LA FRACTURE NUMÉRIQUE : UNE QUESTION DE DEGRÉS?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FRACTURE NUMÉRIQUE : UNE QUESTION DE DEGRÉS?"

Transcription

1 Lutter contre la fracture numérique (1/2) LA FRACTURE NUMÉRIQUE : UNE QUESTION DE DEGRÉS? Par René Begon, chargé de projet au CVFE La généralisation de l utilisation de l ordinateur dans presque tous les secteurs de la vie économique et sociale n empêche pas l existence, entre les citoyens, d inégalités dans l accès ou la maîtrise des nouvelles technologies. Cet écart, qu on appelle la «fracture numérique», concerne toujours un tiers des Wallons. Comment définir ce phénomène dont il est de plus en plus souvent question aujourd hui et, surtout, comment faire pour en réduire les effets, c est la question que nous posons en deux articles. L impressionnant développement de l usage de l ordinateur dans tous les domaines de la vie professionnelle et sociale depuis la fin des années 80 a provoqué l émergence de nouvelles inégalités entre les citoyens, selon leur degré de familiarité vis-à-vis des nouvelles technologies. C est ce qu on appelle la «fracture numérique» 1. Dans un premier article, nous aborderons la définition du phénomène et sa description au niveau wallon, tandis que, dans un deuxième article, nous envisagerons les moyens mis en œuvre pour en réduire les effets. 1 Cette expression, calquée sur l expression «fracture sociale» lancée par Jacques Chirac lors de la campagne pour l élection présidentielle de 1995, se caractérise par la même imprécision, le même aspect fourre-tout et probablement la même absence de caractère opératoire. R. Begon «La fracture numérique : une question de degrés? (1/2)» - 1 -

2 En première approximation, on peut définir la «fracture numérique» comme l écart en termes d équipement et de compétences qui s établit entre la partie de la population qui maîtrise les TIC (technologies de l information et de la communication) et Internet et la partie qui soit n y a pas accès, soit ne s y intéresse pas. La fracture numérique au niveau européen L accès à l ordinateur et à Internet, ainsi que la maîtrise de leur utilisation, font l objet de différences significatives au sein des pays européens. Selon une étude de la Fondation Travail-Université, les écarts suivent une ligne qui sépare le nord-ouest et le sud-est. Ainsi, on a, d une part, L étude constate encore : «la Finlande, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, l'allemagne, le Luxembourg, la Grande-Bretagne; de l'autre côté, le Portugal, l'espagne, l'italie, la Grèce, Chypre, la Slovénie, la Tchéquie, la Hongrie, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie; et, dans un groupe intermédiaire, la Belgique, la France, l'irlande, l'autriche, la Slovaquie, l'estonie. Dans le premier groupe, plus 70% de la population entre 16 et 75 ans utilise un ordinateur et plus de 60% a accès à Internet. Dans le second groupe, ces pourcentages n'atteignent pas 40% de la population. Dans des pays candidats comme la Roumanie, la Bulgarie et la Turquie, ils sont inférieurs à 20%. Dans le groupe intermédiaire, la Belgique se situe un peu au-dessus de la moyenne européenne, avec 61% d'utilisateurs de l'ordinateur et 50% d'accès à Internet» 2. «Au cours des dernières années, la diffusion d'internet a progressé partout, mais les écarts entre pays se sont peu réduits. Seuls quelques pays, comme l'estonie et la Slovaquie, sont en train de franchir le fossé. Dans tous les pays, l'accès aux TIC est inégalement réparti au sein de la population. Les écarts les plus significatifs sont observés en fonction du niveau d'instruction, en fonction du revenu, selon l'âge et en fonction de la composition familiale (net avantage aux familles biparentales avec enfants). Les écarts en fonction de la densité de population sont moins importants, quoique l'accès à l'internet à large bande soit souvent problématique dans les zones rurales faiblement peuplées. Le niveau de développement économique est une variable importante: dans les zones défavorisées ("Objectif 1" des fonds structurels), le taux d'accès à Internet de la population n'est que 29%, contre 55% en moyenne dans les zones hors Objectif 1» 3. Le 11 juin 2006, à Riga en Estonie, le Conseil européen et la Commission ont adopté une déclaration commune (la «déclaration de Riga») comportant «une série d engagements pour combattre les risques d exclusion sociale liés au développement d internet et, plus généralement, des technologies de l information et de la communication (TIC)» 4. 2 «La dimension européenne de la lutte contre la fracture numérique», dans La lettre Emerit, Namur, Fondation Travail- Université, 2006, page1. 3 Ibidem. 4 Ibidem. R. Begon «La fracture numérique : une question de degrés? (1/2)» - 2 -

3 L usage des TIC en Wallonie Depuis plusieurs années, l Agence wallonne des télécommunications (AWT) procède chaque année à une enquête sur les usages des TIC par les citoyens wallons. Pour 2008, l étude réalisée par l AWT établit que 65 % des ménages wallons disposent d un ordinateur à la maison, une proportion inchangée depuis Cependant, beaucoup de ces ménages disposent désormais de plusieurs ordinateurs (32 % en ont 2, 15 % au moins 3), dont notamment un nombre croissant de machines portables («73 % de PC portables parmi les foyers disposant d au moins un ordinateur»). Cela signifie néanmoins que 35 % des ménages wallons, soit plus d un ménage sur trois, ne possèdent pas d ordinateur. Mais la situation évolue favorablement : en 2004, les ménages sans ordinateurs représentaient encore 45 %. D autre part, comme en 2007, 70 % de la population active wallonne (50 % de la population totale) ont utilisé un ordinateur en En ce qui concerne la connexion à Internet, 59 % des ménages en disposaient en 2008 (40 % en 2004, 51 % en 2005), contre 41 %, près de la moitié, qui ne l ont pas. Plus de la moitié des ménages connectés disposent d un réseau WIFI. En matière d usage, «71 % des Wallons de 15 ans et plus ont utilisé Internet au moins une fois au cours de l année 2008», 55 % d entre eux étant des utilisateurs assidus, avec une préférence pour le courrier électronique et la banque en ligne. D autre part, «38 % des internautes publient des informations sur Internet (via des blogs, sites personnels, albums photos ou autres supports de l Internet) ( ) Enfin, 61 % des internautes utilisent au moins occasionnellement les services administratifs présents sur la toile». La fracture numérique en Wallonie Il n en reste pas moins que 30 % des Wallons n utilisent jamais d ordinateur et 29 % jamais Internet 6. Cela signifie que la fracture numérique touche au bas mot un tiers de la population wallonne. On constate que certains types de citoyens sont davantage que d autres exposés à être concernés par ce phénomène : les femmes, les personnes de plus de 50 ans, les personnes ne disposant que d un faible niveau d instruction, les inactifs de plus de 60 ans, les personnes à faible ou très faible revenu, les isolés et les couples sans enfants. En d autres termes, la fracture numérique est un phénomène qui présente des aspects générationnels, éducationnels, culturels, sociaux et économiques 7. Ainsi, parmi les obstacles invoqués par les «non usagers» d Internet pour expliquer ce fait, on peut citer : l inutilité (47 %), le manque d intérêt (43 %), le fait de ne pas disposer d ordinateur ou de connexion (23 %), la difficulté de la manipulation (22 %), le grand âge (20 %), le coût (17 %), la difficulté de s adapter aux nouvelles technologies (13 %), le manque de temps (10 %). Cependant, l AWT évalue à 8 % de la population wallonne les personnes qui contournent le problème en demandant à des proches de faire des recherches pour eux sur Internet (ce que l étude nomme de manière barbare les «proxys»). 5 Usages TIC 2008 des citoyens wallons, enquête annuelle réalisée par l AWT (Agence wallonne des télécommunications), juin 2009, 109 pages (www.awt.be). 6 Ouvrage cité, page Ouvrage cité, pages R. Begon «La fracture numérique : une question de degrés? (1/2)» - 3 -

4 L AWT a déterminé les six profils principaux des Wallons touchés par la fracture numérique : «1. résistants à la nouveauté et réfractaires (14%), 2. non usagères actives ou inactives avec proxys (14%), 3. fracturés sociaux actifs avec proxys (8%), 4. fracturés sociaux inactifs et sans proxy (6%), 5. seniors en couple sans proxy (34%), 6. seniors seuls sans proxy (22%)» 8. Il en ressort que 56 % des non utilisateurs d Internet sont des personnes âgées de plus de 65 ans (catégories 5 et 6), alors que les adversaires de la technologies et les femmes constituent un autre groupe de 28 % (catégories 1 et 2) et qu un dernier groupe de 14 % concerne plutôt des personnes à très faible revenu (catégories 3 et 4). Fracture numérique et genre On vient de voir que 14 % des non-utilisateurs d internet sont des femmes qui ont recours à une tierce personne pour chercher des informations sur le net. Au-delà de cette constatation, on peut se demander si le genre a une incidence sur la fracture numérique. Au niveau wallon, l AWT observe qu en 2008, les femmes restent moindres utilisatrices d internet que les hommes : 64 % des femmes utilisent internet contre 78 % des hommes 9. Cependant, l écart entre les sexes a diminué de 3 points entre 2007 et D autre part, cet écart grandit chez les personnes seules : seulement 31 % des femmes isolées sont internautes, contre 58 % des hommes seuls 10. Une différence de genre apparaît aussi au niveau de la possession d un ordinateur. L enquête de l AWT observe que «l'adoption de l'ordinateur est plus importante dans les ménages où le chef de ménage est un homme, ayant moins de 65 ans et avec un maximum dans la tranche d'âge de 30 à 44 ans, ayant un emploi ou étudiant et ayant un niveau d'études élevé». Ainsi, si 70 % des ménages dont le chef de famille est un homme disposent d un ordinateur, ce chiffre retombe à 53 %, s il s agit d une femme 11. D autre part, «les personnes seules, surtout les femmes, et les ménages de deux personnes sont les plus défavorisés dans l'adoption de l'ordinateur». Effectivement, la différence est importante chez les personnes isolées : seules 27 % des femmes seules disposent d un ordinateur au domicile, contre 48 % des hommes seuls Ouvrage cité, page Usages TIC 2008 des citoyens wallons, ouvrage cité, page Ouvrage cité, page Ouvrage cité, pages 29 et Ouvrage cité, pages 29 et 30. R. Begon «La fracture numérique : une question de degrés? (1/2)» - 4 -

5 Les deux degrés de la fracture numérique A partir des années 90, la recherche en sciences sociales a commencé à se pencher sur la notion de fracture numérique : «Initialement, les travaux de recherche sur la question envisageaient surtout la fracture numérique comme une forme d exclusion de ceux n ayant pas accès aux TIC, l accès étant appréhendé dans sa dimension, matérielle : l équipement et la connexion. Cette perspective de la fracture numérique, qui place l équipement technologique au centre de l analyse, présuppose implicitement que les TIC sont des technologies génériques dont le simple accès conduirait automatiquement à l usage, quel que soit le milieu économique, social et culturel dans lequel elles sont diffusées» 13. Cependant, parallèlement à une critique de la faiblesse conceptuelle de la notion, cette approche techniciste cède de plus en plus la place à une vision plus nuancée qui cherche à cerner les différents types d inégalités que peut recouvrir la notion de fracture numérique : «Cette perspective critique met l accent sur le caractère multidimensionnel du concept de fracture numérique. Elle plaide pour une approche plus holistique de la problématique et considère en ce sens qu il est plus judicieux de parler des fractures numériques plutôt que de la fracture, tant sont diverses les inégalités que cette notion peut recouvrir. En effet, l inégalité numérique se pose en des termes complexes et selon différents facteurs de différenciation» 14. Dès lors, on en arrive aujourd hui à parler de «fracture numérique au second degré» : «Cette expression désigne une sorte de fracture dans la fracture : les nouveaux clivages ne se situent plus au niveau de l accès physique et matériel aux TIC, mais parmi les utilisateurs selon les types d usages qu ils font, non seulement de ces technologies, mais aussi des services et informations accessibles en ligne. Plus précisément, l analyse porte sur les inégalités sociales qui peuvent résulter de la différenciation des usages de ces technologies numériques, une fois que la barrière de l accès est surmontée. Comme le souligne Warschauer (2003, p.46) : la question clé devient alors non plus l accès inégal aux ordinateurs, mais bien les manières inégales dont les ordinateurs sont utilisés. Dans ce cas, l enjeu est de cerner à quel moment les trajectoires d usages différenciées sont susceptibles de se transformer en véritables inégalités (Le Guel, 2004)» 15. Cette distinction s avère particulièrement pertinente sur le plan politique. En effet : «L hypothèse sous-tendue par l existence d une fracture numérique dite de second degré est que pallier le déficit en termes d équipement et de connexion est une condition nécessaire, mais non suffisante, pour réduire les inégalités sociales issues de la diffusion des TIC dans la société. En effet, l accès aux TIC ne conditionne pas automatiquement leur usage effectif et encore moins leur usage autonome et efficace» Brotcorne (Périne)-Valenduc (Gérard), Construction des compétences numériques et inégalités. Une exploration de la fracture numérique au second degré, Namur, Fondation Travail-Université, 2008, page Brotcorne (Périne)-Valenduc (Gérard), ouvrage cité, page Ibidem. 16 Brotcorne (Périne)-Valenduc (Gérard), ouvrage cité, page 17. R. Begon «La fracture numérique : une question de degrés? (1/2)» - 5 -

6 Ainsi, s il n est pas question de négliger l importance de la démocratisation de l accès matériel et financier aux technologies nouvelles, la valorisation de la question de leurs usages conduit à mettre en évidence l enjeu constitué par les «compétences et moyens cognitifs dont disposent les individus pour s approprier pleinement les contenus de l information et des services en lignes» 17. Dans un second article, nous ferons le point sur les différentes pistes qui ont été proposées en Belgique pour lutter contre la fracture numérique, qu elle soit du premier ou, surtout, du second degré. La fracture numérique : une question de degrés? (1/2) Collectif contre les violences conjugales et l exclusion (CVFE asbl) : 9, rue Sœurs de Hasque Liège Publications (analyses et études) : Contact : René Begon Avec le soutien du Service de l Education permanente de la Communauté française et de la Région wallonne 17 Ibidem. R. Begon «La fracture numérique : une question de degrés? (1/2)» - 6 -

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre.

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre. Analyse n 3/2012 du RIEPP 1 Lorsque l'enfant paraît... à propos du repos d'accouchement, du congé de maternité, de paternité et autres congés parentaux et de l'égalité des genres en Europe Joëlle Mottint,

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

La fracture numérique en Belgique

La fracture numérique en Belgique La fracture numérique en Belgique Une analyse des données statistiques existantes Gérard Valenduc Étude réalisée par la Fondation Travail-Université (FTU) et publiée avec le soutien de la Communauté française

Plus en détail

La lutte contre la fracture numérique en Belgique

La lutte contre la fracture numérique en Belgique CEP G Le 7 mai 2008. La lutte contre la fracture numérique en Belgique Thierry De Coster Depuis le début des années 90, nous assistons à une véritable invasion des TIC dans la sphère privée de nos concitoyens.

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

Transmission des taux de conversion, pour le 2 e trimestre 2015, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72.

Transmission des taux de conversion, pour le 2 e trimestre 2015, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72. CIRCULAIRE N 2015-07 DU 12 MARS 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX004-ACE Titre Coordination des régimes d'indemnisation du chômage au sein de l'union européenne et des Etats parties à l'accord

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 février 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 février 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 février 12 L ACCES DES BELGES A L INTERNET CONTINUE DE PROGRESSER En 11, 77% des ménages avaient un accès à internet, majoritairement à large bande. Cela ressort des

Plus en détail

Etre disposé à accepter un emploi en Suisse Paiement de l indemnité de chômage Se munir du formulaire E303 Rechercher un emploi à l étranger

Etre disposé à accepter un emploi en Suisse Paiement de l indemnité de chômage Se munir du formulaire E303 Rechercher un emploi à l étranger REMARQUES Le présent Info-Service est un complément à l Info-Service «Etre au chômage» (N 716.200). Il donne aux Suisses, Islandais, Liechtensteinois, Norvégiens, et ressortissants des Etats membres de

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Transmission des taux de conversion, pour le 2 ème trimestre 2014, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72.

Transmission des taux de conversion, pour le 2 ème trimestre 2014, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72. CIRCULAIRE N 2014-12 DU 9 AVRIL 2014 Direction des Affaires Juridiques INSW0014-JKR Titre Coordination des régimes d'indemnisation du chômage au sein de l'union européenne et des Etats parties à l'accord

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus*

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus* Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats Vincent Marcus* En 2003, le salaire brut annuel moyen d un travailleur à temps complet de l industrie ou des services s

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

Transmission des taux de conversion, pour le 3 ème trimestre 2013, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72.

Transmission des taux de conversion, pour le 3 ème trimestre 2013, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72. CIRCULAIRE N 2013-16 DU 25 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0016-ACE Titre Coordination des régimes d'indemnisation du chômage au sein de l'union européenne et des Etats parties à l'accord

Plus en détail

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 09.12.2013, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1313-70 Enquête 2012

Plus en détail

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Le programme Erasmus + à Sciences Po La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Qu est ce que le programme Erasmus +? Erasmus + est un programme de la Commission Européenne destiné à encourager

Plus en détail

Diversité et vulnérabilité dans les usages des TIC

Diversité et vulnérabilité dans les usages des TIC Diversité et vulnérabilité dans les usages des TIC La fracture numérique au second degré Annexe : aperçu statistique Programme Société & Avenir Projet TA-B9-025 Périne Brotcorne Lotte Damhuis Véronique

Plus en détail

PM 6 1/3. Entrer et voyager dans un autre pays de l'union européenne

PM 6 1/3. Entrer et voyager dans un autre pays de l'union européenne POTENTIEL DE MOBILITÉ PROFESSIONNELLE F ICHE INT ERVE NANT (E) Europe express 1/3 PM 6 COMPLÉMENTS D INFORMATIONS Entrer et voyager dans un autre pays de l'union européenne Définition : Pays de l'union

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe Cote du document: EB 2007/92/R.55 Point de l ordre du jour: 22 c) Date: 23 octobre 2007 Distribution: Publique Original: Anglais F Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l

Plus en détail

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications)

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications) Liste des tarifs Liste des tarifs Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Liste des tarifs 2 Sommaire

Plus en détail

S installer en France en tant que travailleur indépendant

S installer en France en tant que travailleur indépendant Ressortissants étrangers S installer en France en tant que travailleur indépendant Édition 2015 S installer en France en tant que travailleur indépendant Vous avez l intention de vous installer en France

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Les Documents de séjour des Etrangers

Les Documents de séjour des Etrangers Les Documents de séjour des Etrangers Pas toujours facile de s'y retrouver! Par G GEERTS (CJD) En effet, la plupart des cartes électroniques pour étrangers ont une validité de 5 ans, mais le séjour est

Plus en détail

ANNEXE I AVANCES SUR PENSIONS ALIMENTAIRES, ALLOCATIONS SPÉCIALES DE NAISSANCE ET D ADOPTION. [Article 1 er, point z)]

ANNEXE I AVANCES SUR PENSIONS ALIMENTAIRES, ALLOCATIONS SPÉCIALES DE NAISSANCE ET D ADOPTION. [Article 1 er, point z)] ANNEXE I (1)(5)(A) AVANCES SUR PENSIONS ALIMENTAIRES, ALLOCATIONS SPÉCIALES DE NAISSANCE ET D ADOPTION [Article 1 er, point z)] I - Avances sur pensions alimentaires (1) BELGIQUE Avances sur pensions alimentaires

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

À propos de l euro. - Le Danemark - Le Royaume-Uni - La Suède

À propos de l euro. - Le Danemark - Le Royaume-Uni - La Suède À propos de l euro Le 1er janvier de l'an 2002, les billets et les pièces en euros remplaceront les francs. Le taux de l'euro est fixé à : 1 euro pour 6,55957 francs Chaque pays candidat à la monnaie unique

Plus en détail

Etude sur les communications électroniques auprès des ménages. Résumé. Eurobaromètre Spécial

Etude sur les communications électroniques auprès des ménages. Résumé. Eurobaromètre Spécial Eurobaromètre Spécial Commission Européenne Etude sur les communications électroniques auprès des ménages Terrain Décembre 2005 Janvier 2006 Publication Juillet 2006 Résumé Eurobaromètre Spécial 249 /

Plus en détail

Une génération internet parmi les seniors?

Une génération internet parmi les seniors? Note d éducation permanente de la Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 1, mars 2012 www.ftu.be/ep Une génération internet parmi les seniors? Les TIC, entre inégalités et opportunités Internet n est

Plus en détail

La domiciliation européenne SEPA

La domiciliation européenne SEPA _ FR La domiciliation européenne SEPA Une solution de prélèvement optimisée La zone SEPA compte 32 pays : les 27 États membres de l Union européenne + l Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute Offre à l attention de Monsieur Promu P2014 Vous Nom : Monsieur Promu P2014 Adresse :, Date de naissance : 01/06/1989 Age à la souscription :

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Novembre 2011 Droit de libre circulation et de séjour des citoyens

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

SOGECASH NET. vos opérations bancaires en ligne

SOGECASH NET. vos opérations bancaires en ligne ENTREPRISES GESTION DES FLUX SOGECASH NET vos opérations bancaires en ligne SOGECASH NET Gestion des comptes bancaires sur Internet Sogecash Net est un ensemble de services sur Internet, depuis un ordinateur,

Plus en détail

Employee Privilege Programme. La téléphonie, l internet et la télévision à un prix super avantageux

Employee Privilege Programme. La téléphonie, l internet et la télévision à un prix super avantageux Employee Privilege Programme La téléphonie, l internet et la télévision à un prix super avantageux De substantielles économies sur votre Pack Votre avantage EPP : une réduction mensuelle permanente sur

Plus en détail

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS INTRO POUR LES ENSEIGNANTS Cette ligne du temps illustre l histoire de l Union européenne. Vous pouvez l imprimer par section et l afficher

Plus en détail

Service de Recharge Téléphonique International pour Consommateur et Marchand

Service de Recharge Téléphonique International pour Consommateur et Marchand Service de Recharge Téléphonique International pour Consommateur et Marchand Mars 2015 Résumé des services proposés CY.SEND est un fournisseur de recharges pour mobiles prépayés à l international, notre

Plus en détail

Partout et à tout moment

Partout et à tout moment Voyagez rassurés 2 Partout et à tout moment Partout et à tout moment. Quoi qu il arrive, Inter Partner Assistance vous assiste et vous conseille, n importe où, toute l année et à toute heure du jour ou

Plus en détail

Echange de permis de conduire étranger

Echange de permis de conduire étranger Echange de permis de conduire étranger 1. Documents exigés 1.1 Formulaire «demande d un permis de conduire sur la base d un permis de conduire étranger» ; 1.2 attestation d un opticien agréé ou d un médecin

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement JANVIER 2013 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

Questions - Réponses PARAFES

Questions - Réponses PARAFES 1. Que signifie? signifie Passage Automatisé Rapide Des Frontières Extérieures Schengen. 2. L inscription à est-elle gratuite? 3. Où et quand s inscrire au programme? Il est possible de s inscrire en se

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

Main-d'œuvre étrangère : Rappels utiles et mesures d'accompagnement

Main-d'œuvre étrangère : Rappels utiles et mesures d'accompagnement Main-d'œuvre étrangère : Rappels utiles et mesures d'accompagnement Michèle Ducret OCIRT / MOE Théophane Savioz OCPM 29 septembre et 1 er octobre 2015 Main-d'œuvre étrangère / Secteur emploi Entrée en

Plus en détail

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour leur mission à l étranger - pour une

Plus en détail

DRIVERBOOK 2015. Paris Cergy Pontoise Racing Kart de Cormeilles. Driverbook SWS SODI WORLD FINALS 2015-1 -

DRIVERBOOK 2015. Paris Cergy Pontoise Racing Kart de Cormeilles. Driverbook SWS SODI WORLD FINALS 2015-1 - DRIVERBOOK 2015 Paris Cergy Pontoise Racing Kart de Cormeilles Driverbook SWS SODI WORLD FINALS 2015-1 - Félicitations! A l issue de la saison SWS 2014, vous avez remporté votre précieux sésame pour participer

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Baromètre de la société de l information

Baromètre de la société de l information Baromètre de la société de l information BAROMÈTRE DE LA SOCIETE DE L INFORMATION (2014) http://economie.fgov.be L édition 2014 du Baromètre de la société de l information est disponible sur le site web

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1417964L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1417964L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant la ratification de l accord concernant le transfert et la mutualisation des contributions

Plus en détail

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre www.supagro.fr Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Objectifs des politiques

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/AC.2/2001/12 8 août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE Comité de gestion de la Convention TIR de

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Les TIC dans les ménages et chez les particuliers en 2014. Sommaire. Les TIC dans les ménages et chez les particuliers en 2014 3.

Les TIC dans les ménages et chez les particuliers en 2014. Sommaire. Les TIC dans les ménages et chez les particuliers en 2014 3. Sommaire Les TIC dans les ménages et chez les particuliers en 2014 3 Introduction 5 1. Les ménages et l utilisation des TIC 7 2. Les particuliers face à l utilisation des TIC 9 3. Compétences informatiques

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2.1. Méthode et outils d analyse 2.1.1. Méthode générale L'étude a été organisée en quatre phases, structuration de l'étude, observation, analyse et évaluation, décrites

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

GRILLE TARIFAIRE. Offre THD Particuliers Ste Anne. Tarif en vigueur au15 octobre 2015

GRILLE TARIFAIRE. Offre THD Particuliers Ste Anne. Tarif en vigueur au15 octobre 2015 GRILLE TARIFAIRE Offre THD Particuliers Ste Anne Tarif en vigueur au15 octobre 2015 Offre internet et fixe Offre réservée aux particuliers pour toute installation créée sur la commune de Sainte Anne (Guadeloupe)

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Carte Familles nombreuses

Carte Familles nombreuses logo quadri n Carré Noir le 13-12 - 2004 Carte Familles nombreuses DE QUOI S AGIT-IL? 1 La carte Familles nombreuses vous permet d obtenir des avantages tarifaires ou autres chez certains commerçants affichant

Plus en détail

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Département reconnaissance des diplômes Centre ENIC-NARIC France Module 1 première partie Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Projet ERASMUS+ «Appui à l utilisation des outils de mobilité

Plus en détail

applicable de l opérateur de l appelant) : +352 2889 9009 / +352 671 applicable de l opérateur de l appelant): + 352 2889 9009/ +352 671

applicable de l opérateur de l appelant) : +352 2889 9009 / +352 671 applicable de l opérateur de l appelant): + 352 2889 9009/ +352 671 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Fin de l offre promotionnelle : Différences / avantages de l offre promotionnelle : Lien vers l offre promotionnelle : 1. Nom de l entreprise

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

EN CAS D URGENCE / 2015

EN CAS D URGENCE / 2015 www.citroen-europass.com EN CAS D URGENCE / 2015 CITROËN Euro Pass Assistance 24 h/24 et 7 j/7 Depuis la France : 01 49 93 73 74 Depuis l étranger : +33 1 49 93 73 74 SOMMAIRE / 2015 QUE FAIRE EN CAS DE

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

EN CAS D URGENCE / 2015

EN CAS D URGENCE / 2015 www.peugeot-openeurope.com EN CAS D URGENCE / 2015 Assistance 24 h/24 et 7 j/7 Depuis la France : 01 47 89 24 24 Depuis l étranger : +33 1 47 89 24 24 SOMMAIRE / 2015 QUE FAIRE EN CAS DE PANNE, ACCIDENT,

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

des Côtes d Armor Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément

des Côtes d Armor Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément des Côtes d Armor AEEH Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément 1 Pièces à joindre Pour permettre le traitement de votre demande, pensez à joindre à ce formulaire, daté

Plus en détail

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 En 2010, le nombre des situations de pauvreté a augmenté et s'est diversifié. Selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux (Insee),

Plus en détail

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2013 8, juillet 2013 www.ftu.be/ep L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Quelle évolution depuis le nouveau plan

Plus en détail