Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane"

Transcription

1 Déprtement de Mthémtiques Fculté des Sciences Université Ibn Tofïl Kénitr Cours d Anlyse II S2 Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première nnée) Notes rédigées pr : M. BENELKOURCHI Slimne Professeur à l Université Ibn Tofïl. Mrs 2 i

2 Tble des mtières Chpitre. Clcul Intégrl.. Définition de l intégrle d une fonction continue 2.2. Premières propriétés de l intégrle d une fonction f sur un segment [, b] 3.3. Intégrle d une fonction bornée 4.4. Dérivtion et Intégrtion 5.5. Techniques de clcul d intégrl 6.6. Formules de l moyenne 9.7. Formule de Tylor Lgrnge vec reste intégrl.8. Approximtions d Intégrles.9. Exercices 2 Chpitre 2. Intégrles générlisées Définition des intégrles générlisées Etude de l convergence Clcul des intégrles générlisées Exercices 9 Chpitre 3. Equtions differentielles Equtions différentielles linéires d ordre Equtions se rmennt à une éqution linéire Équtions différentielles à vribles séprées, homogènes Equtions différentielles linéires d ordre 2 à coefficients constnts Exercices 29. Cette section peut être omis en première lecture ii

3 CHAPITRE Clcul Intégrl L intégrtion est un concept fondmentl en mthémtiques, issu du clcul des ires et de l nlyse, et utilisé dns de nombreuses brnches des mthémtiques. L intégrtion permet, entre utres, de clculer l surfce de l espce délimité pr l représenttion grphique d une fonction f. Les opértions de mesure de grndeurs (longueur d une courbe, ire, volume, flux...) et de clcul de probbilités étnt souvent soumises à des clculs d intégrles, l intégrtion est un outil scientifique fondmentl. C est l rison pour lquelle l intégrtion est souvent bordée dès l enseignement secondire. L histoire des mthémtiques doit beucoup à l théorie de l intégrtion, et de tout temps, s plce prédominnte fçonné l nlyse en offrnt à qui une solution, à qui un problème. Le lustre des méthodes intégrles en Grèce ntique l tteste, et bien qu il fille ttendre le clcul infinitiséml pour une première formlistion, elles nous vient déjà offert de profonds et beux résultts : les Athéniens évluèrent les grndeurs de l espce puis en démontrèrent implicitement l existence et l unicité ; u XVIIe siècle nissent des méthodes générles de clcul de l infini (rectifiction de courbes, qudrtures, etc.) C est lors que l méthode des indivisibles de Cvlieri voit le jour. C est Leibniz qui opère le fondement de l théorie de l intégrtion (Geometri recondit, 686), perpétué jusqu ujourd hui, d une prt pr un symbolisme inéglé relint intégrtion et dérivtion, d utre prt pr l mise en plce des principux théorèmes. L formlistion de cette théorie revêtu diverses formes. Elle boutit trdivement, à cuse de l complexité des problèmes soulevés : que sont les fonctions? les réels? (ces questions ne furent pleinement élucidées que grâce u développement de l nlyse u 9ème siècle). quelles fonctions peuvent s intégrer? (c est l question de l intégrbilité ; elle est liée, entre utres, à des problèmes de convergence). L intégrle de Riemnn (Bernhrd Riemnn, 854, publiction posthume en 867) puis l intégrle de Lebesgue (Henri Lebesgue, 92) ont mrqué les esprits pr leur formlistion boutie. L intégrtion est encore un sujet pour l recherche contemporine ; en témoigne des extensions telles que l intégrle d Ito-, l intégrle de Kurzweil-Henstock, ou l récente construction de Bongiorno (996). Le but du clcul intégrl est de développer des méthodes permettnt de clculer les intégrles. L principle méthode pour clculer une intégrle psse pr l notion de primitive d une fonction. L primitivtion est l opértion qui, à prtir d une fonction f, donne une fonction F dérivble et dont l dérivée est égle à f : F (x) = f (x). On montre que toute fonction continue sur un segment [, b] dmet des primitives, et que l intégrle de à b est égle à F(b) F(), indépendmment de l primitive choisie. Le théorème fondmentl du clcul différentiel et intégrl

4 2. CALCUL INTÉGRAL ffirme que les deux pproches de l intégrle ( ire sous une courbe et primitivtion ), sont sous certines conditions les mêmes. Ces conditions peuvent vrier selon le type d intégrle considéré. Ici, on s intéresse à l intégrtion des fonctions continues pr morceux... Définition de l intégrle d une fonction continue... Cs d une fonction positive. Définition.. Soit P un pln muni d un repère orthogonl (O, i, j ). Soient I, J, K les trois points du pln P définis pr : OI = i, OJ = j, et OK = i + j. On ppelle unité d ire ( notée en brégé u..) l unité de mesure des ires telle que : Aire(rectngleOIKJ) = u.. OIKJ peut être un crré lorsque le repère est orthonormé. Si l on pr exemple, OI = 3cm et OJ = 2cm, lors une unité d ire correspond à 6cm 2. Définition.2. Soient et b deux réels vec b et f : [, b] R une fonction Continue (ou continue pr morceux) et positive sur l intervlle [, b]. On ppelle l intégrle de f de à b l ire, exprimée en u.., du domine D délimité pr l courbe de f, l xe des bscisses et les deux droites verticles d équtions x = et x = b. On note cette quntité : D = { M(x, y) P; x b nd y f (x) }. f (x) ou f (t)dt ou f (s)ds Les réels et b s ppellent les bornes de l intégrle. L vrible t (ou x ou utre) figurnt dns l intégrle est muette, elle peut être notée pr toute utre lettre. Le symbole dt (ou ) ne joue ucun rôle pour le moment, si ce n est de préciser quelle est l vrible. Exemples.3. Rpportons le pln P à un repère orthonormé (O, i, j ) vec i = j = cm. Ainsi u.. correspond à cm 2. f est égle à une constnte positive k sur [, b]. f (t)dt = kdt = (b )k. 2 f ffine : f (x) = mx + p supposée positive sur [, b]. f (t)dt = 2 m(b2 2 ) + p(b )...2. Cs d une fonction de signe quelconque. Définition.4. Soient et b deux réels vec b et f : [, b] R une fonction Continue (ou continue pr morceux) et négtive sur l intervlle [, b]. On ppelle l intégrle de f de à b l opposé de l ire, exprimée en u.., du

5 .2. PREMIÈRES PROPRIÉTÉS DE L INTÉGRALE D UNE FONCTION f SUR UN SEGMENT [, b] 3 domine D délimité pr l courbe de f, l xe des bscisses et les deux droites verticles d équtions x = et x = b. On note cette quntité : D = { M(x, y) P; x b nd y f (x) }. f (x) ou f (t)dt ou f (s)ds Autrement dit, lorsque f est négtive sur [, b], on : f (x) = f (x). Exercice : Soit f : [, b] R une fonction Continue. On définit deux fonctions f + et f pr { { f (x) si f (x) f (x) si f (x) f + (x) = f Sinon (x) = Sinon Vérifier que f + est positive, f est négtive et que f = f + + f et f + f = f. 2 Montrer que f + et f sont continues. Définition.5. Soient et b deux réels vec b et f : [, b] R une fonction Continue (ou continue pr morceux). On ppelle l intégrle de f de à b l quntité : f (x) = f + (x) + f (x). En d utres termes, f (x) se clcule en comptnt positivement l ire des domins où f est positive et négtivement l ires des domines où f est négtive..2. Premières propriétés de l intégrle d une fonction f sur un segment [, b] Propriété.6 (positivité de l intégrle). Si f est continue et positive sur l inervlle [, b] vec b, lors : f (t)dt Démonstrtion. C est immédit puisque une ire est positive. Propriété.7 (Comptibilité vec l ordre). Si f et g sont continues sur [, b] vec b, lors : f g sur [, b), f (t)dt g(t)dt. Propriété.8 (Inéglité tringulire). Soit f une fonction continue sur un segment [, b] vec b, lors : f (t)dt f (x). Démonstrtion. On f (t) f (t) f (t) t [, b]. En intégrnt les inéglité entre et b, on obtient f (t) dt f (t)dt f (t) dt.

