OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS"

Transcription

1 OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS 8 novembre

2 HISTORIQUE 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 2

3 LES MESURES ENGAGEES DEPUIS 2008 Développement du milieu ouvert avec la création de mesures à l UDAF mesures à PRISM mesures internalisées (en cours) La réorganisation du service de PMI (fin 2008) La réorganisation de l ASE (en cours) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 3

4 LES PREMIERS RESULTATS Une baisse des prises en charge des enfants de 0 à 6 ans entre 2009 et fin Une baisse importante du taux de placement à l issue des AEMO (de 50% en 2010 à 19% en 2011) Un nombre important de fin de prise en charge ASE suite à des mesures d AED (plus de 80%) Une baisse des placements (hors accueil des mineurs isolés, phénomène récent et peut être conjoncturel) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 4

5 POURQUOI CETTE ETUDE? Lors de la précédente étude présentée en août 2011, il apparaissait que notre dispositif d accueil : - Était très déséquilibré au regard de la moyenne nationale (places en familles d accueil/places en établissements) - Qu il générait de manière mécanique une hausse des placements, compte tenu de la durée de ces placements. Il est donc nécessaire aujourd hui d adapter notre dispositif d accueil en établissements en tenant compte des besoins des enfants. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 5

6 POURQUOI CETTE ETUDE? Le projet présenté a pour objectif : La construction d un meilleur dispositif de prise en charge des enfants confiés La maîtrise des coûts de la protection de l enfance 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 6

7 LES CARACTERISTIQUES DES ENFANTS CONFIES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 7

8 AGE ET EVOLUTION Une population qui s oriente majoritairement vers les adolescents

9 AGE DES ENFANTS PLACES Evolution Evolution de l'âges des enfants placés entre 2009 et % 40% 35% 30% 25% 20% 15% % 5% 0% 0 à 3 ans 4 à 6 ans 7 à 12 ans 13 à 17 ans 18 ans et plus 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 9

10 AGE DES ENFANTS PLACES CONSTATS 44% des enfants placés ont plus de 15 ans et 57% plus de 13 ans. Les adolescents de 13 à 17 ans inclus représentent 39% des enfants placés Dans les établissements, ce pourcentage s élève à 43%. Les jeunes majeurs représentent 18% des placements. Ce chiffre atteint 35% dans les établissements. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 10

11 AGE DES ENFANTS PLACES DEBUT 2012 Age des enfants placés en janvier de 18 ans 11% 0à 3 ans 4% 4 à 6 ans 8% 7 à 10 ans 19% 15 à 18 ans 34% 11 à 14 ans 24% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 11

12 AGE DES ENFANTS PLACES EN ETABLISSEMENT Age des enfants placés en établissement en janvie r à 3 ans 3% + d e 18 ans 19 % 4 à 6 ans 3% 7 à 10 ans 9% 11 à 14 ans 17% 15 à 18 ans 49% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 12

13 AGE DES ENFANTS PLACES EN FAMILLE D ACCUEIL Age des enfants placés en FA en janvier de 18 ans 7% 0à 3 ans 4% 4 à 6 ans 11% 15 à 18 ans 27% 7 à 10 ans 23% 11 à 14 ans 28% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 13

14 AGE DES ENFANTS PLACES Evolution On constate que la tranche d âge 13 à 17 ans voit sa proportion augmenter de 6% entre 2009 et Les autres tranches d âges sont en diminution, sauf les 7-12 ans qui sont au même niveau qu en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 14

15 AGE DES ENFANTS Les admissions récentes Sur les 3 premiers mois de l année 2012, 79 enfants ont été admis au service de l aide sociale à l enfance dans les tranches d âge suivantes : 0 à 6 ans : 20% (29% au 30/09/12) 7 à 12 ans : 18% (17% au 30/09/12) 13 à 17 ans : 53% (49% au 30/09/12) 18 ans et plus : 9% (5% au 30/09/12) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 15

16 LES MINEURS ISOLES Un phénomène récent et peut être conjoncturel

17 LES MINEURS ISOLES Un phénomène récent 2008 : 13 accueils 2009 : 14 accueils 2010 : 21 accueils dont 9 en décembre 2011 : 33 accueils 2012 : au 30 septembre : 57 accueils (71 au prorata sur l année) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 17

18 LES MINEURS ISOLES Et peut être conjoncturel Nombre de mineurs isolés accueillis en Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Aout sept 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 18

19 LES ENFANTS PLACES EN ETABLISSEMENTS SPECIALISES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 19

20 ORIENTATIONS EN ETABLISSEMENT SPECIALISE (DECISION MDPH) au 30 mars enfants, soit 14% des enfants de l ASE bénéficient d une orientation en établissements spécialisés dont 13 en attente de placement dans ces structures. Ils sont majoritairement placés en familles d accueil pour 92% d entre eux. (8% seulement sont en établissement) Ils sont majoritairement orientés en IME (70%) pour 20% en ITEP et 10% dans d autres types de structure. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 20

21 ORIENTATIONS EN ETABLISSEMENT SPECIALISE (DECISION MDPH) au 30 mars 2012 En placement familial 120 enfants confiés à l ASE et en placement familial bénéficient d une orientation par la MDPH en établissement spécialisé, soit 18%. 13 en attente de place MDPH. La majorité est orientée en IME (73%), 16% en ITEP 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 21

22 ORIENTATIONS EN ETABLISSEMENT SPECIALISE (DECISION MDPH) au 30 mars 2012 En Etablissements 10 enfants placés en établissements de l enfance ont une orientation MDPH vers une structure spécialisée soit 4,03%.(niveau national 4.20%) 7 en ITEP, 2 en IME et un dans un autre type de structure. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 22

23 LES ENFANTS PRESENTANT DES DIFFICULTES DE PRISE EN CHARGE DANS LE DISPOSITIF EXISTANT 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 23

24 ENFANTS POSANT DES DIFFICULTES AIGUES DE PRISE EN CHARGE Certains enfants, majoritairement adolescents, posent des problèmes de prise en charge aigus tant en famille d accueil qu en établissement. Il s agit d enfants en conflit dans leur milieu familial et présentant le profil suivant : - Intolérants à la frustration - Agressifs vis-à-vis de leurs parents - Parfois violents à l encontre de leurs pairs et/ou des adultes - Certains, mais non de manière systématique, peuvent présenter des troubles psychologiques et/ou des addictions. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 24

25 ENFANTS POSANT DES DIFFICULTES AIGUES DE PRISE EN CHARGE Une étude a été menée sur les admissions d enfants de 13 à 17 ans du 1 janvier 2011 au 30 mars On compte 159 enfants admis dans la tranche d âge dont 51 mineurs isolés. 44, soit 28% d entre eux présentent le profil défini précédemment. Les solutions d accueil existantes (placement exclusivement) sont globalement inadaptées et aboutissent souvent à des échecs successifs. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 25

26 ENFANTS A DIFFICULTES MULTIPLES dits «incasables» Sont regroupés sous ce vocable les enfants présentant : - Des comportements qui mettent en échec de manière systématique les solutions de prise en charge (hébergement, famille, scolarité, apprentissage, suivi psychologique etc ) - Des difficultés qui ne leur permettent pas d élaborer des projets construits et de les mettre en œuvre - Pour certains des problèmes psychologiques. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 26

27 ENFANTS A DIFFICULTES MULTIPLES Beaucoup de ces enfants se retrouvent dans la catégorie des adolescents présentant de l agressivité et des violences mais leurs difficultés sont souvent exacerbées par des troubles psychologiques. Leurs difficultés sont telles qu ils bénéficient de prises en charge éclatées entre plusieurs types d accueil (ITEP/MECS/FA/Pédopsychiatrie/parents). Sur le département on en dénombre un peu plus d une vingtaine. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 27

28 LES MERES AVEC ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 28

29 LES MERES AVEC ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Une étude sur l année 2010 a permis de dénombrer 117 situations de mères avec enfants dont 48 d entre elles nécessitant un hébergement. Une capacité d accueils diversifiés de 27 places permettrait de répondre à ce besoin. Ces besoins sont constants tout au long de l année et se concentrent principalement sur Poitiers, Châtellerault et leur agglomération. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 29

30 LES MERES AVEC ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Un dispositif est actuellement en construction Un appel à projet a été lancé le 3 juillet 2012 pour la création de 9 places d accueil La commission d appel a projet aura lieu le 22 octobre 2012 Une autorisation est envisageable au 1 novembre novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 30

31 LE DISPOSITIF ET SA STRUCTURATION Un dispositif qui a une vingtaine d année et qui a besoin d être reconfiguré 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 31

32 LE CHOIX DE CONCENTRER L ACCUEIL SUR LE PLACEMENT FAMILIAL 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 32

33 STRUCTURATION DU DISPOSITIF Dispositif d'accueil physique 27% 66% 7% Places en éts Places en LVA Nb d'enfants en FA 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 33

34 STRUCTURATION DU DISPOSITIF ACCUEILS EN ETABLISSEMENTS Type de place Places en accueil de jour 15% Places en urgence (hors PF) 16% Places en internat 41% Places en autonomie ou semi autonomie 28% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 34

35 STRUCTURATION DU DISPOSITIF ACCUEILS EN LIEUX DE VIE ET D ACCUEIL Occupation des 70 places de LVA 51% 49% Enfants du 86 Enfants hors 86 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 35

36 Evolution du placement familial 700 Evolution du placement familial Nb moyen de familles d'accueil Nb moyen d'enfants novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance

37 Influence du type de placement sur le nombre d enfants suivis Ecart : 131 places Niveau national Vienne Vienne (situation actuelle) sur 867 places sur 867 places sur 998 places Placement familial (54%) Placement familial (66%) Placement familial (66%) 468 enfants pris en charge 572 enfants pris en charge 659 enfants pris en charge Etablissements (46%) Etablissements (34%) Etablissements (34%) cycle de 4 ans cycle de 4 ans cycle de 4 ans Total prises en charge Total prises en charge Total prises en charge Ecart : 211 prises en charge 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 37

38 CE CHOIX MONTRE SES LIMITES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 38

39 COMPTE TENU DE L AGE DES ASSISTANTS FAMILIAUX Fin septembre 2012 on compte 656 enfants placés en famille d accueil. Soit 65% des accueils. 63% des familles d accueil de la Vienne ont plus de 50 ans. (dont 15% de plus de 60 ans) Environ une centaine d enfants sont placés dans des FA ayant plus de 60 ans. Un renouvellement difficile de ces places avec des difficultés de recrutement. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 39

40 COMPTE TENU DES AGES DES ENFANTS Les enfants confiés à l ASE se situent majoritairement dans la tranche d âge 13/17 ans. Ils représentent 39% des enfants placés aujourd hui. Cette tranche d âge est la seule à progresser entre 2009 et 2012 (+6%) Sur les 3 premiers mois de 2012, les admissions des 13/17 ans représentent 53% des admissions. (49% au 30/09/12) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 40

41 L INADEQUATION DES STRUCTURES EXISTANTES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 41

42 L INADEQUATION DES STRUCTURES LES CONSTATS Un département qui dispose d un nombre de places en établissements faible au regard de l équipement national. Cependant : - Un taux d occupation des Maisons d enfant à caractère social (MECS) faible (hors Salvert) - La moitiés des places en Lieux de vie et d accueil occupées par d autres départements - Un nombre croissant des dépenses pour les enfants orientés hors département Un dispositif d accueil en MECS qui répond mal aux besoins. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 42

43 LES PLACES EN MAISONS D ENFANTS A CARACTERE SOCIAL (hors CEFORD) Internat (sans autonomie): 111 places dont 70 à Salvert Semi autonomie : 25 places Autonomie : 51 places Total : 187 places Semi autonomie et autonomie : 41% des places. 35% des places d accueil en MECS sont occupées par des majeurs : soit 3 fois plus qu au niveau national. (Au niveau national les placements de jeunes majeurs en MECS représentent 11.5% seulement des accueils.) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 43

44 LES PLACES EN MAISONS D ENFANTS A CARACTERE SOCIAL (hors CEFORD) Les FEM et l IDEF disposent de l ensemble des places en autonomie ou semi autonomie qui représentent 41% des places de MECS du département. Ces places correspondent à 65% de la capacité totale de chacune de ces structures. ( ne restent que 35% des places de ces deux MECS pour les accueils en internat sans autonomie) Salvert offre 63% des places en internat sur l ensemble du dispositif sans restrictions relatives à l âge, avec un coût à la place très faible et des locaux inadaptés. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 44

45 LES PLACES EN LIEUX DE VIE ET D ACCUEIL Le Département de la Vienne dispose de 70 places en lieux de vie et d accueil situés principalement dans le sud du département. Sur ces 70 places la moitié seulement est occupée par des enfants de la Vienne. A court terme le Département risque de perdre plusieurs places en lieu de vie pour cause de fermetures dues à des départs en retraite, des déménagements 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 45

46 L ACCUEIL DES MINEURS ISOLES IDEF SAO : 6 places IDEF APMN : 6 places Ces places ne permettent pas l accueil d urgence Le passage obligé par le SAO bloque les places d accueil d urgence pour les autres types de public (on a pu compter 7 mineurs isolés au «SAO ado» sur 10 places) La location de chambres d hôtel ne peut pas être considérée comme une solution satisfaisante pour des mineurs. A l autre bout de la chaine, les obstacles à l obtention des papiers nuisent à la sortie de ces jeunes du dispositif. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 46

47 LES TAUX D OCCUPATION DES ETABLISSEMENTS EN 2011 Calculés au regard du nombre de journées théoriques Accueil d urgence : un TO fort qui progresse entre 2010 et 2011 (82% pour le SAO et 95% pour la PE) MECS (hors APMN) : un TO faible pour les FEM et l IDEF et qui diminue de manière importante entre 2010 et 2011 (FEM : 76%, IDEF : 78%). En 2012, légère augmentation : FEM : 84%, IDEF : 79%. Le CEFORD (69%): le seul établissement offrant de l accueil de jour est en sous occupation importante depuis la rentrée de septembre Salvert augmente son TO entre 2010 et 2011 (de 71% à 89% idem 2012) Au niveau national, le TO de l accueil d urgence est plus faible que celui des MECS (89% pour l accueil d urgence pour 92% dans les MECS), soit l inverse de ce que l on constate dans la Vienne. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 47

48 ENFANTS PLACES HORS DEPARTEMENT Au 30 avril 2012, on compte 22 enfants placés dans des structures hors département : - 10 sur le T1-8 sur le T2-4 sur le T3 Les dépenses consacrées aux placements hors département ont doublé sur le premier trimestre de 2012 au regard de la même période en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 48

49 ENFANTS PLACES HORS DEPARTEMENT Sur 18 dossiers étudiés les raisons de ces placements extérieurs sont les suivantes : - Echecs ou refus d établissements 86 : 6 - Eloignement nécessaire : 2 - Scolarité intégrée : 7 - Besoin d un placement de type village d enfants : 3 La majorité de ces placements est due l absence de réponse du dispositif de la Vienne, le facteur éloignement est marginal (2 cas seulement). 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 49

50 UN DISPOSITIF D ACCUEIL D URGENCE QUI FONCTIONNE BIEN ET QUI S AMELIORE AU FIL DES ANS 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 50

51 DESCRIPTION DU DISPOSITIF D ACCUEIL D URGENCE places en accueil d'urgence et observation Le dispositif d accueil d urgence et observation: 38 places, plus 6 places pour les MI, non accessibles en urgence. plus 20 à 25 places en FA pour tous les âges. 14 à 18 ans dont 6 MI 35% 0 à 12 mois 14% 12 à 36 mois 14% 36 mois à 6 ans 14% 6 à 14 ans 23% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 51

52 ACCUEIL D URGENCE Activité du service petite enfance 28 entrées, 32 sorties en 2011 (22 entrées et 22 sorties en 2010) Durée moyenne de séjour : 4.7 mois en 2011 (5.12 en 2010) Tranche d âge majoritaire 0 à 1 an Taux de restitution de l enfant à sa famille en 2010 : 51%, en 2011 : 64% 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 52

53 ACCUEIL D URGENCE Activité du service petite enfance Un accueil diversifié accueil de jour, AEMO. : PAD, accueil séquentiel, Un travail avec les familles soutenu avec un suivi personnalisé important même en dehors de la structure (jusqu à 3 visites par semaine pendant les premiers mois d un retour à domicile.) Un taux d occupation très élevé 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 53

54 ACCUEIL D URGENCE Activité SAO hors placement familial 38 entrées chez les moyens, 44 entrées chez les ados en 2011 DMS : 84 jours chez les moyens et 86 jours chez les ados en 2011 en baisse au regard de Moyenne d âge des ados à l entrée : 16 ans. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 54

55 ACCUEIL D URGENCE Activité SAO hors PF Accueils en urgence : 66% chez les moyens et 82% chez les ados. (forte augmentation pour les moyens entre 2010 et 2011 : de 43% à 66%) 1/3 des enfants accueillis en urgence étaient déjà suivis avant leur entrée au SAO. Sur le groupe des moyens, 30% des enfants sortis sont orientés en famille d accueil pour seulement 18% en MECS. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 55

56 UNE REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES PLACES D ACCUEIL QUI REVELE DES ZONES BLANCHES 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 56

57 Places en familles d accueil en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 57

58 Age moyen des assistants familiaux 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 58

59 Carte des établissements et des Lieux de vie et d accueil 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 59

60 PROPOSITION DE REORIENTATION DU DISPOSITIF 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 60

61 LES IMPACTS BUDGETAIRES Un montant des dépenses consacrées à l ASE inférieur au niveau national: par habitant pour la France en par habitant pour la Vienne en 2011 Evaluation des coûts intégrés dès les orientations budgétaires pour 2013 : pour réaliser les nouveaux projets avec la baisse du placement familial Restent à financer pour 2013 : Sachant qu une nouvelle diminution du PF est attendue en novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 61

62 LES IMPACTS BUDGETAIRES Evolution du placement en famille d accueil Evolution du nombre moyen d'enfants en placement familial novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 62

63 RESTRUCTURER LE DISPOSITIF 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 63

64 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Ce travail est à mener en lien avec les établissements et services présents sur le territoire et repose sur leur capacité d adaptation et d innovation. Il ne portera ses fruits qu à moyen terme Il pourra se mener pour un faible coût, la grande majorité des opérations pouvant se réaliser à moyens constants par redéploiements. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 64

65 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Travailler à une adaptation du dispositif d accueil existant en direction : - des enfants de 13 à 17 ans en internat - des adolescents présentant des difficultés aiguës de prise en charge - des enfants présentant des difficultés multiples - des enfants nécessitant une scolarité intégrée 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 65

66 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Revoir l utilisation des places pour majeurs et mineurs autonomes : - Faciliter la sortie des mineurs isolés vers les FJT ou logements autonomes - Privilégier les accueils mère/enfant sur les places créées à cet effet Ramener la capacité des structures concernées à hauteur des besoins 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 66

67 MIEUX UTILISER LE DISPOSITIF LIEUX DE VIE ET D ACCUEIL Envisager une meilleure utilisation des places de LVA au profit du Département de la Vienne notamment en renforçant les contacts entre les responsables de ces structures et le service de l ASE. Cette action est déjà amorcée avec la création à l ASE d un poste de référent pour ces structures. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 67

68 DEVELOPPEMENTS NOUVEAUX 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 68

69 DIVERSIFIER LES MODES D ACCUEIL Rééquilibrer le nombre de places d accueil en établissement en compensant la baisse des places offertes en famille d accueil Garder le potentiel de 70 places d accueil en LVA en compensant les fermetures à venir. Compléter le dispositif de prévention par l instauration de mesures d AEMO renforcées Poursuivre la création des places d accueil mère/enfant à concurrence de 27 places 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 69

70 LES PROJETS Offrir des places d accueil pour des parents avec enfants de moins de trois ans : - un premier appel à projet en 2012 pour la création de 9 places, effectives dans le courant de l année Proposition de places pour 2014 et 2015 à concurrence de 15 places, à l issue des 2 années. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 70

71 LES PROJETS Rééquilibrer le nombre de places en établissements en direction des adolescents : - Proposition de création de 10 places à Salvert en internat à destination des jeunes de 13 à 17 ans (sans appel à projet) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 71

72 LES PROJETS Compléter le dispositif de prévention par la création de mesures d AEMO renforcée pour permettre un meilleur soutien aux parents et éviter des placements peu justifiés - Proposition de création de 20 mesures d AEMO renforcée sur 2 ans 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 72

73 LES PROJETS Pour faciliter la sortie des jeunes majeurs sur Châtellerault, la création d un FJT pourrait être une piste de réflexion en lien avec le futur schéma de l habitat social. Pour rééquilibrer géographiquement les places d accueil (faibles tant en PF qu en établissement) des créations dans les années à venir (2014/2015) seront proposées sur les zones déficitaires. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 73

74 LES PROJETS Issus des groupes de travail du schéma Pour répondre en partie aux besoins des adolescents présentant des difficultés aigües de prise en charge et après étude des profils des enfants il peut être proposé la création d un dispositif d accompagnement à domicile intensif : - Avec un travail de thérapie familiale et un accompagnement éducatif très régulier (une fois par semaine au minimum et plus pendant les périodes difficiles) - Avec la possibilité d un hébergement ponctuel pendant les périodes de crises aigues. (3 places?) - Avec un lieu d accueil souple, de jour (et de nuit?) qui pourrait devenir un lieu ressource pour ces jeunes en temps de crise ou de fragilité de leur milieu familial. (lien avec la prévention spécialisée). 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 74

75 LES PROJETS Issus des groupes de travail du schéma Sur la pratique du placement à domicile Il a été proposé la création d une équipe spécialisée chargée d exercer les mesures de placement à domicile. Cette équipe serait adossée à un établissement porteur de ce projet et qui pourrait mettre à disposition une place d accueil physique en cas de besoin Les autres établissements ne pratiqueraient plus ce type de placement. Ceci représenterait un nombre de suivis faible (environ 10) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 75

76 SYNTHESE DES PROJETS places de MECS 9 places d accueil mère enfant 10 mesures AEMO renforcée 10 mesures d AEMO renforcée Organisation du placement à domicile Places d'accueil avec scolarité intégrée Poursuite de l accueil mère/enfant pour 7 ou 8 places AEMO renforcée avec hébergement Places d hébergement (compensation de la diminution du nombre de familles d accueil) Poursuite de l accueil mère/enfant pour 7 ou 8 places 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 76

77 SYNTHESE DES PROJETS Tous ces projets ne nécessitent pas la création de poste ni de moyens humains supplémentaires. Certaines de ces opérations peuvent se réaliser à moyens constants par redéploiements. De plus, si la baisse du placement se confirme (-14 enfants placés en FA entre janvier et juillet 2012) les sommes nécessaires à ces projets pourront être en partie dégagés sur cette enveloppe financière. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 77

78 SYNTHESE DES PROJETS LE COÛT Total en N+4 Dépenses supplémentaires Gains attendus Ecart Dépenses/gains attendus Cet écart positif entre les dépenses et les gains attendus est compensé par des durées de placement plus courtes en établissement qu en famille d accueil. 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 78

79 LES POINTS RESTANT A APPROFONDIR 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 79

80 LES FUTURS CHAMPS D ETUDE La prise en charge des jeunes majeurs : leur devenir à la sortie du dispositif et les liens possibles avec l insertion Les besoins en scolarité intégrée L accueil de jour L organisation du suivi des mères avec enfants de moins de trois ans (coordination) 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 80

81 Etude des parcours des enfants Une étude élaborée à partir des dossiers des enfants, menée en complément de cette étude de besoins, permet de visualiser les parcours des enfants sortis du dispositif entre le 1 janvier 2011 et le 31 octobre novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 81

82 MERCI DE VOTRE ATTENTION 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 82

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Synthèse Internat Relais

Synthèse Internat Relais 5, rue du Vieux Château 39 100 DOLE Mail : classe.relais-39@wanadoo.fr Tél/Fax : 03.84.70.96.12 Dispositif Relais Jura Nord Synthèse Internat Relais 2013-2014 Collège de l Arc 23 ter rue du collège 39100

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création

Plus en détail

1. EDITORIAL 2. MISSIONS / PRESTATIONS DELIVREES 1. ACTIVITE REALISEE

1. EDITORIAL 2. MISSIONS / PRESTATIONS DELIVREES 1. ACTIVITE REALISEE 1. EDITORIAL RAPPORT D ACTIVITE 2011 Service d Action Educative en Milieu Ouvert 4, rue de Mulhouse - 68000 Colmar Pôle protection de l enfance 68 L année 2011 a été marquée par une activité constante

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

54 rue Pierre Madignier 42000 ST-ETIENNE. Tél. : 04.77.74.41.34. Fax : 04.77.74.29.11.

54 rue Pierre Madignier 42000 ST-ETIENNE. Tél. : 04.77.74.41.34. Fax : 04.77.74.29.11. 54 rue Pierre Madignier 42000 ST-ETIENNE Tél. : 04.77.74.41.34. Fax : 04.77.74.29.11. Email : bel.air@adsea42.org 1 2 Sommaire Typologie du public Page 5 Au sein de l Ensemble Bel Air: trois unités de

Plus en détail

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report REGAIN Activité 2011 Crée en 2009 l établissement REGAIN a vécu en 2011 d importants changements liés aux fortes mutations de notre secteur d activité et accélérés par la fusion de Chrétiens Antibes Solidarité

Plus en détail

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap Les fiches techniques du CCAH Juin 2012 La scolarité des enfants en situation de handicap QUE DIT LA LOI? La scolarité des enfants en situation de handicap La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

Règlement de fonctionnement de la procédure d admission aux Multi-accueils de la CCPAR

Règlement de fonctionnement de la procédure d admission aux Multi-accueils de la CCPAR Règlement de fonctionnement de la procédure d admission aux Multi-accueils de la CCPAR Contexte : Les élus communautaires ont souhaité que les attributions des places en crèches se fassent dans la plus

Plus en détail

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées 25 Chemin de villeneuve 69130 ECULLY Tél 04.78.33.71.00 Fax 04.78.33.71.09 lieudaccueil@adsea69.fr Depuis son renouvellement d habilitation

Plus en détail

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014 Comité AcHILE Atelier jeunesse 20 juin 2014 1 2 Atelier jeunesse Les axes de progression identifiés lors de la journée du 25 octobre 2013 Emploi Favoriser les moyens de la mobilité des jeunes Ne pas oublier

Plus en détail

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Sésame, «Service Educatif de Suivis Alternatifs à la Maison de l Enfance», est un dispositif adossé à la Maison

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

Les auxiliaires de puériculture En région Centre -Val de Loire

Les auxiliaires de puériculture En région Centre -Val de Loire Les auxiliaires de puériculture En région Centre -Val de Loire La profession en quelques mots «L auxiliaire de puériculture exerce sous la responsabilité de l infirmier ou de la puéricultrice. Il réalise

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion comptable de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Réflexions pilotées par l Agence Régionale de Santé (ARS)de Bretagne pour mieux réguler les prises en charge des jeunes et adolescents dits difficiles

Réflexions pilotées par l Agence Régionale de Santé (ARS)de Bretagne pour mieux réguler les prises en charge des jeunes et adolescents dits difficiles Réflexions pilotées par l Agence Régionale de Santé (ARS)de Bretagne pour mieux réguler les prises en charge des jeunes et adolescents dits difficiles ODPE Finistère 20 novembre 2015 XX/XX/XX Le contexte

Plus en détail

ENFANCE FAMILLE. Comprendre dans quels cadres familial et social vivent les enfants âgés de moins de 15 ans (démo / accueil enfant scolarité )

ENFANCE FAMILLE. Comprendre dans quels cadres familial et social vivent les enfants âgés de moins de 15 ans (démo / accueil enfant scolarité ) ENFANCE FAMILLE Comprendre dans quels cadres familial et social vivent les enfants âgés de moins de 15 ans (démo / accueil enfant scolarité ) Observer les situations de vulnérabilité sociale et sanitaire

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.)

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) Les Maisons d Enfants SAINT-JOSEPH et LAMON-FOURNET ont su répondre au besoin d un dispositif éducatif innovant qui met les familles des jeunes confiés en

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE. Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement. Table-ronde

PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE. Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement. Table-ronde PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement Table-ronde relative à l élaboration d un plan de résorption des nuitées hôtelières en Île de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Psychologie de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Journalisme et medias régionaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Dép. 29 «Placement Educatif à Domicile»

Dép. 29 «Placement Educatif à Domicile» Dép. 29 «Placement Educatif à Domicile» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Conseil général du Finistère a mis en place depuis septembre 2003 un dispositif de Placement

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

Projet Éducatif Territorial 2013-2015

Projet Éducatif Territorial 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine- Saint-Denis agissant

Plus en détail

Note de problématique

Note de problématique Concertation sur la Délégation de Service Public Certification Professionnelle Accompagnée Groupe de travail n 1 La traduction des Obligations de Service Public en modalités de mise en œuvre opérationnelles

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

COMMISSION PERMANENTE

COMMISSION PERMANENTE Direction : DEFDIR Service : DEF COMMISSION PERMANENTE Plan d actions : Gérer l'offre d'accueil pour les enfants, les jeunes, les familles Code : 0124 Titre du Rapport : CRÉATION DE DEUX LIEUX DE VIE ET

Plus en détail

Mois Candidat Etablissement d origine Etablissement d accueil

Mois Candidat Etablissement d origine Etablissement d accueil ADMISSION POST-BAC 2013 NOTE TECHNIQUE ANNEXE 3 SAIO - Novembre 2012 Réf : 12.292c LE SITE «ADMISSION POSTBAC» EST ACCESSIBLE : Aux élèves à l adresse http://www.admission-postbac.fr (site candidats) pour

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE. La République 42660 Saint Genest Malifaux Tel : 04 77 40 22 60. Sauvegarde42. Siège social

RAPPORT D ACTIVITE. La République 42660 Saint Genest Malifaux Tel : 04 77 40 22 60. Sauvegarde42. Siège social Sauvegarde42 Siège social RAPPORT D ACTIVITE 94, rue Gabriel Péri 42100 Saint-Etienne Tel. 04 77 32 72 45 Fax. 04 77 32 83 81 www.sauvegarde42.fr 2013 La République 42660 Saint Genest Malifaux Tel : 04

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

Gouvernement inter-francophone

Gouvernement inter-francophone Gouvernement inter-francophone Volet 2 du Plan Cigogne III : 7.300 nouvelles places d accueil pour la petite enfance à Bruxelles et en Wallonie durant la législature 1. Introduction Le 26 février 2015

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Master Innovation par l économie sociale et les TIC

Master Innovation par l économie sociale et les TIC Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Innovation par l économie sociale et les TIC Université Toulouse II - Jean Jaurès UT2J Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

Aide sociale à l enfance. Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté

Aide sociale à l enfance. Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté DOSSIER DE PRESSE Février 2010 Aide sociale à l enfance Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté sous la responsabilité de Myriam El Khomri

Plus en détail

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L association Jean Cotxet a créé le foyer éducatif Jenner dans le 13e arrondissement en 1969. Les locaux appartenaient

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015 Annexe 3 CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES Avis d appel à projets n CPH 2015 Pour la création de places en Centres provisoires d hébergement (CPH) DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC

Plus en détail

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet 1 L île-de-france, une des métropoles les plus jeunes d Europe Jeunesse

Plus en détail

Appel à projets 2013. Contexte. Présentation de MyLocal Project

Appel à projets 2013. Contexte. Présentation de MyLocal Project Appel à projets 2013 Contexte Les pays occidentaux n ont plus le monopole de l aide au développement et les pays du Sud connaissent une mobilisation de plus en plus grande de leur société civile. Imprégnés

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil

Plus en détail

Protection juridique des Majeurs

Protection juridique des Majeurs Protection juridique des Majeurs Activité 2011 Assemblée Générale du 15 mai 2012 ASMI OMSR Association de Santé Mentale de l Isère - Office Médico-Social de Réadaptation 12 rue des Pies 38360 Sassenage

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 Etudes Publication de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi de L activité des services à la personne 10 millions

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

Un exemple d échelle de gravité

Un exemple d échelle de gravité Un exemple d échelle de gravité Individu collectif travail 1 Faible > Pas d arrêt de travail > Craintes, doutes, incertitudes > Blessures sans soins > Incivilité > Possibilité de tensions > Pas de conséquences

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 2 : Naissance, petite enfance et aide sociale Dijon, le vendredi 5 avril 2013 Personnes présentes Cf. annexe.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de projet et conduite de travaux de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

tout savoir sur les MICRO-CRECHES

tout savoir sur les MICRO-CRECHES A tout savoir sur les JUIN 2013 Les micro-crèches constituent un mode d accueil collectif du jeune enfant en pleine expansion. Le Service de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil Général

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

L alternance intégrée dans une classe de troisième.

L alternance intégrée dans une classe de troisième. Renseignements : L alternance intégrée dans une classe de troisième. Académie de Poitiers Collège Claude Boucher Rue des borderies 16100 Cognac Etablissement classé «ZEP» Téléphone : 05 45 82 32 32 Fax

Plus en détail

REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE)

REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE) Crèche - Nurserie Le Parachute Place du Collège 2 1872 TROISTORRENTS Tél. + Fax 024 477 60 64 leparachute@troistorrents.ch REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE) ARTICLE 1 : Présentation

Plus en détail

EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ D ACCOMPAGNEMENT LES MESURES DES SIÈGES RELOCALISATION

EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ D ACCOMPAGNEMENT LES MESURES DES SIÈGES RELOCALISATION RELOCALISATION DES SIÈGES LES MESURES D ACCOMPAGNEMENT EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ "Si vous êtes dans le doute face à une action à entreprendre demandezvous si elle rendra service aux plus petits et

Plus en détail

Réunion de haut niveau sur le partage au plan mondial des responsabilités par des voies d admission des réfugiés syriens Genève, 30 mars 2016

Réunion de haut niveau sur le partage au plan mondial des responsabilités par des voies d admission des réfugiés syriens Genève, 30 mars 2016 Réunion de haut niveau sur le partage au plan mondial des responsabilités par des voies d admission des réfugiés syriens Genève, 30 mars 2016 Note d information Introduction Le conflit en République arabe

Plus en détail

RÉSEAU DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE A0708-VPPW-015

RÉSEAU DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE A0708-VPPW-015 RÉSEAU DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE A0708-VPPW-015 Les effets de l abolition de l attestation de formation professionnelle (AFP) Volet 2 sur la formation professionnelle 26 novembre 2007 μ Siège social

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université de Cergy-Pontoise Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des

Plus en détail

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC TERRITOIRE Maison relais Personnes en situation de précarité

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Ministère des affaires sociales et de la santé Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l autonomie, des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

La face cachée des «Tanguy»

La face cachée des «Tanguy» La face cachée des «Tanguy» Les jeunes en hébergement contraint chez leurs parents 05 DÉCEMBRE 2015 La face cachée des «Tanguy» Dans le film d Etienne Chatiliez, le jeune «Tanguy» se complaît jusqu à un

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

Le cadre juridique du partage d informations dans les domaines sanitaire et médico social. Etat des lieux et perspectives

Le cadre juridique du partage d informations dans les domaines sanitaire et médico social. Etat des lieux et perspectives Le cadre juridique du partage d informations dans les domaines sanitaire et médico social Etat des lieux et perspectives Jeanne BOSSI Secrétaire Générale ASIP Santé 25 septembre2012 25 septembre 2012 Etat

Plus en détail

Les Contrats éducatifs

Les Contrats éducatifs Les Contrats éducatifs locaux en 2010 31 CEL (39 en 2009) 110 500 de participation de l Etat 103 porteurs pour 270 actions 31 collectivités et 72 associations A - La subvention d Etat Dispositif 2010 -

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DEPARTEMENTAL DE RESTAURATION SCOLAIRE

REGLEMENT DU SERVICE DEPARTEMENTAL DE RESTAURATION SCOLAIRE Annexe 2 REGLEMENT DU SERVICE DEPARTEMENTAL DE RESTAURATION SCOLAIRE La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a confié aux Conseils généraux de nouvelles missions, dont la

Plus en détail

Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement

Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 AGREMENTS

Plus en détail

Les éducateurs spécialisés En région Centre

Les éducateurs spécialisés En région Centre Les éducateurs spécialisés En région Centre La profession en quelques mots «L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement

Plus en détail

Pouvoir bénéficier. de différents droits et prestations

Pouvoir bénéficier. de différents droits et prestations LES DOCUMENTS de la Maison Départementale des Personnes Handicapées du Fiche > 2 Pouvoir bénéficier de différents droits et prestations Sommaire A L Allocation d Education de l Enfant Handicapé (AEEH)

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création textile et gestion de la production de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Observatoire régional des données médico-sociales : ADULTES EN SITUATION DE HANDICAP

Observatoire régional des données médico-sociales : ADULTES EN SITUATION DE HANDICAP Observatoire régional des données médico-sociales : ADULTES EN SITUATION DE HANDICAP Monographie CRP - Centre Rééducation Professionnelle, Centre de préorientation, UEROS - Unité d Evaluation, de Réentrainement

Plus en détail

Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie

Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie 1 Point presse 28 janvier 2015 Contact : Carsat Nord-Picardie Emel CAGLAR Chargée de relations presse emel.caglar@carsat-nordpicardie.fr

Plus en détail

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8 Chapitre 8 Les lieux de placement collectif en France LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent désignés par le terme générique d «internat spécialisé». Le nombre d enfants séparés

Plus en détail

Les modes de garde de l enfant

Les modes de garde de l enfant Les modes de garde de l enfant I) Définition Personnes ou établissement assurant la garde des enfants d âge préscolaire, le plus souvent dans la journée, et ayant également une fonction socialisante et

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Attaché de promotion médicale de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Les conseillers en économie sociale et familiale En région Centre -Val de Loire

Les conseillers en économie sociale et familiale En région Centre -Val de Loire Les conseillers en économie sociale et familiale En région Centre -Val de Loire La profession en quelques mots «Le conseiller en économie sociale familiale (CESF) est un travailleur social qualifié dont

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail