GUIDE DE LECTURE DE LA FONCTION ACCOMPAGNEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DE LECTURE DE LA FONCTION ACCOMPAGNEMENT"

Transcription

1 GUIDE DE LECTURE DE LA FONCTION ACCOMPAGNEMENT Résultat d une formation-action menée dans le cadre du dispositif régional de formation des acteurs de la formation de novembre 1998 à mars 1999 CARIF Poitou-Charentes - CIBC16 - CAFOC Poitiers ; B. Langelier, J. Malka, O. Méziane Edition révisée : juin 2005

2 ACCOMPAGNEMENT, une fonction partagée en émergence I - Contexte, généralités D'où est né ce travail? Le présent document est le fruit d'un groupe de travail réuni dans le cadre du dispositif régional de formation des acteurs de la formation animé par le GIP Qualité de la formation Poitou-Charentes. Il est la conséquence indirecte d'un travail initié par la Région Poitou-Charentes de refondation des formations dites "de promotion sociale" (entre 1997 et 2000), et qui a vu la mise en place de quatre groupes de travail :! Reconnaissance et validation des acquis professionnels (RVAP),! Offre de service,! Territoire,! Alternances. Dans le cadre du groupe RVAP, des organismes de bilan et de formation et des structures d'accueil ont travaillé ensemble durant un an et le mot accompagnement a été très présent, sans que l'on soit persuadé que les différents partenaires en aient la même interprétation. Deux des participants ont donc eu l'idée de proposer au GIP Qualité de la formation un travail exploratoire sur la notion d'accompagnement, avec des praticiens venant de trois horizons différents : formation, bilan, structure d'accueil ; à ces trois types de partenaires, se sont rapidement associés les acteurs de l'insertion par l'économique. Suite à un appel d'offres, il a été décidé que l'animation du travail serait assurée conjointement par le CIBC 16, le CARIF et le CAFOC, du fait du champ d'intervention des structures : bilan de compétences, animation du réseau des structures d'accueil et formation professionnelle continue. Les objectifs du groupe de travail Pour chaque participant : Mieux articuler son action avec celle des autres intervenants dans le champ de l'accompagnement c'est-à-dire mieux justifier sa propre intervention, mieux connaître celles des autres, mieux savoir où s'arrêter. Pour le groupe de travail : 1) Des objectifs de résultats immédiats : Ce groupe est un groupe de production. Son objectif concret est de produire un document commun, guide de lecture à destination des acteurs des trois types d'organismes concernés, qui définisse les différentes prestations regroupées sous le terme "accompagnement". Pour cela, il nous semble nécessaire de : - dresser l'inventaire aussi précis et analytique que possible des pratiques, des prestations, des acteurs, des publics, des articulations entre organismes... recouverts par le mot accompagnement, - échanger des expériences intéressantes en matière de pratiques relevant de l'accompagnement. 2

3 2) Des objectifs de résultats à terme Cette action doit pouvoir conduire à : - constituer un embryon de réseau régional inter organismes sur le thème de l'accompagnement, - jeter les bases d'une évaluation des pratiques d'accompagnement, c'est-à-dire par exemple en mesurer l'impact sur les bénéficiaires et les accompagnateurs. Nous étions donc convaincus par "l'air du temps" de l'importance prise par les pratiques d'accompagnement et avions l'impression que selon les cultures de départ des accompagnateurs, il y avait un risque que les pratiques, les référents, le positionnement, voire les déontologies des organismes intervenant dans ce champ soient différentes, voire contradictoires. Parmi les indices forts de l'importance prise par les pratiques et la notion d'accompagnement, outre la référence très fréquente qui y était faite dans notre groupe de travail, on peut citer la création en 1996 à l'université de Tours d'un DESS "Fonctions d'accompagnement" en Sciences de l'éducation, et la référence explicite à l'accompagnement dans des programmes d'initiative nationale (TRACES) ou régionale (ACJIR). En écho à cette actualité du thème proposé, le nombre d'inscrits à l'action a été très important (vingt-quatre, voir liste en annexe). Il - Rappel sur le déroulement et la méthodologie Afin de lancer le travail, nous avions choisi de permettre dans un premier temps aux participants de se retrouver autour du rôle de leur structure d'origine :! le réseau d'accueil,! l'insertion par l'économique,! les organismes de bilan et de VAP,! les organismes de formation. Ceci a permis un premier échange autour des pratiques et des valeurs sur la base de réalités facilement partageables, avec toutefois pour objectifs d'éclater rapidement ces groupes autour de questions transversales. Ce schéma a bien fonctionné, montrant qu'au-delà des spécificités, la problématique de l'accompagnement pouvait être en tant que telle un sujet de confrontation dépassant les cadres structurels d'origine. Ceci étant, nous avons choisi de lancer la réflexion avec quatre interventions initiales : - une approche sémantique de l'accompagnement par Sonia Spéroni du CIBC Charente, - la genèse de l'accompagnement dans le champ de la formation en lien avec l'individualisation par Jean Malka du CAFOC, - l'impact des mesures et des programmes publics dans la fonction d'accompagnement des professionnels des structures d'accueil par Ouiza Méziane du CARIF, - l'interpellation déontologique dans le champ du bilan par Bernard Langelier du CIBC Charente. Afin d'analyser les pratiques, le groupe de recherche a alors amendé une grille d'analyse (voir en annexe) ; c'est le dépouillement des informations contenues dans ces grilles et les échanges entre participants qui ont permis l'avancée d'un travail thématique. 3