6 4. CALCUL INTÉGRAL D où le résultt. Propriété.9 (Reltion de Chles). Soient f une fonction continue sur un segment I [, b] et, b et c trois points de I. Alors : f (t)dt = c f (t)dt + c f (t)dt. Propriété. (Linérité). Si f et g sont continues sur [, b] et α, β R, lors : ( α f (t) + βg(t) ) dt = α f (t)dt + β g(t)dt. Démonstrtion. Très délict à prouver. A dmettre..3. Intégrle d une fonction bornée Définition.. Soit f : [, b] R une fonction réelle bornée sur un intervlle borné [, b] (, b R). On ppelle subdivision de [, b] toute fmille finie ( i ) i n telle que =... n = b. Notons S[, b] l ensemble des subdivisions de l intervlle [, b]. Pour chque ( i ) i n S[, b], notons (.) I σ ( f ) = et (.2) J σ ( f ) = n [ ] ( i i ). inf f (x) x [ i,[ i= n ( i i ). i= sup x [ i, i [ f (x). Remrquons que si σ = ( i ) i n et δ = (b j ) j m sont deux subdivisions quelconques de [, b], on toujours I σ ( f ) J δ ( f ) (exercice : montrer pourquoi), donc (.3) sup I σ ( f ) inf J σ( f ). σ S[,b] σ S[,b] Définition.2. Si on l églité sup σ S[,b] I σ ( f ) = inf σ S[,b] J σ ( f ), lors on dit que f est intégrble (u sens de Riemnn) sur l intervlle [, b], et on note f (x) l vleur commune. Définition.3. Soit f : [, b] R une fonction. On dit que f est continue pr morceux sur [, b] s il existe une subdivision ( i ) i n de [, b] telle que f est continue sur tous les intervlles ouverts ] i, i [, i =,..., n. On dit que f est bornée s il existe un nombre N R + tel que f (x) N pour tout x [, b]. Théorème.4. Toute fonction bornée continue pr morceux sur un intervlle borné [, b] est intégrble sur [, b].. Cette section peut être omis en première lecture

7 .4. DÉRIVATION ET INTÉGRATION 5.4. Dérivtion et Intégrtion.4.. Notions de primitive d une fonction. Définition.5. Soient I un intervlle de R et f : I R une fonction. On ppelle primitive de f sur I toute fonction F : I R qui est dérivble sur I et dmet f pour fonction dérivée. Théorème.6. Soit f une fonction dmettnt des primitives sur un intervlle I. Soient F et G deux primitives de f sur I. Alors F et G diffèrent d une constnte c.à.d. Il existe une constnte c R telle que F(x) = G(x) + c x I. Primitives usuelles Les résultts de ces tbleux s étblissent en vérifint que l on bien F = f sur l intervlle considéré. Fonction f Fonction primitive F Intervlle I x + b 2 x2 + bx + c R cos(ωx + ϕ ω sin(ωx + ϕ) + c R ω sin(ωx + ϕ) ω cos(ωx + ϕ) + c R ω + tn 2 x = tn x + c ] π + kπ, π + kπ[, k Z cos 2 x 2 2 tn x ln cos x + c ] π + kπ, π + kπ[, k Z 2 2 ln tn x + c ]kπ, (k + )π[, k Z sin x 2 ln tn( x + π + c ] π + kπ, π + kπ[, k Z cos x > rctn x + c R x > ln 2 x 2 2 +x + c x ] ; [ ou ], [ ou ], + [ > rcsin x + c ], [ 2 x 2 > ln x + x c ], [ ou ], + [ x 2 2 > ln x + x c R 2 +x 2 Opértions sur les primitives Soient u et v deux fonctions dérivbles sur un intervlle I. Fonctions Un primitive Conditions u + v u + v ku ku u u n (n Z et n n+ un+ u sur I si n u u α (α R et α α+ uα+ u > u ln u u > sur I ou u < sur I u u e u e u u (v u) v u.4.2. Théorème fondmentl du clcul Intégrl. Théorème.7. Soit f : I R une fonction continue sur un intervlle I de R. Alors, pour tout I, l ppliction t t f (x) est une primitive de f sur I. Théorème.8 (Formule de Newton-Leibniz ou encore Théorème fondmentle de l nlyse). Soient [, b] un intervlle fermé borné de R et f : [, b] R une

8 6. CALCUL INTÉGRAL fonction intégrble. Si F : [, b] R est une primitive de f sur [, b], on : (.4) f (x) = F(b) F(). Ce théorème est fondmentl prce qu il étblit un lien entre des notions ppremment totlement étrngères : d un côté les notions d ire, d intégrle ; de l utre, l notion de primitive liée à l dérivtion..5. Techniques de clcul d intégrl.5.. Intégrtion pr prties. Théorème.9. Soient I un intervlle de R, u : I R et v : I R deux fonctions continûment dérivbles sur I. Alors quels que soient, b I on : (.5) u(t)v (t)dt = u(b)v(b) u()v() u (t)v(t)dt. Démonstrtion. g(t) = u(t)v(t) est continûment dérivble, de dérivée u(t)v (t)+ u (t)v(t), d où le résultt Chngement de vrible. Théorème.2. Soit I et J deux intervlles de R, ϕ : I J une ppliction continûment dérivble (de clsse C ) strictement monotone (croissnte ou décroissnte) et f : J R une ppliction continue. Alors, quelque soient α, β I, on : (.6) β α f (φ(x))φ (x) = φ(β) φ(α) f (y)dy. En fit l formule de chngement de vrible n est rien d utre que l formule de derivtion d une fonction composée lue à l envers. En prtique : Comment retrouver vite cette horrible formule du chngement de vrible? Voici une méthode ppremment ps très rigoureuse, mis cel dit bien prtique. On prt de t = ϕ(x). Alors dt = ϕ (x), donc dt = ϕ (x). Du coup f (t)dt = f (ϕ(x))ϕ (x). Mintennt, pendnt que x vrie de à b, t = ϕ(x) vrie de ϕ() à ϕ(b). Démonstrtion. f continue sur J, donc y dmet une primitive F et ϕ(β) f (y)dy = F(ϕ(β)) F(ϕ(α)). ϕ(α) Or F ϕ est continûment dérivble sur I, de dérivée ( f ϕ)ϕ, donc d où le résultt. β α f (ϕ(x))ϕ (x) = F(ϕ(β)) F(ϕ(α)) = ϕ(b) ϕ(α) f (t)dt, Exemples.2. L ire d un demi-disque de ryon est égle à π 2. Du coup l ire d un disque complet de ryon est égle à π.

9 .5. TECHNIQUES DE CALCUL D INTÉGRAL 7 En effet : Le cercle trigonométrique pour éqution crtésienne x 2 + y 2 =. Son demi-cercle supérieur est donc le grphe de l fonction f : x x 2 sur [, ], positive, et l ire du demi-cerclessocié est l intégrle x2. L fonction cosinus est de clsse C sur [, π], à vleurs dns [, ], et l fonction x x 2 est continue sur [, ]. On pose x = cos t. Donc (.7) x2 = cost2 ( sin t)dt = sin t ( sin t)dt = π 2 Soient et b deux réels,, b >. Clculer x ln x 3 Soit α R, < α <. Clculer α α π = sin 2 tdt = π (ind. poser t = ln x). ln x + x 2. π cos 2x 2 = π 2. Corollire.22 (Prité - Périodicité). Soit f une fonction continue sur [ ; ] vec > : Alors f (t)dt = si f est impire ; f (t)dt = 2 f (t)dt si f est pire. 2 Soit f une fonction continue sur R et périodique de période T. Alors α+t f (t)dt = T α Démonstrtion. Exercice pour le lecteur. f (t)dt, α R Clcul d Intégrles de l forme P(cos x, sin x). où P désigne un polynôme à deux vribles. On cherche à clculer des primitives de fonctions qui sont des sommes de termes de l forme sin p x cos q x où p et q sont deux entiers nturels. si p est impir, le chngement de vrible u = cos x (donc du = sin x) conduit à une primitive de fonction polynomile. Exemple : sin 3 x cos 4 x = (t 2 )t 4 dt = t7 7 t5 5 + c = cos7 x 7 Si q est impir, on peut poser t = sinx (donc dt = cos x). Exemple : cos 5 x = Si p et q sont pirs, on linérise. cos5 x 5 + c. ( t 2 ) 2 dt = t 2 3 t3 + 5 t5 + c = t 2 3 sin3 x + 5 sin5 x + c.

10 8. CALCUL INTÉGRAL Exemple : cos 4 x = 8 (cos 4x + 4 cos 2x + 3) = sin 4x 32 + sin 2x 4 + 3x 8 + c Clcul d Intégrles de l forme R(x). où R désigne une frction rtionnelle à une seule vribles. On décompose en éléments simples dns R, puis on intègre ces éléments simples. Seuls ceux qui sont de seconde espèce posent problème. On doit donc intégrer des expressions comme On écrit L fonction g(x) = f (x) = f (x) = λx + µ (x 2 + bx + c) n, où b2 4c <. λ(2x + b 2(x 2 + bx + c) + 2µ λb n 2(x 2 + bx + c). n λ(2x+b) s intègre fcilement cr elle est du type u (x). 2(x 2 +bx+c) n u n (x) Il reste à intégrer h(x) = (x 2 +bx+c) n. Or x 2 + bx + c = ( x + b 2) 2 + 2, vec = 2 4c b2. Le chngement de vrible x = t b donne : 2 (x 2 + bx + c) = dt n (t ) =: I n. n On est insi rmené à une intégrle qu on sit clculer dns le cs n =. Le cs n 2, On effectue le chngement de vrible x = tn t. Ainsi = ( + tn 2 t)dt. On trouve : In = dt 2n ( + tn 2 t) = n 2n On est insi rmené u clcul d une intégrle de Wllis. cos 2n 2 tdt. Remrque : si on joute à ce clcul le temps de l décomposition en éléments simples, il est clir que tout cel peut prendre beucoup de temps Clcul d Intégrles de l forme R(cos x, sin x). où R désigne une frction rtionnelle à deux vribles. Le chngement de vrible u = tn( x ) conduit à l recherche d une primitive 2 d une frction rtionnelle. En fit, il est souvent possible de fire les chngements de vribles u = tn x, u = cos t ou u = sin t. Les règles suivntes, ppelées règles de Bioche, permettent de choisir ces chngements de vribles. Si l expression R( cosx, sin x) est invrinte pr Ie chngement x x, on pose u = cos x. Si l expression R(cosx, sinx) est invrinte pr le chngement x x + π, on pose u = tn x. Si l expression R(cosx, sinx) est invrinte pr le chngement x π x, on pose u = sin x. Si les trois conviennent, on peut poser u = cos 2x.

11 .6. FORMULES DE LA MOYENNE Intégrtion de fonctions rtionnelles en e x. Les chngements de vrible u = e x ou t = tnh x conduisent à l recherche d une primitive d une fontion 2 rtionnelle. Dns certins cs, il est plus simple de fire les chngements de vribles u = tnh x, u = cosh x ou u = sinh x. Pour déterminer le bon chngement de vrible, on utilise l règle qui suit : On considère l expression en sinus et cosinus obtenue en remplçnt cosh x pr cos x, et sinh x pr sin x, puis l on utilise les règles de Bioche. Si le chngement u = tn x convient, on pose u = tnh x; Si le chngement u = sin x convient, on pose u = sinh x. Si le chngement u = cos x convient, on pose u = tnh x Clcul d Intégrles de l forme R(x, n x+b). où R désigne une frction rtionnelle à deux cx+d vribles. Si l fonction à intégrer est rtionnelle en x et en n x+b, le chngement de cx+d vrible u = n x+b permet de se rmener à une frction rtionnelle. cx+d Exemples.23. Clculer les primitives suivntes : ) x 2 x ; b) x x (2x + ) ; c) x + x Formules de l moyenne Définition.24. On ppelle vleur moyemle de l fonction f continue pr morceux sur le segment I = [, b], l quntite : b f (x). Théorème.25. Soient f et g deux fonctions sur [, b], f continue et g continue pr morceux positive. Alors. Il existe c [, b], tel que : f (t)g(t)dt = f (c) g(x). b. On suppose de plus que g continue et strictement positive. Alors il existe c ], b[, tel que : f (t)g(t)dt = f (c) g(x). c. On suppose de plus que f est de clsse C, positive et décroissnte sur [, b]. Alors il existe c [, b] tel que : c f (t)g(t)dt = f () g(t)dt. Démonstrtion.

12 . CALCUL INTÉGRAL.7. Formule de Tylor Lgrnge vec reste intégrl Dns cette section, et b designent deux elements d un intervlle I et n est un entier nturel. Théorème.26. Si f est une fonction de clsse C n+ sur I, on : f (b) = n (b ) k f (k) () + k! k= (b t) n f n+ (t)dt. n! } {{ } Reste intégrl Cette formule générlise celle de Newton Leibniz (théorème fondmentl de l nlyse), que l on retrouve pour n =. Démonstrtion. Fixons l intervlle I, les deux points et b de I et risonnons pr récurrence. Pour tout n N, Soit P n l propriété : f C n+ (I), f (b) = n (b ) k f (k) () + k! k= (b t) n f n+ (t)dt. n! Initilistion : Pour n = : si f est de clsse C sur I. l fonction f est continue et donc pr le théorème fondmentl de l nlyse, on f (b) = f () + f (t)dt. En fit P est l énoncé du théorème fondmentl de l nlyse, déj démontré. Hérédité : Soit n N, n Supposons P n est vrie et montrons que P n l est lors. Soil f une fonclion de clsse C n+ sur I. Elle est lors de clsse C n, et l hypothése de récurrence nous donne : (.8) f (b) = n k= (b ) k f (k) () + k! Intégrons pr prties le terme complémentire (.9) (b t) n (n )! f n (t)dt = [ (b t)n n! f (n) (t) L reltion (.8) devient : n (b ) k f (b) = f (k) () + k! k= ce qui démontre le résultt u rng n. ] b + (b t) n (n )! f n (t)dt. (b t) n f n+ (t)dt (n)! (b )n = f (n) () + n! (b t) n f n+ (t)dt, n! (b t) n (n )! f n (t)dt Exemple.27. En ppliqunt à l fonction cosinus l formule de Tylor vec reste intégrl à l ordre 2, montrer x [ π, π], cos x x2 2.

13 .8. APPROXIMATIONS D INTÉGRALES Corollire.28 (Inéglité de Tylor Lgrnge). Soient f C n+ (I) et, b I. Alors n f (b) (b ) k f (k) b n () k! (n + )! sup f n+ (t), t (,b) k= où sup t (,b) f n+ (t) désigne l borne eupérieure de l ensemble des vleurs de f sur le segment [, b], ou [b, ]. Démonstrtion. Exercice pour le lecteur. Exemple.29. Montrer que : Pour tout x R, lim n + n k= x k k! = ex. Soient et b deux réels tels que < b..8. Approximtions d Intégrles Pour clculer numériquement une intégrle f (t)dt on peut prtger le segment I = [, b] à l ide d une subdivision à ps constnt u = (x i ) et, sur chque intervlle [x i, x i+ ], remplcer l fonction f pr une fonction polynomile dont on sit clculer l intégrle. C est l bse des méthodes d pproximtion d intégrles etudiées dns cette section..8.. Sommes de Reimnn. Définition.3. Si f est une fonction continue sur [.b], on ppelle somme de Riemnn de f l quntite : b n n k= f ( + k b n ). Théorème.3. Soit f C([, b]) une fonction continue. Alors b f (t)dt = lim n + n n k= f ( + k b n ) = lim b n + n n k= f ( + k b n ). 2 Si, f C ([, b]), lors l erreur commise dns ces limites est un O( n, c.à.d. : f (t)dt b n n k= f ( + k b n ) = O( n. En prticulier, le théorème ffirme l existence des deux limites. Démonstrtion. A dmettre. Exemple.32. En effet n k= n + k = n lim n + n k= n k= + k n n + k = ln 2. n dt + t = ln 2.

14 2. CALCUL INTÉGRAL.8.2. Méthode des trpèzes. Le clcul pproché d une intégrle u moyen des sommes de Riemnn est générlement ppelé l méthode des rectngles. Le théorème précedent, nous ffirme que l erreur commise étit u plus de l ordre O( ), si n est le nombre de termes sommés. Cette mjortion de l erreur n est n ps très bonne cr l suite ne tend ps vers zéros rpidement lorsque n tend n vers. L méthode d pproximtion ps les sommes de Riemnn n est donc ps pleinement stisfisnte. Nous llons présenter ici une méthode proche de l précédente, mis l convergence ccélérée O( n 2 ), ppelée l méthode des trpèzes. Il existe bien d utres méthodes encore meilleures. Théorème.33. Soit f C 2 ([, b]). Alors b b f () + f (b) f (t)dt = lim n + n 2 + n 2 De plus l erreur commise dns cette limite est un O( n 2, c.à.d. : f (t)dt b n n k= k= f ( + k b n ). f ( + k b n ) = O( n 2. Démonstrtion. Ce résultt n est ps horrible à montrer. On l dmit. Dns l somme de Riemnn, on pproxime f pr des fonctions constntes sur chque intervlle [x i, x i+ ] où x k = + k b, et on pproxime l intégrle de f pr n l somme des ires des rectngles. Dns l méthode des trpèzes, on pproxime f pr des fonctions ffine. Les rectngles sont insi remplcés ps des trpèzes..9. Exercices Exercice.. Déterminer les primitives suivntes : ) (x 2 + x 2 )2 ; 2) ; 3) x 2 rctn x ; 4) x + x 5) 9) 3) I 4 = 7) ; 6) cos 4 x shx ch x ; ) x2 2 ; 4) + 2sh(x) + ch(x) ; 8) Exercice.2. Clculer π/2 I = π/2 cos(ln x) ; e rcsin x ; 7) e x cos x ; 8) xe x sin x ; x 2 ; ) 2 x 2 + ; 2) x + 2 ( x) 3 ( + x 2 ) ; ch(x) ; 5) ; 6) x x ch(x) + ex ; x cos 2 x ; I 2 = cos 3 x cos 3 x + sin 3 x ; I 5 = sh(x) ; 9) th 2 (x) + x 2) x +. π/2 π/2 cos 3 x ; I 3 = cos x cos x + sin x ; I 6 = 3π/2 x (2x + ) x + ; π/2 5π sin x ; sin x sin 2x sin 3x;

15 I 7 = 2π x + 3 cos 2 x ; I 8 = I 9 =.9. EXERCICES 3 π/2 + x2 + x 2 ; I = ; (θ ] π, π[); + cos θ cos x x ln x (x 2 + ) 2. Exercice.3. Clculer I n,m = 2π cos mt cos ntdt pour n et m dns N. Exercice.4. Soit f : [, b] R une fonction continue et c ], b[. Montrer que b ( c b ) f (t)dt mx f (t)dt, f (t)dt. b c b c Exercice.5. Soit f : [, b] R une fonction continue. Montrer que f (x) = f (x) si et seulement si f ou f. Exercice.6. Soit f : [, ] R une fonction continue. Déterminer lim n + tn f (t)dt. Exercice.7. Soit f : R + R une fonction continue. Déterminer lim n + n /n f (t)dt. Exercice.8. Soient f et g deux fonctions sur [, b], f continue et g continue pr morceux positive.. Montrer qu il existe c [, b], tel que : f (t)g(t)dt = f (c) g(x). b. On suppose de plus que g continue et strictement positive. Montrer qu il existe c ], b[, tel que : f (t)g(t)dt = f (c) g(x). c. On suppose de plus que f est de clsse C, positive et décroissnte sur [, b]. Montrer qu il existe c [, b] tel que : c f (t)g(t)dt = f () g(t)dt. Exercice.9. Clculer l limite qund n tend vers + de : )S n = np k=n k, (vec p N ; 2) S n = n n n k= c k; S n = n k= n2 + kn.

16 CHAPITRE 2 Intégrles générlisées L intégrle générlisée (ou impropre) désigne une extension de l intégrle usuelle, définie pr une forme de pssge à l limite dns des intégrles. On note en générl les intégrles impropres sns les distinguer des véritbles intégrles ou intégrles définies, insi : + sin t dt t est un exemple très clssique d intégrle impropre convergente, mis qui n est ps définie u sens de l intégrtion usuelle (que ce soit l intégrtion des fonctions continues pr morceux, l intégrle de Riemnn, ou celle de Lebesgue). Dns l prtique, on est mené à fire une étude de convergence d intégrle impropre lorsqu on intègre jusqu à une borne infinie, lorsqu on intègre jusqu à une borne en lquelle l fonction n dmet ps de limite finie, lorsqu on englobe un point de non définition dns l intervlle d intégrtion. Dns chque cs, on évluer l intégrle définie comme une fonction d une des deux bornes et on prendr l limite de l fonction obtenue lorsque l rgument tend vers l vleur de l borne. L intégrle impropre prtge un certin nombre de propriétés élémentires vec l intégrle définie. 2.. Définition des intégrles générlisées Nous llons générliser l définition de f (x) u cs où f n est ps forcément bornée et, b peuvent être ±. Nous supposons que f est loclement intégrble sur ], b[, c est à dire pour tout sous-intervlle fermé borné [α, β] ], b[, f est intégrble sur [α, β]. En prtique, Les fonctions considérées sont souvent continues sur l intervlle ], b[ ce qui implique en prticulier qu elles sont loclement intégrbles Le cs < < b +. Soit f loclement intégrble sur [, b[. On lui ssocie l ppliction F : [, b[ R définie pr : (2.) F(x) = x f (t)dt. Définition 2.. Si F(x) dmet l limite J R lorsque x b, on dit que l intégrle générlisée f (t)dt est convergente et on lui ttribue l vleur J. Pr contre, si F(x) n dmet ps de limite ou tend vers ± lorsque x b, on dit que l intégrle générlisée f (t)dt est divergente. 4

17 2.. DÉFINITION DES INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES 5 Exemples 2.2. (i) x cos t dt = sin x n dmet ps de limite lorsque x, donc l intégrle générlisée + cos t dt est divergente. (ii) x dt = tends vers lorsque x +, donc + dt =. t 2 x t 2 (iii) L fonction f (x) = x 2 pour x [, [, x = rcsin t x pour vleur π/2. dt t 2 n est ps bornée sur l intervlle [, [. Cependnt, = rcsin x x π 2. Donc dt t 2 converge et Le cs < b <. De fçon similire, dns ce cs, on ssocie à l fonction f :], b] R l ppliction G :], b] R définie pr : (2.2) G(x) = x f (t)dt. Si G(x) dmet l limite J R lorsque x, on dit que l intégrle générlisée f (t)dt est convergente et on lui ttribue l vleur J. Pr contre, si G(x) n dmet ps de limite ou tend vers ± lorsque x, on dit que l intégrle générlisée f (t)dt est divergente. En fit f (t)dt = x f ( t)dt ; les intégrles générlisées f (t)dt et f ( t)dt x b b sont de même nture et égles en cs de convergence. C est pourquoi on peut toujours se rmener u cs < < b + que nous reprenons dns toute l suite. b (2.3) Convergence Absolue. Définition 2.3. Soit f : [, b[ R loclement intégrble. Lorsque l intégrle f (t) dt est convergente, on dit que f (t)dt est bsolument convergente Fonctions à vleurs complexes. Définition 2.4. Soit f : [, b[ C loclement intégrble. On dit que l intégrle f (t)dt est convergente si et seulement si les deux intégrles R( f (t))dt et I( f (t))dt sont convergentes et lors f (t)dt = R( f (t))dt + i I( f (t))dt. (R designe l prtie réelle et I l prtie imginire). On dirit ussi que f (t)dt est bsolument convergente si et seulement si f (t) dt est convergente Critère de Cuchy. Théorème 2.5. Soit f : [, b[ R une ppliction loclement intégrble. L intégrle f (t)dt est convergente si et seulement si f vérifie l condition suivnte, dite critère de Cuchy : ε > c [, b[ tel que x, x 2 [c, b[ on x 2 x f (t)d(t) ε. Démonstrtion. (i) Condition nécessire. Supposons que f (t)dt est convergente, c est dire lim x b F(x) = I R où F(x) = x f (t)dt. Pr définition, ε > c < b tel que F(x) I ε/2 x [c, b[, donc x 2 f (t)d(t) = F(x x 2 ) F(x ) F(x ) I + I F(x 2 ) ε/2 + ε/2 = ε x, x 2 [c, b[.

18 6 2. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES (ii) Condition suffisnte. Supposons que l condition de Cuchy est stisfite. Choisissons une suite (x n ) n N rbitrire de nombres dns [c, b[ telle que lim n x n = b. Alors l suite F(x n ) est de Cuchy, donc convergente. Notons I = lim n F(x n ). ε >, c [, b[ tel que F(x ) F(x ) = x f (t)dt ε/2 x, x [c, b[, et x N N tel que F(x n ) I ε/2 n N. Prenons un n N tel que x n [c, b[, lors F(x) I F(x) F(x n ) + F(x n ) I ε/2 + ε/2 = ε x [c, b[. Cel veut dire que lim x b F(x) = I. Corollire 2.6. Soit f : [, b[ R loclement intégrble. f (t)dt bsolumente convergente = f (t)dt convergente. Démonstrtion. Elle résulte imméditement du critère de Cuchy et de l inéglité tringulire suivnte : x2 (2.4) x2 f (t)dt f (t) dt Le cs de fonctions positives. x Théorème 2.7. Soit f : [, b[ R + loclement intégrble. L intégrle f (t)dt est convergente si et seulement si l ensemble { x f (t)dt; x [, b[} est mjoré (i.e. il existe une constnte réelle positive M > tel x f (t)dt M, x [, b[) ; dns ce cs (2.5) f (t)dt = sup x [,b[ x x f (t)dt = lim x b x f (t)dt. Démonstrtion. F(x) = x f (t)dt est croissnte, donc lim x b F(x) existe toujours ; si elle est finie l intégrle est convergente ; sinon elle est égle à Critère de comprison Etude de l convergence Rppel sur les nottions de Lndu. Soient f : [, b[ R et g : [, b[ R deux fonctions. On dit que f = O(g) u voisinge de b s il existe c [, b[ et α R + tel que f (t) α g(t) t [c, b[. (Lorsque b = +, cel signifie que t c, f (t) α g(t). On dit que f = o(g) u voisinge de b si ε > c [, b[ tel que f (t) ε g(t) t [c, b[. On dit que f g u voisinge de b si f g = o(g) u voisinge de b ( f g = o( f ) u voisinge de b). Théorème 2.8. Soient f et g deux pplictions loclement intégrbles de [, b[ dns R. On suppose qu il existe c [, b[ tel que : t [c, b[, f (t) g(t). Alors : (i) g(t)dt convergente = f (t)dt convergente. (ii) f (t)dt divergente = g(t)dt divergente. Démonstrtion. f et g étnt intégrbles sur [, c], il suffit d étudier l convergence de f (t)dt et de g(t)dt. Schnt que x [c, b[, x f (t)dt x g(t)dt c c c c l conclusion résulte du Théorème 2.7.

19 2.2. ETUDE DE LA CONVERGENCE 7 Corollire 2.9. Soient f et g deux pplictions loclement intégrbles de [, b[ dns R. On suppose qu il existe d [, b[ tel que f et g soient positives sur [d, b[ et que f = O(g) u voisinge de b. Alors : (i) g(t)dt convergente = f (t)dt convergente. (ii) f (t)dt divergente = g(t)dt divergente. Démonstrtion. Pr hyposthèse, il existe c [d, b[ et α R + tels que f (t) αg(t) t [d, b[, et on pplique le théorème. Corollire 2.. Soient f et g deux pplictions loclement intégrbles de [, b[ dns R. On suppose : (i) d [, b[ tel que g(t) t [d, b[. (ii) λ tel que f λg u voisinge de b. Alors les intégrles f (t)dt et g(t)dt sont de même nture. Démonstrtion. Les intégrles de f et de f étnt de même nture, on peut supposer λ >. Il existe lors c [d, b[ tel que t [c, b[: 2 λg(t) f (t) 3 2 λg(t). Le résultt est lors une conséquence directe du théorème précédent. α > Quelques fonctions de référence. Lemme 2.. Pour > et α R, l intégrle + Démonstrtion. Pour x [, + [, F(x) = x t α dt s écrit ln x ln si α = d où le résultt. Lemme 2.2. Pour < < b < + et α R, l intégrle seulement si α <. dt converge si et seulement si tα ( α α dt (b t) α ) si α ; x α converge si et Démonstrtion. Pour x [, b[, F(x) = x dt s écrit ln(b ) ln(b x) si (b t) α α = ; ((b α ) α (b x) α ) si α d où le résultt Règles d bsolue convergence. Proposition 2.3. Soit f : [, + [ R une ppliction loclement intégrble. (i) S il existe α R et c tels que, u voisinge de +, f (t) ct α, lors l intégrle + f (t)dt est bsolument convergente si α > et divergente si α. (ii) S il existe α R, α > tel que, u voisinge de +, f (t) = O(t α ), lors + f (t)dt est bsolument convergente. (iii) S il existe α R, α tel que lim inf t t α f (t) >, lors + f (t)dt est divergente. Proposition 2.4. Soit f : [, b[ R ( < < b < + ) une ppliction loclement intégrble. (i) S il existe α R et c tels que, u voisinge de b, f (t) c(b t) α, lors l intégrle f (t)dt est bsolument convergente si α < et divergente si α. (ii) S il existe α R, α < tel que, u voisinge de b, f (t) = O((b t) α ), lors f (t)dt est bsolument convergente. (iii) S il existe α R, α tel que lim inf t b (b t) α f (t) >, lors f (t)dt est divergente.

20 8 2. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES Exemple 2.5. Etude de l convergence de + t α cos(λt)dt, vec α, λ R, π α >. On t α cos(λt) t α et + t α dt converge. Donc + t α cos(λt)dt converge π π bsolument. Exemple 2.6. Etude de l convergence de voisinge de où l on = t 3 t +t+t 2 convergente, d près l Proposition 2.4. t dt. Le problème se pose u t 3 3 ( t) /2. L intégrle est donc Règle d Abel. Le théorème suivnt permet souvent d étudier l convergence des intégrles qui ne sont ps bsolument convergentes. Théorème 2.7 (Règle d Abel). Soient f : [, b[ R + et g : [, b[ C deux pplictions loclement intégrbles (b R {+ }). On fit les hypothèses suivntes : (i) f est réelle positive, décroissnte, et (ii) K R + tel que u lim f (x) =. x b g(t)dt K u [, b[. Alors l intégrle f (t)g(t)dt est convergente. Démonstrtion. Pour simplifier l preuve, nous supposons que f est continûment dérivble. Notnt G(u) = u g(t)dt, on G(u) K u [, b[. Comme f est décroissnte, f (u) u [, b[. Utilisnt l intégrtion pr prties, on obtient d où v u v u f (t)g(t)dt = f (v)g(v) f (u)g(u) f (t)g(t)dt f (v) G(v) + f (u) G(u) + v v K[ f (u) + f (v) + u u f (t)g(t)dt u < v < b, ( f (t)) G(t) dt v u ( f (t))dt)] = 2K f (u) u b. Cel veut dire que l intégrle générlisée f (t)g(t)dt vérifie le critère de Cuchy, donc elle converge. + Exemple 2.8. Soit α >. Etude de l convergence de + t α cos(t)dt. (i) Pour α >, l intégrle + t α dt est convergente d près le Lemme 2., donc t α cos(t)dt est bsolument convergente pr comprison ( t α cos(t) t α ). (ii) Supposons désormis < α. Alors l intégrle + t α cos(t)dt est convergente mis ps bsolument convergente. Pour montrer l convergence simple, on peut ppliquer l règle d Abel, vec f (t) = t α et g(t) = cos(t). En effet, u cos dt = sin(u) sin() 2 u [, + [. Pour montrer l non-convergence bsolue de + t α cos(t)dt, c est à dire l divergence de + t α cos(t) dt, on peut utiliser l inéglité t α cos(t) t α cos 2 (t) = 2 [t α + t α cos(2t)].

21 EXERCICES 9 t α cos(2t)dt converge (pour les même risons que + t α cos(t)dt), mis t α dt diverge (qund < α ), donc + t α cos 2 (t)dt diverge, et pr comprison + t α cos(t) dt diverge. Remrque 2.9. Une intégrle générlisée convergente, mis ps bsolument convergente, est dite ussi semi-convergente Clcul des intégrles générlisées Pour clculer une intégrle générlisée ou étudier s nture (bsolue convergence, semi-convergence, divergence) on ur le plus souvent recours u clcul d une primitive. On pourr ussi utiliser d utres méthodes, pr exemple, l intégrtion pr prties ou le chngement de vrible. On en prticulier : Théorème 2.2. Soit φ :]α, β[ ], b[ une bijection continûment dérivble strictement monotone et f :], b[ R une ppliction continue. Alors l intégrle f (x) converge si et seulement si β f (φ(t)φ (t)dt converge et dns ce cs (2.6) α β α f (φ(t))φ (t)dt = φ(β) φ(α) f (x). Démonstrtion. Utiliser l formule de chngement de vrible pour le cs propre (Théorème.2) et psser à l limite. Exemple 2.2. Soit < α < 2. Etude de l convergence de Notons I ε = ε I = s α cos(s )ds. s α cos(s )ds, s = φ(t) = /t, φ (t) = /t 2. I ε = t α cos(t) ε t dt = ε t (2 α) cos(t)dt. 2 D près les résultts de l Exemple 2.8, on obtient : Pour < α <, 2 α > et I est bsolument convergente. Pour α < 2, < 2 α et I est convergente mis ps bsolument convergente Exercices Exercice 2.. Monter l divergence de : sin x, sin 2 x, x Exercice 2.2. Convergence bsolue : sin x, x 2 sin(/t)dt, sin x, x 2 2 x x 4, x /2, rccos x, Exercice 2.3. Convergence simple (semi-convergence) : sin(x 2 ), cos x x 2 2 x ln x x(ln x) 2

22 2 2. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES Exercice 2.4. Etudier l convergence (α R) t ln t ( + t 2 ) α dt, (tn x x) α, Exercice 2.5. Montrer l convergence et clculer + dt t 2 + 2t + 2, dt + t 4, x α ln x, t 2 dt + t 4, Exercice 2.6. Montrer l convergence et clculer 2 x 2, (x + )(x + 2)(x + 3), Exercice 2.7. Montrer l convergence et clculer ln t + t 2 dt, ln t t dt, 5 4 π/2 cos(t α )dt tn t dt dt (t 4)(5 t) (, b > ) ( + x 2 )(b + x 2 ) Exercice 2.8. Montrer que les intégrles suivntes convergent et les clculer pr réccurence : I n = t n e t dt dt, J n = ( + t 2 ). n+

23 CHAPITRE 3 Equtions differentielles Dns tout le chpitre, K désigne R ou C. On suppose que I est un intervlle de R contennt u moins deux points. On sit qu une fonction dérivble de I dns K est constnte si, et seulement si, s dérivée est nulle et une fonction f deux fois dérivble sur I est ffine (c est à dire une expression de forme f (t) = t + b) si, et seulement si, f = : Le cs réel été vu dns les clsses ntérieures et le cs complexe s en déduit en considérnt les prties réele et imginire. En prticulier, deux primitives sur I d une même fonction diffèrent d une constnte. Enfin, on sit que toute fonction continue sur I dmet une primitive. 3.. Equtions différentielles linéires d ordre Soient, b, c trois pplictions continues sur I, à vleurs dns K. Dns cette section, on note (E) l éqution : (x)y + b(x)y = c(x). On dit que (E) est une éqution différentielle linéire d ordre. On note (H) l éqution différentielle : (x)y + b(x)y = (éqution homogène ssociée à (E).) Importnt : Les résultts concernnt (E) et (H) supposent qu on se plce sur un sous-intervlle J de I sur lequel l fonction x (x) ne s nnule ps. Pour résoudre (E) ou (H) sur I tout entier, il fudr procéder intervlle pr intervlle (entre deux zéros successifs de l fonction ), et vérifier en suite s il est possible de recoller des solutions sur des intervlles consécutifs. Proposition 3. (solution générle de (H)). On considère (H) : (x)y +b(x)y =, sur un intervlle I où (x) ne s nnule ps. L solution générle de (H) sur I est donnée pr y(x) = λe B(x), où B est une primitive prticulière de x b(x) sur I, et où λ est un (x) sclire quelconque. Remrques et exemples Le résultt précédent montre que l ensemble S H des solutions y de (H) sur I est égl à l ensemble des multiples d une solution prticulière y non nulle de (H) sur I. On exprime cette sitution en disnt que S H est une droite vectorielle. On voit d illeurs qu une solution de (H) sur I, si elle n est ps l solution nulle, ne s nnule jmis sur I. Si on devine une solution non nulle de (H) sur I, lors on connit l solution générle (sns voir à psser pr l formule précédente.) On constte pr exemple que x x est solution de (H) : xy + y = sur R et sur R +. Sur I = R ou R +., l solution générle de (H) est donc l ensemble des x λx, (λ K). Proposition 3.2 (solution générle de (E)). On considère (E) : (x)y +b(x)y = c(x), sur un intervlle I où (x) ne s nnule ps. L solution générle de (E) sur I est donnée 2

24 22 3. EQUATIONS DIFFERENTIELLES pr y(x) = (C(x) + λ)e B(x), où B est une primitive prticulière de x b(x) sur I, λ est un (x) sclire quelconque, et C est une primitive prticulière de x c(x) (x) eb(x) sur I. Remrques L expression précédente montre que pour obtenir l solution générle S E de (E) sur I, il suffit d jouter à une solution prticulière de (E) sur I l solution générle de (H) sur I. Pr exemple, une solution prticulière de (E) : xy + y = 2x est l ppliction x x. L solution générle de (E) sur I = R + ou R est donc y(x) = x + λ x, vec λ K. Autre exemple : considérons l éqution (E) : cos(x)y + sin(x)y =, sur I =] π, π [. Une solution prticulière de (E) (resp. de (H)) sur I est x sin(x) (resp. 2 2 x cos(x).) L solution générle de (E) sur I s écrit donc y(x) = sin(x) + λ cos(x), vec λ K. Exercice : Résoudre sur ], + [ l éqution xy (x) y(x) = x 2 e x. Proposition 3.3 (Problème de Cuchy). On considère (E) : (x)y + b(x)y = c(x), sur un intervlle I où (x) ne s nnule ps. Soit x un point de I, et soit y un élément quelconque de K. Il existe une unique solution de (E) sur I stisfisnt à l condition initile y(x ) = y. Trouver cette solution, c est résoudre le problème de Cuchy reltif à ces conditions initiles. Interpréttion Supposons K = R (toutes les fonctions sont donc à vleurs réelles.) Les courbes représenttives des solutions de (E) sont ppelées courbes intégrles de (E). Pr tout point M(x, y ) de I R, il psse une et une seule courbe intégrle de (E). Méthode de vrition de l constnte On considère les équtions (H) : (x)y + b(x) = et (E) : (x)y + b(x) = c(x). On rppelle que les pplictions, b, c sont continues, à vleurs dns K. On se plce sur un intervlle I sur lequel l ppliction x (x) ne s nnule ps. Soit x h(x) une solution de (H) sur I, non nulle (donc ne s nnulnt ps sur I.) On sit que l solution générle de (H) sur I s écrit y : x λh(x), vec λ K. Pour résoudre complètement (E) sur I, il suffit d en connitre une solution prticulière. On cherche une telle solution sous l forme y : x λ(x)h(x), où λ est mintennt une ppliction dérivble sur I à vleurs dns K (on fit vrier l constnte.) Avec ces nottions : (x)y (x) + b(x)y(x) = c(x) (x)(λ (x)h(x) + λ(x)h (x)) + b(x)λ(x)h(x) = c(x) λ (x)(x)h(x) = c(x) (cr(x)h (x) + b(x)h(x) = ) λ (x) = c(x) (x)h(x), (ce qui détermine λ une constnte près). c(x) (x)h(x) Si on note Γ une primitive de x sur I, l méthode de vrition de l constnte donne donc les solutions x y(x) = Γ(x)h(x) + αh(x), vec α K. On insi obtenu l ensemble des solutions de (E) sur I Equtions se rmennt à une éqution linéire Equtions de Bernoulli. L éqution différentielle de Bernoulli est une éqution différentielle du premier ordre de l forme : y (x) + (x)y(x) = b(x)y(x) m, m R.

25 3.2. EQUATIONS SE RAMENANT À UNE ÉQUATION LINÉAIRE 23 Cette éqution été proposée pr Jcques Bernoulli en 695 et résolue un n plus trd pr Leibniz grâce à un chngement de vrible qui rmène à une éqution différentielle linéire. C est d illeurs l méthode encore employée ujourd hui pour résoudre cette éqution. En effet Si m = c est une éqution linéire de premier ordre. Si m. En supposnt y strictement positif sur l intervlle I, on peut diviser l éqution pr y m (x) et on obtient y (x) y m (x) + (x) y m (x) = b(x) On pose u(x) = y m (x) Donc u(x) = y m (x) u (x) = ( m)y (x)y m u (x) = ( m)y (x) y m (x) on obtient l éqution différentielle linéire m u (x) + (x)u(x) = b(x) dont l solution générle est ( ) u(x) = e ( m) (t)dt) C + ( m) b(t)e ( m) (s)ds dt ce qui donne pour l fonction y = u m ( y(x) = e (t)dt) C + ( m) b(t)e ( m) (s)ds dt ) m Si l fonction y psse pr le point (x, y ) lors l solution de cette éqution est : y(x) = y e ( x x (t) dt x + ( m)y m b(t) (e ) ) t m m (s) ds x dt Des solutions peuvent être cherchées prmi les fonctions qui ne sont ps prtout positives dns leur domine de définition, mis lors de nombreuses précutions doivent être prises qunt ux domines de vlidité des solutions. Exemple Résoudre l éqution y 2xy + 2xy 2 = Equtions de Riccti. Une éqution de Riccti est une éqution différentielle de l forme y = q (x) + q (x)y + q 2 (x)y 2 Où q, q, et q 2 sont trois fonctions, souvent choisies continues sur un intervlle commun à vleurs réelles ou complexes. Elle porte ce nom en l honneur de Jcopo Frncesco Riccti ( ) et de son fils Vincenzo Riccti (77-775). Il n existe ps, en générl, de résolution pr qudrture à une telle éqution mis, il existe une méthode de résolution dès que l on en connît une solution prticulière. x

26 24 3. EQUATIONS DIFFERENTIELLES S il est possible de trouver une solution y, lors l solution générle est de l forme y = y + u En remplçnt y pr y + u dns l éqution de Riccti, on obtient : y + u = q + q (y + u) + q 2 (y + u) 2 et comme y = q + q y + q 2 y 2 on : u = q u + 2q 2 y u + q 2 u 2 Or u (q + 2q 2 y )u = q 2 u 2 est une éqution de Bernoulli. L substitution nécessire à l résolution de cette éqution de Bernoulli est lors : Substituer z = u 2 = u y = y + z directement dns l éqution de Riccti donne l éqution linéire : z + (q + 2q 2 y )z = q 2 L solution générle de l éqution de Riccti est lors donnée pr : y = y + z où z est l solution générle de l éqution linéire citée ci-dessus. Exemple Résoudre l éqution y + xy y 2 = (Ind. y (x) = x est une solution de l éqution) Équtions différentielles à vribles séprées, homogènes Éqution différentielle d ordre un à vribles séprées. Une éqution différentielle d ordre un à vribles séprées mis non nécessirement linéire est une éqution différentielle qui peut s écrire sous l forme suivnte y = f (x)g(y). On recherche dns un premier temps les solutions telles que g(y) n est jmis nul. De telles solutions sont dites régulières. Cette présenttion clssique, notmment pour l résolution de problèmes ppliqués, est difficile à justifier mthémtiquement mis elle permet d obtenir une bonne prtie des solutions. Elle utilise les nottions de Leibniz pour le clcul différentiel. Elle consiste à séprer les différentielles en écrivnt sous l forme dy g(y) = f (x) dy = f (x) g(y)

27 3.3. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES À VARIABLES SÉPARÉES, HOMOGÈNES 25 En intégrnt séprément chque membre : H(y) = F(x) + K où H représente une primitive de /g et F représente une primitive de f et K une constnte rbitrire. En outre, l fonction H est continûment dérivble, strictement monotone, donc dmet une fonction réciproque de sorte que l solution s exprime comme y = H (F(x) + K). Présenttion lterntive : Le clcul utilisé précédemment ne possède un sens mthémtique précis que si l on introduit l notion ssez bstrite de différentielle. Il est possible d en donner une version plus élémentire, en primitivnt chque membre de l expression g(y(x)) y (x) = f (x), pr rpport à l vrible x, ce qui conduit à x x x g(y(u)) y (u) du = f (u) du x Ce qui, près chngement de vrible, est de l forme y y g(v) dv = x x f (u) du Et l conclusion est identique à celle du prgrphe précédent. Exemples : L éqution différentielle ordinire : dy = y( y). Si l on suppose f (x) = et g(y) = y( y), on peut écrire l éqution différentielle sous l forme de l éqution ci-dessus. Ainsi, l éqution différentielle est séprble. Comme montré u-dessus, on peut triter dy et comme des vribles séprées, ce qui fit que les deux membres de l éqution peuvent être multipliés pr. En divisnt pr l suite les deux membres de l éqution pr y( y), on obtient : dy y( y) =. On donc sépré à ce moment les vribles x et y l une de l utre, x pprissnt uniquement dns le membre de droite et y dns celui de guche. En intégrnt les deux membres, on obtient : dy y( y) =, qui, en pssnt pr des frctions prtielles, devient : y + y dy =, puis : ln y ln y = x + C

28 26 3. EQUATIONS DIFFERENTIELLES où C est l constnte d intégrtion. Quelques considértions lgébriques donnent une solution pour y : y = + Be. x On peut lors vérifier cette solution en considérnt l dérivée pr rpport à x de l fonction trouvée, où B est une constnte rbitrire. Le résultt devrit être identifiée u problème originl. (On doit être ttentif ux vleurs bsolues lors de l résolution de l éqution ci-dessus. Il est évident que les signes différents de l vleur bsolue contribuent ux vleurs positive et négtive pour B, respectivement. Et le cs B= est ppuyé pr le cs où y=, comme indique ci-dessous.) 2 L croissnce d une popultion est prfois modélisée pr l éqution différentielle : dp ( dt = kp P ) K où P est l popultion en fonction du temps t, k est le tux de croissnce, et K l cpcité de contennce de l environnement. L séprtion des vribles peut être utilisée pour résoudre cette éqution différentielle. dp ( dt = kp P ) K dp P ( ) = k dt P K Afin d évluer l intégrl du membre de guche, on simplifie l frction complexe : P ( P K ) = K P (K P) Puis on décompose l frction en éléments simples : K P (K P) = P + K P On lors : ( P + ) dp = K P On pose A = ±e C. k dt ln P K ln P = kt + C K P P = e kt C K P = ±e C e kt P K P = Ae kt K P = + Ae kt Puis, l solution à l éqution logistique est : K P (t) = + Ae. kt Pour trouver A, on considère l étpe suivnte dns le processus de résolution de l éqution différentielle : K P = Ae kt P

29 3.4. EQUATIONS DIFFÉRENTIELLES LINÉAIRES D ORDRE 2 À COEFFICIENTS CONSTANTS 27 On pose t = et P () = P. On lors : K P P = Ae = A Éqution différentielle du premier ordre, homogène. Une éqution différentielle du premier ordre mis non nécessirement linéire est dite homogène si elle peut s écrire sous l forme grâce à l substitution dy = h ( y x u(x) = y(x) x, l éqution homogène se trnsforme en une éqution à vribles séprées : ). u (x) h (u(x)) u(x) = x. Exemple : Résoudre l éqution différentielle : y x 2 2xy + y 2 = ; 3.4. Equtions différentielles linéires d ordre 2 à coefficients constnts On rppelle que K désigne R ou C. Dns cette section,, b, c sont trois éléments de K, vec. On se donne une ppliction d : I K, continue sur l intervlle I. On considère les équtions (E) : y + by + cy = d(x) et (H) y + by + cy =. On dit que (H) est l éqution homogène ssociée à l éqution (E). Proposition 3.4 (Eqution crctéristique). Soit t un élément de K. L ppliction y : x e tx est solution de (H) si et seulement si t 2 + bt + c =. L éqution t 2 + bt + c = est ppelée éqution crctéristique de (H) et (E). Proposition 3.5 (Solution générle de (H) dns le cs complexe). On suppose ici K = C et on reprend les nottions précédentes. On note C l éqution crctéristique, et = b 2 4c son discriminnt. Si, l éqution C possède deux solutions complexes distinctes r et s. L solution générle de (H) sur R s écrit : y(x) = λe rx + µe sx, vec (λ, µ) C 2. Si =, l éqution C possède une solution double r dns C. L solution générle de (H) sur R s écrit : y(x) = (λx + µ)e rx, vec (λ, µ) C 2. Proposition 3.6 (Solution générle de (H) dns le cs réel). On suppose ici K = R. Soit = b 2 4c le discriminnt de l éqution crctéristique. Si >, l éqution C possède deux solutions réelles distinctes r et s. L solution générle de (H) sur R s écrit : y(x) = λe rx + µe sx, vec (λ, µ) R 2. Si =, l éqution C possède une solution double r dns R. L solution générle de (H) sur R s écrit : y(x) = (λx + µ)e rx, vec (λ, µ) R 2. Si <, l éqution C possède deux solutions complexes conjuguées distinctes r et r. Posons r = α + iβ, vec (α, β) R R. L solution générle de (H) sur R est y(x) = e αx (λ cos(βx) + µ sin(βx)), où (λ, µ) R 2. Remrques Dns tous les cs, l solution générle y de (H) s écrit sous l forme y = λy + µy 2, où y et y 2 sont deux solutions prticulières de (H) non nulles et non proportionnelles.

30 28 3. EQUATIONS DIFFERENTIELLES On exprime cette sitution en disnt que l solution générle de (H) sur R est un pln vectoriel, dont une bse est constituée des pplictions y et y 2. Si K = R, il y deux cs prticuliers importnts. Soit ω un réel strictement positif. L solution générle de y + ω 2 y = s écrit y(x) = λ cos ωx + µ sin ωx, vec (λ, µ) R 2. L solution générle de y ω 2 y = s écrit y(x) = λe ωx + µe ωx, vec (λ, µ) R 2. Elle s écrit ussi y(x) = cosh ωx + µ sinh ωx, vec (λ, µ) R 2. Méthode de vrition des constntes Soit (h, h 2 ) une bse de solutions de l éqution (H). On cherche une solution de (E) sous l forme y(x) = λ(x)h (x) + µ(x)h 2 (x). Les pplictions x λ(x) et x µ(x) sont ici supposées dérivbles sur R. On impose l condition supplémentire : Cette condition conduit à : Dns ces conditions () x R, λ (x)h (x) + µ (x)h 2 (x) =. x R, y (x) = λ(x)h (x) + µ(x)h 2 (x). y + by + cy = d(x) λ (x)h (x) + µ (x)h 2 (x) = d(x) (2). On vérifie que le déterminnt du sytème { λ (x)h (x) + µ (x)h 2 (x) = λ (x)h (x) + µ (x)h 2 (x) = d(x) ne s nnule ps. Ce système fournit donc λ (x) et µ (x) de fçon unique. On en déduit chcune des fonctions x λ(x) et x µ(x) à une constnte près. Notons x (x) = λ (x) + λ et x µ(x) = µ (x) + λ les fonctions insi obtenues. On donc trouvé les solutions suivntes, pour l éqution (E) : x y(x) = λ (x)h (x) + µ (x)h 2 (x) + λh (x) + µh 2 (x), vec (λ, µ) K. Si on note y l ppliction x λ (x)h (x) + µ (x)h 2 (x) (solution de (E) obtenue pr l méthode précédente vec λ = µ = ), on peut donc énoncer le résultt suivnt. Proposition 3.7 (Solution générle de (E)). L éqution y + by + cy = d(x) dmet des solutions sur R. Plus précisément, si y est l une de ces solutions, et si (h, h 2 ) est une bse de solutions de (H) sur R, lors l solution générle de (E) sur R s écrit y = y + λh + µh 2, où (λ, µ) bbr 2. Autrement dit, l solution générle de (E) sur R s obtient en joutnt à une solution prticulière de (E) l solution générle de (H) sur R. Proposition 3.8 (Problème de Cuchy). Soit x un réel, et (y, m) un élément quelconque de K 2. Il existe une unique solution de (E) stisfisnt ux conditions initiles { y(x ) = y y (x ) = m. Trouver cette solution, c est résoudre le problème de Cuchy reltif à ces conditions initiles.

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math Espces métriques, espces vectoriels normés Tewfik Sri L2 Mth Avertissement : ces notes sont l rédction, progressive et provisoire, d un résumé du cours d espces métriques de d espces vectoriels normés

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

Table des matières. Avant propos

Table des matières. Avant propos Tble des mtières Avnt propos ii 1 Intégrle de Riemnn 1 1.1 Intégrle des fonctions en esclier............ 2 1.2 Fonctions intégrbles u sens de Riemnn........ 6 1.3 Propriétés générles de l intégrle de Riemnn......

Plus en détail

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires L-MATH II-(25-26). Résumé sur les Intégrles Impropres & eercices supplémentires Une fonction définie sur un intervlle I est dite loclement intégrble sur I si f est Riemnnintégrble sur tout intervlle [,

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo Feuille de TD 6. Théorie de l mesure et intégrtion. J.C. Prdo Exercices. Exo. 72 Soit f une fonction sur. On considère muni de l tribu B des boréliens et d une mesure λ sur B. On suppose que f est λ-loclement

Plus en détail

COMPARAISON DE FONCTIONS

COMPARAISON DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot COMPARAISON DE FONCTIONS 1 Notion de voisinge Définition 1.1 Voisinge Soit R = R {± }. On ppelle voisinge de une prtie de R contennt un intervlle de l forme :

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen Cours de DEUG Méthodes mthémtiques pour les sciences de l vie I Avner Br-Hen Université Aix-Mrseille III 3 Tble des mtières Tble des mtières i Fonctions, limites, continuité Fonction, représenttion grphique......................

Plus en détail

Séries, intégrales et probabilités

Séries, intégrales et probabilités Séries, intégrles et probbilités Thierry MEYRE Préprtion à l grégtion interne. Année 2014-2015. Université Pris Diderot. IREM. http://www.prob.jussieu.fr/pgeperso/meyre 2 BIBLIOGRAPHIE. Les ouvrges de

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER 4. Fonctions loclement intégrbles Soit I un intervlle de R et soit f : R R une ppliction. Définition 4.. On dit que f est loclement intégrble sur I si f est intégrble

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange THÉORIE DE LA MESURE Notes de cours de B.Demnge Cours donné en 212-213 2 INTRODUCTION Ce cours pour but de donner une bonne définition de l intégrle de fonctions d une ou plusieurs vribles réelles, qui

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli Chpitre 6 : Fonctions ffines -8-01-1- Seconde 7, 010-011, Y. Angeli 1. Éqution réduite d une droite Théorème. Dns un repère, soient A(x A ;y A ) et B(x B ;y B ) tels que x A x B. Alors l droite (AB) est

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels Chpitre I Introduction ux problèmes vritionnels I.1. Introduction. Le clcul des vritions concerne l recherche d extrems (minimums ou mximums), et peut être considéré comme une brnche de l optimistion.

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes Chpitre 1 Dénombrer et sommer Compter des objets et fire des dditions, voilà bien les deux ctivités les plus élémentires à l bse des mthémtiques. Et pourtnt à y regrder de plus près, ce n est ps si fcile.

Plus en détail

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord Mster Info - 2014-2015 MIF15 Complexité et Clculbilité Exmen Finl Corrigé rédigé pr Pul Brunet et Lure Gonnord Durée 1H30 Notes de cours et de TD utorisées. Livres et ppreils électroniques interdits. Le

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Enoncés 1 Topologie Ouverts et fermés Exercice 6 [ 118 ] [correction] On muni le R-espce vectoriel des suites réelles bornées de l norme u = sup u n

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2 MINISTERE DE L 'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FACULTE DES SCIENCES. DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES OSMANOV Hmid KHELIFATI Sddek BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE PARTIE : INTEGRATION. INTEGRALE INDEFINIE

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines Fonctions : vritions et extremums. Fonctions ffines Clsse de seconde I. Sens de vrition d'une fonction... 1) Fonctions croissntes... ) Fonctions décroissntes... II. Tbleu de vritions...3 III. Mximum, minimum...3

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé

Résumé du cours d analyse de Sup et Spé Résumé du cours d nlyse de Sup et Spé 1 Topologie 1.1 Normes, normes équivlentes Une norme sur le K-espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x) 0 (positivité) x E, (N(x) = 0 x

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

Mathématiques du signal déterministe

Mathématiques du signal déterministe Conservtoire Ntionl des Arts et Métiers MAA17 Mthémtiques du signl déterministe Nelly POINT 11 octobre 211 Tble des mtières 1 Intégrtion 3 1.1 Méthodes d intégrtion : rppels........................ 3

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Eo7 Clcls de primitives et d intégrles Eercices de Jen-Lois Roget. Retrover ssi cette fiche sr www.mths-frnce.fr * très fcile ** fcile *** difficlté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontornle

Plus en détail

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers

Chapitre 5. Intégration. 5.1 Intégration des fonctions en escaliers Chpitre 5 Intégrtion Nous llons construire l intégrle pr un procédé de pssge à l limite. D bord on définit l intégrle des fonctions en escliers, ensuite on psse à l limite pour intégrer des fonctions plus

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Cours de remise à niveau Maths 2ème année. Intégrales simples

Cours de remise à niveau Maths 2ème année. Intégrales simples Cours de remise à niveu Mths 2ème nnée Intégrles simples C. Mugis-Rbusseu GMM Bureu 116 cthy.mugis@ins-toulouse.fr C. Mugis-Rbusseu (INSA) 1 / 47 Pln 1 Définitions 2 Propriétés des fonctions intégrbles

Plus en détail

Chapitre 13 : intégration sur un intervalle quelconque : théorie

Chapitre 13 : intégration sur un intervalle quelconque : théorie Mth Spé MP Chpitre 13 : intégrtion sur un intervlle quelconque : théorie 19/1/2012 1 Cs des onctions à vleurs dns R + Déinition : onction continue pr morceux sur un intervlle : Une onction : K où (K =

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction Prép. Agrég. écrit d Anlyse, Annexe n o 6. Méthode de Lplce dns R d Fonctions définies pr une intégrle On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que l fonction F(t = g(x

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Modèles mthémtiques en informtique musicle Mrc Chemillier Mster M2 Atim (Ircm), 2011-2012 Notions théoriques sur les lngges formels - Définitions générles o Mots, lngges o Monoïdes - Notion d utomte

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mathématiques 2 première partie : Analyse 2 DEUG MIAS 1 e année, 2 e semestre. Maximilian F. Hasler Département Scientifique Interfacultaire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fax : 0596 72 73

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

( 0 0 1 0 0 0 0 0 0. et A est semblable à T ; de même B est semblable. n. x

( 0 0 1 0 0 0 0 0 0. et A est semblable à T ; de même B est semblable. n. x Préprtion à l orl Mines-Ponts - MP I) Soit f de clsse C sur [, + [, à vleurs dns R, vérifint f() = et f (t) = (f(t)) + t Montrer que f dmet une limite l + π en + 4 II) Soient A et B non nulles dns M 3

Plus en détail

Analyse 1 L1-mathématiques

Analyse 1 L1-mathématiques Anlyse L-mthémtiques Renud Leplideur Année 3-4 UBO Tble des mtières Inéglités et clculs 3. Nombres..................................... 3.. Les ensembles N, Z, Q et R...................... 3.. Les intervlles

Plus en détail

Cours de Terminale S /Intégration. E. Dostal

Cours de Terminale S /Intégration. E. Dostal Cours de Terminle S /Intégrtion E. Dostl Février 26 Tble des mtières 9 Intégrtion 2 9. Intégrles............................................. 2 9.. Aire sous une courbe...................................

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mthémtiques 2 première prtie : Anlyse 2 DEUG MIAS 1 e nnée, 2 e semestre. Mximilin F. Hsler Déprtement Scientifique Interfcultire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fx : 0596 72 73 62 e-mil :

Plus en détail

CALCUL INTEGRAL. Ph DEPRESLE. 29 juin Intégrale d une fonction continue et positive sur un segment 2

CALCUL INTEGRAL. Ph DEPRESLE. 29 juin Intégrale d une fonction continue et positive sur un segment 2 CALCUL INTEGRAL Ph DEPRESLE 9 juin 5 Tble des mtières Intégrle d une fonction continue et positive sur un segment Primitives d une fonction sur un intervlle. Primitives, définition...................................

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Calcul intégral. Mathématique. Sylvie Jancart. Octobre 2015

Calcul intégral. Mathématique. Sylvie Jancart. Octobre 2015 Mthémtique Sylvie Jncrt sylvie.jncrt@ulg.c.be Octobre 2015 Introduction L notion d intégrle répond à deux problèmes de nture différente: l une lgébrique, l utre géométrique. Une fonction étnt donnée, existe-t-il

Plus en détail

Coniques. Plan du chapitre

Coniques. Plan du chapitre Coniques Pln du chpitre Introduction.......pge Les coniques pr foyer, directrice et excentricité......pge. Définition.... pge. Intersection d une conique vec son xe focl.... pge 3 L prbole (e = ).... pge

Plus en détail

Fiche de cours 5 - Calcul intégral.

Fiche de cours 5 - Calcul intégral. Licence de Sciences et Technologies EM - Anlyse Primitives et intégrles Fiche de cours 5 - Clcul intégrl. Définition : soit deu fonctions f, F, définies sur un intervlle I non réduit à un point. L fonction

Plus en détail

Automates et langages: quelques algorithmes

Automates et langages: quelques algorithmes Automtes et lngges: quelques lgorithmes Eugene Asrin Sddek Benslem Avertissement Dns l étt ctuel ce document est rchi-sec et peut servir seulement d un ide-mémoire. Pour comprendre les lgorithmes ci-dessous

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence de Mathématiques, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence de Mthémtiques, première nnée Lurent Michel Automne 2011 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2013-2014. TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé

Intégration et probabilités ENS Paris, 2013-2014. TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé Intégration et probabilités NS Paris, 23-24 TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé xercices à préparer du TD 4 xercice. (Partiel 27 Soit (,,µ un espace mesuré et f : + une fonction mesurable.. On suppose

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

Intégration sur un intervalle quelconque MP

Intégration sur un intervalle quelconque MP ntégrtion sur un intervlle quelconque MP 9 décembre 22 Dns ce chpitre, on définit l notion de fonction continue pr morceu et intégrble sur un intervlle quelconque. Cel nous permettr de donner un sens à

Plus en détail

PRIMITIVES ET INTÉGRALES

PRIMITIVES ET INTÉGRALES Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot PRIMITIVES ET INTÉGRALES Les fonctions de ce chpitre sont des fonctions d une vrible réelle à vleurs réelles ou complexes. Primitives. Définition Définition. Primitive

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Equations différentielles Mathématiques Martine Arrrou-Vignod FORMAV 2009 I Equations différentielles linéaires à coefficients constants du premier ordre 3 I.1 Vocabulaire Définitions......................

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE Jen-Mrie De Conto Université Joseph Fourier IUT Déprtement Mesures Phsiques Me contcter: sns hésiter À l IUT Au lbortoire: Lbortoire de Phsique Subtomique et de Cosmologie

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Chapitre 6. Calcul intégral. OJ = j. Aire(rectangle OIKJ)= 1 u.a. 1 u.a. D = {M(x ; y) P tels que a x b et 0 y f(x)}

Chapitre 6. Calcul intégral. OJ = j. Aire(rectangle OIKJ)= 1 u.a. 1 u.a. D = {M(x ; y) P tels que a x b et 0 y f(x)} Chpitre 6 Clcul intégrl Intégrle et ire. Intégrle d une fonction continue positive sur un intervlle [ ; ] Définition : L unité d ire Soit P un pln muni d un repère orthogonl (O ; ı, j ). Soient I, J, et

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

FICHES DE MATHÉMATIQUES

FICHES DE MATHÉMATIQUES FICHES DE MATHÉMATIQUES Clsse de PT Pr Mxime CHUPIN Ces fiches sont issues des cours de Jen-Michel SARLAT et de Christin RIEFFEL, professeurs de mthémtiques u lycée LOUIS-ARMAND de Poitiers. 1 Tble des

Plus en détail

3 Produit vectoriel. 3.1 Construction. Définition géométrique du produit vectoriel de deux vecteurs. Liens hypertextes

3 Produit vectoriel. 3.1 Construction. Définition géométrique du produit vectoriel de deux vecteurs. Liens hypertextes ProduitVectoriel-Determinnt.n 15 3-ème nnée, mthémtiques niveu vncé 3 Produit vectoriel Edition 2004-2005 Liens hypertextes Produit sclire 3D: http://www.deleze.nme/mrcel/sec2/cours/geom3d/produitsclire3d.pdf

Plus en détail

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications.

LEÇON N 67 : Formules de Taylor. Applications. LEÇON N 67 : Formules de Tylor. Applictions. Pré-requis : Théorème de Rolle, théorème des Accroissements Finis ; Intégrtion pr prties ; Nottions de Lndu. 67. Résultts globux 67.. Formule de Tylor-Lgrnge

Plus en détail