OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS"

Transcription

1 OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS 8 novembre

2 HISTORIQUE 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 2

3 LES MESURES ENGAGEES DEPUIS 2008 Développement du milieu ouvert avec la création de mesures à l UDAF mesures à PRISM mesures internalisées (en cours) La réorganisation du service de PMI (fin 2008) La réorganisation de l ASE (en cours) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 3

4 LES PREMIERS RESULTATS Une baisse des prises en charge des enfants de 0 à 6 ans entre 2009 et fin Une baisse importante du taux de placement à l issue des AEMO (de 50% en 2010 à 19% en 2011) Un nombre important de fin de prise en charge ASE suite à des mesures d AED (plus de 80%) Une baisse des placements (hors accueil des mineurs isolés, phénomène récent et peut être conjoncturel) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 4

5 POURQUOI CETTE ETUDE? Lors de la précédente étude présentée en août 2011, il apparaissait que notre dispositif d accueil : - Était très déséquilibré au regard de la moyenne nationale (places en familles d accueil/places en établissements) - Qu il générait de manière mécanique une hausse des placements, compte tenu de la durée de ces placements. Il est donc nécessaire aujourd hui d adapter notre dispositif d accueil en établissements en tenant compte des besoins des enfants. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 5

6 POURQUOI CETTE ETUDE? Le projet présenté a pour objectif : La construction d un meilleur dispositif de prise en charge des enfants confiés La maîtrise des coûts de la protection de l enfance 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 6

7 LES CARACTERISTIQUES DES ENFANTS CONFIES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 7

8 AGE ET EVOLUTION Une population qui s oriente majoritairement vers les adolescents

9 AGE DES ENFANTS PLACES Evolution Evolution de l'âges des enfants placés entre 2009 et % 40% 35% 30% 25% 20% 15% % 5% 0% 0 à 3 ans 4 à 6 ans 7 à 12 ans 13 à 17 ans 18 ans et plus 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 9

10 AGE DES ENFANTS PLACES CONSTATS 44% des enfants placés ont plus de 15 ans et 57% plus de 13 ans. Les adolescents de 13 à 17 ans inclus représentent 39% des enfants placés Dans les établissements, ce pourcentage s élève à 43%. Les jeunes majeurs représentent 18% des placements. Ce chiffre atteint 35% dans les établissements. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 10

11 AGE DES ENFANTS PLACES DEBUT 2012 Age des enfants placés en janvier de 18 ans 11% 0à 3 ans 4% 4 à 6 ans 8% 7 à 10 ans 19% 15 à 18 ans 34% 11 à 14 ans 24% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 11

12 AGE DES ENFANTS PLACES EN ETABLISSEMENT Age des enfants placés en établissement en janvie r à 3 ans 3% + d e 18 ans 19 % 4 à 6 ans 3% 7 à 10 ans 9% 11 à 14 ans 17% 15 à 18 ans 49% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 12

13 AGE DES ENFANTS PLACES EN FAMILLE D ACCUEIL Age des enfants placés en FA en janvier de 18 ans 7% 0à 3 ans 4% 4 à 6 ans 11% 15 à 18 ans 27% 7 à 10 ans 23% 11 à 14 ans 28% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 13

14 AGE DES ENFANTS PLACES Evolution On constate que la tranche d âge 13 à 17 ans voit sa proportion augmenter de 6% entre 2009 et Les autres tranches d âges sont en diminution, sauf les 7-12 ans qui sont au même niveau qu en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 14

15 AGE DES ENFANTS Les admissions récentes Sur les 3 premiers mois de l année 2012, 79 enfants ont été admis au service de l aide sociale à l enfance dans les tranches d âge suivantes : 0 à 6 ans : 20% (29% au 30/09/12) 7 à 12 ans : 18% (17% au 30/09/12) 13 à 17 ans : 53% (49% au 30/09/12) 18 ans et plus : 9% (5% au 30/09/12) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 15