4 Différents champs ont été explorés dans des sous-groupes de production transversaux : - l'usager au centre, - les compétences des accompagnateurs, - l'entretien, un outil central, - l'accompagnement : fonction et/ou métier? et en grand groupe, à partir de propositions des animateurs : - réseau, - éthique et déontologie, - traces des prestations, - aspects financiers. Le choix de ces différents thèmes a été dicté par leur présence récurrente dans les grilles et leur richesse potentielle quant aux rôles transversaux qui les sous-tendent. A deux reprises, un comité de pilotage de l'action réunissant les différents commanditaires et les intervenants a permis d'assurer la cohérence entre le travail produit et les objectifs initiaux. III - Sommaire du guide de lecture Le schéma de la page suivante sert de sommaire ; chacun des neuf thèmes cités dans un cadre a fait l'objet d'une réflexion spécifique de la part du groupe :! Approche sémantique! L'accompagnement, fonction ou métier?! Aspects structurels et financiers! La place de l'usager! Compétences des professionnels de l'accompagnement! L'entretien, une pratique fondamentale! Ethique et déontologie! Traces des prestations! Réseau Chacun (à l'exception de l'approche sémantique) est présenté à travers le questionnement de départ, les réponses apportées par le groupe et les questions et propositions laissées en suspens. 4

5 SOMMAIRE DES CONTRIBUTIONS Approche sémantique p. 6 Aspects structurels et financiers p. 31 L accompagnement : fonction ou métier? p. 10 Compétences des professionnels de l accompagnement p. 23 L entretien, une pratique fondamentale p. 20 Ethique et déontologie p. 26 La place de l usager p. 11 Traces des prestations p. 16 R é s e a u p. 29 Bibliographie p. 33 Annexes p. 37 5

6 APPROCHE SEMANTIQUE 1 Pour saisir toutes les acceptions du mot ACCOMPAGNEMENT, dictionnaire étymologique, sens commun et ouvrages professionnels ont été consultés afin de saisir toute l'épaisseur historique du mot et les variations de son usage actuel dans le champ notionnel qu'il constitue avec d'autres. Trois thèmes paraissent fortement liés :! solidarité,! mouvement,! secondarité-généralité. Solidarité Un relevé historique des significations fait apparaître de façon privilégiée le cum latin, gardant particulièrement lisible l'idée d'association, d'alliance, de relation à l'autre. ACCOMPAGNER est tout proche encore du pain partagé, de la présence auprès d'une personne, de l'engagement dans une action commune ; celui qui accompagne est COMPAGNON, le cumpainz de l'origine. C'est en gardant à l'esprit cette acception que l'accompagnement s'entend comme relation à un Autre fraternel dans laquelle peuvent être évoqués le partage et la solidarité. Mouvement Aussi présente est l'idée de mouvement : "se joindre à quelqu'un pour aller où il va ; aller de compagnie avec ; aller, marcher avec quelqu'un". Le ad latin fait ici entendre le sens d'une dynamique, d'un allant, d'un cheminement vers un but que l'on s'assigne. C'est cette acception qui articule l'accompagnement à des conduites de projet ou d'engagement, de mobilisation, dynamisation et autre mise en œuvre. C'est sur cette même idée que s'inscrivent toutes les métaphores de voyage, de route ou de navigation dans les intitulés d'actions (Cap sur l'emploi, Passerelle, Carnet de route...) ou les titres d'ouvrages (De la compétence à la navigation professionnelle. Apprendre à s'orienter : l'avenir en marche, Cheminer vers soi...) 1 Sonia SPERONI Extrait du mémoire "Sujet actif, sujet acteur ; syntaxe et sémantique verbales dans les propos des professionnels de l'accompagnement." DESS "Fonctions d'accompagnement" soutenu à l'université de Tours en juin

7 Généralité-secondarité Comme COMPAGNON qui ne se définit que par rapport à quelqu'un d'autre, l'accompagnateur n'a pas d'existence séparée, pas de fonction particulière à exercer pour soi dans l'isolement d'une officine ou le secret d'un atelier et dont les caractéristiques seraient données par l'appellation elle-même. Celle-ci ne dit rien de l'activité exercée : il peut s'agir d'un pianiste, d'un conseiller, d'un guide, d'un médiateur... Aujourd'hui, dans la vision synchronique livrée par les dictionnaires, l'activité de l'accompagnateur ne peut être précisée absolument mais toujours relativement à un contexte qui la détermine. Impossible de déclarer comme activité professionnelle accompagnateur sans préciser un champ d'intervention. Le mot a été peu investi par les acceptions professionnelles et, hors situation, laisse l'interlocuteur dans le flou. La notion doit certainement une part de son succès récent à cette imprécision qui lui permet d'être adoptée par divers secteurs d'activité en gardant comme caractéristique la présence à l'autre. Le domaine tourisme et sports de loisirs reste le plus facilement évoqué par le terme ; le secteur médical et l'accompagnement aux mourants ont récemment pris place dans le sens commun du mot. Le secteur de l accompagnement vers la formation et l'emploi est encore très peu lisible en tant que pratique spécifique ; il faut, pour en donner une idée, évoquer le psychologue et le conseiller d'orientation, le praticien de bilan ou le médiateur en formation. Aujourd'hui en France, c'est seulement dans un dictionnaire spécialisé 2 que l'on peut trouver des définitions qui décrivent la réalité des pratiques : "Accompagnement : fonction qui, dans une équipe pédagogique, consiste à suivre un stagiaire et à cheminer avec lui durant une période plus ou moins brève afin d'échanger à propos de son action, d'y réfléchir ensemble et de l'évaluer". ACCOMPAGNER - ACCOMPAGNEMENT - ACCOMPAGNATEUR : termes vagues et pour cela justement prêts pour tous les contextes, leur signification n'est claire que sur les positions tenues par rapport à l'autre : le professionnel ici n'a pas la vedette même si, paradoxalement, le mot parle de lui mais de lui comme en retrait, comme personnage secondaire de ce qui se joue. Peut-on ne pas souligner la proximité de position avec le mot solidarité : relation entre personnes ayant conscience d'une communauté d'intérêts, qui entraîne, pour les unes, l'obligation morale de ne pas desservir les autres. C'est bien dans cette idée que l'accompagnement implique avant tout d'être avec, d'aller avec, dans ce mouvement conjoint qui s'inscrit dans le temps d'un Autre qui agit pour lui-même. 2 Dictionnaire de la formation et du développement personnel, E.S.F, éditeur

8 latin cum = avec réunion adjonction égalité simultanéité -ER verbe AC - COM- PAGN- -EMENT nom d action latin ad = vers direction but à atteindre passage d un état à un autre latin panis = pain Xe pain XIe compain, compagnon, compagnie XIIe compagne, accompagner XIIIe accompagnement XVII accompagnateur XVIIIe compagnonnage -ATEUR nom d agent accompagner - accompagnement - accompagnateur ETYMOLOGIE Document Sonia SPERONI 8

9 SOLIDARITE Alliance Travail social, formation, Association soins, développement local Partage Relation à l autre Présence aidante auprès d une personne Engagement dans une action commune Tourisme, loisirs, travail MOUVEMENT social, formation, développement local Aller, marcher avec quelqu un Se joindre à quelqu un pour aller où il va Cheminement vers un but Mobilisation, dynamisation Métaphores de voyage, route, navigation SECONDARITE S ajouter à Se joindre à quelqu un pour le mettre en valeur, pour le soutenir Garniture, accessoire Musique, formation, relations sociales Gastronomie Divers secteurs d'activités GENERALITE Etre là Présence à l'autre, situations de service accompagner - accompagnement - accompagnateur CHAMP SEMANTIQUE Document Sonia SPERONI 9

10 L'ACCOMPAGNEMENT : FONCTION OU METIER? Questionnement de départ Pour certains l'accompagnement est une "fonction" de leur métier de formateur par exemple - fonction pas toujours identifiée comme telle. Pour d'autres, c'est le nom même de leur métier "accompagnateur socioprofessionnel" des PLIE par exemple. En abordant les aspects transversaux de l'accompagnement, nous "gommons" de fait la distinction fonction - métier ; pour autant cette question reste posée. Quels seraient les critères permettant de distinguer si l'accompagnement est une fonction d'un métier ou un métier en tant que tel? Production du groupe de travail Première observation : si métier il y a, celui-ci est en émergence, s'appuyant sur des professionnels venus d'horizons divers (travail social - conseil professionnel - psychologues - formateurs...). Plutôt que de le spécifier comme accompagnateur ne conviendrait-il pas plutôt d'utiliser le mot de conseiller déjà repéré? Les anglo-saxons utilisent le mot de councelor riche à la fois d'unité et de diversité. Ceci étant, quelques critères de discrimination dominent : - Le temps consacré à "l'accompagnement". - La dénomination du poste, du service... - L'objet (l'objectif) de la prestation d'accompagnement et son identification. - La formation spécifique à l'accompagnement suivie par les professionnels (formation initiale et continue) - L'évaluation spécifique des professionnels et des prestations portant sur champ de l'accompagnement. Questions qui restent ouvertes L'accompagnement apparaît comme source de reconnaissance et d'identité professionnelle pour les professionnels, comment cela doit-il se traduire? Par ex : la reconnaissance institutionnelle (titres ou diplômes, une convention collective...)? L'identification du rôle de l'accompagnement dans les prestations entraînera ipso facto la reconnaissance des professionnels. La structuration de la formation continue des professionnels sur cette problématique. Comment, par qui? 10

11 LA PLACE DE L'USAGER Questionnement de départ L'usager au centre : de l'incantation à la concrétisation L'analyse des réponses faites par les participants au groupe de travail nous a amenés à prendre cette formule (l'usager au centre de la prestation) comme un des premiers points de notre investigation. La plupart des participants ont en effet affirmé que cette place de l'usager au centre de la prestation d'accompagnement était fondamentale, et ce quel que soit leur "groupe d'origine" (formation, réseau d'accueil, bilan, insertion par l'économique, VAP...). Nous avons pensé que cette unanimité était troublante : quelle était la part de l'incantation et la part de réalité? Cela étant d'autant plus vrai que trois participants ont ajouté, soit dans cette grille d'analyse des pratiques, soit dans leur courrier de motivation, qu'ils étaient préoccupés de mettre en place des accompagnements où l'usager soit au centre mais pas encerclé, ou encore suivi mais pas poursuivi. Enfin, de nombreux participants insistaient sur des qualités de l'accompagnateur (humilité, effacement, empathie...) pouvant faire naître des interrogations du même ordre. Nous avons donc, face à ce possible "mot éponge", tenté d'y voir plus clair en demandant aux participants comment se concrétise cette place centrale de l'usager. Production du groupe de travail Remarque préliminaire : L'accompagnement a pour objectif de donner du sens à un parcours, une démarche, un projet... Il s'inscrit dans une durée et dans des temps repérés, c'est-à-dire qu'il a un début et une fin. CE QUE FAIT L'ACCOMPAGNATEUR CE QU'IL ADVIENT DANS L'ECHANGE CE QUE FAIT L'USAGER L'accompagnateur travaille avec l'usager pour que celui-ci atteigne ses objectifs, en cohérence avec ceux du dispositif. Evolution ou insertion sociale et/ou professionnelle. Remarque : le dispositif doit être souple, ce qui implique une individualisation de tous les niveaux, et donc qu'il n'y a pas de parcours standard. Les usagers utilisent les dispositifs existants et exercent leurs droits d'usage. Ils s'engagent à rechercher "a minima" une insertion sociale et/ou professionnelle. 11

12 1. Accueil - Ecoute CE QUE FAIT L'ACCOMPAGNATEUR CE QU'IL ADVIENT DANS L'ECHANGE CE QUE FAIT L'USAGER Ecoute. Présente le dispositif. Donne des informations. Recueille des informations pertinentes. Reformule. Vérification de l'adéquation objectif de l'usager/objectif du dispositif ou Réorientation. Fait la démarche. Exprime une demande, des besoins, des attentes Analyse de la situation - projection proche avenir - contractualisation CE QUE FAIT L'ACCOMPAGNATEUR CE QU'IL ADVIENT DANS L'ECHANGE CE QUE FAIT L'USAGER Ecoute. Reformule. Demande de choisir en ce qui concerne les parcours. Apporte des éléments de choix : - informations, - stratégie. Négocie avec usager et réseau. Fait appel à (ou mobilise) des modalités et prestations variées. Elaboration et/ou amendement des parcours, par exemple : -insertion sociale/prof -bilan -formation -résolution problèmes sociaux, Chaque parcours comporte : - des objectifs, - des étapes, - des modalités en termes d'activités et d'accompagnement, par exemple : - calendrier, fréquence, - investigations, - soins, - formations, - démarches complémentaires, - logement, - évaluation, - immersions en milieu professionnel, - mobilité, etc. Contrat écrit ou moral. Donne des informations pertinentes. Communique sur sa situation, ses attentes. S'empare des informations. Influe sur le dispositif (prestations, rythme, modalités). Argumente, choisit in fine. Participe à l'élaboration du contrat. Souscrit ou non. 12

13 3. Mise en œuvre CE QUE FAIT L'ACCOMPAGNATEUR CE QU'IL ADVIENT DANS L'ECHANGE CE QUE FAIT L'USAGER Ecoute, ponctue, conseille, oriente. Aide méthodologique à la recherche d'informations, à l'action. Qui d'autre intervient? Quels relais possibles? Quel partage des responsabilités? Vérifie les démarches, réalise des points d'étapes. Relais : délègue à des membres du réseau, collecte et transmet des informations. Médiateur par rapport à l'usager : aide à l'appropriation des informations Attention à la déontologie! Rendez-vous avec des personnes extérieures au dispositif. Points d'étape. Renégociation du parcours. Evaluation. Capitalisation et formalisation. Réalise des démarches des actions, réalise des points d'étapes. Met en œuvre des modalités. Apporte du "matériau". Rend compte. 4. Conclusion CE QUE FAIT L'ACCOMPAGNATEUR CE QU'IL ADVIENT DANS L'ECHANGE CE QUE FAIT L'USAGER Acte la conclusion. Archive les documents. Fin de prestation ne signifie pas fin de l'accompagnement tant qu'il y a des besoins. Solution. Décision de l'usager. Interruption, abandon. Passage de relais. Sortie du dispositif. Peut anticiper la fin en fonction de ce qui est atteint et de ses objectifs ou pour toute autre raison. L'usager n'initie pas forcément l'accompagnement. Pour certains d'entre eux, la situation est contrainte. L'usager est en fait au centre de différents accompagnements (formation, entreprise, social, santé...). C'est lui qui fait la synthèse de ces différents accompagnements. C'est l'appropriation de synthèse de ces différents accompagnements qui va permettre ou non la responsabilisation, l'autonomie. Certains des accompagnements sont prégnants à certains moments. Dans certains dispositifs (ASI, Traces, PLIE...), il y a un accompagnateur désigné qui est chargé de la coordination des interventions : il doit mobiliser un réseau et connaître ses limites. 13

14 Le groupe en est arrivé au schéma suivant, du point de vue de l'usager. BILAN ENTREPRISE FORMATION USAGER SOCIAL On pourrait apporter un autre regard à travers le schéma suivant, du point de vue de l'accompagnateur. DISPOSITIF SOCIAL ENTREPRISE DISPOSITIF BILAN ACCOMPAGNATEUR USAGER DISPOSITIF FORMATION L'accompagnateur est effectivement médiateur mais il apparaît lui-même un centre "des dispositifs", l'usager étant quant à lui, sur une période, au centre des préoccupations et de la démarche de cet accompagnateur. "Etre au centre" et "Etre acteur" ont été improprement utilisés à un moment comme "synonymes", mais dans ce cas, ils ne se situent pas forcément à un même niveau (quelle part est donnée, laissée, proposée, imposée... dans les différentes étapes de la démarche?). L'identification des phases communes à toutes les prestations d'accompagnement, le rôle de l'usager, le rôle de l'accompagnateur, les résultats de sortie communs sont un point important de vérification de notre hypothèse de départ : il y a des points communs aux prestations d'accompagnement, quel que soit le milieu où elles naissent. 14

15 L'analyse que nous avons faite de la place centrale de l'usager laisse ouvertes plusieurs questions : Questions qui restent ouvertes : La pétition de principe "l'usager au centre" peut servir d'interrogation centrale à des pratiques d'accompagnement autour de la place des différents intervenants. Est-ce l'usager ou l'accompagnateur qui est réellement au centre de ces prestations? En effet, si le problème et les objectifs de l'usager sont bien le nœud de l'action, c'est le professionnalisme de l'accompagnateur et sa capacité à moderniser son réseau qui sont le point décisif de la réussite de l'accompagnement. Quels garde-fous pour empêcher l'encerclement de l'usager? Quelle appropriation et quelle diffusion des traces de l'accompagnement? 15

16 TRACES DES PRESTATIONS Questionnement de départ La question des traces est au confluent de plusieurs réflexions : La réflexion éthique tout d'abord, puisque les problèmes de propriété, de diffusion, d'élaboration de ces traces sont fondamentales et donnent même lieu à des règles déontologiques dans certains cas. Le problème de l'appropriation de ces traces pour l'usager, même s'il apparaît moins crucial au premier abord, est tout aussi important dans une perspective de généralisation des démarches de reconnaissance et de validation des acquis professionnels : à quoi sert un document très sophistiqué si l'usager ne le fait pas sien ou pire, ne le comprend pas? Nous avons choisi de proposer aux participants une grille d'analyse de ces traces, mais nous pensons qu'il n'est pas raisonnable aujourd'hui de proposer des règles, ni des solutions en dehors d'un réseau donné, sur un territoire donné. Par contre, la mise en place de réflexions éthiques sur l'accompagnement entre membres d'un réseau, sur un territoire, ne peut pas escamoter la question des traces de l'accompagnement (production, propriété, circulation...). Production du groupe de travail II apparaît de l'analyse des réponses à la grille que l'on peut classer les traces liées aux prestations d'accompagnement en deux grandes catégories : - celles qui sont destinées à la communication externe, - celles qui sont produites durant la prestation aux fins de communication interne. Chacune de ces catégories peut à son tour être subdivisée : En ce qui concerne les documents destinés à la communication externe : les documents émanant d'institutions : - certifiants : diplômes, titres homologués, certificats de travail,... - non certifiants : document de synthèse de bilan, rapport d'évaluations, attestation d'inscription à l'anpe, de domicile, contrat d'insertion, document attestant d'aptitudes, compétences ou capacités... les documents écrits ou recueillis par l'usager : - C.V., portefeuille de compétences, lettres de motivation, descriptifs de postes... En ce qui concerne les documents destinés à la communication interne : les documents destinés à communiquer entre membres d'un réseau intervenant successivement ou conjointement dans l'accompagnement d'un usager : fiches navette, contrat d'objectifs, conventions de stage en entreprise..., les documents destinés à communiquer à l'interne d'un organisme intervenant dans l'accompagnement d'un usager : fiches d'accueil et d'inscription, comptes-rendus 16

17 d'actions, de visite, contrats d'objectifs, documents de suivi d'activités, carnets de bord... les documents destinés à communiquer entre un intervenant ou une équipe ou des intervenants successifs et un usager : contrats d'objectifs, documents de suivi d'activités, livret du stagiaire, plans d'actions... Pour chacune de ces familles de documents, voire pour chacun de ces documents, nous serons amenés à nous poser une série de questions : Qui est l'émetteur, qui est le rédacteur? Qui est le propriétaire du document, qui est chargé de l'archiver, de le détruire, de l'enregistrer...? Quels sont les contenus ou les types de contenus de ces documents? (type de renseignements souhaités et exclus, forme...) Quels sont les usages possibles de ces documents, et qu'en advient-il à l'issue de la prestation? (remis à l'usager, archivés, détruits, après combien de temps, transmis et à qui...?). Quels sont les règlements ou les codes déontologiques qui s'appliquent à ces documents et/ou quelles règles éthiques les sous-tendent? Questions qui restent ouvertes Comment vérifier qu'un usager s'approprie les traces qui le concernent? Comment organiser la reconnaissance mutuelle des traces entre structures intervenant sur la demande d'un même usager? Au-delà de l'usager lui-même et des organismes auteurs de traces, quelle reconnaissance ultérieure par des structures extérieures et avec quelle limite de validité (temps, territoire...)? Comment intégrer, valider, diffuser les différents travaux déjà produits sur ce thème (Do.Fin, guide de préconisation de fin de bilans...) 3? Comment impulser une véritable dynamique commune entre les structures intervenant sur ce thème? Quels sont les problèmes posés par l'introduction croissante des technologies de l'information (informatique, liaisons Internet...)? 3 Documents GIP Qualité de la formation 17

18 Tableau de description des caractéristiques des traces produites dans le cadre de prestations d accompagnement externes Certifiants : Nom du document Emetteur et Rédacteur Propriétaire Contenus Usages Devenir du document Déontologie/éthique externes Institutionnels non certifiants : externes Ecrits ou recueillis par usager : 18

19 Nom du document Emetteur et Rédacteur Propriétaire Contenus Usages Devenir du document Déontologie/éthique internes Communication entre membres du réseau : internes Communication à l interne d une équipe : internes Communiquer entre intervenants et usager : 19

20 L'ENTRETIEN, UNE PRATIQUE FONDAMENTALE Questionnement de départ Le dépouillement des grilles a signalé des entretiens non directifs, éventuellement semidirectifs. L'entretien individuel est la pratique qui semble la plus employée. Notre questionnement a été d'interroger cette unanimité apparente de pratiques et de réaliser une typologie des entretiens utilisés dans les pratiques d'accompagnement. Production du groupe de travail Nous avons repéré les moments clefs où se déroulent des entretiens pour tenter d'identifier la fonction de ceux-ci vis-à-vis de l'usager. Le travail d'identification est élaboré à partir d'une trame commune proposée dans le cadre du groupe de travail :! L'entretien d'accueil,! L'analyse et/ou le diagnostic de la situation,! La contractualisation,! La mise en œuvre du contrat,! L'entretien d'évaluation, et trois critères d'identification proposés par les animateurs :! L'objet de l'entretien,! Les techniques de l'entretien,! La fonction de l'entretien. Le tableau ci-après synthétise les différents apports. 20

21 Phases de la prestation Objet de la prestation Techniques utilisées Fonction de l entretien ENTRETIEN D ACCUEIL Information, Orientation. Entretien individuel ou collectif, Remise de supports divers d information (plaquettes), Enregistrement administratif par prise de notes, Emploi du vouvoiement. Rencontre de l usager et de l accompagnateur, Démystification de la relation. ANALYSE ET/OU DIAGNOSTIC Identifier la demande et les attentes, Orientation vers un autre dispositif, Proposition d une réponse, Vérification de la demande. L écoute, la reformulation, "Pouvoir dire non", Prise de notes, Ouverture du dossier administratif, Proposition de RDV par l accompagnateur. Vérifier que l usager est bien dans le bon dispositif, Préparer les conditions de la contractualisation, Réorienter vers un autre dispositif, Vérifier les motivations et le volontariat. CONTRACTUALISATION Formalisation des engagements réciproques entre l institution qui finance (représentée par l accompagnateur) et l usager : fixation des objectifs, des moyens, des étapes, Faire prendre conscience du sens de l engagement. Utilisation de supports écrits, Appui à la rédaction d une lettre de motivation, Lecture commune du contrat, Entretien individuel de validation du contrat. Acte juridique, Accord de moyens, de travail, de contenu et de volume, Donner du sens à la démarche que va entreprendre la personne, donner des points de repères. TEMPS DE MISE EN ŒUVRE Mise en œuvre du contrat, Travail sur le parcours et le projet, Recherche d emploi, Bilan, évaluation, santé, logement, Doit permettre à l usager d être acteur, c est lui qui entreprend les démarches. Plusieurs entretiens en fonction du projet (entretiens d explicitation, guidance, reformulation). L accompagnement d un processus de changement. EVALUATION Vérifier la tenue des engagements réciproques, Vérifier les résultats des engagements tenus, Trouver des relais, Evaluer la réalisation du contrat, Evaluer les écarts. Phase de reformulation, Remise d un document de sortie au bénéficiaire, Un entretien qui clôture la démarche. Sortie du dispositif, Inscription dans un autre parcours, Validation du dispositif, Evaluation de l efficacité du dispositif, Ouverture de perspectives avec des points de repères, Appréciation du sens. 21

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Dossier numérique et évaluation des compétences.

Dossier numérique et évaluation des compétences. Dossier numérique et évaluation des compétences. Les usages du DNC pour la formation, l évaluation, la validation et la certification de compétences Emmanuel LE CLAINCHE Responsable de formation à Isfec

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

PLAN DE FORMATION BPJEPS

PLAN DE FORMATION BPJEPS PLAN DE FORMATION BPJEPS Technique de l Information et de la Communication LE METIER L animateur réalise des prestations d animation, d initiation, d accompagnement ou de médiation. Pour cela, il s appuie

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

Formation diplômante

Formation diplômante 75 Bd Lamartine 72 000 Le Mans 06 11 71 88 45 / 02 43 47 00 30 Formation diplômante Technicien Médiation de Services Titre professionnel inscrit au Registre National des Certifications Professionnelles

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison

Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison 1 Vous sollicitez une formation de surveillant de nuit ou de maîtresse de maison et vous avez besoin de plusieurs

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Avec le concours du FUP 1 Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Introduction : les

Plus en détail

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré à destination des chefs d établissements, des formateurs, des professeurs

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

BILAN DE COMPétences Effectuer un bilan, c est aller de l avant

BILAN DE COMPétences Effectuer un bilan, c est aller de l avant BILAN DE COMPétences Effectuer un bilan, c est aller de l avant BILAN DE COMPétences Une réponse à des attentes multiples Votre bilan peut se dérouler pendant ou en dehors de votre temps de travail. Les

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Février 2016 Juin 2016

Février 2016 Juin 2016 Septembre 2015 PRESENTATION DE LA FORMATION DE COORDONNATEUR Février 2016 Juin 2016 Promotion 2016/2 Début de la formation : lundi 1 er février 2016 à l epss de Cergy Date limite d inscription à l admission

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Conseiller en insertion professionnelle

Conseiller en insertion professionnelle Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 05/01/2016. Fiche formation Conseiller en insertion professionnelle - N : 0076831 - Mise à jour : 07/12/2015 Conseiller en insertion

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation.

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation. Ministère chargé des affaires sociales Etablissement de formation Nom du candidat Prénoms du candidat Livret de formation Diplôme d Etat d éducateur spécialisé LE PRESENT LIVRET COMPREND 1 Présentation

Plus en détail

Accompagnement des managers

Accompagnement des managers DIRECTEURS CHEFS DE SERVICE CADRES INTERMÉDIAIRES CADRES DE PROXIMITÉ Accompagnement des managers UN NOUVEAU CONCEPT : LE BINÔME COACH / CONSULTANT RESTONS Z E N Une circulaire du Ministère des Affaires

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION Durée : 70H00 Public : - Consultant ou conseiller en orientation professionnelle et/ou en insertion professionnelle en activité

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

PUBLIC CONCERNE Toute personne chargée de recruter dans le cadre du placement, du recrutement et de l intérim

PUBLIC CONCERNE Toute personne chargée de recruter dans le cadre du placement, du recrutement et de l intérim v020513 Code : FONDREC DU RECRUTEMENT A LA DELEGATION, LES FONDAMENTAUX D'UNE STRATEGIE CANDIDAT PERFORMANTE OBJECTIFS A l issue de la formation les stagiaires seront capables de : Maîtriser le process

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

CONSEIL & FORMATION EN MANGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES. Du sens pour progresser et réussir ensemble. Coaching individuel

CONSEIL & FORMATION EN MANGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES. Du sens pour progresser et réussir ensemble. Coaching individuel Coaching individuel 1 LE COACHING : une démarche, un processus et une méthodologie UNE DEMARCHE : D accompagnement des personnes dans un contexte professionnel visant à favoriser l efficacité et la meilleure

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE LA MÉDIATION SOCIALE LES FORMATIONS 2016 Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale w w w. f r a n c e m e d i a t i o

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS Dispositif de Formations de formateurs 1 RÉUSSIR SON PARCOURS Vous souhaitez : Devenir formateur permanent ou occasionnel Obtenir une certification de formateur Vous perfectionner dans votre métier Réaliser

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Mai 2015 Date limite de réponse : 20 juin 2015 Cahier des charges Pour accompagner les

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

CONTEXTE DE L'ENTRETIEN D'EVALUATION ET DE DEVELOPPEMENT

CONTEXTE DE L'ENTRETIEN D'EVALUATION ET DE DEVELOPPEMENT GUIDE DE L'ENTRETIEN D'EVALUATION ET DE DEVELOPPEMENT DU PERSONNEL ENSEIGNANT CONTEXTE DE L'ENTRETIEN D'EVALUATION ET DE DEVELOPPEMENT L'entretien d'évaluation et de développement du personnel enseignant

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat Favoriser l insertion des publics les plus fragilisés Expérience des centres de formation de l U.R.M.A Région Martinique Chambre de Métiers et de l Artisanat Le concept de l URMA des Chambres de Métiers

Plus en détail

Destination plan de formation

Destination plan de formation Destination plan de formation Nombre de pouvoirs locaux et provinciaux ont intégré la circulaire "plan de formation" du 2 avril 2009, pourtant, une récente étude réalisée par le CRF a permis de poser le

Plus en détail

Formation «Concevoir et animer une démarche participative»

Formation «Concevoir et animer une démarche participative» Formation «Concevoir et animer une démarche participative» 1- Date et lieux : Durée du stage : 2 X 2 jours, à raison de 7 heures par jour soit un total de 28h. Module 1 : jeudi 28 et vendredi 29 janvier

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Description et Organisation de la formation RECEPTIONNISTE

Description et Organisation de la formation RECEPTIONNISTE Description et Organisation de la formation RECEPTIONNISTE Professionnel, organisé et efficace, le réceptionniste accueille la clientèle en français ou en anglais, et lui propose des services en gérant

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE I J A Services à Domicile DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE Le présent document est conclu entre, d'une part : Les Services à Domicile de l'ija 131 rue Royale 59000 LILLE représentés par Madame Béatrice

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L organisation du temps scolaire Bureau de la formation continue des enseignants

Plus en détail

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse Formation préparatoire à la prise de fonction RUE 7ème promotion Présentation du dispositif de formation ENPJJ 16, rue du Curoir-BP 90114 59052 ROUBAIX

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective dans le secteur de la comptabilité - paie Métier ciblé : gestionnaire de paie Action collective

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA PROCÉDURE DE VALIDATION D ACQUIS DE L EXPÉRIENCE POUR L ACCÈS AUX QUALIFICATIONS FÉDÉRALES

LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA PROCÉDURE DE VALIDATION D ACQUIS DE L EXPÉRIENCE POUR L ACCÈS AUX QUALIFICATIONS FÉDÉRALES Livret de présentation de la procédure de Validation d Acquis de l Expérience pour l accès aux qualifications fédérales. PARTIE 1 du dossier : RECEVABILITE PARTIE 2 du dossier : ANALYSE DE L EXPERIENCE

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Préparation au concours d'infirmier

Préparation au concours d'infirmier Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 26/11/2015. Fiche formation Préparation au concours d'infirmier - N : 9880 - Mise à jour : 16/11/2015 Préparation au concours d'infirmier

Plus en détail