Taux global d actualisation - Comment analyser une transaction immobilière?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Taux global d actualisation - Comment analyser une transaction immobilière?"

Transcription

1 Taux global d actualisation - Comment analyser une transaction immobilière? Par Andréanne Lavallée Directrice principale Avril 2013 Résumé L auteure se penche sur la notion des rendements immobiliers recherchés par les investisseurs lors de transactions de propriétés qui génèrent des revenus de location. INTRODUCTION Les placements en bourse ne sont pas sans risques. Les histoires d horreur où les investisseurs perdent une grosse partie de leur pécule abondent. De nombreux investisseurs se tournent vers le placement immobilier pour faire fructifier leurs avoirs et ainsi éviter les aléas des marchés boursiers. Le rendement sur le capital est parfois réduit, mais le risque associé au placement est également jugé moindre. Ainsi, le placement immobilier est souvent une valeur sûre pour de nombreux investisseurs privés et institutionnels. La prolifération des fonds de placement immobilier (FPI) témoigne de cet engouement pour les propriétés à revenus. Mais comment les investisseurs peuvent-ils déterminer si la propriété vaut le prix demandé ou encore le prix payé? La réponse à cette question repose sur leur connaissance du produit offert ainsi que sur les indicateurs de marché, incluant les rendements recherchés, plus particulièrement le taux global d actualisation (TGA, Taux de Cap ou Cap Rate) et le taux de rendement interne (TRI). Dans cette chronique, nous analyserons comment interpréter les rendements des transactions, plus particulièrement le TGA, comment éviter les pièges d une mauvaise application de ces taux et surtout, comment dégager le rendement d une transaction immobilière et ainsi réduire les risques associés à la transaction. I LES PROPRIÉTÉS À REVENUS Il existe une kyrielle de propriétés qui sont recherchées par les investisseurs de moyenne et grande taille. Les plus importantes catégories sont : Immeuble de bureaux ; Immeuble industriel à locataire unique ou à locataires multiples ; Centre commercial (communautaire, régional, suprarégional, mégacentre, etc.) ; Immeuble multi-locatif conventionnel;

2 2 Résidence pour personnes retraitées ; Hôtels et motels. Certains investisseurs auront tendance à rechercher un portefeuille mixte alors que d autres vont se spécialiser dans une seule catégorie. Le choix ultime sur la composition du portefeuille repose sur la tolérance au risque de l investisseur. Qu il s agisse d un fonds de pension, d une compagnie d assurance, d un propriétaire foncier de grande envergure ou encore d un propriétaire de plus petite envergure, la notion de tolérance au risque demeure entière et identique. En effet, certains actifs présentent un risque plus élevé que d autres. II LES DIFFÉRENTS RENDEMENTS IMMOBILIERS Les indicateurs du marché les plus communs sont : Le MRB (multiplicateur du revenu brut) 1 Il s applique surtout pour les propriétés multirésidentielles de petite envergure. Le prix offert sera calculé en appliquant un facteur X sur le revenu brut généré par la propriété. Par exemple, si la propriété dégage un revenu brut de $ par année et que les conditions du marché indiquent que des propriétés comparables se négocient à un MRB de 9,5, alors le prix offert sera de $ ( $ multiplié par 9,5 = $). Le TGA (taux global d actualisation) Il s agit du revenu net courant normalisé d un 2 immeuble à une date précise divisé par le prix de vente ou la valeur estimée. En théorie, le taux global d actualisation n est pas une mesure de rendement financier, mais plutôt un ratio. Reprenons l exemple précédent d une propriété qui génère $ par année. En supposant que la valeur marchande de $ soit juste, le TGA applicable est de 10,5 % ( $ divisé par $ = 10,5 %). Ce taux présume que ce revenu stabilisé est réalisable à perpétuité. Avant d appliquer un taux de rendement à une propriété, il est important de bien saisir quatre notions de base. En premier lieu, les rendements sont dynamiques dans le temps. Tout comme le marché boursier, le marché immobilier est cyclique et il est très influencé par la disponibilité des capitaux et donc, la capacité de financement. Un marché très «liquide» a tendance à se traduire par une compression sur les taux de rendement, ce qui exerce une pression à la hausse sur les prix payés. À l inverse, si les sources de capitaux se tarissent et que l offre excède la demande, les 1 Cet indicateur ne sera pas traité en profondeur dans cet article. L auteure se penchera davantage sur l application du TGA. 2 Valeur marchande (ou prix payé) = Revenu net divisé par le TGA

3 3 rendements seront à la hausse et les prix offerts peuvent chuter. Ce phénomène est vrai, même si la propriété, elle, ne change pas et si le revenu qu elle génère demeure stable. La deuxième notion est que les analystes de marché (souvent les grands cabinets d évaluation immobilière) dégagent les rendements du marché selon des transactions déjà réalisées 3. Or, il ne faut pas oublier qu une transaction peut être négociée en juin et conclue en décembre. Les conditions du marché peuvent évoluer très rapidement et il importe de bien saisir les nuances du marché ainsi que la performance de la propriété dans ce marché (soit son positionnement concurrentiel) avant de sélectionner le rendement juste pour déterminer le prix à payer. La troisième notion à saisir est que les taux de rendement varient selon l actif. Les bâtiments multirésidentiels locatifs conventionnels n offrent pas les mêmes rendements qu une résidence pour personnes retraitées; un bâtiment de bureaux de classe B en banlieue présente un risque plus élevé qu un bâtiment de classe Prestige au cœur du secteur financier du centre-ville. Chaque actif a son taux de rendement. C est la connaissance du marché par les experts qui assure que la transaction contemplée est avantageuse pour les deux parties en cause. Ainsi, deux bâtiments de bureaux semblables, situés à proximité l un de l autre, avec des revenus similaires peuvent se négocier à des TGA différents. Pourquoi? Parce que le niveau de risque associé aux flux de trésorerie n est pas identique. Le bâtiment A peut avoir un locataire unique, de réputation internationale, qui a signé un bail à long terme alors que le bâtiment B peut, quant à lui, avoir une quinzaine de petits locataires qui sont des PME en démarrage, avec des baux de courte durée. Au moment de quantifier le risque et d obtenir un financement, le bâtiment A devient un placement financier plus avantageux et se vendra à un prix plus élevé, car sa désidérabilité sera accrue aux yeux des investisseurs. Finalement, la quatrième notion particulièrement importante à comprendre est comment l analyste a dégagé le rendement des transactions analysées. Il existe certaines différences sur la méthode d analyse, particulièrement sur les éléments à inclure pour dégager le revenu net effectif de la propriété. Deux experts peuvent dégager des rendements différents pour une même transaction. (Nous analyserons ceci plus loin dans le présent texte.) Les cabinets d évaluation se penchent tous sur l analyse des taux de rendement immobilier. Le processus varie d un endroit à l autre, toutefois une démarche rigoureuse doit reposer sur quatre composantes : Premièrement, les transactions importantes doivent être identifiées, documentées et analysées. L analyste dégage le taux de rendement (TGA) et le compare aux taux d intérêt de long terme à la date de la fixation du prix par les parties (ou à la date de l approbation 3 Parmi les ouvrages de référence à ce sujet, notons Analyse des Rendements Immobiliers publié par le cabinet Desjarlais Prévost Inc.

4 4 par le comité d investissement). L indication de rendement 4 ainsi obtenue a seulement une valeur historique. Cependant, les primes de rendement mesurées ont une valeur indicative pertinente, car elles sont relativement stables dans le temps et s inscrivent dans une hiérarchie entre les différentes classes d actifs. Deuxièmement, il s avère pertinent de suivre l évolution du cours des compagnies immobilières à capital ouvert et des fonds d investissement immobilier. Les fluctuations de ce marché secondaire fournissent des indications précieuses sur le comportement récent des investisseurs, ce que l analyse des ventes ne peut fournir parce qu elles sont souvent trop vieilles. Troisièmement, l analyste devrait également sonder les intervenants du marché (les investisseurs, les prêteurs et les intermédiaires du marché). Ces personnes-ressources aident à bien saisir les tenants et aboutissants du marché. Il importe aussi de saisir les facteurs qui influencent les transactions en cours de négociation ainsi que les transactions récemment avortées. Les indications du marché en temps réel, bien que moins précises, sont plus significatives que l analyse historique des vieilles transactions. III LES RISQUES D HYPOTHÈSE En règle générale, les rendements dégagés par les analystes présument que la propriété est exploitée selon les conditions optimales de revenu. En d autres termes, que l occupation est normalisée (le taux d inoccupation est dans la moyenne du marché), que les dépenses sont bien contrôlées et que le revenu net pourra être reproduit année après année. Advenant que la propriété présente un taux d inoccupation élevé au moment de la vente, il peut s avérer que l analyse de la transaction nécessite des ajustements importants afin d éviter de dégager un rendement qui serait trompeur. Supposons maintenant que la propriété génère un revenu acceptable et que son taux d inoccupation soit dans les normes, mais que l acheteur décide de procéder à d importants travaux de rénovation ou réfection. Le rendement applicable au revenu au moment de la vente pourrait être inutile, car la transaction est basée sur la promesse d un revenu augmenté à la suite des immobilisations en capital. 4 La prime immobilière est obtenue en décomposant le TRI d une transaction. Il s agit de l écart entre le rendement des obligations à long terme (10 ans) et du TRI total.

5 5 Dans d autres cas, le prix de vente qui est publié a été ajusté en fonction de travaux à effectuer sur la propriété. Si l analyse ignore le montant du rajustement financier, il risque de dégager un rendement qui est plus agressif que celui qui a été retenu par l acheteur. Finalement, les rendements doivent faire abstraction du financement et du service de la dette. IV ANALYSE D UNE TRANSACTION Le taux global d actualisation (TGA) est probablement le taux de rendement utilisé pour le plus grand nombre de transactions immobilières. Le tableau suivant illustre deux méthodes fréquentes pour dégager le rendement d une transaction d une propriété quelconque : Méthode A Méthode B Année 1 Année 1 $/année $/année Revenu brut déclaré (acte de vente) Réserve inoccupation (3%) Revenu brut potentiel Dépenses D'exploitation Taxes Chauffage et électricité Assurances Concierge Entretien et réparation Publicité Administration Réserve structurale (2%) Total des dépenses d'exploitation Revenu net d'exploitation Plus Réserve structurale Revenu net d'exploitation - ajusté Prix de vente déclaré TGA de la transaction 7,13% 7,34% L analyse selon la méthode A dégage un TGA à partir d un revenu net d exploitation qui comprend une dépense de $ pour la réserve structurale de 2 % du revenu brut potentiel. La méthode B, quant à elle, dégage le TGA à partir d un revenu net d exploitation qui fait abstraction de la réserve structurale. La dépense est donc annulée et le revenu net d exploitation

6 6 est supérieur. Ce qu il faut savoir, c est qu au moment de vendre sa propriété, le vendeur ne transfère pas automatiquement les fonds de sa réserve structurale. En outre, si la propriété est effectivement «normalisée» à tous les points de vue, la réserve n est pas nécessairement une dépense courante au moment d analyser les revenus de la propriété pour déterminer le prix de vente. L écart entre les deux TGA est sans grande importance, à condition que l analyste qui obtient et communique le TGA de 7,13 % s assure de toujours appliquer la même méthodologie, soit d inclure la dépense de réserve structurale et explique cela aux personnes à qui il communique ce TGA. V APPLICATION DU TGA POUR DÉTERMINER LA VALEUR L analyse des TGA des transactions complétées permet à l investisseur de suivre les grandes tendances du marché et l aide à déterminer le prix à offrir pour une propriété. Cette analyse aide aussi les évaluateurs à formuler les opinions de valeurs marchandes dans le cadre de leurs expertises diverses. Voyons l impact d une mauvaise interprétation des rendements dans l optique où l analyste tente de déterminer la valeur marchande pour une propriété. Supposons qu au moment de déterminer le prix à offrir, l analyse aurait appliqué le rendement identifié selon la méthode A (avec réserve structurale) à un revenu normalisé selon la méthode B (sans réserve structurale) : Analyse de la valeur avec inversion des TGA Méthode A Méthode B Revenu net d'exploitation TGA 7,34% 7,13% Valeur Analyse de la valeur sans inversion des TGA Méthode A Méthode B Revenu net d'exploitation TGA 7,13% 7,34% Valeur Écart ( ) Dans un cas, l investisseur risque d offrir un prix trop bas, et conséquemment de ne pas répondre aux attentes du vendeur. Dans l autre cas, il risque de payer trop cher pour acquérir la propriété et réduire le rendement qu il en tirera pendant la période de détention.

7 7 La démonstration ci-dessus est simpliste, mais elle permet d illustrer l importance d appliquer le bon TGA au bon revenu. Imaginez l impact sur des propriétés, ou des portefeuilles, qui se négocient dans les centaines de millions de dollars CONCLUSION Si mes années de pratique en évaluation immobilière m ont appris une chose, c est que les taux retenus par les divers cabinets d évaluation sont rarement calculés selon la même méthodologie et avec la même profondeur d information. Il m arrive très souvent qu un client, après avoir lu mon projet de rapport, m appelle pour discuter des rendements retenus. À coup sûr, à un moment donné pendant cette conversation, la personne va m annoncer les TGA de mes concurrents, des institutions financières ou encore de la SCHL pour me convaincre de modifier (à la baisse) les taux qui figurent dans mon rapport. Il s en suit alors un échange sur la méthodologie et sur les particularités qui sont propres à la propriété pour que la personne comprenne et appuie mon choix. Il y a quelques années, un de mes contacts est venu m annoncer le TGA d une transaction importante et très observée par les joueurs locaux. Comme j étais impliquée dans l analyse de la transaction pour le compte des acheteurs depuis la détermination du prix à offrir, j avais toutes les données en mainsous le sceau de la plus stricte confidentialité évidemment. Les rendements qui étaient brandis dans le marché par les soi-disant «initiés» étaient nombreux, mais tous erronés. La rigueur de l analyse dépend donc de la profondeur de la recherche, de l obtention de données fiables et, surtout, de la connaissance de la méthode utilisée par l analyste pour dégager et/ou appliquer le taux de rendement sur les revenus générés par la propriété. Alors la prochaine fois que vous entendrez parler d un taux de cap, dites-vous que c est un indicateur parmi d autres et prenez-le avec un grain de sel

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

À Vendre. 2 Immeubles Résidentiels Chambly, Québec. Investissement Immobilier. Chambly, Québec J3L 2J8. Pour plus d informations, veuillez contacter :

À Vendre. 2 Immeubles Résidentiels Chambly, Québec. Investissement Immobilier. Chambly, Québec J3L 2J8. Pour plus d informations, veuillez contacter : Investissement Immobilier 2 Immeubles Résidentiels Chambly, Québec 1175 et1185 rue Talon Chambly, Québec J3L 2J8 Pour plus d informations, veuillez contacter : Albert Sayegh Associé principal, Courtier

Plus en détail

Rendements en immobilier et méthode de fixation des loyers

Rendements en immobilier et méthode de fixation des loyers Rendements en immobilier et méthode de fixation des loyers Constats et solutions pour préserver le parc de logements locatifs privés Les Entretiens sur l habitat Montréal, 26 mars 2013 Par Hans Brouillette

Plus en détail

L achat d une première résidence

L achat d une première résidence L achat d une première résidence Pascal Poirier B.A.A Spécialiste en planification hypothécaire POUR DIFFUSION INTERNE SEULEMENT Ordre du jour Hypothèque, buts Principes de base Mise de fonds et frais

Plus en détail

L impact d une saine gestion immobilière sur le rendement.

L impact d une saine gestion immobilière sur le rendement. L impact d une saine gestion immobilière sur le rendement. Jean-François Bigras CPM, RPA, MBA Présentation pour BOMA-QUÉBEC 27 février 2014 Mon but ce midi. Vous rappeler que vous possédez la touche du

Plus en détail

REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL

REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL SUJETS COUVERTS» L investissement immobilier en 2013» Diagnostic par classes d actifs» Perspectives à moyen terme» Enjeux 2001-12-01

Plus en détail

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES V O U S Ê T E S MAÎTRE D E VOTRE ART (et nous aussi) Chaque personne a au moins un talent

Plus en détail

Indicateurs immobiliers

Indicateurs immobiliers Indicateurs immobiliers Préface Chers lecteurs, Suite à l internationalisation et la professionnalisation correspondante du marché de l immobilier, l utilisation et l interprétation d indicateurs immobiliers

Plus en détail

TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102

TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102 TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102 DATE DE L ACQUISITION : LE 28 JANVIER 2011 TransGlobe Apartment Real

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

L E T A C T I C I E N

L E T A C T I C I E N L E T A C T I C I E N Groupe Lanoue Taillefer Audet Mai 2006 Volume 5 - numéro 2 Jean Lanoue, CA Michel Taillefer Jean-Marie Audet, CA La baisse du taux de la TPS de 1 % Un été chaud pour les notaires!

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

La référence en conseil immobilier

La référence en conseil immobilier Misant sur une approche personnalisée, nos experts immobiliers vous aident à cerner les problèmes et à trouver des solutions pratiques et réalistes. Ils proposent également des options plus audacieuses

Plus en détail

Rapport QUÉBEC MULTI-LOGEMENTS 2014 - Trimestre 3

Rapport QUÉBEC MULTI-LOGEMENTS 2014 - Trimestre 3 Rapport QUÉBEC MULTI-LOGEMENTS 2014 - Trimestre 3 INTRODUCTION RAPPORT QUÉBEC MULTI-LOGEMENTS Voici l édition couvrant le troisième trimestre de 2014 du Rapport Québec Multi-Logements. Le rapport, qui

Plus en détail

Point de vue. Actions privilégiées: particularités et déterminants. Caractéristiques du marché. Avril 2016

Point de vue. Actions privilégiées: particularités et déterminants. Caractéristiques du marché. Avril 2016 sur sur les le actions marché privilégiées du pétrole Avril 2016 Actions privilégiées: particularités et déterminants Pour le simple observateur, les actions privilégiées et leur marché peuvent sembler

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005

Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005 Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005 Points clés premier semestre 2005 Mars 2005 : Reclassement de la participation de Soros Real Estate Investment Mars 2005 : Robert Waterland

Plus en détail

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions Portefeuilles Gérés Banque Nationale À la mesure de vos ambitions 03 Une solution de placement évoluée et personnalisée Lorsqu un certain capital est accumulé, la gestion efficace d un portefeuille doit

Plus en détail

Trading update Q3 2006/07 Aedifica

Trading update Q3 2006/07 Aedifica Le 16 mai 2007 après clôture des marchés Trading update Q3 2006/07 Aedifica Valeur du portefeuille (en juste valeur) de 205,4 millions Chiffres d affaires de 8,8 millions pour les 9 premiers mois Acquisitions

Plus en détail

Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier. Fonds immobilier

Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier. Fonds immobilier Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier Fonds immobilier de la Canada-Vie (CIGWL) Préparez-vous à faire face à la volatilité des marchés et à la faiblesse des taux d intérêt. Songez à

Plus en détail

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER RAPPOR T TRIMESTRIEL 30 SEPTEMBRE 1998 Message aux détenteurs de parts Au nom des Fiduciaires, des officiers et employés du Fonds de placement immobilier Cominar (le

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

Modern Leasing Octobre 2010

Modern Leasing Octobre 2010 MAC SA - Intermédiaire en Bourse Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac- Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@gnet.tn www.macsa.com.tn

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques Le Mouvement Desjardins désire vous informer de la mise en marché de l immeuble situé au 201

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

2016 APERÇU DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL DE L IMMOBILIER

2016 APERÇU DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL DE L IMMOBILIER 2016 APERÇU DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL TABLE DES MATIÈRES 3 4 8 Aperçu national QUÉBEC 4 Grand MONTRÉAL 6 VILLE DE QUÉBEC Personnes-ressources Aperçu National En 2015, LES MARCHÉS DE l HABITATION

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Chapitre 17 Les dividendes et la politique de dividende Organisation du chapitre

Chapitre 17 Les dividendes et la politique de dividende Organisation du chapitre T17.1 Organisation du chapitre Chapitre 17 Les dividendes et la politique de dividende Organisation du chapitre! 17.1 Les dividendes en espèces et les versements de dividendes! 17.2 La politique de dividende

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Cominar annonce d excellents résultats et réalisations pour son deuxième trimestre terminé le 30 juin 2007

Cominar annonce d excellents résultats et réalisations pour son deuxième trimestre terminé le 30 juin 2007 Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar annonce d excellents résultats et réalisations pour son deuxième trimestre terminé le 30 juin 2007 Clôture de l acquisition du portefeuille industriel

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 17, RANG STE-ANNE STE-PERPÉTUE (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 259 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 17, RANG STE-ANNE STE-PERPÉTUE (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 259 000 $ Caractéristiques à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 17, RANG STE-ANNE STE-PERPÉTUE (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 259 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins de Nicolet désire vous informer de la mise en marché de l immeuble

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES Pour vous guider dans un monde de possibilités Tous les investisseurs connaissent l importance de bien choisir leurs placements en fonction de leurs objectifs d

Plus en détail

SCPI Renovalys 5. Communication à caractère promotionnel

SCPI Renovalys 5. Communication à caractère promotionnel SCPI Renovalys 5 Communication à caractère promotionnel avertissement facteurs de risques Vous investissez dans une SCPI de type fiscal «déficit foncier», qui permet au porteur de parts de bénéficier du

Plus en détail

Province, régions et tendances d avenir

Province, régions et tendances d avenir Province, régions et tendances d avenir Kevin Hughes Économiste régional Marché de l habitation : notre savoir à votre service PLAN Marché de l habitation : notre savoir à votre service I Facteurs qui

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Analyse immobilière. 11985-11989 Av. Monty, Montréal, Québec. Résidentiels (60) Daniel Francoeur, B.A.A RE/MAX Alliance inc.

Analyse immobilière. 11985-11989 Av. Monty, Montréal, Québec. Résidentiels (60) Daniel Francoeur, B.A.A RE/MAX Alliance inc. 2 Analyse immobilière Résidentiels (60) 14 Fiche descriptive Immeuble # 64 SIA # 8535465 Statut Prix Type d'unités Bâtiment Terrain En vigueur Original $3 375 000 Résidentielles 60 Isolé x Façade (p) 179,0

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

Traduction d un original rédigé en néerlandais Rapport d expertise IMMO-NORTH PLAZA Bâtiment A North Plaza Boulevard du Roi Albert II, 9 1210 Bruxelles Date d évaluation de référence 01/11/2007 Exécuté

Plus en détail

RE/MAX Des Mille-Iles inc.

RE/MAX Des Mille-Iles inc. RE/MAX Des Mille-Iles inc. Analyse comparative de marché (ACM) ( Appartements) 12233 Langelier, Montréal - Nord Rapport présenté à First National RE/MAX Des Mille-Iles inc. 514-25-6675 Denis Francoeur

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins d Anjou-Tétreaultville désire vous informer de la mise en marché

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

EVALUATION DES ACTIFS CORPORELS

EVALUATION DES ACTIFS CORPORELS EVALUATION DES ACTIFS CORPORELS Dominique BOTTAZZI Jean François ROUX 14/09/2012 1 LES ACTIFS CORPORELS COURANTS : Terrains et sous-sols Constructions Installations générales Machines et équipements Installations

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au 31 mars 2014

Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au 31 mars 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE INFORMATION RÉGLEMENTÉE EMBARGO 15 mai 2014 17h40 CREATING VALUE IN REAL ESTATE Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

à vendre 2525, RUE BAILLARGEON TROIS RIVIÈRES (QUÉBEC) IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE

à vendre 2525, RUE BAILLARGEON TROIS RIVIÈRES (QUÉBEC) IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 2525, RUE BAILLARGEON TROIS RIVIÈRES (QUÉBEC) Prix demandé : 450 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins des Trois Rivières a le plaisir d offrir sur le marché l immeuble

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

LA GARANTIE DES FONDS ASTRA

LA GARANTIE DES FONDS ASTRA LA GARANTIE DES FONDS ASTRA Pour les régimes individuels En vigueur à compter du 26 novembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Résumé des options de garantie...2 Comment choisir une option de garantie?...2 Garantie

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT

SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT Bordeaux, le 21 Mars 2013 SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT 9 è m e AUGMENTATION DE CAPITAL Nous avons une nouvelle fois l opportunité de vous proposer de participer

Plus en détail

Épargne et placements

Épargne et placements Épargne et placements Sélecteur de profil Le Sélecteur de profil est un outil qui permet de : définir le type d investisseur que vous êtes ; déterminer la répartition de votre portefeuille parmi les différentes

Plus en détail

PRÉSENTATION DU LOGICIEL INVEST-PRO

PRÉSENTATION DU LOGICIEL INVEST-PRO PRÉSENTATION DU LOGICIEL INVEST-PRO Droit d'auteur 2001-2005 Carrefour Immobilier Virtuel (C.I.V.) Inc.. / Virtual Real Estate (V.R.E.) Inc.. Tous droits réservés. Version 2.0 Adresse de correspondance

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

EN ROUTE VERS LE MILLIARD

EN ROUTE VERS LE MILLIARD EN ROUTE VERS LE MILLIARD Troisième rapport trimestriel 2013 TABLE DES MATIÈRES 4 5 6 7 53 79 MESSAGE AUX PORTEURS DE PARTS SOMMAIRE OPÉRATIONNEL SOMMAIRE DU PORTEFEUILLE IMMOBILIER RAPPORT DE GESTION

Plus en détail

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS MICHEL MARX Expertises EXPERTS IMMOBILIERS SPÉCIALISTES DE LA PROPRIÉTÉ COMMERCIALE LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS par Michel MARX expert immobilier chartered surveyor FRICS Plan : Introduction

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Un moment historique La bulle des actifs prescrits Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses

Plus en détail

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER RAPPOR T TRIMESTRIEL 30 JUIN 1998 Message aux détenteurs de parts Au nom des Fiduciaires et des employés du Fonds de Placement Immobilier Cominar (le FPI ), il nous

Plus en détail

Acquisitions d immeubles

Acquisitions d immeubles LE FPI PRO ANNONCE DES ACQUISITIONS D IMMEUBLES D UNE VALEUR DE 65,6 MILLIONS DE DOLLARS, LE DÉPÔT D UN PROSPECTUS PROVISOIRE EN VUE D UN PLACEMENT DE TITRES DE CAPITAUX PROPRES, DES ENTENTES VISANT L

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Pages Jaunes Limitée présente ses résultats pour le premier trimestre de 2015

Pages Jaunes Limitée présente ses résultats pour le premier trimestre de 2015 Pages Jaunes Limitée présente ses résultats pour le premier trimestre de 2015 Les produits tirés des médias et solutions numériques ont augmenté de 8,6 % d un exercice à l autre pour se chiffrer à 112,9

Plus en détail

Société en Commandite par Actions. Stabilité de la valeur intrinsèque à 60,40 par action. EPRA earnings en ligne avec les prévisions

Société en Commandite par Actions. Stabilité de la valeur intrinsèque à 60,40 par action. EPRA earnings en ligne avec les prévisions TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 23 août 2011 17h40 Société en Commandite par Actions CREATING VALUE IN REAL ESTATE DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT PORTANT SUR LA PERIODE DU 01.04.2011

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

Coupé cousu! Ronde finale Cas de comptabilité. Place à la jeunesse 2009

Coupé cousu! Ronde finale Cas de comptabilité. Place à la jeunesse 2009 Coupé cousu! Place à la jeunesse 2009 COUPÉ COUSU! Paul et Louise Cousu offrent depuis plus de 30 ans des services de confection et de réparation de vêtements. Aujourd hui, leurs économies et leurs investissements

Plus en détail

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 25 novembre

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec STRATÉGIES D ÉVALUATION DE LA VALUER D UNE ENTREPRISE POUR MAXIMISER LES RETOMBÉES DE VOS TRANSACTIONS ET NÉGOCIATIONS par Richard M. Wise, FCA, FEEE,

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

C H A P I T R E. Activités de la Caisse de dépôt et placement du Québec

C H A P I T R E. Activités de la Caisse de dépôt et placement du Québec C H A P I T R E Activités de la Caisse de dépôt et placement du Québec 10 et placement du Québec La Caisse de dépôt et placement du Québec est une des entités les plus importantes de l appareil gouvernemental.

Plus en détail

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014 Perspectives des FNB canadiens en 2014 Janvier 2014 Monthly Strategy Report October 2011 Perspectives des FNB canadiens de BMO Gestion mondiale d actifs en 2014 2 Encore une année exceptionnelle pour le

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER.

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. OBJECTIF DE NOTRE RENCONTRE Je sais à quel point l achat d une propriété est un projet important. Je sais également combien il est capital que

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL

États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL Non audité, 30 septembre et 2014 Table des matières État consolidé intermédiaire résumé de la situation financière...1

Plus en détail