16 LES MINEURS ISOLES Un phénomène récent et peut être conjoncturel

17 LES MINEURS ISOLES Un phénomène récent 2008 : 13 accueils 2009 : 14 accueils 2010 : 21 accueils dont 9 en décembre 2011 : 33 accueils 2012 : au 30 septembre : 57 accueils (71 au prorata sur l année) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 17

18 LES MINEURS ISOLES Et peut être conjoncturel Nombre de mineurs isolés accueillis en Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Aout sept 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 18

19 LES ENFANTS PLACES EN ETABLISSEMENTS SPECIALISES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 19

20 ORIENTATIONS EN ETABLISSEMENT SPECIALISE (DECISION MDPH) au 30 mars enfants, soit 14% des enfants de l ASE bénéficient d une orientation en établissements spécialisés dont 13 en attente de placement dans ces structures. Ils sont majoritairement placés en familles d accueil pour 92% d entre eux. (8% seulement sont en établissement) Ils sont majoritairement orientés en IME (70%) pour 20% en ITEP et 10% dans d autres types de structure. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 20

21 ORIENTATIONS EN ETABLISSEMENT SPECIALISE (DECISION MDPH) au 30 mars 2012 En placement familial 120 enfants confiés à l ASE et en placement familial bénéficient d une orientation par la MDPH en établissement spécialisé, soit 18%. 13 en attente de place MDPH. La majorité est orientée en IME (73%), 16% en ITEP 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 21

22 ORIENTATIONS EN ETABLISSEMENT SPECIALISE (DECISION MDPH) au 30 mars 2012 En Etablissements 10 enfants placés en établissements de l enfance ont une orientation MDPH vers une structure spécialisée soit 4,03%.(niveau national 4.20%) 7 en ITEP, 2 en IME et un dans un autre type de structure. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 22

23 LES ENFANTS PRESENTANT DES DIFFICULTES DE PRISE EN CHARGE DANS LE DISPOSITIF EXISTANT 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 23

24 ENFANTS POSANT DES DIFFICULTES AIGUES DE PRISE EN CHARGE Certains enfants, majoritairement adolescents, posent des problèmes de prise en charge aigus tant en famille d accueil qu en établissement. Il s agit d enfants en conflit dans leur milieu familial et présentant le profil suivant : - Intolérants à la frustration - Agressifs vis-à-vis de leurs parents - Parfois violents à l encontre de leurs pairs et/ou des adultes - Certains, mais non de manière systématique, peuvent présenter des troubles psychologiques et/ou des addictions. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 24

25 ENFANTS POSANT DES DIFFICULTES AIGUES DE PRISE EN CHARGE Une étude a été menée sur les admissions d enfants de 13 à 17 ans du 1 janvier 2011 au 30 mars On compte 159 enfants admis dans la tranche d âge dont 51 mineurs isolés. 44, soit 28% d entre eux présentent le profil défini précédemment. Les solutions d accueil existantes (placement exclusivement) sont globalement inadaptées et aboutissent souvent à des échecs successifs. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 25

26 ENFANTS A DIFFICULTES MULTIPLES dits «incasables» Sont regroupés sous ce vocable les enfants présentant : - Des comportements qui mettent en échec de manière systématique les solutions de prise en charge (hébergement, famille, scolarité, apprentissage, suivi psychologique etc ) - Des difficultés qui ne leur permettent pas d élaborer des projets construits et de les mettre en œuvre - Pour certains des problèmes psychologiques. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 26

27 ENFANTS A DIFFICULTES MULTIPLES Beaucoup de ces enfants se retrouvent dans la catégorie des adolescents présentant de l agressivité et des violences mais leurs difficultés sont souvent exacerbées par des troubles psychologiques. Leurs difficultés sont telles qu ils bénéficient de prises en charge éclatées entre plusieurs types d accueil (ITEP/MECS/FA/Pédopsychiatrie/parents). Sur le département on en dénombre un peu plus d une vingtaine. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 27

28 LES MERES AVEC ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 28

29 LES MERES AVEC ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Une étude sur l année 2010 a permis de dénombrer 117 situations de mères avec enfants dont 48 d entre elles nécessitant un hébergement. Une capacité d accueils diversifiés de 27 places permettrait de répondre à ce besoin. Ces besoins sont constants tout au long de l année et se concentrent principalement sur Poitiers, Châtellerault et leur agglomération. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 29

