L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE"

Transcription

1 Annexe à la convention relative aux Actions Educatives à Domicile CAHIER DES CHARGES DE L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE dans le Département des Vosges Préambule Le service de l'aide Sociale à l'enfance est un service non personnalisé du Département dont les missions et les prestations sont fixées par le titre II du livre II du code de l'action sociale et des familles. Ces prestations peuvent prendre la forme d'aides à domicile qui sont «[ ] attribuées sur sa demande ou avec leur accord, à la mère, au père, ou à défaut, à la personne qui assume la charge effective de l'enfant, lorsque la santé de celui-ci, sa sécurité, son entretien ou son éducation l'exigent» (article L du CASF). «L'aide à domicile comporte, ensemble ou séparément (article L du CASF) : - l'action d'un technicien ou d'une technicienne de l'intervention sociale et familiale (TISF) ou d'une aide ménagère ; - un accompagnement en économie sociale et familiale ; - l'intervention d'un service d'action éducative ; - le versement d'aides financières effectué sous forme soit de secours exceptionnel, soit d'allocations mensuelles [ ].» Par ailleurs, les motifs et objectifs de l intervention à domicile sont définis dans le schéma départemental de la protection de l enfance Ces interventions administratives à domicile ont notamment un objectif de prévention : prévenir des risques susceptibles de compromettre gravement l'équilibre des mineurs et de leurs familles ; éviter le recours à une mesure de placement ; éviter le recours à un signalement judiciaire. Dans tous les cas, les mesures doivent être à la fois assez précoces et assez précises pour pouvoir atteindre leurs objectifs sans se perdre dans une vague prévention de tous les fléaux sociaux. Ces mesures d'aide à domicile s'adressent aux familles dont la situation est fragilisée : l'immaturité des parents, leur méconnaissance des besoins de l'enfant, la dégradation du climat familial en sont autant de causes possibles. Par le projet qui les sous-tend, elles doivent traduire principalement un souci de l'intérêt de l'enfant, même si cette préoccupation inclut une volonté plus large d'insertion, pour l'ensemble de la famille. 1/7

2 En ce qui concerne l intervention d un service d action éducative au sein des familles (en charge de mettre en œuvre les mesures d AED), elle est principalement motivée par la nécessité de rétablir dans une famille des relations entre parents et enfants, très perturbées par le défaut d'autorité des parents, ou au contraire, par la trop grande rigidité de leurs conceptions éducatives. L'éducateur, par sa présence, peut également permettre de rétablir un équilibre, des relations entre parents et enfants, dans une famille monoparentale. Il peut être amené à intervenir dans des situations de couples dont les relations sont détériorées où les enfants sont des enjeux (divorces mal négociés par exemple). Dans le département des Vosges, ces mesures d'aed sont confiées, par décision du Président du Conseil général et sur la demande ou avec l'accord des parents de l'enfant, au Service Educatif et d Investigation, 5, rue Roland Thiery ZAC de la Roche Epinal, dont l'organisme gestionnaire est la Fédération Médico - Sociale, association (dont le siège sis 6 rue Gilbert à Epinal). Le présent cahier des charges a pour objet de poser les orientations du Conseil général en matière de procédures de mise en place, de suivi et d'évaluation, de durées d'intervention, des actions éducatives à domicile confiées au Service Educatif et d Investigation. Il fournit un cadre général obligatoire pour la mise en place et l exercice de ces mesures. C'est à l'intérieur de ce cadre que doivent être précisés les contenus éducatifs et pédagogiques et se développer l'initiative et la créativité des personnels. Par ailleurs, le schéma départemental de protection de l'enfance , partant du constat que les visites des éducateurs qui exercent ces mesures dans les familles ont lieu en moyenne tous les 15 jours, établit la nécessité de mise en œuvre d' "AED renforcées". Ces AED renforcées ont pour objectifs des interventions dans la famille à un rythme plus fréquent et soutenu, afin de répondre à des situations de crises familiales (violence, fugue, absentéisme scolaire, conduites à risque, etc.), qui, si elles ne sont pas prises en compte rapidement, risquent de se détériorer à court terme et de déboucher sur une mesure de placement. 1. Mise en place d'une mesure d'aed La première fois qu'une mesure d'aed est mise en place en faveur d'une famille, la situation familiale a obligatoirement fait l'objet d'une évaluation en Commission d'examen des Situations d'enfants (CESE). Cette évaluation donne lieu à la transmission d'une note de signalement au responsable de circonscription, proposant une mesure d action éducative à domicile. Si cette proposition est validée par le responsable de circonscription, ce dernier demande alors au délégué ASE d organiser une réunion de concertation au cours de laquelle la mise en place d une mesure d AED sera proposée aux parents, et les objectifs de l AED définis. 2/7

3 Lorsqu'il s'agit d'un renouvellement de mesure ou d'une AED mise en place suite à un autre type de mesure (retour de l'enfant dans sa famille après une mesure de placement par exemple), il n'y a pas de CESE. Le délégué ASE transmet alors au responsable de circonscription un «rapport de situation» proposant la mise en place ou le renouvellement d une AED. Le responsable de circonscription convie par courrier à la réunion de concertation : - les parents, - le travailleur social ou médico-social de la circonscription le plus concerné par la situation, - le directeur du Service Educatif et d Investigation s il l estime opportun au vu de la situation. Lorsque le Service Educatif et d Investigation est invité à cette concertation initiale, sa présence est vivement souhaitée : il s agira alors d'établir un premier contact et un climat de confiance avec la famille et de s'entendre avec elle et le délégué ASE sur les objectifs de l'aed, la durée et le rythme de la mesure. A l issue de la réunion de concertation, le (les) représentant(s) légal (aux) de (des) l'enfant(s) est (sont) invité(s) à compléter et à signer le formulaire de «demande d action éducative à domicile». Par ailleurs, le délégué ASE rédige un compte-rendu de concertation dans lequel figurent les objectifs de l'action éducative à domicile et l adresse par courrier dans les meilleurs délais au Service Educatif et d Investigation, accompagné du signalement ayant donné lieu à la proposition d AED (lorsqu il s agit d une première mesure d AED). Dans les mois à venir, les objectifs de l AED seront déclinés dans le cadre du «projet pour l enfant». En effet, le service de l ASE travaille actuellement à l élaboration d une trame du document «projet pour l enfant». Ce «projet pour l enfant», rendu obligatoire par la loi de protection de l enfance du 5 mars 2007 (article L du CASF), devra préciser «les actions qui seront menées auprès de l enfant, des parents et de son environnement, le rôle des parents, les objectifs visés et les délais de leur mise en œuvre». Ce projet sera établi par le service de l aide sociale à l enfance, en collaboration avec les titulaires de l autorité parentale. Puis ce projet sera cosigné par le Président du Conseil général, les représentants légaux de l enfant, ainsi que par un responsable de l organisme chargé de mettre en œuvre les interventions (en l occurrence dans le cadre des AED, par le Service Educatif et d Investigation). La circonscription d action sociale saisit la demande d AED adressée au Service Educatif et d Investigation dans la procédure IODAS. Cette demande est formulée : en nombre de mois, en nombre d heures totales d intervention, et en nombre d heures mensuelles (dans la rubrique «commentaires», qui est une rubrique facultative. Le nombre d heures par mois doit être entendu comme une moyenne). En règle générale, la durée d intervention demandée sera de 3 heures en moyenne par mois et par famille. Cependant, dans des situations particulières, et si la problématique familiale nécessite un accompagnement plus soutenu, la circonscription d action sociale pourra demander un nombre d heures d intervention moyen par mois plus élevé (soit dans le cadre de la demande initiale, soit en cours de réalisation de la mesure, par le biais d une nouvelle décision et d une nouvelle demande). 3/7

4 En retour, le Service Educatif et d Investigation précise, par le biais de IODAS, si la mesure peut être ou non attribuée. Ce retour doit s effectuer dans les 8 jours. Si la mesure peut être attribuée, il y a lieu d indiquer : - l identité et la qualification du travailleur social auquel la mesure a été confiée, - la date effective de démarrage de la mesure (date du premier rendez-vous avec la famille). A réception de ce retour via IODAS : - Si la mesure n est pas attribuée (réponse notifiée : «demande non réalisable»), la circonscription d action sociale veille à bien «rebasculer» le dossier vers le Service Educatif et d Investigation afin que ce dossier demeure bien «en instance» au niveau du Service Educatif et d Investigation» (voir à ce sujet note de service du 5 juillet 2006). - Si la mesure est attribuée, la «décision portant prise en charge par le service de l'aide sociale à l'enfance d'une aide éducative à domicile» est signée par le responsable de circonscription. Cette «décision portant prise en charge par le service de l'aide sociale à l'enfance d'une aide éducative à domicile», est adressée par le responsable de circonscription : - au directeur du Service Educatif et d Investigation, - aux parents (avec le courrier d accompagnement prévu), - au service comptabilité de la Direction des Interventions Sociales (DIS). 2. Le déroulement de la mesure Le rythme des visites de l éducateur dans la famille est fonction : - d une part, du nombre moyen d heures commandées par mois ; - d autre part, de l évolution de la situation familiale. Ainsi, en situation de crise familiale, l éducateur se doit d intervenir au plus vite. Si cette intervention risque de déboucher sur un dépassement du nombre total d heures commandées par la circonscription d action sociale, il en informe par écrit le responsable de circonscription. Dans tous les cas, en moyenne, le rythme des visites dans la famille doit être une fois toutes les deux semaines minimum. L'éducateur doit veiller à intervenir dans un contexte partenarial et établir les liens nécessaires avec les travailleurs médico-psycho-sociaux de la circonscription DIS concernés par la situation. Afin qu'il puisse rencontrer la famille, l'enfant, tout professionnel ou toute personne intervenant dans la situation, le responsable de circonscription met à disposition de l'éducateur un bureau et lui permet d'utiliser la ligne téléphonique de la circonscription. Lorsqu'une mesure d'aed est instaurée dans une famille, le suivi de la scolarité de l'enfant, l'organisation des loisirs et des vacances font partie des objectifs de celle-ci. A ce titre, l'éducateur doit anticiper les vacances de l'enfant et organiser avec la famille la rentrée scolaire. 4/7

5 L'éducateur doit également promouvoir des actions collectives avec l'enfant et sa famille (le mercredi après-midi par exemple). Toute modification de la situation ou tout incident que l'éducateur est amené à constater donne lieu à un rapport écrit de la part de ce dernier. Ce rapport sera transmis par le directeur du Service Educatif et d Investigation au responsable de circonscription. L'article L du code de l'action sociale et des familles dispose que «toute personne participant aux missions du service de l'aide sociale à l'enfance est tenue au secret professionnel sous les peines et dans les conditions prévues par les articles et du code pénal». En revanche, ce même article L du CASF précise qu elle est tenue de transmettre sans délai au Président du Conseil général ou au responsable désigné par lui toute information nécessaire pour déterminer les mesures dont les mineurs et leurs familles peuvent bénéficier, et notamment toute information sur les situations de mineurs susceptibles de relever du chapitre VI [ ]» du code de l'action sociale et des familles relatif à la «protection des mineurs en danger et recueil des informations préoccupantes». Ces dispositions s'appliquent à l'éducateur chargé d'une mesure d'aed. Ainsi, lorsque l'éducateur estime que le mineur encourt un danger nécessitant la mise en œuvre d'autres mesures, il en informe sans délai le responsable de circonscription. En aucun cas l éducateur ne peut s'adresser directement à un tiers en vue de réaliser un placement (juge ou établissement). Lorsque l éducateur en charge de la mesure estime que les objectifs de la mesure doivent être modifiés, ou que celle-ci n'est plus adaptée à la situation, il doit impérativement solliciter le délégué ASE et adresser un rapport écrit au responsable de circonscription. Si, en cours de mesure, l éducateur estime que le nombre total d heures commandées est insuffisant au vu de la problématique familiale, il adresse un courrier au responsable de circonscription afin de demander un réajustement du nombre total d heures commandées. Si le responsable de circonscription est favorable à cette proposition, il procédera à une nouvelle demande (à ce sujet voir la note de service du 3 juillet 2006) Aucun engagement financier ne peut être pris par l'éducateur (inscription en colonie de vacances par exemple) sans concertation avec la circonscription d action sociale et sans l'avis du délégué ASE. La mesure d'aed est confiée au Service Educatif et d Investigation. En cas d'absence de l'éducateur pour quelque motif que ce soit (maladie, congés, etc.) qui exerce l'aed, il appartient au Service Educatif et d Investigation d'assurer la continuité de la mesure et notamment d'assurer les interventions nécessaires en cas d'urgence (situation de crise familiale par exemple). 5/7

6 3. Le bilan et l'évaluation de la mesure d'aed Conformément aux dispositions de l'article L.223-5, aucune mesure ne peut être prise pour une durée supérieure à un an. Un bilan écrit est transmis par le directeur du Service Educatif et d Investigation au responsable de circonscription au moins 15 jours avant l'échéance de la mesure, en vue de la concertation à échéance de la mesure. Dans les situations où une concertation est organisée avant échéance de la mesure, un bilan écrit doit être transmis par le Service Educatif et d Investigation avant cette concertation. Tout bilan doit rendre compte de l'évolution de la situation au regard des objectifs fixés lors de la mise en place de la mesure. Il doit indiquer si ces objectifs sont atteints ou non et, le cas échéant, expliquer les écarts par rapport à ces objectifs et proposer des mesures correctives. Le bilan doit faire apparaître les conditions de vie quotidienne de l'enfant au niveau matériel éducatif et scolaire, le contexte psychologique et médical dans lequel évolue celui-ci. L'adhésion et le degré de satisfaction de la famille par rapport au service rendu sont également indiqués dans le bilan de fin de mesure. Si en cours de mesure le Service Educatif et d Investigation estime que la famille n adhère plus à la mesure, il en informe la circonscription d action sociale afin qu une concertation soit organisée pour réévaluer la situation et prendre une décision en fonction. En cas d impossibilité pour l éducateur de rencontrer la famille, l éducateur doit avertir immédiatement la circonscription par écrit (courrier électronique si possible). Par ailleurs, tout incident doit faire l objet d une note écrite transmise au responsable de circonscription. Le cas échéant le service de l'aide sociale à l'enfance peut être amené à solliciter, en accord avec les parents de l'enfant, des éléments psychologiques. Le responsable de circonscription adresse alors un courrier au directeur du Service Educatif et d investigation qui fait procéder à cette évaluation par un psychologue de ses services. 4. Financement de la mesure d'aed Chaque année, le Président du Conseil général arrête le coût horaire de la mesure d'aed. Pour l année 2012, le coût horaire de l AED est fixé à 115 euros. Le Service Educatif et d Investigation facture mensuellement la prestation de la manière suivante: nombre d'heures passées par l'éducateur avec l'enfant et/ou sa famille X coût horaire. Le coût horaire inclut le temps de l'éducateur passé en présence de l enfant et/ou de la famille mais inclut aussi les temps de transport, les temps de réunions et de liaison en circonscription, les temps de rencontre avec les différents acteurs concernés (exemple : enseignants), la rédaction des 6/7

7 écrits relatifs à la mesure d'aed, et, en règle générale, l ensemble des démarches inhérentes à l exercice de la mesure. Pourront par ailleurs être mises en paiement les visites qui, bien que programmées, n ont pas pu être effectuées du fait de l absence de la famille. Chacune de ces visites n ayant pu se dérouler du fait de l absence imprévue de la famille mais ayant entrainé un déplacement de l éducateur au domicile de la famille sera facturée une heure. Chaque situation où l intervenant se déplace en famille, et trouve «porte close», sera enregistrée sur iodas par le SEI. Ceci permettra à la DIS, de transmettre chaque mois, aux circonscriptions concernées, un état des visites n ayant pu être réalisées du fait de l absence de la famille (avec indication du nom de la famille concernée et des dates de visites annulées). Le Service Educatif et d Investigation enregistre mensuellement sur IODAS un état mensuel des heures facturées (heures réalisées + le cas échéant une heure facturée pour chaque visite n ayant pu être honorée du fait de l absence de la famille). A partir de cet état mensuel, le service comptabilité de la Direction des Interventions Sociales établit un état mensuel BO, transmis à chaque circonscription. Si cet état est validé par le responsable de circonscription (une non réponse dans les 8 jours vaut validation), la facture est mise en paiement. Si cet état est contesté par le responsable de circonscription, une négociation est entreprise avec les chefs de service du Service Educatif et d Investigation. Si cette négociation échoue, le responsable de circonscription en informe la Direction des Interventions Sociales, qui interviendra auprès du Service Educatif et d Investigation. Si le nombre total d heures réalisées est supérieur au nombre total d heures commandées, le service de l ASE ne pourra pas payer les heures non commandées. Les chefs de service du Service Educatif et d Investigation se chargeront de comptabiliser régulièrement les heures réalisées par les éducateurs. Dans les situations où ils s aperçoivent que le nombre total d heures réalisées est en passe de dépasser le nombre total d heures commandées, ils en avertiront l éducateur. C est alors à l éducateur en charge de la mesure de demander au responsable de circonscription, en cours de mesure, un réajustement du nombre d heures commandées, s il estime que le nombre total d heures initialement commandées est insuffisant (voir à ce sujet la note de service du 3 juillet 2006). 7/7

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières"

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré Les Grandes Hières Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières" Entre d'une part, le Département des Vosges, 8 rue

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Convention type «lieu de vie et d accueil» Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Entre, d'une part, le Conseil général des Vosges,

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création

Plus en détail

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 Département de Seine-Maritime Direction de l Action Sociale et de l Insertion Service Accompagnement Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 1 Mars 2015 Sommaire

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs Fiche 8. DROITS DES ENFANTS Droits des enfants Les principes énoncés dans le cadre international des droits de l'homme s'appliquent à la fois aux enfants et aux adultes. Les enfants sont explicitement

Plus en détail

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 Textes de référence I. Code de l action sociale et des familles p.2 II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 III. Loi n 2010-625 du 9 juin 20010 relative à

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS. Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS. Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014 REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014 Le présent règlement a pour but de définir le fonctionnement ainsi que les modalités de fréquentation des accueils

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

VILLE DE LA SEYNE-SUR-MER REGLEMENT ADMINISTRATIF DU GUICHET UNIQUE

VILLE DE LA SEYNE-SUR-MER REGLEMENT ADMINISTRATIF DU GUICHET UNIQUE VILLE DE LA SEYNE-SUR-MER REGLEMENT ADMINISTRATIF DU GUICHET UNIQUE PREAMBULE Le service du Guichet Unique est un service municipal ayant pour mission de centraliser les inscriptions aux activités proposées

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CHRS

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CHRS APE2A 88 Rue de la Forêt 35300 FOUGERES Tél : 02-99-99-18-66 Mail : ape2a@wanadoo.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CHRS Préambule : Le règlement de fonctionnement du service Hébergement est établi conformément

Plus en détail

Coordinateur de Structure

Coordinateur de Structure 1 Coordinateur de Structure A l exception du Coordinateur et du Médecin de Prélude dont le rôle est spécifié par la loi 1, les responsabilités du Coordinateur de chaque structure lui sont contractuellement

Plus en détail

Opposable à tous, ce règlement se veut être à la fois un document d'information pour :

Opposable à tous, ce règlement se veut être à la fois un document d'information pour : Le mot du Président Conformément aux dispositions de l'article 34 de la loi n 83-663 du 22 juillet 1983, codifié à l article L.121-3 du code de l action sociale et des familles, l assemblée départementale

Plus en détail

Prestation d'action sociale : prestation "Garde des Jeunes Enfants"

Prestation d'action sociale : prestation Garde des Jeunes Enfants Direction Nationale des Activités Sociales Pôle Restauration Activités Economiques Jeunesse Prestations Service Jeunesse et Prestations Destinataires Diffusion Nationale Tous sevices Contact LEPINE Jean-Marc

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Définition du service normal de jour et du service de garde

Définition du service normal de jour et du service de garde Arrêté du 15 février 1973 modifié, entre autres, par les arrêtés du 21 avril 1977, du 31 décembre 1985, du 18 juillet 1986, du 25 octobre 1994, du 12 mars 1998 et du 6 avril 1999 (art. 14-2 A) - Définition

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-86 DU 11 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE DE STOCKAGE DE PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES NON INFECTIEUX

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE DE STOCKAGE DE PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES NON INFECTIEUX CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE DE STOCKAGE DE PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES NON INFECTIEUX ARTICLE 1 : Objet du marché Le présent marché a pour objet le stockage des prélèvements biologiques non infectieux

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES AIDES FINANCIERES GUIDE DE PROCEDURE DESTINE AUX PROFESSIONNELS

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES AIDES FINANCIERES GUIDE DE PROCEDURE DESTINE AUX PROFESSIONNELS Direction de la Prévention et de l Action Sociale Janvier 2010 REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES AIDES FINANCIERES GUIDE DE PROCEDURE DESTINE AUX PROFESSIONNELS Préambule : La création du fonds d'aide généraliste

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ PROTOCOLE DE COLLABORATION ENTRE L OFFICE DE

Plus en détail

Règlement de fonctionnement de la procédure d admission aux Multi-accueils de la CCPAR

Règlement de fonctionnement de la procédure d admission aux Multi-accueils de la CCPAR Règlement de fonctionnement de la procédure d admission aux Multi-accueils de la CCPAR Contexte : Les élus communautaires ont souhaité que les attributions des places en crèches se fassent dans la plus

Plus en détail

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 La loi n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs dispose que «toute personne majeure

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par :

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par : PROTOCOLE RELATIF A LA PROTECTION ET A L'ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET A LA PREVENTION DE LA RECIDIVE PAR LE TRAITEMENT PENAL ET SOCIAL DES MIS EN CAUSE Entre : L'État représenté

Plus en détail

PROTECTION : MOYENS D ACCUEIL L ACCUEIL PAR UN ASSISTANT FAMILIAL

PROTECTION : MOYENS D ACCUEIL L ACCUEIL PAR UN ASSISTANT FAMILIAL B14 PROTECTION : MOYENS D ACCUEIL L ACCUEIL PAR UN ASSISTANT FAMILIAL B14.1 RÔLE DE L ASSISTANT FAMILIAL L assistant familial est un travailleur social qui exerce une profession d accueil permanent à son

Plus en détail

PARIS DESCARTES I N S T I T U T D E P S Y C H O L O G I E

PARIS DESCARTES I N S T I T U T D E P S Y C H O L O G I E PARIS DESCARTES I N S T I T U T D E P S Y C H O L O G I E DIPLOME D ETAT DE PSYCHOLOGIE SCOLAIRE François MARTY bureau 0012 Directeur des études Laurence ZIGLIARA bureau 10 31 01 55 20 58 16 Responsable

Plus en détail

Le dispositif d accueil a été enrichi et adapté à la diversité des situations individuelles des

Le dispositif d accueil a été enrichi et adapté à la diversité des situations individuelles des Protocole d'accord DPM/OMI /FASILD relatif à la mise en œuvre du service public de l'accueil et du contrat d'accueil et d'intégration du 16 mars 2005 1. Préambule La réussite de l accueil des étrangers

Plus en détail

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes 1 Sommaire GUIDE DE REALISATION DU RAPPORT DE SITUATION COMPAREE... 3 Contenu du rapport... 3 La notion

Plus en détail

Charte des voyages et sorties scolaires

Charte des voyages et sorties scolaires Charte des voyages et sorties scolaires Vu la circulaire n 2011-117 du 3 août 2011 modifiée par la circulaire n 2013-106 du 16 juillet 2013 portant sur les modalités d organisation des sorties et voyages

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 21 OCTOBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/06.568 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation par apprentissage

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration TABLES DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA PRÉSENTE POLITIQUE...-

Plus en détail

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art.

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art. Nouvelle réglementation du droit d'entretien Réflexions professionnelles de la CSIAS sur le projet du DFJP mis en consultation Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile

Plus en détail

Fiche pratique L AIDE SOCIALE A L ENFANCE

Fiche pratique L AIDE SOCIALE A L ENFANCE Juillet 2011 Fiche pratique L AIDE SOCIALE A L ENFANCE Les aides financières Sommaire I. Le droit II. Les démarches pour l admission aux prestations de l aide sociale à l enfance III. La pratique IV. Les

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014 180 181 182 Cet article est complété par les articles 6-1 et 6-3 de l accord NAO 2014 183 Cet ar est complété l article 6-2 l accord N 2014 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL NON TITULAIRE

CONVENTION CADRE DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL NON TITULAIRE CONVENTION CADRE DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL NON TITULAIRE PAR LE SERVICE DE MISSIONS TEMPORAIRES DU CENTRE DE GESTION DEPARTEMENTAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE HAUTE-SAONE SUR LA BASE

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE Faculté de SSP - Institut de Psychologie Personnes de contact : Pour les étudiants de l orientation - Psychologie du conseil et de l orientation

Plus en détail

Annexe Rapport 11. Entre

Annexe Rapport 11. Entre Annexe Rapport 11 CONVENTION FINANCIERE POUR LE VERSEMENT D'UNE DOTATION ANNUELLE A «XXXXX» DANS LE CADRE DE L'EXPERIMENTATION ENGAGEE PAR LE CONSEIL GENERAL DES PYRENEES-ORIENTALES SUR LES SERVICES D'AIDE

Plus en détail

Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets

Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets (organisme) Agréé(e) par Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets ENTRE LES SOUSSIGNES: L Agence Nationale pour les Chèques-Vacances, Établissement public à caractère industriel

Plus en détail

la représentation des personnels

la représentation des personnels Le point sur... la représentation des personnels Nous poursuivons ici notre série d articles entamée dans le N précédent (FP N 190) et consacrée aux organismes de représentation des personnels après les

Plus en détail

RPI FORS - JUSCORPS - ST MARTIN DE BERNEGOUE RÉGLEMENT INTÉRIEUR DES ÉCOLES DU RPI 2015-2016

RPI FORS - JUSCORPS - ST MARTIN DE BERNEGOUE RÉGLEMENT INTÉRIEUR DES ÉCOLES DU RPI 2015-2016 RPI FORS - JUSCORPS - ST MARTIN DE BERNEGOUE RÉGLEMENT INTÉRIEUR DES ÉCOLES DU RPI 2015-2016 1 INSCRIPTION ET ADMISSION Tout enfant du RPI est inscrit dans la commune où il réside quelle que soit la classe

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D'HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D'HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D'HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L'établissement d'hébergement pour personnes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE LOISIRS. Mise à jour septembre 2012

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE LOISIRS. Mise à jour septembre 2012 REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE LOISIRS Mise à jour septembre 2012 Accueil de loisirs périscolaire 2a-2b route de Bonnay 25870 DEVECEY Tél. : 03 81 56 90 38 email : accueildeloisirs.devecey@famillesrurales.org

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de v e n d r e d i 2 0 n o v e m b r e 2 0 0 9 dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de protection des

Plus en détail

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives 2 Vous attendez un enfant? Ce petit guide pratique vous renseigne sur les démarches d état civil (délais et documents à fournir) à effectuer avant

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES La Ville met en place différents accueils périscolaires à destination des enfants de maternelle et d élémentaire dans toutes ses écoles. Ces accueils de loisirs

Plus en détail

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE I. Définition Acte juridique Il crée des droits et des obligations au profit ou à la charge des personnes auxquelles il s'applique. Acte individuel Il s'impose directement

Plus en détail

UNIL Stages de Master en psychologie

UNIL Stages de Master en psychologie UNIL Stages de Master en psychologie Contacts coordinatrices des stages : Mme Coralie Magni-Speck (Coralie.Magni@unil.ch) Mme Eva Clot-Siegrist (Eva.Clot-Siegrist@unil.ch, pour l orientation «conseil et

Plus en détail

Evaluation des enseignants Tableau comparatif

Evaluation des enseignants Tableau comparatif Evaluation des enseignants Tableau comparatif Vous trouverez ci dessous un tableau comparatif concernant le décret lié à l'appréciation de la valeur professionnelle et à l'avancement des enseignants, accompagné

Plus en détail

J.O. Numéro 217 du 19 Septembre 2001 page 14853 Textes généraux Ministère de l'emploi et de la solidarité

J.O. Numéro 217 du 19 Septembre 2001 page 14853 Textes généraux Ministère de l'emploi et de la solidarité J.O. Numéro 217 du 19 Septembre 2001 page 14853 Textes généraux Ministère de l'emploi et de la solidarité Arrêté du 14 septembre 2001 relatif à l'organisation et à l'indemnisation des services de garde

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON

CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON INFORMATISATION DES PROCEDURES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L APPRENTISSAGE DU CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON GUIDE D UTILISATION MODULE EXTRANET DES

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

MISE EN APPLICATION : IMMEDIATE

MISE EN APPLICATION : IMMEDIATE DECISION DU DIRECTEUR GENERAL DE FRANCEAGRIMER Direction Interventions Unité Aides aux exploitations et Expérimentation 12, Rue Rol-Tanguy TSA 20002 93555 Montreuil Cedex INTV-GECRI-2014-57 du 28/08/2014

Plus en détail

CCIRE/CHB/ avril 2014 APPEL A CANDIDATURE

CCIRE/CHB/ avril 2014 APPEL A CANDIDATURE APPEL A CANDIDATURE Diagnostic d accessibilité des commerces, cafés-hôtels restaurants, artisans double-inscrits dans la circonscription de la Chambre de Commerce et d Industrie de Reims et Epernay (E.R.P

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1827 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 123 16 juin 2011 S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES Texte

Plus en détail

Règlement intérieur de l Accueil Collectif de Mineurs (ACM) des vacances scolaires

Règlement intérieur de l Accueil Collectif de Mineurs (ACM) des vacances scolaires Mairie de Séné (56860) Service Enfance-Jeunesse Règlement intérieur de l Accueil Collectif de Mineurs (ACM) des vacances scolaires Préambule Ce règlement intérieur est une annexe au projet éducatif de

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

CALENDRIER PRÉVISIONNEL D'APPEL À PROJETS MÉDICO-SOCIAUX. Compétence de la Préfecture de département

CALENDRIER PRÉVISIONNEL D'APPEL À PROJETS MÉDICO-SOCIAUX. Compétence de la Préfecture de département Annexe 2 CALENDRIER PRÉVISIONNEL D'APPEL À PROJETS MÉDICO-SOCIAUX Compétence de la Préfecture de département Calendrier prévisionnel 2016 modifié relatif à la création de places de centres d accueil pour

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs Centre de Paris Formation Permanente du Centre INRA de Paris CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL Lot 1 : cours individuels Lot 2 : cours collectifs Contacts : Viviane BOCK Sdar/FPL Tél.

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA MOBILITÉ INTERNATIONALE

RÈGLEMENT DE LA MOBILITÉ INTERNATIONALE RÈGLEMENT DE LA MOBILITÉ INTERNATIONALE TITRE 1 PRINCIPES GÉNÉRAUX 1.1. Préambule La mobilité internationale fait partie intégrante de la formation en 5 ans sanctionnée par le diplôme de Science Po Saint-Germain-en-Laye.

Plus en détail

Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique

Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique Le secret professionnel du médecin du travail Guide pratique De très ancienne tradition, le secret médical reste un des piliers de l'exercice de la médecine contemporaine. En effet, «il n y a pas de soins

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Fongecif Bretagne / Cahier des charges VAE page 1 /9 Mise à jour mai 2015 Préambule Le Fongecif Bretagne

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/070 DÉLIBÉRATION N 13/023 DU 5 MARS 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L'AGENCE

Plus en détail

FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE L'AIDE FAMILIALE POPULAIRE / CSF

FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE L'AIDE FAMILIALE POPULAIRE / CSF FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE L'AIDE FAMILIALE POPULAIRE / CSF STATUTS Adoptés par l'assemblée Générale Extraordinaire du 17 septembre 1988, modifiés par l Assemblée Générale Extraordinaire

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

Charte des droits et des libertés de la personne accueillie

Charte des droits et des libertés de la personne accueillie Charte des droits et des libertés de la personne accueillie (Arrêté du 8 septembre 2003) Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

Comité de la Jeunesse au plein air des Landes. Présentation de la Mission Accès aux loisirs pour tous

Comité de la Jeunesse au plein air des Landes. Présentation de la Mission Accès aux loisirs pour tous Comité de la Jeunesse au plein air des Landes Présentation de la Mission Accès aux loisirs pour tous Notre objectif : informer et sensibiliser les élus et les professionnels pour l'accueil d'un enfant

Plus en détail

Inspecteurs de l'éducation nationale

Inspecteurs de l'éducation nationale Inspecteurs de l'éducation nationale Opérations de mutation - année scolaire 2014-2015 NOR : MENH1329565N note de service n 2013-201 du 30-12-2013 MEN - DGRH E2-2 Texte adressé aux inspectrices et inspecteurs

Plus en détail

Délibération n 386/2013 du 25 juillet 2013

Délibération n 386/2013 du 25 juillet 2013 Avis de la Commission nationale pour la protection des données relatif au projet de loi N 6593 portant modification de la loi du 16 juin 2004 portant réorganisation du centre socio-éducatif de l'etat et

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) APPEL A PROJET

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) APPEL A PROJET Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) APPEL A PROJET Conseil général des Ardennes Direction Départementale des Solidarités Politique Sociale Insertion et Développement Social Hôtel du Département

Plus en détail

PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers)

PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers) GTG GT1 Version V5 du 30 mars 2012 PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers) Page : 1/6 A - OBJET Cette procédure décrit les différentes étapes depuis

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C ARIMC CENTRE DE MEYZIEU 112 rue de la République 69330 MEYZIEU Foyer d accueil médicalisé CONTRAT DE SEJOUR Dispositions législatives : loi 2002-2 rénovant l action sociale et médico-sociale et les décrets

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 S A M E D I 2 2 N O V E M B R E 2 0 1 4 P R É S E N T A T I O N P A R V A L E N T I N E D U H A U T, J U R I S T E Présentation de la réunion Le fonctionnement

Plus en détail

Contrat de télétravailleur pendulaire (embauche directe en télétravail pendulaire)

Contrat de télétravailleur pendulaire (embauche directe en télétravail pendulaire) Contrat de télétravailleur pendulaire (embauche directe en télétravail pendulaire) Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité

Plus en détail

Accueil de loisirs Sans Hébergement (ALSH) du Grand Cahors. Règlement Intérieur*

Accueil de loisirs Sans Hébergement (ALSH) du Grand Cahors. Règlement Intérieur* Accueil de loisirs Sans Hébergement (ALSH) du Grand Cahors Règlement Intérieur* Les Accueils de Loisirs Sans Hébergement du Grand Cahors sont gérés par le Centre Intercommunal d Action Sociale du Grand

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT (ALSH)

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT (ALSH) C o m m u n a u t é d e C o m m u n e s d u P a y s M é l u s i n 57 avenue de Poitiers BP 14 86600 LUSIGNAN REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT (ALSH) L accueil de loisirs sans hébergement

Plus en détail

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres Appel d offres national Cahier des charges des prestations de prévention des risques psychosociaux : Diagnostic et Accompagnement à la mise en œuvre d un plan d actions préventif Introduction Commanditaire

Plus en détail

1 CONTEXTE ET DEFINITION

1 CONTEXTE ET DEFINITION REFERENCEMENT DE CABINETS CONSEILS POUR LA REALISATION DE PRESTATIONS DE DIAGNOSTIC RH et FORMATION TPME EXERCICES 2016-2017 DOSSIER DE CONSULTATION Dossier de consultation : DC /14 / N 1/2016 Date de

Plus en détail

ENTENTE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM

ENTENTE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM ENTENTE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ci-après appelé «le Québec»

Plus en détail

REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE)

REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE) Crèche - Nurserie Le Parachute Place du Collège 2 1872 TROISTORRENTS Tél. + Fax 024 477 60 64 leparachute@troistorrents.ch REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE) ARTICLE 1 : Présentation

Plus en détail