Une introduction au nouveau guide de la SCHL sur les réserves de remplacement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une introduction au nouveau guide de la SCHL sur les réserves de remplacement"

Transcription

1 Supplément technique à l intention des coopératives qui ont Octobre 1998 une convention d exploitation administrée par la SCH Une introduction au nouveau guide de la SCH sur les réserves de remplacement a Société canadienne d hypothèques et de logement a dévoilé son guide sur les réserves de remplacement le 1er avril. Après avoir entendu de nombreuses préoccupations de nos membres au fil des années, la FHCC avait demandé à la SCH d examiner une nouvelle approche pour régir les dépenses de la réserve de remplacement. a SCH a commencé cet examen il y a près de deux ans. e résultat est un document intitulé «a réserve de remplacement : guide d utilisation». Il s'applique aux coopératives administrées par la SCH et il est disponible en anglais et en français. Ce guide de 10 pages vise à simplifier et à normaliser la façon dont votre coopérative utilise les fonds de sa réserve de remplacement. Il ne remplace pas votre convention d'exploitation, mais vient plutôt la compléter. Il offre une méthode de travail qui permet d éliminer une bonne part des tâches administratives requises auparavant. e guide encourage les coopératives à planifier les dépenses de leur réserve de remplacement et il offre des mesures d'encouragement à celles qui le font. Dans ce supplément technique, nous vous donnons un aperçu du guide, en examinant les principales sections et en vous aidant à mieux comprendre ce qu'il peut vous offrir. Mais assurez-vous de lire le guide de la SCH au complet. Heureusement, il est rédigé en langage clair. 'OBJECTIF DU GUIDE a première page du guide définit ce qu'est une réserve de remplacement et présente l objectif du guide. e guide : décrit ce qu'est un élément d'immobilisations précise quand un élément d'immobilisations devrait être remplacé et par quoi il devrait être remplacé précise les coûts qui ne peuvent être payés à l aide de la réserve de remplacement fournit une liste type des éléments d'immobilisations dont le remplacement ou la réparation peut être financé à l'aide des fonds de la réserve de remplacement précise certaines exceptions et variantes à la liste type établit les règles régissant les dépenses de la réserve. e guide est divisé en trois grandes parties. a première porte sur les éléments d'immobilisations : ce qu'ils sont, quand ils doivent être remplacés et par quoi. a deuxième fournit un ensemble de lignes

2 2 directrices pour dépenser les fonds de la réserve de remplacement. Et la troisième traite de l approbation de la SCH. É ÉMENTS D IMMOBIISATIONS Définition d un élément d immobilisations e guide sur la réserve de remplacement définit ce qu est un élément d'immobilisations. Il précise que les éléments d'immobilisations sont des composantes majeures de vos bâtiments et de vos propriétés, dont la plupart ont une durée utile assez longue. eur durée de vie utile se termine lorsqu'il est plus rentable de les remplacer que de les réparer. Cette section du guide précise également que les réparations ou les rénovations majeures peuvent être considérées comme des éléments d'immobilisations, si leur coût ne peut être facilement payé à partir du budget de fonctionnement annuel. Cela représente un avantage majeur pour les coopératives. Cela signifie que les coopératives peuvent maintenant payer pour des projets importants comme la peinture d une clôture extérieure à même leur réserve de remplacement. Auparavant, la SCH considérait ces coûts comme des dépenses de fonctionnement. es coopératives devaient les payer à partir de leur budget de fonctionnement ou économiser pour les payer en dehors de leur réserve de remplacement. Maintenant, leur coût peut être planifié comme toute autre dépense de la réserve de remplacement. a liste des éléments d'immobilisations types a définition est suivie d une liste d'éléments d'immobilisations types. Auparavant, la seule liste dont votre coopérative disposait concernant les dépenses d immobilisations préautorisées était celle qui renfermait les quelques éléments mentionnés dans votre convention d'exploitation. Tous les autres éléments exigeaient l'approbation explicite de la SCH. es coopératives ont maintenant une liste de plus d une quarantaine d éléments pour lesquels elles peuvent dépenser les fonds de leur réserve de remplacement. Cette liste sera une liste commune pour toutes les coopératives administrées par la SCH. Vous n'aurez plus besoin de vous fier à l'interprétation de votre succursale de la SCH. Exceptions à la liste type De plus, le guide permet aux coopératives d ajouter des éléments à cette liste type. e guide offre des exemples d'éléments acceptables, qu elle appelle des exceptions à la liste type. Ces exceptions comprennent des éléments qui devraient habituellement durer plus longtemps que le bâtiment, mais qui peuvent exiger avant un remplacement ou des réparations majeures. Ces éléments comprennent les fondations, les ossatures et les murs de retenue. es coopératives doivent discuter de ces exceptions avec la SCH et les faire examiner à fond afin de les ajouter à la liste type. a capacité d ajouter ces éléments à la liste est importante pour toutes les coopératives, mais en particulier pour celles qui ont acheté des bâtiments existants. e remplacement des éléments d'immobilisations e guide précise quand un élément d'immobilisations doit être remplacé et quelles normes de qualité le remplacement doit satisfaire. En général, les éléments d'immobilisations doivent être remplacés par des éléments de qualité équivalente. Mais la SCH peut approuver un remplacement de qualité supérieure si celui-ci permet de réaliser des économies futures. es coopératives doivent effectuer une analyse

3 3 avantages-coûts pour obtenir l'approbation, mais c est un grand pas en avant. Auparavant, la SCH disait souvent que les remplacements de qualité supérieure étaient des améliorations et non des dépenses pouvant être payées à partir de la réserve de remplacement. es coûts pour lesquels vous ne pouvez utiliser la réserve de remplacement e guide indique également les coûts qui ne peuvent pas être payés à partir de la réserve de remplacement. a réserve ne peut être utilisée pour payer l'entretien normal de la propriété, pour remplacer des éléments qui fonctionnent encore de manière satisfaisante même s'ils ne sont plus conformes aux normes de la construction ou pour des éléments qui ont été endommagés à la suite d'abus ou de vandalisme. Dans ce dernier cas, le guide recommande de récupérer le coût de remplacement auprès des personnes qui ont causé les dommages ou en présentant une réclamation conformément à la police d'assurance de la coopérative. IGNES DIRECTRICES CONCERNANT ES DÉPENSES es conditions d approvisionnement es conditions d approvisionnement varient selon le montant que la coopérative doit dépenser, mais les coopératives trouveront que dans la plupart des cas les exigences correspondent à ce qu'elles font déjà : obtenir des prix d'au moins trois sources. Pour les travaux dépassant $, il est recommandé de procéder à un appel d offres. Si le coût dépasse $, la SCH veut que vous obteniez des soumissions d au moins six sources, dans la mesure du possible, et elle exige un appel d'offres public pour les travaux de construction. Cela signifie que vous devez lancer un avis public décrivant les travaux et invitant les entreprises qualifiées à présenter une soumission avant une date limite. Programmes d'achats collectifs es notes relatives aux critères d approvisionnement renferment de bonnes nouvelles pour les coopératives qui participent à des programmes d'achats collectifs. es coopératives peuvent satisfaire aux critères d'approvisionnement par le biais des programmes d'achats collectifs en respectant les trois conditions suivantes : le programme doit être économique; il est interdit d exiger des frais d'utilisation auprès des coopératives participantes; et les contrats d'achat avec les fournisseurs ne doivent pas dépasser trois ans. 'interdiction d exiger des frais d'utilisation ne signifie pas que les fédérations ne peuvent récupérer leurs coûts d'administration au moyen de contrats d'achat avec leurs fournisseurs. Elle signifie simplement que les fédérations ne peuvent exiger des frais supplémentaires aux coopératives simplement parce qu elles utilisent le programme. Quant au délai limite prescrit pour les contrats d'achat, il signifie que ces contrats doivent être évalués au moins tous les trois ans pour garantir qu'ils demeurent concurrentiels. Cette exigence ne devrait pas poser de problème, puisque les coopératives feront savoir à leurs fédérations longtemps à l avance si les programmes d'achats collectifs ne sont pas rentables. 'APPROBATION DE A SCH POUR ES DÉPENSES DE A RÉSERVE a dernière section du guide décrit comment les dépenses de la réserve de remplacement seront approuvées par la SCH. Elle a été conçue pour encourager les coopératives à planifier leur réserve de remplacement. Auparavant, les seules dépenses préautorisées de la réserve de remplacement étaient celles indiquées dans la convention

4 4 d'exploitation. Toute autre dépense exigeait l'autorisation de la SCH. Il y a maintenant deux séries de conditions pour faire approuver les dépenses de votre réserve de remplacement. 1. 'autorisation de dépenser avec un plan de remplacement a SCH considère qu il est très important que les coopératives aient un plan de remplacement, et pour cause. Beaucoup, et même sans doute la plupart des coopératives ne mettent pas assez d'argent de côté dans leur réserve de remplacement pour couvrir tous leurs coûts de remplacement futurs. a question est de savoir quel est le montant requis? a seule façon de le savoir est d'effectuer une étude du plan de la réserve de remplacement. Qu'est-ce qu'une étude du plan de la réserve de remplacement? Une étude du plan de la réserve de remplacement commence par une enquête sur la propriété dans le but de dresser une liste complète des éléments d'immobilisations et de leur état. a prochaine étape consiste à déterminer la durée utile estimative de ces éléments et ce qu'il en coûterait pour les remplacer aux prix d'aujourd'hui. Ces données sont combinées à une projection des taux d'inflation et d'intérêt en vue de produire une prévision financière à long terme de la réserve de remplacement et une nouvelle estimation du montant que vous devriez mettre de côté dans votre réserve de remplacement chaque année. Comment réaliser cette étude? es études des réserves de remplacement sont souvent réalisées par des spécialistes comme des ingénieurs en structures. Mais le guide n'exige pas que les coopératives aient recours à des ingénieurs (bien que ce soit une bonne idée de le faire si votre coopérative en a les moyens). Certaines coopératives ont réalisé elles-mêmes des études, à la satisfaction de la SCH. es coopératives peuvent également produire leurs propres prévisions financières ou utiliser le logiciel que la SCH a mis au point pour établir ces prévisions. Obtenir l'approbation pour les dépenses e guide précise que, si une coopérative effectue une étude de sa réserve de remplacement et obtient l'approbation de la SCH, tous les éléments mentionnés dans le plan seront préautorisés à titre de dépenses de la réserve de remplacement. Vous pouvez faire approuver votre plan en l'envoyant à la SCH. e plan doit être détaillé, c'est-à-dire qu il doit comprendre tous les éléments d'immobilisations qui devront éventuellement être remplacés. Si les coopératives effectuent leurs propres prévisions financières ou le font faire par un consultant, ces prévisions doivent aussi être envoyées à la SCH. De plus, les estimations du flux de trésorerie visant la réserve de remplacement doivent se situer à plus ou moins 4 p. 100 des résultats produits par le propre programme de prévisions de la SCH. Si ce n'est pas le cas, ou si vous n'envoyez pas de prévisions financières, la SCH utilisera les résultats de son programme pour déterminer vos besoins de flux de trésorerie pour la réserve de remplacement. Une fois que votre plan est approuvé, vous n'aurez pas besoin de l'autorisation de la SCH pour chaque dépense de votre réserve de remplacement. Mais il y a certaines conditions. Vous devez mettre à jour votre plan tous les trois ans et les dépenses doivent être effectuées dans les trois années prévues par le plan. Par exemple, si votre plan indique que la toiture doit être

5 5 remplacée dans la troisième année et que vous devez la remplacer lors de la première année, ce remplacement est préautorisé. Par contre, si vous prévoyez remplacer la toiture dans 10 ans et que vous devez le faire maintenant, vous devrez obtenir l'autorisation de la SCH pour modifier votre plan. En passant, vous n'avez pas besoin d'avoir recours à un expert pour revoir votre plan tous les trois ans. a SCH laissera les coopératives faire elles-mêmes leurs révisions. 2. autorisation de dépenser sans un plan de remplacement Il n est pas obligatoire que les coopératives aient un plan de réserve de remplacement. Dans le cas des coopératives qui n'en ont pas, le guide précise que tous les éléments précisés dans la convention d'exploitation sont encore préautorisés, comme le sont les remplacements d'urgence. Ces coopératives auront encore accès à une liste d'éléments d'immobilisations types qu elles pourront consulter. Il n'y aura plus d'incohérence de la part de la SCH lorsqu'il s'agit de décider ce que vous pouvez dépenser dans votre réserve de remplacement. Mais, à moins que le remplacement ne soit indiqué dans la convention d'exploitation ou qu'il ne s'agisse d un remplacement d'urgence, les coopératives sans plan de réserve de remplacement devront obtenir l'autorisation de la SCH chaque fois qu'elles voudront dépenser à partir de leur réserve de remplacement, comme elles le font actuellement. es remplacements d'urgence e guide précise que les remplacements d'urgence n'exigent pas l'autorisation préalable de la SCH, qu'une coopérative ait ou non un plan de réserve de remplacement. Un remplacement d'urgence est un remplacement où le retard compromettrait la santé ou la sécurité. Par exemple, si le système de chauffage de votre coopérative ne fonctionne plus en hiver, vous pouvez le réparer immédiatement et remplacer toute composante majeure, comme une chaudière, sans demander d'abord l autorisation de la SCH. C est sans doute ce que feraient les coopératives. Cette disposition du guide reconnaît simplement une pratique courante en gestion immobilière. Il n'existe aucune liste de dépenses d'urgence préautorisées, alors les coopératives devront utiliser leur propre jugement lorsqu'elles décident ce qui constitue un remplacement d urgence. e principe directeur? Pensez d'abord à la santé et à la sécurité de vos membres. Rapports e nouveau guide permettra aux coopératives d avoir un plus grand nombre de dépenses préautorisées pour leur réserve de remplacement. En retour, la SCH veut que les coopératives fassent rapport de leurs dépenses dans leurs états financiers vérifiés annuels. Une liste détaillée des dépenses imputées à la réserve de remplacement doit donc être annexée aux états financiers, indiquant le travail effectué et le coût. Ces renseignements peuvent être indiqués dans un document en annexe ou être inclus dans les notes afférentes. C est une pratique que beaucoup de coopératives utilisent déjà. P OUR TERMINER... e nouveau guide de la SCH sur la réserve de remplacement rendra la vie beaucoup plus facile aux coopératives d'habitation. À mesure que nos propriétés vieillissent, les coopératives devront remplacer ou effectuer des réparations majeures plus souvent aux éléments d'immobilisations. e guide permettra de simplifier ce travail avec un minimum de retard. Il devrait également encourager les coopératives à conserver tous leurs fonds d'immobilisations dans la réserve de remplacement, puisque tous les éléments

6 6 d'immobilisations d'une coopérative sont maintenant considérés comme des dépenses admissibles pour la réserve de remplacement et que les coopératives qui ont un plan de réserve sont maintenant autorisées à déposer autant d'argent qu'elles en ont besoin dans la réserve. Si vous avez des questions au sujet de ce supplément ou du guide, ou si vous voulez obtenir une copie du guide, appelez la FHCC au (à Ottawa, appelez le ). Courrier électronique :

La Réserve de Remplacement

La Réserve de Remplacement La Réserve de Remplacement Guide d utilisation mai 2006 Services familiaux et communautaires Habitation et soutien du revenu Province du Nouveau Brunswick La réserve de remplacement GUIDE D UTILISATION

Plus en détail

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références Guide sur les Programmes pour les Indiens Volume 1 Immobilisations et entretien Systèmes d'alimentation et distribution électrique 1.0 Objet 1.1 La présente directive énonce la politique du ministère des

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT DE BIENS ET SERVICES AVRIL 2007

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT DE BIENS ET SERVICES AVRIL 2007 POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT DE BIENS ET SERVICES AVRIL 2007 Mise à jour le 2 mai 2007 TABLE DES MATIERES PAGES MODALITÉ D ENCOURAGEMENT LOCAL... 1 A. DEFINITION... 1 B. OBJECTIFS... 1 C. APPLICATIONS

Plus en détail

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance E-01 Règlement relatif à la gestion financière Anciennement «Règlement relatif à la gestion financière R-2» adopté par le C.A. le 24 avril 1985 Révisé par le C.A. les 11 décembre 2001 et 24 février 2009

Plus en détail

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique CCRRA Le 30 mars 2004 Madame, Monsieur, Au nom du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), je suis heureux de vous annoncer la publication d un document de consultation

Plus en détail

Surintendantes et surintendants du secteur des affaires et des finances. Ententes de financement à long terme pour les projets d'immobilisations

Surintendantes et surintendants du secteur des affaires et des finances. Ententes de financement à long terme pour les projets d'immobilisations Ministry of Education Ministère de l Éducation Capital Programs Branch Direction des programmes d immobilisations 21 st Floor, Mowat Block 21 e étage, Édifice Mowat 900 Bay Street 900, rue Bay Toronto

Plus en détail

INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES

INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 April 2015 - 2 - INITIATIVE CIBLÉE POUR LES TRAVAILLEURS ÂGÉS EXIGENCES

Plus en détail

RÉNOVATIONS ONTARIO 2015 - Guide pour les propriétaires ÉTAPES 1.

RÉNOVATIONS ONTARIO 2015 - Guide pour les propriétaires ÉTAPES 1. RÉNOVATIONS ONTARIO 2015 - Guide pour les propriétaires ÉTAPES 1. 2. 3. 4. Remise du formulaire de demande complet, accompagné de tous les documents requis à la Division du logement social. Seulement les

Plus en détail

CHAPITRE XI FINANCES

CHAPITRE XI FINANCES CHAPITRE XI FINANCES A. INVESTISSEMENT DES FONDS DE L'ASSOCIATION Les décisions sur les investissements de l'association seront basées sur les déclarations de principe approuvées par le conseil pour les

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 4.7 Régimes de retraite, REER et REEE Compétence Législative Paragraphe 7 (3) de la Loi. Paragraphe 14 (1), article 15.1, paragraphe 17 (2), articles 32, 38,39,

Plus en détail

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255 Albert Street 255, rue Albert Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Notre engagement à l égard du service offert à nos entreprises clientes

Notre engagement à l égard du service offert à nos entreprises clientes Services bancaires aux entreprises Notre engagement à l égard de votre entreprise Notre engagement à l égard du service offert à nos entreprises clientes Une relation fondée sur une promesse. En tant que

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: Règlement NATURE DU DOCUMENT: Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive C.A. x C.E. C.G. Direction générale Résolution 08-397-4.00 Direction Nouveau document Amende le

Plus en détail

Royal (Jordan) Inc RE/MAX. Marché d acheteur. Marché de vendeur. C est lorsque la demande diminue que le surplus

Royal (Jordan) Inc RE/MAX. Marché d acheteur. Marché de vendeur. C est lorsque la demande diminue que le surplus ACHETER DANS UN MARCHÉ DE VENDEUR OU MARCHÉ ACHETEUR Marché d acheteur On reconnaî t un marché d acheteur à l augmentation marquée de l inventaire des maisons à vendre qui résulte en plus d acheteurs que

Plus en détail

Politique de gestion des achats et des contrats

Politique de gestion des achats et des contrats Politique de gestion des achats et des contrats 1. Objectif La présente politique vise à encadrer le processus d'octroi et la gestion des achats et des contrats de service, d approvisionnement et de travaux

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang?

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang? Q et R Questions et réponses sur le financement de second rang En quoi consiste le financement de second rang? Le financement de second rang est un emprunt hypothécaire que contracte votre coopérative

Plus en détail

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU L accord de contribution (l «accord de contribution») a

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Découverte de la comptabilité : Le plan de comptes LE PLAN DE COMPTES

Découverte de la comptabilité : Le plan de comptes LE PLAN DE COMPTES LE PLAN DE COMPTES 1. QU'EST-CE QU'UN COMPTE COMPTABLE? Un compte est composé d'un numéro (codé selon un système décimal normalisé selon des règles définies dans le Plan Comptable Général) et un intitulé

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE A. Objet. Le Comité d'audit est nommé par le Conseil d'administration (le "Conseil") du Groupe Delhaize (la "Société") afin (a) d assister le Conseil dans le

Plus en détail

SURVEILLANCE RATIO PERSONNEL-ENFANTS ET CONTINGENTEMENT

SURVEILLANCE RATIO PERSONNEL-ENFANTS ET CONTINGENTEMENT SURVEILLANCE RATIO PERSONNEL-ENFANTS ET CONTINGENTEMENT SURVEILLANCE Paragraphe 8(1) Le titulaire de licence doit s assurer que les enfants qui fréquentent la garderie familiale sont sous surveillance

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2

255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2 Bureau du surintendant des institutions financières Canada 255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2 Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255 Albert Street Ottawa, Canada K1A 0H2

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE x Règlement Politique RÈGLES DE GESTION INTERNE NATURE DU DOCUMENT: Procédure Directive Ressources humaines (H01) Page 1 de 7 C.A. x C.E. C.G. Direction générale Résolution 08-397-4.00 Direction Nouveau

Plus en détail

coopérative en chiffres Guide de l établissement de prévisions financières à long terme pour votre coopérative (coopératives de l article 95)

coopérative en chiffres Guide de l établissement de prévisions financières à long terme pour votre coopérative (coopératives de l article 95) La FéDéRATION de L HABITATION COOPÉRATIVE Votre coopérative en chiffres Guide de l établissement de prévisions financières à long terme pour votre coopérative (coopératives de l article 95) À l intérieur

Plus en détail

EFT. Guide de mise en route

EFT. Guide de mise en route EFT Guide de mise en route 2012 EFT Direct pour Sage Simple Comptable Guide de l utilisateur Avant de commencer...1 Matériel et logiciel requis...1 Prendre des arrangements avec votre banque...2 Obtenir

Plus en détail

Demande de renseignements

Demande de renseignements Demande de renseignements visant des FOURNISSEURS DE SERVICES TECHNIQUES DANS LES RÉSERVES Date d émission : 17 novembre 2014 Date de clôture : 11 décembre 2014 N o de la DR : RFI-PS001 Bureau d origine

Plus en détail

Présentation à l Autorité des marchés financiers. Offre d assurance par Internet au Québec

Présentation à l Autorité des marchés financiers. Offre d assurance par Internet au Québec Présentation à l Autorité des marchés financiers Offre d assurance par Internet au Québec Par l Association canadienne des institutions financières en assurance Mai 2012 Au sujet de l ACIFA L ACIFA a été

Plus en détail

Biens patrimoniaux. Protection et pièges

Biens patrimoniaux. Protection et pièges Biens patrimoniaux Protection et pièges Printemps 2007 Préambule Dans une étude de 1999 demandée par le Gouvernement du Canada, plus de 20% des biens patrimoniaux d avant 1920 avaient été détruits ou

Plus en détail

FONDS MONDIAL de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme

FONDS MONDIAL de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme FONDS MONDIAL de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme Décisions du Conseil sur la gestion des achats et des stocks Troisième réunion du Conseil (octobre 2002) Quatrième réunion du Conseil

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN L'objectif de ce module est de vous familiariser avec le vocabulaire comptable et de vous faire comprendre ce que décrit un bilan Une entreprise vit dans le monde économique

Plus en détail

La présente ligne directrice énonce les attentes du BSIF en ce qui a trait à la mise en œuvre des exigences figurant dans la LSA et le Règlement.

La présente ligne directrice énonce les attentes du BSIF en ce qui a trait à la mise en œuvre des exigences figurant dans la LSA et le Règlement. Ligne directrice Objet : information à communiquer aux souscripteurs de polices à participation et aux souscripteurs de polices ajustables Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières N o :

Plus en détail

Fonds du long métrage du Canada Programme pilote d'aide au développement d un éventail de projets Projets de langue anglaise

Fonds du long métrage du Canada Programme pilote d'aide au développement d un éventail de projets Projets de langue anglaise Fonds du long métrage du Canada Programme pilote d'aide au développement d un éventail de projets Projets de langue anglaise Foire aux questions Veuillez lire attentivement les principes directeurs du

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du demandeur : s il est un gouvernement municipal

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE SERVICE ET DE CONTRATS DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 15 avril 2010 par la résolution

Plus en détail

Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D)

Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D) Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D) Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances Le 12 août 2011 Sommaire Au nom des Compagnies

Plus en détail

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010 Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick Octobre 2010 Title / Titre Examen du modèle d'inventaire Examen du guide Identification des biens Coûts

Plus en détail

SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013

SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013 SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013 Table des matières Politique d approvisionnement... 5 Politique de gestion contractuelle... 6 Des biens et des services... 7 Fichier

Plus en détail

PARTICIPER NOS MEMBRES

PARTICIPER NOS MEMBRES VISION 2020 : FAIRE PARTICIPER NOS MEMBRES Conférence des fédérations de la FHCC novembre 6-9 2008 Panélistes: Nicholas Gazzard Panélistes: Nicholas Gazzard Sue Moorhead Objectifs informer les fédérations

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Avis CNC 138-5 - Logiciels. 1. Introduction

Avis CNC 138-5 - Logiciels. 1. Introduction Avis CNC 138-5 - Logiciels 1. Introduction L'accroissement des applications informatiques dans le monde des entreprises a soulevé la question du traitement comptable de la création ou de l'acquisition

Plus en détail

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes?

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes? TÜV NORD CERT Foire Aux Questions Révision de l'iso 9001: 2015 et ISO 14001: 2015 TÜV NORD France S.A.S 26, avenue des Fleurs F-59110 LA MADELEINE Tél. : +33 3 20 76 62 75 Fax: +33 3 20 76 62 75 france@tuv-nord.com

Plus en détail

juin 2003 Programmes d accréditation des Systèmes de management de la qualité (PASMQ)

juin 2003 Programmes d accréditation des Systèmes de management de la qualité (PASMQ) Guide du SCECIM Politique et méthode relatives à la qualification sectorielle dans le cadre du système canadien d évaluation de la conformité des instruments médicaux (SCECIM) juin 2003 Programmes d accréditation

Plus en détail

Paiement des dépôts. Marque de commerce de la Société canadienne des postes. MO Marque officielle de la Société canadienne des postes.

Paiement des dépôts. Marque de commerce de la Société canadienne des postes. MO Marque officielle de la Société canadienne des postes. Paiement des dépôts En vigueur le 12 janvier 2015 MC Marque de commerce de la Société canadienne des postes. MO Marque officielle de la Société canadienne des postes. postescanada.ca/guidesduclient T455424

Plus en détail

Politique du Barreau du Haut-Canada

Politique du Barreau du Haut-Canada Politique du Barreau du Haut-Canada Accessibilité pour les personnes ayant une incapacité : Prestation de services, renseignements, communication, emploi et milieu bâti En vigueur le 1 er janvier 2014

Plus en détail

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Septembre 2015 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement privé de second rang

Q et R. Questions et réponses sur le financement privé de second rang Q et R Questions et réponses sur le financement privé de second rang En quoi consiste le financement de premier et de second rang pour notre coopérative? Le financement de premier rang de votre coopérative

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Règlement de démutualisation proposé par l ACCAM

Règlement de démutualisation proposé par l ACCAM Règlement de démutualisation proposé par l ACCAM Règlement sur la transformation de sociétés mutuelles (assurance générale) LOI SUR LES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Règlement sur la transformation de sociétés

Plus en détail

PROGRAMME D'EXACTITUDE DES ADRESSES QUESTIONS :

PROGRAMME D'EXACTITUDE DES ADRESSES QUESTIONS : QUESTIONS : Exactitude des adresses 1. Qu'est-ce qu'une adresse et qu'est-ce qui la rend exacte? 2. Qui détermine l'adresse du destinataire du courrier? 3. En quoi consiste l'exactitude des adresses et

Plus en détail

Le pour et le contre. Avantages de la location. Avantages de la construction. Inconvénients de la location

Le pour et le contre. Avantages de la location. Avantages de la construction. Inconvénients de la location 1Louer, construire, acheter ou rénover? Quelle est la situation la plus intéressante: louer, construire, acheter ou rénover? Le choix est toujours d ordre personnel mais une comparaison approfondie des

Plus en détail

GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES

GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES LE 1ER MARS 2015 GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINVIAL GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES Guide des ÉCOLES DU CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL pour assurer la

Plus en détail

Rapport final 2014-705 Audit conjoint de Santé Canada et de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada des marchés de services infirmiers

Rapport final 2014-705 Audit conjoint de Santé Canada et de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada des marchés de services infirmiers 2014-705 Audit conjoint de Santé Canada et de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada des marchés de services infirmiers dans le Nord du Manitoba 18 septembre 2014 Bureau de la vérification

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations, des

Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations, des Un nouveau programme de prêt hypothécaire pour les coopératives de l Article 95 But du programme Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION (adoptée le 10 mai 2013)

POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION (adoptée le 10 mai 2013) POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION (adoptée le 10 mai 2013) Nota : Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination

Plus en détail

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP)

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) TABLE DES MATIÈRES 1. LA RESPONSIBILITÉ 1.1 La responsabilité en matière d achats 1.2 La responsabilité en matière de planification des

Plus en détail

a) «Conseil» : désigne le Conseil d'administration de la Société ; c) «Gouvernement» : désigne le gouvernement du Québec ;

a) «Conseil» : désigne le Conseil d'administration de la Société ; c) «Gouvernement» : désigne le gouvernement du Québec ; RÈGLEMENT CONCERNANT LES FONCTIONS ET LES POUVOIRS DU PRÉSIDENT ET DU VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION AINSI QUE DES DIRIGEANTS ET D'AUTRES CADRES D'HYDRO-QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 731 MODIFIÉ

Plus en détail

Contrat numéro 50658 HEC Montréal. Frais médicaux (Assurance-maladie supplémentaire)

Contrat numéro 50658 HEC Montréal. Frais médicaux (Assurance-maladie supplémentaire) Contrat numéro 50658 HEC Montréal Frais médicaux (Assurance-maladie supplémentaire) Frais engagés hors de votre province Nous couvrons les services reçus en cas d urgence hors de la province de votre domicile.

Plus en détail

anuel de planification

anuel de planification m anuel de planification du remplacement d immobilisations Édition à l intention des organismes de logements coopératifs et sans but lucratif 63171 MANUEL DE PLANIFICATION DU REMPLACEMENT D IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Vérification des marchés de Construction

Vérification des marchés de Construction Conseil national de recherches du Canada Vérification des marchés de Construction Vérification interne, CNRC Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES 1.0 Résumé... 1 2.0 Introduction... 7 2.1 Contexte... 7 2.2

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée.

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée. RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999 Voici un sommaire des mesures prises par le conseil d administration et le personnel pour donner suite aux résolutions examinées

Plus en détail

Disponibilité et soutien du service ONE Mail

Disponibilité et soutien du service ONE Mail Disponibilité et soutien du service ONE Mail Document Version : 0.01 ID du document : 4038 Avis de droit d'auteur cybersanté Ontario, 2015 Tous droits réservés Aucune partie du présent document ne peut

Plus en détail

Le système eregistrations

Le système eregistrations NATIONS UNIES CNUCED Le système eregistrations Guichets uniques en ligne pour des administrations efficaces eregistrations est un système de gouvernement électronique configurable, conçu pour automatiser

Plus en détail

Responsabilités du transporteur scolaire et des conductrices et conducteurs. Transport -responsabilités. Politique

Responsabilités du transporteur scolaire et des conductrices et conducteurs. Transport -responsabilités. Politique Section Page M04 202 Responsabilités du transporteur scolaire et des conductrices et conducteurs Transport -responsabilités Date 10 juin 2002 1 sur 5 Révision 13 avril 2015 Politique Les transporteurs

Plus en détail

BRACED Fund Manager Questions fréquemment posées

BRACED Fund Manager Questions fréquemment posées Ces questions fréquemment posées et leurs réponses seront mises à jour chaque mois. Les nouvelles questions fréquemment posées seront surlignées dans le présent document et reprises dans la mise à jour

Plus en détail

Rapport de vérification final. Vérification des prestations de soins dentaires

Rapport de vérification final. Vérification des prestations de soins dentaires Health Canada Santé Canada Rapport de vérification final Vérification des prestations de soins dentaires Mai 2009 Table des matières Sommaire... iii Introduction... 1 Contexte... 1 Prestations de soins

Plus en détail

Le processus d achat résidentiel

Le processus d achat résidentiel Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus d achat résidentiel Cette brochure vous aidera à comprendre le processus d achat immobilier résidentiel.

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Être un bon locataire

Être un bon locataire Être un bon locataire Qu'est-ce qu'un locataire? En général, un locataire est une personne qui paie un propriétaire pour pouvoir utiliser sa propriété. 1 Quels sont les critères importants pour une propriété?

Plus en détail

Comment acquérir un bâtiment modulaire sans se tromper?

Comment acquérir un bâtiment modulaire sans se tromper? Comment acquérir un bâtiment modulaire sans se tromper? 21 conseils pour garantir le bon déroulement de votre projet et sa livraison dans les délais et le budget prévus. Sommaire 3. Introduction 4. Premiers

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»),

Plus en détail

PLAN D ACCESSIBILITE PLURIANNUEL DE L ASSOCIATION CANADIENNE DE L IMMEUBLE

PLAN D ACCESSIBILITE PLURIANNUEL DE L ASSOCIATION CANADIENNE DE L IMMEUBLE PLAN D ACCESSIBILITE PLURIANNUEL DE L ASSOCIATION CANADIENNE DE L IMMEUBLE Déclaration d'engagement L'ACI s'est engagée à fournir des biens et services qui respectent la dignité et l indépendance des personnes

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B13

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B13 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B13 PRINCIPES DIRECTEURS POUR LES ACCORDS CONJOINTS RELATIFS AUX MESSAGERIES AÉRIENNES/DE SURFACE 2004 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

Loi sur les contrats des organismes publics (L.R.Q., chapitre C-65.1, a. 26)

Loi sur les contrats des organismes publics (L.R.Q., chapitre C-65.1, a. 26) POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE CONCERNANT LA CONCLUSION DES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS DU RÉSEAU DE L'ÉDUCATION Loi sur les contrats

Plus en détail

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks NC 04 Norme comptable relative aux Stocks Objectif 01. Lorsque l'activité de l'entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Guide de commercialisation de l assurance par méthode autre qu`en personne

Guide de commercialisation de l assurance par méthode autre qu`en personne Guide de commercialisation de l assurance par méthode autre qu`en personne Guide pour les agences et conseillers indépendants qui vendent de l assurance vie par téléphone ou par Internet sans rencontrer

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

CRITÈRES ET PROCÉDURES CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT DE SALLES DE BINGO

CRITÈRES ET PROCÉDURES CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT DE SALLES DE BINGO CRITÈRES ET PROCÉDURES CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT DE SALLES DE BINGO OUVERTURE D UNE NOUVELLE SALLE DE BINGO CHANGEMENT DE CATÉGORIE D UNE SALLE DE BINGO EXISTANTE DÉMÉNAGEMENT D UNE SALLE DE BINGO RÉOUVERTURE

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS EN QUOI CONSISTE LE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT

Plus en détail

Référence technique. Énergie verte APERÇU

Référence technique. Énergie verte APERÇU Énergie verte Référence technique APERÇU L Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis définit l'énergie verte comme étant de l'électricité produite à l'aide de ressources renouvelables, comme

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement

Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement Sondage ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles T1 2012 Aperçu des résultats économiques Le niveau

Plus en détail

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 1 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de la LCBO

Plan pluriannuel d accessibilité de la LCBO Plan pluriannuel d accessibilité de la LCBO Introduction et déclaration d engagement En 2005, le gouvernement de l Ontario adoptait la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario

Plus en détail

Politique : travail en hauteur

Politique : travail en hauteur Page 1 sur 9 1. BUT... 3 2. PORTÉE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 3 a) Chef d exploitation / Agent de projets de l ASC... 3 b) Exécutant de l ASC et sous-traitant... 4 c) Agent

Plus en détail