30 LES MERES AVEC ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Un dispositif est actuellement en construction Un appel à projet a été lancé le 3 juillet 2012 pour la création de 9 places d accueil La commission d appel a projet aura lieu le 22 octobre 2012 Une autorisation est envisageable au 1 novembre novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 30

31 LE DISPOSITIF ET SA STRUCTURATION Un dispositif qui a une vingtaine d année et qui a besoin d être reconfiguré 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 31

32 LE CHOIX DE CONCENTRER L ACCUEIL SUR LE PLACEMENT FAMILIAL 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 32

33 STRUCTURATION DU DISPOSITIF Dispositif d'accueil physique 27% 66% 7% Places en éts Places en LVA Nb d'enfants en FA 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 33

34 STRUCTURATION DU DISPOSITIF ACCUEILS EN ETABLISSEMENTS Type de place Places en accueil de jour 15% Places en urgence (hors PF) 16% Places en internat 41% Places en autonomie ou semi autonomie 28% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 34

35 STRUCTURATION DU DISPOSITIF ACCUEILS EN LIEUX DE VIE ET D ACCUEIL Occupation des 70 places de LVA 51% 49% Enfants du 86 Enfants hors 86 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 35

36 Evolution du placement familial 700 Evolution du placement familial Nb moyen de familles d'accueil Nb moyen d'enfants novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance

37 Influence du type de placement sur le nombre d enfants suivis Ecart : 131 places Niveau national Vienne Vienne (situation actuelle) sur 867 places sur 867 places sur 998 places Placement familial (54%) Placement familial (66%) Placement familial (66%) 468 enfants pris en charge 572 enfants pris en charge 659 enfants pris en charge Etablissements (46%) Etablissements (34%) Etablissements (34%) cycle de 4 ans cycle de 4 ans cycle de 4 ans Total prises en charge Total prises en charge Total prises en charge Ecart : 211 prises en charge 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 37

38 CE CHOIX MONTRE SES LIMITES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 38

39 COMPTE TENU DE L AGE DES ASSISTANTS FAMILIAUX Fin septembre 2012 on compte 656 enfants placés en famille d accueil. Soit 65% des accueils. 63% des familles d accueil de la Vienne ont plus de 50 ans. (dont 15% de plus de 60 ans) Environ une centaine d enfants sont placés dans des FA ayant plus de 60 ans. Un renouvellement difficile de ces places avec des difficultés de recrutement. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 39

40 COMPTE TENU DES AGES DES ENFANTS Les enfants confiés à l ASE se situent majoritairement dans la tranche d âge 13/17 ans. Ils représentent 39% des enfants placés aujourd hui. Cette tranche d âge est la seule à progresser entre 2009 et 2012 (+6%) Sur les 3 premiers mois de 2012, les admissions des 13/17 ans représentent 53% des admissions. (49% au 30/09/12) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 40

41 L INADEQUATION DES STRUCTURES EXISTANTES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 41

42 L INADEQUATION DES STRUCTURES LES CONSTATS Un département qui dispose d un nombre de places en établissements faible au regard de l équipement national. Cependant : - Un taux d occupation des Maisons d enfant à caractère social (MECS) faible (hors Salvert) - La moitiés des places en Lieux de vie et d accueil occupées par d autres départements - Un nombre croissant des dépenses pour les enfants orientés hors département Un dispositif d accueil en MECS qui répond mal aux besoins. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 42

43 LES PLACES EN MAISONS D ENFANTS A CARACTERE SOCIAL (hors CEFORD) Internat (sans autonomie): 111 places dont 70 à Salvert Semi autonomie : 25 places Autonomie : 51 places Total : 187 places Semi autonomie et autonomie : 41% des places. 35% des places d accueil en MECS sont occupées par des majeurs : soit 3 fois plus qu au niveau national. (Au niveau national les placements de jeunes majeurs en MECS représentent 11.5% seulement des accueils.) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 43

