Emploi et chômage : Ce que la crise a changé. Idées clés. Olivier Passet. Xerfi Synthèse n 5 janvier 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Emploi et chômage : Ce que la crise a changé. Idées clés. Olivier Passet. Xerfi Synthèse n 5 janvier 2014"

Transcription

1 Xerfi Synthèse n 5 janvier 2014 Emploi et chômage : Ce que la crise a changé Olivier Passet Directeur des synthèses économiques, groupe Xerfi Idées clés La crise doit nous conduire à reconsidérer notre évaluation des modèles et des facteurs de réussite en matière d emploi et de chômage. Non que l ordre des performances ait été totalement rebattu. Mais parce que trop d intérêt a été accordé dans les années à des pays qui avaient restauré leur emploi, via une modération salariale acquise au prix d un surendettement des agents privés. Cette dynamique non soutenable, a travesti l ensemble des résultats de ces économies. Elle a initié ensuite un processus de consolidation budgétaire et de déflation salariale ou fiscale qui piège les économies dans le sous-emploi. Par ailleurs, le marché français est trop souvent considéré comme non réformé et non formable, alors que des évolutions significatives s y dessinent depuis 10 ans. Le lien emploicroissance demeure amorti, mais le turnover et la réactivité de court terme du volume de travail ont considérablement augmenté, sous le jeu d adaptations spontanées ou concertées et de réformes institutionnelles sous-estimées. C est le cas en particulier des ruptures conventionnelles. Les pays qui se sont révélés dans la crise (Allemagne, Suède, Autriche, ou Royaume-Uni dont la résilience en matière d emploi a surpris), montrent que la dualité dans l emploi (entre travailleurs stables et précaires), n est pas un mal spécifiquement français. Il est même à la base de la plupart des réussites apparentes en matière de chômage, par l encouragement des minijobs ou équivalent, c est-à-dire par l insertion des moins qualifiés sur la base de statuts socialement «dérogatoires», favorisant l emploi partiel, court et fragmenté. Ces pays ont aussi en commun d avoir porté une attention particulière aux enjeux de l apprentissage, de l alternance et à l efficacité des services de l emploi. Les références de réussite, montrent enfin que la performance en matière d emploi est indissociable des enjeux industriels d organisation, de spécialisation, de positionnement de gamme des entreprises. Ils invitent à imbriquer beaucoup plus fortement la problématique de l emploi à celle de la politique industrielle. 1

2 01/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /2013 Taux de chômage Chiffres clés Le surendettement privé a faussé l appréciation des performances par le passé, en dopant artificiellement l emploi dans certains pays (graphique de gauche). Le développement de l emploi partiel, court et fragmenté sur des statuts socialement «dérogatoires», paraît aujourd hui à la base de la plupart des réussites apparentes. Corrélations d avant et d après-crise Taux d emploi et endettement des ménages Temps partiels courts et taux de chômage GRC SVK PRT IRL EST TUR HUN FRA POL ITA USA FIN CHILI CZE SL ISR BEL GBR CAN DEU DNK LUX SWE ISL NZL JPN AUS MEX KOR AUT CHE NOR R 2 = 0,3 NLD Part des temps partiels courts 2012 Sources : OCDE, Eurostat La France est aujourd hui en position médiane en matière de chômage en Europe. La rotation des emplois s est considérablement accrue sous le jeu de l intérim et des CDD courts. Déclarations d'embauche adressées aux Urssaf CDD de moins d'un mois Contrats de plus d'un mois 0 Source : ACOSS 2

3 Emploi et chômage : Ce que la crise a changé Avant crise, l analyse des causes du chômage et de ses remèdes était presque toute entière focalisée sur les failles de régulation du marché du travail. Elle était également fortement centrée sur les politiques dites «d activation» de la main-d œuvre : visant à susciter une offre de travail supplémentaire du côté des chômeurs ou des inactifs par une limitation ou une conditionnalité des aides passives ; du côté des actifs employés également, par un accroissement et une flexibilisation des temps. La crise a replacé les enjeux de production au cœur de la problématique. Les questions de compétitivité, de spécialisation, qui relèvent tout autant de dysfonctionnements sur le marché des biens et des services ou sur celui des capitaux que d options stratégiques publiques et privées, sont revenues au-devant de la scène. La crise a également ré-internationalisé la question. Le déficit de demande à échelle européenne et mondiale, enraciné sur des inégalités croissantes, et les tendances déflationnistes, ont pris une dimension structurelle. Le clivage confortable qui assignait aux politiques de l offre (réduite aux enjeux de dérégulation des marchés) le soin de résoudre les problèmes structurels de chômage et aux politiques de demande, le soin de s attaquer à sa composante conjoncturelle, est devenu inopérant, si tant est qu il n ait jamais été opérant. Et dans le corpus théorique d analyse du chômage, on se prend à regretter que la théorie du déséquilibre ou que les approches institutionnalistes n aient pas connu de développements plus féconds. Une réflexion sur l emploi et le chômage à long terme doit donc englober ces multiples dimensions. La crise a notamment intensifié la concurrence fiscale, sociale et salariale en Europe. Dans ce contexte, et sans meilleure coordination, la France peinera à résorber graduellement son handicap de compétitivité, à renforcer sa base productive et son emploi, même si elle se réforme en interne. La restauration de sa compétitivité se fera alors au détriment du bien-être, au moins dans un premier temps (qui peut s étirer sur plusieurs années). Les pays qui ont réussi leur ajustement par le passé (Suède ou Allemagne), l ont fait dans un contexte global de croissance, qui a permis de temporiser les effets sociaux des politiques d ajustement. C est aussi à cette échelle européenne et mondiale que se joue l avenir du chômage hexagonal. Depuis, c est ce jeu de domino, où chaque pays conquiert dans la douleur un avantage de compétitivité provisoire et participe à la déflation mondiale qui doit être au cœur des préoccupations. Cela n évacue pas pour autant certains besoins d ajustement qui sont propres à l économie nationale. 3

4 Lettonie Grèce Espagne Lituanie Chypre Portugal Irlande Bulgarie Slovénie Danemark Estonie Italie Slovaquie Finlande UE Pologne Rép.tchèque Pays-Bas Zone euro Hongrie France Belgique Royaume-Uni Suède Allemagne Autriche Luxembourg Autriche Allemagne Luxembourg Malte Rép. tchèque Danemark Pays-Bas Royaume-Uni Roumanie Suède Belgique Finlande Estonie Hongrie Slovénie Pologne France UE 28 Lituanie Lettonie Zone euro Irlande Italie Bulgarie Slovaquie Portugal Chypre Croatie Espagne Grèce 1- Quelques constats et tendances Premier constat : la crise a aggravé le chômage en France. Mais elle a en même temps rendu moins singulière la situation hexagonale qui s est replacée dans la moyenne européenne (graphique 1). Graphique 1 : Taux de chômage harmonisé en octobre 2013 En % Source : Eurostat La dégradation de l emploi et du PIB a, en effet, été relativement amortie en comparaison des économies périphériques de l Europe, notamment des économies du Sud (graphique 2). Cette relative lenteur de l ajustement de l emploi est une constante de l économie française. Une caractéristique qui, on le sait, tend à renforcer en contrepartie la persistance du chômage après-crise. Graphique 2 : Variation de l emploi entre les 3 ème trimestres 2008 et % 10% 5% 0% -5% -10% -15% -20% -25% Source : Eurostat 4

5 Deuxième constat : la crise a rebattu les cartes des modèles de réussite. Elle a notamment mis à jour la forte corrélation négative entre le taux d endettement privé et le taux de chômage structurel (et positive avec le taux d emploi), graphique 3. Certaines performances ont été attribuées à des régulations internes au marché du travail alors qu elles relevaient aussi, et peut-être surtout, d un déséquilibre sur le marché des capitaux dans les années Le surendettement des ménages a en effet dopé les performances réelles des économies anglo-saxonnes ou des économies du sud de l Europe. Une dynamique suffisamment longue pour imprimer sa marque sur les performances de moyenne période de ces économies en matière de croissance et d emploi, mais non soutenable sur le long terme. Graphique 3 : Corrélations d avant-crise Chômage moyen et endettement des ménages Taux d emploi et endettement des ménages Sources : OCDE, Eurostat Troisième constat : l économie française évolue aujourd hui à front renversé. Alors qu elle est en prise avec des problèmes de compétitivité-prix et hors-prix 1, dans les autres pays, l affaissement du partage de la valeur au détriment du travail est de plus en plus identifié comme un élément de déséquilibre. La part du travail dans le revenu national a globalement baissé dans la plupart des pays de l OCDE, sa valeur médiane étant passée de 66,1 % au début des années 1990 à 61,7 % à la fin des années Simultanément, l éventail des revenus avant impôts et transferts (revenu marchand), s est considérablement élargi dans nombre de pays de l OCDE ces dernières années. Il apparaît en particulier que 1 Romain Sautard, Amine Tazi et Camille Thubin (2014) : «Quel positionnement «hors-prix» de la France parmi les économies avancées?», Trésor-Éco n 122 5

6 dans beaucoup de pays, le revenu du détenteur de capital moyen est généralement supérieur à celui du travailleur moyen. La diminution de la part du travail va donc en général de pair avec l aggravation des inégalités de revenu marchand. 2 Pendant que certains pays comme la France sont amenés à penser leur flexibilisation, d autres pensent à se «rigidifier». Ils découvrent qu à trop affaiblir les protections du travail, on crée des disparités salariales, une crise de débouchées et on inocule de la déflation 3. D où de fortes pressions pour établir ou augmenter le salaire minimum dans certains pays (aux États-Unis ou en Allemagne notamment). C est quelque part une bonne nouvelle pour la France. Cela ne la dédouane pas d un ajustement de ses coûts salariaux mais le chemin de la convergence sera raccourci d autant. Quatrième constat : la France a progressé en matière de flexibilité de l emploi depuis 15 ans. Il y a d abord l intérim, dont le développement en 20 ans a créé un véritable instrument d adaptation rapide des effectifs. A chaque choc ou rechute de l activité depuis 6 ans, deux tiers de l ajustement instantané de l emploi a été le fait de l intérim. L intérim est devenu de fait la principale modalité d ajustement à court terme de l emploi en France, notamment dans le secteur industriel et la construction qui concentrent 2/3 de ce type d emploi. Graphique 4 : Nombre de ruptures conventionnelles En cumul annuel Source : DARES 2 OCDE (2012) : «Partage de la valeur ajoutée entre travail et capital : Comment expliquer la diminution de la part du travail?», Perspectives de l'emploi de l'ocde 2012, 3 Paul Krugman (2013) : Why Inequality Matters, New York Times, december; 6

7 01/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /2013 Il y a ensuite les nouveaux instruments légaux que constituent notamment la rupture conventionnelle ou les contrats d embauche à objet défini. Si ces derniers ne sont pas encore évalués, les premiers ont considérablement simplifié et sécurisé la procédure de licenciement individuel pour les entreprises : on en dénombre de l ordre de par ans (graphique 4). Les ruptures conventionnelles représentent aujourd hui 16 % des ruptures de CDI. Il y a maintenant les avancées de la loi de sécurisation de l emploi de juin 2013 qui a assoupli le licenciement collectif. Et qui a aussi considérablement réduit les délais de prescription pour les actions qui portent sur l exécution ou la rupture du contrat de travail, dans un but non pas de sécuriser l emploi mais plutôt de sécuriser l employeur : le délai de prescription est désormais de 2 ans et non plus 5 ans. Et que constate-t-on aujourd hui? Que le très net ralentissement de la hausse du chômage depuis mai 2013 est effectivement le fruit d un basculement du chômage vers de l activité réduite, CDD et intérim. Dans cette phase encore très fragile de la reprise et sur fond de faible croissance, la sortie du chômage s opère bien plus rapidement que par le passé, et avant même que l économie franchisse le seuil de 1 ou 1,5 % de croissance. Sur la base d un travail fragmenté et précaire. Finalement, peu à peu, comme d autres pays, la France bâtit des instruments de transition du chômage vers l emploi. Sur la base de «petits jobs» certes, mais aucun pays n a trouvé mieux jusqu ici. Notamment l Allemagne. Ces évolutions impriment leur marque sur la vitesse de rotation des effectifs. Près de 70 % des flux d embauche se font aujourd hui à travers des CDD de moins d un mois. Au côté des emplois stables, une frange de la population travaille en intermittence, sur des emplois à très haute fréquence de rotation. Cette population en emploi temporaire (court ou non) représente un peu plus de 15 % de l emploi salarié, en France, comme en Allemagne ou en Suède. Graphique 5 : Déclarations d'embauche adressées aux Urssaf CDD de moins d'un mois Contrats de plus d'un mois 0 Source : ACOSS 7

8 Taux de chômage Cinquième constat : sur moyenne période, on réalise que les performances en matière de chômage sont meilleures dans les pays qui ont mené des politiques de minijobs ou équivalent, c est-à-dire des politiques d insertion de la main-d œuvre la moins qualifiée sur la base de statuts socialement «dérogatoires», favorisant l emploi partiel, court et fragmenté, (voir la corrélation ci-dessous entre le taux de chômage et la fréquence des petits temps partiels inférieurs à 19 heures, graphique 6). Autrement dit, une dualité se substitue à une autre : une dualité dans l emploi versus une dualité entre insiders et outsiders de l emploi. En définitive, le développement des emplois fragmentés, des statuts atypiques, des horaires décalés, sont pratiquement la seule arme efficace contre le chômage (au sens du BIT) dans le monde développé. Graphique 6 : Fréquence des temps partiels courts (< 19 h.) et chômage GRC SVK PRT IRL EST TUR HUN FRA POL ITA USA FIN CHILI CZE SL ISR BEL GBR CAN DEU DNK LUX SWE ISL NZL JPN AUS MEX KOR AUT CHE NOR R 2 = 0,3 NLD Part des temps partiels courts 2012 Note : hors Espagne ; Source : OCDE Cette évolution, intimement liée à une montée des «industries servicielles», à une demande croissante de continuité et de réactivité instantanée des services, doit placer au premier rang des préoccupations les questions de consolidation des emplois, des carrières fragmentés et des droits qui leur sont associés. Sixième constat : les pays de réussite ont aussi en commun d avoir porté une attention particulière aux enjeux de l apprentissage, de l alternance et à l efficacité des services de l emploi. C est le cas de l Allemagne notamment (de l Autriche, des Pays- Bas aussi), dont le poids des filières professionnelles (système de formation «dual», d alternance école-entreprise) est pointé régulièrement comme un facilitateur d intégration. 8

9 Ces systèmes sont parfois sous le feu de la critique. Ils peinent aujourd hui de plus en plus à accommoder les besoins des entreprises et les aspirations des jeunes en formation ou à relever le défi des mutations technologiques. Mais ils restent le creuset de toute une série de qualifications intermédiaires, sources de pénuries dans d autres pays 4. En Suède, et dans les pays du Nord en général, c est l efficacité et la générosité des systèmes formation tout au long de la vie ou d aide à la reconversion, créant des droits adossés à la personne, qui constituent la particularité la plus saillante de leur modèle (congés de formation, systèmes de chèque, de bourse ou de crédit contingent). Le modèle de «flexisécurité», dans son acception complète, dont le Danemark est emblématique, peine en revanche à absorber le coût social d une crise longue et profonde. Septième tendance forte : Fonctionnellement, l évolution des structures productives fragilise toujours plus la relation salariale. Les modalités d intégration du tissu productif évoluent très rapidement avec l émergence de nouveaux intermédiaires qui organisent selon un mode très réactif et volatil les liens entre clients et fournisseur. Le système d intégration qui émerge dès à présent, et qui va s affirmer dans les prochaines années, naît d un emboîtement de plateformes B2C et B2B, autour desquelles s intègrent l ensemble de la production et de la conception : avec en son cœur des plateformes B2C à la façon d Amazon, qui deviennent aussi concepteurs, éditeurs, grâce à accès privilégié à l information-client. Lieux aussi de co-conception, co-production, ouverts sur l open-source et le travail collaboratif. Avec également des plateformes B2B (à l exemple de MFG.com), places de marché, qui mettent en concurrence et apparient toute une série de prestataires, producteurs, «makers» 5, parfois minuscules. La relation de sous-traitance est ainsi de plus en plus fragilisée, car le type d intégration qui naît d enchères inversées peut démultiplier les opportunités d affaires mais peut aussi créer une extrême volatilité des ordres qui précarise la situation des entreprises sous-traitantes. Notre droit du travail aussi, car les plateformes favorisent la mobilisation du travail via des sociétés écrans de portage salarial et, de la sorte, le détachement des travailleurs. Le développement du travail collaboratif pose également de redoutables questions d appropriation de la valeur. Ces évolutions inexorables 4 Michel Godet (2013) : Libérez l emploi pour sauver les retraites, Odile Jacob. L auteur y souligne les déséquilibres induits par la surabondance des diplômes et les risques de pénurie de professionnels ainsi que la nécessité d agir et de favoriser les initiatives au niveau des territoires. 5 Chris Anderson (2012) : Makers, la nouvelle révolution industrielle, Pearson. 9

10 favorisent partout aussi l ouverture et l accès en continue et créent ainsi une forte pression en faveur d un travail «hyper-ajustable», sur des horaires flexibles et atypiques 6. Huitième tendance : Nous entrons dans une nouvelle ère de robotisation, automatisation, impression de la matière (imprimantes 3D). Ces évolutions technologiques sont potentiellement très perturbatrices. Frey et Osborne (2013) 7, ont analysé et estimé le potentiel de remplacement des humains par des machines intelligentes la «computerisation». Pour les États-Unis, ils estiment en passant au crible 702 métiers que «47% des actifs se trouvent dans un secteur à haut risque de chômage». Cela signifie que l enjeu de la réallocation des travailleurs peu qualifiés à des tâches qui ne sont pas susceptibles d être confiées à des ordinateurs, par exemple des tâches qui requièrent une intelligence créative et sociale, est décisif dans les années à venir. Mais ce mouvement d automatisation permet, a contrario, de contrebalancer une autre tendance défavorable à l emploi, qui a profondément ébranlé l industrie dans les années 2000 : l externalisation des chaînes de valeur des groupes vers les pays low cost. Longtemps minimisé, cet effet est aujourd hui reconsidéré. Dorn et Hanson (2012) 8 estiment que 26 % des pertes d emploi dans le secteur manufacturier aux États-Unis, est imputable directement à la concurrence des importations chinoises sur la période Pour Suzanne Berger (2013) 9, les concepts de core business et d offshoring, appliqués à l extrême, ont accéléré le déclin de l industrie américaine. Les groupes américains en reviennent, face à l appauvrissement des compétences, des effets d apprentissage, des interactions entre R&D et production, des synergies locales, qui en découle. Or, les technologies qui se déploient aujourd hui, facilitent ce mouvement de «reshoring». Elles sont, sous cet angle, favorables à l emploi local. Le raccourcissement et la relocalisation de pans entiers de la chaîne de valeur peut donc, en partie, contrebalancer le premier effet déstabilisateur sur l emploi. Encore faut-il que les termes de cette problématique soient bien intégrés par les décideurs privés et publics. La tendance de substitution de l homme par la machine devrait alors s intensifier, après avoir 6 Olivier Passet (2013) : «La France dans 10 ans : quelle évolution de notre modèle productif?», Xerfi Synthèse n 3, novembre. 7 Benedickt Frey et Michael A. Osborne (2013) : The future of employment, how susceptible are jobs to computerization?, Working Paper, Oxford University, september. aper_1.pdf 8 David Dorn et Gordon H. Hanson (2012) : The China Syndrome: Local Labor Market Effects of Import Competition in the United States, NBER Working Paper No , mai 2012 et AER Volume. 103, Issue 6, octobre Suzanne Berger (2013) : Making in America, From innovation to market, The MIT Press 10

11 été ralentie par l accès aux facteurs de production low cost des pays émergents dans les années Il n est pas dit, dans ce contexte, que la pause dans la baisse des durées du travail, que nous observons depuis les années 90 ne soit pas finalement une parenthèse. Les problématiques de partage du travail pourraient retrouver une nouvelle actualité. La focalisation française sur l enjeu de la durée moyenne, traité parfois de façon caricaturale, paraît excessive alors que ce n est pas l élément clé de différenciation des performances d emploi aujourd hui, notamment concernant l Allemagne ou les Pays-Bas (graphique 7). Alors, surtout, que c est l enjeu délicat de la différenciation des temps qui devrait être au cœur de toutes les attentions. Graphique 7 : Moyenne annuelle des heures travaillées, par travailleur France Allemagne Suède Royaume-Uni 2100 Danemark Pays-Bas 2000 États-Unis Source : OCDE 2- Quelques préconisations S extraire de la dynamique déflationniste qui prévaut au plan mondial et européen La montée des inégalités et la précarisation des moins qualifiés sont observées dans la plupart des économies développées. Les interprétations qui sous-tendent cette tendance divergent. Pour les uns, ce mouvement serait d abord la résultante de la concentration des gains de productivité imputables aux nouvelles technologies sur les emplois les plus qualifiés. C est ce que l on appelle le «progrès technique biaisé». Le progrès technique s'incorpore plus facilement au travail qualifié qu'au travail non qualifié. Pour les autres les options politiques néo-libérales et le délitement des protections des salariés seraient les principales causes explicatives. Mais que la cause soit d ordre métabolique ou politique, le constat est bien là. Le pouvoir 11

12 d achat d une part importante de la population est à la peine, tandis qu une toute petite minorité «d hyper-riches» capte l essentiel des fruits de la croissance. Le syndrome est particulièrement spectaculaire aux États-Unis 10 où de 1993 à 2012, le revenu réel par famille n a crû que de 6,6 % sur 99 % de la distribution, quand le revenu réel du top 1 % des familles les plus riches croissait de 31,4 %. Autrement dit, 95 % des gains de pouvoir d achat ont été captés par 1 % de la population. Le même type d évolution tendancielle a été observé en Allemagne avant crise, même si depuis, la montée de l emploi parmi les moins qualifié tend à réduire les écarts de revenu au sein des ménages 11. Le mouvement est maintenant aggravé au plan européen par le fait que les économies périphériques se sont engagées dans des stratégies de dévaluation fiscale et salariale. Cette évolution contracte l assiette fiscale et la rend sensible aux arbitrages géographiques des plus fortunés, qui détiennent de la sorte un pouvoir de négociation particulièrement élevé. Ce frein sur les revenus fait que l Europe accumule des excédents, mais n a en définitive ni demande intérieure, ni croissance, ni emploi. Or, les tendances déflationnistes ne pourront être durablement contrecarrées par des politiques monétaires non conventionnelles. Les limites de l arme monétaire peuvent inciter les pays à rééquilibrer plus profondément le rapport entre travail et capital et à restaurer certaines institutions sociales. Ce rééquilibrage, conjugué à la nécessité de restaurer les finances publiques, rend aussi plus que jamais nécessaires l avancement en matière de coopération et d harmonisation fiscales, dossiers qui sont aujourd hui au point mort. La solution au chômage hexagonal passe d abord par la promotion d un nouveau cap d intégration en Europe. Sans cette coordination, la périphérie de l Allemagne et de son Hinterland restera pour longtemps une zone de dépression salariale, de faible demande, de chômage de masse et de sous-traitance à bas coût au sein de la «bazaar-economy» du noyau dur. Un pacte de modération salariale, couplé à une réforme fiscale systémique La nécessité de pacifier l environnement fiscal européen, n exempte pas la France d ajustements sur les coûts. Entre la déflation salariale de la périphérie de l Europe, l avantage compétitif accumulé dans les années 2000 par l Allemagne et le dumping monétaire des États-Unis et du Japon, il existe bien un handicap de «compétitivité-coût» pour les entreprises françaises. Il peut être en partie atténué par des ajustements fiscaux. 10 Emmanuel Saez (2013): Striking it Richer, The Evolution of top Incomes in the Unites States (Updates with 2012 preliminary estimates), Working paper. 11 Alors que les inégalités salariales se creusent encore. 12

13 Mais n agir que sur la fiscalité des facteurs les plus mobiles (le capital et le travail le plus qualifié) soulève inévitablement des problèmes d équité. La restauration de la compétitivité doit donc jouer sur plusieurs tableaux simultanément : - un pacte national de modération salariale, qui partirait du SMIC et s étendrait à l ensemble de la hiérarchie des salaires ; - une suppression graduelle de la progressivité des cotisations employeurs qui ne remettrait pas en cause les baisses déjà acquises (alignement sur le niveau SMIC), autrement dit, une baisse substantielle des cotisations pour les qualifiés, - une orientation qui pourrait s accompagner d un reflux d autres aides aux entreprises et d un renforcement du financement par l impôt de la protection sociale (hausse du poids et de la progressivité de l IR+CSG et majoration de la TVA notamment) ; - une diminution du taux maximal de l IS, compensée par un élargissement de la base, afin d inciter au rapatriement/réinvestissement des bénéfices, à la juste valorisation des flux intra-groupe et au mouvement de raccourcissement/relocalisation des chaînes d approvisionnement. L économie française doit composer avec le fait qu elle s est bâtie sur la puissance de multinationales et que son emploi salarié est majoritairement porté par des groupes nationaux ou étrangers à périmètre international. Autrement dit, notre fiscalité, à l instar de l Allemagne, doit tenir compte du fait qu une part importante de l activité et des profits est générée hors frontière et que le retour de cet investissement, pour la France, peut être amoindri par une fiscalité dissuasive. Répondre au besoin fonctionnel des entreprises d un travail modulable et d un fonctionnement en continu Le besoin en faveur d emplois d appoint et modulables est réel. L économie qui se développe aujourd hui est celle de l accès en continue, de la lean production, avec une très lourde charge de logistique en amont. Certaines formes de protection freinent cette évolution, notamment en France, où la préférence pour l emploi à temps complet ou le temps partiel long est particulièrement affirmée. Dans ce cadre, certaines opportunités d affaires et de création d emplois sont freinées. Répondre à ce besoin d emplois fractionnés et modulables pourrait passer par plusieurs voies, couplées avec une politique de l emploi qui facilite la sortie du chômage des populations les moins «employables» : - favoriser le temps partiel court volontaire, à la façon des Pays-Bas, en renforçant les droits sociaux sur ce type de contrats ; - intégrer les emplois atypiques dans des dispositifs d emploi aidé et y adosser de la 13

14 formation, des allègements de cotisation ou des droits ; cibler les populations en marge du marché du travail ; - coupler la problématique avec celle de l alternance ou du cumul emploi-étude des jeunes. La fiscalité peut aussi encourager les emplois d appoint de courte durée (régime dérogatoire pour ne pas les soumettre au taux marginal du foyer fiscal). Faciliter l entrée et les mobilités sur le marché du travail - Deux pistes devraient être considérées en priorité : - le développement de l alternance à plus grande échelle, sur le modèle allemand, ou le renforcement de l apprentissage tout au long de la vie, à l instar du Nord de l Europe, paraissent des axes d intervention prioritaire, sujet que l accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle, de décembre 2013, ne clôt pas ; - renforcer le droit individuel à la formation continue (pour les salariés et les chômeurs), adossé à un compte personnel ou à un système de subvention. Ce droit individuel ne doit pas être à la charge des entreprises ou des seuls salariés, mais être financé par un impôt universel à base large visant l ensemble de la population, y compris les retraités. Ce principe de financement devrait, dans l idéal, s étendre à l ensemble de la formation professionnelle, le renouvellement et l adaptation du capital humain, bénéficiant en effet à l ensemble de la société. Directeur de la rédaction : Laurent Faibis, Président de Xerfi Responsable de Xerfi-Synthèse : Olivier Passet, Directeur des synthèses économiques Responsable de la diffusion : Solène Etienne Comité de rédaction : Jean-Baptiste Bellon, Conseiller de Xerfi, Alexandre Boulègue, Directeur d études Xerfi France, Damien Festor, Directeur de Xerfi France, Aurélien Duthoit, Manager Xerfi Global, Laurent Marty, Directeur général de Xerfi, Pascale Mollo, Chef de projet, Alexandre Mirlicourtois, Directeur de la conjoncture et de la prévision. Société éditrice : Xerfi.com, 13 rue de Calais, Paris , ISSN Achevé de rédiger le 28 janvier 2014 Relations presse : Sophie Barrois / Contact : 14

Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes

Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes Organisation for Economic Co-operation and Development Conseil d orientation pour l emploi Paris, le 13 janvier 2011 Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes John P. Martin Directeur de l Emploi,

Plus en détail

Rigueur de la protection de l emploi en France Indicateur OCDE. Conseil d Orientation pour l emploi 19 avril 2007

Rigueur de la protection de l emploi en France Indicateur OCDE. Conseil d Orientation pour l emploi 19 avril 2007 Rigueur de la protection de l emploi en France Indicateur OCDE Conseil d Orientation pour l emploi 19 avril 2007 Plan de la présentation Présentation de l indicateur OCDE de rigueur de la législation sur

Plus en détail

Quelles solidarités entre les générations?

Quelles solidarités entre les générations? www.inegalites.fr - Jeudi 19 mai 2011 Quelles solidarités entre les générations? Anna Cristina D ADDIO et Maxime LADAIQUE OCDE Direction de l Emploi, du Travail et des Affaires Sociales Division des Politiques

Plus en détail

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE Lancement de la publication Paris, 30 janvier 2014 VIEILLISSEMENT ET POLITIQUES DE L EMPLOI MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE RAPPORT DE L OCDE SUR LA FRANCE Stefano Scarpetta, Directeur Anne Sonnet, Responsable

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi?

La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi? La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi? 1. La France présente un niveau de dépenses et un mode de financement de la protection sociale spécifiques, ainsi que des résultats décevants en matière

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

La crise de l emploi: défis à relever pour les politiques du marché du travail et des affaires sociales

La crise de l emploi: défis à relever pour les politiques du marché du travail et des affaires sociales Organisation for Economic Co-operation and Development Conseil d Orientation pour l emploi, Paris, le 2 avril 2009 La crise de l emploi: défis à relever pour les politiques du marché du travail et des

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

Déplacement de l'ide vers l'est

Déplacement de l'ide vers l'est Extrait de : Science, technologie et industrie : Tableau de bord de l'ocde 211 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/sti_scoreboard-211-fr Déplacement de l'ide vers l'est Merci de citer

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre www.supagro.fr Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Objectifs des politiques

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Gaétan Lafortune, Economiste sénior, OCDE ASDEQ, Québec, 22

Plus en détail

B Les ressources financières

B Les ressources financières Chapitre B Les ressources financières et humaines investies dans l éducation Regards sur l éducation OCDE 2011 219 chapitre B Classification des dépenses d éducation Les fonds consacrés à l éducation sont

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

Le financement de la protection sociale : effets sur l emploi

Le financement de la protection sociale : effets sur l emploi ISBN 978-92-64-03305-4 Perspectives de l emploi de l OCDE OCDE 2007 Chapitre 4 Le financement de la protection sociale : effets sur l emploi Le financement de la protection sociale publique est assuré

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 En 2010, le nombre des situations de pauvreté a augmenté et s'est diversifié. Selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux (Insee),

Plus en détail

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail Les nouvelles formes d emploi Introduction Une évolution forte du travail de ces

Plus en détail

Le coût de la main-d œuvre : comparaison européenne 1996-2008

Le coût de la main-d œuvre : comparaison européenne 1996-2008 Le coût de la main-d œuvre : comparaison européenne - Bertrand Marc, Laurence Rioux* En, malgré un lent processus de convergence à l échelle européenne, le coût horaire de la main-d œuvre reste fortement

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Études économiques de l OCDE Union européenne AVRIL 2014 SYNTHÈSE

Études économiques de l OCDE Union européenne AVRIL 2014 SYNTHÈSE Études économiques de l OCDE Union européenne AVRIL 214 SYNTHÈSE Ce document et toute carte qu il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Aider les seniors à trouver et à conserver un emploi

Aider les seniors à trouver et à conserver un emploi Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Aider les seniors à trouver

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes?

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Indicateur Dans l enseignement primaire, on compte plus de 21 élèves par classe, en moyenne, dans les pays de l OCDE. La taille des classes varie

Plus en détail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Plus en détail

Existe-t-il un modèle social européen?

Existe-t-il un modèle social européen? Existe-t-il un modèle social européen? Deux réponses opposées «Il n y pas de modèle social européen» : Daniel Cohen, professeur de sciences économiques à l Ecole normale supérieure dans le quotidien «Le

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Réhabiliter la progressivité de l IR, pour Force Ouvrière cela suppose :

Réhabiliter la progressivité de l IR, pour Force Ouvrière cela suppose : Réhabiliter la progressivité de l IR, pour Force Ouvrière cela suppose : l l D accroître le nombre de tranches d imposition afin d assurer le principe du financement de chaque citoyen selon sa faculté

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 International Migration Outlook: SOPEMI 2010 Summary in French Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 Résumé en français Les migrations internationales restent au cœur des préoccupations

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE Conseil d orientation pour l emploi L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE L EMPLOI DEPUIS LA CRISE : UNE APPROCHE INTERNATIONALE Mai 2012 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 7 1 Première partie : Des évolutions du chômage

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Revue économique de l OCDE, n 37, 2003/2 TABLE DES MATIÈRES

Revue économique de l OCDE, n 37, 2003/2 TABLE DES MATIÈRES Revue économique de l OCDE, n 37, 23/2 COMPORTEMENT DE DÉPART À LA RETRAITE DANS LES PAYS DE L OCDE : L IMPACT DES SYSTÈMES DE PENSION DE VIEILLESSE ET D AUTRES PROGRAMMES DE TRANSFERTS SOCIAUX Tableau

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus*

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus* Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats Vincent Marcus* En 2003, le salaire brut annuel moyen d un travailleur à temps complet de l industrie ou des services s

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Analyse des principales tendances

Analyse des principales tendances 21 T1 21 T2 21 T3 21 T4 211 T2 211 T4 212 T2 212 T3 212 T4 213 T2 213 T4 214 T1 214 T2 Indice 1 = 21 Numéro 1 Octobre 214 Analyse des principales tendances Prix enregistrés des appartements En comparaison

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Juillet 2013 N 047 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques La durée du travail des salariés à temps complet En 2011, en France métropolitaine,

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail