlée dans les mêmes conditions que la cotisation maladie, la CSG la CRDS dues sur les rentes. Ces tranches sont revalorisées chaque année en fonction de l évolution du plafond de la sécurité sociale, avec arrondi à l euro le plus proche. Nous avons calculé les montants applicables pour 2013, sous réserve de leur confirmation par le ministère. Les rentes dont la valeur mensuelle n excède pas ce seuil sont donc exonérées de la contribution. GUIDE PERMANENT Paie - Bullin 7

8 Revenus de remplacement : modifications de charges sociales Seuils d exonération de CSG de CRDS sur les revenus de remplacement au 1 er janvier 2013 Certains revenus de remplacement, notamment les allocations de chômage partiel, sont exonérés de CSG de CRDS en fonction du revenu imposable du bénéficiaire ou en fonction du montant du SMIC. Le tableau ci-après récapitule le régime des revenus de remplacement au regard de la CSG de la CRDS. Revenus de remplacement Indemnités journalières versées par les organismes de sécurité sociale ou, pour leur compte, par les employeurs, à l occasion de la maladie, de la maternité, des accidents du travail des maladies professionnelles Allocations de prérraite totale FNE ayant pris eff depuis le Allocations de prérraite FNE (totale ou progressive) ayant pris eff avant le Allocations de : chômage partiel (publiques ou conventionnelles) chômage-intempéries chômage total Pensions de rraite du régime de base Pensions de rraite complémentaire ou supplémentaire Pensions d invalidité Assite de la CSG de la CRDS des IJSS des allocations des allocations 98,25 % des allocations des pensions des pensions Taux de la CRDS Taux de la CSG Taux réduit de CSG Exonération de CSG de CRDS 0,50 % 6,20 % non non 0,50 % 7,50 % non non 0,50 % 6,60 % 0,50 % 6,20 % 0,50 % 6,60 % 0,50 % 6,60 % 3,80 % Applicable en 2013 si le revenu de l année 2011 est > au seuil d allégement de la taxe d habitation, soit : , majorés de par demi-part supplémentaire ou de par quart de part supplémentaire de quotient familial si l impôt sur le revenu acquitté en 2012 est < à 61 Exonération totale en 2013 si le revenu de l année 2011 est au seuil d allégement de la taxe d habitation, soit : , majorés de par demi-part supplémentaire ou de 1338 par quart de part supplémentaire de quotient familial Exonération totale ou partielle : l allocation ne peut pas être inférieure à un seuil, calculé en fonction du SMIC Exonération totale si bénéfice d une allocation non contributive La conclusion de conventions de prérraite du FNE n est plus possible depuis le 1 er janvier La réduction de 1,75 % sur l assite de la CSG de la CRDS n est pas applicable sur la fraction des rémunérations dépassant 4 fois le plafond de la sécurité sociale ; les allocations de chômage partiel doivent être ajoutées au salaire pour apprécier ce seuil. Il est à noter que ces montants sont identiques à ceux applicables en Pour les allocations de chômage partiel, le prélèvement de la CSG de la CRDS ne peut pas réduire le montant mensuel total des allocations du salaire n en deçà d un montant égal au SMIC horaire en vigueur 35 52/12, avec arrondi à l euro supérieur, soit au 1 er janvier Pour les allocations de chômage total les allocations de prérraite, le prélèvement de la CSG de la CRDS (ainsi que le prélèvement de la cotisation maladie de 1,70 % sur les allocations de prérraite) ne peut pas réduire le montant de l allocation journalière en-deça d un montant égal au SMIC horaire en vigueur 35 / 7, avec arrondi à l euro supérieur, soit 48 au 1 er janvier Création d une nouvelle contribution sur les avantages de rraite d invalidité à partir du 1 er avril 2013 La loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 institue une contribution additionnelle de solidarité pour l autonomie (CASA), au taux de 0,30 %. Cte contribution sera due sur les avantages de rraite d invalidité, ainsi que sur les allocations de prérraite, versés à partir du 1 er avril La loi prévoit cependant certaines exonérations. Seront notamment exonérées de la contribution les personnes dont l impôt sur le revenu au titre de l année précédente était inférieur au seuil de mise en recouvrement. GUIDE PERMANENT Paie Fondateurs des Dictionnaires Codes Permanents : Jean SARRUT Lise MORICAND-SARRUT Directeur de la rédaction sociale : Paul- Étienne PIMONT Rédactrice en chef : Véronique GASNIER Rédactrice spécialisée : Laurence BURCHIA Rédacteur : Alain LEZONGAR Avec la participation de Dominique Raux, Dictionnaire permanent Social Rédactrice en chef technique : Sophie-Charlotte CAMPET-JOURNET 2013 Editions Législatives SARL au capital de SIREN RCS NANTERRE 80, avenue de la Marne Montrouge Cedex Tél. Service Relations Clientèle Télécopie Site Intern : Gérants : Laurent CHERUY Philippe DÉROCHE Directeur de la publication : Philippe DÉROCHE Principal associé : ÉDITIONS LEFEBVRE SARRUT Corl Imprimeurs, Condé-sur-Noireau. Dépôt légal : janvier Imprimé en France. Commission paritaire n o 0417 T Avance sur abonnement annuel 2013 : mise à jour seule 50 HT ; bullin seul 28 HT ; abonnement compl 78 HT C envoi comprend 1 cahier de 8 pages C envoi comporte un encart publicitaire «Gestion administration des RH» de 6 pages. 8 GUIDE PERMANENT Paie - Bullin

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

C.S.G. / C.R.D.S. Revenus de remplacement Au 1 er janvier 2015

C.S.G. / C.R.D.S. Revenus de remplacement Au 1 er janvier 2015 QUESTIONS SOCIALES Note d information n 1508 du 18 février 2015 C.S.G. / C.R.D.S. Revenus de remplacement Au 1 er janvier 2015 Références Loi n 20141554 relative au financement de la sécurité sociale pour

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

LES COTISATIONS SOCIALES

LES COTISATIONS SOCIALES LES COTISATIONS SOCIALES Les Autres Contributions : CSG ET CRDS La Mutualité Sociale Agricole est chargée du recouvrement de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 4ème trimestre 2014 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 49 DU 3 JUIN 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 F-11-11 INSTRUCTION DU 25 MAI 2011 CONTRIBUTION SALARIALE SUR LES GAINS DE LEVEE D OPTIONS SUR TITRES ET D ACQUISITION

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

L Actualité du Club Social +

L Actualité du Club Social + L Actualité du Club Social + S O M M A I R E : Réforme des retraites N 1 3 La Gazette Sociale de Mont Saint Aignan 2 D E C E M B R E 2 0 1 0 L O I N 2 0 1 0-1 3 3 0 D U 9 N O V E M B R E 2 0 1 0 P O R

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

PLANS DE STOCK OPTION

PLANS DE STOCK OPTION PLANS DE STOCK OPTION FISCALITE FRANCAISE DES STOCK-OPTIONS BENEFICIANT DU REGIME DIT DE FAVEUR Les règles fiscales et sociales décrites ci-dessous sont applicables pour les contribuables résidant fiscalement

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 N 2041 GB N 50143#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948)

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) Médecin Régimes obligatoires Médecin Conjoint collaborateur La retraite : Base (1949) Complémentaire (1949) ASV (1972) La prévoyance : Invalidité-Décès

Plus en détail

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations Clients professionnels et petites entreprises Mémento 2015 ARTISANS Travailleurs non salariés Cotisation IJSS 6,50 % 0,70 % Invalidité Décès 1,30 % Sur l intégralité du revenu professionnel imposable Dans

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Note d information du mois de Décembre 2014 Le cabinet sera fermé du 24/12/2014 au soir au 05/01/2015 au matin Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Le projet de deuxième loi de finances rectificative

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Diverses mesures d'ordre social et fiscal

Diverses mesures d'ordre social et fiscal DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH AJDS / Réglementation Charges Sociales Destinataires Tous service Contact Céline NGUYEN Tél : 0158353718 Fax : Email : Date de validité A partir du 01/01/2015 Diverses

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2)

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2) Mars 2015 COTISATIONS TRAVAILLEURS NON SALARIES 2015 MONTANT ANNUEL DES COTISATIONS POUR LES T.N.S. PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1er JANVIER 2015 : 38040 par an (PASS) et 3170 par mois (PASS mensuel)

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses

Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses Table des matières 1. FORMALITÉS ADMINISTRATIVES... 2 1.1 QUELLE SONT LES SEULES FORMALITÉS QUE LE VDI DOIT ACCOMPLIR AVANT DE DÉBUTER SON ACTIVITÉ?...

Plus en détail

PAIES ET COTISATIONS SOCIALES MAJ 2015

PAIES ET COTISATIONS SOCIALES MAJ 2015 PAIES ET COTISATIONS SOCIALES MAJ 2015 JPC CONSULTANT SMIC et minimum garanti au 1er janvier 2015 A compter du 1 er janvier 2015, le taux horaire du SMIC est porté de 9,53 à 9,61 (+ 0,8 %). Le SMIC mensuel

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

MODIFICATIONS AU 1 ER JANVIER 2013

MODIFICATIONS AU 1 ER JANVIER 2013 MODIFICATIONS AU 1 ER JANVIER 2013 SMIC (SMIC) Plafond Sécurité Sociale (PLAFOSOC) Minimum Garanti (MINGARANTI) 9.43 3086 3,49 Plafond de sécurité sociale 2013 Même si l arrêté confirmant le plafond de

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Largement médiatisée, la séquence fiscale de l automne dernier s est achevée par l adoption courant décembre de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012 ainsi que de

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Vous recevez votre déclaration des salaires à la fin de chaque trimestre.

Vous recevez votre déclaration des salaires à la fin de chaque trimestre. Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 1 er trimestre 2015 Vous recevez votre déclaration

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

Version 8.1 Mars 2013

Version 8.1 Mars 2013 Version 8.1 Mars 2013 Principales évolutions 1 Evolutions législatives... 2 1.1 Fiscalité Impôt sur le revenu... 2 1.1.1 Gel du barème 2013 appliqué aux revenus de 2012, revalorisation de la décote et

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 L-1-02 N 36 du 20 FEVRIER 2002 TAXE SUR LES SALAIRES.MODIFICATION DES FORMULAIRES DE DECLARATION. PASSAGE A L EURO ET MESURES DE SIMPLIFICATION.

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité Table des matières Chapitre 1 : Administration et comptabilité Modes de financement des entreprises............................. 2 Règles de crédit aux entreprises... 4 Garanties demandées par les banques...

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3005-I Accords nationaux TRAVAUX PUBLICS (Tome I : Accords nationaux) Brochure

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Circulaire DSS/SD5B n 2013-100 du 14 mars 2013 relative à l affiliation des loueurs de chambres d hôtes à la sécurité sociale

Circulaire DSS/SD5B n 2013-100 du 14 mars 2013 relative à l affiliation des loueurs de chambres d hôtes à la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, financement MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

Synthèse. 13 mai 2011 N 2011-4451. Mesures concernant les cotisations de Sécurité sociale Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011

Synthèse. 13 mai 2011 N 2011-4451. Mesures concernant les cotisations de Sécurité sociale Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011 13 mai 2011 N 2011-4451 Mesures concernant les cotisations de Sécurité sociale Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011 Synthèse RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE À PRESTATIONS DÉFINIES (RETRAITE CHAPEAU)

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5 RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET DU CONTRÔLE BUDGÉTAIRE SUR LE PROJET DE loi de finances pour 2013 (n 235), TOME II PAR M. CHRISTIAN ECKERT Rapporteur général,

Plus en détail

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 2ème trimestre 2015 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Régime social des allocations de chômage pour 2015

Régime social des allocations de chômage pour 2015 DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH AJDS / Réglementation Charges Sociales Destinataires Tous services Contact C. NGUYEN Tél : 01.58.35.37.18 Fax : E-mail : Date de validité A partir du 01/01/2015 Annulation

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU 1 er mars 2011 Le contrat de professionnalisation permet à son titulaire d acquérir

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Diverses mesures d'ordre social et fiscal pour 2010

Diverses mesures d'ordre social et fiscal pour 2010 Direction des Opérations des Ressources Humaines Direction Processus et Procédures Appui Juridque et Réglementaire Destinataires Tous services Contact MIHAILOVIC Florence Tél : 01 58 35 37 19 Fax : E-mail

Plus en détail

ANNEXE A LA LETTRE GENERALE N DEPA-2015-011 DU 26/02/15 COTISATIONS SOCIALES DUES POUR LES APPRENTIS EN 2015 SOMMAIRE

ANNEXE A LA LETTRE GENERALE N DEPA-2015-011 DU 26/02/15 COTISATIONS SOCIALES DUES POUR LES APPRENTIS EN 2015 SOMMAIRE ANNEXE A LA LETTRE GENERALE N DEPA-2015-011 DU 26/02/15 COTISATIONS SOCIALES DUES POUR LES APPRENTIS EN 2015 SOMMAIRE 1. ASSIETTE DES COTISATIONS... 2 1.1. L assiette des cotisations vieillesse de base...2

Plus en détail

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012)

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012) LES NOUVEAUTES 2013 La loi de finances pour 2013, la troisième loi de finances rectificative pour 2012 et la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 sont désormais publiées au Journal officiel.

Plus en détail

P2C06 La re alisation de la paye

P2C06 La re alisation de la paye I. L organisation de la paye P2C06 La re alisation de la paye La paye s effectue chaque mois selon un calendrier strict à définir. Si la paye doit être versée le dernier jour du mois, toutes les opérations

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise Dossier spécial Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Février 2014 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Newsletter Sociale AVRIL 2014

Newsletter Sociale AVRIL 2014 Newsletter Sociale AVRIL 2014 Sommaire 1. Fixation du montant de la cotisation GMP pour l année 2014 2. Taxe sur les salaires : rectificatif de l Administration 3. Annexe : Tableau récapitulatif des charges

Plus en détail