44 LES PLACES EN MAISONS D ENFANTS A CARACTERE SOCIAL (hors CEFORD) Les FEM et l IDEF disposent de l ensemble des places en autonomie ou semi autonomie qui représentent 41% des places de MECS du département. Ces places correspondent à 65% de la capacité totale de chacune de ces structures. ( ne restent que 35% des places de ces deux MECS pour les accueils en internat sans autonomie) Salvert offre 63% des places en internat sur l ensemble du dispositif sans restrictions relatives à l âge, avec un coût à la place très faible et des locaux inadaptés. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 44

45 LES PLACES EN LIEUX DE VIE ET D ACCUEIL Le Département de la Vienne dispose de 70 places en lieux de vie et d accueil situés principalement dans le sud du département. Sur ces 70 places la moitié seulement est occupée par des enfants de la Vienne. A court terme le Département risque de perdre plusieurs places en lieu de vie pour cause de fermetures dues à des départs en retraite, des déménagements 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 45

46 L ACCUEIL DES MINEURS ISOLES IDEF SAO : 6 places IDEF APMN : 6 places Ces places ne permettent pas l accueil d urgence Le passage obligé par le SAO bloque les places d accueil d urgence pour les autres types de public (on a pu compter 7 mineurs isolés au «SAO ado» sur 10 places) La location de chambres d hôtel ne peut pas être considérée comme une solution satisfaisante pour des mineurs. A l autre bout de la chaine, les obstacles à l obtention des papiers nuisent à la sortie de ces jeunes du dispositif. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 46

47 LES TAUX D OCCUPATION DES ETABLISSEMENTS EN 2011 Calculés au regard du nombre de journées théoriques Accueil d urgence : un TO fort qui progresse entre 2010 et 2011 (82% pour le SAO et 95% pour la PE) MECS (hors APMN) : un TO faible pour les FEM et l IDEF et qui diminue de manière importante entre 2010 et 2011 (FEM : 76%, IDEF : 78%). En 2012, légère augmentation : FEM : 84%, IDEF : 79%. Le CEFORD (69%): le seul établissement offrant de l accueil de jour est en sous occupation importante depuis la rentrée de septembre Salvert augmente son TO entre 2010 et 2011 (de 71% à 89% idem 2012) Au niveau national, le TO de l accueil d urgence est plus faible que celui des MECS (89% pour l accueil d urgence pour 92% dans les MECS), soit l inverse de ce que l on constate dans la Vienne. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 47

48 ENFANTS PLACES HORS DEPARTEMENT Au 30 avril 2012, on compte 22 enfants placés dans des structures hors département : - 10 sur le T1-8 sur le T2-4 sur le T3 Les dépenses consacrées aux placements hors département ont doublé sur le premier trimestre de 2012 au regard de la même période en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 48

49 ENFANTS PLACES HORS DEPARTEMENT Sur 18 dossiers étudiés les raisons de ces placements extérieurs sont les suivantes : - Echecs ou refus d établissements 86 : 6 - Eloignement nécessaire : 2 - Scolarité intégrée : 7 - Besoin d un placement de type village d enfants : 3 La majorité de ces placements est due l absence de réponse du dispositif de la Vienne, le facteur éloignement est marginal (2 cas seulement). 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 49

50 UN DISPOSITIF D ACCUEIL D URGENCE QUI FONCTIONNE BIEN ET QUI S AMELIORE AU FIL DES ANS 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 50

51 DESCRIPTION DU DISPOSITIF D ACCUEIL D URGENCE places en accueil d'urgence et observation Le dispositif d accueil d urgence et observation: 38 places, plus 6 places pour les MI, non accessibles en urgence. plus 20 à 25 places en FA pour tous les âges. 14 à 18 ans dont 6 MI 35% 0 à 12 mois 14% 12 à 36 mois 14% 36 mois à 6 ans 14% 6 à 14 ans 23% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 51

52 ACCUEIL D URGENCE Activité du service petite enfance 28 entrées, 32 sorties en 2011 (22 entrées et 22 sorties en 2010) Durée moyenne de séjour : 4.7 mois en 2011 (5.12 en 2010) Tranche d âge majoritaire 0 à 1 an Taux de restitution de l enfant à sa famille en 2010 : 51%, en 2011 : 64% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 52

53 ACCUEIL D URGENCE Activité du service petite enfance Un accueil diversifié accueil de jour, AEMO. : PAD, accueil séquentiel, Un travail avec les familles soutenu avec un suivi personnalisé important même en dehors de la structure (jusqu à 3 visites par semaine pendant les premiers mois d un retour à domicile.) Un taux d occupation très élevé 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 53

54 ACCUEIL D URGENCE Activité SAO hors placement familial 38 entrées chez les moyens, 44 entrées chez les ados en 2011 DMS : 84 jours chez les moyens et 86 jours chez les ados en 2011 en baisse au regard de Moyenne d âge des ados à l entrée : 16 ans. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 54

55 ACCUEIL D URGENCE Activité SAO hors PF Accueils en urgence : 66% chez les moyens et 82% chez les ados. (forte augmentation pour les moyens entre 2010 et 2011 : de 43% à 66%) 1/3 des enfants accueillis en urgence étaient déjà suivis avant leur entrée au SAO. Sur le groupe des moyens, 30% des enfants sortis sont orientés en famille d accueil pour seulement 18% en MECS. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 55

56 UNE REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES PLACES D ACCUEIL QUI REVELE DES ZONES BLANCHES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 56

57 Places en familles d accueil en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 57

58 Age moyen des assistants familiaux 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 58

59 Carte des établissements et des Lieux de vie et d accueil 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 59

60 PROPOSITION DE REORIENTATION DU DISPOSITIF 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 60

61 LES IMPACTS BUDGETAIRES Un montant des dépenses consacrées à l ASE inférieur au niveau national: par habitant pour la France en par habitant pour la Vienne en 2011 Evaluation des coûts intégrés dès les orientations budgétaires pour 2013 : pour réaliser les nouveaux projets avec la baisse du placement familial Restent à financer pour 2013 : Sachant qu une nouvelle diminution du PF est attendue en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 61

62 LES IMPACTS BUDGETAIRES Evolution du placement en famille d accueil Evolution du nombre moyen d'enfants en placement familial novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 62

63 RESTRUCTURER LE DISPOSITIF 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 63

64 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Ce travail est à mener en lien avec les établissements et services présents sur le territoire et repose sur leur capacité d adaptation et d innovation. Il ne portera ses fruits qu à moyen terme Il pourra se mener pour un faible coût, la grande majorité des opérations pouvant se réaliser à moyens constants par redéploiements. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 64

65 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Travailler à une adaptation du dispositif d accueil existant en direction : - des enfants de 13 à 17 ans en internat - des adolescents présentant des difficultés aiguës de prise en charge - des enfants présentant des difficultés multiples - des enfants nécessitant une scolarité intégrée 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 65

66 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Revoir l utilisation des places pour majeurs et mineurs autonomes : - Faciliter la sortie des mineurs isolés vers les FJT ou logements autonomes - Privilégier les accueils mère/enfant sur les places créées à cet effet Ramener la capacité des structures concernées à hauteur des besoins 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 66

67 MIEUX UTILISER LE DISPOSITIF LIEUX DE VIE ET D ACCUEIL Envisager une meilleure utilisation des places de LVA au profit du Département de la Vienne notamment en renforçant les contacts entre les responsables de ces structures et le service de l ASE. Cette action est déjà amorcée avec la création à l ASE d un poste de référent pour ces structures. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 67

68 DEVELOPPEMENTS NOUVEAUX 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 68

69 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Rééquilibrer le nombre de places d accueil en établissement en compensant la baisse des places offertes en famille d accueil Garder le potentiel de 70 places d accueil en LVA en compensant les fermetures à venir. Compléter le dispositif de prévention par l instauration de mesures d AEMO renforcées Poursuivre la création des places d accueil mère/enfant à concurrence de 27 places 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 69

70 LES PROJETS Offrir des places d accueil pour des parents avec enfants de moins de trois ans : - un premier appel à projet en 2012 pour la création de 9 places, effectives dans le courant de l année Proposition de places pour 2014 et 2015 à concurrence de 15 places, à l issue des 2 années. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 70

71 LES PROJETS Rééquilibrer le nombre de places en établissements en direction des adolescents : - Proposition de création de 10 places à Salvert en internat à destination des jeunes de 13 à 17 ans (sans appel à projet) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 71

72 LES PROJETS Compléter le dispositif de prévention par la création de mesures d AEMO renforcée pour permettre un meilleur soutien aux parents et éviter des placements peu justifiés - Proposition de création de 20 mesures d AEMO renforcée sur 2 ans 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 72

73 LES PROJETS Pour faciliter la sortie des jeunes majeurs sur Châtellerault, la création d un FJT pourrait être une piste de réflexion en lien avec le futur schéma de l habitat social. Pour rééquilibrer géographiquement les places d accueil (faibles tant en PF qu en établissement) des créations dans les années à venir (2014/2015) seront proposées sur les zones déficitaires. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 73

74 LES PROJETS Issus des groupes de travail du schéma Pour répondre en partie aux besoins des adolescents présentant des difficultés aigües de prise en charge et après étude des profils des enfants il peut être proposé la création d un dispositif d accompagnement à domicile intensif : - Avec un travail de thérapie familiale et un accompagnement éducatif très régulier (une fois par semaine au minimum et plus pendant les périodes difficiles) - Avec la possibilité d un hébergement ponctuel pendant les périodes de crises aigues. (3 places?) - Avec un lieu d accueil souple, de jour (et de nuit?) qui pourrait devenir un lieu ressource pour ces jeunes en temps de crise ou de fragilité de leur milieu familial. (lien avec la prévention spécialisée). 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 74

75 LES PROJETS Issus des groupes de travail du schéma Sur la pratique du placement à domicile Il a été proposé la création d une équipe spécialisée chargée d exercer les mesures de placement à domicile. Cette équipe serait adossée à un établissement porteur de ce projet et qui pourrait mettre à disposition une place d accueil physique en cas de besoin Les autres établissements ne pratiqueraient plus ce type de placement. Ceci représenterait un nombre de suivis faible (environ 10) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 75

76 SYNTHESE DES PROJETS places de MECS 9 places d accueil mère enfant 10 mesures AEMO renforcée 10 mesures d AEMO renforcée Organisation du placement à domicile Places d'accueil avec scolarité intégrée Poursuite de l accueil mère/enfant pour 7 ou 8 places AEMO renforcée avec hébergement Places d hébergement (compensation de la diminution du nombre de familles d accueil) Poursuite de l accueil mère/enfant pour 7 ou 8 places 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 76

77 SYNTHESE DES PROJETS Tous ces projets ne nécessitent pas la création de poste ni de moyens humains supplémentaires. Certaines de ces opérations peuvent se réaliser à moyens constants par redéploiements. De plus, si la baisse du placement se confirme (-14 enfants placés en FA entre janvier et juillet 2012) les sommes nécessaires à ces projets pourront être en partie dégagés sur cette enveloppe financière. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 77

78 SYNTHESE DES PROJETS LE COÛT Total en N+4 Dépenses supplémentaires Gains attendus Ecart Dépenses/gains attendus Cet écart positif entre les dépenses et les gains attendus est compensé par des durées de placement plus courtes en établissement qu en famille d accueil. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 78

79 LES POINTS RESTANT A APPROFONDIR 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 79

80 LES FUTURS CHAMPS D ETUDE La prise en charge des jeunes majeurs : leur devenir à la sortie du dispositif et les liens possibles avec l insertion Les besoins en scolarité intégrée L accueil de jour L organisation du suivi des mères avec enfants de moins de trois ans (coordination) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 80

81 Etude des parcours des enfants Une étude élaborée à partir des dossiers des enfants, menée en complément de cette étude de besoins, permet de visualiser les parcours des enfants sortis du dispositif entre le 1 janvier 2011 et le 31 octobre novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 81

82 MERCI DE VOTRE ATTENTION 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 82

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon»

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon» Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Observatoire Régional de la Santé du Languedoc Roussillon 135 Allée Sacha Guitry - ZAC Tournezy

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL Directeur: Chef de Service Éducatif Assistante de Direction Accueil - Secrétariat

Plus en détail

ACCUEIL EN CENTRE DE LOISIRS ENFANT PORTEUR DE HANDICAP

ACCUEIL EN CENTRE DE LOISIRS ENFANT PORTEUR DE HANDICAP ASSOCIATION DES CENTRES DE LOISIRS 11 avenue Jean Perrot - 38100 GRENOBLE Tél. : 04 76 87 76 41 - Fax : 04 76 47 52 92 E-mail : secretariat@acl-grenoble.org Site Internet : http://www.acl-grenoble.org

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Dép. 54 Accueil de jour Educatif et Scolaire (A.J.E.S.)

Dép. 54 Accueil de jour Educatif et Scolaire (A.J.E.S.) Dép. 54 Accueil de jour Educatif et Scolaire (A.J.E.S.) PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L accueil de Jour Educatif et Scolaire -A.J.E.S.- est implanté dans la commune

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création et administration de SIG de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON Pourquoi une structure innovante pour jeunes adultes autistes dits «évolués»? L association Sésame-Autisme Rhône-Alpes souhaite offrir aux

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Observatoire de l e-assurance. E-assurance: synthèse du bilan 2009. 02 Juin 2010

Observatoire de l e-assurance. E-assurance: synthèse du bilan 2009. 02 Juin 2010 E-assurance: synthèse du bilan 2009 02 Juin 2010 1 Agenda Synthèse des résultats Le Bilan 2009 2 Résumé L assurance sur Internet continue sa montée en puissance en 2009, avec un trafic en hausse de 23%

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Référenceur et rédacteur web de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE CP 13/09/13 REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE VU le Code Général des Collectivités Territoriales, VU la délibération

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Dossier de candidature B.A.F.A CITOYEN 2015

Dossier de candidature B.A.F.A CITOYEN 2015 Dossier de candidature B.A.F.A CITOYEN 2015. Pièces à joindre : Dossier dûment rempli Justificatif de domicile prouvant la domiciliation sur territoire Roussillonnais depuis plus de 3 mois Un Curriculum

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entreprises et cabinets d affaires : assistance juridique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

De l insertion au logement : le dispositif Pass Accompagnement

De l insertion au logement : le dispositif Pass Accompagnement Strasbourg, le 24 mai 2012 De l insertion au logement : le dispositif Pass Accompagnement Une matinée d informations et de témoignages de jeunes bénéficiaires du Pass Accompagnement a lieu ce jeudi 24

Plus en détail

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive La perception des salariés sur l épargne salariale Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention

Plus en détail

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP ac Parcours Sanitaire et social alidation des personnes ayant passé un jury au cours de l année 2009 en Bretagne MARS 2012 Certification Bac Réussite Sanitaire et social Validation Parcours Certification

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SERVICE

PRÉSENTATION DU SERVICE PRÉSENTATION DU SERVICE Vous êtes un homme, une femme, un couple ou une famille, âgés de 18 ans et plus ayant des problèmes liés à des conduites addictives, atteintes ou non d infection virale. Le service

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de valorisation des ressources documentaires de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales Charles

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d'affaires en contrôle des bâtiments de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

DUT carrières sociales

DUT carrières sociales université sciences humaines et sociales - lille 3 année universitaire 2014-2015 DUT carrières sociales Option : éducation Spécialisée Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé (DEES) présentation générale

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans Mois AAAA En bref L objectif de cette fiche est de donner une vision chiffrée du nombre d établissements collectifs d accueil de jeunes enfants (les structures monoaccueil et multi-accueil) et de montrer

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Tampon dateur de la MDPH Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH N 13788*01 A - Identification de l enfant ou de l adulte concerné par la demande Nom de naissance : Nom d épouse ou nom d usage : Prénom(s)

Plus en détail

Une passerelle pour votre avenir

Une passerelle pour votre avenir Une passerelle pour votre avenir Livret d accueil Jeunes de 14 à 20 ans Plusieurs structures pour des parcours individualisés Des équipes pluridisciplinaires pour un service de qualité Enfance et Adolescence

Plus en détail

Pierre Marchand Consultant

Pierre Marchand Consultant Pierre Marchand Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent des paramètres de

Plus en détail

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT Communication de M. Philippe Marini Rapporteur général I. LES DERNIERES DONNEES SUR LES DELOCALISATIONS

Plus en détail

information L autonomie résidentielle et financière augmente avec la durée des études, les difficultés financières aussi

information L autonomie résidentielle et financière augmente avec la durée des études, les difficultés financières aussi note d information Enseignement supérieur & Recherche 14.05 JUILLET Un quart des bacheliers 2008 déclarent avoir rencontré des difficultés financières au cours de leur première année d études supérieures.

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin Vu les articles L.213-2 et L.421-23 II du code de l Education qui confient aux départements la compétence

Plus en détail

Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI)

Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI) Université Pierre Mendes France- Grenoble- UPMF Campagne

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

(CEP) Mars 2008. UNASEA Groupe CEP mars 2008

(CEP) Mars 2008. UNASEA Groupe CEP mars 2008 LES CENTRES EDUCATIFS ET PROFESSIONNELS (CEP) Une expérience qui mérite d être confortée Mars 2008 1 Sommaire A QUI S ADRESSENT LES CEP? 4 1. Le public accueilli dans les CEP 6 2. Les objectifs poursuivis

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS

ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS Synthèse des questionnaires destinés aux établissements

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-201 Section des Formations

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

SECTEUR HÉBERGEMENT APARTE LE PUBLIC ACCUEILLI. Les missions HABILITATION

SECTEUR HÉBERGEMENT APARTE LE PUBLIC ACCUEILLI. Les missions HABILITATION SECTEUR HÉBERGEMENT APARTE 104-106 avenue Chanzy - 53000 LAVAL 02.43.49.31.68 Fax : 02.43.53.78.64 E.mail : aparte@sms.asso.fr Directeur : Eric CHARBONNIER LE PUBLIC ACCUEILLI Le service s adresse à des

Plus en détail

PROJET DE SERVICE LE SERVICE D ACCUEIL D URGENCE ET D ORIENTATION REPONDRE A L URGENCE DES ADOLESCENTS EN CRISE

PROJET DE SERVICE LE SERVICE D ACCUEIL D URGENCE ET D ORIENTATION REPONDRE A L URGENCE DES ADOLESCENTS EN CRISE PROJET DE SERVICE LE SERVICE D ACCUEIL D URGENCE ET D ORIENTATION REPONDRE A L URGENCE DES ADOLESCENTS EN CRISE SOMMAIRE L URGENCE DES ADOLESCENTS AUJOURD HUI 3 LE SAUO AUJOURD HUI 4-1/ CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Parents, enfants. un guide pour vous

Parents, enfants. un guide pour vous Parents, enfants un guide pour vous edit s mmaire Parents, Notre engagement de mettre en place un territoire compétitif, solidaire et durable ne peut se concevoir sans répondre aux besoins des enfants

Plus en détail

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés Equity and Quality in Education. Supporting Disadvantaged Students and Schools Summary in French Accédez au texte intégral: 10.1787/9789264130852-en Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf ... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf Ecran d'accueil du Caf.fr Mon Compte Pour gérer directement son dossier Ma Caf pour accéder aux

Plus en détail

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE Veuillez trouver ci-après la version sommaire des Standards Minimums pour la protection de l enfance dans l intervention

Plus en détail

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé L offre FOBA Des outils d aide à la vente Budget Retraite Augmenter la vente des différentes solutions retraite ANI Générer des rendez-vous qualifiés et réduire le délai de décision pour la souscription

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT IME LA CIGALE

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT IME LA CIGALE 5 PREAMBULE SON ELABORATION SA DIFFUSION SA MODIFICATION SA REVISION L admission : REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT IME LA CIGALE La prise en charge et son évolution : La période d évaluation. Le projet individualisé.

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail