Différences de traitement en fonction de la nationalité ou du statut de séjour : justifiées ou non?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Différences de traitement en fonction de la nationalité ou du statut de séjour : justifiées ou non?"

Transcription

1 Différences de traitement en fonction de la nationalité ou du statut de séjour : justifiées ou non?

2 TABLE DE MATIÈRE AVANT-PROPOS... 1 REGISTRES ET CARTES... 3 CHAPITRE 1 : LE PRINCIPE D EGALITE DANS LA JURISPRUDENCE DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME La Cour européenne des droits de l homme et les différences de traitement fondées sur la nationalité et le statut de séjour L interdiction de discrimination prévue par l article 14 de la CEDH peut-elle être invoquée en cas de différence de traitement fondée sur la nationalité? Comment la CEDH juge-t-elle les différences de traitement fondées sur la nationalité? L interdiction de discrimination prévue à l article 14 de la CEDH peut-elle être invoquée en cas de différence de traitement fondée sur le statut de séjour? Le statut de séjour est-il un critère aussi suspect que le critère de nationalité? Conclusion générale Influence de la jurisprudence de la CEDH sur le droit et la jurisprudence belges L évolution du régime belge de sécurité sociale Impact de l arrêt Gaygusuz sur le droit et la jurisprudence belges L évolution du régime belge d assistance sociale Impact de l arrêt Koua Poirrez sur le droit et la jurisprudence belges Conclusion générale CHAPITRE 2 : LE PRINCIPE D EGALITE DANS LE DROIT COMMUNAUTAIRE ET DANS LA JURISPRUDENCE DE LA COUR EUROPEENNE DE JUSTICE All EU citizens are equal but some are more equal than others Les citoyens de l'union et le droit communautaire Principes d égalité en droit européen Différences de traitement controversées entre citoyens de l'union dans la jurisprudence européenne récente Conclusion générale Dans quelle mesure peut-on parler d égalité de traitement pour les ressortissants de pays tiers dans le droit de l Union européenne? Le droit communautaire sur l égalité de traitement des ressortissants de pays tiers Les clauses de non-discrimination dans le droit communautaire Les directives migrations Peut-on justifier les différences d égalité de traitement des ressortissants de pays tiers? Conclusion générale CHAPITRE 3 : LE PRINCIPE D EGALITE DANS LA CONSTITUTION BELGE ET DANS LA JURISPRUDENCE DE LA COUR

3 CONSTITUTIONNELLE Le principe constitutionnel d égalité et de non-discrimination De quel type d inégalité de traitement s agit-il? La jurisprudence de la Cour constitutionnelle au sujet de l inégalité de traitement selon le caractère régulier ou non du séjour Le contrôle de constitutionnalité de la Cour La jurisprudence de la Cour constitutionnelle relative à l inégalité de traitement selon le statut de séjour Les étrangers privilégiés Les étrangers ordinaires Conclusion générale CHAPITRE 4: LE PRINCIPE D EGALITE DANS LA LOI BELGE ANTIRACISME Les critères de discrimination de la loi belge contre le racisme Critères de discrimination directe Critères de discrimination indirecte Quelques réflexions au sujet de la loi belge contre le racisme Les discriminations fondées sur la nationalité et le statut de séjour selon la loi antiracisme Questions préalables au contrôle de la loi antiracisme Le contrôle proprement dit Différence de traitement fondée sur la nationalité et le statut de séjour dans le domaine privé : quelques exemples Article 13 de la loi antiracisme : la clause de nullité Jurisprudence récente en matière de discrimination fondée sur le statut de séjour ÉPILOGUE... 83

4 Avant-propos Quel esle champ de tension, sur le plan juridique, entre une distinction admissible et une discrimination interdite, fondée sur la nationalité ou le statut de séjour? Telle est la question clé de ce texte qui se présente sous la forme d un compte rendu des exposés présentés lors du colloque du 22 octobre Pourquoi avoir choisi ce sujet-là? Pour répondre à cette question, il faut remonter 20 ans en arrière. Lors de sa création, en 1993, le Centre pour l égalité des chances et la lutte contre le racisme s est vu confier la mission de lutter contre les discriminations et de favoriser l égalité des chances. Cette compétence a été étendue dix ans plus tard : depuis 2003, elle consiste aussi à observer les phénomènes migratoires et à veiller au respect des droits fondamentaux des étrangers dans notre pays. Une mission qui a manifestement toute sa raison d être. En effet, les chiffres montrent que nos services de première ligne ont reçu plus de signalements en 2011, dont un bon millier concernait le respect des droits fondamentaux des étrangers. Un cas n est pas l autre, mais toutes ces personnes avaient rencontré un problème d accès à certains services ou à certaines allocations : des services bancaires, des aides sociales et des allocations pour personnes handicapées. Des achats de billets de train ou de bus leur ont également été refusés. Un examen plus attentif de ces dossiers a révélé que les causes de ces différences de traitement n étaient pas uniques. La personne est-elle traitée différemment en raison de sa nationalité étrangère ou parce qu elle ne dispose pas d un titre de séjour valable? Autrement dit, s agit-il d une discrimination interdite, fondée sur la nationalité, ou d une différence de traitement légitime? C est ce champ de tension que nous voulons explorer ici sous l angle juridique. Que disent les normes internationales, européennes et nationales de non-discrimination à propos des différences de traitement fondées sur la nationalité ou le statut de séjour? Comment les juridictions respectives interprètent-elles ces normes? Estiment-elles que ces formes de différences de traitement sont justifiées ou non? Comment la jurisprudence internationale influence-t-elle notre jurisprudence et notre législation belges? Ces questions ne sont pas simples, mais elles sont importantes. Nous espérons que les réponses que vous trouverez dans ce paper ne manqueront pas de vous inspirer et d orienter votre pratique quotidienne. Jozef De Witte Directeur 1

5 Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme tient à remercier les orateurs pour leur précieuse intervention lors du colloque du 22 octobre 2012 ainsi que pour les corrections, les compléments et les suggestions qu ils ont apportées à ce compte rendu écrit. Merci à : Gonnie Put, rédactrice Emmanuelle Bribosia, professeur à l Institut d Études européennes de l ULB Steven Bouckaert, juge au tribunal du travail de Gand Nathan Cambien, chercheur à l Instituut voor Europees recht de la KU Leuven et avocat au barreau de Bruxelles Karin de Vries, chercheuse et chargée de cours en droit public et administratif à la Vrije Universiteit d Amsterdam Bernadette Renauld, référendaire à la Cour constitutionnelle Matthieu Lys, chercheur à la section Droit public de l UCL et avocat au barreau de Bruxelles Ingrid Aendenboom, conseiller juridique au Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme Joos Roets, avocat au barreau de Bruxelles et chercheur à l Instituut voor Constitutioneel Recht de la KU Leuven Steunpunt Gelijkekansenbeleid 2

6 Registres et cartes 1. Registre de la population, registre des étrangers ou registre d attente En Belgique, l'accès des citoyens aux services et aux allocations dépend souvent du titre de séjour qu ils possèdent et donc aussi du registre dans lequel ils sont inscrits : registre de la population, registre des étrangers ou registre d attente. Cela paraît logique, mais on peut se demander si ces différences de traitement fondées sur le statut de séjour sont bien légitimes. Pour bien comprendre ces enjeux, voici une brève description de ces registres et des personnes qui y sont inscrites. Le registre de la population recense les Belges, les ressortissants de pays tiers établis 1, les bénéficiaires du statut de résident de longue durée en Belgique 2, les ressortissants UE titulaires d un droit de séjour permanent et les ressortissants de pays tiers qui disposent d un séjour permanent en tant que membres de la famille d un citoyen de l Union ou d un Belge. Les Belges, les citoyens de l'union avec droit de séjour permanent et les membres de leur famille avec droit de séjour permanent sont automatiquement inscrits au registre de la population. Le ressortissant de pays tiers qui n est pas membre de la famille d un citoyen de l Union n est inscrit au registre de la population que lorsque sa demande d établissement a été autorisée par l Office des étrangers (OE). Il doit apporter la preuve qu il dispose d un séjour illimité et qu il séjourne depuis au moins cinq ans en Belgique de manière régulière et ininterrompue. C est donc l autorisation de la demande d établissement par l OE qui entraîne l inscription du ressortissant de pays tiers dans le registre de la population. L OE peut rejeter cette demande, entre autres, pour des raisons d ordre public et de sécurité nationale. Sont inscrits au registre des étrangers des citoyens de l'union sans droit de séjour permanent et des ressortissants de pays tiers. Parmi ces derniers, certains disposent d un séjour limité, comme les bénéficiaires de la protection subsidiaire, les apatrides avec un séjour limité, les personnes régularisées, les membres de la famille de ressortissants UE ou de pays tiers avec un séjour limité, les ressortissants de pays tiers avec un statut étudiant et les travailleurs migrants issus de pays tiers. 1 Les ressortissants de pays tiers établis sont des citoyens hors UE qui disposent d'un droit de séjour permanent et dont la demande d'établissement a été approuvée. Ils ne peuvent être éloignés du royaume que par un arrêté royal d'expulsion. 2 Il s'agit de citoyens hors UE qui possèdent un permis de séjour européen comme résident de longue durée. 3

7 D autres ont un droit de séjour illimité, entre autres les réfugiés reconnus et les étrangers qui possédaient, au départ, un statut de séjour limité et qui ont obtenu un statut de séjour illimité 3. Enfin, le registre d attente contient les demandeurs d asile 4, les membres de leur famille et les citoyens de l'union qui attendent le contrôle de résidence après leur déclaration d inscription à la commune. 2. Cartes de séjour en Belgique Registre de la population Carte C : Ressortissant de pays tiers autorisé à un séjour illimité (carte B) qui a obtenu le droit d établissement en Belgique Carte D : Ressortissant de pays tiers qui a obtenu le statut de résident de longue durée en Belgique Carte E+ : Citoyen de l Union avec droit de séjour permanent en Belgique Carte F+ : Ressortissant non-européen qui dispose d un droit de séjour permanent en tant que membre de la famille d un citoyen de l Union ou d un Belge Registre des étrangers Carte A (durée limitée) Bénéficiaire de la protection subsidiaire (art. 48/7 de la loi du ) Apatride reconnu avec titre de séjour limité Personne régularisée pour circonstances exceptionnelles (art. 9bis de la loi du 15 décembre 1980/durée limitée) Personne régularisée pour raisons médicales (art. 9ter de la loi du 15 décembre 1980/durée limitée) Membre de famille regroupant un ressortissant non-européen (art. 10 de la loi du 15 décembre 1980/pendant son séjour sous conditions) Etudiant de pays tiers Victime de la traite des êtres humains avec un titre de séjour limité Travailleur migrant ressortissant de pays tiers 3 Les ressortissants de pays tiers autorisés au séjour illimité, mais qui ne sont pas encore établis restent inscrits au registre des étrangers. Ils peuvent être éloignés au moyen d'un arrêté ministériel de renvoi. 4 Un demandeur d'asile peut être un candidat réfugié ou le demandeur d une protection subsidiaire. 5 Loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers. 4

8 Carte B (durée illimitée) Refugiés reconnus Les étrangers qui ont d abord eu un séjour limité sous carte A et qui, en raison de leur situation spécifique, obtiennent un séjour illimité (p. ex. art. 9 ter et protection subsidiaire après cinq ans, membre de famille d un citoyen non-européen après les 3 premières années de séjour, ) Carte E : Le ressortissant UE titulaire d un titre de séjour de plus de trois mois Carte F : Le ressortissant de pays tiers membre de la famille d un citoyen de l Union ou d un Belge Registre d attente Les demandeurs d asile et les membres de leur famille Les citoyens de l'union qui font une déclaration d inscription (dans l attente du contrôle de leur résidence) 5

9 Chapitre 1 : le principe d égalité dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme Cette première partie s ouvre avec une analyse claire et fouillée d Emmanuelle Bribosia quant à la manière dont la Cour européenne des droits de l homme (Cour EDH) juge les différences de traitement fondées sur la nationalité et le statut de séjour. Elle décortique et commente pour cela une série d arrêts prononcés par la Cour entre 1991 et Ensuite, Steven Bouckaert, juge au tribunal du travail, commente deux arrêts de principe, à savoir l arrêt Gaygusuz contre l Autriche 6 et l arrêt Koua Poirrez contre la France 7. Il explique quel a été, à ce jour, leur impact sur les décisions des juridictions belges et comment cette jurisprudence a réorienté notre législation. Tant l affaire Gaygusuz que l affaire Koua Poirrez se situent dans le domaine de la sécurité sociale La Cour européenne des droits de l homme et les différences de traitement fondées sur la nationalité et le statut de séjour Retranscription de l intervention d Emmanuelle Bribosia, Professeure, Institut d Etudes européennes, ULB Quel impact la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme a-t-elle exercé jusqu ici sur les différences de traitement reposant sur la nationalité et le statut de séjour? Nous aborderons d abord la jurisprudence relative aux différences de traitement fondées sur la nationalité étant donné qu elles sont étroitement liées aux différences de traitement fondées sur le statut de séjour. Notre fil conducteur sera la Convention européenne des Droits de l Homme (CEDH), et plus particulièrement son article 14 8, qui est à la base de l interdiction de la discrimination. Un point important est que cet article 14 ne peut être invoqué qu en combinaison avec d autres droits et libertés de la Convention, comme le droit de vivre en famille, le droit à un procès équitable ou le droit à la liberté d expression. Il en résulte que l article 14 de la CEDH ne peut donc pas être utilisé de manière indépendante. 6 CEDH, Gaygusuz c. Autriche, 16 septembre 1996, 17371/90. 7 CEDH, Poirrez c. France, 30 septembre 2003, 40892/98. 8 Art. 14 de la CEDH: Interdiction de la discrimination. La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation. 6

10 L interdiction de discrimination prévue par l article 14 de la CEDH peut-elle être invoquée en cas de différence de traitement fondée sur la nationalité? Le terme de «nationalité» ne figure pas explicitement dans la liste des critères prohibés de discrimination de l article 14 de la CEDH. Mais cette liste mentionne par contre «l origine nationale». Bien que ces deux termes ne soient pas synonymes, la Cour EDH a assez rapidement précisé que l interdiction de discrimination de l article 14 pouvait également s appliquer à des différences de traitement fondées sur la «nationalité». Une telle position se justifiait également par le fait que la liste de motifs prohibés de discrimination contenue à l article 14 de la CEDH n est pas une liste fermée ou exhaustive, en raison de la référence à «toute autre situation» qui permet une interprétation évolutive. En 2000, le Conseil de l Europe a adopté le Protocole 12. L article 1 er de ce Protocole confère un caractère indépendant à l interdiction de discrimination qui y est consacrée. Il précise, en effet, que «la jouissance de tout droit prévu par la loi (et non plus uniquement des droits et libertés reconnus dans la présente convention) doit être assurée, sans discrimination aucune» fondée sur les différents critères énumérés. Autrement dit, il n est plus nécessaire, en vertu de ce Protocole, de combiner l interdiction de discrimination avec un autre droit garanti par la Convention. On relèvera également que malgré l évolution de la société, au moment de l adoption du Protocole 12, il n a pas été décidé de revoir la liste des critères de discrimination prohibés. Il aurait été en effet envisageable d actualiser la liste adoptée en 1950 en ajoutant l orientation sexuelle, l âge, la nationalité ou le handicap. Il a été décidé de ne rien modifier, notamment, au vu de l interprétation évolutive garantie par la Cour EDH et pour éviter toute interprétation a contrario Comment la CEDH juge-t-elle les différences de traitement fondées sur la nationalité? Nous avons précédemment vu que la liste des critères repris à l article 14 de la CEDH pouvait être étendue à des critères qui n y sont pas explicitement mentionnés. Néanmoins, la Cour n aborde pas toutes les différences de traitement de la même façon. Elle opère une distinction dans sa jurisprudence entre les critères dits suspects et les autres. Si un État membre veut justifier une différence de traitement fondée sur l un de ces critères suspects, il doit faire valoir «des considérations très fortes», ce qui revient pour la Cour à effectuer un contrôle renforcé. Depuis l arrêt Gaygusuz contre Autriche, en 1996, la nationalité a été identifiée par la Cour comme un critère suspect. L État doit donc fournir une justification particulière s il veut faire admettre une différence de traitement fondée exclusivement sur la nationalité. 7

11 a) L arrêt Gaygusuz contre Autriche (1996) 9 Les faits Le ressortissant turc C. Gaygusuz avait pratiquement effectué une carrière complète de travailleur salarié en Autriche. Il perd son emploi peu avant d atteindre l âge de la retraite. Pour couvrir la période entre son dernier emploi et la retraite, il demande une allocation d urgence telle qu elle est prévue par la loi. Mais les autorités autrichiennes refusent de la lui accorder pour la seule raison que Gaygusuz ne possède pas la nationalité autrichienne. Gaygusuz conteste ce refus devant les juridictions nationales, mais en vain. L affaire est portée devant la CEDH. Le raisonnement de la CEDH La Cour admet ici, dans le domaine des droits sociaux, que le refus d allouer une allocation d urgence constitue une différence de traitement exclusivement basée sur la nationalité. Elle affirme, dès lors, qu une telle différence de traitement doit faire l objet d un examen approfondi. L article 14 de la CEDH ne pouvant être appliqué qu en combinaison avec un autre droit garanti par la Convention, la question qui se pose est de savoir avec quel droit fondamental cet article pourrait être combiné en l espèce. Celui auquel on songe en premier lieu, bien qu il n aille pas tout à fait de soi, est le droit de propriété, prévu à l article 1 du Premier Protocole additionnel 10 à la CEDH. De fait, la Cour déclare dans l arrêt Gaygusuz que le droit à des prestations sociales contributives est bel et bien inclus dans le droit de propriété de l article 1 du Protocole 1. Mais toutes les différences de traitement entre ressortissants nationaux et étrangers ne sont pas interdites pour autant et les États conservent une certaine marge d appréciation. Dans l arrêt Gaygusuz, la Cour indique seulement qu une différence de traitement exclusivement fondée sur la nationalité est suspecte et que les États doivent pouvoir avancer des considérations très fortes pour justifier cette différence de traitement, en l occurrence entre ressortissants nationaux et étrangers. 9 CEDH, op.cit. 10 Art.1 Protocole 1: Protection de la propriété. Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens. Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international. Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte au droit que possèdent les États de mettre en vigueur les lois qu'ils jugent nécessaires pour réglementer l'usage des biens conformément à l'intérêt général ou pour assurer le paiement des impôts ou d'autres contributions ou des amendes. 8

12 Conclusion Dans l arrêt Gaygusuz, la CEDH conclut que l Autriche n invoque pas des considérations suffisamment fortes. Elle estime dès lors que cette différence de traitement exclusivement fondée sur la nationalité est discriminatoire et elle condamne l Autriche. b) L arrêt Koua Poirrez contre France (2003) 11 Les faits L affaire Koua Poirrez concerne elle aussi une différence de traitement fondée sur la nationalité, mais cette fois dans le domaine des prestations sociales «non contributives». Le requérant est un homme handicapé originaire de Côte d Ivoire qui a été adopté par un Français. Les autorités françaises refusent de lui accorder une allocation pour personne handicapée parce qu il n a pas la nationalité française. Il conteste cette décision devant la justice française. Question préjudicielle à la Cour de Justice Avant de statuer, l une des juridictions françaises a posé une question préjudicielle à la Cour européenne de Justice afin de savoir si une différence de traitement fondée sur la nationalité était compatible avec le droit européen. Mais la Cour de Justice a refusé de se prononcer, arguant du fait que l affaire Koua Poirrez ne relevait pas du champ d application du droit européen puisque le requérant n avait jamais exercé son droit à la libre circulation. Pour la Cour, il n y avait donc rien qui rattachait cette affaire au droit européen, même si le requérant était un ressortissant d un pays tiers 12 qui avait été adopté par un Français. C est pourquoi la Cour s est déclarée incompétente. Après que l intéressé eut épuisé toutes les voies de recours internes en cherchant à s appuyer sur la législation de l Union européenne, l affaire fut portée devant la Cour EDH. Le raisonnement de la CEDH Tout comme dans l affaire Gaygusuz, la Cour EDH admet que la différence de traitement exclusivement fondée sur la nationalité est hautement suspecte et constate l absence de justification objective et raisonnable d une telle différence de traitement entre, d une part, des ressortissants d un pays tiers et, d autre part, des ressortissants français ou des 11 CEDH, op.cit. 12 Un ressortissant d un pays tiers est un étranger originaire d un pays qui ne fait partie ni de l Union européenne ni de l Espace économique européen. Kruispunt Migratie-Integratie, expertisecentrum Vlaanderen-Brussel, vreemdelingenrecht.be, 9

13 ressortissants d un pays avec lequel la France a conclu un accord de réciprocité en matière d aide sociale. Conclusion Comme dans l affaire Gaygusuz, la Cour EDH conclut que seules des considérations fortes peuvent justifier une différence de traitement fondée sur la nationalité, ce qui fait défaut en l espèce. c) Que peut-on déduire de la jurisprudence de la Cour EDH? Une analyse de la jurisprudence de la Cour EDH relative à la différence de traitement fondée sur la nationalité, nous permet en tous cas de déduire ce que la Cour ne considère pas comme étant des considérations très fortes. Ainsi, elle n accepte pas que les États membres invoquent leur responsabilité envers leurs propres ressortissants comme un argument pour justifier la différence de traitement. Revenons-en à l affaire Gaygusuz contre l Autriche. Pour motiver la différence de traitement, l État autrichien avait argué du fait qu un État a une responsabilité particulière vis-à-vis de ses ressortissants nationaux 13, qui consiste à prendre en charge leurs besoins essentiels. Ce qui n est possible, estimait l État autrichien, qu en faisant des choix quant à la répartition des moyens disponibles. Mais la Cour n a pas vu dans ce raisonnement des considérations suffisamment fortes pour justifier une telle différence de traitement. Elle n a pas retenu non plus le motif invoqué dans l affaire Koua Poirrez, à savoir le maintien d un «équilibre entre les recettes et les dépenses de l État dans le domaine social» 14. Les affaires Andrejeva contre Lettonie 15 et Luczak contre Pologne constituent deux autres précédents 16. L affaire Andrejeva concerne l accès au droit à la pension. Le maintien d un système viable de sécurité sociale était ici la raison invoquée pour justifier une différence de traitement entre ressortissants lettons et étrangers. Dans l affaire Luczak contre Pologne, la motivation avancée était la nécessité de protéger le secteur agricole, un secteur économique sous-développé en Pologne. La Cour EDH a considéré qu aucun de ces deux motifs ne constituait des raisons suffisamment fortes pour justifier une différence de traitement exclusivement fondée sur la nationalité. 13 CEDH, op.cit, CEDH, op.cit, CEDH, Andrejeva c. Lettonie, 18 février 2009, 5507/00, CEDH, Luczak c. Pologne, 27 novembre 2007, 77782/01,

14 d) La CEDH qualifie-t-elle de suspectes toutes les différences de traitement fondées sur la nationalité? Cette question appelle une réponse nuancée, comme il ressort d un certain nombre d arrêts plus anciens, dont l arrêt Moustaquim contre Belgique en et l arrêt Chorfi contre Belgique en Ces deux affaires concernent un cas de double peine, autrement dit une décision d expulser, après une condamnation pénale, des ressortissants de pays tiers 19 qui résidaient parfois en Belgique depuis leur naissance. Les faits Moustaquim est un Marocain qui risque d être expulsé au Maroc après une condamnation pénale. Il est alors âgé de 21 ans et vit en Belgique depuis l âge de deux ans. Devant la Cour, Moustaquim invoque l interdiction de discrimination combinée à une violation du droit au respect de la vie privée. Moustaquim estimait qu il avait été traité différemment par rapport à des Belges, mais aussi par rapport à des citoyens de l'union. En effet, ces derniers peuvent aussi être expulsés à certaines conditions, mais une condamnation pénale ne constitue pas un motif suffisant à cet égard. Le raisonnement de la CEDH quant à la différence de traitement entre le requérant marocain et les Belges Comme les ressortissants nationaux ne peuvent jamais être expulsés20, la CEDH estime qu il s agit de deux situations différentes, qui ne sont pas comparables. C est pourquoi cette différence de traitement fondée sur la nationalité ne constitue pas une discrimination, selon la Cour. Le raisonnement de la CEDH quant à la différence de traitement entre le requérant marocain et les citoyens de l'union Ici, la Cour semble considérer que les deux situations sont comparables puisque, contrairement aux Belges, les citoyens de l'union peuvent être expulsés sous certaines conditions. Elle se contente de l existence d un «ordre juridique spécifique», à savoir la Communauté européenne, qui est depuis devenue l Union européenne, comme justification de la différence de traitement fondée sur la nationalité. 17 CEDH, Moustaquim c. Belgique, 18 février 1991, A/ CEDH, Chorfi c. Belgique, 7 août 1996, Reports of judgments and Decisions, 1996 III, CEDH, ibid. 20 Art. 3 du Protocole additionnel n 4 à la CEDH. 11

15 Conclusion Dans l arrêt Moustaquim contre Belgique, la CEDH ne se livre pas à un véritable examen de proportionnalité. Elle estime que l existence d un ordre juridique européen spécifique constitue en tant que telle une justification objective et raisonnable et ne pousse pas plus loin le raisonnement. Dans l arrêt Chorfi contre Belgique, la Cour suit le même raisonnement que dans l affaire Moustaquim, en faisant en outre allusion à un concept de «citoyenneté européenne». e) Comparaison avec la jurisprudence du Comité des Droits de l Homme des Nations Unies affaire Karakurt contre Autriche 21 Il est intéressant de faire une comparaison entre les arrêts de la Cour EDH et le jugement du Comité des Droits de l Homme dans l affaire Karakurt, dans la mesure où le Comité ne suit pas le raisonnement de la Cour. Cette affaire ne concerne cependant pas l expulsion de ressortissants de pays tiers, mais bien le «droit de siéger dans un conseil d entreprise». Les faits La loi autrichienne réserve le droit de siéger au sein d un conseil d entreprise aux Autrichiens et aux ressortissants d États membres de l UE ou de l Espace économique européen (EEE). Le raisonnement du Comité des Droits de l Homme Le Comité condamne l Autriche pour différence de traitement entre les ressortissants de l UE ou de l EEE, d une part, et les ressortissants de pays tiers, de l autre. Contrairement à la Cour, il n accepte pas la justification découlant de la construction d un ordre juridique particulier : pour lui, l existence d un accord international entre l Autriche et les États membres de l UE ou de l EEE ne suffit pas à légitimer la différence de traitement sur la base de la seule nationalité concernant le droit à siéger au sein d un conseil d entreprise. Conclusion Le Comité des Droits de l Homme semble donc être plus exigeant dans cette affaire que la Cour EDH dans les affaires Moustaquim et Chorfi. Selon Olivier De Schutter 22, professeur de droit international et spécialiste des droits de l homme, la justification d une différence de traitement sur base de la création d un ordre juridique européen ne peut être acceptable que 21 Comité des Droits de l Homme, Mümtaz Karakurt c. Autriche, Communication, 965/ O. De Schutter, Links between Migration and Discrimination, Luxemburg, Publication de la Commission de l Union européenne, 2009, p

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À RÉVERSION D UNE PENSION MILITAIRE DE RETRAITE ET D UNE PENSION CIVILE DE RETRAITE

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À RÉVERSION D UNE PENSION MILITAIRE DE RETRAITE ET D UNE PENSION CIVILE DE RETRAITE - II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À RÉVERSION D UNE PENSION MILITAIRE DE RETRAITE ET D UNE PENSION CIVILE DE RETRAITE - 47 II - Les anciens combattants et leurs ayants droit Droit

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de regroupement familial opposé à un ressortissant algérien bénéficiaire de l Allocation aux adultes

Plus en détail

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 35

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 35 - II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ - 35 II - Les anciens combattants et leurs ayants droit Droit à une pension militaire d invalidité Dé nition

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL Statistiques annuelles, 2010-2013 1. Données générales sur les premières cartes pour étrangers ou documents

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 31/03/2009 Cour d appel de Bordeaux ct0274 Audience publique du 22 mai 2008 N de RG: 07/03589 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation ARRET RENDU PAR LA REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 PERMIS DE TRAVAIL A, B, C Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 Loi du 30 avril 1999 relative à l occupation des travailleurs étrangers Arrêté royal du 9 juin 1999 portant exécution de la

Plus en détail

LES TITRES DE SÉJOUR EN BELGIQUE. GUIDE PRATIQUE Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 16 avril 2013

LES TITRES DE SÉJOUR EN BELGIQUE. GUIDE PRATIQUE Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 16 avril 2013 LES TITRES DE SÉJOUR EN BELGIQUE GUIDE PRATIQUE Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 16 avril 2013 INTRODUCTION le présent guide pratique a pour objectif de présenter les différents titres de séjour

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Délibération n 2010-278 du 6 décembre 2010. Règlementation Pensions d invalidité et de retraite Couples PACSés Recommandation.

Délibération n 2010-278 du 6 décembre 2010. Règlementation Pensions d invalidité et de retraite Couples PACSés Recommandation. Délibération n 2010-278 du 6 décembre 2010 Règlementation Pensions d invalidité et de retraite Couples PACSés Recommandation. La haute autorité a été saisie d une réclamation relative aux statuts d une

Plus en détail

LE REGROUPEMENT FAMILIAL LE DROIT AU REGROUPEMENT FAMILIAL AVEC UN RESSORTISSANT DE PAYS TIERS

LE REGROUPEMENT FAMILIAL LE DROIT AU REGROUPEMENT FAMILIAL AVEC UN RESSORTISSANT DE PAYS TIERS LE REGROUPEMENT FAMILIAL LE DROIT AU REGROUPEMENT FAMILIAL AVEC UN RESSORTISSANT DE PAYS TIERS Viktor BALLA Juriste,Ce.R.A.I.C. asbl Le 25 avril 2013 I. INTRODUCTION le regroupement familial est un droit

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009

Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009 Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009 Service public Règlementation Refus d attribution du «minimum vieillesse» Nationalité Observations devant la juridiction La haute autorité a été saisie d une

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjour et diversités des situations.

1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjour et diversités des situations. Index 1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjours. 1.1. Quels sont les différents titres de séjour sur le territoire espagnol ou ceux auxquels une femme immigrée peut prétendre? 1.2.

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4525 Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 13, alinéa 2, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale

Plus en détail

Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011

Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011 Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011 CIRE Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers Objectif : défendre les droits des demandeurs d'asile, des réfugiés et des étrangers

Plus en détail

Numéro du rôle : 4414. Arrêt n 59/2009 du 25 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4414. Arrêt n 59/2009 du 25 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4414 Arrêt n 59/2009 du 25 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 14, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs,

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5864 Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 7, 2, 4, de la loi du 12 janvier 2007 sur l'accueil des demandeurs d'asile

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

Direction générale Office des étrangers DEMANDES D ASILE

Direction générale Office des étrangers DEMANDES D ASILE DEMANDES D ASILE Statistiques mensuelles pour l année 2015 1. Demandes entrantes 1.1. Nombre d inscriptions de demandeurs d asile pour 2015 Mois Nombre d'inscriptions 1 de demandeurs d'asile par type de

Plus en détail

Numéro du rôle : 6159. Arrêt n 36/2016 du 3 mars 2016 A R R E T

Numéro du rôle : 6159. Arrêt n 36/2016 du 3 mars 2016 A R R E T Numéro du rôle : 6159 Arrêt n 36/2016 du 3 mars 2016 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 37, 20, alinéa 3, de la loi coordonnée le 14 juillet 1994 relative à l assurance

Plus en détail

Information pour les citoyens

Information pour les citoyens Information pour les citoyens Vous demandez un visa D, un séjour de + 3 mois en Belgique, ou un changement de statut? Ceci vous intéresse. À partir du 02.03.2015, certains étrangers qui veulent séjourner

Plus en détail

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL Statistiques annuelles, 2010-2014 1. Données générales sur les premières cartes pour étrangers ou documents

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Numéro du rôle : 6156. Arrêt n 59/2016 du 28 avril 2016 A R R E T

Numéro du rôle : 6156. Arrêt n 59/2016 du 28 avril 2016 A R R E T Numéro du rôle : 6156 Arrêt n 59/2016 du 28 avril 2016 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 22sexies de la loi du 17 juillet 1963 relative à la sécurité sociale d outre-mer,

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. Numéro du rôle : 5608 Arrêt n 105/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. La Cour constitutionnelle,

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006.

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006. Date: 10-05-2006 M.B. : 26-05-2006 Circulaire relative au dépassement du délai de transposition de la directive 2004/38 relative au séjour des ressortissants U.E. et des membres de leur famille Prolongation

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/06/2013 Conseil d État N 365638 ECLI:FR:CEORD:2013:365638.20130214 Inédit au recueil Lebon Juge des référés SPINOSI, avocat(s) lecture du jeudi 14 février 2013 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

Les droits des citoyens marocains dans le cadre du système de sécurité sociale espagnol

Les droits des citoyens marocains dans le cadre du système de sécurité sociale espagnol Les droits des citoyens marocains dans le cadre du système de sécurité sociale espagnol 1 Règlements Constitution espagnole de 1978 (art. 13 et 41) La Loi Organique 4/2000 du 11 janvier sur les droits

Plus en détail

A R R E T. copie non corrigée

A R R E T. copie non corrigée Numéro du rôle : 3081 Arrêt n 102/2005 du 1er juin 2005 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 34, 1er, 1 et 1 bis, et 39, 1er, du Code des impôts sur les revenus 1992,

Plus en détail

Si votre demande concerne plusieurs personnes, vous devez payer une redevance par personne.

Si votre demande concerne plusieurs personnes, vous devez payer une redevance par personne. Redevance couvrant les frais de traitement d'une demande d autorisation de séjour, d une demande d admission au séjour, ou d une demande de changement de statut Entrée en vigueur le 02 mars 2015 Depuis

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS >> N 4013 Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg M. M. et Mme S. c/ Caisse d allocations familiales du Bas-Rhin M. Edmond Honorat Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Traduction. Article 1 er : Champ d application

Traduction. Article 1 er : Champ d application Loi sur la libre circulation générale des citoyens de l Union (FreizügG/EU), en date du 30 juillet 2004 (publiée au Journal officiel de la République fédérale d Allemagne BGBl. I, p. 1950, 1986), modifiée

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/198 DÉLIBÉRATION N 08/075 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

ARRETS TEMPORAIRES D ACTIVITE SUITE AUX INNONDATIONS DANS LE SUD DE LA FRANCE EN DECEMBRE 2003 CARTE EUROPENNE D ASSURANCE MALADIE

ARRETS TEMPORAIRES D ACTIVITE SUITE AUX INNONDATIONS DANS LE SUD DE LA FRANCE EN DECEMBRE 2003 CARTE EUROPENNE D ASSURANCE MALADIE SOCIAL N 67 SOCIAL N 25 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 11 mai 2004 ARRETS TEMPORAIRES D ACTIVITE SUITE AUX INNONDATIONS DANS LE SUD DE LA FRANCE EN DECEMBRE 2003 CARTE EUROPENNE D ASSURANCE

Plus en détail

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014 TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA c. ROUMANIE (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG 11 mars 2014 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

Numéro du rôle : 5721. Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5721. Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5721 Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à la loi du 12 avril 1985 «chargeant le Fonds d indemnisation des travailleurs licenciés

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/152 DÉLIBÉRATION N 15/011 DU 3 MARS 2015, MODIFIÉE LE 1 ER SEPTEMBRE 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4741 Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 69, 3, des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE Partie législative du CESEDA Article L313-11 11 du CESEDA (droit au séjour pour raisons médicales)

Plus en détail

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2801 Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation du décret de la Commission communautaire française du 16 janvier 2003 modifiant la loi du 21 avril 1965

Plus en détail

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2763 Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 25 de la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments 1 Projet de loi sur l immigration présenté en Conseil des ministres le 23 juillet 2014 NOR : INTX1412529L Synthèse des principaux éléments ❶ Titres de séjour Catégories de titres de séjour Le visa de long

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ;

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ; jb COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE LYON N 14LY01523 ------------------ M. A. M. Le Gars Président M. Besse Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Lyon

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 12 janvier 2012 fixant les conditions de reconnaissance

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/280 DÉLIBÉRATION N 12/078 DU 4 SEPTEMBRE 2012 RELATIVE À L ÉCHANGE MUTUEL DE DONNÉES D IDENTIFICATION ENTRE L OFFICE

Plus en détail

Droit au regroupement familial

Droit au regroupement familial Droit au regroupement familial Tableau de synthèse Mai 2014 Avec le soutien de : 1 TABLEAU DE SYNTHÈSE DU DROIT AU REGROUPEMENT FAMILIAL Ce tableau réalisé dans le cadre du projet e-fid (Famille, Interculturalité

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

Le droit au crédit-temps

Le droit au crédit-temps Le droit au crédit-temps Le 28 décembre 2011 a été publié au Moniteur belge l Arrêté royal qui a modifié le régime du crédit-temps, et plus particulièrement les conditions d octroi des allocations d interruption

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur CONSEIL D'ETAT N 315441 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur M. Mattias Guyomar Commissaire du Gouvernement Le Conseil d'etat, (Section du contentieux, 6 ème et 1 ère sous-sections

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 CINQUIÈME SECTION Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Les requérantes, M mes Francine Bonnaud et

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

- I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27

- I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27 - I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27 Définition L allocation compensatrice tierce personne est une prestation d aide sociale dont

Plus en détail