Coopératives d'habitation à l'étranger Sarah Trudelle HABICOOP Mars 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coopératives d'habitation à l'étranger Sarah Trudelle HABICOOP Mars 2010"

Transcription

1 CANADA Historique : Naissance du mouvement en 1941 : le premier projet de coopérative d'habitation est né à Abestos, dans les Cantons de l'est canadien. Il s'agissait d'un projet de maisons unifamilliales pour un groupe d'ouvriers des mines. Par la suite des dizaines d'autres coopératives de ce type ont vu le jour, souvent construites à l'initiative de mouvements catholiques. Les membres de ces coopératives participaient à la conception du projet et construisaient eux-mêmes les maisons par un système bien organisé d'auto-construction. Les coopérateurs devenaient propriétaires des maisons à l'issue des travaux et la coopérative était dissoute. Parfois certaines coopératives faisaient construire les bâtiments par des entrepreneurs pour les vendre ensuite aux membres. De 1941 à 1968, près de coopératives d'habitation de ce type ont été construites par quelques 200 coopératives de logements comme il existe aujourd'hui. Il s'agissait donc de coopératives de construction qui permettaient à leurs membres d'accéder à la propriété privée; on parle des coopératives de la «première vague». Dès le milieu des années 1960 la construction de ces coopératives s'essouffle pour laisser place à de nouvelles revendications pour l'amélioration de l'habitat dans les villes. Commission d'étude de 1964 : introduction du principe de propriété collective. Cette commission créée par le Conseil de la coopération du Québec, préconise le développement des logements qui seront subventionnés par le gouvernement pour des populations modestes. La commission introduit le principe de propriété collective perpétuelle où les membres sont à la fois locataires et propriétaires. Naissance de la Fédération Coop Habitat en 1969 : une première tentative avortée. En réponse à la commission d'étude, cette fédération regroupait de nombreux experts professionnels afin de développer massivement des coopératives de location, les projets étaient soutenus financièrement par la Société d'habitation du Québec (SQH, organisme gouvernemental) dans le cadre du programme gouvernemental d'aide à la pierre. Ce mouvement était largement technocratique et laissait peu de place aux membres des coopératives dans la conception de leur futur logement. Les projets développés par la Fédération Coop Habitat étaient souvent des constructions neuves, parfois très coûteuses qui n'étaient pas toujours occupées une fois réalisées. Coop Habitat n'avait pas prévue ces difficultés et à peine 18 mois après sa création la fédération a été placé sous tutelle puis dissoute. Au total Coop Habitat a construit ou acquis 1500 logements,quelques coopératives parmi les plus dynamiques ont réussi à sauver leurs immeubles, les autres ont été transformées en HLM ou vendues. Relance de l'habitation coopérative à l'initiative des citoyens : la troisième génération. Dès 1972, un mouvement est initié par divers comités de citoyens, des associations de locataires ou encore des étudiants qui se mobilisent pour intervenir auprès des populations démunies résidant dans les centre-villes anciens. L'objectif de cette mobilisation est de susciter la création de coopératives d'habitation locative par le rassemblement des habitants afin de racheter ou de rénover leur immeuble. C'est ainsi qu'apparaissent les premières coopératives d'habitation locative à possession continue et sans but lucratif. En 1973, la Loi nationale sur l'habitation est amendée afin de rendre accessible aux coopératives d'habitation les programmes d'aide du gouvernement fédéral. 1

2 Valeurs des coopératives d'habitation Au Canada, les valeurs portées par les coopératives d'habitation sont contenues dans un Manifeste des coopératives d'habitation, rédigé à Sherbrooke, en Le but du manifeste est d énoncer des valeurs et des principes de base communs aux coopératives d habitation, qui serviront de référence à toute action relative au Mouvement coopératif en habitation : (extrait) Droit de tous à un logement convenable Non spéculation Initiative, participation et contrôle des coopérateurs sur les projets Autogestion des immeubles «La coopérative doit consister et demeurer une propriété collective qui ne cherche pas l'accumulation individuelle de capital, mais plutôt l'accumulation d'un capital collectif» (en 1977, le manifeste rejette l'idée des coopératives à capitalisation). Ouverture sur le quartier et sur la ville en général «La coopération dans le domaine de l habitation n a de sens et d avenir que si les divers projets s unissent aux niveaux régional et national, afin de permettre des échanges enrichissants entre les coopératives et de promouvoir et défendre les principes garantissant le développement harmonieux et authentiquement coopératif du mouvement.» Le Canada compte plus de 2000 coopératives d'habitation sur son territoire, la seule province du Québec recense personnes qui vivent dans une coopérative. Il existe plusieurs formes de coopératives : Les coopératives d'habitation locative à possession continue C'est la forme de coopérative la plus répandue au Canada; initialement, elle a été développée grâce à des programmes fédéraux au cours des années 1970 jusqu'au début des années Il s'agit de coopératives constituées de membres qui se rassemblent autour d'un projet commun pour accéder à un logement de qualité et abordable. Ces coopératives comprennent un immeuble ou un groupe d'immeubles, neuf ou rénové. La coopérative est propriétaire des unités de logements, les résidents sont à la fois locataires de leur logement et collectivement propriétaires de l'immeuble de par leur adhésion à la coopérative. Cette forme de propriété collective ne demande pas une mise de fonds individuelle des ménages importante, les membres des coopératives doivent investir un montant minimal sous forme de parts de qualification constituées de parts sociales (en règle générale moins de 1000 $, ces parts ne sont pas remboursables et ne donne pas lieu à distribution d'intérêts). Les coopératives sont gérées et contrôlées par leurs membres, il en résulte des coûts d'opération moindres pour la coopérative. Celle-ci est donc normalement en mesure d'offrir des loyers moins chers que les prix du marché. La taille des coopératives varie de 10 à 220 logements, en règle général ce sont des immeubles majoritairement localisés dans les régions urbaines ou péri-urbaines. Populations ciblées L'objectif des coopératives est d'offrir du logement de qualité, abordable, tout en privilégiant une mixité socioéconomique des ménages. Les coopératives accueillent une population diversifiée, 2

3 parfois certaines d'entre elles s'adressent aux besoins d'un groupe particulier (personnes âgées, immigrants, familles monoparentales...), notamment en fonction du programme d'aide utilisé. Types de ménages occupants les coopératives : (cf diagramme) Personnes seules Familles monoparentales Couples sans enfant Couples avec enfants Autres Selon une enquête datant de 2006, le revenu moyen des ménages résidant dans une coopérative d'habitation locative à possession continue était de $ ( ) en 2006, alors que le revenu moyen de l'ensemble des ménages québécois se situait à $ ( ). Par ailleurs, 38% des ménages occupant un logement d'une coopérative avaient un revenu inférieur a $ (10657 ) et 51 % un revenu inférieur à 20000$ (14204 ). Fonctionnement des coopératives ASSEMBLÉE DES COOPÉRATEURS AG 1 x/ an 1 personne = 1 voix CONSEIL D'ADMINISTRATION Gestion de la coopérative administrateurs élus Comité finances Comité entretien Comité sélection des membres Comité vie communautaire, etc. De nombreuses coopératives engagent du personnel, pour gérer la coopérative au quotidien (ménages, entretien...). La formation de plusieurs comités permet de répartir le travail entre les résidents. L'implication de chacun est explicitement reconnue par plusieurs coopératives. Ainsi, dans le cadre du contrat conclu avec chacun des membres, ceux-ci peuvent bénéficier d'une 3

4 réduction du loyer normalement payable en vertu du bail, et cela en contrepartie de leur participation au sein de l'entreprise coopérative. C'est ce qu'on appelle communément le «rabais de membre». Chaque coopérative adopte son règlement (ou règlement administratif équivalent des statuts) énonçant l'objet de la coopérative et la manière dont elle est gérée. De plus les coopératives peuvent se doter d'outils complémentaires de gestion. Concernant les entrées et sorties des résidents, les nouveaux membres s'inscrivent sur une liste d'attente et signent un contrat d'occupation lorsqu'ils adhèrent à la coopérative. Ce contrat d'occupation est semblable à un bail d'habitation comportant les droits et devoirs des parties. Si le nouveau membre bénéficie d'une subvention gouvernementale (équivalent de nos aides au logement), il doit signer un formulaire justifiant ses revenus. Organisation du mouvement coopératif Les coopératives d'habitation favorisent l'implication volontaire et bénévole des membres résidents dans une logique d'auto-gestion. Pour aider les locataires dans la gestion, les coopératives bénéficient de l'appui de diverses structures organisationnelles : De l'échelle la plus locale au niveau national : Fédérations régionales et de regroupement locaux : au Québec, 2/3 des coopératives font partie d'une fédération régionale. Ces dernières représentent les coopératives afin de promouvoir leur développement et de protéger leurs droits. Les fédérations proposent également des services de formation, d'information, d'assistance technique, de développement, d'assurance, etc. Exemple : aide à la location, assurance immobilière, redressement des coopératives en difficultés, groupements d'achats, guide et outils de gestion. Confédération québécoise des coopératives d'habitation (CQCH) : regroupe et défend les fédérations régionales, porte parole du mouvement pour l'ensemble du Québec. Fédération de l'habitation coopérative du Canada (FHCC) : unit et représente les coopératives d'habitation et les organismes d'appui à l'échelle canadienne. La FHCC est le porte parole à l'échelle du Canada du mouvement coopératif en habitation, elle représente ses membres auprès du gouvernement fédéral et des institutions nationales et internationales. Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) : regroupe l'ensemble des familles de la coopération et participe dans ce cadre au développement des coopératives d'habitation. Financement et programmes d'aide gouvernementale Comme les futurs habitants des coopératives sont sélectionnés principalement selon des critères de revenus (faibles ou modestes), le montage financier des projets requiert des financements spécifiques venant compléter l'emprunt hypothécaire classique, notamment des aides publiques considérables et des contributions du milieu (de la communauté : municipalité, organisme sans but lucratif, entreprise commerciale, fondation privée, centre local de développement 1 ou encore collecte de fonds). Les premiers programmes publics d'aide à la pierre des années étaient basés sur des 1 Le centre local de développement est un organisme qui a pour but de favoriser le développement de l'économie et la création d'emplois sur son territoire dans le cadre d'un partenariat entre le gouvernement et la communauté locale. 4

5 prêts hypothécaires à long terme. Les programmes plus récents (AccèsLogis et Logement abordable Québec : volet social et communautaire) favorisent l'apport ponctuel en capital sous forme de subvention de la SQH (jusqu'à 60% du coût de réalisation) et de mise de fonds du milieu (15% obligatoire) au moment de la réalisation des projets. Cette subvention est parfois complétée par d'autres subventions de collectivités locales et d'autres contributions provenant d'organismes publics, institutionnels ou privés. Le cumul de toutes ces contributions permet de diminuer la dette de la coopérative. Un programme d'aide à la personne existe également comme le «supplément au loyer» qui permet au locataire de voir son loyer plafonner à 25 % de son revenu brut mensuel, la différence étant versé directement au propriétaire par la SHQ. On note que le projet subventionné par la SQH devra fixer des loyers situés entre 70% et 95 % du loyer médian du marché. Les différentes étapes du financement d'une coopérative d'habitation : Le financement de démarrage : les programmes d'aide publics prévoient en général l'octroi de fonds qui couvrent une partie des frais de démarrage ( études diverses, transactions, négociations pour le financement hypothécaire...). Pour le programme Logement abordable Québec il s'agit d'un prêt de démarrage d'un montant maximum de 3 500$ par logement jusqu'à concurrence de $ par projet. Le financement de réalisation : cette phase se situe entre la promesse d'aide gouvernemental et l'engagement définitif et l'octroi du prêt global. Le financement au cours de la période de travaux est effectué grâce à une avance sur le prêt hypothécaire à long terme. Le financement d'exploitation : les loyers perçus dès l'entrée des habitants dans les lieux servent à rembourser les emprunts contractés sur le long terme : le prêt hypothécaire de premier rang est octroyé soit par une banque, une caisse ou la SCHL; cet emprunt est souvent assorti d'un prêt complémentaire sujet à une hypothèque de deuxième rang octroyé soit par le fonds d'investissement de Montréal, divers fonds fédératifs ou des organismes publics tels que la société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL) et la société d'habitation du Québec (SHQ). La garantie de prêt étant souvent apportée par le SQH ou la société d'état Investissement Québec (IQ). Le montage financier des coopératives nécessitent parfois le recours à une assurance hypothécaire qui prévoit le paiement d'une prime d'assurance lorsque la mise de fonds propres initiale est insuffisante pour obtenir un prêt hypothécaire. Cette assurance hypothécaire est offerte par la SCHL. Financements alternatifs Les solutions alternatives aux programmes d'aide gouvernementale sont encore marginales, elles visent notamment à garantir la pérennité du parc existant, faciliter l'accès à du financement «bon marché» et à développer l'autonomie financière des coopératives d'habitation : Fonds de souscription de la FHCC: ce fonds permet aux coopératives, fédérations et groupes de ressources techniques membres de la FHCC d'obtenir soit un prêt direct, soit une garantie d'emprunt lorsque le recours aux financements classiques est impossible en raison du risque qu'implique le projet. On parle souvent de garantie de prêt de dernier recours. Fonds de développement : il s'agit des fonds fédératifs de développement et regroupement de placements ( Réunid et le Régime d'investissement coopératif ) qui visent à rassembler une partie de l'épargne des coopératives membres des fédérations afin de 5

6 pouvoir accorder des prêts et des garanties d'emprunts à de nouveaux projets de coopératives ou à des projets de rénovation de coopératives existantes. Fonds d'investissement : crée par le Fonds d'investissement de Montréal (FIM), les investisseurs sont des organismes privés ou institutionnels qui investissent du capital à long terme servant à octroyer des prêts aux organisations de logements communautaires dont les coopératives font partie. Ces prêts servent de mises de fonds garanties par une hypothèque de second rang remboursable sur 15 au plus. C'est le gestion Fonds d'investissement de Montréal Inc. qui choisit les projets soutenus par le FIM selon des critères de viabilité financière et d'assistance technique par le GRT Bâtir son quartier. Foncières patrimoniales (peu utilisées) : au Québec on parle de fiducie foncière, il s'agit d'un organisme sans but lucratif qui a pour unique objet la détention de terrains destinés à des projets de coopératives d'habitation ou des projets d'osbl d'habitation. Les foncières permettent d'assurer la pérennité du parc existant et le maintien de sa vocation sociale et communautaire. La fiducie foncière est propriétaire du terrain et la coopérative détient le droit de l'occuper et de le gérer par le biais d'un bail. La contribution au Fonds québécois d'habitation communautaire (FQHC) : le FQHC coordonne les actions des différents acteurs du secteur de l'habitation (pouvoirs publics, organismes du «milieu» et entreprises privées, dans le but de favoriser la réalisation et le maintien de logements communautaire au Québec. La contribution des coopératives d'habitation au FQHC est une initiative très récente qui pour le moment n'a pas encore financé de projet particulier (construction de nouveaux logements, rénovation, travaux de mise aux normes...). Il s'agit d'une contribution qui concerne les coopératives ayant bénéficié des programmes AccèsLogis ou Logement abordable Québec; la contribution au Fonds est obligatoire et équivalente au capital remboursé durant les 10 premières années par la coopérative. La contribution est due à partir de la 10 ème année d'exploitation au moment où la coopérative refinance son projet. Accompagnement On note que depuis quelques années plusieurs coopératives confient des mandats de gestion à des ressources externes telles que leur Fédération ou les Groupes de Ressources Techniques (GRT). Les GRT sont des organismes locaux indépendants sans but lucratif qui accompagnent les groupes de personnes désireuses de réaliser une coopérative d'habitation ou un OSBL d'habitation. Les GRT naissent dans les années 1970 avec pour objectif l'amélioration des conditions d'habitat et le développement des projets à partir de leurs futurs habitants. Les GRT interviennent dans toutes les étapes du projet mais le groupe de citoyens demeure le maître d'ouvrage, l'accompagnement dure environ 3 à 4 ans. Les GRT offrent les services de formation, de coordination, d'organisation et de soutien technique et administratif nécessaires à la réalisation de programmes immobiliers. Ils offrent également une aide à la gestion et à la vie participative des coopératives d'habitation une fois l'immeuble achevé. Chaque GRT a un Conseil d'administration composé de représentants des coopératives ou OSBL, d'organismes du «milieu», de bénévoles ou encore de membres de l'équipe de travail. S'agissant de leur financement, les GRT disposent de diverses subventions (notamment une subvention de fonctionnement versée par la SHQ) et d'honoraires professionnels (environ 6% du coût de réalisation d'une opération). Le financement des GRT est fragile et leur sécurité financière n'est pas assurée malgré les subventions gouvernementales. 6

7 Les coopératives d'habitation locative à capitalisation Le but de ces coopératives est de louer un logement à un prix abordable à condition d'investir un capital important sous forme de parts sociales privilégiées. Selon une étude de viabilité, une coopérative locative à capitalisation est saine financièrement si les membres investissent au minimum $ chacun. L'ensemble des apports des membres permet à la coopérative d'obtenir un financement hypothécaire. La coopérative reste toujours propriétaire de l'immeuble et les reventes individuelles sont interdites. Au départ d'un membre la coopérative lui rachète ses parts et choisit un «remplaçant». Parfois les parts sociales privilégiées ont une valeur fixe et parfois elles sont rémunérées. Le prix de revente des parts est contrôlé, dans la plupart des coopératives à capitalisation récentes le sortant reçoit une partie de la plus-value réalisée souvent limité à un montant reflétant l'abordabilité initiale du logement. Ainsi, les logements de la coopérative restent abordables par rapport aux prix du marché. Ce type de coopératives n'est pas vraiment courant au Canada car celles-ci sont relativement récentes. Les premières sont apparues à la fin des années 1980 dans la région de Vancouver. La majorité d'entre elles sont actuellement situées en Colombie-Britannique et en Alberta. Au Québec, la première coopérative à capitalisation a été construite en Ce type de coopératives est principalement destiné aux personnes âgées du fait que cette population est souvent en mesure de fournir une contribution financière initiale. Cependant de plus en plus de coopératives à capitalisation pour des familles sont en cours de réalisation ( coopérative Khatsahlano à North Vancouver et la coopérative Southview à Jasper par exemple). Les coopératives d'habitation à droit superficiaire Dans ce type de coopératives le terrain appartient à la coopérative qui octroie un droit de superficie aux membres pour qu'ils construisent leur maison ou unité d'habitation selon un programme architectural pré-défini par les membres de la coopérative. Les espaces communs de la parcelle sont auto-gérés. Bilan et perspectives d'avenir (ce paragraphe concerne principalement les coopératives d'habitation locative à possession continue) Enjeux liés au financement des coopératives d'habitation Actuellement, les coopératives se développent selon une double logique d'auto-gestion et de programmes publics d'aide à la réalisation. Le financement public demeure fondamental dans le développement du logement communautaire au Canada. Cependant l'enjeu principal pour le mouvement des coopératives d'habitation est celui de l'autonomie financière. En effet, depuis peu sont apparues de nouvelles ressources financières diversifiées et alternatives permettant de réduire la dépendance des coopératives aux financements publics. Il faut également souligner que l'accompagnement des projets de coopératives d'habitation par les GRT est essentiels mais la question de leur financement est délicate. Vieillissement du parc existant De nombreuses coopératives d'habitation ont été construites dans les années 1970 et 1980 et 7

8 elles représentent un parc locatif très important mais aussi fortement dégradé. Il est donc nécessaire aujourd'hui d'entreprendre des travaux de rénovation et/ou de mise aux normes. Cependant, bien souvent les coopératives ne disposent pas d'un fonds de réserve suffisant pour financer ces travaux, dès lors cela se traduit par une augmentation des loyers des locataires. L'intervention des GRT et Fédérations régionales doit être encouragée afin d'évaluer et faire réaliser les travaux. De plus, il serait souhaitable que les pouvoirs publics mettent en place un programme d'aide spécifique à la rénovation des coopératives et OSBL. En effet, au terme des conventions d'accompagnement des programmes d'aide publique les logements des coopératives d'habitation ont tendance a être moins bien entretenues. Propriété collective Le défi que pose le logement communautaire aujourd'hui est la conservation de sa vocation sociale et le maintien de la propriété collective. Dans certains cas le statut de coopérative est abandonné pour laisser place à des formes juridiques plus classiques instaurant la propriété individuelle. Il conviendrait de mettre en place des outils juridiques pour garantir la propriété collective perpétuelle. Vieillissement de la population On constate que la population résidant dans les coopératives d'habitation est de plus en plus vieillissante. En 2007, 45% des résidents avaient plus de 55 ans, cette tendance implique une augmentation du besoin d'accompagnement des habitants et un accroissement des services adaptés. Cette situation est un enjeu par rapport à la participation des locataires à la gestion de l'immeuble et au maintien de la vie associative. L'autonomie des coopérateurs peut avoir tendance à s'essouffler. Paupérisation des coopératives Le logement communautaire a peu à peu pris le relai du logement public HLM, ce qui implique que les coopératives d'habitants accueillent des résidents à faibles revenus qui bénéficient d'une aide à la personne. La relative pauvreté des habitants des coopératives ne doit pas conduire à la création de «ghettos de pauvres». L'objectif étant de maintenir une mixité sociale et intergénérationnelle au sein des coopérative d'habitation. Sources : Marie J. BOUCHARD, Marcellin HUDON, Se loger autrement au Québec, Editions Saint Martin, Intervention de Marcellin HUDON, président de l'agrtq, le 5 décembre 2007 à la NEF, Villeurbanne. Sylvie MOREAU, Consultante ICA Housing. Loi sur les coopératives, Québec. Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), Guide de l'habitation coopérative. Société d'habitation du Québec (SHQ), Logement abordable Québec, volet social et communautaire, information générale. Février Yvon CHOUINARD, Robert GAGNON, Inventaire des programmes provinciaux et territoriaux en habitation au Canada, SHQ. 8

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Automne 2014 UN PROGRAMME PERTINENT ET NÉCESSAIRE Les besoins de logements abordables

Plus en détail

L'HABITAT COOPÉRATIF DANS LES PAYS NORDIQUES

L'HABITAT COOPÉRATIF DANS LES PAYS NORDIQUES L'HABITAT COOPÉRATIF DANS LES PAYS NORDIQUES En matière de logement la Suède, le Danemark, la Norvège et la Finlande bénéficient d'une certaine avance par rapport aux autres pays européens, notamment concernant

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

Instruments de financement

Instruments de financement Aide-mémoire No 13f de la série publications Instruments de financement Coopératives d'habitation Suisse fédération des maîtres d'ouvrage d'utilité publique (ci-après dénommée fédération) gère un fonds

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC. Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant

PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC. Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif du programme 3 2. État audité des

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL ouvrir De nouvelles portes aux logements abordables...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL 65404 À titre d organisme national responsable de l habitation, la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : 1 Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 6 Parc de logement social dans l agglomération : 18 354 au 1 er janvier 2011 Aide financière

Plus en détail

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation RÈGLEMENT sur les conditions d'occupation des logements à loyers modérés (RCOLLM) du 7 janvier 007 (état: 0.0.007) 840...5 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi sur le logement du 9 septembre 975

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Mémoire du Front d action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) Présenté à la

Mémoire du Front d action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) Présenté à la FRONT D ACTION POPULAIRE EN RÉAMÉNAGEMENT URBAIN 180, boul. René-Lévesque Est, local 105, Montréal (Québec) H2X 1N6 Téléphone : (514) 522-1010 Télécopieur : (514) 527-3403 Courriel : frapru@cooptel.qc.ca

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Du mondial à chez nous

Du mondial à chez nous Par Claudine Laurin, Directrice générale de la FOHM Contexte Sociopolitique et économique en 2013 Du mondial à chez nous LOGEMENT SOCIAL ET COMMUNAUTAIRE À propos des inégalités : Warren Buffet (homme

Plus en détail

Projet de politique d habitation de la Ville de Québec. Commentaires et recommandations dans le cadre de la consultation publique

Projet de politique d habitation de la Ville de Québec. Commentaires et recommandations dans le cadre de la consultation publique Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur 301, rue de Carillon, Québec, Qc, G1K 5B3 Tél.:529-6158 courriel: cccqss@bellnet.ca Projet de politique d habitation de la Ville de Québec

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER

ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER 9 NOVEMBRE 2009 PRÉPARÉ PAR : 9, rue Chayer, Mascouche Québec, J7L 3H9 s.gariepy@devimo.ca 514-282-6669 DEVIMO inc. 16plex Montréal, Québec Sommaire 16plex, Montréal

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Aussi dans ce numéro Les ventes de copropriétés perdent de leur élan Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS au Québec. Mais

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Investissez indirectement dans l immobi

Investissez indirectement dans l immobi SCPI PRIMO 1 Investissez indirectement dans l immobi PRIMO 1 a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier résidentiel, permettant l accès aux avantages fiscaux du nouveau dispositif Scellier.

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

Financer son propre logement

Financer son propre logement Financer son propre logement Plan de la présentation : fonds propres fonds propres Page 2 Comment devenir Quelles sont les étapes du d un logement? fonds propres 1. Etablissement d un budget (quel loyer

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques Le Mouvement Desjardins désire vous informer de la mise en marché de l immeuble situé au 201

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 29 septembre 2009 ----------------- Rapporteur : Mme DIOURON ----------------- N 10 CONVENTION DE

Plus en détail

Des outils uniques et novateurs pour le développement de votre entreprise d économie sociale

Des outils uniques et novateurs pour le développement de votre entreprise d économie sociale Des outils uniques et novateurs pour le développement de votre entreprise d économie sociale Les produits financiers de la Fiducie du Chantier de l économie sociale 1. Capital patient opération 2. Capital

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC»

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» Dispositif de soutien à la rénovation BBC des immeubles de logements en copropriété Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» 1 Contexte Nantes Métropole s'est fixé comme objectif, en

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des pouvoirs publics (RCOL)

RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des pouvoirs publics (RCOL) Adopté le 24.07.1991, entrée en vigueur le 24.07.1991 - Etat au 01.01.2013 (en vigueur) RÈGLEMENT 840.11.2 sur les conditions d'occupation des logements construits ou rénovés avec l'appui financier des

Plus en détail

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT PLAN DEPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DEPARTEMENT DE LA LOIRE CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT Les mesures d'accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.)

Plus en détail

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi.

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi. Glossaire des prêts Acompte : Montant en espèces que l'acheteur doit verser au vendeur pour prouver sa bonne foi. Si l'offre est acceptée, l'acompte est affecté à la mise de fonds. Si l'offre est subséquemment

Plus en détail

Guide de Référence. Assurance prêt hypothécaire SCHL pour les immeubles collectifs (5 logements et plus) AU CŒUR DE L HABITATION

Guide de Référence. Assurance prêt hypothécaire SCHL pour les immeubles collectifs (5 logements et plus) AU CŒUR DE L HABITATION Guide de Référence Assurance prêt hypothécaire SCHL pour les immeubles collectifs (5 logements et plus) AU CŒUR DE L HABITATION introduction La présente publication contient un sommaire des droits de demande,

Plus en détail

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales Pourquoi investir dans la pierre? Pour réduire sa fiscalité Pour épargner intelligemment Pour préparer sa retraite Pour protéger ses proches Pour créer des revenus Pour transmettre un patrimoine Les principales

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

CONDO INDUSTRIEL A VENDRE 680 CURE-BOIVIN, BOISBRIAND QC.

CONDO INDUSTRIEL A VENDRE 680 CURE-BOIVIN, BOISBRIAND QC. CONDO INDUSTRIEL A VENDRE 680 CURE-BOIVIN, BOISBRIAND QC. Présenté par : James El-Mashtoub Robert Ghetti Courtier Immobilier Courtier Immobilier Division commerciale Division commerciale 514.952.1111 514.944.9147

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

RAPPORT ENQUÊTE SUR LE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE DES RÉSIDANTS DE COOPÉRATIVES D HABITATION - 2002

RAPPORT ENQUÊTE SUR LE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE DES RÉSIDANTS DE COOPÉRATIVES D HABITATION - 2002 RAPPORT ENQUÊTE SUR LE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE DES RÉSIDANTS DE COOPÉRATIVES D HABITATION - 2002 PAR LA CONFÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DES COOPÉRATIVES D'HABITATION (CQCH) MAI 2003 T able des matières Table

Plus en détail

coopératives d habitation

coopératives d habitation Répertoire des coopératives d habitation dans le quartier Rosemont à Montréal 2 Les coopératives d habitation Qui vit dans une coopérative Qu est-ce qu une coopérative C est une personne morale regroupant

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins d Anjou-Tétreaultville désire vous informer de la mise en marché

Plus en détail

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien Les investissements étrangers dans l immobilier canadien La compréhension des principaux enjeux sous-jacents à l acquisition, à la location, au financement ou à l aménagement d un immeuble au Canada permettra

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014

TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 9. TVA à taux réduit pour l accession à la propriété en «zone ANRU» - avril 2014 Aménagements apportés par la loi de finances pour 2014, rappel du dispositif et actualisation des valeurs plafonds... L

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

courtage hypothécaire

courtage hypothécaire Compétences professionnelles évaluées par l OACIQ Le référentiel de compétences est un guide qui permet aux futurs courtiers de comprendre quelles compétences doivent être développées et maitrisées pour

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques fixes 2 TABLE DES MATIERES Art. 1 Champ

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne MINISTERE DES CLASSES MOYENNES, DU TOURISME ET DU LOGEMENT garantie de l Etat... p. 2 prime de construction... p. 4 prime d Epargne... p. 7 complément de prime pour frais d architecte et ingénieur-conseil...

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

IMMOBILIER. Immobilier

IMMOBILIER. Immobilier Immobilier 55 IMMOBILIER Régimes d enregistrement foncier Chaque province canadienne a son propre régime d enregistrement des droits immobiliers puisque la législation à cet égard est, selon la Constitution,

Plus en détail

Agence Immobilière à Vocation Sociale

Agence Immobilière à Vocation Sociale Agence Immobilière à Vocation Sociale 2 Une AIVS est une structure à but social (association, UES, SCIC, ) qui possède les compétences d agent immobilier (profession réglementée par la loi Hoguet) pour

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

Répertoire. des bonnes pratiques. Le rôle des municipalités. dans le développement du logement social et abordable

Répertoire. des bonnes pratiques. Le rôle des municipalités. dans le développement du logement social et abordable Répertoire des bonnes pratiques Le rôle des municipalités dans le développement du logement social et abordable Crédits photos page couverture Photos 1, 3 et 6 : CMM Photos 2, 4, et 5 : Louis-Étienne Doré

Plus en détail

P R E A V I S No 31. Renens, le 1 er septembre 2003 AU CONSEIL COMMUNAL DE R E N E N S, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

P R E A V I S No 31. Renens, le 1 er septembre 2003 AU CONSEIL COMMUNAL DE R E N E N S, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, P R E A V I S No 31 Cautionnement et subventionnement communaux pour les immeubles à construire sur les parcelles 675 et 679 au chemin du Simplon à Renens (P38), propriété de Messieurs Paul et Frédéric

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 93, BOUL. GRÉBER GATINEAU (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 600 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 93, BOUL. GRÉBER GATINEAU (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 600 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 93, BOUL. GRÉBER GATINEAU (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 600 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins de Gatineau désire vous informer de la mise en marché de l immeuble situé

Plus en détail

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC SOCIAL Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC SOCIAL Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC SOCIAL Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Le contrat de bail / Page 2 Le loyer / Page 3 Le supplément de loyer de solidarité / Page 3 1 ANALYSE

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004

Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004 La Caisse a pour mission de recevoir des sommes en dépôt conformément à la loi et de les gérer en recherchant le rendement optimal du capital des déposants

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52

Plus en détail

Modèles d'autorité du logement MODÈLE CINQ UNE COMMISSION DU LOGEMENT ÉTABLIE EN TANT QUE SOCIÉTÉ TIERCE SANS BUT LUCRATIF INDÉPENDANTE

Modèles d'autorité du logement MODÈLE CINQ UNE COMMISSION DU LOGEMENT ÉTABLIE EN TANT QUE SOCIÉTÉ TIERCE SANS BUT LUCRATIF INDÉPENDANTE Modèles d'autorité du logement MODÈLE CINQ UNE COMMISSION DU LOGEMENT ÉTABLIE EN TANT QUE SOCIÉTÉ TIERCE SANS BUT LUCRATIF INDÉPENDANTE Assemblée des Premières Nations Mai 2012 TABLE DES MATIÈRES GOUVERNANCE...

Plus en détail

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement)

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) Ce document est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) MARS 2015 TOUT-EN-UN... 3 REMISE

Plus en détail

1 ère réunion du réseau régional des collectivités locales de l habitat participatif

1 ère réunion du réseau régional des collectivités locales de l habitat participatif 1 ère réunion du réseau régional des collectivités locales de l habitat participatif Compte-rendu de réunion Lundi 9 décembre 2013 Marseille, Hôtel de Région L animation d un «Réseau régional des collectivités

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail